Chapitre Cinq.

par ShiFlesia


Chapitre Cinq.



Luhan se sentait totalement débousolé depuis la révélation que lui avait fait son meilleur ami, il y a une semaine. À vrai dire, il sentait que le doute s'était instalé au fond de lui. Évidemment, il aimait Sehun plus que tout, mais Minseok était son meilleur ami, et avait toujours été là quand il le fallait. Si sortir avec lui était la seule façon de la garder, il le ferait, mais d'un autre côté il y avait Sehun. Jamais il ne voulait le quitter, mais il pensait la même chose de Minseok. Aucun mot ne pouvait décrire le bordel qui se déroulait actuellement dans son esprit.

Il vérifia son téléphone pour la troisième fois en une demi-heure et alla se coucher dans son lit. Il était quatorze heures, et il séchait les cours pour la première fois de sa vie. Il avait été à l'école tous les jours de la semaine précédente, mais il continuait à trouver trop dur le fait de voir son ancien meilleur ami tous les jours. C'est pourquoi, en ce premier lundi d'avril, il avait décidé de ne pas aller en cours. Il ouvrit son ordinateur et alla voir dans sa boîte mail si ses parents lui avaient enfin répondu. Oui. Il lu le message qu'ils lui avaient envoyé avec un grand sourire. Maintenant, il savait de quoi devait parler son devoir, et il comprenait l'explication de ses parents. Après l'avoir entièrement lu, il se leva pour aller se préparer à manger. Il s'ennuyait comme un rat mort.

Une heure plus tard, son téléphone sonna.


« Allô ? répondit le petit blond d'une voix fatiguée.

- Luhan ? Ça va ? T'as séché les cours ? demanda Sehun, catastrophé.

- Oui, oui et oui. Je suis juste fatigué...

- C'est pas une raison. Enfin, pas pour toi. Une fois t'es venu alors que t'avais quarante de fièvre.

- Peut-être, mais j'ai changé, et là j'ai juste pas envie d'aller en cours.

- Est-ce que tu vas me parler un jour de ce qui s'est passé, mardi dernier ?

- Non, répondit Luhan, sentant les larmes lui monter aux yeux. »


Le coeur de Sehun fit un bond. La voix de Luhan avait tremblé, et même s'il ne savait toujours pas ce qu'il s'était passé, il était prêt à tout pour le savoir maintenant qu'il savait que cette chose avait fait pleuré son petit ami. Il aurait tué cent hommes pour lui. Il voulait être celui qui le protégerait des dangers de la vie, de toutes les choses qui peuvent se passer mal et de toutes les tristesses.


« Luhan, je t'en supplie, dis-le moi...

- Pas... il reniffla bruyament. Pas au téléphone.

- Ok, j'arrive dans deux minutes !

- Ne sèche pas les cours pour moi...

- Trop tard. »


Et le grand brun raccrocha. Il avait quitté l'Université il y a déjà dix minutes, mais avait tout de même voulu appeler le blond pour être sûr de ne déranger personne. Il passa un nouveau tournant et vis au loin le building de Luhan vers lequel il se précipita pour retrouver son petit ami. Une fois les deux étages grimpés, il sonna à la porte et reçu un message du petit blond, lui disant d'entrer, trop fatigué pour venir lui ouvrir. Sehun obéit et pénétra dans la demeure de son petit ami en se dirigeant vers la chambre où il trouva celui-ci couché dans son lit, en t-shirt et jogging.


« Luhan, viens là, dit le plus jeune en prenant l'autre dans ses bras.

- Sehun... soupira Luhan en enfouissant sa tête dans le creu du cou de l'autre. »


Les deux amoureux restèrent dans cette position pendant quelque secondes avant de se séparer pour se regarder dans les yeux. Des larmes avaient pris place dans ceux du plus vieux, ce qui serra une fois de plus le coeur du cadet. Celui-ci se sentait fondre à chaque contact avec son hyung, et cette impression se renforçait à chaque fois qu'il était en face d'un hyung en position de faiblesse. En voyant le plus jeune, Luhan s'était rendu compte de l'absurdité de ses pensées. Pourquoi avait-il pu ne serait-ce qu'imaginer quitter son dongdaeng pour aller avec Minseok ? Il ne s'était jamais sentis aussi bien dans les bras de quelqu'un et n'était pas prêt à laisser tomber Sehun.


« Luhan, raconte-moi ce qu'il s'est passé, maintenant. »


Le plus vieux entrepris alors de raconter sa dispute avec Minseok à son petit ami, qui serrait un peu plus les poings à chaque phrase qui sortait de la bouche – irrésistible, selon lui – de Luhan. Sehun sentait le désordre augmenter dans sa tête, au fur et à mesure que sa moitié un peu trop honête lui racontait ses instants de doutes tout au long du week-end.


« Mais tu n'as pas à t'inquiéter, Hun, finit Luhan. C'est toi que... il se couvrit la bouche avec les mains.

- C'est moi que ? répéta Sehun avec un sourire, posant ses mains sur les hanches de son vis-à-vis.

- Rien, laisse tomber, dit le plus vieux dans un souffle, en baissant les yeux.

- Luhan-hyung, je t'aime. »


Le coeur du plus vieux ratta un battement à l'entente de la voix plus que suave de son dongsaeng lui disant ces mots dont il avait tant rêvé. C'était la deuxième fois de sa vie – et de la semaine – que quelqu'un lui disait cette phrase, mais c'était la première fois que ça le remuait à ce point. C'était donc ça, l'amour ? Jamais il n'aurait cru ressentir ce genre de sentiments, et encore moins pour le caïd de l'école. Mais devait-il vraiment s'en plaindre, maintenant que c'était arrivé ?


« Sehun-ah, je... Je t'aime aussi ! dit Luhan en fermant fort les yeux pour cacher sa gêne.

- Tu es vraiment trop mignon, hyung, soupira Sehun en serrant l'autre dans ses bras.

- Et depuis quand tu m'appelle « hyung » ? rit le petit blond.

- Je trouve ça sympa. Ça te dérange ? »


Le plus vieux enfouis sa tête contre la poitrine de son dongsaeng, tout en la hochant de gauche à droite pour répondre à la question de ce dernier. Ses bras passèrent dans le dos de son petit ami et ses mains serrèrent son t-shirt. Luhan était né pour passer ses journées dans les bras de Sehun, tellement il s'y sentait à l'aise.


« Luhan-hyung... soupira la voix suave du grand brun. »


Un frisson parcourru l'échine du plus vieux et la décharge électrique se répandit dans tous son corps à l'entente de la voix de son petit ami. C'est vrai qu'ils avaient été stoppés dans leur élan la dernière fois... Les mains de Sehun s'aventurèrent sous le t-shirt de sa moitié, caressant doucement les côtes de celui-ci pour remonter doucement au tétons. Un soupire s'échappa entre les lèvres du plus vieux qui se décolla légèrement de son dongsaeng en se cambrant. Ils s'allongèrent dans le lit à côté d'eux, le cadet par dessus l'aîné, laissant toujours ses mains traîner le long de son corps. Alors que sa main gauche restait faire le reste du travail sur le torse de son hyung, sa main droite descendit lentement pour atterrir sous le pantalon de ce dernier et commencer son travail.

Deux heures – qui semblèrent une douce éternité – plus tard, les deux amants se séparaient et s'allongeaient l'un à côté de l'autre pour reprendre leurs souffles comme ils le pouvaient. Assez vite, le plus jeune se remis sur ses jambes et commença à se rhabiller alors que l'autre sombrait doucement dans le sommeil, chose qui lui manquait cruellement depuis près d'une semaine. Avant de complètement s'endormir, Luhan réussit à articuler :


« Tu ne t'en vas pas trop loin, hun, Sehun ?

- Ne t'inquiète pas, je vais juste faire un tours, je reviens vite.

- D'accord, finit le blond avant de fermer les yeux. »


Alors que Luhan sombrait dans un sommeil bercé par le souvenir de lui ne faisant qu'un avec son petit ami, ce dernier quitta la pièce. Sa direction était toute choisie : Il allait voir Minsoek. Savoir que ce dernier avait pu semer la zizanie dans la tête du chinois lui était insupportable et il ne comptait pas laisser passer ça. Il courru presque jusqu'à l'Université et arriva pile au moment de la fin des cours, quand tout le monde sortait pour rentrer chez lui. Jongin essaya de l'interpeller, lui demandant pourquoi il avait quitté les cours, mais Sehun ne se détourna pas de son objectif et se dirrigea vers Minseok pour lui demander s'il était possible de lui parler.


Vers vingt-deux heures, le petit bond fut réveillé par le bruit d'une porte qui claque et regarda autours de lui pour savoir qui venait de pénétrer dans son appartement. Il vit la tête de Sehun passer par la porte et lui adresser un grand sourire. Même s'il avait dormis, Luhan s'était légèrement inquiété que le géant ne revienne pas après avoir eu ce qu'il voulait, mais avait finalement décréter que ce n'était pas son genre. Il avait raison, ce n'était plus son genre.


« Luhan-hyung, bien dormis ? Je t'ai réveillé en entrant, peut être ?

- Ne t'inquiète pas, il était temps que je me réveille. Tu es allé où, tout ce temps ?

- Bon... J'imagine que ça ne sert à rien de te mentir, donc je te le dis. J'ai parlé à Minseok.

- Tu as fait quoi ? demanda le plus vieux, catasrophé.

- On a juste parlé, t'inquiète. Et ça s'est très bien passé. »


Au moment où Sehun finit sa phrase, le petit blond à la tête d'ange entendit son téléphone sonner sur son bureau. Il se leva pour aller embrasser Sehun et en profita pour vérifier à quoi était du le bruit de sa sonnerie. Sur son écran s'affichait le numéro de Minseok, et l'indication « 1 nouveau message ».


De Baozi :

Je suis vraiment désolé de t'avoir dérangé avec ces histoires. J'aimerais qu'on reste ami tout de même, et de toute façon maintenant que je sais que tu n'es pas intéressé, j'ai d'autres affaires à gérer. J'espère vraiment qu'on pourra redevenir amis comme avant... PS : Je crois que Jongdae m'aime bien.


À Baozi :

Ne t'inquiète pas, tu es pardonné. Fonce avec Jongdae, je sais que vous iriez bien ensemble !


Le plus vieux jetta un nouveau regard à son dongsaeng et alla le prendre dans ses bras pour le remercier de son intervention.


« Qu'est-ce que vous vous êtes dit, exactement ? demanda le plus vieux.

- Cette discussion fait partie de mes petits secrets, désolé.

- Mais je veux savoir, se plaignit Luhan.

- Désolé, hyung, je préfère que tu te concentre sur le résultat. »


Luhan fit semblant de bouder, fendant le coeur du jeune coréen qui le prit automatiquement dans ses bras pour le serrer le plus fort possible. Le chinois passa ses bras dans le dos de son petit ami et le serra tout aussi fort. Les deux amoureux restèrent encore un petit temps comme ça avant de se séprarer pour décider d'aller manger dans un restaurant chinois, en ville.


La vie est belle, pensa Luhan.