chapitre 1 :

par tii

La porte s’ouvre dans un couinement habituel laissant un filet de lumière s’infiltrer dans la pièce. La voix du leader retentit. « C’est l’heure les gars. »

Un grognement sort de la bouche du Maknae. Tandis que Luhan s’assois dans son lit, les cheveux dans tous les sens.

Le temps passe sans qu’il ne le remarque, à moitié assoupit toujours assis sur le matelas. La porte s’ouvre à nouveau.

«  Luhan ? »

Il lève les yeux vers Suho qui s’approche de lui, réalisant enfin qu’il a encore trop trainé. Il a ce sentiment de culpabilité qui le traverse comme à chaque fois que le leader vient le réveiller. Il s’en veut d’être aussi fainéant, d’avoir tant de mal à se lever alors que Suho se lève tous les jours plus tôt pour eux et se couche plus tard. Luhan aimerait prendre cette bonne habitude, soulager un peu le poids sur les épaules du leader. Seulement il n’arrive pas à résister à l’appelle de son lit.

« Dépêche-toi, on a un programme qui nous attend. »

Après avoir donné amicalement une tape sur l’épaule de Luhan le leader sort à nouveau. Luhan s’habille rapidement avec les vêtements qu’il avait lui-même préparé la veille. Il rejoint les autres dans la cuisine où Il avale 3 pains au chocolat accompagné d’une tasse de café. Puis s’introduit dans une des salles de bains, Kai est là sortant de la douche une serviette a la taille en train de se sécher les cheveux. Sehun est assis par terre à moitié endormi, une brosse à dent dans la bouche. Luhan se lave le visage. Lorsqu’il relève la tête il se rend compte que Xiumin vient de rentrer, il lui adresse alors un sourire en guise de bonjour.

« Tu as l’air d’aller mieux qu’hier » les paroles de Xiumin rappelle au chinois se qui c’était passé, lui qui croyait depuis ce matin que tout ça n’était qu’un mauvais rêve. Son moral tombe d’un coup. Il attrape la serviette et s’essuies le visage.

«  J’étais juste fatigué. » Mensonge, de toute façon Luhan ne peut pas lui dire la vérité, pas maintenant, pas tout de suite, pas tant qu’il n’est pas sûr.

~

La journée avait été chargée pour les 12 membres, le van roule en direction du dortoir. Ils ont tous finis par s’endormir exténué par cette journée, sauf Luhan au fond du van. Plongé dans ses pensé, se remémorant la scène d’hier, il ne sait pas quoi en pensée. Il a peur, peur que ça se reproduise. Mais si par malheur ça arrive… que devrais-t-il faire ? Il secoue violemment la tête. Il s’obstine à croire que tout ceci n’était qu’une illusion créer par la fatigue, que rien de tout ça n’est réellement arrivé. D’ailleurs aujourd’hui… Il n’a pas eu mal, alors tout va bien.

Arrivé au dortoir ils se couchent tous, il est déjà minuit passé.



Se retournant dans un gémissement de douleur, Luhan ne comprend pas ce qu’il lui arrive. Il se tourne encore cherchant une position où il n’a mal nulle part. Les yeux fortement fermé sous la douleur, avec les sourcils froncés il essaye de se concentrer pour connaitre la source de sa douleur. Quand il réalise que ça provient de son genou gauche il ouvre brusquement les yeux. Comprenant rapidement que ce n’était pas une illusion, son genou a réellement un problème. Ça l’angoisse. Il attrape son portable pour regarder l’heure, il est quatre heures du matin.

Il décide de sortir de la chambre. Seulement après à peine deux pas il manque de s’écrouler par terre, retenant comme il peut sa plainte de souffrance. Son genou ayant lâché sous la douleur, heureusement que son autre jambe peu le soutenir encore.

« hyung ? »

Il se retourne et aperçu la silhouette de Sehun qui est assis dans son lit.

« Ça va ? »

« Oui, j’ai juste trébuché » Luhan se mord la lèvre, il déteste mentir mais c’est la seule solution pour l’instant. Sehun se recouche sans rien dire. Luhan sort de la chambre tout en s’aidant du mur pour avancer. Il allume la lumière du salon et se jette sur le canapé, il étend sa jambe et regarde avec précision son genou. Mais rien ne parait, il est normal, même pas gonflé. Il appuis a différent endroit au tour de sa rotule mais il n’a pas mal jusqu’à ce qu’il appuis sur le côté externe, une douleur le parcours le forçant à enlever rapidement son doigt. Il ne comprend pas ce qu’il se passe, et pourquoi tout d’un coup c’est douloureux. Il ne se rappelle pas avoir fait de mauvais mouvement. Est-ce grave ? Prenant son courage, il se lève pour atteindre la cuisine, il ouvre le congèle et sort une poche de froid que Lay utilise lorsque son dos est douloureux. Il retourne s’allonger sur le canapé et pose l’objet froid sur son genou, un soupir de soulagement lui échappe.

~

« Luhan ? »

Il se réveille doucement et voit Suho penché au-dessus de lui.

« Pourquoi tu as dormis ici ? » Luhan regarde autour de lui et se rend compte qu’il est toujours sur le canapé.

« Tu as mal quelque part ? » Suho se penche tout en disant ses mot, et ramasse la poche de froid qui avait finis par tomber par terre pendant le sommeil agitée du chinois. « J’avais un peu mal à la nuque… » Il se redresse et s’assis sur le canapé s’étirant.

« Et ça va mieux maintenant ? » dans un geste protecteur Suho pose sa main sur la nuque du chinois qui répond d’un hochement de tête. Suho parait satisfait et part faire le tour des chambres pour réveiller chaque membre, tandis que Luhan se prépare tranquillement. Il est heureux parce qu’il ne ressent plus aucune douleur.

~

Ils arrivent à la salle d’entrainement pour répéter leur chorégraphie. Luhan est anxieux, il a peur que son genou craque devant tout le monde. Il ne veut pas paraitre faible, il déteste ça.

La musique se lance et Luhan exécute les mouvements parfaitement synchro avec les autres membres. Il ressent quand même une légère douleur dans le genou, qui l’empêche de se concentrer correctement. La musique s’arrête d’un coup.

« Luhan, concentre toi… tes mouvement sont imprécis. » Kai remet la musique au début après avoir dit ces mots. Luhan s’excusa auprès de tout le monde, puis se retourna face au miroir prêt à recommencer. Il maudit son genou de l’empêcher de faire les choses correctement.

La musique s’arrête et laisse place au silence et aux respirations fortes des membres essoufflés après plus d’une heure d’entrainement intensif. « Beau boulot les gars » prononce Suho avant d’attraper une bouteille d’eau et de la porter à sa bouche. Chacun récupèrent ses affaires pour partir.

« Je vais rester ici un peu plus… » Tout le monde se retourne vers Luhan. « Je veux me perfectionné… le live c’est demain. »

Le leader fronce les sourcils «  Luhan, tu t’es assez entrainé aujourd’hui tu devrais mieux te reposer. »

« Je ne rentrerais pas tard. »

Suho finit par être convaincu par les paroles du chinois « ne tarde pas.»

Alors que la salle est devenu vide est silencieuse Luhan se permet de prendre une petite pause, il s’assit a même le sol et sort son téléphone. Il marque les symptômes de son genou sur internet et trouve diverse maladie toute plus horribles les unes que les autres, est ce qu’il a l’une d’elle ?

Il soupire, se relève. Il sent son genou grincer sous lui comme si il était rouillé. N’y prêtant pas plus d’attention il lance la musique, plonge ses yeux dans le miroir, il faut qu’il y arrive.

Ratant à nouveau un mouvement qu'il met sur le compte de sa douleur corporelle, il remet la chanson au début. Jusqu’à ce qu’il le fasse parfaitement. Tous se qu’il venait de lire, la possibilité d’une maladie grave au genou, lui traversé la tête en même temps qu’il dansé. Non, peu importe ce qu’il a il n’abandonnera pas, parce que faire partie de ce groupe est sa raison de vivre. Une larme lui échappe sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. La musique se termine. S’asseyant par terre dos au miroir épuisé, il commence à pleurer. Parce qu’il a vraiment peur, peur que ce soit grave. La douleur est parfois si importante… ça ne peut pas être rien. Il a peur d’être envoyé de force à l’hôpital. Peur que les résultats soient négatifs, peur que sa carrière ne se termine. Il faut qu’il arrive à dissimuler cet handicape. Pour lui c’est la solution, il doit juste endurer, si il le cache alors pas d’hôpital, aucune chance de résultat mauvais.

Levant les yeux vers l’horloge il se rend compte qu’il est deux heures passé. Il n’a pas vu le temps s’écouler. Il ramasse ses affaires et prend chemin du retour.

Lorsqu’il ouvre la porte la lumière du salon est éteinte Il se déchausse est rentre discrètement. Quand d’un seul coup la lumière s’alluma.

« Tu appelles ça pas tard ? Il est trois heures » Luhan se fige, les parole du leader son froide. Il se tient devant lui le visage sérieux, ses yeux noir planté de celui du chinois

« Suho… désolé. » Le nommé Suho soupire après les excuse de Luhan.

« Luhan… c’est bien que tu travailles dure mais… je ne veux pas que tu te détruises la santé. »

« T’inquiète pas je vais bien. »

Non il ne va pas bien, il a comme des aiguille qui lui transperce le genou. Mais Il est persuadé que personne n'en saura jamais rien et qu'il a le contrôle. Personne ne sait et personne ne le saura, c’est tout.