3.6.5

par Rukyoshu

IX – 3.6.5.



Le matin débute à peine sur ta chambre. Je te regarde en souriant. Tu ne me connais pas. Nous ne nous sommes jamais parlé. Pourtant, je suis toujours là pour toi. Je ne suis ni ta conscience, ni un fantôme. Je t
inculque seulement certains principes pour que ta vie, plus tard, ne soit pas trop dure. Nous avons le même nom et le même visage. Pourtant, je ne suis pas ton âme non plus. Je ris en te voyant sautiller sur place, le pied dans la main. Tu grognes comme tous les matins contre ce meuble qui traîne sans cesse sur ton passage. Tu as beau râler, tu ne le bouges pas pour autant. Tu marmonnes des insultes et observes l’état de ton doigt de pied. Rien de cassé, tout va bien. Tu chantonnes cette chanson que je t’ai murmurée durant les seize années de ta vie.

« Cogne-toi trois fois, même si tu pleures six fois
Si tu le surmontes cinq fois de plus, tu peux en voir la fin
 »

Cest l’une des “règles 3-6-5” comme je les appelle. Elles se déclinent pour de nombreuses situations. Reposant ton pied sur le sol, tu contournes finalement le meuble et descends dans la cuisine. Ton père est déjà parti travailler. Ta mère t’offre un doux sourire et un baiser. Tu t’assoies à table et prends ton petit-déjeuner tranquillement, un large sourire aux lèvres. J’aime quand tu es joyeux de cette façon, je me sens plus léger. Tu discutes avec ta mère, joues un peu avec ton chien et, comme tous les matins, tu finis par te mettre en retard. Alors tu cours dans la maison pour te préparer et files vers ton arrêt de bus. Je marmonne, roule des yeux. Plus tu te précipites, plus tu perdras de choses importantes. Comme ce grand dadais qui sourit pour toi tous les matins et que tu loupes trois fois sur quatre. Pourtant, il recommence chaque matin, espérant que tu le remarques un jour. Promis, demain, je te force à tarrêter pour le saluer correctement. Si je n’agis pas, tu passeras à côté de quelque chose de magique. Crois-moi, je sais ce que je fais. Oh, et puis, pourquoi attendre demain ?

Le bus arrive, il monte en premier. Tu le suis, pressé, impatient. Tu es pire qu’une boule d’énergie. Il s’assied à une place libre et je te pousse vers lui. Tu rougis comme jamais d’être tombé sur lui et te redresses. Il est rouge également mais son sourire n’a jamais été aussi lumineux. Il t’invite à t’asseoir. Tu regardes à l’arrière, vers tes amis, mais ne peux pas refuser sa proposition. Et tu te rends compte, au fil des secondes, que ce jeune homme est très gentil, très drôle et très attachant. Alors tu discutes joyeusement, sans te rendre compte que ta vie va changer. Quand ton arrêt se profile, tu te mets à parler de plus en plus vite. Je soupire, désespéré.
Donne-toi plus de temps pour que tu puisses respirer. Ton nouvel ami éclate de rire, se moque de toi gentiment et te donne son numéro de téléphone. Ce sera sans doute mieux, tu avoues. Tu le salues finalement et descends du véhicule en lui faisant un signe de main. Tu rejoins alors tes amis et la journée se passe normalement. Les jours qui passent se ressemblent souvent, as-tu lhabitude de dire, comme le soleil qui se lève toujours au même endroit. Pourtant, aujourdhui, quelque chose a changé. Tu as ouvert ton cœur à l’inconnu et c’est ce qu’il pouvait t’arriver de mieux.


J’ai toujours été là pour toi sans que tu ne le saches jamais. C’est mieux ainsi. Des tas de personne ne connaissent pas l’existence des gens comme moi. Nous ne sommes ni des fantômes, ni des âmes égarées. Nous venons au monde en même temps que vous et veillons sur vous toute notre vie. Nous sommes semblables à la personne que nous protégeons et nous portons le même nom. Nous ne sommes pas réellement vivants, nous ne sommes pas morts non plus. Nous sommes simplement vos anges gardiens. Pour ma part, cette vie me plaît.
Tous les matins je commence ma journée en te réveillant. Cest un des moments que je préfère parce que, tous les matins, j’ai l’impression que tu te rends compte de mon existence. Bien sûr, ce n’est pas le cas. Ce n’est pas grave, c’est toujours un moment doux. Puis je veille à ce qu’il ne t’arrive rien. Ce serait malsain de te suivre partout si je n’étais pas simplement comme toi. Je suis juste une partie de toi, une partie que tu ne connais pas. Alors c’est normal que je sois à tes côtés. Enfin, je ne pousse pas le vice à aller sous la douche avec toi. Tu as le droit à ton intimité. Autrement, je serai avec toi toutes les minutes, toutes les secondes. Et jaime cet état de fait. J’aime la vie que je mène. Sans doute parce que tu es une personne exceptionnelle, je le sens. Tu as de grandes capacités et tu as le cœur sur la main. Tu le confirmes au fil du temps. Tu fais du bénévolat, tu participes à quelques actions humanitaires, tu te lances dans des études pour travailler dans le social. Tu veux aider les autres et ton meilleur ami, ce grand dadais, suit la même voie. Vous vous entendez à merveille et ça me fait chaud au cœur. Son ange gardien doit être très bien également. Oui, je ne peux pas le savoir, nous ne pouvons pas nous voir. Si je le vois un jour, alors je saurai que ton ami est l’élu de ton cœur. Ce n’est pas instantané. Il faut que tu apprennes à connaître une personne avant de savoir si elle sera ton élue. Et puis, comme je te tiens la main, je ne te laisserai jamais partir nimporte où. Que ce soit pour tes études, pour tes relations, pour tes envies. Ce serait dommage de gâcher ta vie en partant sur un mauvais chemin parce que je n’aurais pas été à la hauteur. Je veux que tu sois le plus heureux.


La lune est levée depuis longtemps sur ta chambre. Pourtant, tu ne dors pas. Tu ris avec ton meilleur ami alors que vous révisez pour vos examens qui approchent. Il est tard mais ça n’a pas d’importance.

« Éclate de rire trois fois, écoute une chanson six fois
Si tu ne dors que cinq heures ce n’est pas très grave
 »

Tu chantes cette chanson avec bonne humeur. Le grand dadais ouvre de grands yeux, tend le bras vers ses affaires et attrape sa guitare. Vous méritez bien une petite pause avant de replonger dans vos révisions. Il gratte les cordes et tu chantes. Parfois, il t’accompagne. Vous faites un merveilleux duo. Sa voix grave se mêle à la perfection à la tienne, comme si vous étiez faits pour chanter ensemble. Vos visages sont lumineux tant le bonheur vous entoure. Et il chante la suite de ma chanson. C’est à mon tour d’ouvrir de grands yeux.

« Comme un chevalier de lumière qui te protège
Je vais brandir mon épée rien que pour toi, devant tes yeux
 »

Cest à mon tour d’ouvrir de grands yeux. Comment peut-il connaître ma chanson, celle que je te chante depuis ta naissance ? Serait-il possible qu’il soit celui que tu as choisi, celui qui t’est destiné ? Je cligne des yeux, tourne la tête et sursaute. Alors que vous riez ensemble, surpris de connaître la même chanson, je vois apparaître l’ange gardien du grand dadais. Je ne pensais pas que ça arriverait si vite. J’avais imaginé des tas de prétendants, des tas de choses. Je savais que ce jeune homme deviendrait important pour toi. Je ne pouvais pourtant pas deviner qu’il serait tellement important que ton cœur le choisirait. Il me sourit, du même sourire que ton meilleur ami, celui qui dévoile ses belles dents blanches. Et, quand vous commencez à chanter la suite, il se mêle à vous.

« Je vais vivre chaque jour comme si j’étais né pour toi
Pour qu’aucune douleur ne vienne à ta rencontre
 »

Peut-être que le destin est bien plus puissant que je ne le pensais, finalement. Cette chanson des “règles 3-6-5” que je pensais être mienne est en réalité vôtre. Elle est celle qui vous lie, indéniablement. En suivant ces principes, vous vous êtes rencontrés. En chantant cette chanson, vous vous êtes aimés. Je pensais que je serais le seul à te murmurer cette chanson pendant ton sommeil pour quelle se grave en toi. Dorénavant, il sera là pour toi. Son ange gardien tend la main vers moi, comme une invitation. À présent, nous serons deux à veiller sur vous. Avec douceur, mes doigts effleurent les siens. Une tendre chaleur se promène le long de mon corps, alors que vous continuez de chanter, comme si rien dautre ne comptait. Sans doute est-ce le cas, d’ailleurs.

« Quand le destin te teste et t’apporte des larmes
J’apparaîtrai toujours devant toi comme un miracle
 »

Oui, cette chanson est faite pour vous. Je navais pas fait attention. Depuis que tu le connais, il a toujours été là pour toi. Sitôt que tu avais un problème, que tu te sentais mal, que tu pleurais, il apparaissait devant toi. Je ne pensais pas me faire voler mon rôle un jour. Je sais que je n’y peux rien, tu ne pouvais pas rester un enfant toute ta vie et je ne pouvais pas t’apporter ma chaleur. Je suppose que c’est ce que ressentent les parents quand ils se rendent compte que leur enfant grandit. Je vais vivre chaque jour pour toi, debout derrière toi, mais lui sera devant toi. Il sera là pour te consoler et te réconforter. Il sera là pour sécher tes larmes. Il sera là pour taimer de tout son cœur, de toute son âme et de tout son corps. Il sera bien plus présent que moi qui n’ai pas d’identité à tes yeux. J’aurais pu être triste de me retrouver mis de côté, subitement. Mais ton amour m’a permis d’avoir quelqu’un à mes côtés également. Nous ne serons plus seuls.

« Je vis chaque jour comme si j’étais né pour toi
Pour qu’aucune douleur ne vienne à ta rencontre, j
e vais te protéger »

Alors sois heureux, Byun Baekhyun.