(poisson d'avril) La fin des Malheurs de Jongdae - Explications

par Ako-Cissnei











En ce jour, Jongdae se sentait perturbé sans savoir pourquoi.

Il se dirigea finalement vers Yixing, pour lui raconter ce cauchemar qu'il venait de faire et qui, il le sentait déjà, s'apprêtait à changer sa vie.

Fort heureusement pour lui, le fantôme étant trop peu connaisseur de certaines pratiques humaines du vingt-et-unième siècle, il se laissa faire sans poser de questions.

Jongdae s'étant en effet rendu compte qu'il était définitivement hétérosexuel et que sa vie jusque là n'avait été qu'un immense mensonge, il prit un plaisir salvateur à travestir entièrement son petit-ami, étant tout de même incapable de l'effacer totalement sa vie en le quittant.

Une perruque rose bonbon, du gloss à paillettes, une prothèse avec de faux seins, une jupe d'écolière, et Jongdae et Yixing vécurent heureux, dans la joie de s'adonner aux fantasmes les plus inavouables.

Après tout, Yixing s'était pris de passion pour les paillettes et le dessin animé mon petit poney en regardant trop longtemps la télévision. Il était plus qu'heureux de ressembler à un caca de licorne.



* * *



Minseok en ayant assez que Luhan ne réponde jamais à ses appels, il se décida enfin à aller frapper à sa porte. Quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur l'étrange vision du jeune chinois en train de danser sur une chorégraphie qui lui semblait relativement aléatoire sur la toute nouvelle chanson de ce groupe débutant, Big Byung.

-C'est quoi ça ?

Luhan essoufflé, s'arrêta immédiatement, comme pris en faute, et se jeta sur sa chaîne hi-fi pour arrêter la musique.

-Quoi, ça ?

-La musique. Dis-moi que tu n'as pas fait ça.

-Fait quoi ?

-Danser sur Stress Come On.

Devant le silence plein d'aveux de son homme, Minseok laissa son sentiment de trahison exploser.

-Comment t'as pu me faire ça ? Comment t'as pu tomber aussi bas ? Et tu vas pas me dire que t'es bias de Doni aussi ?

-Comment t'as su ? sursauta Luhan.

-Ecoute, franchement je suis pas sûr de réussir à te pardonner ça.

-T'es pas sérieux là ? J'te fais pas de crise quand tu bande devant DBSK !

La tension était palpable.

-Tu peux même pas comprendre ce que je ressens pour eux. T'as pas de coeur, t'es vide, t'es du vent, tu viens de me le prouver.

-J'suis peut-être vide mais mon bias à moi ne se balade pas avec un nécessaire de tricot dans son sac. Ton Changmin ne peut pas en dire autant.

C'est ainsi que Minseok et Luhan se retrouvèrent d'un commun accord de nouveau célibataires. De toute façon et comme le disait si bien un grand philosophe tristement méconnu de leur temps, Byun Baekhyun :

L'amour ne peut vaincre le fanboyisme, c'est bien la preuve que c'est d'la merde.



* * *



Lorsque Sehun sortit de l'immeuble de Junmyeon après une bonne semaine de disparition totale à l'intérieur, une femme se mit à hurler dans la rue, terrorisant la petite dizaine de personnes qui évoluaient dans la rue à cet instant.

En effet, le jeune homme couvert littéralement de sang de la tête aux pieds avait de quoi faire peur.

Avec un rictus, Sehun se jeta sur la femme qui hurlait toujours, faisant palpiter la veine de son cou.

Car Oh Sehun l'artiste s'était retenu jusque là, mais voir Junmyeon blessé l'avait renvoyé à ses instincts primaires. Il ne pouvait plus se contenir à présent, et tant pis si le monde savait à présent qu'il était un vampire.

Et contrairement à Edward Cullen, le trip vegan vampiresque n'était pas son nindô.



* * *



Chanyeol n'en pouvait plus. Jour après jour, sa frustration grandissait et il ne se sentait plus capable d'assumer les rejets incessants de Baekhyun.

C'est ainsi qu'il finit par lui laisser un message téléphonique tant bien que mal à travers ses larmes de désespoir de savoir que son amour ne lui serait jamais retourné :

Baek... C'est plus possible. Je dois partir pour t'oublier. Je vais retourner à ma passion de petit garçon : les furets. C'est doux les furets. Les furets ça reste près de toi dans les moments difficiles. Par définition, tu n'es pas un furet et c'est pour cela que me sentiments pour toi me font si mal.

Mais avant de repartir de zéro avec ses amis de toujours, les furets, Park Chanyeol passa la nuit à pleurer dans son doudou en forme d'éléphant. Il se sentait proche de lui à cause de leurs oreilles communes, et ce fait le réconforta quelque peu, lui donnant la force de se relever le lendemain afin d'oublier ses tourments.



* * *



Le téléphone de Taemin vibra de nombreuses fois avant qu'il ne trouve la force de décrocher, les yeux lourds et rougis de sommeil.

-MEC, J'AI PECHO ! lui hurla la voix de Jongin dans le combiné, lui décoiffant presque sa permanente bouclée dont il était si fier.

-Hein ?

-J'ai pécho. J'ai pécho Soojung, mec. T'sais, la tapée trop bonne qui adore se faire appeler par son nom américain, là, Krystal. Même qu'elle a dit que moi je pouvais l'appeler Soojung. Et là, j'suis dans SON jacuzzi, et toi mon vieux, t'es dans ta jalousie.

-J'te hais.

-J't'aime quand même.

-Menteur. Tu vas faire comme tous les mecs en couple, genre Jongdae qui sort plus de chez lui. Et puisque tu me jettes comme un vieux déchet, ma place est à la poubelle. Je vais passer le reste de ma vie dans un sac poubelle par ta faute. Mais heureusement le sac poubelle est beaucoup plus fidèle que toi puisque s'il n'y a pas de déchet dedans, il n'a pas de raison d'exister. Je serais la raison de vivre de ce sac poubelle. Je l'épouserais et je l'appellerais Polyméthacrylate de Méthyle, parce qu'il sera beaucoup plus noble que toi. Et que ça fait noble les noms avec "de" devant. Comme ça je pourrais le surnommer Plexiglas.

-Mec t'es tellement loin, j'te vois même plus.

-J'vois pas pourquoi t'aurais un cristal et moi je pourrais pas avoir un Plexiglas. C'est encore plus transparent, c'est plus classe.

Jongin se trouva catastrophé : son meilleur ami faisait désormais des plaisanteries tellement nulles qu'il n'arrivait même plus à rire, et cela alors qu'il planait très haut après quatre pétards fumés.

L'heure était grave.

Ainsi, Jongin s'empressa de fuir le pays pour élever des lamas au Pérou.

Car Antoine Daniel lui avait bien appris que le Pérou ne se mêlait jamais aux grandes guerres, depuis le combat entre les chameaux et les pirates de l'espace. Et comme en plus Jongin n'aimait pas les chameaux, il allait vivre en compagnie de lamas au poil plus soyeux les uns que les autres.



* * *



-Pourquoi tu pleures ?

Henry était très surpris. Kris tenait une feuille entre ses mains tremblantes et des larmes de détresse roulaient sur ses joues. Il jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule pour y lire :

Vous aviez en votre possession le plus beau lama de ce monde, je suis désolé mais pour commencer mon élevage, il me le fallait pour concurrencer les producteurs locaux. Oh, et très beau choix de nom, l'ambre c'est beaucoup plus joli que le cristal. Encore désolé, je comprends que vous soyiez tristes. Vous pourrez venir lui rendre visite un week-end sur deux, c'est promis.











***