Par à-coups du sort

par Ako-Cissnei









-Non, j'ai rien pu en tirer.

-T'es sérieux ?

Luhan rejeta la tête en arrière avec un gémissement de frustration.

-Min', t'as réussi à me forcer à te faire une déclaration ridiculement guimauve alors que j'avais réussi à être d'une discrétion à toute épreuve pendant des années ! Des années ! Et t'es même pas foutu d'obtenir de ton meilleur ami qu'il se confie à toi ?

Minseok haussa un sourcil dubitatif en regardant son petit-ami.

-Tu n'étais pas ridicule du tout.

Pris par surprise, Luhan rougit furieusement en se figeant une seconde. Il détourna ensuite le regard en se balançant d'un pied sur l'autre.

-C'est... C'était pas le sujet...

Minseok sourit malgré son inquiétude en glissant sa main dans celle de son petit-ami.

-Peut-être, mais c'est vrai.

Luhan se gratta la tête en regardant ailleurs.

-Merci... Mais... Jongdae.

-Oui, et ? J'en sais rien. Il ne veut rien me dire, et visiblement il s'y tiendra. Je ne peux pas le forcer non plus !

-Et si moi j'emploie la manière forte ?

Minseok fixa son vis-à-vis avec une lueur d'effroi dans les yeux.

-C'est-à-dire ?

En guise de réponse, Luhan sourit diaboliquement.

-La manière forte, c'est tout.

-Tu comptes le torturer ? ironisa le rouquin.

-Un bon interrogateur garde ses secrets.

Minseok soupira, et le chinois cru percevoir le mot "flippant" venant de ses lèvres tordues en une moue qu'il trouvait adorable.

-Non, mais de toute façon ce n'est pas éthique. Une déception amoureuse, ça arrive, on s'en remet. Si pour une fois Jongdae ne veut pas que je mette les pieds dans son jardin secret, eh bien...

-T'es sûr qu'il n'y a rien de plus compliqué derrière ? Il nous a menti sur Yixing, il rase les murs depuis des semaines, il ne sort plus et n'embête même plus Junmyeon.

-C'est dire.

-... Ni ne fait de remarques désespérées sur à quel point on est insupportables. Il me semble qu'on est en droit de s'inquiéter, non ? Même s'il ne veut rien dire, on pourrait essayer de le forcer un peu. Ou au moins de le sortir.

-Mouais.

-J'ai raison, ça te brûle la langue de l'admettre ? grommela Luhan.

-Evidemment que tu as raison, mais tu crois que je ne le connais pas ? Dès qu'un truc un peu grave lui tombe dessus, il ne dit rien à personne avant de s'en être remis. Il est plus fort que tu ne le crois.

-En attendant, il ne nous avait jamais fait le coup de la dépression nerveuse. Avant, personne ne savait que quelque chose n'allait pas, sauf si on arrivait à voir qu'il souriait encore plus que d'habitude, c'est quand même préoccupant.

-Je sais, Luhan, je sais, soupira Minseok, soudain las.

Le chinois passa doucement sa main derrière la nuque du jeune homme pour l'attirer contre lui.

Minseok se détendit imperceptiblement contre le T-shirt épais, qui sentait une eau de Cologne qu'il ne pouvait s'imaginer sur personne d'autre que Luhan. Il ferma un court instant les yeux contre le tissu vert foncé et les inscriptions rouges (le mot "Berlin" en majuscules, souvenir de leur voyage de l'an dernier), avant de se séparer de lui.

Bien sûr qu'il était mort d'inquiétude pour son ami, mais il le connaissait sur le bout des doigts : s'il faisait des pieds et des mains pour garder son secret, peu importe les arguments que Minseok ou Luhan, ou qui que ce soit pourrait avancer, Jongdae ne lâcherait rien. Il résisterait, ou prendrait la fuite, ou trouverait n'importe quel moyen percutant pour changer de sujet (et surtout dans le cas de Minseok, il ne valait sans doute mieux pas énerver son meilleur ami -depuis le jardin d'enfant, qui plus était. Si Luhan voulait s'y frotter, eh bien, têtu pour têtu... Cela promettait.), et contre vents et marées, garderait ses soucis pour lui.

-Zut, j'ai oublié l'heure. Tu m'accompagnes aux casiers ? On se revoit à la pause.

Minseok acquiesca silencieusement, alors que Luhan le tirait doucement par la main dans le couloir.

Arrivés devant les casiers, ils eurent la surprise de voir débouler la cause de leurs tourments amicaux en la personne de Jongdae, un peu essoufflé.

-Bah, t'as couru ?

-Ouais. Salut les tourtereaux.

Les "tourtereaux" échangèrent un regard interdit.

Jongdae semblait un petit peu plus énergique.

-'Chier, je sais vraiment pas où j'ai fichu ma calculatrice...

Minseok donna un petit coup de coude à son meilleur ami.

-Jong', t'es en histoire. Pourquoi tu as besoin d'une calculatrice ? Si tant est que tu en aies une...

Jongdae sembla soudain réfléchir intensément.

-Ah oui, tu as raison.

Et de repartir aussi sec.

-Eh, Jongdae ! le rappela Luhan.

-Ouais ?

-Elle est là, ta calculatrice, crétin. Sous le bouquin d'histoire moderne que tu allais oublier. Dans ton casier que tu allais oublier de fermer.

Le coréen revint sur ses pas, un peu gêné, et farfouilla un instant dans son casier...

... Avant qu'un odieux criminel ne lui referme la porte sur la main.

Jongdae laissa échapper un miaulement de douleur tout sauf viril, avant de se mettre à sautiller sur place en maintenant sa main meurtrie contre lui, faisant des moulinets avec son autre bras.

-Oh, pardon, Jongie ! J'avais pas vu que tu étais derrière... Et tu devrais danser comme ça, la prochaine fois qu'on ira en boîte, je suis certain que tu aurais ton petit succès, s'excusa à peine Baekhyun, avec une expression tout sauf désolée sur son visage fin.

Il regardait son ami bondir sur place en soufflant, l'air narquois.

Mais contrairement à ce que ses trois amis étaient en droit d'attendre, le jeune homme afficha soudain un grand sourire, qui ne sonnait qu'à demi sincère (mais peut-être était-ce seulement dû à la douleur violente de sa main).

-Y'a pas de soucis ! Bon je file.

-Pourquoi t'as une calculatrice ? s'étonna Baekhyun, et attends-moi ! Je te cherchais, justement, tu sais que Junmyeon va encore au BDE à la fin de la semaine ? On va devoir prendre ses cours...

Jongdae jeta un œil à sa calculatrice.

-Ah, voilà ! C'est pour ça, il m'a demandé si je pouvais lui en dépanner une pour son boulot là-bas.

Minseok et Luhan les regardèrent s'éloigner, les yeux écarquillés.

-Rappelle-moi de mieux choisir mes fréquentations, ce type est d'un trop haut niveau pour moi, marmonna Minseok, en fixant Jongdae d'un air mauvais.

Comment osait-il avoir l'air tout à coup si... Léger, alors qu'il les faisait mourir d'inquiétude depuis plus d'un mois ?

Alors qu'il se retournait vers son propre casier pour le fermer, il sentit les bras de Luhan s'enrouler autour de sa taille et son menton se déposer dans son cou. La chaleur que son torse transmettait à son dos donna envie à Minseok se s'y coller, de fermer les yeux et de s'y blottir pour la journée, et les effluves de parfum le détendirent presque instantanément.

-Il a l'air d'être plus enclin à se confier, du coup, non ? On se revoit à la pause, bonne journée.

Et Luhan se dépêcha de rattraper Chanyeol qui avait déjà commencé à monter les escaliers un peu plus loin, au risque d'être en retard.

Minseok le suivit du regard, une ombre de sourire au coin des yeux.



* * *



-C'est toujours le grand amour entre vous ?

Absorbé dans la lecture d'un message, Luhan ne répondit pas.

-Hanniiiie... chantonna Chanyeol en continuant de regarder le tableau.

-Ne...

-Ouais, ça va, je sais.

Luhan souffla.

-Et toi et Baekhyun, ça y est, c'est le violons et tout le toutim ?

Le grand coréen lui lança un regard étonné.

-Hein ? se contenta-t-il de répondre, intelligemment.

-Vous... Vous êtes en couple, avec Baekhyun, ça y est ? Non ? Je me trompe ?

Chanyeol pouffa de rire, ses grands yeux en forme de goutte d'eau plissés aux coins et la main devant la bouche, bizarrement presque trop petite pour cacher la totalité de son immense sourire.

-Baekhyun qui adhère à la notion de couple ? C'est beau d'avoir de l'espoir, Luhan.

Le temps pour le chinois de se remettre de son étonnement, leur classe fut envoyée en pause en avance par la caricature d'un professeur de littérature aigri, mal dans sa peau et sur les nerfs.

Le temps de rouler sa traditionnelle cigarette tandis que le patio qui leur servait de cours s'enfumait doucement, embaumant l'air de multitudes d'odeurs de tabac différents, formant un amas blanchâtre un peu étouffant, et Chanyeol continua.

-Tu devrais comprendre ça, pourtant, toi. Baekhyun et moi, on s'entend très bien au lit, ça s'arrête là. Très, très bien, certes, mais rien de plus.

-J'ai pas besoin de connaître les détails de ta vie sexuelle, Park... soupira Luhan.

-T'as tort, en ce moment c'est vachement instructif, ça pourrait te donner des idées.

-Merci, mais non merci.

-Attends... Ne me dis pas que toi et Minseok, vous en êtes encore à des caresses de collégiens ?

Luhan bondit.

-Ah, ça suffit, je ne te demande pas ton avis ! Et ne change pas de sujet, l'asperge !

-C'est pas gentil, ça ! pleurnicha Chanyeol.

-Rien à foutre.

Le temps pour Chanyeol de sécher des larmes imaginaires avec une expression dramatique, Luhan reprit :

-Tu ne vas pas me faire croire que votre crise de l'autre jour au BDE et que tu dormes chez lui au moins trois soirs par semaine, ça ne veut pas dire que votre relation a un minimum avancé ?

Le plus grand pris enfin un air sérieux, et vaguement mélancolique, que Luhan -et qui que ce soit d'ailleurs- ne lui voyait que rarement. Il prit son temps avant de répondre, les yeux dans le vague.

-Depuis que tu sors avec Minseok, on dirait que tu vois tout en rose. Mais crois-moi quand je te dis qu'avec ce mec, personne n'est prêt de le présenter comme son copain. Baekhyun aime le sexe, on a trouvé une affinité là-dessus, c'est tout.

Chanyeol fit un effort démesuré pour ne pas penser aux petites attention que le petit brun acceptait désormais. Il les avait cru significatives pour leur relation, mais au final cela leur créait plus un lien de grands amis qui couchaient ensemble plutôt que celui de deux personnes en voie de commencer à s'aimer.

-Chan', ne me prend pas trop pour un idiot, quand même, ça crève les yeux que ça ne te suffit pas.

L'autre serra la mâchoire.

-Baekhyun est un essai. C'est tout.

-Tu sais aussi bien que moi que c'est faux, et ne te fais pas plus bête que tu ne l'es... Tu peux te mentir à toi-même, à Baekhyun et à qui tu veux, mais pas à moi. Pas sur ce plan-là.

Un silence court s'installa entre les deux garçons.

Luhan savait parfaitement ce que c'était, même si du temps où il était accro au sexe, la personne qu'il aimait et celle(s) avec qui il couchait étaient distinctes. Pour Chanyeol, c'était une seule et unique, et son premier garçon, qui plus était. Byun Baekhyun était son exception, sa lueur d'espoir et son adorable bourreau, celui à qui il faisait l'amour sans que cela ait la même signification pour l'un et pour l'autre. Et donc le grand coréen se construisait une armure de principes pour se cacher derrière, même devant ses propres amis.

Luhan comprenait réellement Chanyeol pour avoir déjà vu cette émotion dans le regard d'un autre garçon, à qui il avait essayé de s'attacher comme ce dernier le désirait, mais il n'avait jamais vraiment réussi.

Oh Sehun.

Ce garçon qui s'était contenté d'une relation de sexfriends pendant plusieurs mois avec la personne pour qui il avait de réels sentiments. Ce garçon dont Luhan s'était servi pour combler un manque d'affection, qu'il ne pensait jamais pouvoir obtenir de la personne qu'il aimait, lui. Il connaissait les sentiments de Sehun à son égard, et pourtant il ne lui refusait rien. Il en était incapable, et avait fini par assumer avec sa conscience qu'il les voulait, ces attentions.

Parce que Luhan commençait à cette époque à se rendre compte à quel point c'était bon de se sentir aimer, de sentir qu'on lui faisait l'amour. Qu'importait qu'il ne soit pas la personne qu'il aimait, c'était le mieux que Luhan pensait jamais obtenir de la vie. Qu'importait qu'il ne puisse même pas penser que c'était Minseok, au risque de se sentir comme s'il le salissait, et qu'importait qu'il ne parvienne pas à aimer Sehun.

Luhan en était arrivé à un point où il se contentait de cette situation, trop pour se rendre compte que cela les détruisait lentement tous les deux.

Jusqu'à ce que Sehun décide de tout arrêter, ayant trop mal.

Et Luhan avait eu beaucoup de mal à se remettre de cette dépendance.

Il n'avait jamais aimé Sehun, mais il aimait la façon qu'il avait de le regarder, de le toucher, il aimait ses baisers qui étaient si différents que tous ceux qu'il avait jamais reçu. Il aimait le reflet qu'il avait dans les yeux de Sehun, il apprenait à s'aimer au fur et à mesure que lui l'aimait.

Luhan était devenu accro au sexe lorsqu'il avait commencé à avoir ses premières relations. Soit très tôt. Mais Sehun l'avait rendu dans la foulée accro à l'affection, à l'amour qu'il n'avais encore jamais reçu. Pendant un temps, Luhan avait combiné ses deux addictions en ne parvenant pas à se passer de la présence du jeune homme, sans jamais ressentir de plus pour lui que la même chose qu'un junkie pour une seringue de bonheur.

Et à présent, s'il n'aimait toujours pas Sehun d'amour, bien que lui gardant tout même une profonde affection (l'attachement n'est pas synonyme d'amour), il ressentait quelque chose de nouveau pour lui, soit un immense respect.

Il avait été bien plus fort et plus mature que lui en le quittant. Il ne lui en avait jamais voulu du mal qu'il lui avait fait. Sehun avait fait preuve de toutes les qualités dont Luhan avait été incapable, et avait compris bien des choses avant lui.

Pendant des mois, Luhan avait vu la douleur se mêler à l'espoir dans les yeux de Sehun. Et quand ce dernier l'avait quitté finalement, il y avait toujours de la douleur, mêlée à l'abandon, la lassitude, la fatigue. Un mélange qui avait poignardé le cœur de Luhan.

Et il ne voulait surtout pas que Chanyeol vive la même chose que lui, d'autant que pour Luhan comme pour ceux qui avait assisté à leur dispute, Baekhyun ne lui était pas aussi indifférent que lui à Sehun. Mais s'il ne l'admettait pas, ce serait du pareil au même. Voire pire.

-Le dire, ce serait le rendre réel, murmura finalement Chanyeol.

Luhan lui lança un regard empli de douleur et de compassion. Malgré son potentiel exaspérant, ils étaient amis, et Luhan éprouvait une réelle affection pour ce grand échalas au cheveux bouclés et légèrement décolorés, ce type aux oreilles décollées, aux grandes mains et au sourire immense, à la voix grave et rauque. Ce physique un peu étonnant pour un coréen et cette grande gueule cachait un cœur qui n'était plus naïf depuis bien longtemps, mais qui restait fondamentalement gentil.

Et Luhan et son cynisme savaient que les gens gentils, dans n'importe quel contexte, étaient facilement cassables, même s'il faudrait un monde à Chanyeol pour qu'il admette qu'il n'était pas dominant et tout-puissant.

Ils ne purent cependant poursuivre leur conversation, même s'ils l'avaient voulu, car les autres classes avaient rattrapé leur avance et prenaient leur pause à leur tour, les rejoignant.

Luhan et Chanyeol sursautèrent en entendant un bruit d'impact.

Suivi d'une explosion de rire (rire que Chanyeol reconnu immédiatement et qui lui noua imperceptiblement l'estomac) et d'une porte qui s'ouvre.

-Deux fois en deux jours, t'es pas sérieux ?

-Eh ! Elle était presque invisible, cette fichue porte ! Sérieusement, les portes en verre c'est joli, mais faudrait voir à ne pas trop les nettoyer, pesta Jongdae en franchissant le seuil de ladite porte en se frottant la tête, tirant un petit sourire en coin à Junmyeon qui suivait les deux garçons, et qui répliqua :

-Arrête de râler autant, si cette faculté te déplaît tant que ça, tu n'as qu'à prendre la porte.

Après un regard échangé avec Baekhyun, les deux garçons s'écroulèrent de rire en se tenant les côtes, sous l'œil vexé et souffreteux de Jongdae.

-Ah, ça fait plaisir de te voir de bonne humeur, Junmyeon, lui sourit Chanyeol.

-Ouais, si seulement ça n'était pas à mes dépends et sous l'influence des jeux de mots pourris de Baekhyun... ginça le blessé.

-Moi j'ai trouvé ça bien vu, ricana Luhan en passant un bras autour des épaules de Jongdae.

-File-moi une clope, toi, au lieu de dire des conneries.

-Si tu veux, mais seulement si tu m'accompagnes à l'entraînement de foot, ce soir.

-Quoi, je te porte bonheur au point que tu ne veuilles même plus t'entraîner sans moi ? se moqua Jongdae.

-C'est ça, grinça Luhan en levant les yeux au ciel.

Trop occupé à écraser son mégot, il ne vit pas le sourire que Jongdae n'avait pas pu réprimer en sentant la douleur de sa tête s'évaporer comme par magie. Il lui avait même -presque- semblé ressentir cet apaisement comme un baiser aérien sur son front.



* * *



Remis de son fou rire, Junmyeon ressentit soudain quelque chose d'étrange.

Comme une envie subite de courir, tout droit et le plus vite possible, avec la sensation qu'il pourrait s'envoler s'il courait assez vite, et que rien ni personne ne serait en travers de son chemin.

Il se sentait étrangement léger mais trop léger. Aussi léger que s'il n'avait pas de corps, comme dans ces rêves récurrents où l'on flotte dans l'air sans raison apparente, avant de tomber en chute libre.

Il chancela, et voulu ouvrir la bouche pour appeler quelqu'un à le soutenir, sans y parvenir. Il s'appuya finalement contre le mur le plus proche en ayant presque peur de passer à travers -ce qui n'avait aucun sens- et sa vision se brouilla. Il vit cependant qu'aucune des silhouettes devant ses yeux ne se retournait vers lui, comme si...

Comme s'il était invisible.

Et Junmyeon fut tout à coup pris d'une violente envie de vomir. Son ventre se tordait dans tous les sens, un goût atroce lui montait dans la gorge, et des larmes de malaise lui montaient aux yeux. Il détestait cette sensation, et se sentit sur le point de paniquer.

Sans plus se soucier de ses camarades, il se jeta à l'intérieur du bâtiment pour courir vers les toilettes les plus proches. La chance lui permit d'y arriver assez vite, et surtout, de parvenir à une cabine libre aussitôt.

Ayant tout juste le temps de s'enfermer à clef, Junmyeon se pencha au-dessus de la cuvette, pris de soubresauts, et vomit pour de bon.

Il ne sut pas combien de temps il resta ainsi, peut-être à peine une minute ou deux, mais cela lui sembla être des heures.

Il se demanda furtivement ce qui pouvait bien sortir de son estomac à ce point, sachant que cela faisait presque vingt-quatre heures qu'il n'avait rien avalé.

S'il continuait à vomir, il pressentait que ce serait bientôt ses propres tripes qu'il devrait cracher.

Junmyeon sentait sa respiration devenir sifflante au fur et à mesure qu'elle s'accélérait. Il finit par se laisser tomber assis sur le sol, tête baissée, ayant tout juste la force de s'essuyer le menton avec une feuille de papier toilette.

Il avait peur, mais surtout, il se sentait réellement seul. Incapable de se lever, d'appeler quelqu'un à l'extérieur ou même de bouger sa main pour attraper son téléphone, alors qu'il avait la furieuse sensation que le sol glacé se dérobait sous lui.

Après de longues minutes à tenter de se calmer, il finit par fermer les yeux, pour voir plusieurs visages s'imposer dans son esprit, en particulier ceux de son père, de sa mère, et de...

"Sehun ?"

Junmyeon secoua violemment la tête, sans se soucier des nausées que ce geste déclenchait alors. Il ne devait pas penser à Oh Sehun, non, ce n'était pas une bonne idée.

Il le regardait déjà beaucoup trop souvent, il lui prenait déjà ses dernières pensées avant de s'endormir le soir et ses premières le matin en arrivant à l'université. Il en avait assez d'Oh Sehun et de ses sourires craquants, de ses longues jambes et de ses cheveux qui changeaient de couleurs toutes les deux semaines. Oh Sehun qui ne le regarderait jamais aussi souvent que lui le faisait.

L'agacement et le mépris de Junmyeon à l'égard de sa propre personne eurent au moins le mérite de calmer sa crise de panique, pour recouvrer son attitude blasée dont il se servait habituellement comme d'une armure. Il resta encore de longues secondes, de longues minutes, la tête appuyée contre le mur et laissant ses jambes s'étaler lentement de l'autre côté de la cabine blanchâtre.

-Junmyeon ? Tu es là ?

L'interpellé sursauta.

C'était la voix de Jongdae.

Le jeune homme sentit ses yeux se mouiller, puis ses joues se couvrir de larmes brûlantes qu'il n'avait même plus la force de retenir, trop fatigué, à bout de forces. Il se sentait trop ému par ce constat tout simple : quelqu'un le cherchait.

Il se sentait terriblement pathétique d'être aussi perturbé par un camarade de classe qui appelait son prénom, mais il ne parvenait pas à dénouer la boule de sa gorge à ce constat : on avait remarqué son absence, et on prenait du temps pour savoir où il était.

-Junmyeon ? Si tu es là, réponds, c'est moi. Baekhyun est parti voir si tu n'étais pas à la machine à café...

Il ne se préoccupa pas de faire remarquer ironiquement à Jongdae qu'heureusement qu'il était vraiment là, sinon le jeune homme serait en train de parler tout seul. Il se contenta d'ouvrir difficilement la bouche pour croasser :

-Je suis là, Jongdae.

Pas de réponse. Il entendit en revanche le jeune homme grogner pour lui-même :

-Bon, j'imagine qu'il doit être retourné dans la salle...

-Jongdae ? Hé, je suis là, je te dis.

Il ne l'entendait donc absolument pas ?

Un regain d'énergie dû à un pic de curiosité et d'un autre genre de panique aida Junmyeon à se relever et à ouvrir la porte de la cabine.

-Ah, tu es là ! Tu pourrais répondre, quand on t'appelle !

-Je t'ai répondu. Deux fois.

-J'ai rien ent... Hé, ça va ?

Junmyeon ne voulait pour rien au monde voir la tête qu'il avait à l'instant.

-Ouais... T'inquiète pas, ça va, je dois couver un truc.

Jongdae fronça les sourcils, mais n'insista pas, au soulagement du jeune homme, dont les yeux s'étaient fait suppliants.

"Ne pose aucune question, par pitié. Pas maintenant."

-Allez, viens, murmura son ami d'une voix douce, comme s'il avait peur de le brusquer, en lui prenant le bras pour l'entraîner vers les lavabos.

Doucement, il mouilla un mouchoir pour passer de l'eau froide sur le front et les joues de Junmyeon. Il supposa que c'était pour faire dégonfler ses yeux, effacer les traces de larmes et laver ses tempes collantes de sueur.

-Si tu as besoin d'être seul, on t'apportera les cours, avec Baekhyun. Si tu veux en parler, on peut aussi sortir.

Junmyeon secoua violemment la tête, sans répondre, fixant le carrelage sale des toilettes.

-D'accord, continua Jongdae à voix basse, on va y retourner alors. Tu es sûr que ça va aller ?

Pour toute réponse, le président du BDE s'avança en essayant de toutes ses forces de ne pas chanceler vers la sortie, rattrapé par Jongdae qui lui prit à nouveau le bras avec douceur.

Ils marchèrent en silence quelques instants dans le couloir qui entretemps s'était vidé de tous les autres élèves, remontés dans leurs couloirs respectifs...

-Eh, attention !

... Avant que, contre toute attente, ce soit Junmyeon qui soit obligé de retenir Jongdae -ou du moins, d'essayer, car ce fut un échec cuisant- qui s'étala soudain lamentablement sur le sol un peu humide.

-Jong', ça va ?

L'autre resta face contre terre quelques secondes, et Junmyeon l'entendit pouffer de rire.

-T'as vraiment choisi de revenir me voir, on dirait, cru-t-il l'entendre dire.

-Hein ? Jongdae, à qui tu parles ?

L'intéressé se releva d'un bond en époussetant sa veste.

-Fichues serpillières, pas vrai ? Et j'ai rien dit, sourit-il.

Junmyeon le regarda avec des yeux ronds alors qu'il reprenait son bras.

-Désolé d'avoir failli te faire tomber !

-Il... Il n'y a pas de mal.

Junmyeon ne pouvait pas se douter que Jongdae avait entendu de très loin un rire cristallin parvenir à ses oreilles, et que son léger sourire était simplement celui d'un imbécile heureux, et non pas d'un fou.



* * *



Lay ressentait une excitation dont il ne se savait pas capable en suivant Jongdae et Junmyeon des yeux. Il ne le voyait pas, mais c'était tout de même à lui qu'il avait souri.

Il avait failli le retenir dans sa chute, mais, même si cela ne le remplissait pas de joie, il savait qu'il fallait cela pour être à nouveau à même d'être touché et vu par Jongdae. Ce dernier lui avait laissé le choix : lui éviter toute blessure afin de préserver son intégrité physique, ou le laisser se blesser (et se ridiculiser) sur tout et n'importe quoi comme à son habitude, et finalement, pouvoir l'embrasser de nouveau. Cesser de le traverser.

Et Lay en avait tellement envie qu'il ne prenait même pas la peine de réfléchir aux potentielles conséquences, comme si elles n'existaient plus. Seul importait Jongdae.

Jongdae qui lui adressait enfin ses premiers mots en trois semaines, Jongdae qui semblait irradier de nouveau à chaque fois qu'il ressentait la présence de son fantôme. Jongdae dont l'humeur déteignait sur celle de Lay, qui était à la fois rassuré, et à la fois, de plus en plus frustré de ne pouvoir toujours pas se blottir entre ses bras.

La potentielle conséquence qui résultait de tout cela était tout à fait occultée de ses préoccupations. Son humanité. Yixing.

Lay vivait dans un rêve doucereux et illusoire depuis plusieurs semaines, qui le laissait croire que si Jongdae le serrait dans ses bras, il se ficherait de tout, tout lui serait facile, permis, possible.

Qu'importait ceux du monde quand il pouvait avoir les yeux de Jongdae.



* * *



-Jongdae, tu descends avec nous ? On voudrait faire quelques passes avec toi, ça fait longtemps !

-Tellement longtemps que je ne le vivrais pas mal d'attendre encore avant de toucher un ballon, crois-moi.

-Ah, ça suffit, sois un homme et descends de ces tribunes !

-Lulu, ton attention me touche, sincèrement, mais ne te sens pas obligé, je ne m'ennuie pas du tout là où je suis !

-Si tu nous accordes quinze minutes de jeu, on te paye une bière.

Minseok adressa un clin d'œil satisfait à Luhan en voyant leur ami descendre les marches des gradins vides comme s'il allait à l'échafaud.

-Il faut juste savoir y faire avec ce gosse, fais-moi confiance.

Luhan pouffa et envoya le ballon à son petit-ami d'une talonnade.

Après avoir accompagné ses deux meilleurs amis à leur entraînement hebdomadaire, ces derniers étaient parvenus à convaincre Jongdae de rester, arguant du fait que cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas profité du terrain vide à la fin de la séance pour jouer simplement à eux trois, comme lorsqu'ils étaient bien plus jeunes. Ce faisant, ils profitaient aussi du semblant de bonne humeur actuel de Jongdae pour retrouver effectivement leur ami et essayer de le sortir au mieux de ses récentes idées noires.

Alors que les deux compères étaient occupés à échanger un sourire victorieux, Jongdae laissa échapper un cri terrorisé en trébuchant sur les marches des tribunes, pour finir par atterir sur les fesses dans l'herbe du terrain.

Interloqués, Luhan et Minseok dévisagèrent leur ami avant d'exploser d'un rire peu charitable, l'un se tenant les côtes en menaçant de s'écrouler à son tour sur le terrain, l'autre tellement cambré en arrière qu'il semblait sur le point de se casser le dos.

-Vous êtes des amis indignes ! rugit Jongdae, vexé comme un pou, en se relevant et se massant les fesses -avant de sursauter quand quelqu'un se mit à les masser à sa place.

-Yixing, grommela-t-il, je ne sais pas si tu m'entends mais là, ce n'est pas le moment de me peloter.

Il s'imagina presque aussitôt l'air parfaitement innocent du fantôme -qui au passage, ne devait sûrement pas savoir ce que signifiait peloter-, totalement inconscient de l'effet que pouvait avoir son geste sur Jongdae.

Sa douleur finalement envolée, il s'empara d'un ballon laissé à l'abandon pour donner un coup de pied dedans, visant Luhan mais atteignant le ventre de Minseok, qui cessa enfin de se moquer de lui. Un raté pour un succès.

Remis de leur fou rire, les trois garçons commencèrent à s'échanger quelques passes sans que l'on puisse appeler cela un véritable match, s'exerçant simplement à trois comme ils en avaient l'habitude. Le niveau de Jongdae avait depuis longtemps été laissé loin derrière par celui des deux autres qui avaient continué de pratiquer ce sport en club. Mais ils s'adaptaient, préférant simplement partager un moment entre amis.

Comme du temps où tout était simple.

Sur ce terrain, il n'y avait plus de couples, plus de déprime, plus d'études, ni de parents, juste Xiao Luhan, Kim Jongdae et Kim Minseok qui se passaient le ballon.

Qui se le passaient d'ailleurs un peu trop violemment.

L'entrejambe de Jongdae put en témoigner quand la lourde balle atterit brutalement pile dessus.

Le jeune homme poussa le hurlement le plus aigü dont il était capable, à la limite de l'ultrason, perdant encore un cran de virilité, avant de s'effondrer sur l'herbe à plat dos.

Luhan tenta de s'excuser entre deux larmes de rire, aussi compatissant que précédemment. C'est-à-dire pas du tout.

Alors que Minseok s'avançait vers son petit-ami en essayant au moins de retenir son hilarité (sans que qui que ce soit soit dupe), Jongdae réalisa soudain quelque chose.

-Merde, par pitié... SURTOUT PAS DE BISOU ICI !

Les deux autres sursautèrent, et échangèrent un regard interdit.

-Voilà autre chose...

-On s'embrasse si on veut, non ?

Jongdae tourna des yeux encore écarquillés de panique vers ses amis, surpris.

-Ah, mais faites ce que vous voulez, vous deux, ce n'était pas à vous que je... Bref.

Il se releva et épousseta ses vêtements en tentant d'ignorer qu'il venait de passer pour un fou dangereux.

-Jong', tout va bien ?

-Ouais, ouais, sans problème ! lança-t-il en tentant le coup du rire gêné-un-peu-coupable-et-qui-essaie-de-cacher-qu'il-a-fait-une-grosse-bêtise.

-T'es sûr ?

-Bon alors, on va la boire, cette bière ?

Luhan haussa les épaules. Son ami était souriant, c'était toujours ça... Même s'il avait définitivement l'air bon à enfermer. Il lui accorda le bénéfice du doute pour cette fois, après tout, cela pouvait perdre un homme, la douleur à cet endroit précis.

Jongdae se retourna pour aller chercher son sac dans les tribunes, tandis que Minseok renvoya le ballon d'un coup de pied à côté des sacs. Luhan lui lança un regard interrogateur (il aurait très bien pu le prendre à la main), avant de comprendre quand son petit-ami lui fit un grand sourire et prit de l'élan pour se mettre à courir vers lui.

Le chinois tendit les bras pour un recueillir un Minseok essoufflé et brûlant à cause de son récent effort sportif, mais pouffant de rire. Il en profita pour le soulever un peu -Luhan était plus grand que les deux autres, et en était fier- et lui vola un baiser rapide, avant de se diriger vers Jongdae.

Ce dernier leur jeta un coup d'œil un peu envieux, imaginant une dimension temporelle où il pourrait agir ainsi avec Yixing.

Presque aussitôt, il sentit une caresse sur ses lèvres.





* * *



-Tu pleures, Jongdae ?

-Nan, fumée dans l'œil, lâche-moi.

-Tu ne sais même plus fumer correctement ? Mais qu'est-ce qu'on va faire de toi, on se le demande ?

Baekhyun avait levé théâtralement les bras en l'air en posant sa question, dardant un regard goguenard sur son ami qui était, comme lui, arrivé plus tôt pour travailler à la bibliothèque. Ils devaient encore dactylographier des cours pour Junmyeon, mais aussi préparer un travail commun. Et pour cela, il fallait parfois sacrifier quelques matinées, même alors qu'ils auraient pu n'aller en cours qu'à quinze heures, comme le spécifiait leur emploi du temps.

-Pas mieux que toi, à savoir pas grand-chose.

-Monsieur n'est pas du matin ?

Baekhyun avança son visage pour le mettre juste en-dessous de celui de son ami, investissant totalement son espace vital avec un sourire idiot aux lèvres.

-T'as décidé de me faire chier, aussi ! lança Jongdae en bondissant en arrière.

-Moi ? Non, ça ne me ressemble définitivement pas, rétorqua le petit brun sans se départir de son sourire presque carnassier et en croisant les bras.

-Y'a pas à dire, ton mec te réussit beaucoup trop bien.

-Qui ça ?

-Ton mec, répéta Jongdae, surpris.

-J'ai pas de mec.

-Chanyeol ! s'exclama son ami.

-Quoi, Chanyeol ? Moi c'est Baekhyun. Tu devrais vraiment dormir plus, mon pauvre...

-Je le sais, ça, crétin ! Je parlais de Chanyeol, ton mec, enfin vous êtes bien ensemble, non ?

Baekhyun ouvrit de grands yeux stupéfaits. Sa mâchoire inférieure se décrocha, lui donnant l'air un peu stupide, et il en oublia de répondre.

-Si tu espérais garder le secret, il fallait être plus discret...

-On n'est pas ensemble, voyons.

Ce fut au tour de Jongdae d'exorbiter les yeux.

-Tu te payes ma tête ?

-Non. Je ne suis pas en couple avec Park Chanyeol, ça se saurait.

-Mais...

Jongdae se frappa la tête du plat de la main.

-Mais, Baekhyun, ça se sait !

-Quoi, qu'on baise ?

-Mais non, pauvre abruti larvaire et lobotomisé !

-Joli.

-Merci. Je disais donc, mais non, que vous... Enfin, que vous êtes ensemble !

-Oui mais ça ne risque pas de se savoir, vu qu'on ne l'est pas.

Jongdae se pinça l'arête du nez.

-Tu te fiches de moi.

-Non. Il est sympa, gentil, et il baise comme un dieu. Tu saurais comment il fait les...

-Oui, sauf que je n'ai aucune envie de savoir ! coupa précipitamment Jongdae en jetant son mégot en faisant de grands gestes avec les bras.

-Bon, et alors ? Notre relation s'arrête là, je ne vois pas ce qu'on pourrait imaginer de plus.

Jongdae laissa échapper un borborygme qui ressemblait à "maiquimafoutudanlaclassdececrétinlà", en fermant les yeux.

Il aurait dû s'y attendre, mais Baekhyun ne cessait de le surprendre. C'était à croire qu'il n'avait réellement aucune notion de ce à quoi pouvaient ressembler un sentiment amoureux, le désir de tendresse, ou quoi que ce soit d'autre. Et Jongdae se doutait que Chanyeol, à tout lui céder et le traiter comme une princesse (ou comme une diva pourrie-gâtée, cela dépendait des points de vue), ne l'aidait pas vraiment à s'en rendre compte.

Baekhyun avait besoin de se sentir en danger, il avait besoin de challenge pour réaliser qu'il appréciait Chanyeol un peu plus que comme un simple... "Plan cul". C'était triste, mais c'était la vérité, de l'avis de Jongdae.

Parce que cela crevait les yeux que ces deux-là étaient faits pour rester ensemble, songeait le jeune homme en poussant la porte en verre de la bibliothèque -heureusement que celle-ci était suffisamment sale pour rester voyante.



* * *



Lay sursauta et grimaça lorsque Jongdae se pencha pour ramasser son stylo, et, sans surprise, se prit la table en pleine tête.

Dans son sursaut de douleur, il voulut sans nul doute toucher l'arrière de son crâne, mais son geste brusque envoya son coude cogner sa chaise, lui envoyant une décharge de douleur dans tout le bras droit, qui lui arracha un gémissement de souffrance.

Lay se rua vers le jeune homme pour poser sa main droite sur son bras, et laissa la gauche aller caresser ses cheveux. Il sentit Jongdae se décrisper doucement sous son toucher, sous le regard de Baekhyun, immobile. Mais si l'on se rapprochait et prêtait un peu plus attention à ce dernier, on voyait que sa bouche ne cessait de remuer dans tous les sens, et que l'éclat de rire qu'il retenait lui faisait monter des larmes dans ses yeux embués.

-T'es impossible, marmonna rapidement le petit brun une fois un peu calmé, t'es un vrai spectacle ambulant. Gratuit. Et désopilant.

-Je me passe de tes commentaires.

Même Lay ne pouvait s'empêcher d'avoir envie de rire, mais il se contenta de laisser courir ses lèvres sur les cheveux de Jongdae, savourant son odeur qu'il commençait enfin à percevoir de nouveau.

Il resta debout à ses côtés jusqu'à ce que Baekhyun ne quitte la bibliothèque avant lui, faisant promettre à Jongdae de le rejoindre au BDE lorsqu'il aurait fini son propre travail.

Alors Lay s'assit sur la chaise que venait de laisser vacante le jeune homme, pour poser sa tête dans ses bras et profiter simplement du fait de pouvoir regarder Jongdae plongé dans son travail. Il avait cette petite moue avec la bouche qu'il faisait toujours lorsqu'il était concentré ou sérieux, les sourcils un peu froncés, les lèvres un peu en avant, et le nez plissé du côté gauche. Il gardait le nez vissé à sa feuille et son stylo, cependant Lay se sentait tranquilisé à l'idée que leur lien commençait à se reformer.

Malgré tout, alors qu'il l'observait, une nouvelle inquiétude se mit à germer dans son esprit. Est-ce que Jongdae finirait vraiment par pouvoir le voir de nouveau ? Après tout, il s'était approché de très près du succès de sa mission. Est-ce qu'il n'allait pas alors rester invisible toute son existence, se contentant de pouvoir lui prodiguer des soins de loin en loin ?

Lay se mordit la lèvre (bien que n'en ressentant aucune douleur) en s'obligeant à chasser ces pensées de son esprit.



* * *



Pressé, Chanyeol accéléra le pas. Junmyeon allait réellement avoir sa peau s'il arrivait encore en retard cette fois-ci. Il pesta mentalement contre Minseok à qui on ne disait jamais rien si lui était en retard depuis qu'il sortait avec Luhan, tandis que sa bonne conscience luttait faiblement contre sa mauvaise foi : Minseok faisait toujours du bon travail dans tous les cas, lui.

Apercevant enfin les portes bleues au bout du couloir, il couru presque sans regarder autour de lui, ne gardant que la tache bleu clair en visuel.

Et failli s'étaler de tout son long (et au vu de sa taille, il se serait fait très mal) quand une petite main aux longs doigts s'empara de son sac à l'épaule, pour l'immobiliser près du mur.

Le cri grave mi-effrayé, mi-outré de Chanyeol fut étouffé dans l'œuf par un baiser langoureux.

Reconnaissant immédiatement ces lèvres fines et ce toucher à la fois sauvage et sensuel, ces doigts qui étaient passés partout sur son corps, en l'instant serré sur son col de chemise, et ce corps plus petit d'une petite tête que le sien, Chanyeol sourit dans le baiser. Il posa une de ses grandes paumes à plat sur le mur en face de lui, tandis que la deuxième s'avançait pour caresser des doigts la gorge de celui qui avait interrompu son pas. Il savait qu'appuyer juste assez fort sur ce cou d'apparence fragile lui tirait souvent des grognements, et il ne s'en priva pas.

Byun Baekhyun.

Lorsque les deux jeunes hommes s'interrompirent enfin, par manque de souffle, le petit brun retint Chanyeol par le haut de sa chemise, lui tirant un frisson.

Soudain, il se prit à rêvasser d'ongles parcourant son torse sous cette chemise bordeaux, de lèvres rougies et de peau pâle rendue brillante.

-Bonjour, sinon, sourit le plus grand.

Baekhyun ouvrit les yeux, et lui adressa un sourire espiègle.

-T'as oublié un caleçon chez moi hier soir.

Chanyeol se pencha de nouveau pour suçoter sa lèvre inférieure.

-Oh, je vais devoir venir le récupérer alors.

-Oui, viens donc le chercher, lui lança Baekhyun alors que son sourire s'élargissait.

Il agrémenta sa réplique d'un léger signe de tête vers son pantalon, et Chanyeol, non sans un estomac un peu tordu en imaginant ce petit brun au sourire espiègle porter son caleçon, sourit en comprenant le message.

Et grimaça en réalisant qu'il devrait attendre le soir.

-Baekhyun...

L'interpellé gazouilla.

-Oui, je sais que tu as des choses à faire, mais je voulais être sûr que tu n'oublies pas de revenir chercher ce qui t'appartient.

Chanyeol résista au besoin de secouer la tête pour y faire rentrer que Baekhyun parlait -hélas- de son caleçon en disant cela.

-Dis... Tu m'offres un café dans ton bureau ? Ils sont bien meilleurs que ceux des autres machines.

Baekhyun battit des cils, voulant se donner une expression parfaitement innocente, mais ne parvenant qu'à aguicher encore plus le grand coréen.

Alors ce dernier ricana avant de pencher sa tête vers lui, s'arrêtant juste avant de toucher ses lèvres. Le petit brun tenta d'avancer la tête pour déclencher le baiser, mais Chanyeol ne le laissa qu'à peine frôler son but, avant de murmurer tout contre sa bouche :

-Bien sûr. Et ensuite tu m'accompagneras faire des photocopies. Je veux savoir si cette petite bouche est meilleure avec un léger goût cappucino.

Baekhyun releva furtivement les yeux vers lui, avant d'empoigner la nuque du plus grand pour l'emprisonner dans un baiser un peu trop enflammé pour un couloir d'école.

Avant d'être interrompu par un claquement de porte.

La porte bleue s'était ouverte sur un Sehun interloqué.

-Chanyeol..?

Il s'écarta de Baekhyun sans bouger les mains, toujours sur le mur et sur sa gorge.

-Ouais, j'arrive, grommela ce dernier, sans que le petit brun ne se départisse de son sourire de lutin farceur.

Et en passant près de Sehun, il murmura :

-Par pitié, ne dis rien à Jongin et Taemin, il y va de ma santé mentale.

Sehun étouffa avec difficulté l'éclat de rire qui lui prenait la gorge.

-Motus.

Même si c'était sans doute peine perdue, au vu des réactions des deux garçons quand il entra à la suite de Baekhyun, alors que Sehun quittait le bureau pour passer un coup de fil.

-Oh, salut Baekhyuuuuuuuuun ! s'exclama Taemin, d'un air aussi ravi qu'un enfant qui a reçu une console de jeux à Noël.

-Tu es venu avec Channiiiiiiiiiiie ? renchérit Jongin, un sourire sadique au coin des lèvres en jetant un coup d'œil à "Channie".

Qui rugit :

-NE. M'APPELLE. PAS. CHANNIE.

Baekhyun se retourna vers lui avec un sourire encore plus large.

-N'y pense même pas, toi, grommela Chanyeol en se dirigeant vers la machine à café du BDE.

-Je t'ai connu plus aimable, Chan'.

-J't'aimais mieux quand t'avais trop de boulot pour venir, Hyo.

La jeune femme lui adressa un grand sourire, un clin d'œil, et s'attela de nouveau aux dossiers dont elle avait la charge.

Le petit bureau du BDE donnait l'impression d'être plein à craquer, pourtant personne ne pensa à dire à Chanyeol de renvoyer Baekhyun. En premier lieu parce qu'il était ami avec Junmyeon et Minseok également, mais surtout parce qu'un sourire en coin démangeait trop les occupants de la pièce pour penser à être désagréable avec le petit brun.

Leur équipe était rarement complète, et c'était le cas aujourd'hui. Rien d'étonnant à ce que Junmyeon et Minseok soient à leur bureau comme les travailleurs modèles qu'ils étaient, le nez collés à leurs feuilles dans un ensemble touchant, mais pour les autres, c'était une autre histoire. Parvenir à les réunir tous dans la même pièce au même moment était un phénomène presque mensuel.

Chanyeol était plutôt fidèle au poste, mais absolument pas ponctuel. Et son côté tête en l'air faisait que, s'il était plutôt régulier dans le travail du bureau, il était en revanche une mission compliquée de le faire venir à des réunions extraordinaires, ou de lui demander un travail plus spécifique que la routine qu'il avait intégré.

Depuis quelques semaines cependant, il était cependant absent à quasiment tous les rendez-vous.

Sehun ne faisait pas partie de l'équipe initiale, celle de l'an précédent, mais avait remplacé un membre plus âgé, qui avait terminé sa scolarité, un certain Leeteuk. Il semblait prendre le contrepied de Chanyeol en étant de plus en plus assidû au fur et à mesure que l'année s'écoulait, arrivant même parfois avant Junmyeon et Minseok. Mais son emploi du temps différant radicalement de ceux des autres, il lui arrivait fréquemment de ne pas être disponible en dehors des horaires d'ouverture de la faculté, auxquels étaient justement plus libres les autres.

Jongin et Taemin étaient présent même en-dehors de leurs horaires de travail, mais Junmyeon déposerait un cierge à l'église le jour où il en verrait au moins un sur les deux ouvrir un dossier important à la place de leur porte-monnaie qui semblait sans fond pour nourrir les machines à café de pièces dorées, et des potins qu'ils échangeaient inlassablement (majoritairement composé de coucheries, que ce soient les leurs ou celles de leurs connaissances).

Les plus difficiles à capter étaient sans nul doute le trio des filles de la fac de médecine : Hyoyeon, Sooyoung et Tiffany. Très prises par leurs études et leur vie sociale, leur appartenance au BDE tenait autant à leur popularité qu'à leur capacité à travailler vite et bien. Mais cela leur permettait également de travailler très peu, du moins en apparence, ou sur certaines périodes, et si personne ne remettait en cause leur rôle au sein du BDE, il était fréquent que Junmyeon s'arrache les cheveux à leur sujet.

Toutes trois de très belles créatures, la majorité des garçons de l'université jalousaient considérabement ceux de leur équipe de travail pour avoir une telle excuse pour gagner en proximité. Que ce soit la remarquable Sooyoung aux jambes interminables et au sourire malicieux, l'adorable Tiffany aux longs cheveux auburn et au rire musical, ou la pulpeuse et mutine Hyoyeon aux cheveux bleu-gris (et à la poitrine proéminente, aussi), il fallait admettre qu'elle laissaient difficilement un potentiel partenaire indifférent ("à croire que les élèves ont tous voté avec leurs parties génitales, cette année" grognait Junmyeon au début de son mandat de président).

Difficilement, sauf dans le cas de Junmyeon qui semblait, à l'exact contraire de Jongin et Taemin, s'intéresser à tout sauf au sexe. Idem pour Minseok qui lui ressemblait beaucoup sur ce point-là avant de sortir avec Luhan (et depuis, il n'avait de toute façon d'yeux que pour lui).

-Chanyeol, tu pourrais dire bonjour ! s'offusqua Tiffany.

-Pas ma faute, j'ai perdu l'habitude, à force de ne plus vous voir ici !

-Sérieusement mon vieux, les vannes sur la fréquence de notre boulot sont aussi drôles et originales que les blagues sur l'écart entre les épisodes de What The Cut.

-Mon vieux ? réagit Chanyeol.

Il ne put donner suite au vocabulaire vieillot d'Hyoyeon que Jongin lui passa un bras au-dessus des épaules.

-Alors, t'as du croustillant, on dirait ?

Malgré la grimace que lui arracha l'idée que Jongin ne s'imagine sa vie sexuelle avec Baekhyun, mêlée au souffle chaud désagréable causé par ce murmure à son oreille, Chanyeol se fendit d'un sourire de requin.

-T'as même pas idée.

Les yeux de Jongin se mirent à briller.

-Tu me racontes ?

Le sourire de Chanyeol s'agrandit.

-... Non.

Et d'allumer l'ordinateur le plus éloigné de la machine à café.

Encore sous le choc, Jongin cligna plusieurs fois des yeux (se donnant l'air relativement stupide, d'autant qu'il avait la bouche grande ouverte), son éternel gobelet en plastique à la main. Pour comprendre son état de stupeur, il fallait savoir que Chanyeol s'entendait en temps normal presque aussi bien avec les deux beagles qu'avec ses meilleurs amis, au point de sortir régulièrement avec eux et de partager leur goût pour les racontars sexuels, le regardage de fessiers dans les couloirs, et les ragots de lycéens.

S'entendre répondre un "non" pareil, surtout après un sourire maléfique pareil et un atroce effet de suspense, avait de quoi laisser Jongin coi. Un sacré exploit, en soi.

-Chanyeoooool ! T'es un traître, avant tu ne m'aurais jamais dit ça !

-Joue-la encore plus mélodrame, Jongin, tant que tu y es !

Taemin aurait pu éclater d'un rire peu charitable pour se moquer de son ami ou entamer un monologue désespéré sur le fait que Chanyeol avait outrageusement changé et qu'il avait perdu le sens de l'honneur qui régissait leur amitié qu'il pensait à toute épreuve, mais il était trop occupé à fixer rêveusement le derrière d'Hyoyeon se pencher sur l'ordinateur de Sooyoung.

-Taemin, tu ne voudrais pas te concentrer un peu plus ? glissa un Sehun mort de rire en lui déposant un bulletin quelconque.

-C'est ce que je fais, répondit aussitôt le jeune homme, la langue par terre, sans détourner les yeux.

Se redressant et s'apercevant de l'attention du garçon, Hyoyeon leva les yeux au ciel avant de lui asséner une claque à l'arrière de la tête.

-Tu m'avais manqué aussi, Tae !

L'autre mima la détresse la plus crédible dont il était capable avant de courir pleurer faussement dans les bras de Jongin, qui profita de l'épaule de son meilleur ami pour épancher sa tristesse de constater le nouvel écart qui se creusait entre eux et Chanyeol.

Tandis que ce dernier était très occupé à prendre l'air le plus ronchon et exaspéré possible, un petit brun qu'il avait bien failli oublier lui mordilla très discrètement l'oreille en lui tendant un gobelet plein.

Cappuccino noisette, sucré à s'en engourdir les papilles. Exactement comme Chanyeol les aimait...

... Les cappuccinos, pas les petits bruns au sourire ravageur.

Nouvellement dynamisé, le grand coréen s'apprêtait une fois encore à se lever et trouver une excuse pour aller s'oublier un peu avec Baekhyun. Oublier que le petit brun irait sans doute voir ailleurs quand il estimerait qu'ils avaient tout expérimenté, oublier qu'il avait autant envie de l'inviter au restaurant que de lui faire l'amour, oublier qu'il n'entendrait jamais son vis-à-vis lui demander un simple câlin ou lui dire des mots doux, mais seulement des sous-entendus sexuels plus ou moins explicites.

Il se contenterait simplement de ce qu'il avait.

-Tiens, Baekhyun, pendant que tu t'occupes encore une fois de gérer l'ambiance dans mon bureau, tu ne voudrais pas dire à Jongdae de venir ici aussi ? Il a des brouillons que je dois récupérer avant de rentrer.

Baekhyun resta impassible, mais Chanyeol eut envie de rire en voyant la lueur d'envie au coin de ses yeux s'agrémenter de frustration.

-Je lui envoie un message tout de suite.



* * *



Lay se leva en même temps que Jongdae, le suivit à la sortie de la bibliothèque, et le regarda s'allumer une cigarette avec un sourire goguenard. Il pariait avec lui-même ce qui allait potentiellement arriver au jeune homme avec celle-ci.

Il ne s'attendait pas à voir Jongdae regarder à gauche, à droite, constatant qu'il n'y avait personne d'autre que lui devant l'entrée de la faculté, pour rire légèrement.

-Tu m'entends, pas vrai ? Je me souvenais juste de la première fois que je t'avais vu. J'ai presque l'impression que fumer me fait penser à toi. Enfin, pas que j'ai besoin d'un prétexte pour penser à toi, mais...

Lay sourit doucement, avant de se rendre compte avec tristesse que Jongdae ne pouvait de toute façon pas le voir.

-Je fumais moins quand tu étais là, tu sais. En fait, je n'avais pas besoin de grand-chose d'autre, de toute façon.

Le fantôme eut envie d'entourer Jongdae de ses bras comme ce dernier l'avait si souvent fait.

Mais lorsqu'il essaya, ses propres bras revinrent contre sa poitrine sans avoir rien attrapé.

Comme d'habitude.

Mais cette fois, Lay eut réellement envie de pleurer.

Il commençait réellement à avoir peur que Jongdae ne puisse plus jamais le voir.

Il n'avait jamais eu aussi peur d'avoir réussi quelque chose... Et ce constat lui donna encore plus de prétexte à s'effondrer.

Fallait-il donc que son existence soit vouée à l'échec, au point que lui-même ne sache définir son succès ?



* * *



Luhan se sentait toujours nerveux en allant attendre Minseok devant le BDE. Il savait qu'il y entrerait pour saluer son petit ami, et leur prendre deux cafés noirs serrés pour lui permettre de faire une pause, avant d'attendre sagement à l'extérieur, son casque sur la tête et et une musique pop et ruthmée dans les oreilles, en attendant son homme.

Mais avant de pouvoir lui sauter au cou et de s'allonger sur ses genoux une fois chez l'un ou chez l'autre, il devait systématiquement passer devant Oh Sehun.

Et Luhan se sentait toujours très mal à l'aise devant Sehun.

Il avait beau savoir que le jeune homme était bien trop gentil (et anciennement bien trop amoureux de lui) pour lui garder une quelconque rancune, il n'en restait pas moins le reflet de ce que Luhan avait été de moins glorieux, et une incarnation d'une époque qu'il aimerait oublier pour vivre heureux.

Mais, pire que cela, Sehun demeurait comme une dette impayée.

Luhan se sentait mal à l'aise car il avait la sensation que rien dans sa relation avec Sehun n'avait été propre, du commencement à la rupture, en passant par son attitude et le fait de ne pas l'avoir revu pendant neuf mois. Ils étaient restés sur des non-dits, sur des rancœurs inexprimées et des sentiments inavoués.

Désormais, alors qu'il lui passait sous le nez plusieurs fois par semaine, Luhan repensait fatalement plus régulièrement à leur histoire. Bien qu'il soit certain que c'était simplement le manque d'habitude de le côtoyer aussi souvent qui le perturbait, et que cela s'apaiserait sans doute avec le temps, il en restait que Luhan trouvait cela très désagréable.

Toutefois, ce jour-là était différent.

L'analogie de son histoire avec Sehun avec celle de Chanyeol et Baekhyun lui faisait voir les choses sous un jour nouveau. Il portait un avis extérieur sur la relation de ses deux amis, et ce faisant, il avait l'avis extérieur en question qu'il lui manquait sur sa propre histoire.

Et à présent, il était curieux.

Curieux de savoir jusqu'où pouvait aller son analogie, curieux de savoir comment Sehun avait vécu leur rupture, même si elle n'en était pas vraiment une, même si c'était lui qui l'avait initiée.

Curieux de savoir s'il pouvait vraiment se permettre d'avoir de l'espoir pour Chanyeol. Curieux de savoir s'il pouvait se sentir mieux si la realtion de Baekhyun et ce dernier aboutissait finalement.

C'est donc la tête pleine de questions qu'il arriva devant les portes bleues du BDE en même temps que Jongdae.

-Qu'est-ce que tu fais là ?

-Et toi ? sursauta Luhan en haussant les sourcils dans son expression dubitative favorite.

-Comme d'habitude, des feuilles à donner à Jun'.

-Pareil. Enfin, comme d'habitude.

Jongdae retint le lever d'yeux au ciel qui menaçait de poindre. C'était évident, Luhan se comportait simplement en petit ami modèle.

Alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la porte bleu ciel, Jongdae fut retenu par une main hésitante sur son bras.

-Jong'... Raaah ! T'es chiant !

-Pardon ?

Luhan souffla un bon coup.

-T'es chiant, parce que tu ne nous laisses pas t'aider. T'es chiant, parce que je sais qu'avoir un secret ça te bouffe, ça te déprime, ça te fait un poids à traîner tous les jours, et plus tu le traîne, plus il s'alourdit. T'es chiant parce que tu ne nous dit tellement rien que même alors que tu as l'air plus joyeux aujourd'hui, tu arrives à m'inquiéter encore plus. T'es chiant parce que j'ai l'impression que ce Yixing te prend du temps alors qu'il n'est même pas là. Et que nous, on est là.

Jongdae resta silencieux face à cette tirade, interloqué.

Songeant naïvement que Luhan et Minseok n'avaient plus besoin de lui pour vivre leur bonheur de nouveaux amoureux, Jongdae s'était effectivement renfermé sur lui-même au point de considérer que ses confidences seraient un poids trop lourd à porter. Que ses deux meilleurs amis n'avaient pas à prendre soin de lui plus que d'eux-même.

Et parce que Jongdae détestait mentir.

S'il parlait de Yixing à Luhan ou Minseok, ou qui que ce soit d'autre que Kris, personne ne le croirait. Il serait obligé de mentir.

Alors même si cela devait encore plus inquiéter son entourage, il préférait mille fois un silence obstiné et un fardeau solitaire qu'un regard accablé et incrédule de la part de ces personnes qui comptaient bien trop pour lui.

De toute façon, se disait-il, s'il finissait par arriver à ses fins... Il n'aurait presque pas à mentir. Juste mettre les autres devant un fait accompli.

-C'est-à-dire que... C'est compliqué, tu ne -

-Oh, je t'en prie, le coupa son ami, c'est pas parce que c'est compliqué qu'on sera incapables de comprendre.

-C'est pas la question...

Il était dos au mur.

"Bon, alors, pour ne rien te cacher, un beau jour, j'ai commencé à guérir instantanément comme un vampire de série pour ados, ensuite j'ai commencé à entendre des voix, et après m'être pris une vitre en pleine poire, puis une porte, j'ai rencontré un fantôme. Je suis tombé amoureux de lui, mais c'est un peu compliqué vois-tu, parce que son humanité est entre mes mains, c'est une sacrée responsabilité. Voilà, maintenant que tu sais tout, on va boire un soda ?"

Non, définitivement, ça ne lui semblait pas approprié.

-Je n'ai pas peur que tu ne comprennes pas... Je crois que je ne suis juste pas prêt à en parler.

Luhan eut à peine le temps d'ouvrir la bouche en inspirant fortement, sans doute prêt à hausser le ton après son sourcil gauche, que Jongdae lui coupa à son tour la parole :

-Vous m'avez déjà beaucoup aidé, malgré vous.

C'était vrai. En dehors du soutien que lui apportait leur amitié, même s'il ne se confiait pas à eux, Minseok l'avait sans le savoir aidé à prendre une décision vis-à-vis de Yixing, et sans Luhan... Pas de Kris.

Et sans Kris, Jongdae serait encore plus dans le flou qu'il ne l'était à l'heure actuelle.

(Non pas qu'il eût été d'une clarté éblouissante, mais c'était mieux que rien, après tout.)

Le jeune chinois resta quelques secondes bouche bée, la mélancolie dans les yeux de Jongdae et en même temps l'espoir un peu désespéré de résoudre un problème particulièrement ardu le laissant interdit.

Il n'eut cependant pas le temps de reprendre ses esprit pour laisser libre court à sa frustration que la porte bleue s'ouvrit sur un Sehun aux bras tellement chargés de papiers qu'il ressemblait à un déguisement particulièrement expérimental, qui passa devant eux sans les voir d'un pas pressé.

-Les garçons ! Pourquoi vous restez dans le couloir ?

Jongdae saisit l'occasion et se glissa aussitôt dans le bureau plein à craquer, tout en sortant un classeur de son sac à dos bleu.

Luhan le suivit sans en détacher son regard noir, tellement agacé et frustré que Minseok dût se lever lui-même pour se rappeler à son bon souvenir.

Voyant son ami arriver, Junmyeon leva les yeux de sa paperasse et le regarda sortir les cours qu'il devait lui rendre, sans piper mot. Il ne réagit pas au regard un peu appuyé de Jongdae, qui semblait vouloir lui demander sans un mot s'il allait mieux, et qui n'obtint pour toute réponse que des lèvres serrées et des yeux vides. Sachant que Junmyeon n'apprécierait pas qu'il le sorte de force de son bureau (exposant ainsi son problème aux yeux de tous et au passage l'empêchant de terminer son travail qu'il avait très à cœur), le jeune homme n'insista pas.

Luhan se servait lui aussi dans la machine à café avant de repartir (Minseok lui ayant dit à l'oreille qu'ils ne pourraient pas passer de temps ensemble ce soir), Baekhyun se levait dans l'intention d'être suivi très prochainement par Chanyeol et Jongin et Taemin se lançaient des regards noirs au sujet du postérieur d'Hyoyeon. Sooyoung et Tiffany restaient silencieuses devant leurs ordinateurs, Chanyeol suivait du regard le dos de Baekhyun qui s'éloignait, et Minseok appuyait doucement la tête contre le bras de Luhan.

Et au milieu de tout cela, Jongdae soupirait.

Il observait ses camarades interagir entre eux en se sentant à la fois heureux pour ses amis, malheureux de ne pas pouvoir partager ce monde avec celui dont il était tombé très amoureux. Se sentant à la fois chez lui et un peu étranger.

Luhan avait finalement raison, très certainement. Son secret l'avait finalement un peu grignoté, écarté de son propre quotidien.

Son regard se posa à nouveau sur Junmyeon, et, se souvenant de cette soirée qu'ils avaient passé tous les deux dans ce même bureau, sans mot dire, il se sentit cette fois inquiet, pour lui et pour son ami.

-Jongdae, pendant que tu es là, tu pourrais me descendre le dossier en haut de l'étagère, s'il te plaît ?

La voix de Minseok le tira de ses pensées.

-Le rouge ?

Le rouquin hocha la tête, et son ami, dévoué qu'il était, traversa la petite pièce pour atteindre le dossier demandé. Il dût attraper une chaise pour atteindre la dernière étagère pour en retirer la pochette en plastique rouge pétant (du même rouge que les canapés à côté des machines à boissons, le bureau du BDE ressemblait réellement à une boîte à bonbons, avec toutes ces couleurs), avant de se faire rattraper par son propre karma.

Parce que Jongdae était Jongdae.

Un faux mouvement fit bouger une pile de feuilles, qui décala une autre pile de feuilles posées en équilibre précaire, et le tout glissa pour tomber sur la tête de Jongdae.

Qui, bien évidemment, gémit de douleur, perdit l'équilibre, et tomba de son escabeau improvisé au milieu de centaines de feuilles volantes.

Un lourd silence tomba sur la petite pièce.

Avant que Baekhyun, encore sur le pas de la porte, n'explose de rire, suivit de près par Jongin et Taemin.

Une hilarité générale bien que plus ou moins brève selon les personnes gagna le bureau (Junmyeon pouffa seulement tandis que Baekhyun ne tenait tout simplement plus debout), et aurait pu également gagner Jongdae s'il n'était pas occupé à littéralement s'extirper du tas de papier qui lui était tombé dessus comme autant de gigantesques flocons de neige.

Mais alors qu'il se retournait pour tomber assis par terre en pestant et en se frottant, une autre raison lui apparu de ne pas rire de sa malchance avec les autres.

Une raison qui fut la cause de son immobilité soudaine et de ses yeux qui s'écarquillaient comme s'ils voulaient sortir de leurs orbites.

Une raison bien matérielle qui se tenait devant lui, à genoux, et qui lui rendait son regard.

Jongdae n'osa pas cligner des yeux.

Tous les bruits extérieurs n'étaient désormais que bourdonnements à ses oreilles, et les couleurs pétantes du BDE ne formaient qu'un brouillard vague, tant son attention n'était fixé que sur ce visage qui faisait face au sien.

-Xing...

-Dae...

Entendre cette voix qui lui avait tellement manqué électrisa Jongdae, autant que le doux surnom qui roula entre ces lèvres brillantes. Ou peut-être était-ce simplement l'émotion qu'il voyait dans les yeux de Yixing qui l'avait empêché de prononcer correctement son prénom.

Le temps était arrêté autour d'eux, alors ni l'un ni l'autre ne surent combien de temps ils passèrent à se réapproprier le regard de l'autre, à réaliser qu'ils étaient bien .

Pour Jongdae, le seul marqueur temporel qui soit fut le moment où il craqua, le moment où il se redressa brusquement pour fondre sur les lèvres de Yixing.

Pour Yixing, ses esprits ne lui revinrent que pour attraper la nuque de Jongdae pour lier leurs bouches un peu plus fort, presque à s'en faire mal, appuyant plus fort alors qu'elles ne cessaient de bouger l'une contre l'autre.

Ce fut sur cette scène que tomba Sehun en revenant de la photocopieuse : deux jeunes garçons en train de s'embrasser passionnément au milieu de liasses de papiers blancs, observés comme des animaux de foire par le reste des personnes présentes, qu'ils ignoraient totalement.

Luhan fixait Yixing avec la mâchoire à demi-décrochée. Il n'allait pas tarder à faire le lien avec ce jour où quelqu'un avait rattrapé le verre de Jongdae au bar, avant qu'il ne se casse au sol.

Baekhyun croyait reconnaître le jeune homme qu'il avait vu chez Jongdae.

Chanyeol manqua tomber de sa chaise en réalisant qu'un garçon était purement et simplement sorti de nulle part.

Les trois filles eurent l'air vaguement surprises de voir Jongdae embrasser à pleine bouche ce garçon, mais n'ayant pas assisté à son apparition subite, trop plongées qu'elles étaient dans leurs ordinateurs, détournèrent vite les yeux.

Junmyeon avait attrapé brutalement le bras de Minseok en sursautant tellement violemment qu'il en avait presque décollé de sa chaise, tandis que ce dernier semblait s'être transformé en statue.

-Je ne rêve pas ? Il y a bien un type qui vient d'apparaître comme par magie au milieu du bureau ?murmura Baekhyun à Luhan, qui se trouvait le plus proche de lui.

Minseok ne réagit pas, trop choqué, à Junmyeon qui lui secouait le bras à lui déboîter, essayant de décharger sa stupéfaction.

Taemin se tourna vers Jongin, un peu remis, pour laisser tomber à voix haute :

-Mec, je sais pas ce qu'il y avait dans tes joints, mais c'est grave fort, je crois.