La cachette des animaux blessés

par Ako-Cissnei







Baekhyun ouvrit les paupières en sursautant quand il sentit une main lui caresser les cheveux. Il était dans une pièce plongée dans le noir. Ce noir, cette absence totale de forme et de couleur, et ce silence assourdissant, se transformèrent en menottes imaginaires autour de ses poignets, et en monstres illusoires et fantômatiques dans son cerveau fatigué.

Voilà pourquoi il recula précipitemment pour se cogner le dos à la tête de son lit, en laissant échapper un petit cri.

Chanyeol retira sa main des cheveux de Baekhyun en le voyant se réveiller vivement et réagir comme s'il avait un tentacule menaçante et effrayante à la place de la main. S'il fut surpris, voire stupéfait, par la réaction paniquée de celui avec qui il dormait, il n'en fut pas moins touché quelque part dans la poitrine. Voir son... Amant (Chanyeol ne savait trop quel statut donner à Baekhyun, même dans sa propre tête) aussi terrifié qu'un enfant se réveillant après son premier cauchemar le rendait inquiet et triste.

Voilà pourquoi il alluma son briquet pour éclairer son visage et le dévoiler à la vue de Baekhyun.

-Hey, ce n'est que moi.

"Ouais, t'inquiète, ce n'est que moi. Rien que ça."

Baekhyun, en réponse, tourna vivement la tête vers lui et le fixa de ses orbes sombres. Chanyeol finit par avoir un doute sur s'il le reconnaissait vraiment, à voir la façon dont le contact visuel se prolongeait sans que l'autre ne change d'expression ni ne calme sa respiration.

Chanyeol se rendit alors compte que, malgré toute l'envie, les bonnes intentions et la curiosité bien placée dont il pourrait faire preuve en cet instant, il n'avait aucune idée de ce qui pourrait réconforter Baekhyun sans le brusquer.

Il le voyait comme un animal sauvage. Un chat des rues qui s'avance timidement si on se baisse très lentement pour lui tendre la main, qui frotte sa tête à la main tendue, mais qui va interpréter le moindre geste dès lors comme une agression. Et Chanyeol ne souhaitait ni le faire fuir, ni se faire griffer.

(C'était lui qui aimait griffer, en vérité.)

Alors il ne bougea pas, rendant son regard pénétrant à Baekhyun comme un chasseur tente de persuader une proie qu'il s'est ravisé, qu'il ne tirera pas, et qu'il veut juste la regarder encore un peu.

Aucun des deux ne sut dire combien de temps ils se dévisagèrent, mais la flamme du briquet de Chanyeol finit par se souffler, et Baekhyun se surprit à retenir sa respiration quand il perdit à nouveau tous ses repères.

Il n'osait plus bouger un muscle, un cil. Il se sentait bizarre, comme si tout, tout autour de lui, n'était plus que menaces sourdes et oppressions latentes. Comme si le fait de ne pas voir le rendait vulnérable, nu dans les ténèbres.

-Baekhyun ?

Chanyeol n'entendit qu'un hoquet.

Ses doigts cherchèrent alors à nouveau les cheveux en bataille au parfum de fruits rouges et au toucher un peu rugueux.

"C'est lui. C'est un petit fruit acide mais tentant, rouge de luxure, joli à regarder mais les branches et les feuilles rugueuses sont gênantes pour parvenir à le cueillir."

Le jeune homme ne s'avouerait que bien plus tard qu'il tenait là la première chanson dont il fut réellement satisfait.

Pour l'heure, ses comparaisons mentales s'arrêtèrent au moment où son index sorti des mèches dans lesquelles -on ne savait par quel miracle- il avait été autorisé à fourrager pour effleurer la peau de la tempe du petit animal sauvage. Le souffle de Baekhyun se suspendit à nouveau, en même temps que le geste de Chanyeol.

Ce dernier n'était pas stupide, il se doutait bien que quelque chose clochait. D'une part, il s'attendait à se faire virer après leur coucherie de la même façon que Baekhyun s'en allait toujours sans même se reposer avant de prendre la route. D'autre part, si Chanyeol n'avait strictement aucune idée de pourquoi il avait pensé que caresser les cheveux de son amant leur ferait du bien à tous les deux, il savait encore moins pourquoi Baekhyun le laissait faire, et semblait même y trouver un certain réconfort.

Mais Chanyeol ne voulait pas se poser plus de questions. Il ne voulait pas se demander qui était Baekhyun, car cela signifierait se demander ce qui faisait qu'il l'attirait chez lui. Il ne voulait pas se demander pourquoi un Lui et pas un Elle.

Alors il laissa mollement retomber sa main sur la couverture, et commença à rouler une cigarette, toujours sous le regard du petit animal sauvage intrigué.

-Je peux t'en prendre un peu ?

La voix de Baekhyun rompit le silence de la pièce sans pour autant en troubler l'atmosphère si particulière. Chanyeol, sans répondre, porta son œuvre à ses lèvres et alluma son briquet. Il tendit ensuite machinalement la cigarette à Baekhyun, sans le regarder.

Il oublia en fait aussitôt son geste, replongeant dans ses pensées. Aussi fût-il surpris lorsque le petit brun avança son visage vers le sien, baissé vers ses genoux, pour lui lancer un regard curieux de savoir pourquoi il ne prenait pas le mégot qu'il lui tendait depuis plusieurs secondes.

Il se passa alors quelque chose d'étrange. Leurs deux visages étaient proches l'un de l'autre, sans se toucher, et leurs regards accrochés ne voulaient rien se dire et en même temps, se disaient beaucoup de choses.

La cigarette entre les doigts de Baekhyun complètement oubliée, les têtes se rapprochaient imperceptiblement, d'instant en instant, sans vraiment l'avoir commandé à leurs corps.

Les lèvres s'effleurèrent, une fois, deux fois. La langue de Baekhyun sorti de sa bouche pour se promener sur la lèvre inférieure de Chanyeol, qui l'imita pour lui prodiguer la même caresse.

Les lèvres se touchaient rapidement, et s'éloignaient aussitôt.

Les deux langues continuaient de jouer entre elles.

Les souffles s'écourtaient.

Et quand Chanyeol posa la main sur la nuque de Baekhyun pour fondre sur sa bouche une bonne fois pour toute, ce dernier l'en empêcha en se reculant brusquement en arrière, en écarquillant les yeux, comme s'il se réveillait d'un cauchemar une seconde fois.

-Va-t-en.

Après une hésitaion, Chanyeol bondit hors du lit, sourcils froncés et mâchoires serrées, et s'en alla sans un autre coup d'œil à son amant.

-Bonne nuit.

La porte claqua derrière lui.

Baekhyun se roula en position fœtale, et s'endormit très lentement, après avoir troqué son oreiller contre lequel s'était appuyé Chanyeol.



* * *



-On a failli t'attendre, Yoda !

-Bonjour à toi aussi, Taemin.

"Crétin."

-Mon dieu, Chan', c'est quoi ces cernes violettes, t'as oublié de te démaquiller après ton raccolage ?

-La ferme, Jongin.

"Emmerdeur."

-Bonjour, Chanyeol-hyung !

-S'lut, Sehun.

"Gentil maknae."

-Chanyeol ! T'es pas venu depuis un moment, ça fait plaisir.

-Ouais, je sais, désolé Minseok...

"Minseok... Luhan. Faut que j'cause à Luhan."

-Et moi, je sens le pâté ?

-Tu veux un câlin, Junmyeon ?

"Ne sois pas trop joyeux pour être honnête, toi, non plus."

Les cinq garçons formaient le bureau des élèves, ou BDE, de leur faculté. Ils partageaient la couronne avec trois jeunes filles de la même classe, et indisponibles ce jour-ci : Hyoyeon, Tiffany, et Sooyoung. Chanyeol pesta mentalement contre les trois étudiantes en médecine trop prises alors qu'ils avaient une montagne de travail -en plus de leurs cours- à abattre pour les traditionnels gala / expositions / soirées étudiantes / festivals de fin d'année, organisés par toutes les filières tour à tour et réclamant des budgets à la faculté. La fine équipe se devait donc de gérer l'organisation, même alors qu'on était seulement début janvier, et d'envoyer les demandes de financements, pour les projets qu'ils validaient, un peu partout.

En bref, c'était un travail de titan.

Et Chanyeol, après sa courte nuit la veille, qui n'avait pas manqué de se transformer en maintes questions au petit matin, l'empêchant de se rendormir après avoir éteint son réveil vers sept heures, avait bien du mal à rester concentré.

Retrouver l'infernal duo Jongin / Taemin ne l'aidait pas non plus.

-Oh, allez, raconte ! T'as dû passer une nuit torride !

-Dans la chambre de Baekhyun en plus ! Tu te rends compte qu'il ne s'est jamais tapé personne dans sa chambre étudiante ?

-Vous... Genre, vous sortez ensemble, ou quoi ?

-En tout cas t'as pas dû dormir de la nuit, ça veut tout dire !

Depuis son bureau, qu'il partageait avec Minseok (sûrement le plus calme de cette bande de singes surexcités), Junmyeon soupira sous ses lunettes qui glissaient sur son nez.

-Ces gosses sont encore pire que Baekhyun et Jongdae, c'est pas croyable...

Minseok pouffa de rire en jetant un regard vers Chanyeol qui fermait les yeux d'exaspération.

-Il n'arrête pas d'appeler mon copain dans des moments peu appropriés, je propose qu'on le laisse se débrouiller avec ça.

Junmyeon manifesta son approbation par un sourire en coin alors qu'il se remettait à griffonner sur sa feuille, et un petit souffle de rire discret qui faisait partie de ses rares manifestations sincères.

Minseok le regarda encore quelques secondes après qu'il eût baissé la tête. Ce garçon avait beau jouer les baby-sitter désespérées en subissant les énergies des plus jeunes (que ce soit dans sa classe ou au sein du BDE -car il ne fallait pas oublier que quand Chanyeol était en forme, c'était encore pire), Minseok savait que Junmyeon était quelqu'un de gentil et d'attentionné, et qu'il appréciait de passer du temps avec ces personnalités certes fatiguantes. Son désespoir envers eux n'était que feint, mais en revanche et pour une raison qui échappait à Minseok, le président du BDE semblait réellement déprimé, ces derniers temps.

Et il avait la vague sensation que c'était à chaque que quelqu'un mentionnait petits-amis, petites-amies ou coucheries en général.

-En plus Byun est un super bon coup, t'as de la chance...

-Comment tu le sais, Tae ?

-Tu veux vraiment que je te fasse un dessin ?

Chanyeol rouvrit les yeux et les fixa sur Taemin, choqué. Le jeune homme explosa de rire, exhibant comme à son habitude ses belles dents blanches et étirant ses lèvres pulpeuses et rosées.

-Je rigole, 'Yeol...

"Tu fais des rimes ?"

-... C'est un ami à moi qui m'en a parlé.

"C'est pas mieux et ça ne me rassure pas, abruti."

Chanyeol grommela en replongeant sur son clavier d'ordinateur pour donner à Sehun les dossiers qu'il allait devoir imprimer.

-Donc, vous êtes vraiment maqués ? Parce que t'as l'air jaloux, Channie !

-M'APPELLE PAS CHANNIE.

Minseok s'écroula de rire sur sa feuille en entendant le grand jeune homme craquer et rugir exactement de la même façon que Luhan. Jusque là, il ne connaissait que son petit ami criant à son téléphone "M'appelle pas Hannie", mais la version miroir était tout aussi amusante à ses yeux. D'autant que la voix grave et caverneuse de Chanyeol lorsqu'il s'énervait était non seulement autrement plus crédible qu'un Luhan en colère, mais en plus parce qu'elle déclenchait des réactions hilarantes chez Jongin et Taemin.

Le premier fit un bond de plusieurs mètres en arrière, tandis que le second sursauta tellement qu'il manqua en crever le plafond, avant de se mettre à rire en voyant un Jongin penaud atterir sur ses propres fesses.

-Lee Taemin et Kim Jongin, je vous prierais de vous occuper d'apprendre à vous essuyer les fesses tous seuls avant de savoir qui visite les miennes, bon sang de bordel ! jura Chanyeol, à bout de nerf. "Et, avant que vous ne mettiez toute la fac au courant, nan, je suis célibataire, libre comme l'air. Et fier de l'être."

Alors que Jongin tentait, malgré la main de Sehun qui s'abattit sur sa bouche, de lancer quelque chose qui ressemblait à "Ah mais parce que c'est toi qui... Je m'en serais pas douté", Taemin laissa échapper un adorable "roooh" de déception, suivit de ce qui manqua faire sortir Chanyeol de ses gonds pour de bon :

-Mais vous iriez super bien ensemble !

Sehun empêchait déjà Jongin de dire des âneries, mais il se retrouva obligé de faire sortir Taemin, l'emmener faire des photocopies avec lui pour ne pas se retrouver avec un cadavre dans le bureau. Le jeune homme avait été sincèrement déçu d'apprendre que Chanyeol ne sortait pas avec Baekhyun, mais n'avait visiblement pas saisi que le sujet était compliqué et surtout sensible.

Alors que Chanyeol se remettait à taper rageusement sur son clavier sans un mot de plus, Minseok et Junmyeon échangèrent un regard.

-Tu savais, toi, qu'il se tapait Baekhyun ? murmura Junmyeon.

-Non, répondit Minseok sur le même ton, enfin je savais qu'ils se tournaient autour grâce à Luhan, mais je ne pensais pas que c'était déjà à ce stade.

Le président du bureau des élèves en la personne de Kim Junmyeon souffla bruyamment.

-J'y comprends plus rien, moi, à qui est ami avec qui ici, qui fait quoi et qui couche avec qui...

-Ouais, je sais, ils ne sont pas simples.

Minseok, avec un petit rire de sale gamin dont il ne se savait pas capable, griffonna quelques mots sur une feuille blanche avant de la tendre à Junmyeon.

-On va faire un arbre !

L'autre darda son habituel regard sérieux et interdit sur le rouquin.

-Un arbre..?

-Des relations ! lança Minseok. "Qui fréquente qui, qui connaît qui grâce à qui, tout ça !"

Sans rien répondre, Junmyeon écrivit en majuscules : "LUHAN" avec un énorme cœur au feutre rouge à côté du prénom de Minseok, qu'il venait d'écrire.

Oh, il avait donc de l'humour, le président grincheux.

Minseok rougit sous le regard absolument impassible de Junmyeon. De l'humour, certes, mais pince-sans-rire, le garçon.

-Ouais, ce principe-là.

Junmyeon lui adressa un doux sourire, comme s'il accueillait la distraction avec joie.

Ils passèrent quelques minutes à pouffer silencieusement en se rappelant de certains ragots (auxquels étaient mêlés pour la plupart, au choix, Jongin et Taemin -trop de popularité peut parfois se retourner contre vous- ou Baekhyun et Chanyeol).

Leur arbre regroupait dans quelles classes se trouvaient chacun des membres du BDE, avec leurs amis respectifs que connaissaient Minseok et Junmyeon. Junmyeon, Baekhyun et Jongdae étudiaient l'histoire, tandis que Luhan et Chanyeol étaient sur le point de terminer leur troisième année de littérature. Plus jeunes d'un an, Taemin et Jongin (amis d'enfance) étaient tous deux en culture et médias (et passaient leur temps à sortir avec les classes de commerciaux et de médecine, ce qui faisaient qu'ils connaissaient -et avaient couché avec- presque la moitié du campus), et Sehun en seconde année d'arts du spectacle.

(Et pour tous ceux qui l'avaient connu en première année, il aurait été difficile de l'ignorer, étant donné que le jeune homme, en pleine crise d'émancipation, changeait de couleur de cheveux toutes les semaines. Une véritable caricature de l'étudiant en arts.)

-C'est pas possible, c'est une orgie géante, ce campus ? s'étonna Junmyeon en traçant un énième lien entre Hyoyeon et un dénommé Eunhyuk tandis que Sooyoung se retrouvait liée (entre autres) avec un certain Donghae, d'un trait rouge qui signifiait "coup d'un soir pas forcément prémédité et qui n'a pas connu de suite officielle".

Minseok étouffa son rire dans sa manche en réalisant qu'effectivement, le monde était petit, et que les étudiants semblaient, vu comme cela, passer leur vie à voyager de lits en lits.

-Ne leur en voulez pas, les filles sont en médecine, elles ont besoin de décharger la pression, leur glissa Sehun en passant derrière eux, comprenant immédiatement leur manège.

Junmyeon vira rouge pivoine tandis que Minseok acquiescait en ricanant un peu -il finirait personnellement par fournir à Hyoyeon et Sooyoung encore plus de pression qu'elles auraient besoin de décharger si elles boycottaient encore la prochaine réunion du BDE. Médecine, d'accord, mais tout de même, il avait l'impression de passer ses journées dans ce bureau aux portes bleues.

Il jeta d'ailleurs un coup d'œil à la porte en question et sourit pour lui-même en se rappelant que Luhan la franchissant avait été le début de la concrétisation de sa vision à lui de la vie étudiante idéale.

En baissant à nouveau les yeux sur la feuille, il réalisa alors qu'ils n'avaient tracé encore aucune ligne en ce qui concernait Sehun. Un coup d'œil à Junmyeon lui apprit qu'il venait de le remarquer aussi, et que, pour une raison qui lui échappait, il semblait agacé par ce qu'ils allaient devoir tracer.

Bien évidemment. Sehun avait eu une relation plutôt ambigüe avec Luhan pendant un long moment. Comprendre qu'ils avaient couché ensemble tous les trois jours (environ) pendant six ou sept mois, sans être avec personne d'autre durant cette période. Et la rupture avait filé un sacré coup à Luhan, à croire qu'il n'éprouvait pas que du désir sexuel pour le jeune homme.

Du côté de Sehun, la-dite rupture s'était soldée par une teinture définitive de ses cheveux en brun foncé. De sorte que tout son fan-club féminin avait jasé dans toute la faculté, ainsi que celui de Luhan. (Voilà pourquoi Minseok n'aimait pas beaucoup les filles en groupe. Beaucoup en étaient encore à fantasmer sur le superbe couple que formaient les deux garçons.)

L'hésitation de Minseok était donc compréhensible, en revanche, la lueur de colère dans les yeux de Junmyeon l'intriguait au plus haut point. Le rouquin jeta un coup d'œil à Sehun, tant pour le jauger que pour essayer de se souvenir ce que son ami pouvait bien avoir à lui reprocher.

Oh Sehun était jeune mais ressemblait déjà à un homme. Ses sourcils à la fois fournis et finement dessinés lui conféraient un regard de braise peu courant, sa grande taille et sa mâchoire pointue lui avaient plusieurs fois valu qu'on le questionne sur un potentiel travail de mannequinat. Minseok avait beau savoir que sa personnalité timide et gentille en faisait quelqu'un qu'on n'était même pas capable de jalouser... En cet instant, il aurait souhaité que Sehun ne se trouve pas dans la même pièce que lui. En cet instant, il remarquait pour une fois que Sehun avait vraiment un joli fessier, comme le disait ses groupies, et son léger zozotement qu'habituellement tout le monde trouvait adorable l'agaçait soudainement.

Il se souvenait de l'état étrange dans lequel leur rupture avait laissé Luhan (à cette époque il était encore l'un de ses meilleurs amis, après tout), à savoir hésitant entre admettre qu'il aurait voulu entamer une relation plus sérieuse avec lui et conserver sa réputation de séducteur que personne ne peut séduire.

Minseok se rendit alors compte qu'il était fort probable qu'il ne soit pas au courant de tout, concernant Luhan. S'il lui semblait évident qu'il s'était confié à Jongdae et Kris en ce qui concernait ses sentiments pour le coréen, il était également possible que ces deux-là soient au courant de ce qu'il avait vraiment ressenti pour Sehun.

Et qu'aurait bien pu dire Luhan ? Après tout, ils couchaient ensemble à une fréquence défiant les capacités de l'anatomie humaine. Bien qu'il sache que c'était ridicule, Minseok ne pouvait s'empêcher de se demander ce que ces deux-là avaient eu besoin de prouver, à cette époque.

Sans compter qu'imaginer son petit ami en train de faire l'amour avec un de ses collègue de travail, et ami, n'était pas en soi des plus agréable.

Fort heureusement, Junmyeon le tira de ses réflexions sans quitter la feuille des yeux. Son sourire était entièrement envolé, mais il semblait définitivement vouloir avoir quelque chose sur quoi se concentrer.

-Et Jongdae, alors ?

-Oh, justement ! Tu connais sans doute un type qui s'appelle Yixing, non ?

Dire que Minseok fut une fois de plus surpris devant la réaction de Junmyeon fut un euphémisme.

-Non, absolument pas. C'est qui, celui-là ?

Ses grands yeux ronds étaient encore plus écarquillés que d'habitude.

-'Seok, t'as l'air d'un poisson hors de l'eau.

-Merci, Chanyeol, grinça le concerné à voix haute avant de se retourner vers Junmyeon pour se remettre à chuchoter.

-Tu connais tous les élèves de ta promo, pourtant, c'est quoi ce président ? tenta de plaisanter le rouquin.

Mais Junmyeon conserva son sérieux derrière ses grandes lunettes noires format ray-ban.

-Oui, justement, je me serais souvenu d'un chinois dans ma propre classe. Pourquoi ?

Minseok cligna des yeux.

-Le... (il mima des gros guillemets avec ses doigts) copain de Jongdae. Il m'a dit qu'il le connaissait parce qu'il était dans votre promo en début d'année, et qu'il était souvent en Chine à cause de problèmes familiaux, ou je ne sais plus trop quoi. Apparemment il aurait commencé par demander à Jong' de lui passer une partie de ses cours.

-Rien remarqué, marmonna Junmyeon, interdit.

-T'es sûr de toi ?

Le regard du président voulait dire "prends-moi pour un con".



* * *



Jongdae souffla bruyamment en fermant à demi les yeux.

Il n'arrivait décidément pas à travailler.

Il s'adossa à la chaise inconfortablement raide de la bibliothèque sur laquelle il était assis depuis trois bonnes heures maintenant, en attendant le bon vouloir de Byun Baekhyun pour l'aider à retaper leurs cours à l'ordinateur pour Junmyeon.

Jongdae avait beau essayer cependant, il attendait avec hâte l'arrivée de Baekhyun, parce que, décidément, il ne parvenait pas à se concentrer sans penser à Yixing.

Sans penser au goût de sa peau, à la sensation de ses lèvres sur son propre cou, et au son de sa voix qui devenait grave quand il lui parlait, cette nuit-là, mais aigüe quand il gémissait dans le creux de son oreille.

Jongdae secoua violemment la tête, sans se soucier de l'élève de première année qui lui jeta un œil apeuré avant de prendre la fuite dans le couloir.

Nom de nom, il ne pouvait pas penser à Yixing maintenant. Et d'ailleurs, il ne pouvait plus penser à Yixing du tout.

Il ne pouvait plus penser à la façon dont il l'avait enfin eu tout à lui, il y avait quelques soirs. Au risque que ce qu'il avait éprouvé ne se grave sur sa peau et dans ses sens, au risque de le désirer encore plus, et surtout, au risque de briser un mur sous le coup de sa frustration.

Jongdae se sentait à la fois enragé et malheureux comme les pierres. Enragé, parce qu'il en avait plus qu'assez des apparitions et disparitions du fantôme, incontrôlées certes, mais qui arrivaient toujours sans que l'on ne puisse rien y faire. Il était aussi en colère contre Lay, qui, s'il pouvait redevenir humain, n'aurait pas à leur faire subir tout cela, à tous les deux. Il était en colère contre les personnes qui avaient pu le traumatiser à ce point, au point de lui créer un blocage complet que même les sentiments de Jongdae ne parvenaient pas à abattre.

Malheureux, parce qu'il ne se sentait pas le droit d'en vouloir à Lay, et qu'il ne pouvait pas, du fait de leurs conditions opposées, l'aimer comme il le voulait.

Et surtout, Jongdae se sentait comme piégé par le cynisme de la situation. On lui envoyait, d'on ne savait où, un fantôme beau comme un dieu qui souffrait de ne jamais avoir été aimé, Jongdae en tombait amoureux -et au passage, tombait amoureux pour la première fois de sa vie à lui-, mais c'était pour ne jamais pouvoir concrétiser ces sentiments.

"Troll de vie, tiens."

Mais le pire dans tout cela, c'était que le jeune homme en venait à regretter la venue de Lay dans sa vie, à souhaiter ne jamais l'avoir connu. Il se détestait de penser ainsi, mais le bonheur de pouvoir s'unir à celui qu'il aimait était systématiquement supplanté par la détresse de ne rien pouvoir faire pour le voir à nouveau, et Jongdae n'en pouvait plus.

Alors il prêtait une attention démesurée à tout ce qu'il faisait désormais, pour ne plus se blesser, pour ne plus avoir mal ailleurs que dans son cœur.

Pour ne plus que Lay ne lui apparaisse.

Car la prochaine fois qu'il verrait son doux visage, il ne pourrait plus supporter qu'il lui échappe à nouveau.

Et si la seule façon d'accepter ses sentiments pleinement était de faire en sorte de faire échouer Lay pour le ramener à sa condition première contre sa volonté, Jongdae préférait encore souffrir seul. Il était prêt à accepter n'importe quelle intensité pour ne pas que ce soit Yixing qui souffre à cause de sa décision. Il ne se sentait pas capable d'être aussi égoïste, pas après avoir vu la terreur dans les yeux de son fantôme à l'idée de perdre cette fonction, ce statut, de retrouver son humanité, et il ne pouvait plus le blâmer après avoir constaté, même s'il ne lui avait rien raconté, ce qu'il avait pu subir.

Alors Jongdae songeait que la seule façon d'échapper à tout cela était tout simplement d'essayer de tout annuler. Vivre comme s'il n'avait jamais connu Yixing, oublier qu'il était si particulier que c'était à se demander si Jongdae serait capable de tomber amoureux de quelqu'un d'autre, après lui.

La solution la plus simple aux yeux du jeune coréen était sans doute de ne plus se poser de questions, de ne plus rien exiger.

"Chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées."

Lorsque Baekhyun franchit enfin la porte de la bibliothèque et que leurs yeux se trouvèrent, ils furent tous deux incapables de sourire. Les deux jeunes hommes s'assirent l'un en face de l'autre, sans un mot, et Baekhyun se plongea aussitôt sur son propre ordinateur.

Ils avaient bien qu'ils étaient tous deux le reflet de l'autre : les yeux rouges, les plissures sous les yeux, le teint maladif, les cheveux qui semblaient n'avoir pas été coiffés depuis des mois, et habillés n'importe comment.

Alors, d'un commun accord, aucun ne posa de question.



* * *



Ce fut le serviable Sehun qui se dévoua pour ouvrir la porte bleue quand quelqu'un frappa, n'ayant pas le choix au vu des râleries de Chanyeol, de l'indifférence de Junmyeon, de la concentration de Minseok, et de l'excuse imparable de Jongin et Taemin : "Mais on a nos cafés dans les mains !". Sales gosses.

Personne ne sut dire lequel des deux eut la réaction la plus gênée. Après tout, cela faisait sans doute neuf mois (au moins) qu'ils ne s'étaient pas adressé la parole.

-Oh... Bonjour, Sehun.

L'autre ne répondit rien, se contentant d'ouvrir la bouche un peu bêtement. Les deux garçons se dévisagèrent avant que Minseok ne se racle la gorge.

Le jeune chinois ne se fit pas prier pour traverser la pièce pour embrasser tendrement le jeune homme, tandis que la moitié des personnes présentes dans la pièces manifestèrent leur étonnement de diverses manières.

Taemin s'écria quelque chose qui ressemblait à "KYAH C'EST TROP MIGNON !".

Jongin cracha son café sur Taemin.

Sehun lâcha son stylo, qu'il tenait toujours à la main, et sa mâchoire, qui manqua tomber au sol.

Le président du bureau et Chanyeol en revanche, déjà au courant du fait de leurs fréquentations respectives, levèrent les yeux au ciel de concert et se remirent à leurs tâches respectives.

-Je ne me sens pas du tout comme un animal de foire, les gars, continuez comme ça, c'est parfait.

Seul Sehun eut le bon sens de s'excuser, en détournant le plus rapidement possible les yeux du jeune couple, et rata ainsi le jeu de regard qui prit place dans la pièce.

Luhan jeta un regard indéchiffrable à Sehun.

Junmyeon fusilla Luhan.

Minseok fusilla Junmyeon du regard pour oser regarder Luhan de cette façon.

Junmyeon baissa les yeux et observa Sehun de loin, un air mi-figue mi-raison.

Avant de se rendre compte que Chanyeol le fixait lui aussi d'un air goguenard.

Junmyeon baissa les yeux.

Taemin donna un coup de coude à Jongin, qui fixait toujours comme s'il avait eu une révélation Minseok et Luhan.

Et Luhan regarda tout autour de lui d'un air gêné.

-J'ai jeté un froid..? demanda-t-il en murmurant à l'oreille de Minseok.

-Du tout, parvint à le rassurer le jeune homme avec un sourire et un bras passé autour de sa taille, en restant assis.

-Quelle ambiance de dingues, ici, grommela alors une voix qui n'appartenait à aucune des personnes présentes dans le bureau aux portes bleues.

Tous se tournèrent vers l'entrée que Sehun avait oublié de clore pour voir Baekhyun et Jongdae sur le seuil.

Minseok et Junmyeon échangèrent un regard vaguement inquiet en constatant la présence de Jongdae, tandis que ce dernier suivait Baekhyun en traînant des pieds, les yeux vissés au sol, sans saluer personne, pas même ses deux meilleurs amis. Pire encore, on aurait dit qu'il préférait ne pas les avoir dans son champ de vision.

De son côté, Chanyeol s'était, pour la première fois de la journée, détourné de son ordinateur et de ses dossiers qu'il terminait un peu trop rapidement pour une personne calme. Et c'était pour darder un regard de feu sur la silhouette fine de Baekhyun.

Qui le sentit. Qui se mordit les lèvres pour résister à l'envie de le foudroyer lui aussi du regard. Et qui finalement n'y tint plus.

-Park Chanyeol, je peux faire quelque chose pour toi ou tu arrêtes de mater mon cul tout de suite ?

-Premièrement, tu pourrais commencer par être aimable, Byun Baekhyun, ça changera grandement de tes habitudes.

L'autre serra les poings.

Si leur public avait été pour la moitié surpris de voir Luhan embrasser Minseok, ils furent proprement stupéfaits de l'échange qui se déroulait devant eux si subitement. Tant que même Jongdae releva les yeux, que Junmyeon figea son stylo, et que Taemin cessa tout mouvement pour essuyer le café de son visage.

-Parce que c'est toi qui est chargé de faire mon éducation ?

-J'y peux rien s'il y a tout à refaire.

-Chanyeol... commença Luhan, un peu inquiet de la tournure que prenaient les choses.

Il n'avait jamais vu son ami en rogne, mais le climat lourd qui s'était abattu sur la pièce témoignait du charisme de Chanyeol, et du fait qu'il savait très bien s'en servir. Et au vu de la tête de Baekhyun, cela risquait de mal finir, en dehors du fait qu'il pouvaient très bien aller laver leur linge sale autrement qu'en public.

-Ferme ta grande gueule, Park, franchement ça ne te rend pas plus beau, tu sais, cracha le petit brun.

-Sinon quoi ? Tu vas me virer de mon propre bureau, tant qu'à faire ?

-Je vais me contenter de me barrer dans un endroit qui ne me rappelera pas ta tête.

-Oh, je ne savais pas qu'il t'était si facile de penser à moi !

-Les garçons...

L'intervention du timide Sehun n'eut pas plus d'effet. Les yeux de Taemin et Jongin passaient de l'un à l'autre dans un effet presque comique, tandis que Jongdae glissa un coup d'œil à Junmyeon qui lui rendit rapidement, les bras croisés.

-Et comme tu es prévisible, Byun, continua Chanyeol en se relevant et en posant sa main à plat sur la table. Dans la foulée, il pencha aussi son long buste vers son petit amant. "Tu vas t'en aller ? Prendre la fuite ? Mais c'est ce que tu fais toujours, je te signale."

Jongdae ferma douloureusement les yeux en essayant de toutes ses forces de ne pas faire d'analogie entre les reproches de Chanyeol et Yixing.

Il lui manquait atrocement, et ses poings inconsciemment serrés témoignaient de son envie de le hurler.

Ce qui ne passa pas inaperçut aux yeux de Minseok et Junmyeon. Il y avait définitivement un problème avec leur ami, mais ce n'était pas le plus urgent pour l'instant.

-Je ne vois pas pourquoi je prendrais la peine de rester dans le plumard d'un type qui a besoin de je ne sais combien de gramme d'alcool dans le sang pour me sauter, pauvre con !

-Dixit le gars qui ne pense de toute façon qu'à se faire sauter, rien de plus !

-Essaierais-tu d'insinuer que je suis ta petite pute, Park ?

-C'est pas moi qui l'ai dit. Même si t'essaie visiblement de me faire devenir la tienne.

-Non mais vous allez la boucler, oui ? tenta Junmyeon, se relevant lui aussi de son siège, alors que Sehun avait les joues rouges tant il se sentait mal, et que Luhan jetait un regard noir à Chanyeol.

-Alors toi, trouve-toi justement quelqu'un, ça te fera peut-être devenir un peu plus sortable ! rugit Baekhyun en se retournant vers le pauvre Junmyeon, complètement sorti de ses gonds, à présent.

-Oh, Junmyeon est toujours plus sortable qu'un type qui ne veut même pas admettre qu'il crève d'envie qu'il veut qu'on le protège. Bien plus sortable que ce type qui a tellement besoin de se prouver qu'il est fort qu'il finit par se faire agresser en fuyant son plan cul en pleine nuit.

L'intervention de Jongdae, bien que coupante, eut au moins le mérite d'être plus qu'efficace.

Baekhyun hoqueta et se retourna vers lui, la mâchoire pendante, sans que son ami ne lui rende son regard. Luhan et Minseok roulèrent des yeux, réalisant que c'était sans doute pour cela que Baekhyun était resté dormir chez Jongdae, et partagèrent sans le savoir la même culpabilité de n'avoir pensé qu'à lui demander de jouer les espions au sujet de Yixing. Junmyeon regardait Jongdae et son hésitation entre le remercier de prendre sa défense et de hurler "PARDON ?" était un peu trop évidente, lui donnant une expression qui dans un autre contexte aurait pu être comique.

Chanyeol, quant à lui, eut un mouvement de recul.

-... C'est vrai, Baekhyun ?

L'autre lui jeta un coup d'œil un peu trop rapide puis trouva soudain un grand intérêt à ses chaussures.

Pour une fois, il n'avait rien à répondre.

Junmyeon se frotta les yeux avant d'exploser.

-BON ! Vous allez tous me faire le plaisir de sortir de mon bureau, dans l'ordre, Baekhyun et Chanyeol, pour nous éviter à tous de finir sourds, Luhan et Minseok, parce que vous puez l'amour à cent mètres à la ronde et que je ne peux pas bosser, Jongin et Taemin, parce que je ne vais pas pouvoir vous supporter après ça, désolé ! Et plus vite que ça !

Luhan bondit comme mû par des ressorts, empoigna Chanyeol et Baekhyun par le col avant de les jeter dehors, puis redevint un gentleman l'espace d'un instant pour revenir dans la pièce, prendre le sac de Minseok et de partir dans la direction opposée sans se faire prier. Taemin termina rapidement de jeter les mouchoirs plein du café de Jongin avant de se ruer hors de la pièce à la suite de ce dernier. Le président Kim pouvait être impressionnant quand il le voulait, derrière ses lunettes, et les deux garçons, jeunes d'apparence et encore plus jeunes dans leur tête, malgré leur comportement bravaches, ne résistaient jamais bien longtemps à une figure d'autorité bien utilisée.

Une fois le bureau aux portes bleues presque vide, à l'exception de Jongdae qui avait toujours les yeux baissés, Junmyeon, qui tremblait de rage contenue, et de Sehun, qui était toujours figé près de la porte, le président se rassit après quelques secondes de flottement.

Jongdae se retourna vers lui après un regard vide à Sehun, et ce qu'il vit l'étonna au plus haut point.

Junmyeon avait les doigts serrés autour de son stylo à tel point que ses phalanges blanchissaient. Ses dents étaient tellement serrées que son menton tremblotait et surtout, des gouttes transparentes perlaient aux coins de ses cils.

Jongdae devina que les paroles de Baekhyun avaient dû le blesser plus profondément qu'on n'aurait pu le croire, pour une raison qui lui échappait, et soupira pour lui-même.

Visiblement, Sehun s'était lui aussi aperçut de la soudaine et violente détresse de Junmyeon, et s'approcha à pas de loup de son président.

-Junmyeon-hyung, est-ce que tout va bien ?

L'autre se raidit à la venue du jeune homme.

-Oui, ça va, merci, Sehun. Je vais finir pour aujourd'hui, tu peux y aller si tu veux.

Les mots pouvaient sembler doux mais l'ordre implicite était sans appel. Sehun murmura un "d'accord" que Jongdae perçut comme inquiet et peut-être un peu déçu, et se rendit compte que Junmyeon faisait un effort surhumain pour ne pas lever les yeux vers Sehun.

La porte bleue enfin fermée, Jongdae laissa tomber :

-Moi je vais rester un peu, mais tu peux te lâcher, pour une fois, Jun'.

-Tu ne préfères pas sortir, toi aussi ? articula le président d'une voix tremblante, fixant ses yeux larmoyants sur la poignée que venait de fermer Sehun.

-Non, rétorqua simplement Jongdae, je ne vais pas te laisser tout seul, et je n'ai pas envie d'être avec qui que ce soit d'autre, en plus de ça. Tu n'es pas obligé de me dire ce qui ne va pas si tu ne veux pas, mais je suis là, si tu as besoin.

Et Junmyeon fondit en larmes.

Il ne fallut pas longtemps à son camarade de classe pour laisser les siennes couler silencieusement sur ses joues alors qu'il s'asseyait sur la chaise vide de Minseok, caressant doucement le bras du jeune homme. Il laissa le président du bureau des élèves s'effondrer, sanglotant la tête enfouie dans ses bras, tandis que lui déchargeait toute la frustration de son amour déçu.

C'était pour l'instant un marché implicite qui convenait parfaitement à leurs deux cœurs blessés.



* * *

Arrivés au bout du couloir, Chanyeol trouva enfin la force de retenir Baekhyun par l'épaule, alors qu'il l'avait jusque là laissé trottiner devant lui.

-Tu vas me dire ce qui s'est passé chez moi ou il faut que je demande à Jongdae ?

-Lâche-moi, tu veux ! Je ne te dois rien, pourquoi tu as besoin de le savoir ? Pourquoi ça t'intéresse d'avoir toujours la raison pour laquelle j'agis comme ci ou comme ça ?

Baekhyun se retourna sèchement en crachant sa dernière phrase, et Chanyeol eut sérieusement l'impression que le petit animal sauvage allait le mordre. Il dégagea vivement son épaule, mais pour la surprise du plus grand, ne bougea pas. Il attendait réellement une réponse.

Le temps que l'information sur laquelle il n'arrivait pas encore à mettre des mots arrive au cerveau de Chanyeol, Baekhyun leva les yeux au ciel.

-Bon, du coup tu pourrais peut-être me ficher la paix.

-Dans tes rêves, grommela Chanyeol, avant de reprendre entre ses grandes mains chaudes les épaules de Baekhyun pour le visser au mur le mur le plus proche et de plaquer sa bouche contre la sienne.

Et ils se laissèrent entraîner dans un baiser si intense que Chanyeol souleva les hanches de Baekhyun pour le hisser un peu plus haut, et l'aider à accrocher sa taille de ses jambes, les collant le plus possible l'un à l'autre. Baekhyun sentit un filet humide s'échapper de leurs lèvres fiévreuses mais ne se préoccupa que d'ouvrir encore plus la bouche pour laisser la langue de Chanyeol explorer tout ce qu'elle pouvait. De son côté l'autre alternait coups de dents et caresses appuyées sur le muscle rugueux du petit brun entre ses mains.

Peu leur importait désormais d'être en plein milieu des couloirs de la fac et que n'importe qui puisse les surprendre dans cette posture.

Baekhyun était beaucoup trop concentré sur l'entrejambe chaud et dur collé au sien, et Chanyeol hésitait entre essayer d'immobiliser les hanches roulantes entre ses mains pour continuer d'embrasser son amant ou le faire sien au milieu du couloir, sans sommation.

Finalement beaucoup trop essoufflés, ils durent séparer leurs bouches à regret, bien que Chanyeol n'eût l'audace d'avancer une dernière fois ses lèvres pour un baiser chaste un peu trop tendre pour que Baekhyun ne l'accepte en temps normal.

Mais ce dernier poussa un tout petit peu son menton vers Chanyeol au moment où il se reculait, juste assez pour grappiller une demi-seconde de contact en plus.

Et cette demi-seconde prit une importance un peu trop grande dans le coeur trop orgueilleux des deux garçons.

-Ma chambre est dans l'autre bâtiment, on peut y être dans trois minutes, chuchota Baekhyun après quelques secondes à écouter leurs souffles aussi hâchés l'un que l'autre.

-Baekhyun, je...

-Je te dois une cigarette, le coupa doucement le petit animal dompté en plongeant ses yeux noisette dans ceux de Chanyeol, et en nouant ses bras derrière sa nuque.

-On y sera en moins de deux minutes si tu t'accroches bien, céda le plus grand, en plaçant ses grandes mains sous les fesses de son amant et en redressant son dos.



* * *



-C'est ce que m'a dit Junmyeon, en tout cas, termina Minseok en serrant les doigts de Luhan entre les siens, de sa main qui ne tenait pas les dossiers qu'il avait récupéré en catastrophe.

-Mais ça n'a pas de sens, il n'a simplement pas dû se souvenir de Yixing, s'il est parti en début d'année... Je ne vois pas pourquoi Jongdae nous aurait dit n'importe quoi !

-Oui, je sais, c'est bizarre, justement.

Luhan se mordit la lèvre. Il y avait tellement de mystère qui entourait ce Yixing, il se sentait à présent un peu inquiet pour son ami, qui se semblait pas dans son assiette, pour couronner le tout.

-Et puis si Baekhyun l'a vu quand il était chez lui... Mais en même temps il nous avait dit qu'il était reparti en Chine, je ne comprends plus rien.

Minseok soupira, ne sachant quoi répondre.

-Moi non plus, Lu'. Je vais essayer d'en parler avec lui, mais si ce Yixing le rend malheureux et le pousse à nous mentir, même si ce n'est pas si grave, ça ne va pas clairement pas se passer comme ça.

Ils marchèrent quelques minutes en silence, pour s'arrêter sur le parking où étaient garées leurs voitures.

-Min'... Tu vas bien ? Tu as l'air songeur. C'est Jongdae ?

Minseok pesta mentalement. Oui, le moral de Jongdae jouait sur le sien, mais...

-Oui, ça va, ne t'inquiète pas, Luhan.

Et alors qu'il posait la main sur la poignée de sa portière, le jeune chinois posa leurs sacs, qu'il tenait toujours, pour retenir son petit-ami.

-Minseok... On va vraiment commencer comme ça ?

-Qu'est-ce que tu veux dire ? murmura le rouquin, étonné.

-On se connaît depuis plus de dix ans, je sais très bien quand tu es perturbé pour une raison ou pour une autre. C'est toi le premier qui a été agacé parce que je te cachais quelque chose, ne fais pas la même chose. On ne va pas commencer comme ça maintenant, non ?

La voix de Luhan était douce et calme, et pourtant Minseok se sentit coupable, tout d'un coup. Après un moment d'hésitation, il finit par demander dans un filet de voix timide :

-Luhan... Tu as dit que tu m'aimais. Depuis combien de temps tu le sais ?

Les yeux baissés, il ne vit pas son vis-à-vis se transformer en tomate bien mûre.

-Si je te dis la vérité, tu ne vas pas me prendre au sérieux...

Le coréen prit ce demi-aveu comme un coup dans la poitrine.

-Si... Si peu de temps ? articula-t-il avec peine.

Luhan en sursauta presque.

-T'es pas bien ? Non, ce n'est pas du tout ce que je voulais dire... Bon, écoute, tu te rappelles, quand tu t'es cassé la figure et tordu la cheville à un de nos entraînements de foot, au collège ?

Minseok acquiesca silencieusement, sans comprendre où le jeune homme voulait en venir.

-Je t'ai accompagné à l'infirmerie du club pendant que les autres continuaient de jouer... Et je suis resté avec toi pendant que tu attendais tes parents.

Le rouquin rosit en se souvenant que le petit garçon qu'il était à cette époque n'avait pas manqué de pleurer pendant un moment sous la douleur qu'il ne gérait pas encore très bien.

-Je ne parlais pas encore assez bien coréen pour te faire la conversation... Alors j'ai sorti un livre pendant que tu te reposais, pour m'entraîner à lire. Quand tu as vu que j'avais beaucoup de mal, tu t'es penché sur le livre et tu m'as demandé pourquoi je lisais aussi lentement. Et tu m'as aidé, tu m'as expliqué lentement les mots que je ne comprenais pas, alors que je ne faisais que te les montrer.

Minseok sourit, rejouant la scène dans sa tête.

-Et tu répétais la prononciation de chaque mot jusqu'à ce que je la valide.

Luhan hocha la tête et regarda autour d'eux, gêné.

-Ouais.

-Oui, je m'en souviens. Et alors ?

-C'est... Je crois que c'est depuis ce moment-là.

Minseok releva la tête pour admirer la gêne des pommettes rouge vif de Luhan.

-Lu-ge, on était en cinquième ou en quatrième, non ?

-Oui, hm, je sais. Je t'avais dit que tu ne me prendrais pas au sérieux.

Le jeune homme déposa un baiser dans le cou de son vis-à-vis, comme il avait apparemment choisi de le faire à chaque fois qu'il voulait le tranquiliser. L'autre répondit en effleurant ses lèvres des siennes.

-C'est de ça dont tu doutais ?

Minseok marmonna quelque chose d'incompréhensible mais au milieu duquel Luhan discerna un nom qui lui était familier.

-Quoi, "Sehun" ?

-Excuse-moi, Lu', mais j'ai passé ma journée avec lui et j'ai réalisé que... Je ne savais pas ce que tu avais vraiment ressenti pour lui à l'époque.

Luhan hésita.

-Tu veux savoir pourquoi il m'a quitté ?

Il n'obtint pas de réponse, et s'autorisa seul à répondre à sa question, sachant qu'elle n'était au départ que rhétorique pour Minseok.

-Il m'a dit qu'il ne pouvait plus essayer de me faire tomber amoureux de lui alors qu'il savait que je ne pourrais jamais l'être. Il m'a dit qu'il avait essayé de faire abstraction de cela pour conserver cette relation étrange qu'on avait tous les deux, mais que finalement elle ne lui suffisait plus et qu'il préférait tout arrêter.

Dire que Minseok ne s'attendait pas à cette explication était un euphémisme. Il laissa Luhan continuer.

-Je ne lui avais jamais dit, et pourtant il a deviné que j'étais déjà tombé amoureux de quelqu'un d'autre, et que c'était trop évident pour essayer de changer cela. C'est pourtant dans ce but que j'ai continué de coucher avec lui, et il a compris avant moi que je n'y parviendrais pas. Je ne sais pas s'il a compris qu'il s'agissait de toi, mais en tout cas c'est pour ça qu'il est parti.

D'un geste de la main, Luhan releva le menton de Minseok pour croiser son regard. Ils s'observèrent en chien de faïence pendant une bonne seconde avant que le rouquin ne reprenne ses esprits.

-Si t'as essayé de me faire passer pour un con, t'as réussi...

Luhan éclata de rire pour ensuite poser doucement son front contre son cou.

-D'autres questions ?

-Je pense que ça ira, lança Minseok en caressant du pouce la hanche de Luhan. "Tu viens dormir chez moi ce soir ?"

-Non, toi, viens. Tu n'as jamais dormi chez moi.

Minseok approuva en embrassant une fois de plus le cou pâle de son petit-ami.



* * *



Quand Jongdae rentra finalement chez lui, après que Junmyeon ait séché ses larmes en silence et ne l'ait remercié d'une accolade en reniflant, il constata que ses surprises du jour n'étaient pas finies en recevant un message de Kris.

"Salut, Jongdae !
Je sais, ça fait un bail mais est-ce que tu aurais du temps pour un coup de fil ou un skype ?
Luhan m'a un peu parlé de toi et de Yixing...
Est-ce que tu veux en parler ?
Je sais que ça va te sembler un peu bizarre, mais j'ai des choses importantes à te dire."

-C'est quoi, ça, encore... grogna le jeune homme.

Pas qu'il n'aimât pas Kris, mais un homme qui a mal est un homme qui veut être seul. Et en l'occurence, Jongdae n'avait en plus aucune idée de ce que Kris, depuis Beijing et fort du fait de ne l'avoir rencontré qu'une seule et unique fois, pouvait bien faire pour lui. Surtout en ce qui concernait Yixing.

"C'est gentil, Kris, mais je n'ai pas vraiment envie d'en parler."

La réponse ne mit pas bien longtemps à arriver.

"Je me suis mal exprimé, pardon.
Est-ce que tu veux entendre l'avis de quelqu'un qui sait que Yixing n'est pas un humain ?"

Jongdae manqua lâcher son téléphone.