Jacinthe

par Blackpearl88

 

Chapitre 2.

« Jacinthe »

 

 

Un soleil de midi tapait sur le village. La température était à son comble et Baekhyun était reconnaissant de n’avoir mis qu’une légère chemise en lin ce jour-là. Les manches retroussées jusqu’aux coudes, une fois les gants enfilés, il s’affairait à tailler le bout des tiges des fleurs qu’il s’apprêtait à utiliser pour le bouquet de son dernier client. Les commandes avaient été nombreuses, dès le matin, mais Baekhyun n’avait pas trop le cœur à choisir les fleurs, n’avait pas la même euphorie à les chercher tour à tour et à les voir petit à petit composer un bouquet total. Son sourire était devenu rare, tout à coup, dans sa boutique. Fleuriste, quand on n’avait pas la joie de voir des fleurs, cela faisait un peu étrange tout de même. En contrepartie, ses nombreux soupirs discrets se faisaient entendre quand il allait d’un coin du magasin à l’autre, faisant virevolter son tablier. Les rayons de soleil s’immisçaient même dans la boutique de fleurs, illuminaient quelques roses blanches et des jacinthes visibles par la vitrine.

 

Décidément, il aurait bien aimé un peu de pluie, pour être en accord avec son cœur. Il se sentait un peu mal d’être si triste lors d’une si belle journée. Triste d’être triste, sacrée ironie, songea-t-il.

Des passants s’arrêtèrent devant la vitrine, riant, avant de continuer leur chemin. Baekhyun cessa ses mouvements et baissa la tête, soupirant une énième fois. Il déposa le cisailleur, frotta ses gants contre son tablier et s’appuya contre un présentoir. La jeune femme qui l’aidait avec le magasin avait pris congé, était partie à la côte, pour profiter du soleil, alors il se retrouvait seul à s’occuper de tout. Il avait eu du mal à se réveiller, ce jour-là, en remarquant que plus personne ne partageait son lit désormais. Il avait eu du mal aussi à faire sa toilette, prendre son déjeuner, prendre soin de lui, sans personne à ses côtés. Lui vint la réflexion que peut-être, en plus d’être hypersensible, il était dépendant de la présence des autres.

 

Il détestait tellement cette sensation dans sa poitrine quand il pensait à tout ce qu’il n’avait plus, aux miettes qui lui restaient et à ce qu’il était devenu du jour au lendemain, à cause de celui qu’il avait aimé, beaucoup, beaucoup aimé, de celui qui avait illuminé ses sept cent quarante-trois derniers jours. Jamais il n’aurait cru que la situation pouvait se retourner aussi violemment, de manière aussi inattendue. Il était triste que ce fût la dernière expérience, le dernier souvenir qu’il avait de ces deux belles années. C’était du gâchis.

 

« T’es trop hypersensible, Baek’, tu prends tout trop à cœur ! »

 

Et maintenant il songeait à tout ce qu’il aurait pu changé pour que cette chute n’arrive jamais. Il remettait tout en question, se questionnait mille fois sur les évènements clé, et au final, il tournait en rond, piégé dan son cercle vicieux émotionnel. Il avait l’impression que tous ses défauts, toutes ses failles avaient été mises à nue et qu’elles étaient visibles plus que jamais. Plus de vingt années à se forger une personnalité, un caractère, un soi avec lequel il pourrait vivre en harmonie, et tout s’effondrait. Il ne voulait pas paraître dramatique, mais il avait peur que l’amour donné soit irrémédiable, qu’une fois qu’on avait donné trop de soi, il manquait tout un morceau.

 

La tige de la jacinthe qu’il tenait dans la main depuis trop longtemps s’était froissée entre ses doigts. Alors qu’il allait la redéposer pour en choisir une autre, la cloche se remua sous le mouvement de la porte du magasin. Il leva les yeux, soudainement, près à accueillir la personne qui était entrée. Il fut surpris de voir une boule de poil familière s’amener vers lui, toute heureuse de la nouvelle rencontre. Son propriétaire se trouvait juste derrière et fut tout aussi surpris que lui.

 

- Chanyeol, c’est bien ça ? demanda Baekhyun en premier.

 

- Ah, quelle surprise ! sourit Chanyeol, de ce même sourire lumineux qu’il avait eu la veille. Je ne m’attendais pas à vous rencontrer ici.

 

Méli leva les yeux vers Baekhyun, sans cesser de frétiller la queue, la langue pendante à cause de la chaleur.

 

- C’est un petit village, sourit Baekhyun en retour, de cet air réservé habituel, tout en s’approchant du comptoir.

 

Chanyeol observa la boutique, d’un air émerveillé, scruta chaque présentoir, les nombreux bouquets préparés à l’avance.

 

- C’est vous qui vous occupez de la boutique ? C’est vraiment joli. J’avais vu votre bouquet hier, je ne savais pas que c’était vous qui l’aviez fait. J’avais beaucoup aimé.

 

Baekhyun se racla la gorge en frottant ses mains sur le comptoir, incapable d’expliquer sa nervosité. Les compliments, cela n’était pas son fort. Du moins, accepter qu’ils lui soient destinés était compliqué à imaginer.

 

- Oui, normalement quelqu’un d’autre travaille aussi avec moi… parla-t-il doucement. Vous recherchez quel genre de bouquet ? C’est pour quelqu’un de proche ?

 

Chanyeol sembla réfléchir.

 

- C’est pour une femme dont je suis censé bien connaître les goûts mais à vrai dire je ne sais même pas si elle aime les fleurs, rit-il, légèrement embarrassé. Je pensais que ce serait une bonne idée, pour son anniversaire.

 

Baekhyun baissa brièvement les yeux.

 

- Décrivez-la moi, je peux essayer de trouver quelque chose, proposa-t-il. Peut-être qu’elle aime certaines sucreries, certaines odeurs ou couleurs plus que d’autres. En fonction de son caractère, les couleurs douces ou sombres sont plus appropriées.

 

Chanyeol le regarda avant de froncer les sourcils, visiblement en train de réfléchir à tout cela. Ses yeux étaient vifs et sombres. Baekhyun pensa à du chocolat noir et il s’en voulut un peu car c’était son chocolat préféré. Il avait la fâcheuse tendance à se retrouver embarrassé à cause de ses pensées.

 

- Elle est très entreprenante, soignée, elle aime quand tout est en ordre, commença Chanyeol. Elle adore le violet et la guimauve. Je ne sais pas si c’est utile aussi mais elle aime la nature, elle aime ce qui est sauvage, et c’est là d’où vient un peu mon idée.

 

Baekhyun avait joint les mains et le regardait, de manière discrète. Il faillit lui demander de lui parler de lui parce qu’il adorait quand les gens racontait, cette façon de mettre des mots sur des évènements abstraits ou sur leurs émotions. Mais il avait peur de paraître impoli ou trop direct. Ses intentions étaient souvent mal interprétées. Ce n’était pas son but.

Chanyeol le regardait intensément, maintenant qu’il y réfléchissait. Sa chienne aussi, à vrai dire, mais pour d’autres raisons sûrement. Baekhyun eut peur de rougir. Il se racla la gorge.

 

- On a reçu une livraison de nouvelles fleurs ce matin, quelques échantillons pour tester leur popularité, bafouilla-t-il. Je peux vous proposer des jacinthes sauvages, si vous le désirez. Ça se marierait très bien avec de l’eucalyptus et des roses blanches, en petites quantités. Comme c’est un anniversaire, je peux rajouter des touches de jaune ou des coquelicots…

 

Chanyeol lui souriait grandement, passa une main dans ses cheveux avant de hausser les épaules.

 

- Ça m’a l’air super. Vous vous en sortirez sûrement bien mieux que moi de toute manière, je vous fais totalement confiance. Quand pourrai-je venir le chercher ?

 

Baekhyun gratta le dos de sa main.

 

- Oh, dans l’après-midi, plus ou moins, j’ai encore quelques commandes à terminer. Revenez dans une heure, ce sera fait.

 

Ils s’échangèrent un sourire.

 

- Merci beaucoup, Baekhyun, lui dit-il en insistant sur son nom. Je vous paie tout à l’heure ?

 

- Oui, pas de souci.

 

Chanyeol ne bougea pas tout de suite. Il hésita avant de se retourner à nouveau vers Baekhyun. Il se racla la gorge, la mine soudainement un peu plus sérieuse, indécis.

 

- Vos fleurs sont aussi jolies que vous… et je m’excuse tout de suite pour cette phrase très clichée, mais ça vient du cœur. Je pensais que vous en faire part serait une bonne chose.

 

Les joues de Baekhyun s’enflammèrent malgré lui. Il rit doucement, le regard baissé. Il sentit la sensation froide dans son cœur s’atténuer. Il lui fut reconnaissant, sans trop savoir quoi répondre. Il était encore moins bon avec ce genre de compliment.

 

- C’est gentil, merci.

 

Le visage de Chanyeol changea aussitôt de mine, s’illumina à nouveau. Son regard était bienveillant. Il savait ce que Baekhyun pouvait ressentir ces derniers jours. Il savait que c’était important de ne pas se sentir seul. Le bouquet de fleurs fanées, les larmes, la solitude, il n’avait pas besoin de plus pour se rendre compte que la personne en face de lui vivait une étape difficile, et que la nature de certains ne les protégeait que très peu de la peine que cela représentait. Il fut heureux de le voir sourire sincèrement et lui fit signe avant de quitter la boutique, sa chienne Méli dans son ombre.

 

Baekhyun resta en retrait, derrière le comptoir, perdu dans la confusion de ses pensées et avec la sensation que le froid dans son cœur se dégageait un peu lorsqu’il souriait. Les rayons de soleil, quant à eux, avaient pris place des lieux. Baekhyun retourna au travail les épaules un peu moins baissées. L’heure ne pouvait que passer trop lentement.

.

 

.

 

.