La métaphore du vecteur

par Rukyoshu

Titre : La métaphore du vecteur.
Auteurs : Rukyoshû & Black Cherry.
Base : Les yeux de Baekhyun et les oreilles de Chanyeol.
Genre : Rencontre/Amitié/Flirt.
Note : Envie d’un texte avec Baekhyun et Chanyeol qui ne soit pas un truc de détraqués sexuels.


Résumé : Chanyeol en a marre de réviser. Heureusement, son charmant voisin de bibliothèque est là pour échanger des post-it qui rendront sa pause bien plus amusante.

La métaphore du vecteur.


Chanyeol commençait sérieusement à fatiguer. Être penché sur ses feuilles et ses livres de cours lui donnait mal au cou. De plus, les chiffres s
amusaient de plus en plus à danser devant ses yeux. Ça faisait monter lentement un mal de crâne. Relevant finalement la tête, il s’étira longuement et se massa la nuque en observant la personne qui s’était assise à côté de lui. Un jeune homme. Il n’avait pas réellement pris garde à lui, concentré qu’il était sur ses révisions. La fin de l’année apportait le soleil et la libération mais il fallait les mériter : les examens d’abord. Son voisin inconnu semblait vraiment contrarié par ce qu’il faisait. Souriant, Chanyeol décida de les distraire tous les deux. Pas question de faire du bruit dans la bibliothèque sous peine de mourir sous les injures. Il reprit son stylo, attrapa son lot de post-it et écrivit rapidement un petit mot. Il tendit ensuite son bras pour le coller juste devant les yeux du jeune homme.
« Hey, tu étudies quoi avec cet air si concentré ? »
Une petite pause leur ferait sans doute du bien à tous les deux.

Mon rêve étrange se poursuit et je vois le jour où ils s’élèveront au-dessus des flots pour engloutir l’humanité affaiblie par les guerres. Ce jour-là, les terres s’enfonceront, et le fond des sombres océans se dressera au-dessus des eaux pour envahir l’univers.
La fin est toute proche. J’entends un bruit à ma porte. Comme si un gigantesque corps rampant s’était glissé jusque chez moi. Il ne me trouvera pas. Mon Dieu ! cette main ! […]
Baekhyun cligna des yeux. Une main venait effectivement de se glisser sous son regard. Cependant, rien à voir avec une de ces mains vertes et putrides appartenant aux monstres marins de son livre. Celle-ci était grande et plutôt jolie. Baekhyun remonta le long du bras jusqu’au visage de son voisin. Un autre étudiant, sûrement dans la même tranche d’âge que lui. Il trouva ses oreilles décollées tout bonnement ravissantes. Mais son attention se reporta sur le mot. Sans rien dire, il se permit de retourner le post-it pour lui répondre.
« Les fantaisies littéraires d’un auteur psychotique et malheureux. Pourtant il a un joli nom de famille. Et toi ? »

Ravi de voir l
autre lui répondre, Chanyeol eut presque envie de taper dans ses mains comme un enfant. Ça faisait vraiment du bien de se détendre après toutes ces heures de travail acharné. Il était studieux... à un certain point. Ne voulant pas se faire remarquer, il se contenta de patienter en l’observant. L’inconnu avait des yeux allongés absolument craquants. Il lut le mot et s’empressa d’attraper un nouveau post-it pour continuer leur échange.
« La personnalité dun étudiant au bord de la rupture nerveuse. Sinon les intégrales triples. Passionnant. Des examens bientôt ? »
Sa question était bête mais il n’avait pas envie que leur début de conversation se fane directement.

Baekhyun eut un petit sourire. C’était étrangement plaisant de lire des phrases normales, qui ne relataient aucune fin du monde imminente ou de choses non identifiées courant sous la pleine lune. Néanmoins, il tiqua légèrement en lisant le mot “intégrale”. Pour ce qu’il en savait, il s’agissait de mathématiques. Il avait depuis longtemps refourgué cette matière dans les tréfonds de sa mémoire. Triple ? Ça pouvait être triple, ces machins-là ? Il relut le mot. Quel était le rapport entre les mathématiques et la psychologie ?
« Un, c’est douloureux. Deux, c’est du masochisme. Trois, c’est du suicide. Qui est cet étudiant ? Oui, les examens, à décortiquer des métaphores imaginaires d’un auteur trop fou pour y avoir réfléchi tout seul. Et toi ? »
Son voisin aussi devait bien s’être terré à la bibliothèque pour une raison.

Chanyeol eut une petite moue. Les gens avaient décidément tous une dent contre les mathématiques. Les triples intégrales, ce n’était pas si horrible. Ça finissait toujours par lui donner mal à la tête mais ce n’était pas monstrueux. Les auteurs tordus des livres de littérature fantastique, par contre, ça l’était. Il secoua la tête pour se reprendre. Il était habitué au dénigrement de sa matière favorite depuis le collège. Et il avait bien mieux à penser.
« Cet étudiant va devenir fou à étudier des auteurs fous. Autrement, il m’envoie des post-it. Désolé, je suis loin des métaphores. Ah, examen quand tu nous tiens. »

Il arqua un sourcil. C’était donc lui, son sujet psychologique. Brièvement, il tourna la tête pour observer le visage de son voisin. Non. C’est vrai. Les métaphores ne lui allaient pas. Pas aussi bien que ses oreilles, très jolies au demeurant. Il lui rappelait ces elfes fantastiques et mystérieux que l’on voyait dans les livres d’heroic-fantasy. L’air sympathique en plus. Cependant, la mention des auteurs fous l’inquiéta un peu. Était-il contaminé ?
« Oh, c’est moi. Ai-je l’air fou ? Ce n’est rien, tu n’as pas une tête à métaphores. Tu as une tête d’elfe. Es-tu un elfe 3x intégrale ? »
Magie et mathématiques pouvaient-ils faire bon ménage ?

Ouvrant de grands yeux surpris, Chanyeol fixa un instant l’autre étudiant. Son visage était tout en arrondis. C’était doux au regard. Son petit nez était adorable. Et ses yeux en amande allongés lui donnaient une allure de personnage de jeux vidéos fantaisistes. En réalité, il ressemblait bien plus à un elfe que lui. Bien que ses traits semblaient un poil tirés.
« Pas encore. Tu as juste l’air crevé. Vraiment ? Je pensais que c’était toi l’elfe. Mais je peux être un elfe 3x intégrale pour toi si ça te plaît. »
Ce qui était certain, c’était que les mathématiques ne lui allaient pas du tout.

Crevé ? C’était mauvais signe. Quand il avait l’air fatigué sans s’en rendre compte, il faisait généralement des choses étranges sans s’en rendre compte. La fatigue était le premier pas vers la folie. Ce genre de chose pouvait aller très vite.
« Si je me mets à déclamer des poèmes tragiques debout sur la table, s’il te plaît, abats-moi. Tu es très elfique du côté des oreilles. Mais tu souris comme un homme. Tu es un elfe 1,5x intégrale. Et moi ? »
Il était vrai que son voisin était trop joyeux et expressif pour faire un bon elfe bien elfique. Mais lui ? Il n’avait rien d’un elfe. Déjà ses oreilles n’étaient pas de la bonne forme. Ensuite il ne réussirait jamais à avoir l’air assez solennel.

Chanyeol retint tout rire intempestif. C’était encore plus intéressant que prévu de prendre une pause et de discuter avec un inconnu à la bibliothèque. Leur conversation était étrange, c’était plaisant pour se changer l’esprit.
« Je te lancerai un vecteur avec une intégrale. Tes petits yeux te donnent un air malicieux. Tu es un petit elfe taquin ? »
Quand il regardait sur le côté, ses yeux prenaient une forme plus ronde et il ressemblait presque à un lutin. La beauté et le sveltesse de son corps – du moins de ce que Chanyeol en voyait – le faisaient pourtant s’apparenter davantage aux elfes. Et un elfe taquin était presque un lutin, non ?

Un elfe taquin ? Baekhyun se demanda si cela existait. Des gnomes, des lutins, des fées, oui bien sûr. On pouvait éventuellement qualifier de taquins les petits écureuils des bois. Mais lui ? Il cligna des yeux. Hésita. Griffonna.
« Oui. Non. Peut-être juste pour toi et tes divers côtés intégrales. »
Il cessa d’écrire un instant, saisi par le doute.
« Intégraux ? Je ne sais plus. J’ai honte. Je me meurs. Vectorise-moi, sourire humain 3x elfique des oreilles. »
Ça commençait. La fatigue le poussait doucement vers la folie. Il savait qu’il était mal embarqué à partir du moment où il avait pensé aux écureuils. Et aux mathématiques.

Chanyeol colla le post-it au-dessus des autres et en prit un nouveau. À la vitesse à laquelle ils allaient, il devrait racheter des post-it en sortant. Ça en valait la peine. Il n’avait presque plus mal à la tête et sa nuque allait bien mieux. Un petit sourire amusé ne quittait plus ses lèvres et, entre deux coups d’œil à son voisin, il répondait à ses petits mots.
« Ola ! Tu es déjà perdu mon petit. Les auteurs fous ont eu raison de toi. Mes côtés intégraux (ça sonne plus joli) vont te soigner. »
Il attrapa une feuille blanche et dessina alors une intégrale comme un arc et un vecteur qui visait un petit elfe mignon. Il traça un petit cœur au bout du vecteur, colla le post-it et ajouta une petite phrase.
« Tadah, tu es touché par la flèche magique~ »
Puis il eut un grand sourire ravi en tendant le tout à l’autre étudiant.

Cette fois, Baekhyun pouffa de rire, s’attirant les foudres des tables voisines. Ce dessin était véritablement adorable ! Il fut touché par l’attention de son voisin. Le sourire aux lèvres, il se tourna vers lui, une main posée sur le cœur.
« En plein cœur. Tu vises bien. Je suis plus joli sur ton dessin. Es-tu un sniper elfe ? Ou un artiste ? 1,5x ? 3x ? »
Il était important de qualifier précisément la nature de l’autre étudiant.

Chanyeol fut secoué d’un rire silencieux. Le jeune homme était génial. Et son petit pouffement trop mignon le mettait de bonne humeur. Ça faisait un moment qu’il ne s’était pas détendu autant, stressé par les examens qui arrivaient. Il fit un clin d’œil à son voisin et leva les deux pouces.
« Tu es plus beau et charismatique en vrai. Je suis un semi-artiste. Ou un artiste et demi. 1,5x. En revanche, je ne suis pas un sniper, juste un archer. Ça fait de moi un archiste ? Un archiste vectoriel à arc 3x intégrale. »
La folie de l’étudiant en littérature commençait à le contaminer. C’était doux. Il adorait cette sensation !

Le sourire de Baekhyun se fit plus doux. S’il pouvait étudier des héros comme ce jeune homme, nul doute qu’il serait moins fatigué par ses révisions. Ça changeait. C’était agréable. Il le lui avoua.
« J’aime bien ton rire, archiste 3x intégrale. Un rire humain tel une envolée lyrique, qui tournoie autour de tes oreilles elfiques, emprunte le chemin de ton vecteur, et me touche en plein cœur. »
Il se sentait l’âme d’un poète, à écrire en rimes pour son voisin.

S’il continuait de le toucher en plein cœur, il allait faire un trou dedans. Cependant, ce petit poème l’émut et il eut un sourire plus tendre. Chanyeol ne regrettait pas du tout d’avoir entamé la conversation. Il s’était toujours dit – bien que la littérature n’était pas son point fort – que quelques mots pouvaient permettre de belles amitiés. Ça se confirmait.
« Je suis content, petit elfe. Tes petits yeux d’humain malicieux me donnent une intensité de bonne humeur 100x. Et tes mots fous m’envoient des éclats de sourire très puissants. »
Puis, n’étant pas très à l’aise pour ce genre de choses un peu trop émotionnelles, il préféra repartir sur un sujet plus amusant.
« En fait, tu es un mage des mots caché derrière une allure d’elfe, je t’ai démasqué ! »

Baekhyun lui lança un regard du genre “et oui !” en arquant un sourcil aussi malicieux que ses yeux.
« C’est pour tromper l’adversaire. Mieux vaut que la garde soit baissée avant de jeter un sort. »
Ce n’était pas très malin de sa part de lui expliquer ses stratégies de combat, réalisa-t-il ensuite.
« Faisons la guerre ? Tu vectoriseras mes mots et je métaphoriserai tes intégraux. »
Chacun sa spécialité.

Oh non, avec cette tête, il était vraiment attirant ! Chanyeol pinça les lèvres. Déjà qu’il avait du mal à résister aux gens mignons et gentils, si en plus son inconnu avait ce genre d’expression malicieuse, il était fichu ! Il se concentra ensuite sur le mot et eut une moue boudeuse.
« Et si on faisait équipe, plutôt ? C’est dommage de se faire la guerre. Moi, je t’aime bien. »
Il lui jeta un nouveau regard, sentit son cœur sursauter et décida de tenter une approche directe.
« Métaphorise donc, j’aime ça. Tu fais ça de manière très sexy ! »
Et il sourit largement.

Surpris et amusé d’une telle réplique, Baekhyun papillonna exagérément des paupières pour entrer dans son jeu.
« Prends garde à ce que je ne métaphorise pas tes oreilles. Je suis un mage des mots. Savais-tu que “flirt” venait du français “conter fleurettes” ? »
N’était-ce pas ce qu’ils étaient en train de faire, en fin de compte ? Flirter en toute amitié. Ce n’était pas gênant, à partir du moment où il ne commençait pas à lui faire du pied sous la table.

Bien loin de ce genre de pensées, Chanyeol chercha à déchiffrer ces deux petits mots. Ils étaient jolis à regarder. Savoir leur signification était plus difficile. Il était vraiment un piètre littéraire.
« C’est mignon. Enfin, ça le serait si je comprenais. Pourquoi veux-tu métaphoriser mes pauvres oreilles ? Elles ne te conviennent pas ? Ah... »
Il plissa les yeux en lui lançant un regard perçant et couvrit ses oreilles de ses mains.

Baekhyun pinça les lèvres pour ne pas se mettre à rire pour de vrai, les yeux brillants. Les réactions de son voisin étaient vraiment amusantes.
« J’ai juste envie de les manger, mais je ne sais plus parler. C’est le vecteur de mon cœur qui fait ça. »
Et elles lui faisaient dire n’importe quoi, aussi... Fatigue et vectorisation lui montaient au cerveau.

Mais... Mais bien sûr que si, il savait encore parler ! Chanyeol roula des yeux, amusé. Il libéra ses oreilles qui devaient être rouges d’avoir été ainsi subitement protégées. Il attrapa son stylo. Lui avait envie d’embrasser ses petits yeux pleins de malice. L’autre étudiant était vraiment un bon interlocuteur.
« Le français est trop compliqué, c’est tout. Tu parles très bien. Le vecteur de ton cœur est dangereux pour mes oreilles, j’ai mal dosé la magie de la flèche. »

Baekhyun se mit à rire franchement. Impossible de se retenir. Les “chut!” fusèrent des alentours.
« Je ne sais pas. Je me sens bizarre. Je ne sens plus mes jambes. Les gens veulent nous empêcher de vectométaphoriser. »
A la vérité, il se sentait tellement bien en présence de son voisin qu’il disait n’importe quoi sans complexe.

Chanyeol rit à son tour, les regards les transpercèrent. Il se plaqua une main sur la bouche pour étouffer son amusement. C’était irrésistible, il se retenait depuis trop de temps. Le rire et le petit air malicieux étaient venus à bout de sa résistance.
« La haine est proportionnelle à ma bonne humeur. On devrait peut-être métaphovectoriser ailleurs ? »
S’ils restaient ici, ils finiraient par se faire bannir et ne pourraient plus travailler quand ils se seraient calmés. Et puis, ce serait agréable de partager un moment avec ce petit elfe taquin, dans un endroit plus libre.

Se mordant la langue pour se retenir de s’esclaffer davantage, Baekhyun sourit.
« Alors traçons un vecteur métaphorique jusqu’à la sortie, mon archiste 3x intégrale elfique des oreilles. »
De jolies oreilles rouges à présent. Il allait finir par exploser, à force de vouloir rester discret.

Chanyeol hocha vivement la tête. Son sourire semblait vouloir sortir de son visage tant il était large. Il était ravi que son voisin accepte de sortir un peu avec lui.
« Petit elfe mage des mots aux petits yeux d’humain malicieux (ça devient un peu long) tes jambes vont-elles te porter ou dois-je vectoriser tes pieds ? »
Le temps de recevoir une réponse, il commença à fermer tous ses cours et livres éparpillés pour les ranger dans son sac.

Baekhyun fit de même et fourra ses livres dans son sac. Adieu, fin du monde tragique et monstres antiques et glauques.
« Ça ira. Si je tombe, tu pourras me ramasser, pauvre tas que je serai devenu ? »
Il ne plaisantait qu’à moitié. Dans sa hâte de sortir, il pouvait parfaitement se casser la figure.

Il serait un très joli tas, c’était certain. Son visage aux arrondis plein de douceur, ses yeux allongés au charme taquin, ses lèvres fines... Chanyeol secoua la tête, se mordilla la lèvre pour contenir son empressement et répondit avec rapidité. S’il se retenait plus longtemps de parler, ses oreilles fumeraient.
« Petit tas de mots, grâce aux pouvoirs de mes flèches vectorielles, je ferai de toi le le plus grand mage fou. Tes fines lèvres roses doivent prononcer des mots merveilleusement envoûtants. Elles m’attirent bien. Vectorisons vite vers la sortie~ Tu pourras me métaphoriser à l’oral. »

Baekhyun éclata de rire. En plus d’être drôle, son voisin se révélait être un charmeur tout à fait à son goût.
« J’espère que ta voix est à la hauteur de tes promesses, vil vectorisateur ! »
Et il s’enfuit en courant avant qu’un responsable ne le jette dehors. A présent, il mourrait d’envie d’entendre sa voix lui parler d’intégraux.

Chanyeol pouffa, récupéra les derniers post-it et son stylo, les jeta dans son sac et partit à sa suite. Un de ses camarades lui lança un regard mécontent et réprobateur, il lui répondit en tirant la langue. Il n’était pas question qu’il se laisse faire. Une fois hors de la bibliothèque, il poussa un soupir de soulagement et eut un petit rire. Ça faisait du bien de pouvoir le faire librement.

Baekhyun s’arrêta dehors, le souffle court, et attendit de voir si son charmant interlocuteur l’avait suivi ou non. A son grand bonheur, ce fut le cas. Cependant, il ne s’était pas attendu à ce qu’il soit aussi grand !
« Wow, souffla-t-il en le regardant. »
L’avoir assis à ses côtés était différent. L’œil rond, Baekhyun recula de quelques pas. Puis il grimpa sur le banc le plus proche et sourit. Ça lui éviterait un torticolis.

Chanyeol éclata de rire et tapa dans ses mains. La réaction de son inconnu était parfaite. Les gens réagissaient toujours ainsi quand ils se rendaient compte de sa taille.
« C’est très drôle, je ne t’imaginais pas si petit et tu ne m’imaginais sans doute pas si grand. Suis-je toujours un elfe ? Tu ressembles à un lutin maintenant. »

Son cœur se mit à courir un marathon à l’intérieur de sa poitrine. Avec grandiloquence, il posa une main sur son torse et leva l’autre en direction de son public.
« Elfe, humain, lutin, sommes-nous si différents ? Je ne rêve plus que de te tenir la main, à présent que ta voix grave j’entends. »
Il adorait la littérature mais avait toujours été nul en poésie. Sa tirade était un vrai désastre et pourtant il s’en fichait. Les yeux pétillants de son interlocuteur l’incitaient à tout oser.

Le plus grand applaudit avec joie avant d
attraper la main de ce poète en herbe.
« Très belles rimes. Enchanté de vous rencontrer monsieur l’orateur. Je m’appelle Chanyeol. Je serais ravi qu’on se tienne la main maintenant que vos poèmes titillent mes oreilles. »

Un sourire jusqu’aux oreilles, Baekhyun prit la main de Chanyeol entre les siennes.
« Je m’appelle Baekhyun, monsieur l’archiste. Combien de vos flèches vectorielles allez-vous encore me lancer, si je pars dans une dérive littéraire irrépressible ? »
Sans le lâcher, il bondit du banc pour se retrouver sur ses pieds. La différence de taille était plus réconfortante que gênante.

Chanyeol pouffa.
« J
éviterai d’en lancer trop, j’ai peur de faire un trou dans ton cœur, à force. Et puis, mon arc intégrale n’est pas très solide, même s’il est triple, il finira par se casser. »
Il observa avec attention son visage, maintenant qu’ils étaient l’un en face de l’autre.
« Peu importe l’angle sous lequel je te regarde, tes yeux sont vraiment malicieux. Ils ont une très belle forme allongée. Et ton petit nez est trop mignon ! »
Et il s’arrêta là dans sa description, de peur de partir un peu trop loin.

Le jeune homme étudiait peut-être les mathématiques, mais le maniement des mots ne lui était certainement pas étranger. Baekhyun était conquis. Avec espièglerie, il tendit les bras pour lui attraper doucement les oreilles.
« Et toi, peu importe que ce soit de côté ou de face, je trouve tes oreilles vraiment jolies. Elles s’accordent bien avec ton sourire et ton regard joyeux. »

Ses oreilles rougirent instantanément. Entre le lire et l
entendre, il y avait un monde. C’était la première fois que quelqu’un lui disait de vive voix que ses oreilles étaient jolies. D’ordinaire, on se moquait d’elles. Chanyeol pouffa pour masquer son embarras.
« Elles sont très contentes que tu les trouves jolies, ça les change un peu. »

Baekhyun sourit à nouveau, très content de le voir rougir. Il lui relâcha cependant les oreilles pour ne pas l’embêter.
« Elles sont différentes. Ça les rend attachantes. On s’ennuierait beaucoup si toutes les oreilles avaient la même taille et la même forme. »
Il lui chatouilla la taille, ayant encore envie de l’entendre rire.
« Et puis, dans tous les livres, dans toutes les histoires, le héros a toujours une caractéristique qui le sépare des autres. Pourquoi pas les oreilles, dans ton cas ? »

Chanyeol partit d
un grand éclat de rire, se pliant en deux pour échapper aux chatouilles. Il se voyait mal être un héros.
« En tant que héros, je sauve les pauvres étudiants qui étudient des livres d’auteurs fous en s’asseyant à mes côtés à la bibliothèque. Je leur envoie des vecteurs en plein cœur pour les faire sourire ! Mes oreilles sont un petit bonus. »
Même s’il n’était pas certain de retrouver une personne aussi sympathique et amusante que Baekhyun. Ses petits yeux malicieux lui manqueraient.

« Un petit bonus appréciable, fit Baekhyun avec un sourire en coin. Et puis ton sourire aussi. »
Il recula vers le banc, sur lequel il grimpa à nouveau. Là, il croisa les bras dans son dos et bomba le torse.
« Je suis content que tu m’aies vectorisé. Ça fait du bien, dans les révisions. Ça change de lire des horreurs, que ce soient des villes englouties sous les océans, des gens maltraités ou qui deviennent fous et des poèmes mélancoliques. »
Pourquoi n’étudiait-on pas la réalité et les gens comme Chanyeol ?

Le plus grand grimpa sur le banc pour sasseoir sur le dossier. Il chatouilla la taille de Baekhyun au passage et appuya ses coudes sur ses genoux.
« Je comprends mieux pourquoi tu avais un air si concentré. Ça doit être horrible détudier ça. Avec les triples intégrales au moins on ne devient pas fou. Quoique... »
Il pouffa.
« Peut-être que si, finalement. Mais ça peut servir d’arc ! »

« Et tu es un bon archiste ! »
Il s’assit à son tour sur le dossier, juste à côté de Chanyeol. Sa proximité était agréable, comme s’il s’asseyait à côté d’une grande peluche.
« Il faut déjà être fou pour étudier les maths, le taquina-t-il en lui donnant un léger coup de coude. »
Il s’étira un instant.
« C’est horrible à la longue. Parfois, on se demande où les auteurs vont chercher leurs idées. C’est si glauque. Tu te vois, toi, te lever un matin : “wow, et si mon personnage se faisait violer ? Ouais, bonne idée ! Et même qu’il en redemanderait.” »
L’air inquiet, il se pencha vers Chanyeol.
« Rassure-moi, ça te fait vomir, toi aussi ? »

Chanyeol prit un air dégoûté.
« Ah, mon dieu, tu lis vraiment des trucs là-dessus ? C
est malsain ! Un viol, c’est quelque chose de grave quand même, on ne peut pas en redemander. »
Il frissonna vivement en imaginant la scène et se frotta le visage pour ôter les images qui venaient. Non, il valait mieux oublier ça. Puis il réalisa ce que Baekhyun avait dit et lui pinçota la taille.
« Hey ! C’est très bien les maths. »
Et il prit une moue atrocement boudeuse.

Baekhyun éclata de rire. Ouvrant grands les yeux, il se pencha vers le visage de Chanyeol en le fixant.
« Explique-moi ce que tu aimes dans les maths. C’est un ordre du mage des mots que je suis. »
Puis il agita les doigts autour de la tête de son voisin, comme s’il l’ensorcelait.
« Avec le sourire ? ajouta-t-il d’une voix délibérément gamine. »


Chanyeol ne put se retenir de rire également et ébouriffa les cheveux de Baekhyun. Puis il lui répondit avec passion.
« J’aime les chiffres, j’ai toujours aimé les chiffres ! Ils peuvent te dire plein de choses. Et tu t’en sers tout le temps sans même t’en rendre compte. Tout fonctionne à partir des chiffres. Sauf les livres, peut-être, et encore ! Il y a des numéros en bas des pages. Ils sont tout autour de toi. Nous-mêmes, nous sommes des nombres aux yeux du gouvernement. Le monde est dominé par les mathématiques ! »
Il s’arrêta, les bras en l’air, et son rire reprit de plus belle.
« Les révisions m’ont détraqué le cerveau, non ? »

« Totalement, s’esclaffa Baekhyun. Mais c’est rien, je t’aime bien comme tu es. Il faut de tout pour faire un monde. Les maths ont autant leur place que la littérature. »
Il se recoiffa brièvement, sans y penser.
« Quand on y pense, ces deux matières sont un peu rejetées. Je veux dire, les maths, il faut vraiment aimer ça pour en faire. Et la littérature... les gens s’essuient les pieds dessus. Nous sommes des paillassons. »

« Oh non ! C’est trop triste ! s’exclama-t-il. »
Il serra Baekhyun contre lui, comme une petite peluche.
« Je refuse que les gens te traitent comme un paillasson. »
Il fit semblant de pleurer en le câlinant tendrement.
« Mon petit elfe taquin, mage des mots, tu vis des choses tellement difficiles. »

« Oui, pleurnicha Baekhyun entre deux fous rires. »
Fermant les yeux, il se frotta contre Chanyeol tel un petit chiot en manque d’affection. Il poussa même le rôle jusqu’à émettre ces petits couinements atrocement adorables que faisaient les petits animaux.
« Heureusement que tu es là pour me vectoriser. Tu fais des maths, mais tu me comprends. »

Chanyeol fit tout pour ne pas rire, faisant tressauter ses épaules pour imiter des sanglots.
« Nous sommes des incompris mais nous nous comprenons dans notre incompréhension, c’est si beau. »
Il caressa doucement les cheveux de Baekhyun.
« Petit chiot mignon, je vais prendre soin de toi et de tes yeux malicieux. Je vais les remplir de petites étoiles de joie et ils ne verseront plus de tristesse ! »

Baekhyun pouffa de rire.
« Tu es un grand romantique, Chanyeol, sourit-il. Moi qui pensais que les mathématiciens étaient toujours cloîtrés dans leur laboratoire, avec une blouse blanche et des yeux qui roulent. »
C’était une vision un peu étriquée, il l’admettait. Il soupira, content.
« Alors dans ce cas, je soignerai tes oreilles. Je les éventerai quand tu auras trop chaud et je leur mettrai un cache-oreille en fourrure quand il fait froid. Et si les gens se moquent, j’irai leur casser la figure. »

Chanyeol lui offrit un grand sourire. Il était au comble du bonheur.
« Tu es adorable. Et oui, j’avoue, je suis un grand romantique. Je suis aussi ce qu’on appelle un “happy virus”. Enfin, ma famille m’appelle comme ça. Mes amis ont confirmé. »
Il était vrai qu’il était toujours joyeux. Même quand ça n’allait pas, il préférait garder le sourire pour ne pas déprimer plus encore. Un éternel optimiste.

« Ça te va bien, approuva Baekhyun en plissant les yeux de joie. »
Se décidant à nouveau à jouer les lutins taquins, il le chatouilla encore. Entendre son rire était délicieux.
« Contamine-moi, happy virus ! »

Chanyeol répondit à ses attentes, son rire s’élevant joyeusement dans l’air. Il se débattit un peu et manqua de tomber par-dessus le dossier du banc. Il se rattrapa en glissant le long de celui-ci pour s’asseoir normalement.
« Je vais te vectoriser, tu vas voir ! Tu seras happy virusé ! »
Et il lui chatouilla les genoux, l’endroit le plus accessible de là où il était.

La sensation fut tout bonnement insoutenable. Les ondes de chatouilles, au lieu de se propager le long de ses jambes, restèrent faire leur nid derrière ses genoux. Des sensations diffuses, il s’y faisait. Mais pas ça. L’intensité le fit éclater de rire, à tel point qu’il en tomba sur Chanyeol.
« Pitié, je vais mourir ! Rit-il. »

Le plus grand le rattrapa sans mal et referma ses bras autour de lui amicalement. Baekhyun était l’elfe le plus adorable du monde.
« Ton rire est aussi malicieux que tes yeux, c’est génial ! »
Pour une fois que Chanyeol rencontrait quelqu’un qui sympathisait aussi vite, il n’allait pas le laisser partir.

Soufflant comme un bœuf, Baekhyun était toujours secoué par les spasmes de rire.
« C’est toi qui est génial, grand fou d’archiste à 3x intégrale, fit-il. »
Quelque chose lui disait qu’il s’accrocherait le plus longtemps possible à ce demi-elfe amoureux des mathématiques.

Chanyeol lui tapota le dos et lui ébouriffa les cheveux pour la énième fois. Il était vraiment très heureux.
« Rire, ça creuse. Ça te dit d’aller manger un bout quelque part ? »
Il regarda sa montre pour vérifier l’heure.
« Le goûter, c’est sacré. Je connais un café pas loin qui fait les meilleurs cookies de la ville ! »

Pressé, Baekhyun se remit sur pieds en un rien de temps.
« Vectorisons jusque là-bas ! Tu m’as donné faim. »
A présent, il avait envie de lui croquer les oreilles. Peut-être plus tard.

Chanyeol le suivit rapidement et lui attrapa la main pour l’entraîner loin de la bibliothèque. Les petits post-it rangés dans son sac se retrouveraient sur le mur de sa chambre, au-dessus de son bureau, sitôt qu’il rentrerait. Pour le moment, il allait profiter de Baekhyun pour la fin de la journée. Cette journée était vraiment belle. Et le stress des examens n’avait plus de place, pour le moment. Une nouvelle amitié était née. Et il prendrait soin de ces petits yeux malicieux qui le faisaient tant craquer.
Tout allait bien dans le meilleur des mondes grâce à la puissance de la métaphore du vecteur.






Déclaration de fin : Nous espérons que ça vous aura plu ^^ Un peu de fraîcheur dans ce monde de brutes obsédées.

Histoire de copyright : L’extrait de texte que lit Baekhyun au début de la fic est issu de la fin de la nouvelle Dagon (1917) écrite par H.P. Lovecraft.