La vie normale de Kim Kyungsoo

par mika

Point de vue de Kyungsoo :



Après avoir vérifié mon apparence une dernière fois, je suis sorti de la chambre. La soirée allait être mouvementée. Maintenant que les vacances approchaient, ses horribles dîners allaient recommencer. Ce soir n’étaient pas différent ; ce soir allait être l'un des nombreux autres à venir.



Parfois je détestais être enceint. Bien sûr ma boulette était à l’intérieur de moi, mais ces foutus vêtement de grossesse était tellement féminin. Non seulement je devais faire face à tous les stéréotypes d’être un oméga mais maintenant je devais faire face aux moqueries du fait d’être enceint.



Je n’avais jamais parlé à Kai des moqueries dont j’étais victime. La famille et les amis de Kai ne m’acceptaient toujours pas même après les enfants que j’avais donné à Kai. Ils me disaient toujours que j’étais moche et que Kai pouvait trouver mieux. Même lorsque que j’étais enceint ils me disaient que j’étais moche et qu’ils ne comprenaient pas comment mes enfants pouvaient être mignons et beaux. Ça faisait mal, parce que je l’apprécie ou non, ils faisaient partis de la famille.



« Hé bébé tu as l’air magnifique. » Il m’embrassa la tête et je me penchais en avant.



« Tu dis juste ça parce que tu veux du sexe après. »



« Eh bien ça aussi, mais tu ne peux pas m’en vouloir lorsque tu es si ravissant en ce moment. »



« Va te faire foutre, Kai. »



« Je vais faire le tout le travail, Soo. La seule chose que tu dois faire c’est d’apprécier, d’accord, bébé. »



Il m’aida à descendre les escaliers. Mes bébés étaient déjà prêts. Ils étaient si beaux et je ne pouvais pas croire qu’ils étaient à moi. Miyoung tandis sa petite main et je la pris dans la mienne. J’aidais mes petites filles à s’asseoir dans leurs siège auto.



Même si ce soir n’était pas une fête organisée par les parents de Kai, je ne voulais toujours pas y aller. Tout comme avec Jongin, je ne savais pas que j’étais enceint jusqu’à ce que Kai mentionne que j’avais l’air ‘dodu’. Je fus blessé mais lorsque je suis allé chez le médecin j’ai découvert que j’étais enceint de quatre mois. Nous étions choqués. Nous n’essayons pas vraiment d’avoir un autre enfant. Après ce qui était arrivé à Baekhyun nous avions essayé d’être prudent mais il faut croire qu’il était trop tard.



Tout le monde avait été dévasté par le malheur de la famille Park. Parce que nous avions été témoin de ce qui été arrivé, il nous était difficile de secouer les sentiments que nous ressentions sur tout. Nous étions tous inquiets pour eux. Je savais qu’ils se disputaient depuis un moment et qu’ils se sentaient responsables, mais nous ne pouvions pas prévoir l’avenir. Autrement j’étais heureux qu’ils puissent penser à autre chose et de résoudre leur problème.



La fête était privée—juste des amis proches et quelques connaissances—mais je n’étais toujours pas à l’aise d’être dans une pièce remplie de gens qui ne s’inquiétaient toujours pas de nous les omégas. La seule raison pour laquelle nous y allions était mon mari et sa famille.



Aussi, les enfants ne seraient pas seuls. Il y aura leurs cousins et ils ne comprendront pas ou ne s'intéresseront pas à ce dont les gens parleront. La politique m’ennuyait et j’espérais pouvoir avoir une conversation décente avec quelqu’un d’autre que mes frères.



J’avais parlé trop vite. Presque aussitôt la femme d’un des membres du Congrès commença à raconter des potins sur la première dame, ou dans ce cas le premier oméga masculin à détenir ce titre. Tout d’abord si vous alliez parler de lui comme s’il n’était rien alors n’ouvrez pas la bouche pour répandre des mensonges sur lui et son mari. Ils étaient tous les deux des personnes honnêtes qui voulaient le meilleur pour tout le monde.



« Mais oui, j’ai entendu dire qu’il était enceint et je peux honnêtement le voir. Il a l’air tellement gonflé. Je ne voudrais jamais être à sa place. Imagine, être enceint et découvrir que ton mari baise la secrétaire. Mais en plus ils disent que son mari est abusif. Le mois dernier il avait un bleu et il a donné l’excuse que c’était un accident. »



Je me retournais pour regarder l’oméga auquel il se référait. Elle avait en quelque sorte raison. Il avait l’air gonflé, mais il pouvait y avoir beaucoup d’autres explications pour cela. Ce que je n’appréciais pas c’était qu’elle répande des mensonges comme si de rien n’était.



« Écouter Mme Cho, bien que j’aimerais rester courtois, je ne le peux pas. Vous êtes en train de parler de chose dont vous n’êtes pas sûre. Il sera blessé s’il entend cela. Donc cessez de répandre des mensonges s’il vous plaît. »



« Jeune homme, j’ai des sources. Ils me l’ont dit. Et même, je l’ai lu dans les magazines. Comment pouvez-vous être sûr de ce dont vous parlez ? Hein ? »



« Eh bien, parce que la première dame est mon frère. » Lui dis-je et je m’éloignais en poussant légèrement mes enfants vers Tao.



Une fois que les enfants virent leur ‘tantine’ comme ils aimaient l’appeler, coururent vers lui et lui agrippèrent les jambes. Les gardes du corps se t’en dirent et Tao leur dit de partir mais ils refusèrent.



« Hé Tao comment ça va ? »



« Affreux. Ils ne me laissent pas socialiser. Comment veulent-ils que le publique m’aime si Kris éloigne tout le monde de moi ? Depuis la pause de la semaine dernière il est comme ça. Ce n’est pas juste, Kyungsoo. Je sais que j’ai l’air enfantin, mais je ne supporte plus d’être tout le temps dans cette maison. Je ne peux même pas emmener mes bébés à l’école ni assister à leurs évènements sportifs. Ça craint. » Que diable dit-il ? Je n’en savais rien.



« Quand est-ce arrivé ? » Demandais-je.



« Oh, j’ai oublié. Personne n’est au courant. Mais ce n’est pas important. Rien n’est arrivé mais Kris prend tout trop à cœur. Personne n’a été blessé. Nous n’étions même pas là, nous étions chez Baekhyun.



Nous continuâmes de marcher et de discuter dans le hall. Ses gardes du corps nous suivaient et marchaient quelques pas derrière nous. Mes filles étaient parties avec leur père je n’avais donc pas à m’inquiéter pour elles. Les enfants cde Tao étaient aussi avec leur père.



Mon petit frère avait bien grandi. Je ne pouvais pas croire que c’était le même panda qu’il y a quelques années. Il avait pris quelques centimètres avant de s’arrêter. Son corps était toujours légèrement musclé mais il avait toujours cette douceur dans le regard que tout le monde pouvait voir.



Nous repérâmes bientôt Sehun et Luhan. Haneul tenait la main de son père tandis que Liu et les jumeaux marchait derrière Luhan. Le petit bébé Eunhee dormait dans les bras de Luhan. Dès qu’ils nous ont vu les jumeaux coururent vers Tao. Ils l’aimaient beaucoup car il leur apprenait le wushu, il était automatiquement vu comme quelqu’un de cool.



« Tante Tao, quand est-ce que tu vas nous apprendre d’autre mouvements ? » Demanda Yuhan tandis qu’il sautillait et posait question après question.



Sehun les interrompit avant que Tao ne puisse répondre. « Laissait le respirer les garçons. Qu’est-ce que je vous ai déjà dit à propos de ça ? »



« Désolés papa. »



« Ne t’inquiète pas Sehun, ça va. Et Yuhan, nous pouvons continuer après les vacances. » Les garçons acquiescèrent et retournèrent à leur place originale derrière Luhan.



« Bonsoir les gars. Nous sommes en retard, désolé j’ai perdu la notion du temps. »



Sehun partit après cela emmenant Haneul avec lui. La fille était toujours l’ombre de Sehun. Nous continuâmes de marcher jusqu’à ce que nous tombassions sur le géant maladroit et Baekhyun. Ils avaient les mains pleines tandis que Sunhee était dans les bras de Chanyeol et le reste des enfants était près de Baekhyun.



Chanyeol nous souria et emmena le Baekhyun ébloui vers nous. Il demanda où se trouvait Kris et parti après avoir embrassé Baekhyun sur les lèvres ; Baekhyun avait l’air bien trop heureux. Il haussa les épaules une fois qu’il se fut tourné vers nous.



« Quoi vous n’avez jamais vu un homme embrasser l’homme qu’il aimé ? »



« Non ce n’est pas ça. C’est juste que vous êtes revenus à la normale. Vous avez l’air vraiment heureux. » Lui dis-je alors que nous nous asseyions sur des chaises autour d’une table vide.



« Eh bien nous sommes juste heureux. Quoi qu'il se passe je l’aime et il m’aime. Le reste n’a donc aucune importance. »



Kris vint et emmena Tao avec lui. Il était temps de faire son discours et tout le monde voulait savoir ce qu’il voulait partager. Tao lui pris la main et ils se dirigèrent tous les deux vers la scène. En fait Tao ne le rejoignit pas sur scène mais attendit patiemment près des escaliers avec ses enfants devant lui.



« Bonjour tout le monde. Je suis heureux que vous ayez tous pris du temps sur vos emplois du temps chargés pour ce dîner de collecte de fond avant de nous livet à l’esprit des fêtes. Vous savez tous quel est le motif de ce dîner je ne vais donc pas vous ennuyer à mort avec toutes la politique dont la moitié de vous n’y connaît rien. La seule chose que je vais vous dire est que vous savez pourquoi vous êtes ici.



Ce dîner n’est pas pour nous mais pour eux. Ils souffrent toujours de toute la pression que nous avons mise sur eux depuis que nous connaissons nos différentes qualités. Plus d’un cinquième de la population d’oméga fait toujours l’objet de discriminations et est privé de ses droits.



Il y a neuf ans j’étais comme eux. Je pensais que les omégas n’étaient pas nécessaires. Ils n’avaient aucune des qualités qui les rendaient nécessaires pour notre genre. C’était jusqu’à ce que je rencontre ma femme Zitao. Voyez-vous, Zitao vient d’une famille qui a grandement souffert de ce genre de règles et de règlements mais ils n’ont jamais abandonné. Ils demandaient à être mieux traités. Au début, ça ne me plaisait pas de voir et d’entendre ça. On nous avait appris que les omégas ne valaient rien, juste des incubateurs qui nous donnaient des héritiers et des successeurs, mais grâce à lui je sais que c’est faux.



Ce sont des personnes honnêtes et fortes qui sont toujours oppressées avec ses règles qui sont toujours une part de notre constitution. Donc s’il vous plaît lorsque le moment sera venu votez oui pour SB 1030. Pensez à vos femmes, les mères de vos enfants. »



Nous avons tous applaudi. Kris était tout simplement merveilleux ; pas étonnant qu’il ait été élu président après avoir été membre du congrès pendant quelques années et t maire pendant quelques mois.



Nous mangeâmes pendant un moment jusqu’à ce que les enfants se mettent à bailler simultanément. C’était mignon alors qu’ils baillaient tous se penchant vers nous pour dormir. Sehun fut le premier à se lever et prit Haneul dans ses bras. Ses membres pendants se balançant alors que Sehun aidait Luhan à se lever. Les garçons étaient fatigués mais étaient capables de marcher avec leurs parents.



Chanyeol se leva ensuite et prit Chanmi et Bae dans ses bras tandis que Baekhyun portait Hyunae. Le reste de leur tribu les suivant alors qu’ils partaient.



Kai se leva et m’aida aussi à me lever. Je n’étais pas capable de tous les porter, nous sommes donc tous partis après avoir dit au revoir à la famille avant.



Le retour a à la maison fut silencieux. Tous les enfants s’étaient endormis et nous nous inquiétions de les réveiller si nous parlions. Une fois que nous fûmes arrivés à la maison Kai porta la plupart des enfants dans leurs lits tandis que je l’aidai avec les plus légers. Une fois que tout le monde fut installé et endormi paisiblement nous nous retirâmes dans notre chambre.



Kai m’aida à enlever mes chaussures tandis que je l’aidai avec sa cravate. Il me regardait bizarrement et lorsque je lui demandai ce qui n’allait pas il me sourit juste et me dit qu’il m’aimait.



Ma relation avec Kai avait mûri au fil des années. Je me souvenais encore quand nous avions l’habitude de nous disputer à propos de tout mais maintenant nos disputes étaient rares. Mais quand nous avions une dispute elle ne durait pas plus de cinq minutes. Nous laissions à l’un la chance de parler avant que l’autre ne puisse continuer. Ça marchait pour nous et nous n’avions pas eu de grande dispute depuis des années.



Les années avaient eu des effets merveilleux sur Kai. Il était si mature et tellement sexy. Je ne pouvais pas décrire à quel point il était beau mais une chose était sûre, c’était mon homme. J’avais le privilège d’être sa femme et de l’appeler mon mari.



Nous ne nous attendions pas à avoir plus de fille que de garçon, mais j’imagine que c’est comme ça que ça marche. J’attendais une fois de plus une petite fille. Kai était un excellent père et parfois j’avais juste envie de pleurer de bonheur. Lui, bien sûr, paniquerait et croirait que j’avais mal ou quelque chose de plus sérieux mais lorsque je le remerciais il riait juste et me disait que c’était lui qui devait me remercier.



Si vous m’aviez dit il y a huit ans que ça allait être ma vie, je vous aurais ri au nez. C’était choquant ! Ma vie était parfaite, en fait c’était bien mieux que parfait, c’était tout simplement merveilleux. Je me réveillais tous les matins avec mon adorable mari près de moi et mes adorables enfants étaient les preuves complètes de notre amour.



Ma famille était merveilleuse. Au fil des ans, j’avais appris à aimer mes beaux-frères. Ils étaient la raison pour laquelle mes frères étaient heureux et j’imagine qu’il ne faudrait pas beaucoup de temps avant que moi aussi, je ne les aime.



Kris pouvait tout simplement être méchant parfois, mais il avait des raisons de l’être. Maintenant que sa famille avait un peu grandit. Tout ce qui lui importait était qu’ils soient en sécurité. Bien sûr il réprimandait parfois ses enfants froidement mais comme tous les parents il avait ses raisons et il les aimait. Parfois Tao avait des problèmes avec lui pour avoir défendu ses enfants en lui disant qu’il était trop sévère avec eux et qu’ils étaient des enfants, mais maintenant qu’il était le président il ne pouvait pas se permettre que ses enfants sorte sans surveillance. Même avec ses désagréments, ils ne pouvaient pas rester en colère l’un contre l’autre plus d’une minute – Tao comprenait Kris, Kris comprenant Tao et leurs enfants les comprenaient tous des deux.



Luhan avait aussi mûri. Sehun était toujours le même. Il agissait froidement envers tout le monde sauf sa famille. Depuis la mort de son père, nous étions sa seule famille et il se souciait de nous. Sehun aimait ses enfants c’était indéniable, mais Haneul avait toujours cette place spéciale dans son cœur. Luhan les aimait équitablement, mais depuis que Eunhee avait été hospitalisée, il avait tendance à plus la surveiller. Les garçons aimaient leur mère, spécialement Liu, qui était toujours derrière lui en lui demandant s’il avait besoin de quelque chose.



Chanyeol et Baekhyun était le couple bipolaire. Ils se battaient un jour et le lendemain ils étaient tout affectueux. Toutefois Baekhyun avait fait l’impossible, il avait un travail et avait toujours le temps de rentrer à la maison pour nourrir sept bouches affamées. En fait je l’admirais. Les enfants étaient censés être bruyants, les miens étaient plus bruyant que la normale, je ne pouvais donc pas imaginer à quel point la maison de Baekhyun était bruyante. Mais ils s’aimaient beaucoup l’un l’autre ; chacun d’eux était totalement amoureux.



« Pourquoi es-tu si calme ? » Je n’avais pas remarqué que Kai s’était déjà déshabillé. Il dormait normalement juste dans son pantalon de pyjama ce qui laissait sa poitrine tonique découverte ; sexy. Il s’entrainait régulièrement, ses muscles étaient donc toujours là.



« Sans raison. Je pense juste à tout ce qui nous est arrivé. » J’enlevai mon pantalon et ma chemise et commençai à mettre mon pyjama mais je fus stoppé par Kai.



« Je pensais que nous nous étions mis d’accord pour nous amuser après. » Il sourit et il sait que je pense qu’il est super sexy lorsqu’il sourit comme cela.



« Mais je suis fatigué. » Gémis-je tandis que j’essayais de récupérer mon pyjama.



« Tu n’as pas besoin de faire quoi que ce soit, reste juste allongé et laisse-moi faire tout le travail. »



Je fis la moue et soupirai fortement. Il souriait toujours et je commençai à grimper lentement sur le lit.



« Je jure que si tu réveilles les enfants et que l’un d’eux vient ici comme la dernière fois, je te blesserai je ne sais pas comment nous allions leur expliquer ce que nous faisions. »



La dernière fois nous étions légèrement occupé et nous n’avions pas remarqué lorsque Kyungah était entrée sans frapper. (En fait je pense qu’elle avait frappé mais que nous étions trop occupés). Heureusement il faisait sombre et nous avions été assez rapide pour nous couvrir. Kai était toujours dur il dû donc placer un oreiller sur son problème grandissant. Laissez-moi vous dire que ce fut difficile de lui expliquer que son papa ne me faisait pas de mal mais qu’il m’étirer juste les jambes parce que j’avais des crampes.



« Si tu ne fais pas trop de bruit alors nous n’aurons pas de problèmes. »



Et c’est ainsi que nous passâmes la majeure partie de la nuit. Heureusement, aucun ne s’est réveiller et nous n’avons pas eu à expliquer quoi que ce soit, ni n’avons entacher l’innocence de personne.



∞∞∞



Tout fut simplement calme au cours des semaines suivantes. C’était comme n’importe quel autre jour ordinaire avec Kai et les enfants. La pâtisserie que je tenais avait assez de succès. En fait je n’aurais jamais pensé que ma pâtisserie aurait autant de publicité, mais j’imagine que c’était ce à quoi je devais m’attendre après qu’ils aient vu Kris et Tao manger une part de gâteau un jour.



C’était une petite pâtisserie, mais ces profits étaient supérieurs à ce que je m’attendais. Je n’y travaillais pas beaucoup, juste quelques jours dans la semaine ou lorsque j’en avais envie. Mes employés étaient honnêtes et je n’avais jamais eu de problèmes avec de l’argent manquant. Aujourd’hui j’avais décidé d’y passer et de vérifier quelques détails.



Après avoir rappelé au manager quelques détails, je me suis dirigé vers ma voiture. Les enfants de Jongin et de Luhan étaient dans la même équipe de foot et ils avaient entrainement de foot aujourd’hui. Les filles avaient toutes des cours de ballet mais la professeure avait interdit aux parents d’assister aux entrainements. J’aurais pu ouvrir mon ordinateur portable et les regarder via le live Stream mais j’avais oublié mon ordinateur à la maison.



Une fois que je me fus garé, j’ai repéré le SUV de Luhan et me suis dirigé vers le terrain de foot. Luhan était en train d’observer ses enfants. Il applaudissait et acclamait Liu, qui visait actuellement un score. La plus jeune membre de la famille Oh était dans ses bras en train de sucer sa tétine.



Une fois que Luhan m’eut remarqué il agita le bras et s’approcha. Luhan était la maman de football typique. Puisqu’il aimait aussi le foot il était beaucoup présent lors des matchs de foot. Sehun d’un autre côté était plutôt du genre danseur alors il s’occupait des entrainements de danse de Haneul et les galas et c’était la même chose pour moi. J’imagine que Kai et Sehun aimaient tous les deux danser puisqu’ils étaient beaucoup plus impliqués dans les cours des filles que nous. Ça ne voulait pas dire que nous ne les aimions c’était juste que leurs entrainements avaient lieu en même temps et que nous devions choisir qui devait aller à l’entrainement de qui. Les enfants le comprenaient et parfois nous devions échanger mais les filles préféraient que ce soit leurs pères qui les y emmènent parce qu’ils les emmenaient prendre une glace après. (Ils croyaient que je ne le savais pas, mais si).



Je m’assis à côté de lui et embrassa les joues potelées de Eunhee. Elle cligna simplement des yeux et nous nous refocalisâmes sur l’entrainement de foot.



Jongin et Liu était tous les deux les meilleurs joueurs de leur équipe je n’étais pas biaisé ou quoi que ce soit, mais c’était vrai. Bien sûr ils avaient besoin de gagner de l’expérience, mais ils étaient toujours géniaux pour la section des 7-10 ans.



Ils n’ont même pas duré longtemps. L’entrainement durait seulement une heure au plus. Liu était un enfant adorable. Je suis sûr que lorsqu’il trouvera son/sa partenaire il ne le/la blessera jamais et chérira son/sa partenaire. Quant à mon fils, j’avais de grandes attentes aussi. Je savais que je ferais tous pour qu’il sache que nous étions tous pareils. Les omégas étaient des personnes comme les autres, ils ressentaient de la joie et de la peine.



Lorsque nous arrivâmes à la maison, Kai était déjà là avec mes petites ballerines. Elles portaient toujours leurs tutus et avaient l’air trop mignonne.



« Hey bébé, il faut que je te dise quelque chose, en fait je dois plutôt te demander ta permission. » je le regardais et lui dit de me suivre dans la cuisine. Il resta simplement là à me regarder pendant que je préparai le diner.



« Eh bien n’avais tu pas quelque chose à me demander ? » Il faisait des allers retours puis se dirigea vers moi et m’embrassa le front.



« Eh bien je suis un homme… attends ce n’est pas comme ça que je voulais commencer. D’accord, je suis un alpha et eh bien Sehun possède une maison, une maison de vacances, et la chose est que nous voulons y aller juste nous. Pas d’épouse sexy ou de beaux enfants, juste nous. Ne le prends pas mal. Je vous aime et je ne peux pas vivre sans vous mais nous voulons en quelque sorte être seul. Tu sais entre hommes, enfin entre alphas. Est-ce que j’ai ta permission ? »



Je le regardai confus. Donc il me demandait la permission de partir et de rester dans une maison de vacances où je ne serais pas présent. Il n’avait pas vraiment besoin de demander ma permission. C’était un homme adulte mais je crois que je comprenais pourquoi il l’avait fait. Je veux dire nous sommes mariés et il a des responsabilités mais j’étais confus.



« À une seule condition, aucune p**e n’est permise. » Il ria et prit ma main dans la sienne.



« Tu as ma parole qu’aucune p**e ne mettra jamais les pieds dans la maison de Sehun. Kris a déjà la permission de Tao et je pense que Baekhyun a aussi donné sa permission à Chanyeol. »



« Qu’est-ce que vous allez faire là-bas ? Je veux dire, n’allez-vous pas vous ennuyer ? »



« Bien sûr que non, nous allons faire des choses masculines, tu sais ? Je ne peux pas vraiment te le dire parce que c’est un code entre frères, mais tout de même bébé, je promets que toi et les enfants resteraient toujours dans mon esprit. »



« Code entre frères ? As-tu quinze ans ? Tu as trente et un ans Kai. »



« Oui, je sais que je suis vieux, mais ça n’a pas l’air de te déranger au lit. » Il sourit et se pencha. Je pensais qu’il allait m’embrasser je fermis donc les yeux mais il ne fit que me pincer les fesses.



« Tu vois, je te rends fou. » Il m’embrassa et sorti de la cuisine.



Je n’avais aucune idée de ce qu’ils allaient faire là-bas. Peut-être voulaient ils quelques jours entre eux, mais je ne m’en souciais pas. J’avais confiance en Kai et je savais que parfois il avait besoin de moment seul, c’était donc bon pour moi s’il allait quelque part pour se reposer. La seule chose qui m’inquiétait était que je devais accoucher dans un mois. Heureusement, toutes mes grossesses, à part celle de Kyungah, avaient été à terme.



Nous dinâmes et Kai annonça la nouvelle aux enfants. Bien sûr les filles furent tristes parce que leur père allait être absent quelques jours. Kai leur expliqua que ça n’allait être que pour quelques jours et qu’il serait de retour avant le spectacle de danse des filles. Jongin aussi avait l’air un peu triste. Kai le remarqua et lui fit un câlin en lui disant qu’il devait prendre soin de moi et des filles ; qu’il était le nouveau chef de la maison, cela, bien sûr, jusqu’à ce qu’il revienne.



Apparemment Kai avait entendu jusqu’à la dernière minute pour me parler de ses plans parce qu’il était parti le lendemain matin après que j’ai emmené les enfants à l’école pour la dernière fois. Les vacances avaient commencé et les enfants avaient un mois de vacances.



Après avoir déposé les enfants à l’école et être rentré à la maison je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir seul. Il n’était parti que depuis quelques heures et il me manquait déjà. Je ne savais pas comment je pourrais survivre sans lui. Je devais faire quelque chose pour sortir de mon esprit mon époux torride. Je fis donc du ménage, je nettoyais partout. Des placards jusqu’au sous-sols. Une fois que j’eus terminé tout sentait le propre mais il me manquait toujours. C’était peut-être parce que je savais qu’il n’allait pas être à la maison à cinq heures. Il n’allait pas passer cette fichue porte et me dire que je lui manquais. Je ne savais même pas pourquoi je boudais. Stupides hormones. J’étais encore en train de me morfondre lorsque la sonnette emplie la maison vide.



J’imagine que je n’étais pas le seul à me morfondre. Luhan aussi se sentait seul mais ce qui me rendait si sentimental était Haneul. Elle n’était pas allée à l’école et avait pu voir son père avant qu’il ne parte. Mais elle avait commencé à pleurer une fois qu’il fut parti alors Luhan avait pensé que ce ne serait pas une bonne idée de l’emmener à l’école.



Une fois que nous fûmes installés sur le canapé, elle fit un câlin à Luhan et eut l’air juste si sombre.



« Bébé cesse de pleurer. Ton père a promis qu’il appellerait une fois qu’il sera arrivé. » Haneul ne fit que se serrer plus fort contre lui.



« Ne pleure pas mon ange. Ton père ne voudrait pas te voir en train de pleurer comme cela. » Lui dis-je.



« Tante, mais toi aussi tu pleures parce qu’oncle Kai est parti aussi. Tu as des larmes dans les yeux. » Prit sur le fait.



« Oh eh bien tu as raison mais j’ai cessé de pleurer parce que je sais qu’il va revenir. Maintenant ne pleure plus. » Elle ne s’arrêta pas. Elle s’arrêta seulement lorsque Luhan l’embrassa sur le front et lui fit un câlin.



Elle s’endormit après cela et je dis à Luhan de l’emmener dans la chambre de Kyungah. Il s’assura qu’elle était bien bordée et lui embrassa le front à nouveau.



« Alors comment te sens-tu ? » Me demanda Luhan alors qu’il s’asseyait sur le sol près du porte-bébé qui avait son plus jeune enfant.



« Triste, seul fatigué et heureux. Je suis aussi dévasté que Haneul. Je n’ai jamais réfléchi à ma vie sans lui, tu sais ? »



« Je ressens la même chose. Je n’avais jamais réalisé que la présence de Sehun était si importante. Je veux dire lorsque je me suis rendu compte que j’étais enceint de Liu, je l’aimais, mais maintenant c’est plus que de l’amour. Ce que je ressens pour lui n’a pas de mot. Je veux dire que c’est plus que de l’amour, c’est de l’amour multiplié à l’infini. J’ai l’air immature et enfantin mais il est mon autre moitié, celle qui est belle et forte. L’autre moitié qui à toutes les qualités dont je manque et en étant avec lui nous créons l’être parfait. »



« Mon Kai sait juste quoi dire et quoi faire. Il me connait si bien que je suis chanceux d’avoir quelqu’un comme lui dans ma vie. Tout comme toi, je ressens quelque chose de plus fort que l’amour pour lui. C’est un amour plus profond. Je ne peux pas croire que je suis tombé amoureux d’un homme si égoïste. »



« Et je suis tombé amoureux du glaçon, mais j’imagine que c’est comme ça que l’amour fonctionne. Après que tu sois tombé amoureux de lui le reste ne compte plus. Les combats sont justes des disputes stupides et ce qui est important c’est d’avoir celui qui est important avec toi. »



Nous préparâmes le dîner puis lorsque Haneul se fut réveillée elle mangea mais retourna se coucher lorsqu’elle réalisa que son père n’avait pas encore appelé. Nous essayâmes de les contacter mais Luhan se rappela qu’ils avaient perdus le signal en allant là-bas.



Je fus sérieusement choqué lorsque Luhan me dit qu’il avait fait les injections pour que son corps cesse la reproduction. Lorsque je lui demandai comment il se sentait après les avoir pris chaque semaine. Il me dit que c’était comme s’il était enceint de huit mois – ses hormones étaient partout. Il était même en colère contre Sehun, alors pour le rendre moins stressé, Sehun étant le bon mari qu’il était, le portait dans leur chambre et basculait son monde.



De tous mes frères j’étais celui qui avait la meilleure santé alors si j’étais de nouveau enceint ce n’était pas grave. Bien sûr j’allais avoir les mains pleines mais j’aimerais chacune de ses secondes. Mes enfants étaient mon univers, ils étaient une partie de nous.



Le moment de récupérer les enfants était presque arrivé et ce fut à ce moment-là que Sehun à décider d’appeler. Nous montâmes tous les deux et réveillâmes la belle au bois dormant. Une fois que Luhan lui eut dit que c’était son père elle commença à pleurer, disant à son père qu’il lui manquait. Nous restâmes là, à la porte regardant le visage de Haneul passait par de multiples émotions. Nous l’entendîmes dire au revoir à son père et une fois qu’elle eut fini, elle passa le téléphone à Luhan. Il parla avec Sehun pendant un moment avant de lui dire aussi au revoir.



« Idiot. » Il laissa échapper un léger murmure.



« Qu’est-ce qu’il a fait. »



« Non, rien. Il m’a juste dit qu’il ne voulait pas que je m’habille joliment ces quelques jours. Il dit que quelqu’un pourrait profiter qu’il ne soit pas là pour me draguer. »



Nous allâmes tous les deux dans nos voitures et allèrent récupérer nos enfants à l’école. Nous décidâmes tous d’aller diner dans la maison de Tao. Il se sentait seul et sa maison était trop grande pour lui et ses enfants. Nous avions aussi appelé Minseok et Yixing puisque ça faisait longtemps que nous n’avions pas dîner ensemble.



Les enfants étaient heureux des plans. Ils avaient tous l’air d’aimer la maison de Tao. J’imaginai que c’était parce qu’elle était grande et que les garde du corps les impressionnaient. Une fois que nous nous fûmes garés, ils vinrent fouiller chacun de nous, même après que Tao leur ai dit de ne pas le faire. Les enfants adoraient prétendre que c’était un jeu mais c’était quelque peu inapproprié de fouiller les enfants.



Je m’étais rappeler qu’une femme avait dit durant le dîner auquel Kris nous avait tous invité. Si c’était même possible il avait l’air encore plus gonflé. Peut-être qu’elle raison, peut-être que Tao portait maintenant son quatrième enfant. J’attendrai jusqu’à ce qu’il le confirme.



Une fois à l’intérieur, Tao nous guida jusqu’à la cuisine. Si je devais être envieux de quelque chose ce serait probablement la cuisine de Tao. C’était juste merveilleux.



Puisque c’était la maison de Tao il prépara le repas. Luhan était le seul à boire du vin, une habitude qu’il avait prise de Sehun ; mais il n’a jamais abusé. Nous étions tous d’accord pour rester pour la nuit parce que Tao se sentait seul.



Il était toujours tôt alors les enfants jouaient dans le jardin pendant que nous les regardions depuis le porche.



« Alors comment Kris gère-t-il sa position ? » Demandais-je à Tao.



« Eh bien au début il pensait être prêt. Tu sais après avoir passé seulement quelques années en tant que représentant, ensuite être candidat à la mairie et à la présidence, ça allait aller. Mais il ne pensait pas que ça allait aller aussi vite. Je veux dire il y a à peine quelques années, nous nous habituions à peine à l’attention mais maintenant c’est hors de proportion. Par exemple saviez-vous tous qu’il y a une rumeur comme quoi Kris serait abusif ? bon dieu il peut à peine punir les enfants sans se sentir coupable. Quand j’avais l’habitude de pratiquer le wushu, j’ai eu une sorte d’accident. Je ne faisais pas attention et mon adversaire a réussi à me frapper, rien de plus. »



« Qu’est-ce que tu veux dire par ‘tu avais l’habitude de pratiquer le wushu’ ? » Demanda Baekhyun.



« Eh bien, je suis sûr que vous devez l’avoir remarqué mais eh bien, je suis enceint. Je l’ai découvert il y a quelques semaines. Mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le dire à Kris, puisque vous le savez il est vraiment occupé »



« Tao tu es sa priorité. Dis-le-lui avant qu’il ne boude parce que tu ne lui as pas dit lorsque tu l’as découvert. »



« Plus facile à dire qu’à faire. » Il soupira et dit à ses enfants de rentrer.



∞∞∞



Kai était parti pendant quatre p****n de jours. Au début je pensais avoir un peu de contrôle, mais au bout du deuxième jour il me manquait terriblement. Il était tellement charismatique et drôle que son absence était plus évidente que jamais.



Il nous avait appelé nous disant qu’il était sur le chemin du retour mais il était déjà tard alors je décidais de me coucher.



Des touches légères me réveillèrent. Des lèvres douces commencèrent à tracer un chemin humide sur mon cou jusqu’à ce que je gémisse et ouvre les yeux.



« P****n Soo tu m’as tellement manqué. » J’étais toujours à moitié endormi lorsqu’il commença à enlever son pantalon. Bientôt mes vêtements rejoignirent les siens et nous nous perdîmes l’un dans l’autre. Je suppose que j’aurais pu ou non manquer son membre talentueux. J’avais complètement que les enfants étaient endormis et donc nous n’étions pas aussi calmes que nous aurions dû l’être. Après que nous ayons tous les deux atteint notre apogée, nous remarquâmes que la porte était ouverte et que Miyoung était en train de nous regarder. J’ai rapidement jeté Kai hors de moi, le faisant tomber sur le sol et lui jeta les draps pendant que je restais avec les couvertures.



« Maman ce n’est pas juste. » Me dit-elle.



« Qu’est-ce qui n’est pas juste mon cœur ? » Je n’étais pas sûr de ce qu’elle avait vu.



« Tu ne peux pas jouer avec papa lorsqu’il est l’heure de la sieste. » Kai me regarda et nous soupirâmes tous les deux.



« Je suis désolé mon cœur. Je m’ennuyais. Je te promets que je ne jouerais pas avec ton père lorsqu’il fait nuit. Maintenant va dormir. »



« Je ne peux pas. Il y a un monstre dans le placard. Il fait des bruits bizarres et effrayants. » Kai avait réussi à mettre son pantalon et à me passer le mien. Il la prit dans ses bras et la câlina. Je m’habillai rapidement pendant qu’ils avaient leur moment touchant. Je venais juste de souiller l’esprit de ma plus jeune fille. C’est de la faute de Kai.



« Tu peux dormir avec nous, mais avant nous devons changer les draps ta maman a fait pipi sur le lit. » Lui dit Kai en riant.



« Maman tu as eu un accident ? Ne te sens pas mal. Ça va s’arrêter. »



« Tu vois soo, apprends de ta fille et arrête de faire pipi sur le lit. » Seule Miyoung ria.



Je le fusillais juste du regard. De toutes les excuses qu’il pouvait trouver il avait choisi celle-là. Sérieusement, et si elle le disait à quelqu’un ?



Une fois que Kai eu changé les draps, nous sommes allés tous ensemble dans le lit. Kai avait commencé à ronfler doucement et j’imaginais que mon bébé c’était aussi endormie puisqu’elle ne bougeait plus ; c’était jusqu’à ce je l’entende murmurer.



« Maman c’est le monstre. Il me suit. » Je ne savais pas si je devais rire ou me sentir responsable de cela. Je devinais que le monstre avait toujours été Kai ; il avait grogné très fort et l’avait réveillée.



« C’est ton père. Il est en train de ronfler. »



« Ce n’est pas un joli son, maman. »



« Je sais bébé, mais tu t’y habitueras. Viens ici. » J’enroulai mes bras autour d’elle et lui embrassa la tête avant de m’endormir.