Le dernier

par mika

Quelques années plus tard………



Point de vue de Luhan :



Après que Sehun soit parti pour le travail, je ne pus me rendormir. Je restais juste allongé à regarder le plafond. Tout était tellement calme jusqu’à ce que j’entende de légers bruits sourds. Je savais qui c’était, je fermai donc rapidement les yeux et fis semblant de dormir ; c’était tous les matins la même chose.



Le lit s’abaissa sous son poids et elle commença à me secouer doucement.



« Maman où est papa ? » Je n’ouvris pas les yeux. Voyant que je ne bougeais pas, elle m’embrassa les joues – une chose que Sehun lui avait appris. « Maman réveilles-toi ! papa est parti. »



Je prétendis finalement me réveiller et bailla exagérément. Elle était assise sur le lit, portant toujours son pyjama et tenant la petite biche que Sehun lui avait offert il y a quelques années.



« Maman où est papa ? » Demanda-t-elle à nouveau.



« Haneul tout comme hier, il est au travail. Souviens-toi qu’il t’a dit hier qu’il devait régler certaines choses. »



« Pourquoi doit-il autant travailler ? Pourquoi est-ce qu’il y va ? Il ne m’a pas embrassé. » Elle posait questions après questions



« Il l’a fait mon cœur. Tu dormais lorsqu’il t’a fait ton bisou. Crois-moi, je l’ai vu. Il t’a embrassé là. » Je lui embrassais le front. « Et là. » Je lui embrassais la joue gauche.



« Oh, d’accord. Pouvons-nous l’appeler ? » Elle était une fille à papa. Sehun et Haneul était comme les deux doigts de la main – où qu’il aille elle le suivra. Mon bébé était tellement mignon.



« Mon cœur, c’est un homme occupé. Nous ne pouvons pas l’appeler à chaque fois qu’il te manque. » Son expression devint automatiquement amère. Elle prétendit que tout allait bien et se leva du lit, pris sa peluche avec elle et sorti de ma chambre. Elle était déçue mais Sehun était en effet un homme occupé. Je ne pouvais pas céder juste parce qu’elle me faisait son regard de chien battu. J’étais immunisé contre mais pas Sehun.



Haneul avait toujours était comme ça. Son papa était sa vie ; papa ceci papa cela. Si elle devait choisir, je suis sûr qu’elle n’y penserait pas à deux fois, elle choisirait son père sur moi. Je n’étais pas jaloux. Je savais qu’elle m’aimait mais son papa était son monde.



Je me levais du lit avec beaucoup de difficulté, ce qui était prévisible, c’était toujours comme ça lorsque vous étiez enceint.



Je me dirigeais vers sa chambre et frappa à la porte avant de l’ouvrir. Je vis qu’elle était sur son lit allongée sur le ventre, son visage enfoncé dans son oreiller. Je m’assis à côté d’elle et lui tapota les fesses.



« Qu’est-ce qui ne va pas Haneul ? »



Lorsqu’elle commença à pleurer, je commençai à m’inquiéter.



« Papa ne m’aime plus. Il aime le nouveau bébé. Il ne me dit même plus qu’il m’aime. »



Je ne savais pas ce que Sehun avait pu faire pour lui faire douter de son amour pour elle parce qu’il l’aimait tellement. Pour lui, Haneul sera toujours sa petite fille, pas même sa petite sœur ne lui fera perdre l’amour qu’il a pour elle. Je suis sûr qu’elle est juste jalouse de l’attention que Sehun porte au bébé mais c’est normal étant donné que j’ai presque fait une fausse couche.



« Oh chérie, de quoi diable es-tu en train de parler ? Ton papa t’aime. Tu seras sa petite fille pour toujours. Ton père est juste nerveux et inquiet à propos de ta petite sœur. Ton père ne t’aimera jamais moins. »



Elle se mit juste sur mes genoux et continua de pleurer. Elle était tellement adorable. Peut-être que dans quelques années elle pleurera plus pour un garçon que pour son père. Je ne pouvais pas croire que Haneul avait déjà huit ans. Je la voyais toujours comme le petit bébé mignon et baveur que j’avais eu il y a quelques années mais maintenant c’était une jeune fille. Elle s’assurait toujours d’être présentable lorsque son père rentrait du travail et s’assurait que Sehun mangeait ses repas.



« Non, il ne le fait pas. Il m’ignore maman. Il ne se soucie pas de moi, de Liu, de Hyunsu ou de Yuhan. Nous sommes tous invisible depuis que tu l’as là. Nous ne voulons pas d’elle. » Elle se leva rapidement de mes genoux et tira les couvertures sur sa tête.



J’imagine que Haneul n’était pas la seul à être jalouse. Mes garçons aussi se sentaient parfois menacer par ma petite fille qui n’avait rien fait pour recevoir cette haine. Je ne comprenais toujours pas pourquoi ils étaient tellement jaloux, Sehun et moi les aimions tous vraiment beaucoup.



Je sortis de la chambre de Haneul et alla vérifier mes garçons. Liu était déjà réveillé et était en train de dessiner dans son petit livre avec ses crayons étalés sur son lit. Lorsqu’il me vit il sourit et se leva de son lit.



« Maman tu es réveillé ! » Liu était bien élevé et je n’avais pas du tout de problème avec lui.



« Mon cœur, est-ce que je peux te poser une question ? » Il acquiesça. « Tu sais que ton père et moi t’aimons beaucoup, n’est-ce pas ? »



La façon dont il réagit me fit réaliser que nous nous étions peut-être focalisés sur ma grossesse.



« Viens ici mon cœur. » Je lui fis un câlin et lui embrassa la tête. « Je t’aime d’accord. Personne ne changera cela. Et ton père aussi. Personne pas même le nouveau bébé ne changera cela. »



Je lui embrassai deux fois le front et alla voir mes autres garçons. Hyunsu et Yuhan était quelque peu bruyant et nerveux – c’était comme s’ils avaient bu une grande quantité de soda. Ce n’était que lorsque leur père leur disait de se calmer qu’ils le feraient.



Ce n’était pas difficile de les trouver ; en plus de partager une chambre, ils étaient toujours ensemble. Ils avaient l’habitude d’avoir leur propre chambre mais après avoir partagé le même espace pendant neuf mois chacun s’était habitué à la présence de l’autre. Apparemment concevoir des jumeaux n’était pas si difficile puisque j’en avais aussi eu une paire. Contrairement à Baekhyun et à Tao, qui avaient eu des jumeaux fraternels (c’est-à-dire dizygote = qui ont un patrimoine héréditaire différent), j’avais eu des jumeaux identiques (c’est-à-dire monozygote = qui sont génétiquement identiques). Ils ressemblaient tous les deux à Sehun et se comportaient même comme lui, ce qui bien sûr était mignon.



Les garçons seront toujours des garçons et c’est pourquoi leur chambre était toujours en désordre ; les lits étaient défaits et leurs jouets étaient étalés partout dans la chambre.



Hyunsu, Yuhan. Qu’est-ce que je vous ai dit à propos du rangement de vos jouets ? » Hyunsu se retourna et eu l’air surpris. Je me baissais doucement et commença à ramasser leurs jouets.



« Maman ils étaient rangés mais nous les avons sortis de nouveau. »



« Je ne vois pas pourquoi vous devez tous les sortir, Hyunsu. Mais venez ici les garçons, je dois vous parler. » Je m’assis sur le lit de Yuhan et attendis qu’ils s’asseyent aussi, lorsqu’ils le furent je pris un moment pour les regarder.



« Les garçons je voulais que vous sachiez que même si votre petite sœur arrive bientôt, je continuerai à vous aimer tous les deux. Vous êtes mes garçons et je vous aime tous autant, c’est pareil pour votre père. Ce n’est pas parce que votre père et moi nous sommes un peu trop focalisés sur votre petite sœur que nous ne vous aimons pas aussi. »



« Donc, tu ne cesseras pas de nous aimer, maman ? » Demanda Yuhan en me regardant.



« Bien sûr que non mon cœur. Je vous aime tellement tous les deux. »



Après cette petite discussion avec mes garçons, je me sentis bien mieux. En tant que mère, ça me faisait mal de voir mes enfants souffrir. Je me disais que peut-être nous avions heurté leurs sentiments en nous focalisant trop sur notre fille, mais j’espérais que cette discussion avec eux les avait aidés tous les deux à voir que nous les aimions beaucoup.



Je descendis les escaliers avec beaucoup de difficulté. Il était tôt et je devais encore préparer le petit-déjeuner. J’espérais juste que Haneul n’était plus en colère. Lorsque j’avais dit pour la première fois à mes enfants que j’attendais un autre enfant, ils étaient tous heureux mais alors j’avais commencé à me sentir mal. Et puis une nuit, tandis que Sehun et moi étions en train de dormir, je me suis réveillé en me sentant très mal. Je m’aperçus que j’étais en train de saigner. Sehun me conduisit à l’hôpital et le médecin me dit que j’avais presque fait une fausse couche mais qu’ils avaient été capable de l’arrêter à temps. En plus de cela, ma santé se détériorait et je faisais de fréquents voyage à l’hôpital. Depuis lors, Sehun gardait un œil sur moi et j’imagine que nous avions blessé les sentiments de nos enfants avec l’attentions que Sehun portait à moi et notre enfant.



Haneul ne voulait pas venir manger. Les garçons étaient redevenus comme avant mais Haneul était vraiment irrespectueuse. J’étais sûr qu’elle était désolée de ce qu’elle avait dit mais ça ne voulait pas dire que ce qu’elle avait dit ne m’avait pas blessé.



Liu, étant le gentil enfant qu’il était, me dit ne pas l’écouter, mais c’était dur de ne pas le faire. Mon ange m’avait dit qu’elle avait souhaité que se petite sœur meurt, et que j’aurais dû mourir avec elle. Elle refusa de me regarder et de me parler pour le reste de la journée. Je ne voulais pas me disputer j’attendis donc que Sehun rentre à la maison.



Lorsqu’il arriva, il enroula ses bras autour de moi et je me penchais vers lui. J’avais besoin qu’il me rassure sur le fait que Haneul traverser juste une phase et que la haine n’en était pas.



« Qu’est-ce qui ne va pas, Luhan ? »



« C’est Haneul. J’ai juste besoin que tu parles avec elle. »



« Qu’est-ce qu’elle a fait ? »



« Rien, parles-lui juste d’accord ? » Il acquiesça et je l’embrassai.



Durant le dîner Haneul me fusillait du regard. Je pensais que je me faisais des idées, mais après que Sehun lui ai dit d’arrêter, je ne pouvais plus le nier.



« Haneul, arrête de regarder ta mère comme ça. »



Je n’avais jamais entendu Sehun utiliser ce ton avec Haneul.



« C’est de sa faute si tu ne m’aimes plus, Papa. Il aurait dû rester à l’hôpital. »



Ça faisait tellement mal d’entendre cela de ma fille. J’essayais d’arrêter les larmes mais elles ont quand même commencé à couler. Je pris une serviette m’excusa, me leva de table et alla dans ma chambre.



Une fois que je fus dans ma chambre je commençai à pleurer. Ma fille ressentait de la haine envers sa sœur qui était encore dans l’utérus et envers moi. C’était douloureux de savoir que ma fille et moi n’étions pas bienvenu par mon ainée. Je décidai que je devais faire une sieste et gérer cela demain avec elle. Peut-être qu’alors, elle se serait calmée et que nous pourrons avoir une discussion.



Mes plans pour faire une sieste furent ruinés lorsque Liu entra dans ma chambre, « maman, papa veut que tu descendes. »



Il m’aida à descendre les escaliers. J’imagine que Sehun était en train de parler avec tout le monde parce que les enfants étaient tous assis sur le canapé. Haneul pleurait et Sehun était livide.



« Luhan, assieds-toi s’il te plait Haneul a quelque chose à te dire. » Je m’assis et Liu s’assit à côté de moi.



« Non papa, je ne suis pas désolée. » Hurla-t-elle, mais se calma lorsque Sehun lui ordonna de se taire.



« Veux-tu que ta mère parte ? Souhaites-tu te réveiller et trouver la cuisine vide ? Veux-tu que ta mère soit morte ? » Il hurlait et j’étais sûr que Kyungsoo et sa famille l’entendaient.



« Non papa, je ne veux pas ça. » Ça me brisait le cœur de la voir pleurer ainsi.



« Sais-tu que si ta mère perd le bébé il mourra ? Il ne reviendra jamais. Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons décider Haneul, c’est comme ça que les choses marchent. Ce n’est pas parce que tu ne veux pas du bébé que nous n’en voulons pas. Qu’est-il arrivé à mon petit ange qui était excité d’avoir une petite sœur ? »



Les jumeaux et Liu était effrayé. Ils n’avaient jamais vu leur père hurlait comme il le faisait. Haneul pleurait et je me sentais mal pour elle mais je ne pouvais pas me mettre entre Sehun et elle. Elle avait été irrespectueuse et elle devait comprendre que ce qu’elle avait fait été mal.



« Haneul, regarde-moi quand je te parle. Regarde ta mère. Est-ce que tu aimes lorsqu’il pleure ? Aimes-tu le voir avoir mal ? »



« Non papa. Je suis désolé. » Continua-t-elle de pleurer.



« Pourquoi me dis-tu désolé ? Tu n’as pas blessé mes sentiments mais ceux de ta mère. Excuse-toi envers lui, pas moi. »



Haneul se précipita vers mes genoux et m’enlaça. » Je suis désolé maman. Je ne veux pas que tu partes. Je suis désolé. »



Je savais qu’elle était désolée. Elle était encore une enfant, elle faisait des erreurs et peut-être que Sehun avait été un peu dur avec elle.



Je fis courir ma main dans ses cheveux blond sale et la calma un peu.



« Tu es puni, Haneul. Plus de dessert, de télé ou de temps de jeux. Si je découvre que tu m’as désobéi, je rallongerai ta punition. Est-ce que tu m’écoutes, Haneul ? »



« Oui papa, je suis désolé. » Elle recommença à pleurer. Sehun se dirigea vers elle, la pris dans ses bras et lui fit un câlin. Je suis sûr qu’il se sentait mal de lui avoir crié dessus mais si nous les laissions faire ce qu’ils voulaient, ils penseraient qu’ils avaient le pouvoir de faire tout ce qu’ils voulaient.



« Arrête de pleurer, mon ange. » Dit Sehun en lui embrassant la tempe.



Après avoir mis les enfants au lit, Sehun m’aida à nettoyer la maison.



« Est-ce que tu penses que j’ai été trop dur avec elle ? » Demanda Sehun tandis qu’il ramassait les chaussures des garçons.



« Eh bien pour être honnête, je ne le pense pas. Elle était malpolie. Elle aurait dû le savoir. Toi et moi savons tous les deux que nous lui avons appris à mieux se comporter que ce qu’elle a fait ce soir. »



« Oui tu as raison. »



∞∞∞



Haneul se comporta mieux après que Sehun l’eut grondé. Elle essayait de m’aider pour tout ce qui était en lien avec la maison. Même après être rentré de l’école, elle m’aidait à préparer le repas et à nettoyer. Bien sûr, Sehun était heureux que son petit ange ait cessé d’agir comme une sale gosse.



Mes garçons étaient merveilleux. Ils n’avaient jamais rien fait pour me mettre en colère et m’aidaient toujours lorsque je leur demandais de l’aide.



Je ne pouvais simplement pas croire à quel point ma vie était parfaite. Sehun était le père et le mari parfait. Bien sûr il y avait des disputes entre Sehun et moi, mais rien qui ne pouvait être résolu.



Mes enfants étaient honnêtement les meilleures choses qui m’étaient arrivé. Bien sûr, comme avec Haneul, il y avait des moments où ils agissaient irrespectueusement et comme des sales gosses mais grâce à dieu Sehun et moi les avions bien élevés, ils s’excusaient toujours pour ce qu’ils avaient fait de mal. Ils ne se plaignaient jamais lorsqu’ils recevaient leur punition.



Beaucoup de choses c’étaient passées durant toutes ces années. Le père de Sehun avait succombé à une attaque cardiaque, ce qui l’avait laissé blessé et dépressif. Mais grâce à nos enfants, il allait mieux et avait réalisé qu’il avait toujours une famille sur laquelle il pouvait compter et à qui il pouvait tout dire. Une autre chose était que sa mère avait essayé de lui prendre tous ses biens mais à notre surprise, il m’avait tout laissé, jusqu’au dernier centime.



Sa mère en fut folle. Non seulement il y avait trente-cinq millions de dollars maintenant à mon nom, mais toutes ses propriétés, incluant trois maisons, sept voitures et beaucoup de petits investissements, étaient à moi. Je ne savais honnêtement pas si je devais tout rendre à Sehun, après tout Sehun était son fils, pas moi. Mais Sehun m’avait assuré que tout était à moi et qu’il était d’accord avec ça. Après tout Mr Oh avait toujours approuvé notre relation et était heureux avec les petits-enfants que je lui avais donné.



En tant que propriétaire de tous ces biens, je pouvais en faire ce que je voulais. J’avais donc vendu certaines de ces propriétés et avais commencé à répartir l’argent en part égale pour mes enfants. Ils ne souffriraient pas de la faim et du manque d’argent pour finir leur éducation ; ils ne vivront pas la même vie que moi lorsque j’étais jeune.



Tout était comme dans un conte de fée. Mon mari m’aimait et je l’aimais. Nous vivions heureux. Nous ne voulions pas gâtés nos enfants, donc tout ce qu’ils faisaient, chaque corvée, chaque tâche leur apportait un peu d’argent.



Je n’allais pas laisser mes enfants toucher l’argent que j’avais à leur nom avant qu’ils ne soient plus âgés et qu’ils veuillent aller à l’université. Je prenais moi-même quelques cours ici et là et je m’étais intéressé à de nouvelles choses. Contrairement à Baekhyun, qui avait déjà décidé d’aller à l’école d’infirmière, je ne savais pas ce que je voulais étudier jusqu’à ce que je trouve enfin un sujet qui m’intéressait. J’avais découvert que comme mon époux j’aimais les affaires. J’avais presque trente ans lorsque j’avais eu mon diplôme, puisque j’avais été jusqu’aux majors ça m’avait pris plus de temps pour avoir mon diplôme. J’avais enfin eu mon diplôme un an plus tôt et je travailler avec mon mari à l’APA.



Ce qui était drôle c’était que ce n’était pas Sehun qui m’avait embauché. Je travaillais dans un autre immeuble que le sien mais je travaillais toujours pour lui puisqu’il était le patron. Mais à cause de ma santé j’avais dû démissionner, après tout, ma santé et la santé de ma fille étaient plus importantes que n’importe quoi.



Le pays avait radicalement changé après que le nouveau président ait été élu. En fait j’avais voté pour lui. En fait c’était une personne formidable et je l’admirais pour toutes les choses qu’il avait fait pour changer la façon dont les omégas étaient traités. Bien sûr le racisme n’était pas fini mais il avait baissé radicalement.



Les omégas étaient vus différemment. Ils n’étaient plus considérés comme le genre faible, mais bienveillant et digne. Les alphas se trouvaient toujours au sommet de la hiérarchie mais nous n’étions plus discriminés comme nous l’étions il y a quelques années.



Les écoles n’étaient plus séparées par type et tout le monde aller dans la même école, ça n’avait pas d’importance que vous soyez un alpha, un bêta ou un oméga. J’étais heureux de ce changement. Ça voulait dire que ma fille ira à l’école avec ses cousins et qu’ils seraient là pour se supporter les uns les autres.



Nous avions plus de droits, même si nous n’avions toujours pas de traitement égal, mais heureusement, nous en avions assez pour vivre paisiblement sans obstacle à la liberté.



Pouvoir obtenir un enseignement supérieur pour même s’asseoir au congrès, était maintenant accessible aux omégas. Le nouveau président était responsable de toutes ces bénédictions et de ces nouvelles opportunités.



Nous étions une grande famille maintenant. Kyungsoo et Kai ont eu un total de quatre enfants : Jongin, Kyungmi, Kyungah, et Miyoung, Kai avait souligné que Jongin devait protéger ses petites sœurs et que lorsqu’il n’était pas là c’est lui l’homme de la maison.



Kyungsoo avait finalement réalisé son rêve. Il avait ouvert une pâtisserie qui était devenue célèbre après que le président et sa femme y ai été aperçu en train de manger une part de gâteau avec leur famille. Et depuis lors, sa pâtisserie a été considérée comme la meilleure de toutes.



Maintenant, la famille Park était énorme. Après que Baekhyun ai donné naissance à Baekhee et à Byul, il se débrouilla pour retomber enceint quelques mois plus tard. L’ironie, c’était qu’il faisait attention. Baekhyun prenait la pilule et Chanyeol utilisait des préservatifs, mais tout de même, Baekhyun était enceint de leur troisième fille, Chanmi. Puis c’est de nouveau arrivé quelques mois plus tard Baekhyun avait de nouveau accouché, mais cette fois c’était un garçon, Bae. Puis il a été suivi par une fille Hyunae et ensuite Sunhee, le bébé de la famille. Ils faisaient attention en ce moment, mais ils ne se souciaient pas s’ils avaient un autre enfant.



Mon frère Baekhyun était quelque chose. Je ne pouvais pas comprendre comment il pouvait tout gérer ou comment il avait le temps de tout prendre en charge. Il travaillait avec Chanyeol à l’hôpital et avait toujours le temps d’aller à la maison de préparer le repas, nettoyer la maison, faire la lessive, jouer avec ses enfants et avait même le temps d’être intime avec Chanyeol.



Mon panda était le seul qui n’était pas devenu fou ; après tout il avait une vie bien occupée. Jia avait au total deux frères, Yitao et Yifan des jumeaux fraternels conçus pendant leur lune de miel. Après ça Kris et Tao étaient tous les deux trop occupés pour même considérer d’avoir d’autres enfants. Ne vous méprenez pas, Tao était une mère merveilleuse, mais Kris et lui était sévère en matière de discipline. Leurs enfants étaient si bien élevés que j’oubliais parfois qu’ils étaient plus jeunes qu’Haneul parce qu’ils se comportaient très bien. Tao avait mentionné qu’il voulait un autre enfant mais à cause de leur vie bien remplie ils n’avaient pas le temps d’y penser.



Ma grossesse n’était pas prévue. En fait je pensais ne plus pouvoir me reproduire. Bien sûr, parfois vous aviez cette envie de tenir un bébé mais je ne me sentais plus assez en forme pour avoir une autre grossesse. Sehun aussi était plus âgé et lui comme moi étions fatigués. Nous étions ensemble pour avoir des bébés mais maintenant ce n’était plus nécessaire. Nous aurions pu nous arrêter après les jumeaux mais parfois le destin ne nous laissait pas nous arrêter là.



J’étais en train de faire la lessive. Yuhan et Liu avaient leur entrainement de football, tandis que Haneul avait danse et ils n’avaient pas de vêtements propres. Contrairement à Yuhan et à Liu, Hyunsu était plus du type artistique. Il était plus dans la musique et dans le chant que de transpirer et de courir.



« MAMAN !!! Pouvons-nous aller voir tante Baekkie pour jouer avec Chanhyun ? » Yuhan avait couru jusqu’à la buanderie, trébuchant sur le panier de linge, mais réussissant à ne pas tomber.



« Tu sais que Baekhyun n’aime pas lorsque tu l’appelles tante, Yuhan ? »



« Eh bien il est joli comme toi maman. Et puisque de jolies mamans et de beaux papas créent des bébés on peut les appeler tante, puisque j’ai déjà de beaux oncles. » dit-il en clignant innocemment des yeux.



« Donne-moi juste une minute mon cœur. Dis à tes frères que nous devons d’abord aller chercher Haneul, et après nous pourrons aller rendre visite à tes oncles. Mais nous devons être de retour dans quelques heures, ton père voudra que nous dinions tous ensemble, d’accord. »



Il acquiesça et sortit de la buanderie. Je continuais de plier et de trier leurs vêtements. Après avoir fini avec leurs vêtements, je dis aux garçons de se préparer et de monter dans la voiture.



Sehun m’avait acheté un SUV après que j’ai passé mon permis. C’était une voiture familiale, si nous devions aller quelque part c’était la voiture qu’il fallait prendre. J’aidais Yuhan et Hyunsu à aller dans leurs sièges-auto. Liu pouvait le faire par lui-même, je contrôlais juste pour voir s’il était en sécurité.



Après avoir récupérer Haneul, je me dirigeais vers la maison des Park. Ils avaient malheureusement dû déménager après avoir réalisé qu’agrandir leur maison n’allait pas fonctionner pour eux. Leur nouvelle maison était plus grande et plus spacieuse. Ils ne vivaient pas loin de là où ils vivaient avant mais ça prenait un moment pour y aller. Il n’y avait pas que Baekhyun mais aussi Tao qui avait déménagé.



Kyungsoo, Minseok et Yixing vivaient toujours dans la même maison, je n’étais techniquement pas seul. J’avais aussi ma famille, je ne me sentais donc jamais seul.



Une fois arrivé à la maison des Park, les enfants sortirent de la voiture et se précipitèrent vers la porte. Baekhee avait ouvert la porte et les avait laissé entrer mais au lieu de les suivre, vint m’aider à sortir de la voiture.



« Tante Luhan, comment va le bébé ? » Demanda-t-elle. C’était une petite fille très féminine. Chanyeol aimait la gâter avec beaucoup de vêtements et de chaussures féminin.



« Oh mon cœur, tu es adorable ; si jeune et si bien élevée. Le bébé va bien, mon cœur, merci de demander. Où est ta mère ? »



« Il est dans la salle de bain. Il paniquait à propos de quelque chose. Il m’a dit que c’était des problèmes d’adulte, il ne me dira donc rien. »



Une fois à l’intérieur de la maison, je me dirigeais vers la salle de bien et cogna à la porte. L’eau coulait mais Baekhyun ne répondait pas. La porte s’ouvrit soudainement et Baekhyun me tira à l’intérieur.



« Qu’est-ce qui ne va pas, Baek ? »



« Tu sais que les médecins s’attendent à ce que tu suives leurs recommandations, mais lorsqu’il s’agit de leur vie personnelle les médecins sont les premiers à y désobéir »



« D’accord, mais qu’est-ce que cela a à voir avec ce qui se passe ? » Demandais-je pas sûr de ce qu’il essayait de dire.



Baekhyun était toujours beau. Les années lui avaient fait des merveilles ; en fait tous mes frères avaient la même beauté. La maternité les avait rendus plus responsable et plus mature mais ils avaient toujours un peu de cette gaité.



« Ils nous ont dit pas de sexe, et qu’est-ce que nous avons fait, nous avons eu un p****n de quickie dans son bureau pendant notre pause. P****n, je ne peux pas le faire. Je ne sais pas comment je vais gérer cela. Je n’ai même pas encore trente ans et je vais avoir mon huitième enfant. Avoir des relations sexuelles avec Chanyeol. Je n’irai pas loin s’il continuait à me rendre enceint à chaque fois que nous avons des relations sexuelles. Laisse-moi respirer pour une fois. »



« Attends, es-tu de nouveau enceint ? » Il n’avait pas l’air enceint.



« Je viens juste de le savoir, j’ai donc fait un test pendant ma pause. Et c’était positif. Je ne veux pas d’enfant avant quelques années, tu sais le dernier. Je dois encore m’occuper de Sunhee.



« Tu aurais dû réfléchir à ça avant d’ouvrir les jambes et de laisser Chanyeol te prendre, s****e. » Dis-je en plaisantant.



« Va te faire f****e, Luhan. »



∞∞∞



Ma grossesse ne s’est pas passé comme prévu. J’avais des problèmes avec tout. Sehun s’inquiétait constamment à propos de moi et allait même jusqu’à dire qu’il me choisirait toujours s’il devait prendre une décision. Heureusement ma fille était en bonne santé. C’était juste que mon corps avait été affaibli après la naissance des jumeaux. J’avais donc dû prendre cette décision ma fille avait plus de chance de vivre ; même si Sehun choisissait de me sauver.



La dernière semaine de ma grossesse approchait et le médecin voulait que je reste à l’hôpital pendant cette semaine jusqu’à ma césarienne. Je ne sentais pas le besoin de rester à l’hôpital, mais Sehun voulait que j’y aille. Il disait qu’il ne pouvait faire que cela et que je serais mieux à l’hôpital où les Parks pourrait surveiller ma santé. Mais ça ne voulait pas dira qu’il s’en fichait, il a insisté sur le fait qu’il m’aimait et qu’il aimait notre fille et qu’il voulait que j’y aille.



« Es-tu sûr que tu as tout ? »





« Oui Sehun. J’ai tout. J’ai déjà vérifié deux fois. Ce n’est que pour une semaine, je ne pars pas pour toujours. »



« Non ce n’est pas pour une semaine, Luhan. C’est pour douze jours d’accord ? Maintenant vérifie encore. »



J’ouvris une fois de plus la petite valise remplie de vêtements pour bébé et des miens, vérifiant que j’avais tout. Je savais qu’il s’inquiétait trop. J’allais bien. Il n’y avait pas besoin de s’inquiéter tout le temps.



Il n’y avait pas que Sehun qui me suivait partout, mais tous mes enfants aussi. Ils me suivaient partout effrayés que je disparaisse. Haneul avait fait un cauchemar dans lequel je n’étais plus là et se rappelant les choses que Sehun lui avait dit, elle avait dormi avec nous pendant un moment ; elle et ses frères me suivaient partout.



« Tu vois j’ai tout. » Dis-je en exagérant le « vois » pour montrer à quel point j’étais ennuyé avec toutes ses interrogations.



Les enfants nous regardez pendant que je faisais mes bagages. Ils avaient un air sombre sur leurs petits visages. Ils m’avaient dit qu’ils ne voulaient pas aller à l’école et voulaient aller avec moi à l’hôpital à la place. Il leur était impossible de manquer l’école. Ils devaient encore apprendre et ne pouvaient pas se permettre de manquer une seule information.



« Allons les enfants. La semaine sera finie avant que vous le sachiez. Et je serais de retour avec vous et je serai de retour avec votre nouvelle petite sœur. Alors soyez sage et s’il vous plait ne mettez pas votre père en colère. Donnez-lui un peu de mou, d’accord ? vous savez qu’il n’a jamais été seul avec vous plus de trois jours, alors soyez gentils avec lui. Obéissez à tous ses ordres et allez au lit de bonne heure s’il vous plait. Et pas de fast-food. Si vous avez faim, appelez votre oncle Kai, d’accord ? il vous amènera à manger. »



« Maman, nous voulons t’accompagner. S’il te plait maman. Je promets que je me tiendrais bien. Tu ne te rendras pas compte que je serais là. S’il te plait. »



« Hyunsu, je sais que tu veux venir mais l’école est vraiment importante. Maintenant j’ai besoin que vous vous prépariez pour l’école c’est presque l’heure et aucun de vous n’est prêt. »



Mes bébés pleuraient lorsque nous sommes arrivés à l’école. Ils refusèrent de sortir de la voiture mais ont finalement dû partir au début des cours. J’ai embrassé tout le monde et me suis rendu à l’hôpital. La bonne chose à propos de ma présence ici c’était que si ma fille avait des complications, les médecins seraient là et pourraient la sauver. Parce que je savais que si elle mourrait elle emporterait un petit bout de mon cœur avec elle.



Je n’y étais pas resté longtemps mais je m’ennuyer tellement. Je ne faisais que rester allongé.



Baekhyun avait décider de travailler à la maternité j’allais donc le voir régulièrement. J’étais si fier de mon petit frère, en le voyant travailler si dur et faire toutes ses rondes, il avait accompli tellement de chose.



« Puis-je l’enlever ? Ça me gratte le ventre. »



« Supporte-le, s****e. Nous devons contrôler les battements de cœur de Eunhee. »



« Je suis un patient, Baekhyun. Traite-moi avec gentillesse. »



« Gentillesse mes fesses. Alors que s’est-il passé ? Rien d’intéressant ? »



Baekhyun prenait son repas avec moi. Il avait pris de la nourriture de notre restaurant préféré ; nous avions verrouillé la porte au cas où un médecin entrerait.



« L’infirmière là-bas ne faisait rien. Elle a juste tourné en rond. Quel travail facile. »



« Oh c’est Jinri, elle est nouvelle. J’imagine qu’elle ne comprend toujours pas. Donne-lui quelques semaines et elle fera probablement mieux. Alors tu es prêt pour jeudi ? »



« Oh mon dieu non ! Je suis mort de peur. Je ne sais pas ce qui va se passer. »



« Ne t’inquiète pas. Tout ira bien. »



« Je vais faire les injections, Baekhyun. »



Baekhyun cessa de mâcher sa nourriture et se tourna pour me regarder. Son expression était entre la surprise et la confusion. Il avala sa nourriture et continua de me regarder pendant un moment.



« Tu plaisante n’est-ce pas ? »



« Non Baek. J’en ai discuté avec Sehun et nous croyons tous les deux qu’il est temps d’arrêter. Je veux dire que c’est une bénédiction tant que cela dure, mais je ne peux pas me permettre de mourir. J’ai encore besoin de voir mes enfants rencontrer de bons partenaires et se marier. Je veux vieillir avec Sehun. Je veux mourir vieux. »



« Eh bien si c’est ce que tu veux, je ne peux pas t’en empêcher, Lulu. Parfois j’aimerais pouvoir faire l’injection aussi. Mais alors je me souviens du visage de Chanyeol lorsque je lui dis que je suis enceint et tout va mieux. Nous savons tous que je n’ai pas besoin de travail et que je peux démissionner lorsque je le veux. Bien sûr la parenté est difficile ; nous manquons de sommeil et d’espace, mais tout en vaut la peine lorsque l’on tient un petit morceau de nous dans nos bras – tout est tellement mieux. Je sais que mes enfants auront tout ce dont ils ont besoin. Ils ne manquent pas d’amour, d’argent ou de nécessité. Donc je suis d’accord tant que Chanyeol est d’accord et il en veut encore un peu plus. » ria Baekhyun et mit un morceau de poulet dans sa bouche.



« Lui as-tu parlé du huitième Park ? »



« Pas encore. »



Baekhyun partit après cela. Nous faisions cela depuis que j’avais été admis à l’hôpital. Sehun m’avait rendu visite il y a quelques jours mais je lui ai dit de rentré à la maison et de s’assurer que les enfants ne faisaient pas de bêtises.



Encore quelques jours et ma plus jeune et dernière fille allait naitre. J’avais demandé à mes frères s’ils étaient d’accord pour que je nomme ma fille comme notre mère, Eunhee. Ils étaient d’accord et je pus faire ce que je voulais.



J’étais anxieux. Je voulais juste que tout cela finisse. Le médecin m’avait dit que tout irait bien et que je pourrais peut-être choisir de ne pas faire l’injection. Même Chanyeol était venu et m’avait parlé. Il me demanda d’y penser parce qu’une fois que la première injection serait faite il n’y aurait pas de retour en arrière.



Je suis sûr que Baekhyun lui a demandé de venir me parler. Mais tout comme je l’avais dit à sa femme, c’était que Sehun et moi en avions parlé et que nous avions conclu que c’était la meilleure chose à faire, c’était surtout une décision personnelle – rien ne me fera changer d’avis à propos de cela.



Les jours passèrent dans le flou et bientôt le jour J arriva. Sehun était déjà là mais puisque j’allais être endormi durant tout ça, il n’était pas autorisé à être dans la chambre.



« Ne pense à rien de négatif, d’accord mon amour, je serais là et tout se passera bien, ok. » Il m’embrassa sur le front et m’embrassa brièvement sur les lèvres.



Je n’avais peur de rien. Je savais que tout irait bien. Il m’avait emmené jusqu’à la salle de chirurgie et après tout était devenu noir.



Tout était douloureux lorsque je me suis réveillé. Même le plus petit mouvement faisait palpiter mon corps de douleur. Ma vision était floue.



« Maman tu es réveillé ! Où es notre sœur ? »



Je n’étais même pas tout à fait réveillé et ils étaient déjà plein d’énergie.



« Hyunsu, tu as promis que tu laisserais ta mère se reposer si je vous amenais ici, alors laisse ta mère respirer. Il vient de se réveiller. »



Je grognais lorsque Hyunsu descendit du lit. Je regardais autour de moi et vis tous mes enfants me regarder. Leurs sourires ensoleillaient ma journée, même si j’avais très mal.



« Où est-elle ? » Demandais-je à Sehun.



Baekhyun entra dans la chambre et fit sortir mes enfants. Ça m’inquiéta. Ma fille n’était pas là et Sehun avait dit à Baekhyun de faire sortir les enfants.



« Qu’est-ce qui ne va pas Sehun ? »



Il ne répondit pas mais me serra doucement. Il était en train de pleurer et j’eu peur que ma fille n’ait pas survécu.



« Ne me refais plus jamais ça Luhan. » Il s’éloigna de moi, m’attrapa par le cou et me tira vers lui. Il était en train de pleurer tandis qu’il rapprochait nos fronts. « Je ne sais pas ce que j’aurais fait si je t’avais perdu. Ne me remets plus jamais dans cette position mon amour. »



« Que s’est-il passé, Sehun ? Où est Eunhee ? »



« Tu as dormi pendant quatre jours, Luhan. Les médecins ignoraient ce qui n’allait pas. Chanyeol et Baekhyun croient qu’ils t’ont administré une trop forte dose d’anesthésiant. Notre fille va bien. Elle a eu quelques problèmes au début mais elle va bien maintenant. Elle est toujours en unité de soin intensif, juste au cas où, puisque la mère à décider que ce serait amusant de nous inquiéter et de jouer à la belle au bois dormant. Mon dieu ! J’étais tellement inquiet. » Il joignit à nouveau nos fronts et m’embrassa.



Une fois que le médecin fut entré et eut vérifié ma santé, il s’excusa pour ce qui s’était passé et m’a expliqué comment tout était arrivé lorsque j’avais été emmené dans la salle d’opération. Apparemment Chanyeol et Baekhyun avaient raison, ils avaient fait une erreur lors de l’anesthésie. Heureusement, le seul effet a été que je ne me réveille pas lorsque je le devais. Sehun avait intenté un procès contre l’hôpital pour faute professionnelle mais puisque Chanyeol dirigeait l’hôpital, cela lui fit mal. Il avait essayé de faire en sorte que Sehun retire sa plainte, mais Sehun était un alpha plein de fierté et ne voulait pas écouter. Heureusement, il avait seulement accepté si le responsable était licencié puis il avait intenté un procès à cette personne pour son erreur. Le chirurgien anesthésiste faisait maintenant face à des poursuites de Sehun, un Sehun très en colère.



Ma fille avait apparemment avalé de l’eau et on la surveillait toujours. L’eau avait été dans ses petits poumons et ils l’avaient emmené en unité de soins intensifs. Mais Sehun m’avait assuré qu’elle allait bien et qu’il l’avait déjà vue.



Sehun ne m’avait pas lâché la main pendant un moment. Baekhyun avait emmené les enfants manger pendant que nous parlions de choses importantes. Nous parlions juste de ce que nous allions faire une fois que nous serions rentrés à la maison, lorsqu’ils l’ont amené. Elle était tellement petite et était branché a tellement de machine ; selon eux mieux vaut prévenir que guérir.



Elle faisait les bruits les plus mignons et je suppliais l’infirmière d’enlever toutes ses choses pour que je puisse la porter. Elle ne voulait pas le faire mais Baekhyun lui dit de sortir et le fit lui-même. Une fois qu’elle fut dans mes bras, je remerciais les Cieux de m’avoir donné la chance de la tenir.



« Ma douce, douce petite fille. Je ne peux pas croire que tu sois finalement là, je suis si heureux que tu ailles bien. » Elle était si petite et si légère.



« Ne t’inquiète pas mon amour. Nous nous connaissons très bien. Lorsque je ne suis pas ici avec toi, je suis avec elle. »



∞∞∞



Si Haneul était un bon bébé, alors Eunhee était la meilleure. Elle ne pleurait pas la nuit et n’avait pas de problème à aller au lit. Ses dernières semaines avaient été les plus belles. Haneul l’avait accepté et m’avait dit qu’elle serait la meilleure des grandes sœurs. Les garçons étaient tous émerveillés par la beauté de ma fille, leur petite sœur.



« J’ai pris ton rendez-vous, Luhan. C’est demain et je viens avec toi que ça te plaise ou non. »



« Je ne voulais pas y aller seul de toute façon. » Je me penchais pour l’embrasser puis me rallonger près de lui avant d’éteindre les lumières et de dormir.



Le jour du rendez-vous, nous sommes allés à la clinique après avoir déposé les enfants à l’école. Nous savions tous les deux que ça aller arriver. Nous étions heureux avec nos enfants. Nous étions heureux que Eunhee soit en bonne santé et n’ai pas de complications après ce qui était arrivé durant l’accouchement.



« Tu en es sur Luhan, c’est ce que tu veux ? » Nous étions assis dans la voiture sur le parking de la clinique pendant que nous essayions de nous calmer.



« J’en suis sur Sehun. Je suis heureux avec ma vie telle qu’elle est maintenant. »



« Je suis heureux aussi Luhan. Extrêmement heureux. Laisse-moi t’aider à sortir Eunhee. »