Pimenter les choses

par mika

Point de vue de Kyungsoo :



Jongin avait pris l’habitude de dormir avec nous lorsqu’il faisait un cauchemar. Nous avions tout essayé pour le faire retourner dormir dans sa propre chambre mais il trouvait toujours un moyen pour qu’on le reprenne avec nous dans notre propre lit. Il dormait au milieu entre Kai et moi, ses petites mains s’agrippant à ma chemise la nuit et je le tenais aussi.



Luhan avait donné naissance à son fils il y a presque un mois et il ressemblait vraiment à Sehun. Le petit garçon était calme. Il ne souriait que pour sa mère et Luhan adorait se vanter de cela. Il n’y avait pas que cela, nous avions aussi appris pour les petits miracles de Baekhyun. Je ne pouvais pas le croire lorsqu’il m’avait parler de sa grossesse. Avoir deux bénédictions en même temps était splendide mais je pouvais voir que cela le fatiguait. Il avait l’air tellement fatigué qu’il faisait beaucoup de sieste durant la journée. Heureusement, Chanhyun ne se plaignait jamais de cela et faisait la sieste avec sa mère.



Yixing était revenu de sa lune de miel et j’étais allé lui rendre visite. Nous avions parlé de tout et il m’avait confié que pour eux, c’était fini, ils ne voulaient pas d’autres enfants. Je ne savais pas que ça avait difficile pour Yixing d’être enceint. Ils avaient essayé souvent mais ils ne pouvaient pas concevoir. Ça avait déprimé Yixing de ne pas pouvoir faire la seule chose dont il avait la charge. Je comprenais ce sentiment. Mais Suho et lui avaient décidé que s’ils étaient bénis avec un autre enfant dans le futur, ils l’accueilleraient les bras ouverts. Ils ne voulaient simplement pas passer par la souffrance de ne pas être capable de concevoir après l’avoir planifié.



Minseok essayait toujours de se faire au fait d’avoir deux enfants. Malheureusement n’ayant pas de frère ou sœur plus jeunes, il ne savait pas ce qu’il fallait faire pour élever deux jeunes enfants.



Maintenant mon panda, il faisait tout vraiment sérieusement, c’était mignon. Jia allait être élevée par deux parents aimants qui l’adorait et l’idolâtrait tous les jours. Elle était vraiment mignonne. Contrairement à Kris elle était bavarde. Nous ne savions pas ce qu’elle disait mais elle ne se taisait pas. Elle babillait et bavardait. C’était une scène mignonne à regarder. Tao faisait toujours en sorte que sa fille soit habillée joliment, tandis que Kris faisait en sorte qu’elle ait tout ce dont elle avait besoin.



Quant à moi, je faisais toujours les mêmes choses, prendre soin de mes garçons et nettoyer la maison. Jongin tout comme ses cousins commençait à marcher et je devais faire en sorte que la maison soit sécurisée pour les bébés. Je ne voulais pas que mon rayon de soleil soit blessé ou quoi que ce soit.



Depuis ma dernière dispute avec la mère de Kai, j’avais demandé à Kai de m’apprendre à conduire pour que je puisse aller et prendre Jongin lorsqu’il était au travail. Au début, il était contre et nous nous sommes disputés à ce propos, mais il m’a dit qu’il allait me l’apprendre.



La première fois qu’il m’a laissé conduire j’ai presque crashé la voiture et j’ai voulu abandonner ; mais je ne voulais pas, j’avais besoin d’apprendre. Et si Jongin était malade et que Kai était à un séminaire ou quelque chose et que personne ne pouvait m’emmener à l’hôpital ? C’était ma principale motivation, mon fils.



Je pouvais finalement aller moi-même au magasin et chez le médecin mais je n’avais toujours pas mon permis de conduire puisque les omégas n’avaient toujours pas les droits que nous voulions. Ils avaient besoin d’enquêter sur nous. Ils étaient venus dans ma maison et avaient vérifié que tout aller bien. Apparemment ils pensaient que la seule raison pour laquelle je voulais apprendre à conduire était que je voulais m’enfuir. Je leur ai dit franchement et sur le vif, que si j’avais voulu m’enfuir, je l’aurais fait il y a longtemps lorsque j’avais plus de chance et que je n’étais pas attaché émotionnellement à Kai.



Donc à cause de ça, j’avais maintenant une voiture mais pas de permis. Ça craignait d’avoir quelque chose que vous vouliez utiliser mais que vous ne pouviez pas utiliser. Kai m’avait dit de ne pas y toucher jusqu’à ce que j’aie mon permis ou alors il la rendrait. C’était vraiment injuste. Il savait que je pouvais conduire. C’était lui qui me l’avait appris. Pourquoi est-ce si difficile de me donner les clés ? Après tout c’était ma voiture.



Je voulais faire plus de choses. Je voulais prendre des cours de cuisine. Je voulais retourner à l’école. Mais je n’avais de moyen de locomotion sûr et à moi. J’ai supplié et supplié mais toujours pas de clés. Voulant toujours y aller j’avais enquêté et découvert que pour aller chez la grand-mère de Jongin je devais prendre quatre p*****s de bus : le 56, le 35, le 15 et le 7.



Kai était vraiment occupé avec son travail dernièrement et rentrait vers sept heures ; parfois même plus tard. Si je prenais le bus maintenant je serais peut-être rentré avant que Kai ne rentre du travail. Je l’ai appelé pour lui dire que j’allais chez sa mère mais il ne m’a pas répondu je lui ai donc laissé un message.



Je pris Jongin et un peu de monnaie et aller vers l’arrêt de bus. Des étrangers m’ont lancé des regards dégoutés tout le long du chemin mais je les ai ignorés. Le temps que j’arrive à destination il était déjà dix heures.



« Chéri, qu’est-ce que tu fais ici ? C’est vraiment une bonne surprise. Jongin-ah, mon cher petit-fils, tu es tellement grand. »



Elle nous laissa entrer et je pris un moment pour aller aux toilettes. J’avais commencé à avoir des crampes et c’était douloureux. Je vérifié mes sous-vêtements mais il n’y avait pas de sang. J’étais assis dans la salle de bain. Les crampes étaient devenues incontrôlables. J’avais peur que mon cycle commence maintenant.



Mon téléphone sonna avec la photo de Kai clignotant sur l’écran et je répondais ; même si j’étais dans les toilettes.



« Où diable êtes-vous ?! » J’imagine qu’il est en colère.



« Chez ta mère. » Lui répondis-je avec beaucoup de difficulté.



« Qu’est-ce qui ne va pas Soo ? Tu as l’air d’avoir mal. »



« Ce n’est rien juste des crampes. Peux-tu venir nous chercher lorsque tu auras terminé le travail ? Je ne pense pas que je pourrais marcher avec ses crampes. »



« Bien sûr bébé. Ne refais pas ça. Je suis sorti du travail plus tôt, mon téléphone n’a plus de batterie et quand je suis arrivé à la maison tu n’étais pas là. Laisse au moins une note ou quelque chose. »



« J’ai laissé un message vocal » Répliquais-je.



« Désolé, d’accord. Je vais venir vous chercher. »



Nous raccrochâmes mais les crampes continuèrent. Je sortis des toilettes et Jongin était toujours avec sa grand-mère en train de rire aux éclats.



Avec toutes les choses que je faisais, je n’étais pas prêt pour mon cycle. J’espérais que ça n’allait pas arriver maintenant ou alors je serais vraiment embarrassé. Je m’assis sur le canapé et attendis.



Kai arriva une heure plus tard avec une pizza. J’aime la pizza, mais là ça avait l’air dégoutant. Je finis par ne manger qu’une petite part. nous étions en train de parler lorsque la sonnette retentit et que quelques personnes sont arrivées. Apparemment ils ne s’étaient pas vus depuis longtemps puisqu’ils nous ont complètement ignorés Jongin et moi.



Je les regardais discuter et s’enlacer pendant un moment avant qu’il ne nous remarque. Kai nous présenta seulement comme Kyungsoo et Jongin, il n’y avait pas de ‘mon fiancé’ ou ‘mon fils’ ; il nous reniait. Quand est-ce que Kai allait apprendre que ce genre de gestes me blessait ? S’il ne reconnaissait même pas notre relation avec ses amis et sa famille alors pourquoi est-ce que nous avons une relation ?



Même la mère de Kai disait que je n’emmenais pas assez Jongin et maintenant que je l’amenais elle l’ignorait complètement. Nous étions juste assis dans le salon pendant qu’ils parlaient du bon vieux temps et à quel point c’était mieux avant que maintenant.



Jongin était agité à cause de tous ces bavardages bruyants que je dû l’emmenais ailleurs. J’essayais de le dire à Kai mais il était occupé à discuter je me levai donc et sorti. Jongin mis sa petite tête sur mon épaule et je le berçai. Il était déjà tard et j’étais sûr qu’il n’y avait plus de bus pour que je puisse rentrer à la maison.



Je demandais à la femme de ménage si toutes les chambres étaient utilisées et étrangement elle a répondu oui. Il se trouvait que toutes les chambres étaient prises par les amis et la famille qui étaient arrivés. Il faisait froid pour aller dehors et s’asseoir sur le porche je devais donc aller dans la cuisine.



La cuisine était une mauvaise idée. Les cuisiniers et le chef était trop occupé à courir partout pour préparer le dîner. Jongin commença à crier et ils me demandèrent de sortir, parce que je les dérangeais.



La seule place qui restait était la bibliothèque, je m’y dirigeais donc et y entrais. Le seul endroit confortable était le canapé et je me suis blotti contre Jongin qui entoura automatiquement ses petits bras autour de moi.



« Dors Jongin. » Je lui embrassais la tête et il ferma les yeux.



J’étais fatigué aussi. J’avais dû marcher depuis l’arrêt de bus et j’étais fatigué dernièrement. Alors tout comme Jongin je fermais les yeux et laissais le sommeil m’envahir.



Le soleil brillait à travers les rideaux lorsque je me suis réveillé mais nous étions encore dans la bibliothèque. Mon dos me faisait mal à cause du canapé. Je vérifié mon téléphone portable mais il n’était pas dans ma poche. Jongin dormais encore et j’espérais qu’il avait bien dormi parce que moi non.



Je pris mon fils et sorti de la bibliothèque. La maison était vide. Je regardais l’horloge dans le salon et assez curieusement il était déjà 15h00. Nous avions tous les deux dormis longtemps. Comment était-ce possible ? J’essayais de trouver les servantes pour leur demander si elles avaient vu mon téléphone mais je ne pouvais trouver personne. Je monter les escaliers et frapper à la porte de la chambre des grands-parents de Jongin. Ils ne répondirent pas j’ouvris donc la porte. Ils n’étaient pas là non plus.



Où diable sont-ils tous allés ? Je frappais aux autres portes, mais il n’y avait personne. Même Kai n’était pas là. Je cherchais mon téléphone et le trouver finalement entre les coussins du canapé. J’avais beaucoup d’appels manqués, de Luhan et même Kris.



Je composais le numéro de Kai et avant même que la première sonnerie ait fini il décrocha.



« Kyungsoo ! Où es-tu bébé ? Pourquoi n’as-tu pas répondu à ton téléphone ? Es-tu blessé ? » Il avait l’air inquiet.



« Je suis chez ta mère. Tu es parti sans nous. » Lui dis-je légèrement blessé qu’il nous ait laissé derrière. J’essayais de ne pas faire de scène.



« Non. J’ai vérifié partout et la fille de l’ami de ma mère m’a dit qu’elle t’avait vu partir. Je suis revenu et tu n’étais pas là. J’ai même appelé tes frères et tes amis. »



« Eh bien si tu ne nous avais pas ignoré hier, tu m’aurais entendu lorsque je t’ai dit que nous étions fatigués et que nous allions nous reposer quelque part. »



« Tu ne m’as rien dit, Kyungsoo. Sais-tu à quel point j’étais inquiet ? La prochaine fois pense à moi avant de faire quelque chose de stupide, Kyungsoo. »



« Oh c’est vrai, j’oubliai. Je ne suis que Kyungsoo et ton fils n’est que Jongin, n’est-ce pas ? Va te faire f****e, Kai. Je vais prendre le bus. » Je raccrochai et envoyai un message groupé à mes frères pour leur dire ce qui c’était passé afin qu’ils ne s’inquiètent pas pour moi.



Je mis Jongin dans sa poussette, qui entre parenthèse était devant cette p****n de porte d’entrée, donc si j’étais parti elle ne devrait pas être là. Je sortis de la maison et me dirigeai vers l’arrêt de bus. Le bus arriva et je montai dedans. Tout comme avant des étrangers me regardai de façon perverse.



Après une heure j’arrivai finalement au dernier arrêt de bus et marchai jusqu’à la maison ; ce qui me prit encore une demi-heure. Le temps que j’arrive à la maison, je découvrais que la voiture de Kai n’était pas là.



J’essayai d’ouvrir la porte mais elle était verrouillée. Je cherchai mes clés mais j’imagine qu’elles ont dû tomber lorsque je dormais. Un grondement de tonnerre me fit sursauter et bientôt la pluie commença à tomber. Je ne pouvais pas aller chez Luhan étant donné qu’il n’était pas encore chez lui et tout était éteint dans la maison de minseok ce qui voulait dire qu’il n’était pas là. Heureusement nous avions un porche qui nous protégeait de la pluie.



Mon dieu, quand allons-nous cessez d’avoir tous ces désagréments ? C’était disputes après disputes après disputes. Je pensais que nous étions finalement en bon termes.



Kai arriva finalement et je me levai dès que je l’aperçu. Il avait l’air en colère mais je voulais juste que tout cela finisse.



« Kyungsoo, pourquoi es-tu parti ? J’étais parti te chercher. »



« Je ne suis pas d’humeur à commencer une dispute. J’ai mal, mes pieds me font mal, sans oublier que le canapé m’a fait mal au dos et que mon cœur me fait mal aussi. Il fait si froid et je veux prendre un bain et aller me coucher. » Je ne sais pas pourquoi mais j’ai commencé à pleurer.



La colère évidente de Kai disparut une fois que je commençai à pleurer. Ce n’était pas de jolis pleurs mais des pleurs laids. De grosses larmes de crocodiles coulaient sur mon visage.



« Je suis désolé, Soo. Allons dans la salle de bain pour que tu puisses prendre un bain. Nous pouvons aller nous coucher. Je vais t’apporter un peu de nourriture et te masser les pieds. D’accord »



Il rentra la poussette et m’aida à prendre un bain. Je n’avais pas cessé de pleurer. Il m’aida à m’habiller et me porta au lit. Il me massa les pieds et les jambes puis nous monta de la nourriture à Jongin et à moi.



Mes hoquets diminuèrent mais mon visage était toujours gonflé de larmes. Jongin était au lit avec nous et il mangeait aussi de la nourriture. J’étais fatigué et de mauvaise humeur.



« Tu nous as oublié. Tu es parti. » Lui dis-je alors que je recommençai à pleurer.



« Je suis désolé de vous avoir oublié. Je suis vraiment désolé. Maintenant arrête de pleurer. Tu es en train de me briser le cœur. » Il me nettoya le visage avec ses mains et m’attira dans une étreinte. « Sérieusement arrête de pleurer bébé. Je devrais me sentir coupable de vous avoir oublié mais là maintenant tu as l’air adorable. Je devrais aussi m’excuser pour ce que j’ai dit plutôt. Je ne le pensais pas. Maintenant arrête de pleurer bébé, d’accord. »



« Mais tu nous as renié devant tes amis et ta famille. Je ne l’ai pas fait. As-tu honte de nous ? » Demandais-je alors que j’agrippai sa chemise.



« Je sais, et j’en suis désolé. Je n’ai pas réfléchi. C’est juste que ce sont mes amis et ma famille et que je ne les avais pas vu depuis longtemps. »



« Mais nous sommes aussi ta famille. »



« Je sais Soo, et je suis désolé. Mais arrête de pleurer, s’il te plait. »



Je continuais de pleurer mais nous avions cessez d’en parler. Il m’enlaça plus fort et bientôt je rejoignais Jongin au pays des rêves.



Je me réveillais de nouveau lorsque je me suis senti vraiment malade. Le réveil sur la table de chevet m’indiqua qu’il était deux heures du matin. Jongin étreignait Kai. Je sortais du lit et me dirigeai vers la salle de bain pour me soulager de cette nausée.



Qu’est-ce qui n’allait pas avec moi ? J’avais mal, j’étais fatigué et j’avais des crampes. Pourrais-je être enceint ? Je n’avais manqué aucun de mes cycles. Je n’étais même pas sensé l’avoir avant quelques jours. Après ma grossesse, mon cycle avait cessé d’être aussi lourd. Je saignais juste pendant quelques heures et puis ça s’arrêtait. J’avais posé la question à mon médecin et il m’avait dit que c’était normal.



Peut-être juste peut-être que les esprits avaient entendu mes prières. Je cherchais dans l’armoire jusqu’à ce que je trouve une boite contenant un test de grossesse. La boite était neuve et avait toujours les trois tests dedans. Je cherchais un récipient disponible et une fois que je l’eus trouvé, je fis pipi dedans, le remplissant à moitié.



Je plongé les tests dedans un par un pendant quelques secondes et attendis le résultat. La maison était complètement silencieuse et j’espérais que Kai ne s’était pas réveillé. J’ai vidé le reste de mon urine dans les toilettes et m’assis dessus.



Une fois que quelques minutes furent passées je regardais le test. Enceint. Tous disaient la même chose. J’étais enceint. J’hurlais en sautant sur place. J’étais enceint ! Je continuais de sauter pendant un moment.



Après que je me sois fatigué de crier et de sauter et que je fus juste heureux je jetais les tests, m’assurant qu’ils soient cachés. J’étais enceint. Je ne pouvais toujours pas y croire. Après m’être de nouveau lavé les mains, je retournais au lit pour enlacer mes garçons.



Allait-ce être encore un garçon ou allait-ce être une fille ? J’espérais que ce serait cette dernière option. Les vêtements de filles étaient vraiment mignons. Mais ça n’avait pas d’importance, de toute façon les deux seraient une bénédiction. Je ne pouvais pas attendre de dire à Kai à propos de l’existence de notre nouveau bébé.



∞∞∞



Lorsque je me suis réveillé le lit et la chambre était vide mais tout le chahut en bas m’a assuré que je n’étais pas seul dans la maison. Je mis mes pantoufles et descendis. La cuisine était en désordre. Le visage de Kai était pâle grâce à toute la farine qu’il y avait partout. Jongin n’avait pas l’air différent. Apparemment, ils avaient essayé de faire des crêpes aux pépites de chocolat.



« P****n ! Je les ai encore brûlées. Comment diable Kyungsoo fait-il ? »



« Eh bien, pour commencer tu dois mettre du beurre dans la poêle comme ça elle n’accrochera pas. Et ensuite, tu allumes le feu trop fort, c’est pour cela que ça brûle si vite. » Leur dis-je faisant sursauter Kai.



« Maman ! »



Je me dirigeai vers Jongin et lui embrassai la tête. « Bonjour, Jongin. »



Kai se retourna aussi. Il avait l’air mignon à essayer d’agir comme un cuisinier. Je lui picorai deux fois les lèvres. « Bonjour, Kai. »



« Bonjour bébé. Eh bien comme tu peux le voir j’ai essayé de cuisiner, mais ça a fini par un désastre. C’était en quelque sorte un petit-déjeuner ‘je suis désolé d’avoir été un tel c*****d’ mais ce n’est pas comestible. »



Je regardais les buns brûlés et non comestible. Il y avait toujours beaucoup de mixture nous pourrions donc essayer d’en manger un peu. Je lui pris la spatule des mains. « Laisse-moi faire. » Je commençai à tout préparer pendant que Kai nettoyait tout le bazar qu’il avait fait, ce qui incluait le visage de Jongin.



Nous étions en train de manger dans la salle à manger lorsque je me rappelais ce qui était arrivé plus tôt ce matin. J’avalais ce que j’étais en train de manger et m’éclaircis la gorge.



« Kai j’ai découvert quelque chose de merveilleux hier. Il y aura deux fois plus de chahut ici dans quelques mois. »



Il prit une gorgée de son chocolat au lait et me regarda. « Quoi ? Est-ce que nos neveux vont rester ici ou quelque chose ? »



« Non. »



« Est-ce que tu vas avoir un chien comme Chanyeol ? Peut-être que nous pourrions avoir un chat ou un caniche ? »



« Non Kai nous n’allons pas avoir un animal de compagnie. Réfléchie Kai avec ton gros cerveau. »



« Eh bien, vas-tu abriter l’un de tes frères parce qu’ils se sont battus avec l’un des gars ? Je peux toujours leur parler tu sais. C’est une chose d’alpha. Nous nous comprenons les uns les autres. N’est-ce pas Jongin ? » Roucoula-t-il à Jongin.



Pour pleurer à voix haute ! Il pouvait faire des équations de maths vraiment compliquées de tête, mais il ne pouvait pas comprendre ce qu’un simple « doubler les problèmes » voulait dire.



« Kai, qu’est-ce que l’expression ‘doubler les problèmes’ veut dire pour toi ? »



« Eh bien pour être honnête avec toi, c’était l’un de mes surnoms lorsque j’avais environ quinze ans. Sehun et moi étions toujours ensemble, alors les filles essayaient toujours de » il boucha les oreilles de Jongin. « Faire en sorte que nous couchions avec ensemble. Tu sais alors nous étions ‘doubler les problèmes.’ Mais ne t’inquiète pas, Sehun et moi n’avons jamais rien initié ensemble. Je couchais avec elle en premier et ensuite lui quelques semaines plus tard ou parfois il était le premier et je passais après. Mais le sexe n’est jamais arrivé ensemble, comprends-le. C’était juste du sexe, rien de plus. »



Je m’assis là, choqué. J’étais sûr que si je pouvais me voir dans un miroir j’aurais la bouche béante. Comment pouvait-il prendre quelque chose de si pur et le transformer en quelque chose de si pervers ? Pas seulement cela mais il avait beaucoup répété le mot ‘e*****r’.



On ne pouvait pas nier que Kai avait été actif sexuellement avant de me rencontrer. Je connaissais son passé. Le fait qu’il ait plus d’expérience dans ce domaine ne m’affecter pas.



« Si tu es en train de me dire que tu veux un trio, alors je suis désolé de te dire, mais personne ne te touchera à part moi. Et je suis aussi sûr que ton frère, Luhan, te détestera pour cela. »



« Erk, sérieusement Kai ! Comment peux-tu prendre un dicton qui veut dire quelque chose d’innocent et le transformer en quelque chose de vraiment pervers. Et je ne veux pas un trio avec Sehun ! Je suis enceint, abruti. »



« Eh bien ma réponse sera toujours non. Je ne te laisserai pas avoir des relations sexuelles avec Sehun … attends, qu’est-ce que tu viens de dire ? »



« Je suis enceint, espèce d’idiot. J’ai fait trois tests tôt ce matin. Erk Kai, maintenant je suis marqué à vie. »



∞∞∞



Je ne pouvais toujours pas croire que j’étais enceint. J’étais allé chez le médecin et en effet j’attendais mon deuxième enfant. Je ne connaissais toujours pas le sexe. Mon médecin disait qu’il était sûr que c’était un garçon, mais l’interne m’avait dit qu’elle était sûr que le fœtus n’avait pas de testicules.



Je ne devrais pas espérer que le médecin ait tort et que l’interne ai raison. Les vêtements de fille étaient trop mignons. Les robes, les jupes, et les leggings, oh mon Dieu, je veux acheter tous ces adorables vêtements.



D’après mon médecin, j’étais encore au début de ma grossesse. J’en étais à quelques semaines, dix pour être précis et je prenais bien soin de moi. Nous faisions tous des promenades dans la journée, même Sunggyu et Sungyeol qui avaient finalement déménagés par ici. Luhan venait ce qui lui permettait de perdre les quelques livres qu’il avait pris lors de sa grossesse.



Mon médecin m’avait dit que ce que j’avais expérimenté il y a quelques semaines n’était pas mon cycle mais le fait de repérer. C’était normal mais je devais tout de même être prudent. Les crampes avaient été des gaz et de la constipation. Lorsque le médecin me l’avait dit, Kai s’était un peu moqué de moi mais c’était excusé peu après.



Puisque j’étais enceint, nous devions préparer l’autre chambre, alors Kai m’emmena faire du shopping. Nous ne connaissions toujours pas le sexe du bébé, mais je ne voulais pas de couleurs typiques. Je voulais une couleur dans les tons vert. Nous avions choisi le berceau, l’armoire, les petites couvertures et même quelques jouets. J’avais choisi un agneau en peluche blanc. C’était mignon et je le voulais Kai l’a donc acheté.



Nous avions décidé que nous allions tous dîner chez Baekhyun. Les alphas étaient dehors, s’occupant du barbecue pendant que nous étions en train de nous occuper de la nourriture à l’intérieur. Le chiot occupait la plupart des enfants, mais Liu, le plus jeune enfant de Luhan, et Jia étaient dans les bras de leurs mères.



Il semblait que la mini réplique de Sehun, Liu, était un fils à maman. Il aimait plus Luhan que son père et à chaque fois que Luhan était près il rejetterait son père et pleurerait jusqu’à ce que Luhan le prenne dans ses bras. Ce n’est pas que Liu n’aimait pas son père, c’est juste qu’il préférait sa mère.



« Attends, laisse-moi comprendre, est-ce que Kai a laissé entendre que lui et Sehun l’avait fait ensemble ? » Demanda Baekhyun tandis qu’il ajouter les ingrédients pour faire mariner les steaks.



« Non, il a dit qu’ils ne l’avaient jamais fait ensemble mais ils ont baisé la même fille. » Lui dis-je tandis que j’ajoutais l’assaisonnement.



« Berk, c’est tout simplement dégoûtant. Dieu merci Sehun a fait un test pour être sûr qu’il n’avait rien. » Luhan ajusta Liu sur son épaule et lui tapota un peu le dos.



« Alors, ça ne te parait pas bizarre que basiquement Sehun et Kai ai eu des relations sexuelles avec la même personne ? Qu’en quelque sorte, la b**e de Kai a été au même endroit que la b**e de Sehun. Et donc si la b**e de Kai est dans ton c*l alors tu as aussi été sali par Sehun. » Dis Baekhyun tandis qu’il mâchait une carotte.



« Eh bien si tu le présente comme cela, peut-être. Mais ça s’est passé il y a des années, lorsque Kai était à peine un adolescent. Il faisait des choses que seuls les adultes devraient faire et cesse de parler de b***s. » Lui dis-je tandis que je mettais les steaks dans différentes assiettes pour que Kai puisse les cuire dehors.



« Ce sujet semble vraiment intéressant. A quoi ressemble Kai ? Celle de Chanyeol est longue et épaisse et je l’adore. Mon dieu je sonne comme une p**e désespérée mais sa b**e m’appartient. En fait j’ai fait une expérience il y a quelques semaines. Chanyeol m’a dit que j’étais le seul à pouvoir le rendre dur. Nous avons donc regardé des vidéos porno et aucune n’a réussi à le rendre dur jusqu’à ce que je lui fasse une fellation. »



Nous avons tous regardé il venait juste de nous parler de quelque chose de vraiment privé. Luhan cligné des yeux rapidement et les yeux de Tao étaient écarquillés.



« Arrêtez de me regarder comme ça. Ce n’est pas comme si vous n’aviez jamais fait de fellation à vos alphas. Tao à commencer cette tendance, alors ne me blâmez pas, blâmer le Panda. Alors maintenant discutons, s*****s. Nous n’avons pas eu de discussion depuis longtemps et ce n’est pas comme si les alphas ne parlez pas de nous. Avez-vous regardé les portables de vos petits amis ? Eh bien vous devriez le faire et laissez-moi vous dire qu’ils ne parlent pas de la beauté de nos yeux. » Il s’arrêta et regarda Luhan. « Enfin à part Sehun. »



Nous échangeâmes des regards jusqu’à ce que Minseok soupire. « Chen est épais. Ni trop long, ni trop court. Il a juste la taille parfaite et je n’aime pas vraiment lui faire de fellation. Je veux dire je lui en ai fait mais ça ne me plait pas autant qu’à lui. »



Baekhyun ne se taira pas jusqu’à ce qu’il ait tout entendu. « Kai est parfait pour moi. Il a la taille appropriée et c’est tout ce que vous devez savoir. J’ai fait ces choses avec lui mais j’ai toujours fini par vomir lorsqu’il jouit. Je dois me laver les dents après. Nous n’en faisons donc pas. » Leur dis-je.



« Eh bien j’ai reçu et fait beaucoup de fellations et les deux me plaisent. La première fois est vraiment dégoutante mais ensuite j’ai appris à aimer son goût. Je veux dire, si vous continuez à penser que son pénis et dans votre bouche vous allez vomir. Mais si vous oubliez ce détail, vous pouvez apprécier la manière dont il tremble à cause de vous. C’est tout ce qui compte. » Nous avons tous regardé Tao. Il avait dit tout cela sans regret ni honte.



« Eh bien Sehun et moi ne sommes pas encore dans ce genre de chose. Mais je sais que parfois faire toujours la même chose l’ennui. J’ai donc essayé de pimenter les choses. J’ai fait des choses pour son plaisir et il a aimé ça. Nous avons aussi parfois des rapports sexuels plus brutale. Bien sûr j’ai eu mal le lendemain, mais je l’ai aimé. En plus, Sehun a l’air chaud en étant en colère et dominant. »



« Eh bien, Woohyun est un romantique caché. Il fait toutes ces choses que l’on voit dans les vieux films, alors je fais des trucs comme ça. Mais tu apprécies vraiment le sexe brutal, Luhan ? Je veux dire, est-ce que ça vaut le coup ? » Demanda Sunggyu.



« Oui ça l’est. » Dit Luhan en acquiesçant joyeusement tout en mâchant les céréales de Haneul.



∞∞∞



Ok, je pouvais le faire. Peut-être que Luhan avait raison, après un certain temps le sexe normal peut être ennuyant. Le seul problème était que j’étais vraiment maladroit. La dernière fois que Kai m’avait demandé de prendre la relève, je n’avais même pas su quoi faire.



Kai était un peu stressé par le travail ; apparemment ils étaient maintenant la cible principale de beaucoup de protestation. Il semblait que beaucoup de personnes importantes n’étaient pas d’accord avec la nouvelle loi et voulaient la remplacer par une plus dur. Ils avaient des soutiens impressionnant et Kai avait peur du retour de cette stupide loi et que notre relation en soit ternie.



Il y avait un moyen d’aider Kai à se déstresser mais aussi pimenter notre vie sexuelle.



Mes frères et moi avions cherché sur le web de nouvelles choses à essayer. Luhan avait eu quelques idées qu’il aimait et qu’il voulait utiliser avec Sehun.



Toutes les choses que le web avait suggérés était cher, je dû donc recourir à une danse de séduction. J’avais vu des vidéos sur la façon de l’allumer mais je n’allais surement pas bien le faire.



Tout avait été mis en place. Jongin était déjà endormi et j’attendais tout simplement que Kai arrive pour que je puisse mettre mon plan en action. J’en avais parlé à tout le monde et apparemment nous voulions tous faire quelque chose pour nos chers amants.





La danse n’était pas mon point fort. Je savais que Kai avait l’habitude de danser lorsqu’il était petit mais avait cessé lorsqu’il avait commencé à travailler. Nous avions tous regardé quelques vidéos et j’avais eu une idée sur la façon de le faire. En espérant que je ne me ridiculise pas devant Kai.



La lumière de ma chambre avait été tamisée et j’avais placé un petit siège au milieu de la chambre. J’avais mis une note sur la porte pour que Kai puisse savoir où aller.



J’entendis la porte, suivi du bruit de pas de Kai sur les escaliers et je sus que ça y était. Je ne portais qu’une de ses chemises. Une fois que Kai fut entré dans la chambre, j’allumais la lumière. Je pouvais voir comment Kai souriait mais il joua le jeu. Il enleva son manteau et s’assit sur le fauteuil.



C’était en quelque sorte un striptease et je n’avais pas honte de l’admettre, je me sentais sexy. Je me déplaçais au rythme de la musique et je vis Kai se lécher les lèvres. Je me déplaçais lentement sur ses genoux et lui embrassais le cou. Ses mains étaient sur mes hanches me soutenant. Je défis sa cravate et commença à ouvrir sa chemise embrassant la peau visible. Nous nous déplaçâmes bientôt vers le lit et avons continué à apprécier l’un l’autre ; nous perdant dans notre plaisir.



Il semblait plus motivé car ses poussées étaient plus puissantes. Non seulement cela mais son endurance avait augmenté. Je devais me mordre la lèvre inférieure pour éviter de réveiller Jongin mais le plaisir était incroyable. J’aurais dû faire cela plus tôt. Nous aurions pu faire beaucoup plus.



Nous avions déjà fini, moites et fatigués, nous étions allongés nus sur le lit. Ses longs bras musclés enroulés autour de moi. J’essayais de rester éveillé mais j’étais déjà fatigué.



« Eh bien attends toi à ce que je veuille cela à chaque fois que je rentre à la maison maintenant. » Dit-il tandis qu’il m’embrassait brièvement sur les lèvres.



« Eh bien, ne sois pas avide maintenant. » Lui dis-je tandis que je me plaçais mieux.