Rencontre.

par Jang WooBlue

Une énième dispute, un énième coup, une énième fuite.



Je m'appelle Kim Jongin. Mais personne ne m'appelle par ce prénom hormis ma famille. C'est mon père qui l'a choisi, mon père qui me frappe, alors il est hors de question de garder cette identité souillée. A chaque fois que je rencontre une nouvelle personne, je lui demande donc de m'appeler Kai. Kai, court et simple à la fois, voilà comment je me nomme à présent. J'ai seize ans et j'habite à Séoul. Seize petites années derrière moi qui sont déjà bien remplies et agitées par mon vécu. Je vis uniquement avec mon père, presque depuis toujours. J'ai grandi sans mère, sans aucune protection maternelle, sans aucune protection tout court finalement, aucune protection de ce monstre, la personne qui détruit ma vie un peu plus chaque jour, à chaque coup. Je suis étudiant dans un lycée de Séoul où tout ce passe bien, j'ai de bonnes notes et des amis. En fin de compte, ne serai-ce pas le seul endroit où je suis encore libre et vivant ?



Pourquoi on s'engueulait sans arrêt ? Pourquoi je me faisait battre de la sorte ? Eh bien le sujet est un peu délicat à aborder... Disons que la grande majorité de gens trouve ça anormal, contre nature, même dégoûtant et repoussant.Mais est-ce que c'est vraiment de ma faute au fond ? Est-ce que je peux y changer quoi que ce soit ? Il y a maintenant un an de cela, quand mon père et moi parlions de descendance et de femme, j'ai eu le malheur de dire à mon père que je ne pourrai jamais lui concevoir de petits enfants. A ce moment là il m'avait fait des gros yeux, se demandant où je voulais réellement en venir. Désolé papa, tu n'auras jamais de petits enfants, tu n'auras jamais de belle-fille non plus, tout simplement parce que ton fils ne peut t'offrir tout ça. Désolé papa, mais ton fils aime les hommes.



A partir de ce moment, il m'a renié, commençant à me frapper à la moindre occasion. Il me dit souvent qu'il me trouve répugnant et que je le dégoûte profondément. Et ça, peut importe votre orientation sexuelle, c'est extrêmement difficile à entendre de la bouche de son propre père.



Au lycée non plus les gens n'étaient pas tolérants. Je me faisais souvent bousculer ou insulter. Cependant, j'avais quand même trois amis, trois idiots, mais trois personnes adorables. Baekhyun et Chanyeol, un duo d'imbéciles heureux, et Sehun qui est mon meilleur ami. Quand je leur avais annoncé que j'étais gay l'année dernière, leurs regards sur moi n'avaient absolument pas changés, et je leur en suis toujours reconnaissant. D'ailleurs, je doute encore des attirances de certains d'entre eux...



Je viens à de nouveau me disputer avec mon père. Je prend rapidement la fuite, sortant de chez moi encourant, sous les coups et les hurlements de mon père. Je claque la porte avant de descendre les quelques marches qui séparent le palier du trottoir. Mon père ne me poursuivant pas, je m'arrête rapidement et recommence à marcher, toujours les jambes tremblantes et le souffle court.



La nuit est déjà tombée, la température est assez basse et les rues quasiment désertes à cette heure. Je ne peux pas renter chez moi avant demain et je n'ai rien avant moi. Je porte uniquement un t-shirt large noir et un jogging gris. Je commence à avoir froid, et je vais sans doute devoir dormir dans la rue cette nuit...



Je regarde mes bras et je constate que rapidement, des hématomes apparaissent sur ma peau mate, en plus des coupures ensanglantée déjà présentes. J'ai mal au côtes et je n'ose pas imaginer l'état pitoyable de mon visage et de mon dos...



Je m'assois contre le muret à côté de moi et commence à fermer les yeux, je suis vraiment épuisé.Tout à coup j'entends des pas se rapprocher. La luminosité étant faible, je met quelques secondes à pouvoir constater que c'est un garçon qui s'approche peu à peu de moi, les mains dans les poches. Il n'est plus qu'à quelques mètres maintenant. J'ouvre complètement mes yeux et me redresse.



Il s'arrête. Qu'est ce qu'il fait ? Je vois sortir de l'argent de sa poche et le "jeté" devant moi. Je fronce les sourcils. Je rêve ou ce gars vient vraiment de croire que j'étais un sans abris ? Il commence à tourner les talons quand je me relève pour lui faire face, l'agent dans mes mains, plein de rage.



- Yaaah toi ! Dis-je en haussant la voix pour qu'il m'entende.



Il se retourne et me regarde. Son visage ne laisse paraître aucune émotion. Il ne bouge pas, j'en profite pour détailler son physique. Il doit faire au moins dix centimètres de moins que moi et il est habillé sobrement d'un t shirt blanc et d'en jean serré noir avec des Superstar aux pieds. Me yeux remontent et je regarde sa tête. Il a des lèvres pulpeuses à souhait, une peau très pâle par rapport à la mienne et de gros yeux. Ses cheveux sont noirs et coiffés au millimètre près. Après ma contemplation, je reprend la parole :



- Espèce d'idiot, t'as cru que j'étais à la rue pour me donner ton argent comme ça ? Ça va pas ou quoi ? J'ai vraiment l'air d'un clochard ?



Je viens vraiment de lui déballer tout ça en gueulant ? Ouaaaaah je me reconnais vraiment pas. Je reste choqué en entendant mes propres paroles. D'habitude je suis quelqu'un de discret et j'ai plus le statut de victime que d'agresseur. Son expression est toujours de glace et n'a pas changé. Il me dévisage comme si j'était la dernière des merdes. Arrrrrg je ne connais pas ce garçon mais il m'insupporte déjà ! Je déteste vraiment les gens hautains de sa sorte. Je parie qu'il est fils unique, pété de tune et qui a tout ce qu'il veut en claquant des doigts. Il continue en cassant mon monologue intérieur :

- Si tu n'es pas un mendiant, que fais-tu dehors ?

- Ça ne te regarde pas. Reprend ton argent et vas t'en...

- Je voulais juste t'aider alors pourquoi tu es si insolent ?

Je vois un sourire narquois apparaître sur ses lèvres. Il se fout de ma gueule ou quoi ? Je prend sa main sans aucune douceur et lui rend de force son argent. Je relève les yeux et plante mon regard froid dans le sien.



- J'ai besoin de personne.

- Comme tu voudras alors.



Je pousse un soupir suffisamment bruyant pour qu'il puisse se rendre compte de mon agacement et commence à m'éloigner, le laissant derrière moi. Je fais quelques pas avant de me retourner pour vérifier sa position et je vois qu'il a fait demi tour. Raaaaah ce mec m'a mis hors de moi ! Pour qui il se prend hein ? Comment si j'avais besoin de son argent... Alors certes je n'ai pas de grosses sommes en réserve et je gagne mon argent par mes propres moyens mais quand même !



Je sors mon téléphone et je décide d'appeler Sehun. Il n'habite pas loin et même s'il est vingt-trois heures passées, je suis certain qu'il acceptera de m'héberger pour la nuit, comme à chaque fois que je m'engueule avec mon père... Je compose son numéro et j'amène le téléphone à mon oreille. Il décroche rapidement comme à son habitude.



- Allo Kai ? Pourquoi tu m'appelle aussi tard ? Tu as un soucis ?

- Salut Sehun...

- Oh ça à pas l'air d'aller toi... Raconte moi ce qu'il se passe !

- Je me suis embrouillé avec mon père... Je peux te voir ?

- Ah ouais comme d'hab' quoi... Bien sûr, tu sais que je ne peux rien de refuser !

- Ça c'est mon charme naturel... Je rigole en pensant à cette phrase absurde.

- Mais oui Kai ! Allez viens vite je t'attend !

- Merci Sehunnie, j'arrive dans cinq minutes !



Je souris et je raccroche avant de ranger mon portable dans ma poche. Je commence à frissonner à cause de la basse température. Je marche le plus rapidement possible jusqu'au bâtiment de Sehun. Au début de l'année il à décidé de vivre seul et de prendre un petit appartement pas loin de chez moi. Ses parents lui paient son loyer et ses vivres. Raaah moi aussi j'aimerai pouvoir vivre tout seul, mais je ne vois pas avec quel argent j'arriverai à trouver où habiter...



Je rentre dans l'immeuble et monte jusqu'à son appartement, je sonne à la porte et j'attend. Je l'entend courir dans son couloir, ce que me fait automatiquement rire. Voilà ce que j'adore chez lui, sa bonne humeur débordante à toute épreuve. Il ouvre la porte d'un coup avec un grand sourire avant de me tirer dans ses bras pour m'enlacer.



- Viens vite Kai, rentre il fait froid, viens me raconter tes malheurs..



Il prend ma main et me tire à l'intérieur avant de refermer la porte. Sehun a toujours eu du goût, ce qui fait que son appartement est joliment décoré et très chaleureux. Il m'amène à son salon et m'apporte une couverture ainsi qu'un chocolat chaud.



- Raaah imbécile, je suis sûr que tu as attrapé froid ! Déjà que t'es cassé de partout... Bon allez raconte moi ce qui t'amène ici.



Je pose ma tasse et lève mes yeux vers mon meilleur ami. Est-ce que je fais bien de constamment lui raconter ce qui ne va pas dans ma misérable vie ? Est-ce qu'il n'en a pas marre que je le bassine avec des problèmes qui ne sont pas les siens ?



- Kai, arrête tu réfléchis trop. Maintenant dis moi ce qu'il se passe !

- Ah euh oui... Eh ben je me suis engueulé avec mon père une fois de plus, il m'a frappé et je suis partit...

- Hum... Il me regarde tristement. Et pourquoi vous vous êtes embrouillés ?

- Comme d'hab, il me parlais de petite amie et tout ce qui s'en suit, et j'ai eu le culot de lui demander d'arrêter de me bassiner avec ces histoires.

- Kai, sa fait un an que tu as annoncé à ton père que t'étais gay, tu crois pas qu'il serait temps de passer à autre chose ?

- Yaaah idiot, ne me dis pas ça à moi ! Aish, tu balance ça comme si c'était de ma faute.. C'est mon père qui est homophobe et pas moi crétin.

- Je sais excuse moi.. Il n'a pas vraiment l'air désolé puisqu'il sourit, mais j'aime son sourire et je ne veux voir aucune autre expression que la joie sur son visage. Donc t'es à la rue ?

- Ben.. Disons que... Je me gratte la tête et je commence à rougir de gène.

- C'est bon j'ai compris, n'en dit pas plus. Viens, je vais te préparer la chambre.

- Sehun je t'ai déjà dit que le canapé me suffisait amplement...

- La ferme un peu toi !



Je souris à l'entente de ses mots si délicats et je le suis jusqu'à la chambre d'amis. Il me sort de ses vêtements pour que je puisse dormir plus confortablement tendis qu'un bruit venant de mon ventre vient casser le silence qui venait de s'installer. Sehun me regarde avec étonnement et je pose une main sur mon estomac en rigolant nerveusement. Il éclate de rire.



- Ok j'ai compris. Je vais te faire à manger, vas te doucher et rejoins moi après ok ? Il tourne vite les talons et sors rapidement de la pièce.

- Attends Sehun !

- Hm ? Il se retourne et me regarde avec étonnement.

- Merci pour tout...



En guise de réponse il me fait un grand sourire et part s'affairer dans la cuisine. Je prend les affaires qu'il m'avaient préparé et je pars dans la salle de bain. Je retire mes vêtements et j'allume l'eau chaude avant de me faufiler dessous. Je regarde mon corps meurtri dans le miroir en face de moi et j'analyse chaque parcelle de ma peau abîmée sous les coups. J'ai des hématomes, des plaies et des cicatrices un peu partout. Pourquoi je ne peux pas avoir un père normal ? Pourquoi doit-il me trouver dégoûtant ? Je chasse vite ces idées noires à propos de cet être qui n'a finalement aucune importance à mes yeux et termine de me laver, avec difficulté à cause de la douleur des coups que me suis pris quelques heures auparavant.



Je sors rapidement, me rhabille et retourne voir Sehun. Je découvre alors un repas qu'il vient de préparer. Il m'invite à m'asseoir avec lui.



- Ouaaah Sehunnie c'est vraiment toi qui à fait tout ça ?

- Evidemment ! Maintenant que je vis seul il faut bien que je sache me débrouiller. Allez mange vite idiot, je sais que tu meurs de faim !



Je lui sourit avant de commencer à manger. C'est fou ce que Sehun peut être doué en tout ! Je termine et je débarrasse avant d'aller m'asseoir sur le canapé avec lui. Il me regarde avec une tête d'illuminé et il prend la parole le premier :



- OH AU FAIT ! Je t'ai pas dit !

- De quoi ?

- Ne te moque pas de moi s'il te plait... Il me regarde maintenant avec un air triste.

- Bien sûr que non Sehunnie, tu sais très bien que je ne moquerai jamais de toi...

- Ok.. Eh ben.. En fait je crois que je suis amoureux...



Je le regarde complètement sous le choc. Sehun ? Amoureux ? C'est possible ça au moins ?



- Ah bon ? Mais c'est génial Sehun ! Et aurais-je l'honneur de savoir qui est l'heureuse élue ?

- Eh ben... Disons que...



Suite au chapitre 2.