Prologue.

par Hannami

Et voilà, on y était, c'était le grand jour. Luhan venait de sortir de la voiture qui l'avait amené devant cette immense bâtisse, où il allait passer le restant de sa scolarité.

 

Il leva la tête pour voir ce qui se trouvait devant lui, un grand portail dans le style baroque se dressait là, derrière lui se trouvait les plus grandes portes qu'il n'avait jamais vu de sa vie. Prenant une grande inspiration, il commença à avancer pour rentrer dans son nouveau chez lui. Une boule se forma dans son ventre en plus de celle déjà présente dans sa gorge, il stressait, il avait peur, il appréhendait, arriver dans une nouvelle école était déjà en soit désarmant et inquiétant, si on ajoutait en plus qu'il y arrivait en pleins milieu de l'année, et que cette même école se trouvait perdue sur une île sans formes de vie autres que celles présentent dans ce bâtiment, il y avait de quoi vouloir prendre ses jambes à son cou et rentrer chez lui, à la nage s'il le fallait. Mais voilà, il n'avait pas le choix et devait s'y résoudre, il poussa donc les portes pour commencer cette nouvelle vie.

 

Il rentra donc dans le bâtiment, arrivant dans un grand hall fait de bois brillant de milles feux, des escaliers des deux côtés de la pièce menant visiblement au premier étage, était la, imposant. Luhan se demanda où il devait se rendre, il se sentait tout petit dans cette immense pièce et espérait que tout l'internat n'était pas comme ça. Il avait l'impression qu'à chacun de ses pas tous pourrais se casser, et lui attirer les pires ennuis.

Finalement, il avança tout de même tout droit, espérant trouver un bureau ou quelqu'un susceptible de l'aider. 

 

Une femme d'un certain âge et tirée à quatre épingles se tenait derrière un grand bureau en bois ciré, tapant sur son clavier, très concentrée, trop, tellement qu'elle ne l'entendis pas arriver.

 

 

Luhan remplit donc le document demandé, prit ses papiers et partit à la recherche de sa chambre en s'aidant du plan et essayant de faire le plus vite possible, pour ne pas se mettre encore plus en retard.

 

Après bien 15 minutes de recherche intensive, il arriva dans sa chambre. Apparemment, ils étaient déjà deux à vivre ici. La chambre était assez simple, trois bureaux, disposés sous la fenêtre, avec une petite poubelle disposée à côté de chaque bureau, il y avait trois lits, deux disposés côte à côte contre un mur, et un autre juste en face, chacun avec une table de nuit à côté, il pris celui qu'il supposait être inoccupé, s'assit dessus et soupira.