Chapitre 8

par Cheonsa

Chapitre 8 :

Quatre ans plus tard.

Cela fait quatre ans que je travaille pour cette femme odieuse qu’est la mère de Yi Xing. Je travaille de cinq heures du matin à deux heures du matin. Le week end, je retourne sur la place de l’école, l’endroit où je peux me reposer et me détendre avec mes amis et mon petit frère. Ils me racontent leur semaine et moi la mienne.

Yi Xing n’est pas revenu en quatre ans.

SuHo, son cousin, est resté proche de moi tout au long de ces quatre ans. Je pense que nous sommes devenus amis mais je préfère ne rien dire parce que c’est un noble et il peut très bien retourner sa veste et ne plus me parler. Ses parents l’ont forcé à se marier il y deux ans, mais il a refusé et a rompu tous les liens avec sa famille. Il m’a avoué être tombé amoureux de la sœur du cuisinier des Zhang, Kim Jing Di. Il lui parle de temps en temps, mais elle prend peur parce qu’elle n’a pas l’habitude de parler à un noble comme elle parlerait à un ami. C’est une des servantes du manoir de la famille Zhang, tout comme moi. Je partage ma chambre avec elle. Nous sommes très proches toutes les deux.

Je retourne sur la place de l’école dans quelques minutes. Je suis en train de préparer mes affaires. J’ai hâte de revoir les garçons, surtout que Kris sera là, lui aussi. Ça doit faire environ un an que je ne l’ai pas vu : il venait quand je n’étais pas sur la place. Je prends mon petit sac dans lequel j’ai mes affaires et je commence à m’en aller. Je descends les escaliers et salue au passage mes compagnons de travail. Je sors de ce manoir en soupirant un grand coup : deux jours pour reprendre des forces, j’espère que ça va aller !

Je commence à marcher en direction de la ville. Je sens deux mains sur mes épaules et je me retourne.

Je lui souris et il me le rend.

Il prend mon sac et nous commençons à marcher. Nous parlons chacun notre tour de notre journée. SuHo s’est installé dans la bâtisse délavée qui nous sert à nous réfugier. Les garçons l’ont accepté même s’ils étaient un peu sceptiques au début. Finalement tout se passe bien avec lui, donc il n’y a pas de problèmes majeurs.

Nous arrivons sur la place de l’école. SuHo me rend mon sac et rejoins la vieille bâtisse. Je pose mon sac sur la couverture et je vais voir Shun jouer au ballon avec ses amis. Quand il me voit, il me saute dans les bras.

Il descend de mes bras et me tire vers les salles de classe. Nous entrons dans une salle et là je peux voir Kris donner un cours à quelques personnes. Shun retourne jouer avec ses amis dehors et moi je reste à regarder Kris enseigner la grammaire à ces jeunes enfants. Je me souviens du temps où il me faisait cours de la même manière. C’était il y a longtemps ! Trop longtemps !!

Son regard croise le mien et il devient insistant un moment, puis il se tourne vers le tableau et l’efface en disant que la leçon est terminée pour aujourd’hui. Les enfants se lèvent rapidement, font leur sac et s’en vont en saluant Kris. Ce dernier vient vers moi et me prend dans ses bras.

Il pose ses mains sur mes épaules et me regarde attentivement.

Je retourne sur la place de l’école et me dirige vers l’endroit où dorment ChanYeol et BaekHyun, en espérant y rencontrer Tao aussi. Je vois BaekHyun et Tao s’embêter l’un, l’autre et ChanYeol assis, seul. Je m’assois à côté de lui.

Il me serre dans ses bras aussi fort qu’il le peut puis il se détache de moi.

Je sais qu’il s’inquiète lui aussi, quand je pars le lundi matin il n’est pas rassuré. Mais je vais bien et c’est ça qui compte.

Nous discutons encore un moment jusqu’à ce que la fatigue se fasse sentir. Je m’endors dans les bras de ChanYeol, lequel s’est déjà assoupi.

***



Je me réveille en sursaut à l’entente de ce nom. Je suis en week-end, elle peut attendre lundi quand même ! Je vois Jong Dae en face de moi.

Je fais attention de ne pas réveiller les garçons mais Tao se réveille quand même. Je lui explique la situation pour qu’il la raconte aux garçons à leur réveil. Je m’en vais en compagnie de Jong Dae.

Nous arrivons à la maison des Zhang et cette femme odieuse se dirige vers moi et me demande de la suivre, ce que je fais, jusqu’au petit salon.

Je commence à m’en aller, je tombe des nues. Elle ne peut pas faire ça, en plus elle me paye comme d’habitude. Je pense que je vais m’enfuir et ne jamais revenir.

Je m’incline devant elle et je sors de ce petit salon.

Je regarde Jong Dae qui est en train de m’attendre depuis que je suis entrée dans ce salon.

Nous allons dans la cuisine et ensuite je vais rejoindre la sœur de Jong Dae dans notre chambre pour me changer.

Je regarde l’heure, il est dix heures moins deux. Je vais devant la porte de la chambre du fils de madame Zhang et je frappe deux petits coups. Aucune réponse donc j’entre pour les réveiller. Je vois un homme se redresser dans son lit et me regarder. Pourquoi faut-il qu’elle m’inflige cela ? Il se lève doucement de son lit et se dirige vers moi. Je me retourne vers la porte et je commence à partir. Je l’entends qui me suit. Je me dirige vers la chambre dans laquelle je dors. J’entre dans celle-ci et souffle un grand coup : j’espère que j’ai réussi à le semer. La porte s’ouvre derrière moi. Je me retourne et l’aperçoit, lui. Il s’avance encore vers moi, et par réflexe je recule. Cependant, je ne m’attends pas à ce que quelque chose bloque mes jambes : je tombe à la renverse sur mon lit. Il a essayé de me retenir mais au final, il est tombé sur moi.

Je ne lui réponds pas. Je suis comme tétanisée par son arrivée et aussi par le fait qu’il soit sur moi à cet instant précis. Il a changé ! Il a grandi et il a pris un peu de masse musculaire. Il sourit un peu, puis il se redresse et prend mes mains pour m’aider à me redresser moi aussi. Il tient mes mains dans les siennes et ne les lâche pas.

Je ne peux pas empêcher mes larmes de rouler le long de mes joues. Il me prend dans ses bras et me caresse doucement le dos.

Yi Xing me serre un peu plus fort contre lui.

Je le quitte et rejoins la cuisine. Je demande à Jong Dae de sortir tout ce qu’il a de plus gras, ce qu’il fait. J’emmène le plateau dans la chambre de Yi Xing. Sa femme est réveillée. Je dépose le plateau sur ses genoux. Elle me remercie d’un hochement de tête mais elle garde un air hautain.

Je la regarde finir de manger et je reprends le plateau que je vais déposer dans la cuisine. Finalement, je sens que ça ne va pas être de tout repos mais je dois le faire.

***

Un mois, un mois seulement après leur arrivée, je n’en peux déjà plus. D’après ce que j’entends dans les couloirs de la part des autres servants et servantes, il se passe beaucoup de choses en ville aussi. Apparemment, les parents de SuHo ont découvert qu’il dormait dans la bâtisse délavée, du coup, grâce à l’aide de la mère de Yi Xing, ils ont fait détruire cette bâtisse. Nous n’avons plus de refuge. Jong Dae s’avance vers moi.

J’entre dans le petit salon. La mère de Yi Xing est assise sur le canapé et la femme de Yi Xing est assise sur un fauteuil à côté du canapé.

Je sors du salon et rejoins la chambre dans laquelle je dors. Quand j’ouvre la porte, je vois Yi Xing allongé sur mon lit. Je ferme la porte derrière moi. Je me dirige vers une petite armoire de laquelle je sors mon sac dans lequel je mets mes affaires. Je sais que Yi Xing me regarde faire mais je ne me retourne pas vers lui. Je me relève et vais poser mon sac sur mon lit. Yi Xing me regarde.

Il se lève de mon lit et vient me prendre dans ses bras.

Il m’embrasse sur le front et s’en va. Je change mes vêtements et je pars de cette chambre dans laquelle je ne reviendrais plus.

Quelqu’un me prend la valise que j’ai en mains, mais ce quelqu’un je le connais bien : SuHo.

Nous rigolons un peu et nous continuons de faire le chemin jusqu’à la ville de la sorte.

Je pose mon sac sur les couvertures à côté de Shun. Celui-ci relève la tête vers moi et me serre dans ses bras.

Nous nous séparons et Tao me prend à son tour dans ses bras. ChanYeol et BaekHyun s’ajoutent à notre câlin.

Nous discutons encore pendant toute la journée mais bientôt l’heure de dormir sonne. Je m’assois à côté de Tao qui passe son bras par-dessus mon épaule et me rapproche de lui. Par réflexe, je pose ma tête sur son épaule. Il commence à fredonner une chanson et je m’endors.

Je suis réveillée par des cris. Je regarde autour de moi et je ne vois pas Tao, ni Shun. Je commence à m’inquiéter.