Chapitre 15

par kyusha

Hello !!

Me revoici pour le dernier chapitre :(

J’ai adoré écrire cette histoire et je vous remercie de la lire malgré l’attente … -_-

Ce qui devait être un petit one shot pour m’occuper une ou deux semaines s’est transformé en 15 chapitre et plus de 60,000 mots.

Alors comme promis me voilà avec un dernier énoooorme chapitre : presque 11,000 mots o_o

J’ai adoré l’écrire et j’espère que vous aimerez le lire :D


Gros big up à Cyane qui a été ma bêta pour ce chapitre <3 Merci encore !


Let’s love ;)
















If you’re the Lucky One, you’ll meet the Monster


Chapitre 15







Sept ans après le premier été,

Do Kyungsoo 25 ans, Kim Jongin 24 ans




Kyungsoo aimait voir ce mouvement permanent qu’il détestait pourtant auparavant. Tout ce qui le répugnait de Séoul autrefois, il savait désormais l’apprécier, à petite dose bien sûr. C’était peut être d’ailleurs le secret de son changement d’avis sur la question? En effet, Séoul n’était plus son quotidien. Il était déjà dix huit heures passées quand une voix dans le haut parleur retentit, annonçant l’embarquement dans le bus qui le rapprocherait au plus des montagnes qu’il aimait tant. Le jeune adulte se leva doucement à l’appel, se saisissant de son sac de voyage. Il monta dans l’autobus et partit s’asseoir à la place qui lui avait été attribuée. Comme une routine, Kyungsoo écouta le discours du chauffeur, rappelant les règles de sécurité, les différents arrêts et la destination finale. Bientôt, il se détendit, laissant son corps bouger lentement à cause des mouvements du car. Il connaissait le trajet par coeur, le bruit de la ville qui s’éloignait, la constance de l’autoroute, les stops, les routes plus étroites, les virages de montagnes…


Les yeux fermés, Kyungsoo repensa avec une nostalgie apaisante à tout ce qu’il s’était passé depuis ces sept années. Cela faisait déjà si longtemps que la rencontre qui allait influer sa vie entière avait eu lieu, oui, si longtemps. Un timide sourire naquit alors sur son visage, causé par les souvenirs de cet été lointain qui aurait pu être comme un rêve. La première nuit de cet été si particulier, c’est un hurlement qu’il avait entendu. Puis il y eut l’attaque dont Jongin, le garçon-loup, l’avait sauvé. Et bientôt leur premier contact alors que Kyungsoo avait sorti cet être surnaturel et blessé d’une fosse. L’attente, leur rencontre et leur amitié. Il y avait le loup, et il y avait l’humain, il y avait de la complicité et après, cela se transforma en quelque chose de différent. Un baiser, et ce fut de l’amour que les deux éprouvèrent l’un envers l’autre. Un lot de problèmes, une résolution. Des sentiments grandissant mais un départ à venir. Et enfin, il y avait cette nuit là, leur dernière nuit.



La dernière nuit du premier été,

Do Kyungsoo 18 ans, Kim Jongin 17 ans




Kyungsoo put ensuite voir Jongin mettre ses doigts dans sa bouche, les enveloppant d’une épaisse couche de salive. Alors que le plus grand les redescendit ensuite, Kyungsoo pouvait sentir une certaine peur l’envahir, mais cette appréhension n’était rien en comparaison de la confiance qu’il avait en Jongin. Alors quand il sentit un doigt contre son entrée, il se détendit. Ce qui devait arriver cette nuit arriverait. Leurs sentiments avaient liés les deux jeunes adultes de plus d’une manière, et celle là était bien entendu inévitable. Le destin les avait réunis certes, mais le plus important était leur amour. Et même si après avoir été au plus proche, la séparation ne serait que plus douloureuse, à cet instant, ce qui comptait, c’était eux.


Seulement voilà, Kyungsoo pensait désormais à cette séparation. Il avait la tête ailleurs dans un moment comme celui là, et il s’en voulait pour ça. Jongin lui, était attentif au plus petit et voilà que de dernier arrivait à le trahir dans un moment pareil. Pourtant les attentions de Jongin n’étaient pas désagréables, ça l’avait été les premières secondes, les premiers mouvements, mais déjà le corps du plus petit semblait s’habituer. Alors que Kyungsoo était toujours allongé sur le dos, Jongin entre ses jambes, l’embrassant tantôt sur la bouche tantôt sur son torse, il sentait le plaisir monté en lui. Mais à mesure que celui-ci s’élevait, la peur de la séparation du lendemain aussi. Entre le plaisir physique que ressentait Kyungsoo, la passion d’être aussi proche de Jongin qui faisait battre son coeur et l’appréhension de le quitter dans quelques heures seulement, l’humain ne savait même plus ce qu’il ressentait exactement. Il s’entendait gémir presque lointainement, et il pouvait sentir des larmes couler de ses yeux. Le plus petit était dans la confusion la plus totale quand ses soupires se transformèrent en sanglots.


Il était dans un tel brouillard qu’il n’avait pas remarqué que Jongin avait tout arrêté. Car le plus grand avait bien vu le changement d’émotions passer sur le visage du plus petit.

« Kyungsoo » l’appelait-il en chuchotant.

Mais la non réponse de ce dernier ne fit que l’inquiéter encore plus. Lui avait-il fait mal ? Avait-il fait quelque chose de travers ? Jongin appela encore caressant la joue humide du plus petit en dessous de lui, l’essuyant au passage. Ce ne fut qu’après de longs instants que Kyungsoo sembla revenir à lui.

« J—je suis désolé Jongin, je peux pas… j’y arrive pas… » marmonnait-il.

L’interpelé hocha lentement de la tête, il prit Kyungsoo dans ses bras, s’allongeant sur le côté, l’humain dans son étreinte, dos à lui et lui caressa les cheveux.

« C’est rien, calme toi. » attendit-il un moment.


Kyungsoo ne savait pas trop où il en était. Il était à la fois déçu d’avoir coupé court à leur moment, mais en même temps rassuré de ne pas commettre quoi que ce soit qu’il pourrait regretter, et enfin, tranquillisé par les bras et caresses dans ses cheveux de Jongin. Alors, Kyungsoo se retourna face au garçon-loup après de longs instants, ce dernier l’interrogea timidement et respectueusement du regard. Le plus petit se réinstalla au plus près de Jongin, leur jambes enchevêtrées et le visage contre le torse chaud du loup. Il pouvait sentir le coeur du plus grand battre et les mouvements de sa respiration. Kyungsoo inspira doucement avant de souffler :

« Je suis désolé… »

Il devina que Jongin secoua la tête. Sa voix, bien que grave, était douce.

« Qu’est ce qu’il s’est passé ? »

Le plus petit réfléchit longuement, les mots étant difficile à sortir.

« Je…ne veux pas le faire alors qu’on se quitte demain… »


Jongin laissa échapper un petit rire de soulagement. Il pouvait désormais comprendre les sentiments et la réflexion de Kyungsoo. Il ressentait cela aussi, moins certes, mais une part de lui y avait pensé. Toujours était-il que le plus grand était soulagé de ne pas avoir blessé le plus petit. Il plaça un baiser dans les cheveux noirs et en pagaille de ce dernier et le serra le plus fort possible, ce qui fit grandement sourire l’humain.

« C’est de la torture d’être si prêt de toi à un moment comme ça, tu sais ? » lança document Jongin.

« Je sais. Crois moi je le sais. » dit-il en référence au membre encore gonflé de Jongin qu’il pouvait sentir contre sa cuisse et au sien, presque douloureux.

À la réponse de Kyungsoo, les deux sourirent et échangèrent un baiser.

« Tu vas tellement me manquer. »

« Toi aussi. Bonne nuit, Kyungsoo, à demain matin. »

« Oui, à demain. »

Et les deux s’endormirent. Seulement, durant cette matinée qu’ils attendaient à regret, seul Kyungsoo dirait ses aux revoir.




Trois mois après le premier été, Novembre,

Do Kyungsoo 18 ans, Kim Jongin 17 ans




Jongin était dans le jardin potager de Nana. Il y était déjà depuis le début de l’après-midi et avait presque fini sa tache. Tout comme Kyungsoo lui avait demandé dans la lettre, il était revenu voir Nana, prenant de ses nouvelles, lui proposant son aide au jardin, pour faire des courses ou toute autre corvée. Le mardi étant son jour de repos, les deux avaient convenus de ce jour pour tailler tous les arbres fruitiers avant que l’hiver ne devienne trop froid.


Jongin se souvenait encore de son réveil le matin du départ de Kyungsoo. Il avait entendu du bruit mais s’était rendormi, se disant que Kyungsoo le réveillerait quand il serait prêt. Mais cela ne vint jamais. Quand le garçon-loup était enfin sortis de son sommeil, le lit était vide, la place entre ses bras froide, et la pièce environnante silencieuse. Kyungsoo était partis, le plus grand n’avait aucun doute. Ce fut à ce moment qu’il se rendit compte du papier sous son bras. Il ne lui fallut que quelques secondes pour discerner l’écriture de l’humain. Il lut. Les mots de Kyungsoo lui serrèrent le coeur, il y avait en eux tant de sentiments que Jongin pouvait les comprendre parfaitement. Il les ressentait aussi, c’était une évidence. Il aurait aimé pouvoir dire au revoir au plus petit mais la souffrance aurait-elle été supportable ? Jongin n’en était pas si sûr. Il replia la lettre, se rhabilla et fit le lit comme il avait tant vu l’humain le faire. Ce fut un loup au pelage marron chocolat qui quitta la demeure ce matin là, et dans la forêt retentit un hurlement. Pleine lune ou pas, le loup se languissait déjà de celui qu’il aimait.


Après quelques jours et une légère dépression post-Kyungsoo, Jongin se reprit en main. Il n’allait que rarement en ville, le plus souvent il volait dans les potagers voisins —seulement les fruits et légumes qui ne pouvaient se vendre—. Mais cette fois-ci, il décida de s’y rendre pour une autre raison. Une fois là-bas, il trouva une cabine téléphonique publique, il y glissa maladroitement quelques pièces et composa le numéro figurant sur une lettre qu’il avait déjà lu des centaines de fois.

« Allô ? » dit une voix calme, légèrement trafiquée et pourtant si reconnaissable pour Jongin. Il ne put rien répondre.

Un silence prit place alors que le garçon-loup tentait de ravaler l’agitation de son coeur.

« …J-Jongin ? C’est toi ? » dit la voix après un moment.

L’appelé prit une grande inspiration, se disant qu’il fallait être fière. Que penserait son copain s’il pleurait pour leur premier coup de fil ? Mais rien ne sortait, il ne savait pas quoi dire.

« Allô…? » la voix devint hésitante.

« Hey… »

« Jongin ?! C’est bien toi ? J’ai cru que—… Pourquoi tu n’as pas appelé plus tôt ? Je pensais que tu ne voulais plus me parler parce que j’étais partis comme ça. J’ai eu peur. Je n’avais plus de nouvelles, Nana non plus. Je n’avais même aucun moyen de te contacter. Idiot… » Le plus petit avait commencé avec une voix claire mais au fur et mesure, elle était devenu chevrotante.

Jongin ne put s’empêcher de laisser un petit rire lui échapper. Cette voix lui avait manqué. Et le plus petit n’avait pas changé.

« Tu m’as manqué Kyungsoo. »

« Toi aussi. »


Ce fut leur premier appel, mais pas le dernier. Après ça, Jongin se dit que les humains n’étaient pas si mauvais. Avoir appris à connaitre Kyungsoo lui avait permis de renouer avec sa part humaine qu’il avait eu tendance parfois à délaisser. Désormais, Jongin, même s’il conservait son envie de liberté, voulait s’intégrer un minimum au sein de la société humaine. Alors il trouva un petit job en ville. Il téléphonait soit de là-bas, soit de chez Nana chez qui il allait régulièrement. Il mettait le plus d’argent de côté dans l’espoir de pouvoir aller voir Kyungsoo, de s’acheter un portable et un abonnement internet pour chez lui —Kyungsoo voulait Skyper, et Jongin devait avouer que l’idée de voir le plus petit ne serait-ce que sur un écran était trop tentante. Ainsi leur relation longue distance débuta.


Se remémorant tout cela, Jongin finit enfin de couper les branches des arbres du potager de Nana. Il ramassa ce qu’il restait au sol et l’ajouta au tas que Nana brulerait plus tard.

« Oh, tu en es venu à bout ! » s’exclama la vieille femme.

Jongin lui sourit et lui montra, lui demandant si son travail convenait. Les deux firent le tour du jardin tranquillement. Il faisait froid, le mois de novembre étant déjà entamé. L’hiver était arrivé et dans quelques semaines, la neige suivrait. Les arbres avaient perdus leur feuilles, de ce fait, la forêt paraissait presque vide, mais c’était sans compté sur les pins et sapins. Jongin admira la vue depuis le jardin de Nana. Il avait hâte que les vacances d’hiver soient là, ainsi il pourrait revoir Kyungsoo. Plus que quelques semaines seulement.


Son cours de pensé fut interrompu par la voix de la vieille femme.

« Rentrons, tu vas attraper froid, tout transpirant comme ça. Je te garde à manger. »

« Je ne veux pas m’imposer— » commença le plus jeune avant d’être coupé.

« Tu dis ça à chaque fois, mais tu finis tout ce que je te prépare ! » rit cette dernière.

Une fois dans la maison, Jongin fit comme ordonné, il alla prendre une douche bien chaude et changea de vêtements —Nana ayant gardé ceux d’une autre journée jardinage et les aillant lavé. Il passa bien évidemment par la chambre de Kyungsoo qui portait encore l’odeur du plus plus petit. Il inspira et huma l’air. Plus que quelques semaines à tenir…


Il rejoignit ensuite Nana dans la cuisine, où le repas était servis. Les deux parlèrent tranquillement. La plus âgée aimait poser des questions sur la vie de Jongin, son travail, ce qu’il faisait. Les deux commençaient à plutôt bien se connaitre maintenant. Nana resservait le plus jeune, lui disant de manger alors même que ce dernier n’en pouvait plus, mais à quoi bon résister à de la nourriture aussi délicieuse et à une grand-mère aussi tenace.

« Dis Jonginnie… » commença la vieille femme, hésitante. « Aujourd’hui… n’est ce pas la date anniversaire de la mort de ton père ? »

Jongin leva de grands yeux vers elle. Elle tenait une tasse de tisane à la main, s’exprimait calmement, mais pourtant il pouvait voir l’appréhension dans son attitude. Néanmoins, elle continua.

« Je vais te raconter une histoire, Jonginnie. Il y a quatorze ans, en fin d’après-midi, il y a eu un feu chez le voisin. Un grand incendie dans son étable. À la seconde où mon mari a vu cela, il a voulu aller aider. À l’époque les pompiers n’étaient pas aussi rapides, la caserne était en ville, alors le grand-père de Kyungsoo devait y aller s’il voulait avoir une chance de sauver son ami. Ils sont sortis de là vivant, c’était un miracle. Mais Chihoo m’a raconté qu’il aurait dû mourir cette nuit là. Son ami, le vieux Cha, était pris au piège à l’étage de l’étable, alors il est entré pour le sauver. Mais à l’étage, la fumée était si noire qu’en quelques secondes mon mari s’est retrouvé à terre, complètement asphyxié. Oui…il aurait dû mourir. Il a longtemps douté pour savoir si ce qu’il avait vu était vrai, tu sais ? Il a dit que c’était un loup qui l’avait sauvé lui et le vieux Cha. Il a dit que ce loup avait donné sa vie pour lui. Mais ce beau loup blanc avant de se transformer en animal, était humain. Chihoo a dit ne pas être totalement sûr, à cause de la fumée et de son esprit embrouillé, mais il a dit pensé que c’était Kim Jongwoo. Je sais qu’après ça… ton père a disparu. »

Jongin s’était figé au fil du récit, il regardait son assiette comme si rien d’autre n’existait, paralysé par le discours.

« Ensuite, je n’ai plus entendu parlé de ta famille. Les années ont passées et finalement, Kyungsoo me raconte qu’un loup a donné sa vie pour le sauver. Et voilà que tu apparais… »

Les yeux de Nana étaient posés sur le plus jeune.

« Ton père serait fier de toi, tu es quelqu’un de bien Jonginnie. »

Nana ne dit ensuite plus rien, continuant sa tisane. Jongin avait le coeur lourd, mais à la fois un poids s’en était envolé. C’était beaucoup d’informations d’un coup. Son père était un héros, Nana connaissait le secret de Jongin, et elle savait que Kyungsoo savait cela aussi. Pourtant, cette dernière acceptait tout, et permettait même à Jongin d’en connaitre plus sur son père. Une unique larme coula sur la joue du plus jeune alors qu’il renifla un grand coup avant de se remettre à manger goulument.

« Kyungsoo avait raison, vous êtes vraiment un peu sorcière… » dit-il la bouche pleine.

Nana rit avec son air toujours aussi mesquin et la discussion fut close. Le soir, Jongin raconta tout à Kyungsoo par téléphone.




Un an et demi après le premier été, Janvier,

Do Kyungsoo 20 ans, Kim Jongin 18 ans




C’était le samedi 12 Janvier, le jour de l’anniversaire de Kyungsoo, le jour de ses vingt ans. Pourtant, ce dernier était seul chez lui, et personne ne viendrait de si tôt. Il y avait déjà plus de trois semaines que son père avait un voyage d’affaire prévu à cette date là ; quant à sa mère, elle avait appelé hier soir, décidant de rejoindre son père pour le week-end. Elle avait demandé à Kyungsoo s’il aurait voulu qu’elle reste, mais Kyungsoo avait dit non, ne voulant privé ses parents d’un moment à tous les deux. Même si c’était son anniversaire. Et que Kyungsoo serait seul. Et qu’il déprimerait à cause de cela…


Jongin lui manquait. Comme à chaque vacances désormais, il était allé passer les fêtes de fin d’année chez Nana, où il avait pu retrouver le garçon-loup. Au cours de l’année précédente, ils n’avaient pu se voir que quelques semaines par-ci par-là, mais à chaque fois qu’ils se trouvaient réunis, c’était comme s’ils n’avaient jamais été séparés. Kyungsoo aurait voulu que Jongin soit là pour leurs anniversaires, —celui de l’humain étant le 12, et celui du loup le 14— mais les deux tourtereaux avaient fait un voyage sur l’île de Jeju cet été. Les parents du garçon aux cheveux noirs avaient offert à Kyungsoo sa part du voyage —c’était son cadeau de fin d’étude et sa récompense pour l’entrée à l’université— et Jongin, lui, avait utilisé ses économies. Ces vacances avaient été un rêve. Ils avaient visité des cascades, s’étaient baignés sur les plages de sables blanc, ils avaient même arpenté le volcan hors des sentiers battus, Jongin dans sa forme de loup. Cet été avait été parfait… Mais avait laissé un Jongin sans économies pour pouvoir venir à Séoul pour l’anniversaire de Kyungsoo —et le sien.


Avec ses études, Kyungsoo n’avait pas le temps de se trouver un petit job à mi-temps. De plus, ses parents étaient strictes. La famille Do était déjà très aisée mais ils ne voulaient pas que leur fils soit trop gâté. Ils voulaient bien payer les billets d’autobus jusque chez Nana pour les vacances, mais pas tous les weekend. Et avec la charge de travail que Kyungsoo avait à l’université, il n’y avait aucun moyen qu’il ne se fasse de l’argent de poche.


Pendant les vacances de fin d’année chez Nana, Kyungsoo et Jongin avaient échangés des cadeaux en avance à ouvrir à leurs anniversaires —l’université reprenant seulement une semaine avant. Alors le plus petit n’attendait qu’une chose, c’était que l’horloge affiche enfin vingt-et-une heures pour pouvoir skyper avec Jongin et ouvrir son cadeau. Plus qu’une petite demie-heure et enfin Kyungsoo pourrait « voir » le garçon-loup. Après avoir glandé avec son téléphone sur le canapé une bonne partie de la soirée, Kyungsoo retourna dans sa chambre. Sa chambre était grande, elle avait un immense lit, des meubles dignes d’un magazine d’aménagement, elle était organisée mais pas sans vie. On pouvait y voir les quelques vêtements que Kyungsoo avaient laissé sur un fauteuil près de son armoire, les livres et cahiers encore ouverts sur le grand bureau. Sur la couette et la couverture toute douce qui couvrait la moitié du lit, était posé l’ordinateur portable de Kyungsoo. L’adolescent alluma sa lampe de chevet et une douce et agréable lumière envahit la pièce. Il ouvrit l’ordinateur et se connecta, constatant l’absence de Jongin sur Skype. Il se rallongea alors, ses yeux naturellement attirés par la fenêtre et la vue qu’il avait sur Séoul. La famille Do était au plus haut étage de l’immeuble, ainsi, tout ce que Kyungsoo voyait était une constellation fictive, scintillant au gré de la vie des gens.


Entre Kyungsoo et Jongin, il y avait aussi eu des moments plus difficiles. Le plus petit avait toujours ce conflit, partagé entre l’envie d’être complètement uni à Jongin et la peur de son absence. À chaque fois qu’ils se voyaient, ils savaient que ce n’était que pour deux ou trois semaines maximum. L’été dernier, Kyungsoo n’avait même pas eu les deux mois de vacances scolaires qu’il aurait dû avoir, trop pris par les concours, les entretiens et les démarches concernant l’université. Alors même quand ils étaient à Jeju, même si Kyungsoo en avait très envie, il n’avait pu céder face à cette angoisse. Quoiqu’à y repenser, Jongin et lui étaient de plus en plus proches. Pendant le premier été par exemple, le fait de s’embrasser pour les deux adolescents n’avait longtemps pas été naturel, puis ça l’était devenu. Toucher le corps de l’autre de manière innocente était désormais une habitude, des petites attentions appréciées mais plus autant remarquées qu’avant. Toucher l’autre pour lui faire éprouver du plaisir… Jongin et Kyungsoo connaissaient bien, très bien même. Certes ils n’étaient pas allé jusqu’au bout mais à part l’acte final en lui même, Kyungsoo se dit qu’ils avaient probablement fait tous les préliminaires possibles. Il connaissait déjà la douceur et la chaleur de la bouche de Jongin, il connaissait déjà la sensation désagréable et presque douloureuse de ses doigts, il savait aussi le plaisir qu’il pouvait en retirer quand Jongin caresserait le même point, encore et encore, jusqu’à ce que le plus petit ne sache dire autre chose que le prénom de son amant.


Sur son lit, Kyungsoo se mit à repenser à cette nuit à Jeju, celle où Jongin et lui étaient allés plutôt loin, mais une fois de plus, Kyungsoo avait dit non, encore plus difficilement cette fois-ci. C’était si frustrant, de sentir Jongin si près de son entrée mais d’encore refuser. Pourtant l’autre respectait toujours son choix et se montrait toujours patient, mais pas cette fois-ci. Kyungsoo avait entendu la respiration du plus grand devenir plus rauque, plus courte. Soudain, Kyungsoo avait été retourné pour être sur le côté, allongé sur le matelas, Jongin se positionna en face de lui, intimant à Kyungsoo de garder ses jambes bien serrées. Kyungsoo ne sut même plus où il était au moment où Jongin introduit trois doigts en lui et que le bassin du plus grand commença à bouger, se servant de l’écart entre les cuisses du garçon aux cheveux noir pour satisfaire ses désirs. Le fait de voir Jongin perdre la raison et toutes les sensations que ressentait Kyungsoo lui firent se poser la question une fois de plus : pourquoi ne pas céder ?


Kyungsoo se releva d’un coup, les joues rosies à cause de ce souvenir qui lui avait donné chaud. Après cette nuit là, Kyungsoo avait sérieusement remis sa décision d’attendre en cause. Il n’en avait plus vraiment envie. Kyungsoo eut décidé qu’aux vacances après Jeju, soit celles de fin d’année, ils le feraient, Jongin et lui iraient jusqu’au bout. Pourtant quand les vacances de fin d’années arrivèrent, les dix petits jours que les deux eurent ensemble ne furent pas suffisant. Jongin avait quand même son petit job et Kyungsoo avait Nana —même si cette dernière avait compris depuis longtemps qu’entre Jongin et Kyungsoo c’était plus qu’une simple histoire d’amitié ou qu’un amour de vacances. Pour la première fois, Kyungsoo était rentré à Séoul frustré. Lui qui s’était préparé à finalement aller jusqu’au bout, était repartit bredouille.


Son ordinateur émit alors un petit son tout mignon, son que Kyungsoo connaissait bien puisque cela voulait dire que Jongin venait de se connecter. Seulement ce n’est pas un appel vidéo qu’il reçu mais seulement vocal.

« Allô ? »

« Hey… » dit Jongin à l’autre bout de l’appareil, et Kyungsoo décela un très timide et petit ‘hey’. « Bon anniversaire, Kyungsoo. »

« …Merci. Pourquoi on skype pas ? » s’enquit le plus petit.

Silence.

« Je travaille toujours, j’ai juste une petite pause… La patronne a besoin de moi, je vais travailler jusque tard. Je suis désolé Kyungsoo… »

Ce dernier pouvait sentir que le plus grand était vraiment gêné. Même s’il était triste, Kyungsoo comprenait. Il mit un sourire que Jongin ne pourrait voir sur son visage pour se persuader lui même de ses mots.

« Non, t’inquiète. C’est pas grave. On peut skyper demain, pas vrai ? Tu es toujours en repos ? »

Pendant qu’il parlait, la sonnerie retentit. Étrange, pensa Kyungsoo, il n’avait pourtant rien commandé.

« Attends, quelqu’un a sonné, je vais voir. » fit-il patienté Jongin qui répondait positivement à Kyungsoo pour demain.


Kyungsoo se leva, et se dirigea vers la porte d’entrée. Il ouvrit, sachant que le concierge en bas de l’immeuble n’aurait pas laissé monté n’importe qui. Peut être était-ce un de ses amis d’université qui venait lui faire une surprise, ou un livreur qui déposerait un cadeau… Seulement ce n’était pas un simple livreur qui lui fit face. C’était Jongin. Kyungsoo resta bouche-bée un instant, la vision du plus grand avec un sac de voyage sur l’épaule, un gros manteau —que lui avait offert Kyungsoo pour son anniversaire l’année précédente—, et un gâteau d’anniversaire dans les mains le faisant penser à une hallucination. Sans oublier le magnifique sourire presque enfantin du garçon-loup. Il était fier de lui, d’avoir réussi à faire cette merveilleuse surprise à Kyungsoo. Il rit de voir le plus petit aussi figé, n’en croyant pas ses yeux. Jongin se pencha, son visage s’approchant de plus en plus de celui de Kyungsoo, et enfin il déposa un baiser sur sa joue.

« Bon anniversaire! »


Le plus petit cligna des yeux, regardant Jongin attentivement. Ce dernier lui sourit et se permit d’entrer. Toujours confus, Kyungsoo le laissa faire et se contenta de fermer la porte d’entrée derrière l’intrus plus que bienvenu. Jongin avait commencé à retirer son manteau quand le plus petit sembla accepter la réalité et revenir enfin de sa transe. Il se dirigea alors vers le plus grand et se jeta contre son torse, passant ses bras sous les pans du manteau ouvert.

« Pourquoi tu ne m’as rien dit? » susurra-t-il doucement en humant l’odeur du garçon-loup, le nez collé contre les mailles de son pull-over, paupières closes.

Le torse du plus grand se souleva en de petit soubresauts, signe que Jongin s’amusait de la remarque.

« Surprise ? »

Kyungsoo se sentit fondre à l’entente de cette voix au timbre légèrement cassé et pourtant si doux. Il pouvait voir Jongin, l’entendre, le sentir… Mais ce qu’il voulait, c’était le goûter. À cette pensée, il rouvrit les yeux, se hissa sur la pointe des pieds alors qu’il s’agrippa aux vêtement du garçon-loup et vint poser ses lèvres sur celles tout aussi charnues de Jongin. Le baiser ne fut jamais innocent, les deux jeunes adultes trop pressés de se retrouver.


Jongin posa négligemment le gâteau d’anniversaire de Kyungsoo sur la commode de l’entrée pour enfin pouvoir prendre le plus petit dans ses bras. Aussitôt, ses larges mains enlacèrent la taille de l’autre, le serrant près de son corps alors que leurs langues se perdaient dans un ballet d’émotions. Pendant leur étreinte, Jongin s’étonna de voir un Kyungsoo aussi pressé, avide de sa personne. Leur baiser était si passionnel qu’il en devenait presque violent. Kyungsoo lui mordit la lèvre, comme affamé et le tirait désormais par la nuque. Mais Jongin aimait cela, se sentir aussi désiré. Leurs respirations étaient courtes et alors qu’il se perdait à son tour, le plus petit se sépara pour le plus court des instants.

« Tu m’as trop manqué. »

Un nouveau baiser.

« J’ai besoin de toi- »

Jongin le souleva, forçant un Kyungsoo tout à fait complaisant à venir passer ses jambes autour de la taille du plus grand.

« -de te sentir… »

Jongin retira ses chaussures avec ses pieds, se moquant bien de si elles seraient rangées ou non. Tout ce qui comptait à cet instant était celui dans ses bras.

« Toi aussi tu m’as manqué. » souffla hâtivement Jongin.


Kyungsoo n’aurait jamais pensé que voir le plus grand le mettrait dans de tels états mais à peine avait-il retrouvé son ben aimé qu’il n’avait pu se contenir. Il avait tant voulu que Jongin soit là, et voilà que ce dernier apparaissait. Soit c’était le meilleur anniversaire qu’il n’ait jamais eu, soit c’était le plus beau rêve, peu importait en réalité, à cet instant, Kyungsoo voulait profiter. Il avait tenté de dire à Jongin combien il le voulait, mais le message n’était pas assez clair. Alors qu’ils s’embrassaient toujours, le plus petit perché sur Jongin stoppa leurs baiser, prenant le visage du plus grand en coupe. Essoufflé, l’humain posa son front contre celui du garçon-loup, reprenant son souffle un tant soit peu pour prononcer les mots les plus gênant qu’il n’ai jamais dit. Jongin faisait de même et après quelques instant, Kyungsoo parvint enfin à chuchoter :

« Non Jongin, tu ne comprends pas… J-je veux qu’on fasse l’amour… »


Jongin cru d’abord qu’il avait mal entendu. Pourtant les mots du plus petit, les rougeurs sur son visage, son regard presque fuyant… tout indiquait au loup qu’il avait bien compris. Ces mots qu’il attendait depuis si longtemps étaient enfin arrivés. Il avait toujours respecté le souhait de Kyungsoo d’attendre mais la distance ou la proximité quand ils étaient réunis étaient une torture de plus en plus difficile à gérer. Il ouvrit ses yeux, se trouvant front collé avec Kyungsoo. Le plus petit semblait si incertain que Jongin n’arriva pas à le déchiffrer, ce qui était rare.

« C’est vraiment ce que tu veux ? » dit-il d’une voix douce en serrant Kyungsoo un peu plus fort dans ses bras.

Le plus petit vint ancrer son regard dans celui de Jongin, les yeux sûrs bien que timides.

« Oui. »


Jongin approcha tendrement sa bouche de celle de l’humain. Pour la première fois depuis le début de leur échange, le baiser fut tendre, d’une douceur infinie. Tout se faisait dans la lenteur, les deux appréciant chaque sensation que répercutait le baiser dans leur corps.

« Ta chambre? » demanda Jongin.

« Au fond du couloir, là où il y a de la lumière. » susurra Kyungsoo en retour.

Le plus grand les amena à la dite pièce, ne cessant pour autant de prendre les lèvres de l’humain, les chérissant, les adorant. Une fois dans la chambre du plus petit, il ne prit même pas la peine de prêter attention à son environnement, trop absorbé par Kyungsoo. Il le déposa tendrement sur le lit, se mettant au dessus de lui par la même occasion. Jongin s’écarta un instant, admirant le visage de l’autre.


Kyungsoo avait les cheveux qui tombaient en arrière. Il ne les avait pas coupé depuis Jeju alors les mèches étaient désormais vraiment longues. Ses yeux semblaient plus noirs que jamais, les pupilles en étant dilatées à l’extrême, mais ses paupières étaient à peine entrouvertes, rendant l’humain encore plus désirable. Ses joues légèrement rosies trahissaient son désir et sa passion pour le plus grand. Quant à ses lèvres, elles étaient si ravagées et si pulpeusement rouges qu’elles lançaient un appel clair pour que celles de Jongin ne les retrouvent. Le plus grand quant à lui devait être approximativement dans le même état, mais il s’en moquait. Car Kyungsoo était sûr de lui, et ce soir était le soir.


Entre les doux baisers qu’ils échangeaient, Kyungsoo se redressa un peu et se plaça au milieu du lit, Jongin aimanté à ses lèvres et les mains désormais plus que baladeuses depuis qu’il n’avait plus à porter l’humain. Le plus petit était plus demandeur qu’à l’accoutumée, il le savait. Mais le désir d’avoir Jongin au plus poche était trop fort, invincible même. Alors de cette manière, il ne se restreignit aucunement. Il voulait admirer le corps de l’homme-loup, ainsi il lui retira son pull-over. Il voulait toucher cette peau délicieusement bronzée, alors ses doigts et sa bouche se perdirent sur cette étendue. Il voulait sentir Jongin contre lui, alors il le sera fort. Coeur contre coeur, corps contre corps. Il ne s’agissait pas juste de « le » faire mais de « faire l’amour ». Ce n’était que du sex ni pour l’un ni pour l’autre, c’était le besoin d’être au plus proche du coeur de l’autre.


Leur position avait été échangé, Kyungsoo désormais au dessus, assis sur le bassin de Jongin. Les larges et chaudes mains de ce dernier voguaient sous le sweat-shirt du plus petit, retraçant toutes les courbes et empoignant gentillement la peau brulante de l’humain. Kyungsoo se laissa faire quand Jongin le débarrassa du vêtement, puis il retourna dans le coup du loup, laissant une première marque, suçotant la peau jusqu’à ce que Jongin ne s’en plaigne. Mais il aimait cela, quand Kyungsoo était si demandeur qu’il en devenait un peu violent. Car cela lui donnait l’envie à lui aussi de se montrer un peu violent, plus dominant que Kyungsoo. C’est avec cette fougue qu’il s’autorisa à tirer sur les cheveux noirs du plus petit, repassant au dessus de lui et le défaisant de son jean et de son caleçon en même temps, presque d’un seul geste. Kyungsoo avait ce petit sourire en coin alors qu’il se laissait faire, aidant même en soulevant ses hanches. Il résista néanmoins quand Jongin, lui, refusa d’enlever ses vêtements, trop absorbé par la vision du plus petit. Kyungsoo le voulait nu aussi, alors il résista et parvint à défaire l’autre de tout tissu.


D’autres caresses, d’autres baisers et d’autres morsures d’amour furent échangés. Avec ceux-ci, le désir que ressentait les deux avaient augmenté et le besoin de toucher l’autre en certains endroits aussi. C’est Kyungsoo qui vint le premier se saisir du membre gonflé de Jongin, laissant sa peau l’effleurer en regardant le souffle du loup se couper à la sensation. Puis les doigts se refermèrent autour et sa main commença à bouger. Le plus grand vint retourner l’attention quand Kyungsoo s’y attendait le moins, le forçant à gémir et à faire entendre sa voix pour la première fois ce soir.


Aucun des deux ne voulait venir comme cela ce soir alors peu après cela, le garçon aux cheveux couleur chocolat retourna Kyungsoo, son ventre contre le matelas. Il fut amusé de voir le dos cambré de désir du plus petit pour ce qui allait arriver ensuite. Kyungsoo connaissait déjà toutes ces sensations mais en profita pourtant comme une première fois. Le muscle humide et rose de Jongin vint mouiller cet endroit si personnel auquel Kyungsoo avait eu du mal à laisser accès. Mais le plaisir d’être dévoré à cet endroit était trop exquis pour qu’il ne puisse refuser longtemps. L’action eu pour effet de totalement le détendre, laissant l’accès pour un premier doigt. Cela ne faisait plus mal à Kyungsoo depuis longtemps désormais. Alors que ce dernier ne pouvait même plus réfléchir correctement, il sentit un baiser dans sa nuque et un souffle contre son oreille.

« Kyungsoo, est ce que tu as… du lubrifiant et des préservatifs ? » demanda Jongin timidement.

Le plus petit essayait de comprendre ce qui venait de lui être demandé, il réfléchit longuement et quand un soupçon de souvenir lui revint en mémoire, il en fit part au demandeur.

« Table de nuit. »

Son corps fut délaisser l’espace d’un instant et quand Jongin y reporta son attention, Kyungsoo put sentir deux doigts parfaitement lubrifiés.


Jongin était doux. S’il avait été plutôt dominant auparavant, il se montrait désormais d’une grande délicatesse. Ce qui comptait pour lui était le plaisir de Kyungsoo. Jongin savait que l’autre se sentait bien grâce à son odeur, il pouvait sentir à quel point l’humain aimait cela. Quant à lui, il aimait se perdre dans la nuque ou le cou du plus petit, humant ce parfum remplit de phéromones de désir à le rendre fou. Ainsi il prépara Kyungsoo lentement, longuement, cherchant cet endroit qui ferait se tordre le ventre du plus petit. Kyungsoo quant à lui avait l’esprit en désordre, se concentrant sur les sensations que lui donnait le plus grand. Entre de lourdes respirations, il donnait parfois des indications à Jongin et le plaisir augmentait encore, jusqu’à ce Kyungsoo ne puisse se retenir de bouger ses hanches contre désormais trois des doigts du garçon-loup. Son plaisir à lui était presque à son paroxysme mais celui de Jongin devait être quant à lui à l’arrêt ou proche de la torture. À cette idée, Kyungsoo se débattit avec lui même pour reprendre possession de ses moyens.


Kyungsoo se redressa, Jongin arrêtant tout mouvement, laissant l’autre se retourner face à lui. Le plus grand était à couper le souffle. Il avait la respiration si lourde qu’elle en était presque bestiale, ses cheveux avaient été légèrement humidifiés par sa transpiration, créant un magnifique dégradé entre les mèches chocolat et celles plus humides, plus foncées. C’est alors que Jongin passa une main dans ses cheveux, les relevant avant que certaines mèches ne retombent lentement devant ses yeux. Sa mâchoire paraissait même plus anguleuse que d’habitude, ses traits plus viriles alors qu’il s’approchait de Kyungsoo, suivant le mouvement. Le plus petit s’allongea sur le dos, les jambes suffisamment écartées pour que Jongin puisse se mettre entre celles-ci. Une fois au dessus du plus petit, Jongin vint le fixer, et leurs regards s’ancrèrent l’un à l’autre, leur donnant l’impression de tout savoir de leur vis-à-vis, de tout comprendre, de pouvoir tout lire.


Jongin ne voyait aucune peur, ne sentait aucun regret ni appréhension dans le regard du garçon aux cheveux noirs comme l’ébène. Il n’y avait que de l’amour qui venait refléter ses propres sentiments. Il ne put se retenir de capturer les lèvres du plus petit, laissant son corps bouger au gré de son plaisir, son membre contre celui de Kyungsoo qui soupira en fermant ses paupières. Les deux corps bougèrent en rythme comme ils l’avaient déjà souvent fait. Mais bientôt le plus grand s’arrêta.

« Tu…es prêt ? » s’enquit-il avec la peur de ne pas pouvoir attendre plus.

Kyungsoo rouvrit ses yeux, son visage le brulant. Il hocha doucement de la tête en essayant de supprimer l’appréhension soudaine. Il ne savait pas quand mais Jongin avait déjà un préservatif sur lui. Mais allait-il avoir mal ? Serait-il à la hauteur des attentes de Jongin ? Saurait-il faire ? Et—


Toutes ces pensées s’évanouirent quand Jongin chuchota à son oreille. Une seule phrase et Kyungsoo sut que toutes ces inquiétudes n’avaient pas lieu d’être.


« Je t’aime tellement Kyungsoo. »


C’était leur première fois à tous les deux, et ils s’aimaient. Comment cela pouvait-il plus parfait ? Après ce chuchotement, Jongin déposa un baiser sur son front et entra doucement en Kyungsoo. Le plus petit avait beau être détendu, il put ressentir la différence de taille entre Jongin et seulement trois de ses doigts. Pourtant il n’avait pas mal, la douleur était presque feinte comparé à ce qu’il pensait ressentir. Kyungsoo hocha la tête quand Jongin lui demanda s’il allait bien. Il lui fallut quelques secondes de plus pour ouvrir les yeux, mais la vision de Jongin, se retenant de toutes ses forces de bouger était parfaite. Le garçon-loup ressentait tant de plaisir au point que c’était inscrit sur son visage. Kyungsoo s’en sentit flatté. Il donnait sa première fois à Jongin, et Jongin lui donnait la sienne.

« Ne t’inquiète pas Jongin, tu peux bouger. » susurra-t-il à l’oreille du plus grand.


Au premier mouvement, Kyungsoo réprima un léger gémissement d’inconfort. Mais Jongin était si doux que bientôt, cette sensation disparue. Et sans s’en rendre compte il commença à soupirer de plaisir à mesure que Jongin bougeait en lui, ressortant parfois presque complètement. Après quelques minutes, Kyungsoo put voir à quel point Jongin en retirait du plaisir, et le plus petit sentit une vague de chaleur le submerger à cette vision. À cette étrange vague qui déferlait en lui s’ajouta une plus qu’étrange sensation. Il la connaissait déjà, mais à ce moment, c’était tellement plus fort. Kyungsoo savait à quel point sa prostate pouvait le mener au paradis, mais pas à ce point. Autrefois, les doigts de Jongin lui avait permis d’en retirer du plaisir mais pas jusqu’à le faire venir avec cela seul, non. Mais cette fois était bien différente, le plaisir était décupler, si fort… Kyungsoo commença à gémir, une musique aux oreilles du plus grand qui se permit d’accélérer et d’être plus franc.


À chaque mouvement de Jongin, il stimulait cette sorte de boule dans le bas ventre de Kyungsoo, la faisant grossir, la rendant un peu plus sensible à chaque fois. Le garçon-loup lui, n’en pouvait plus, l’humain était irrésistible, trop attirant pour son propre bien. Son odeur était plus exquise qu’elle ne l’avait jamais été. Et les sensations qu’il lui offrait étaient meilleurs que tout ce à quoi il avait pu s’attendre. Leurs souffles courts, les gémissements de l’un et les soupirs rauques de l’autre ne faisaient qu’ajouter de la chaleur à cette atmosphère déjà brulante et aux sentiments échangés. Kyungsoo en avait les larmes aux yeux tant tout ce qu’il ressentait était intense, il ne savait même plus où il se trouvait, il avait l’impression qu’il allait tomber dans un endroit lointain, plus parfait encore que celui où il se trouvait actuellement. C’était effrayant et en même temps si attrayant… Sans prévenir, son bas ventre fut pris de convulsion et alors qu’il passa ses bras autour du corps de Jongin, il ne put contrôler l’orgasme qui le frappa de plein fouet, le laissant dans une exquise euphorie.


Kyungsoo n’avait pas prévenu Jongin de sa jouissance prochaine, mais ce dernier avait pu la sentir arriver, sentant le plus petit se resserrer par petits à-coups autour de lui, ses abdominaux se contractant irrégulièrement. L’humain ne s’était pas non plus rendu compte qu’il avait gémis de plus en plus fort, chantant un seul et unique nom, celui du loup. Et avec tout cela le plus grand ne put tenir plus, étreignant au plus fort le corps du plus petit alors que lui aussi croyait voir le nirvana.


Les deux jeunes adultes reprirent leur respiration, détachant leurs corps lentement alors que cela fut plutôt désagréable pour le plus petit. Jongin le prit dans ses bras après s’être allongé sur le côté, face à Kyungsoo. L’humain se laissa faire, épuisé par toutes ces sensations. Les deux se sentaient comme sur un nuage, invincibles et insensibles au monde extérieur. Même s’ils étaient encore sales, qu’ils avaient soifs et que le gâteau était toujours sur la commode de l’entrée, les deux s’endormirent paisiblement, dans les bras de l’autre. Par une froide nuit de Janvier, aucun d’eux n’eut froid.


***


Le lendemain matin, Kyungsoo se réveilla avec la vision la plus parfaite au monde, celle d’un Jongin endormi, les cheveux en désordre et les lèvres formant une moue involontaire. Le plus petit ne put s’empêcher de venir chatouiller le nez de Jongin avec son doigt jusqu’à ce que ce dernier n’enfouisse son visage dans l’oreiller.

« Arrête ça… » poussa-t-il d’une voix endormie et étouffée.

Kyungsoo se mit à rire.

« Il est tard, c’est l’heure de se lever. »

Le plus petit n’eut pour unique réponse qu’un long silence. Jongin devait déjà s’être rendormis profondément. Kyungsoo sortis péniblement des draps, son corps légèrement engourdis à cause de la nuit précédente. Il soupira à la légère douleur qui s’apparentait à des courbatures quand il s’assit au bord du lit. D’un coup, sans prévenir, Jongin se releva, assis droit comme un piquet sur le lit.

« Attends, je vais t’aider. » dit-il en se levant pour venir du côté du lit où était Kyungsoo.

« T’inquiète, ça va aller— »

Le garçon-loup ne lui laissa pas le choix et le prit dans ses bras, à la manière d’une princesse. Kyungsoo tenta de s’échapper au début en protestant mais finit par rire de la situation, se laissant finalement faire. C’était agréable d’avoir quelqu’un pour prendre soin de lui.


Ainsi Jongin aida le plus petit et lui prépara un bain bien chaud pour le détendre. Pendant ce temps là, il retourna s’habiller, enfilant le premier bas de jogging qu’il trouva dans son sac. À son grand regret, Jongin ne pouvait plus emprunter les affaires trop grandes de Kyungsoo, car celles-ci avaient finies par ne plus lui aller. Il avait beaucoup grandi pendant cette dernière année, contrairement à Kyungsoo qui trouvait cela tout à fait injuste. Jongin était encore sale de la nuit dernière et n’aurait pas dit non à une douche mais à la place il partit vers la cuisine —qu’il avait aperçu en passant devant hier soir. Il alla chercher le gâteau d’anniversaire resté dans l’entrée et fit la moue en le voyant. Il l’emmena à la cuisine et le laissa de côté pendant qu’il cherchait dans tous les placards de quoi préparer le petit-déjeuner.


Quelques vingt minutes plus tard, Kyungsoo arriva dans la cuisine avec le sourire, sentant bon le gel douche et le shampoing, une odeur que Jongin aimait particulièrement. Quant au plus petit, il sentit l’odeur de bacon, de toasts et d’oeufs en train de griller.

« Petit-dej’ américain ? » s’étonna-t-il par rapport aux préférences plus sucrées de Jongin.

Ce dernier lui sourit et montra le gâteau d’anniversaire complètement fondu. Kyungsoo se pencha et regarda de plus près le dessert.

« Qu’est ce qu’il est arrivé à mon gâteau d’anniversaire ?! »

« La commode de l’entrée est à coté du radiateur, et c’est un gâteau à la crème… Mieux vaut le jeter, on va s’empoisonner. »


Une fois les deux à table avec un petit déjeuner continental devant eux, ils dévorèrent littéralement toute nourriture passant sous leurs yeux. À croire que la nuit dernière les avait légèrement affamé. Une fois ce copieux repas terminé, Jongin partit prendre une douche bien méritée pendant que Kyungsoo fit la vaisselle. Une fois que les deux eurent finis de se préparer, alors qu’ils étaient sur le départ pour aller à la N Seoul Tower, Jongin prit la parole.

« Tu sais Kyungsoo… Je pense que tes parents savent pour nous. C’est eux qui m’ont aidé pour venir ici… » dit-il précautionneusement.

En effet, c’était les parents du plus petit qui avaient suggéré que Jongin vienne pour leurs anniversaires. Et bien sûr ils avaient aidé quant au financement du voyage, cela devenant un des cadeau d’anniversaire de leur fils.


Kyungsoo redressa la tête à la remarque de Jongin.

« Évidemment qu’ils savent pour nous, je n’arrête pas de leur parler toi. Au bout d’un moment ils m’ont demandé cash si on sortait ensemble… alors j’ai répondu cash aussi. Tu sais, les préservatifs et le lubrifiant qu’il y avait dans ma table de nuit ? » s’enquit Kyungsoo à un Jongin bouche-bée. « Ma mère les a mis dans mon sac quand on est partit à Jeju cet été, je les ai découvert là bas dans ma valise. Et comme on s’en est pas servi… je les avais juste rangé là… »

« … »

« Dis quelque chose, Jongin. Tu deviens flippant à me fixer comme ça. »

« … »

Jongin ne trouvait rien à dire, il essayait toujours d’assimiler ce que le plus petit venait de lui balancer comme si de rien était.

« Yah! Kyungsoo! Pourquoi tu ne m’as rien dit ? » explosa-t-il.

Le plus petit se mit à rire, ce fut tout ce qu’il fallut à Jongin pour le ré-embrasser.




Quatre ans après le premier été,

Do Kyungsoo 22 ans, Kim Jongin 21 ans




Kyungsoo sortait de son cours. Il n’en pouvait plus. Il aimait la littérature mais son professeur était peut être la personne la plus ennuyeuse au monde. Ce dernier n’avait aucune énergie à revendre, rendant impossible un quelconque attrait du public. De plus Kyungsoo connaissait déjà ces auteurs, leur biographie et donc la portée de leurs oeuvres. Alors rester éveillé pendant ces deux dernières heures avait été une des choses les plus difficiles à faire.

« J’ai cru que j’allais mourrir. Pourquoi est-ce que ce vieux m’interroge tout le temps hein ?! » se plaignit un camarade de classe et ami de Kyungsoo.

Ces deux là se mirent à rire puis partirent dans une joyeuse discussion leur permettant de se changer les idées et de retrouver un peu d’énergie. Alors qu’ils s’approchaient de la gare, parlant des examens approchant bientôt, le portable de Kyungsoo se mit à vibrer dans sa poche. Il le sortit et vit le nom de Jongin s’y afficher.

« Pardon je dois répondre. » dit-il avec un grand sourire.

« Ton copain ? »

Kyungsoo se sentit presque rougir alors qu’un immense sourire se peignait sur son visage. Et l’ami comprit qu’il avait visé juste, s’éclipsant au plus vite avec un grand sourire pour Kyungsoo.


L’humain décrocha, la voix pleine de malice.

« Allô Jongin ? » s’exclama-t-il, heureux de recevoir un appel du loup.

Il y eut un court silence alors que Jongin semblait chercher ses mots. Kyungsoo pouvait entendre la respiration du plus grand, et finalement, sa voix s’éleva.

Le ton était morne, faible, presque grave. Kyungsoo ne put malgré lui empêcher une certaine inquiétude de naître.

« Yah…Jongin. Qu’est ce qu’il se passe ? Tu as l’air tellement… déprimé… » dit-il avec une fausse joie, sentant que quelque chose n’allait pas. Il le sentait, la sensation lui broyant le ventre et forçant la bile à presque remonté.

« C’est Nana, Soo… Elle est à l’hôpital… » dit doucement le plus grand, essayant d’atténuer la nouvelle même s’il savait cela impossible.


Le monde du plus petit sembla s’écrouler autour de lui. Il resta figé, comprenant la nouvelle, les mots, mais pas le sens. Kyungsoo étouffa un rire.

« Qu’est ce que tu raconte ? »

Jongin savait que Kyungsoo serait anéanti, mais pas au point de refuser la vérité, alors il répéta lentement.

« Elle est inconsciente… Je devais aller l’aider à réparer une étagère avant de manger avec elle ce soir, mais…quand je suis arrivé, personne n’a répondu, pourtant je sentais sa présence. Je l’ai trouvé comme ça, j’ai appelé les secours et— »

Jongin fut interrompu par le bruyant son des sanglots de Kyungsoo. Les larmes roulaient de ses joues alors que sa gorge était coupée, ne lui autorisant aucun mot. La douleur dans son coeur était assourdissante. Il entendait la voix de Jongin qui lui parlait, lui disant de ne pas pleurer, d’appeler ses parents et de venir au plus vite. Il entendait le plus grand essayer de l’apaiser mais cette peine n’était pas consolable. Kyungsoo avait trop mal, mais comme disait Jongin, pour l’instant elle était avec les médecins.


***


Après de trop longues heures de route, le père de Kyungsoo conduisant, lui et sa mère pleurant, ils arrivèrent enfin à l’hôpital où se trouvait Nana. Les médecins expliquèrent la situation. Pendant qu’ils le faisaient, Jongin avait prit la main de Kyungsoo mais s’était fait rejeter. Le plus grand connaissait déjà la vérité, celle dont le plus petit se doutait mais qu’il ignorait encore. Nana avait fait un grave accident vasculaire cérébrale. Un caillot de sang avait bouché un vaisseau sanguin dans son cerveau, stoppant alors l’irrigation de ce dernier, empêchant l’oxygène ou tout autre nutriment de venir l’alimenter. Nana était restée inconsciente trop longtemps, son cerveau ne pouvant donc récupérer, même avec l’aide des médecins. Le cerveau de sa grand-mère était mort, le coeur de la vieille femme battait, mais la malice s’était éteinte. L’âme de cette dernière avait rejoint l’amour de sa vie pendant que son corps pesait encore parmi les vivants. Nana était morte. Voilà ce que Kyungsoo comprit. Il ne put écouter les médecins qui expliquèrent que conformément aux souhaits de sa grand-mère, il n’y aurait aucun acharnement médical. Il fut incapable d’aller dire au revoir au corps de sa grand-mère qui serait pourtant débranché quelques instants plus tard.


Kyungsoo venait de perdre sa grand-mère, sa première amie, sa première confidente, sa première lectrice et un des être les plus chers de sa vie. Il ne reverrait jamais Nana.


***


Ce soir là, Kyungsoo se laissa faire, se sentant trop vide à l’intérieur pour refuser l’étreinte de Jongin. Ce dernier l’emmena chez lui, le père de Kyungsoo prenant sa mère dans la maison familiale désormais vide. Kyungsoo et sa mère étaient effondrés.


À l’hôpital, Kyungsoo avait tant pleuré qu’il s’était endormis d’épuisement dans le taxi du retour. Jongin le prit dans ses bras et l’emmena se coucher. Malgré toutes ses précautions, le mouvement réveilla Kyungsoo qui se remit aussitôt à pleurer, silencieusement cette fois. Jongin le pris dans ses bras lentement, voulant lui offrir une étreinte protectrice.

« Laisse-moi » fut la réponse qu’il obtint, accompagné d’un léger mouvement de coude pour se débarrasser du plus grand.

Jongin s’en alla, écoutant pendant plusieurs heures les pleurs et respirations torturées de Kyungsoo depuis le couloir au sol froid. Quand le silence sembla revenir, le jour se levait à peine. Jongin envoya un message au père de Kyungsoo pour lui dire que le plus petit venait juste de s’endormir. Le garçon-loup hésita longuement avant de pénétrer dans la chambre sombre. Kyungsoo avait les paupières fermées mais gonflées, preuve de sa peine. Jongin resta là à observer l’humain sans savoir que faire. Il s’était fait rejeter deux fois, le plus petit s’était isolé sans laisser Jongin l’aider. Ce dernier était perdu, ne sachant que faire. Kyungsoo ne voulait pas de lui.


***


Quand Kyungsoo se réveilla, il avait beau se sentir épuisé, il était enveloppé d’une douce chaleur. Ses yeux s’ouvrirent péniblement pour tomber nez à nez avec de la fourrure à la couleur chocolat. C’est alors que tous les souvenirs de la veille lui revinrent, la tristesse avec. Le plus petit s’emmitoufla un peu plus dans les poils du cou de la bête, y étouffant ses sanglots et ses pleurs alors qu’il les serrait sans force entre ses doigts faibles. Cela réveilla Jongin qui laissa le plus petit se vider de tous ses sentiments et de son énergie une fois de plus, restant près de lui, n’ayant rien d’autre à offrir que du réconfort et cette étreinte.


***


Les jours se succédèrent. Kyungsoo ne mangeait que parce que Jongin lui préparait des petits plats. Il ne se douchait que parce que Jongin lui disait de le faire. Et quand la nuit venait, il pleurait jusqu’à s’endormir avec la bête à ses côtés. Six longs jours à attendre l’enterrement de Nana. Le père de Kyungsoo s’était chargé de tout. Sa mère semblait se remettre, sa tristesse présente mais maitrisée. Néanmoins son mari laissa entendre à Jongin qu’elle aussi craquait souvent. C’était sa mère après tout. Pendant les obsèques, des larmes roulèrent en continue sur les joues du plus petit, alors Jongin lui tint la main tout le long.


***


Encore d’autres jours passèrent. Pendant ceux-ci Kyungsoo et sa mère trièrent les affaires de Nana. Jongin constatait un mieux concernant l’état de Kyungsoo. Il mangeait de lui même, peu certes, il vivait difficilement mais reprenait avec de gros efforts ses habitudes. Il ne rejeta plus Jongin, mais ce dernier continua à venir dormir avec lui en tant que loup. Depuis quatre ans ils en avait vécu des crises. Distance, proximité, jalousie, manque, études et travail… Mais c’était la première fois que Jongin avait du mal à rester humain en la présence de l’humain.


Puis vint le jour de la lecture du testament. Jongin et Kyungsoo s’étaient levés tôt et s’apprêtaient à partir, les parents du plus petits passant les chercher bientôt. Jongin était assis sur un tabouret en train de mettre ses chaussures. Kyungsoo le trouva loin, il sentait cette distance entre eux. Jongin lui avait tenu la main lors de l’enterrement mais c’était là le seul contact physique qu’ils avaient partagé depuis. Et pour cause, le plus petit se souvenait particulièrement bien d’avoir rejeter non pas une, mais deux fois le plus grand. Il l’avait blessé, il le savait. Sinon, Jongin ne viendrait pas comme un loup chaque nuit.


Kyungsoo s’avança vers le garçon-loup qui était toujours de dos et le prit dans ses bras, son torse contre le dos de Jongin. L’étreinte fut timide au début, mais le plus petit resserra ses bras.

« Je suis désolé… »

Jongin posa ses mains sur les siennes et secoua sa tête.

« Je ne savais pas ce que je faisais, j’étais triste et en colère… » dit Kyungsoo, la voix s’emplissant de sanglots, une habitude ces temps-ci.

« Je sais. » dit l’autre d’une voix apaisante.

« J’ai tellement besoin de toi, Jongin. »

Ainsi, pour la première fois depuis ce qui paraissait une éternité, ils se prirent dans les bras l’un de l’autre. Cela fit autant de bien à l’un qu’à l’autre.


***


« À ma fille, […].


À mon petit fils, comme tu auras pu l’entendre, j’ai légué ma maigre fortune à ta mère. […] Ce que je te lègue à toi, je te le transmet car j’ai confiance est toi.

Je te donne ma maison ainsi que tous mes titres de propriétés sur cette montagne. […] Pour que le problème des terres ne soit plus jamais posé, je souhaite que toi et ta mère utilisez l’argent que je vous lègue pour fermer toute la propriété, la transformant donc en propriété complètement privée. Je me suis déjà arrangée avec chaque voisin et leur ai revendu les terres sur lesquelles ils étaient installés. […]

Kyungsoo, je ne sais pas quand tu liras cette lettre mais j’espère que ce sera le plus tard possible. S’il te plait ne soit pas triste pour moi, j’ai enfin rejoint ton grand-père, l’amour de ma vie. Quant à toi, je pense que tu l’as trouvé aussi. Garde le précieusement.  »




Cinq ans après le premier été,

Do Kyungsoo 23 ans, Kim Jongin 22 ans




Kyungsoo aimait les endroits calmes, surtout à Séoul. C’est de cette manière qu’il avait trouvé ce café. L’endroit était grand mais s’apparentait presque à un labyrinthe de petits coins tranquilles. Chaque alcôve était entourée de livres jusqu’au plafond, possédait son lot de canapés et coussins ainsi qu’une table pour poser ordinateur et autres cahiers. Le café était dans une petite ruelle d’une rue parallèle à un boulevard dans un quartier pourtant animé de Séoul. Kyungsoo s’y sentait bien. Il était seul mais ne ressentait pas cette solitude. L’odeur du café fraichement moulu embaumait tout le café, la lumière tamisée apaisait ses yeux. Dehors, les nuages du début d’automne semblaient former une couche protectrice, et enfin sa tasse de thé latte au matcha lui tenait bien chaud en cette fin d’après-midi qui tournerait probablement à la pluie.


Si Kyungsoo était dans ce café, c’était pour écrire sa thèse de fin d’études. Il aurait en temps normal préféré le bureau de sa chambre, mais Jongin avait eu deux semaines de vacances. Il travaillait désormais dans un cabinet vétérinaire. Il semblait que sa double nature lui permettait de presque communiquer avec les animaux, les calmants, les rassurants plus facilement que n’importe qui. Il ne faisait que du secrétariat et s’occupait des animaux dans la limite du possible mais ce travail lui plaisait beaucoup. Toujours étant que pour ses congés, Jongin avait décidé de venir à la capitale puisque Kyungsoo avait cours. Ainsi même si le plus petit travaillait la journée, ils avaient toutes leurs soirées ensemble, ainsi que les weekend.


Il rédigeait son brouillon sur son ordinateur, continuant à chercher des informations sur son sujet. Il avait choisi « la frontière entre fantastique et merveilleux ». Il maitrisait déjà plutôt bien la question, avait déjà des dizaines d’ouvrages à citer mais voulait plus se pencher sur l’aspect psychologique du lecteur et de l’auteur. Il venait de trouver un article américain qui parlait du sujet quand il reçu un mail, la notification émettant un léger bruit et faisant irruption dans le coin de son écran. Le nom de l’envoyeur l’interpela alors Kyungsoo alla voir immédiatement.


Il lut le mail. Une première fois d’abord, sans en croire ses yeux. Il relut. Puis relut encore une autre fois, les yeux désormais scotché contre son écran.


Il y avait trois mois de cela, Kyungsoo avait participé à un concours d’écriture dans le genre fantastique. Le concours étant d’écrire un premier chapitre, construisant l’intrigue, introduisant les personnages et le contexte. Mais Kyungsoo avait perdu, il était arrivé en deuxième position.


«  Cher Monsieur Do Kyungsoo,


Mon nom est Lee Yeonseo, je suis éditrices aux éditions NewRomance. Il y a quelques mois de cela vous avez participé à un concours d’écriture. Bien que vous n’ayez pas gagné ce dernier, nous avons remarqué la qualité de votre écrit et souhaitions vous contacter pour un entretien.

Tout d’abord nous nous interrogions de savoir si vous aviez le manuscrit complet de My Wolf et si vous seriez intéressé pour un éventuel contrat chez nos éditions.

Je pense pouvoir reconnaître le talent quand je le vois, et j’avais voté pour vous à ce concours. Votre écrit était plus long, plus descriptif, mais vous avez su poser la situation avec précision, imposant une atmosphère aux lecteurs.


Merci de ma contacter au plus vite,

Lee Yeonseo  

»


Ce soir là, après avoir répondu au mail pour convenir d’un entretien, Kyungsoo retourna tout de suite auprès de Jongin. Kyungsoo ne le savait pas encore mais il allait signer le contrat qui ferait de lui un écrivain. Ce premier livre qu’il publierait après de nombreuses réécritures et corrections serait un succès, les deux suivant de la saga aussi. Quand à l’histoire, c’est celle que lui avait inspiré sa rencontre avec Jongin. Beaucoup d’éléments avaient été changé certes, mais la découverte d’un monde pas si fantastique était là, la romance de deux personnages était là. Ce contrat signait le début d’une carrière pour Kyungsoo.




Sept ans après le premier été, retour au présent

Do Kyungsoo 25 ans, Kim Jongin 24 ans




Le trajet était vite passé. Kyungsoo aurait pu conduire mais il ne voyait pas l’intérêt de se fatiguer à lui même prendre le volant quand le car pouvait l’emmener, lui laissant du temps pour se reposer, écrire ou simplement écouter de la musique. Il était à peine plus de vingt-trois heures quand le bus arriva à la gare, son point de chute. Il avait passé la journée en réunion aux éditions NewRomance pour finaliser la sortie de son nouveau livre. Il avait cette fois fait un tome unique traitant d’un monde merveilleux où les gens avaient des pouvoirs qui venaient des quatre éléments, eau, feu, air et terre. Son éditrice attendait beaucoup de ce roman, elle même ayant dévoré le manuscrit quand elle l’eut entre les mains.


Kyungsoo descendit du bus en dernier, prit son sac sans oublier de saluer le chauffeur et s’en alla à sa voiture. Cette dernière était garée sur le parking à côté de la petite place qui faisait face à la gare désormais déserte. L’humain marcha dans le silence, passant devant cette place aux allures lugubres. Il eut alors le sentiment d’être observé.


Là, dans la pénombre se terrait quelque chose. Alors Kyungsoo s’approcha et à mesure que sa vision perça l’obscurité, il vit Jongin qui le fit sursauter en sortant de cette noirceur. Jongin le loup, pas Jongin l’humain.

« Yah! » se plaignit lascivement Kyungsoo, « tu t’es pris pour Hachiko ou quoi ?! À m’attendre comme ça… »


Le loup vint se frotter à Kyungsoo qui ne put réprimer son sourire. Et l’humain craqua, frottant la tête, le cou et la nuque du loup, lui faisant plaisir. Kyungsoo posa son sac au sol et l’ouvrit pour en sortir son nouveau roman. À cette vision, la queue du loup frappa l’air de bonheur. Il était tellement fière de son humain.

« On rentre à la maison ? » demanda ce dernier en déverrouillant la voiture.

Les deux s’engouffrèrent dans l’habitacle, une douce musique planant alors que Jongin s’était déjà re-transformé, racontant sa journée, posant des questions à Kyungsoo, et lui donnant des nouvelles de Sehun, le petit « chiot » qu’ils avaient adopté.


Sehun avait été trouvé par l’un des vétérinaire du cabinet ou travaillait Jongin. Mais aussitôt que le garçon-loup eut vu le chiot, il avait sut que lui aussi était un change peau, il le sentait. Alors le soir, il avait ramené la petite boule de poile chez eux. Kyungsoo avait dit non au début, ne pouvant s’imaginer prendre le « bébé » de quelqu’un d’autre mais n’avait pu résister à l’adorable petit louveteau. Le plus petit avait dit oui à la condition de le rendre si les parents venaient le chercher. Mais quelques deux semaines plus tard, une femme avait été retrouvé morte, la cause étant probablement un accouchement. Kyungsoo et Jongin ne cherchèrent pas plus d’explications, et personne ne vint réclamer le louveteau. En attendant, Kyungsoo et Jongin aimait le petit être de tout leur coeur. Parfois, Sehun prenait forme humaine, mais c’était encore rare. Alors les deux adultes cachaient leurs trésor.


Kyungsoo conduit jusqu’à la maison, leur chez eux. Ils avaient fait faire un mur d’enceinte pour la propriété comme demander par Nana et habitaient sa maison. Ce qui était bien avec le métier d’écrivain, c’était que Kyungsoo pouvait le pratiquer depuis n’importe quel endroit, mais près de ses deux sources d’inspiration, c’était encore mieux.




*
*
*




Fin





* Alors alors ? Qu’avez vous pensé de ce chapitre ? de cette fin ?

non, le Kaisoo n’a pas couché ensemble aussi tôt qu’au premier été :o Et à propos de Nana….. ? Et Sehun ? (il n’était pas prévu et en rédigeant la fin, il est apparu dans ma tête et impossible de m’en défaire :/) J’ai hâte de savoir ce que vous en pensez !

Merci à tous d’avoir lu, plus gros merci encore à celles qui ont pris quelques minutes de leur temps pour commenter et mettre en favoris <3 je vous adore !!!!!