Chapitre 7

par kyusha





If you’re the Lucky One, you’ll meet the Monster


Chapitre 7






Kyungsoo ne put rien à dire à Jongin. La lettre n’était malheureusement pas assez pour connaître les détails de la situation. Mais ce dont Kyungsoo se doutait, c’était que si la forêt était prise pour qu’on y construise des immeubles et des maisons, alors cette dernière disparaîtrait. Les temples en ruines seraient remplacés par des barres d’immeubles, les racines des arbres deviendraient des tuyaux de plomberie, et les feuilles quant à elles se changeraient en antennes télés. Tout disparaîtrait, y compris la maison de Jongin et de Nana, ces montagnes. L’humain ne pouvait tout simplement pas lui en parler. Alors pendant les deux jours où Nana fut absente, le plus petit garda ses distances. La journée, il était à l’hôpital avec sa grand-mère, la gardant occuper et voyant son bon rétablissement. Le soir il rentrait tard et ne sortait pas avec Jongin. Le garçon-loup l’avait quand même rejoint et passait une partie de la nuit avec lui.


Pourtant le loup n’était pas dupe, quelque chose n’allait pas. Il pouvait le sentir au sens propre du terme. Mais il pouvait bien voir que le plus petit ne voulait pas en parler, alors le loup n’en fit rien. Tout ce dont il se contenta fut le peu de présence que lui accordait Kyungsoo. Mais sa grand-mère allait mieux, alors Jongin ne pouvait être qu’heureux pour lui. Avec la froideur de l’humain envers lui, Jongin n’osait pas non plus s’imposer auprès de lui. Souvent il attendait que ce dernier soit quasiment endormi pour aller le rejoindre. Dans la nuit, il se forçait à repartir et ne revenait qu’au matin pour prendre le petit déjeuner avec Kyungsoo.


Quand Nana revint enfin de l’hôpital, le garçon loup put sentir l’apaisement du plus petit. Il avait retrouvé la personne qui lui était chère et ils étaient à nouveau dans un endroit familier. Les deux amis ne se virent que quelques minutes en plus de quatre jours, Kyungsoo restant présent pour Nana. Pourtant les deux se manquaient, depuis leur rencontre, rares étaient les moments où il n’étaient pas ensemble. Alors le loup venait souvent voir son humain le matin, et ce dernier lui disait qu’aujourd’hui encore, il resterait auprès de la vieille femme. L’animal réclamait quelques caresses, que le garçon lui accordait. Son anxiété semblait s’apaiser dans ces moment là, mais au fil des pensées de Kyungsoo, une infinie tristesse revenait. Comment ferait Jongin sans forêt ? Alors la séance de caresse où la bête avait l’occasion de sentir le parfum si sucré de l’humain s’arrêtait et comme excuse, celle qu’il devait retourner auprès de Nana.


La vérité était que Kyungsoo voulait en parler à cette dernière. Il voulait savoir ce que voulait dire la lettre, ce qu’il allait arriver. Mais la peur que les mots ne rendent sa grand-mère faible encore une fois était trop présente. Alors il préférait prendre soin d’elle, profitant des quelques instants qu’ils passaient avec Jongin pour se ressourcer. Tout comme il l’avait toujours fait, il prenait ses repas avec elle, l’aidait à préparer, à ranger, et passait ses soirées avec elle. Lors des nuits fraiches, il préparait un feu et mangeaient quelques sucreries ensemble, lisant chacun leur livre du moment.


Nana ne pouvait plus aller en ville autant qu’elle voulait pour vendre les légumes et fruits de son potager. Mais à la place, une des voisines qui habitait dans la montagne passait les prendre chaque jour. Pour que Nana ne se fatigue pas trop, Kyungsoo restait avec elle dans le potager, enlevant les mauvaises herbes, arrosant les plantes, et cueillant tout ce que sa grand-mère jugeait mûr. Une routine avait presque commencer à s’installer comme cela.


Comme tous les jours vers dix-sept heures, la sonnette retentit dans la maison. Kyungsoo était dans les plantations de tomates alors que Nana était sur un transat avec un livre, discutant de temps à autres avec son petit-fils.

« Ça doit être Madame Byul ! » dit-elle en se levant.

Kyungsoo savait désormais ce qu’il lui restait à faire. Ils avaient préparé des barquettes remplies de ce qui devait être vendu, et il devait aidé la voisine à les mettre dans sa voiture. Il se leva, essuyant brièvement ses mains sur son short sale et ses genoux poussiéreux. Il alla prendre les cagettes et passa par le salon pour traverser la maison. Seulement ce ne fut pas Madame Byul qu’il eut le plaisir de voir. Au contraire, son sourire s’évanouit aussitôt qu’il vit les trois hommes en costumes dans l’entrée, face à sa grand-mère.


Un des hommes sembla remarquer sa présence. Il avait le visage d’une fouine, aussi ville et cruel que possible dans son petit costume de bureaucrate pourri.

« Ne serait-ce pas là votre petit-fils ? »

Nana se retourna avec une expression coupable et triste.

« Si, il l’est. Il passe les vacances d’été chez moi. »dit-elle d’un ton lasse.

Voir Nana mal à l’aise mit Kyungsoo en garde. Il posa les légumes au sol avant de s’avancer. L’homme s’avança lui aussi, passant presque le pas de porte. Il tendit une main devant le garçon avant que son horrible voix ne se fasse encore entendre :

« Bonjour mon garçon, je me présente, Monsieur Jung, maire du compté. »

Et ce fut à ce moment là que Kyungsoo vu rouge, il allait leur dire partir, de les laisser tranquilles, il allait pousser cet abrutis hors des territoires de sa grand-mère, mais à peine eut-il l’intention de ne faire qu’un pas que Nana détourna son attention, attrapant affectivement un de ces bras.

« Kyungsoo, tu irais faire un tour ? Hein ? »

L’adolescent serra sa mâchoire, ne comprenant pas pourquoi Nana acceptait ne serait-ce que de leur parler. C’était presque comme s’il se sentait trahi par cette dernière.


Il regarda une dernière fois les trois hommes, mauvais, puis se détourna et partit dans sa chambre en claquant la porte. Une fois dedans, le garçon aux cheveux noirs crut se mettre à suffoquer. Il avait besoin d’air. Jamais il n’avait été en colère comme ça. C’est alors qu’il attrapa un carnet et un stylo et qu’il partit en faisant aussi claquer sa porte fenêtre. Il s’en alla à travers la forêt et monta rapidement au travers de celle-ci, se dirigeant droit dans les champs de blés du voisin. D’ici, il avait une vue sur toute la vallée, là où il pouvait voir les voitures, les centres commerciaux, et toutes autres aberrations contre la nature. Kyungsoo avait mal tant il était en colère. Il y avait seulement quelques semaine, Nana lui disait à quel point elle aimait cet endroit et aujourd’hui elle comptait le vendre ? C’était à n’y rien comprendre. C’était injuste.


Pour se détendre, Kyungsoo voulut écrire. Il commença. Il décrivait à quel point personne ne se souciait plus de la nature, à quel point les gens ne se rendaient pas compte qu’en la détruisant, ils causeraient leur perte. Et au fil de ses mots, l’encre devint de plus en plus clair jusqu’à ce que le stylo n’écrive plus. L’adolescent fit un premier gribouillis dans le coin de sa page mais la trace resta invisible. C’était frustrant. C’était rageant. Kyungsoo n’en pouvait plus. Et alors qu’il se croyait seul, il jeta d’abord le stylo au loin, le plus loin possible, ne voulant jamais revoir sa tête. Le carnet rejoignit très vite son acolyte en contre bas du champs. Et malgré ça, il ne se sentait pas détendu le moins du monde.


C’est alors qu’une énorme forme marron chocolat le fit sursauter. L’animal était arriver derrière lui, à toute vitesse et ne s’était pas arrêter à sa hauteur, non, Jongin était parti récupérer ses affaires en contrebas et les lui ramena. De sa gueule il les déposa juste devant les jambes en tailleur de Kyungsoo. Ce dernier les attrapa vivement et les relança plus loin encore que la première fois.

« J’en veux pas ! »

Et aussitôt, la bête se lança à leur poursuite. Il les attrapa une nouvelle fois et les redonna à son humain. Le plus petit parut septique. Les yeux ronds et attentifs de Jongin l’étonnèrent. N’avait-il pas saisi la situation ?! De plus l’animal remuait la queue comme si c’était un jeu, alors qu’en fait ce geste transmettait l’inquiétude de l’animal. Alors tout doucement, le garçon vint ramasser ses affaires une fois de plus et les relança, moins loin, avec moins de colère, et il ne put s’empêcher un léger éclat de rire en voyant Jongin détalé après le jouet improvisé.


Jongin avait pu sentir que quelque chose n’allait pas quand il avait aperçu Kyungsoo. Mais il connaissait bien son ami, celui-ci ne dirait rien de ce qui n’allait pas, du moins pas tant que sa colère serait toujours présente. Il n’y avait pas vraiment réfléchis quand il avait foncé après les affaires de Kyungsoo. Mais il savait à quel point elles étaient précieuses pour le plus petit. Et au final, il se dit que jouer ne ferait de mal à personne, même si c’était idiot, avec un peu de chance, ça le divertirait. Quand il vit que Kyungsoo se clamait enfin; Jongin laissa tomber le carnet et le stylo une fois de plus mais il ne laissa pas l’humain les récupérer. Au lieu de cela, quand Kyungsoo allait les reprendre, il mit sa tête sous la main du garçon.


Kyungsoo eut un sourire en sentant le doux pelage du loup sous sa paume. L’autre n’était peut être pas si idiot, après tout il venait de l’aider. Le plus petit se sentait mieux. Avec ses deux mains, il attrapa la tête de la bête, lui caressant à la fois entre les oreilles et dans le cou, frottant faussement négligemment dans tous les sens. L’animal se rapprocha et vint à moitié s’étaler sur lui. Alors l’adolescent se mit à rire légèrement et commença à agiter brusquement ses mains dans les poils du flanc et du ventre de l’animal. Il rit vraiment quand Jongin laissa sa langue pendre pour respirer, comme un chien content.

« Ça va toi ? Tu t’embête pas trop !? » rit-il doucement.

Jongin ne fut jamais aussi content de voir le sourire de Kyungsoo, parce que c’est lui qui l’avait ramené.


La bête fut si contente d’elle qu’elle se mit à rouler sur le sol, se frottant ensuite le dos contre le sol, se dandinant. Kyungsoo rit un peu plus.

« Tu ressemble vraiment plus à un chien qu’à un loup ! »

Jongin couina en se relevant, plein de blé dans son pelage. Puis l’humain se releva, frottant mains et fesses pour en retirer d’éventuels herbes. Aussitôt il vit le loup, les pattes avants étendu sur le sol, mais l’arrière train toujours loin du sol, sa queue s’agitant vivement derrière lui, comme s’il voulait jouer. Kyungsoo sourit, une idée lui venant en tête, et dès que celle-ci était apparu dans son esprit, il l’exécuta sans même y penser. Il donna une pichenette sur le museau de l’animal et partit en courant dans la champ de blé. Une seule phrase résonna aux oreilles de Jongin après qu’il ait vu le plus petit s’en aller :

« C’est toi le chat ! »




*
*
*




Le blé était haut, en friche. Il montait facilement au delà de deux mètres et permettait à Kyungsoo de rester invisible aux yeux de Jongin. Mais ceci était sans compter l’odorat et l’ouïe sur-développés de l’animal. Kyungsoo courait et ne pouvait s’empêcher de rire en même temps. Il savait que le loup lui laissait de l’avance. Quand il pensa en avoir suffisamment, l’adolescent s’arrêta, immobile, silencieux. Il n’y avait plus un bruit autour de lui, la montagne ne les laissant que dans le silence le plus total. Est ce que Jongin avait arrêté de le poursuivre? Kyungsoo attendit quelques secondes, puis d’autres. Mais rien. Alors il dû se faire une raison, le loup ne viendrait pas. Il s’apprêtait à bouger, toujours intriguer que Jongin ne soit pas venu à sa suite, quand un énorme poids le fit tomber à la renverse.


Le plus petit se retrouva sur le dos, cerner par une immense silhouette imposante aux poils couleur chocolat. Il ne put s’en empêcher et éclata de rire. L’animal était sur ses quatre pattes au dessus de l’humain.

« C’est totalement injuste avec tes super pouvoirs… » se plaint Kyungsoo alors que son fou rire reprenait de plus belle.

Intérieurement, Jongin riait aussi, il était si heureux. Parce que le plus petit l’était aussi. Son odeur était si sucrée que Jongin aurait pu en saliver. Pour partager sa bonne humeur, le loup commença à frotter tête et museau au creux du cou fin du garçon aux cheveux noirs corbeau. Il sentait si bon que s’en était un régal, trop alléchant pour y résister.


C’est alors que Kyungsoo prit conscience de la position dans laquelle il était avec son ami. Jongin avait bau être dans sa forme de loup, il n’en restait pas moins humain, ce qu’il avait la fâcheuse tendance d’oublier dans ces moments là. L’animal était au dessus de lui, le surplombant de tout son corps large, et pour ne rien arranger, le loup frottait sa tête dans son cou. Son rire s’évanouit doucement pour ne laisser qu’un sourire. Ses mains vinrent se perdre dans la nuque de Jongin et il en profita pour se redresser un peu, les sortant de cette position. Jongin se reprit et observa le plus petit. Lentement, ce dernier sembla repartir dans ses pensées, son visage s’assombrissant à nouveau quelque peu. Kyungsoo se demandait comment Jongin ferait si la forêt disparaissait, il était si heureux ici, si libre…

« Il y a des gens qui veulent utiliser la forêt… Il veulent construire des immeubles, des maisons, étendre la ville… Et même si les terres sont à ma grand-mère, ils ont trouvé un moyen de contourner ça. Je ne sais pas comment ça va tourner, je suis désolé Jongin… » dit le garçon d’une voix posée et calme mais emplie de regret et d’inquiétude.


L’animal ne bougea pas pendant de longues secondes puis vint juste s’allonger plus près de Kyungsoo, son devenir l’inquiétant soudain aussi. Il se rapprocha de Kyungsoo, enfouissant sa tête dans le cou du plus petit, là où une délicieuse odeur sucrée pouvait l’apaiser. Il sentit l’humain passé ses mains plus lentement dans son pelage. Il pouvait sentir toute la tristesse et l’inquiétude de l’autre, ses remords pour Jongin, et le désarroi face à sa grand mère. Les deux restèrent un long moment sans rien dire, sans rien faire, seulement à rester aux côté de l’autre recouverts par les hautes herbes du champs de blé.


Quand la fin d’après midi approcha, Kyungsoo se releva doucement. Jongin avait les yeux presque fermés, signe qu’il aurait bien continuer leur petit moment en une agréable sieste. Cela fit sourire le plus petit qui parla doucement.

« Je vais y aller. Ça fait un moment que je suis parti, je ne veux pas qu’elle s’inquiète…ou que quoi que ce soit n’arrive… »

Le loup se releva lui aussi, étirant toute partie de son corps qui était étirable.

« Tu peux rester là si tu veux. »

Mais le loup commença à marcher en direction de la maison de Kyungsoo. Il était attendrissant de voir que l’animal, en faisant comme si de rien était, le raccompagnait chez lui. Pourtant il n’y avait aucun danger. Mais le réconfort offert par sa présence était suffisant à lui seul.




*
*
*




Quand il arriva chez lui, Kyungsoo constata que les « invités » de Nana étaient partis. Il appela cette dernière, et c’est en commençant à entendre la hotte venant de la cuisine qu’il s’y dirigea. Il y trouva sa grand-mère qui s’affairait à lui faire de bons petits plats. Il fut attendri par la vision. Nana préparait ce qui devait être un gâteau au chocolat, elle remuait la mixture dans un des saladier, mais les forces semblaient lui manquer alors qu’elle changeait de bras souvent, la pâte étant bien épaisse à cet instant de la recette. L’adolescent eut un sourire et s’avança, parlant mollement.

« Yah, Nana, c’est pas comme ça que tu élimineras les grumeaux… »

Cette dernière se retourna aussitôt, contente et soulagée de voir son petit-fils. Puis son visage se transforma.

« Je voudrais bien t’y voir ! Vas-y essaye, il ne faut plus aucun grumeaux avant d’ajouter le chocolat fondu. » dit-elle avec un faux air vexé alors qu’elle ne pouvait cacher ce petit sourire en coin.

Kyungsoo, tout en souriant à la malice coutumière de sa grand-mère, s’avança et pris la spatule pour commencer à touiller.


Il s’arrêta net.

« Nana ! T’as essayé de faire du ciment ou quoi ? »

La mixture était si épaisse que cela paraissait impossible.

« C’est une nouvelle recette… » dit Nana. « Allez, au travail ! Sinon il n’aura pas le temps de cuire pour le dessert. »

Kyungsoo rit et s’y remit avec toutes ces forces. Bon sang que c‘était épuisant… Néanmoins après plus de dix bonnes minutes d’effort, la pâte devint plus homogène et les grumeaux disparurent.


Nana s’approcha et regarda le contenu du saladier. Elle inspecta cela sous toutes les coutures avant de laisser apparaitre un visage satisfait.

« Bien, je te laisse continuer avec le chocolat, je m’occupe du plat principal. »

Et tranquillement, les deux continuèrent à cuisiner, restant la bonne équipe qu’ils étaient. Kyungsoo aurait dû en vouloir à Nana pour avoir discuter avec ces hommes de leur projet, mais il n’y arrivait pas. Il voulait juste prendre soin d’elle. Il l’aimait, peu importe ce qu’elle ferait, mais ce qui était sûr, c’est que le moment venu, il tenterait de la résonner si telle était sa décision.




*
*
*