Chapitre 6

par kyusha


Hello !!

Alors voici le chapitre enfin complet :)

Il n’est pas totalement relu alors s’il vous plait, excuser les fautes (en espérant qu’il n’y en ai pas d’énormes!!!)

Je voulais tout de même le poster pour remercier celles qui m’ont remonté le moral et m’ont laissé de super gentils commentaire !!! Merci infiniment et bonne lecture à toutes ;)









If you’re the Lucky One, you’ll meet the Monster


Chapitre 6






Kyungsoo avait passé la journée avec Jongin. Ils étaient allé encore plus loin dans les montagnes pour voir les restes d’un sanctuaire à Renards. Les murs et portes ne portaient que les traces délacées et passées de la peinture orange. La statut du renard en elle même était tant recouverte par le lierre que l’on ne discernait que le museau et une patte. Ce fut une bonne journée mais fatigante, ils avaient probablement marché plus de quinze kilomètres au total. Mais la beauté du site en avait largement valu la peine. Le jeune humain était rentré tout transpirant chez sa grand-mère, et cette dernière lui avait dit qu’il avait le temps de se prendre une bonne douche avant de passer à table. L’adolescent ne s’était pas fait prier et était partit délier tous les muscles torturés pendant la journée sous un jet d’eau bien chaude. Sous la douche, il rit encore en repensant à Jongin se prenant une branche dans la tête. Il était en effet moins habile en tant qu’humain, mais voir le garçon-loup faire la moue et bouder était très drôle. Ils avaient encore passé une incroyable journée.


Kyungsoo séchait ses cheveux avec une serviette, ayant enfilé son pyjama la peau encore humide. La glace était encore recouverte de buée quand il passa la paume de sa main dessus, faisant disparaitre l’humidité. Ses cheveux tombaient sur son front, ses yeux étaient grands ouverts, malgré toutes ces sorties la peau de l’adolescent n’avait pas bronzée. Kyungsoo se regarda un instant, étudiant ses traits un instant, regardant la carrure de son corps puis soupira grandement de découragement quand à son image. Un bruit étrange se fit entendre en direction de la grande pièce, comme un fracas entrainant un lourd objet dans la chute. Ses sourcils se froncèrent de plus en plus au silence qui fit suite au bruit. Les yeux dans les yeux avec son reflet, et la serviette toujours autour de son cou il appela :

« Nana ? »dit-il assez fort pour être entendu de l’autre côté de la porte.

Mais rien.


Quand la réponse n’arriva toujours pas, l’adolescent ouvrit la porte de la salle de bain, soudainement étrangement inquiet. Il rappela mais toujours rien d’autre que le silence ne lui fut renvoyé. Il se mit alors à penser au pire et une peur incontrôlable s’installa dans son estomac. Il se dirigea vite vers la pièce à vivre, appelant le nom de sa grand-mère une nouvelle fois. La réponse qu’il eut fut celle du corps immobile de la femme près de la table à manger, étendu sur le sol.

« Nana !! » courut-il vers elle.

Kyungsoo sentit son coeur faire écho dans ses tempes alors qu’il tentait de garder la tête froide. Il s’agenouilla à ses côtés et plaça tout de suite deux doigts sur la jugulaire de cette dernière.


Sa main tremblait mais il agissait sans réfléchir. Les petits battements faibles et réguliers résonnèrent dans la pointe de ses doigts et ce ne fut qu’un infime soulagement, parce qu’aussitôt, il mit sa grand-mère sur le côtés et courut chercher le téléphone. Il pensait que jamais il ne se souviendrait des cours de secourisme qu’il avait eu au lycée. À peine le service avait-il répondu que Kyungsoo leur transmit les informations qu’ils demandaient. Il sentait de la sueur perler sur son front, sa voix tremblotait sans qu’il ne puisse l’empêcher et il avait l’horrible impression que toute la situation se déroulait devant lui sans qu’il ne puisse rien y faire. Tout ce qu’il restait était cette peur, ce malaise au creux de son ventre.


La caserne des pompiers la plus proche était excentrée de la ville pour leur permettre d’éteindre les feux de forêt plus rapidement. Et c’est grâce à ce détail que les pompiers arrivèrent chez Nana en à peine plus de dix minutes. Ça avait été les minutes les plus longues de toute sa vie, pensa-t-il alors qu’il restait aux côtés du corps inerte d’une personne si chère à son coeur. Plus long encore que quand il s’était retrouvé face au loup noir dans la forêt. Il avait attendu, les yeux rivées sur les inspirations qui soulevaient la poitrine de sa grand-mère.


Puis enfin, il n’était plus seul, et Nana était entre de bonnes mains. L’adolescent était monté dans le camion des pompiers. Son coeur ne pouvait s’empêcher de se serrer d’inquiétude à la vision de sa grand-mère, un masque à oxygen sur le visage, le teint livide et plusieurs inconnus s’affairant autour d’elle. C’était un enfer. Tout avait été parfait cet été, mais à cet instant, Kyungsoo se demanda comment les choses avaient pu changer comme cela. Que ferait-il sans Nana ? Avec qui parlerait-il aussi librement ? À qui pourrait-il se confier ? Et les larmes de Kyungsoo roulèrent enfin sur ses joues, sans pour autant qu’un sanglot ne soit entendu.


Pendant le trajet, on lui avait dit que Nana irait bien. Arrivée à l’hôpital, son état était apparement stabilisé. Et dans la salle d’attente, plus aucune nouvelle. Le garçon aux cheveux aussi noirs que les plumes d’un corbeau s’était désormais calmé. Il attendait juste, patiemment. Il avait appelé sa mère, qui avait parue chamboulée de la nouvelle et avait promis de la tenir informée. Et alors que les minutes continuaient de défilées, il se mit à penser à Jongin. Il avait dit au loup qu’il le rejoindrait vers vingt-trois heures ce soir. Jongin avait dit qu’il lui montrerait les étoiles. Kyungsoo aurait tellement aimé que l’autre soit là avec lui pour le soutenir. Il ne s’était peut être jamais senti aussi seul.





*
*
*





Il était maintenant plus de trois heures du matin. Kyungsoo était toujours éveillé dans la salle froide. Un écran diffusait les informations en continue mais sans le son, il y avait des machines à café, des distributeurs d’eau, des journaux…mais le blanc des murs ne pouvait se faire oublier si facilement.

« Do Kyungsoo ? » dit doucement un médecin.

L’appelé releva immédiatement la tête.

« Oui ? »

« Votre grand-mère va bien, elle s’est réveillée et ne présente pour l’instant aucune séquelle. Elle a fait semble-t-il un grave malaise cardiaque dû au stresse mais par chance le coeur ne s’est pas arrêté. » Kyungsoo écouta les termes plus techniques et autres détails, mais ce qu’il retenait, c’est qu’elle allait bien. « Vous pouvez la voir mais très rapidement, elle a besoin de repos. Aussi nous la garderons en observation pendant probablement un ou deux jours. »

Sur ces mots, c’est une infirmière qui conduit Kyungsoo jusqu’à la chambre de la patiente.


Il toqua doucement avant de faire coulisser la porte. Une seule faible lumière illuminait la chambre et ainsi, les yeux de Kyungsoo n’eurent pas à chercher la vieille femme.

« Kyungsoo.. » commença cette dernière d’une voix fatiguée.

Même si le médecin lui avait dit qu’elle allait bien, le fait de la voir enfin après toutes ces heures et de la voir éveillée était plus que délivrant pour Kyungsoo. Nana allait bien et malgré l’inquiétude persistante, un énorme poids venait de le libéré.

« Coucou Nana… » chuchota ce dernier, s’avançant jusqu’au lit après avoir fermé la porte.

Il prit la main chaude et rassurante de sa grand-mère.

« Comment tu te sens ? »

« Ça va. Pardon mon petit Kyungsoo, je t’ai inquiété… »

Il lui sourit en secouant la tête de droite à gauche.

« Repose toi, Nana. »

« Kyungsoo, rentre à la maison d’accord. Tu n’as pas dormis… »

« Non, je- »

« Je suis entre de bonnes mains ici. Va te reposer, reviens demain après-midi, d’accord ? »

« Mais Nana- »

« Tu oses me répondre alors que je suis malade ?! Sale gosse va… » dit-elle la voix fatiguée malgré son regard emplit de sa malice habituelle.

Kyungsoo ne put alors pas argumenter.

« Ok, tu gagnes. C’est bien parce que c’est toi. Mais je reviens demain à la première heure de visite » prévint-il avec un petit sourire lui aussi, sa voix douce et calme.

« On verra, repose toi d’abord. »

Après un hochement de tête, le plus jeune se leva sans faire de bruit, venant déposer un baiser sur le front de cette femme qui était comme une deuxième mère et lui redit au revoir. À peine eut-il tourner le dos que Nana avait déjà fermé les yeux, épuisée. Alors Kyungsoo sortit en prenant soin de ne pas faire claquée la porte.




*
*
*





Après trois bons quarts d’heures de taxi, Kyungsoo arriva enfin à destination. Il paya puis rentra, la porte d’entrée même pas fermée à clé. Il la laissa claquer sur son passage, tout ça pour retrouver le silence, seul dans la maison vide. Il repassa devant la table à manger, le souvenir de Nana sur le sol et se dirigea directement vers sa chambre, épuisé par cette nuit tourmentée. Le ciel commençait déjà à s’éclaircir à l’extérieur, le soleil n’étant plus très loin de percer à l’horizon. Ses affaires de la journée étaient toujours sur le sol, en désordre, mais il ne s’en soucia pas, allant fermer les rideau qu’il n’utilisait pourtant jamais. Il laissa la fatigue le porter jusqu’à son lit, la tête à la fois pleine et vide à la fois. Il se laissa tomber assis sur les draps, un mal de tête le prenant soudain, puis s’allongea, à peine conscient de ce qu’il se passait autour de lui. L’adolescent avait atteint ses limites de fatigue et d’inquiétude.


Alors qu’il était allongé sur son lit, ses paupières closes le plongeant dans le noir, tout valsa autour de lui, sa tête lui tournant. Kyungsoo eu l’impression qu’il allait tomber dans de sombres abysses quand il sentit le matelas s’affaisser près de lui, attirant son corps vers un souffle chaud qui caressa son visage. Il ouvrit difficilement un oeil, l’autre encore contre l’oreiller, et vu un museau, une rivière de poils couleur chocolat, deux oreilles dressées derrières deux grands yeux marrons brillants et doux. Et enfin, il se sentit mieux. La personne qu’il voulait à ses côtés était venue. Il se décala un peu, l’action lui demandant un grand effort. Ses yeux se refermèrent automatiquement, l’épuisement étant trop important pour le jeune homme. Malgré cela, il restait bien conscient, le matelas se creusant encore plus tout près de lui, puis quelques secondes plus tard, une agréable chaleur l’envahi. Le loup avait dû s’allonger à côté, l’adolescent sentit le pelage venir contre lui et referma inconsciemment un bras autour alors que la bête qui lui donnait de gentils coups de tête affectifs. Kyungsoo le serra dans ses bras, chérissant la présence de son ami. Et comme ça, il sombra.





*
*
*




 Jongin était arrivé juste après vingt-trois heures à leurs points de rendez-vous dans la forêt. Après la journée qu’ils avaient passé, il s’était dit qu’une activité plus calme et plus près ne serait pas une mauvaise idée. Il avait couru le plus vite possible sur ses jambes d’humain, ayant fait un effort de présentation. Les vêtements n’étaient exceptionnellement pas déchirés, le garçon-loup était fière. Il avait même pensé à prendre une vieille nappe avec lui pour que les deux puissent s’étendre dessus. Heureusement, Kyungsoo n’était pas encore arrivé, et il n’y avait aucune trace de son odeur, signe qu’il n’était pas non plus repartit. Alors Jongin en profita pour reprendre son souffle, remettre ses cheveux correctement et défroisser ses vêtements. Seulement les minutes passèrent, puis d’autres, et il dû abandonner l’espoir de voir l’autre arrivé après une heure passé à attendre près du rocher.


Néanmoins, ce n’était pas normal. Le garçon-loup savait que jamais l’humain ne le laisserait tomber sans même une raison ou explication. Il n’avait pas pu oublier non plus… Alors Jongin changea, laissant la bête prendre forme et courut jusque chez Kyungsoo. Aucune trace de vie, la maison semblait vide. Pourtant dans l’air, il y avait une odeur d’anxiété, de peur. Cette dernière venait d’ailleurs gâcher les délicieuses effluves sucrée de la personne qu’il connaissait bien. Le plus petit avait eu des problèmes, Jongin en était désormais sûr. Le loup s’éloigna à nouveau de la maison, rejoignant la lisière de la forêt. Là, il serait caché. Et il attendit, tournant parfois sur lui même, courant après un lapin pour l’effrayer, s’endormant presque. Mais enfin, du bruit. L’odeur était bien celle de Kyungsoo, il était seul, alors le loup s’approcha timidement de la maison, observa un peu plus.


Quand il passa son museau par la fenêtre, ce qu’il vu en premier fut le visage épuisé du plus petit. Mais les nuances sucrées qui l’entouraient habituellement n’étaient pas là, à la place il n’y avait que cette tristesse et une certaine inquiétude qui flottait dans l’air. L’adolescent avait l’air si seul. Alors Jongin s’avança à pas de loup, il se demanda si l’humain dormait déjà. Mais un oeil fut soulever puis ce dernier se décala, lui laissant clairement assez de place, comme une invitation à le rejoindre. Kyungsoo sembla s’abandonner à lui, plaçant toute sa confiance en la bête, et même un bras sur son flanc. Jongin eut alors l’étrange impression que l’autre avait besoin de se sentir épauler, rassurer, et naturellement il commença à frotter sa tête contre celle de l’adolescent alors que l’emprise de l’humain se serrait délicatement autour de son corps, comme ne voulant faire plus qu’un. Et doucement, l’humain s’était relaxé jusqu’à s’endormir.


Quand Jongin fut absolument sûr que Kyungsoo dormait profondément, il se re-transforma dans sa forme humaine. Avec sa main, il vint caresser la chevelure noir du plus petit. Par respect pour lui, Jongin le couvrit avec la couverture. Et il regarda le bel humain dormir de plus en plus paisiblement. L’odeur n’était plus teintée de tous ces mauvais sentiments, non, elle avait retrouvée cette douceur qui s’apparentait à du miel pour le garçon-loup. Une fois apaisé lui aussi, s’endormant presque à force de dessiner des arabesques sur le bras de Kyungsoo, la bête, n’oublia pas de se remettre dans la peau du loup qu’il était. Il se remit bien contre le plus petit, son museau au creux du cou de l’autre. Et ainsi le garçon et la bête s’endormir enchevêtrés l’un avec l’autre.





*
*
*





Ces journées où il se levait tard et qui lui laissaient la sensation que sa journée à peine commencée, était déjà en train de se finir, étaient les pires pour Kyungsoo. Pourtant il n’était que treize heures quand il s’était réveillé avec une peluche grandeur nature dans ces bras. Jongin lui tenait trop chaud, il prenait beaucoup de place dans le lit, et sa respiration était lourde, mais il était doux, réconfortant et apaisant. Kyungsoo avait prit son temps pour reprendre ses esprits, profitant de qui il avait à ses côtés pour se réveiller. Il se leva doucement, décollant son corps de celui du loup. À sa grande surprise, l’animal s’éveilla aussitôt, relevant la tête d’un geste automatique alors que son esprit devait encore se trouver dans un épais brouillard. Les grands yeux marrons de Jongin se posèrent presque immédiatement sur l’humain.

« …Hello… »

Le loup s’aida d’une seule patte pour s’avancer un peu et venir poser sa tête sur la cuisse de Kyungsoo, désormais en position assise sur le lit. Même s’il n’était pas doté de la parole, les yeux de la bête pouvaient tout autant communiquer.

« Pardon pour hier, » commença le plus petit, une main se posant déjà dans la fourrure de Jongin. « Je n’ai pas pu venir… Nana a fait un malaise. »

Immédiatement le loup releva la tête, interrogativement.

« Elle va bien… Elle sortira de l’hôpital aujourd’hui ou demain normalement. S’il n’y a pas de complication. »

Le loup pu voir la tristesse et l’inquiétude de l’humain se peindre sur son visage. Il aurait voulu avoir le pouvoir d’arranger les choses mais se sentait impuissant face à la situation. Il recoucha simplement sa tête, le geste transmettant sa compassion pour le plus petit. Kyungsoo retrouva le sourire. Mais Jongin n’était pas dupe de ce que cachait la fausse expression de visage.


Kyungsoo inspira et se leva d’un coup, faisant sursauter le loup. Il se dirigea vers son armoire pour prendre des affaires.

« Tu restes manger avec moi ce midi ? »

L’humain n’avait pas faim mais il avait besoin d’une motivation pour se forcer à ingurgiter quoi que soit. Il n’avait aucunement l’envie d’inquiéter Nana. Et Jongin semblait la motivation parfait pour rendre la tache réalisable. Il se retourna, voyant le loup encore couché dans les couvertures, ce dernier cligna une fois des paupières, signifiant sa réponse positive à Kyungsoo.


L’animal se leva, le corps engourdi de son précédent sommeil. Il s’étira sur le lit, mettant ses deux pattes bien en avant et tout son corps en arrière, ne gardant que l’arrière train de relever, même ses oreilles s’aplatirent pendant l’effort. Puis il descendit doucement, observant Kyungsoo farfouiller dans le fond de son armoire. Il s’assit dans un coin de la pièce, regardant d’un oeil semi coupable tous les poils sur et dans les draps. C’est alors qu’il reçut un objet non identifié sur la tête. Et la seconde chose qui interpela l’animal fut le petit rire cristallin, timide mais vrai, de Kyungsoo. Le loup baissa immédiatement la tête pour que l’objet en tombe. Un caleçon… Kyungsoo venait de lui lancer un de ses caleçon en plein visage… Le loup regarda le vêtement et releva la tête vers l’humain, l’inclinant sur le côté d’un air interrogateur.


Kyungsoo n’en pouvait plus. L’animal était bien trop adorable pour son propre bien. Sa tête penchée comme un chiot et le petit couinement de plainte ou d’interrogation forcèrent même un rire à s’échapper de sa bouche, malgré sa profonde tristesse. Il se calma sans pouvoir faire disparaitre son sourire.

« C’est trop grand pour moi et j’ai pas de pâté pour chien alors change toi. Je vais nous préparé à manger. »

Kyungsoo retourna fouiller dans le placard et en extirpa un de ses grands teeshirt. Il le jeta au pied du loup qui lui, le récupéra avec sa gueule avant de s’en aller dans la salle de bain.


Le plus petit commença par aller au téléphone, il n’y avait ni appels manqués, ni messages, et donc aucun signe que l’état de Nana ait changé. Il se dirigea ensuite vers la cuisine, passant une fois de plus devant le désordre des affaires et divers objets tombés au sol, près de la grande table à manger. Kyungsoo prit sur lui et alla ramasser. Sa grand mère avait dû coudre puisque du fil et un dé étaient sortis. Il y avait aussi des feuilles pliées de manière égales en trois partie, des enveloppes déchirées. Il prit le tout et laissa tout tomber sur la table à manger. Néanmoins un détail attira son attention. Et à mesure qu’il découvrit plus à ce sujet, Kyungsoo sentit une colère insoutenable s’emparer de lui. Il prit cette lettre dans ses mains, lisant encore. Et alors il n’y eut plus un doute. Ce qui avait causé l’état dans lequel Nana était, c’était cela.



« Madame,


Nous vous informons par la présente que votre terrain de 24,6

hectares sera céder au bien commun dans un délais de dix mois.

Selon la loi de l’inoccupation des terres, nous avons décidé

de réquisitionner vos terres dans le but de construire de nouvelles

habitations.

Nous vous contacterons dans les meilleurs délais pour signer les

papiers de transaction.


Votre maire dévoué vous transmet ses amitiés les plus sincères.


Service de mairie du compté. »









________________________________________________________________

Alors Alors ??

qu’avez vous pensé de ce chapitre !?

voilà donc l’histoire de fond qui se précise :)

j’ai hâte d’avoir vos commentaires et retours sur tout ça !!!!

À bientôt !!!!