Chapitre 4

par kyusha





If you’re the Lucky One, you’ll meet the Monster


Chapitre 4






Au petit matin, quand Kyungsoo s’était réveillé, sa fenêtre était toujours ouverte, sa lampe de chevet toujours allumée, et son livre était désormais froissé sous son corps. Mais il n’y avait aucun signe du passage du garçon-loup. Kyungsoo ne pouvait s’empêcher d’être quelque peu déçu, néanmoins, il gardait bon espoir. Peut être que l’autre étai encore faible à cause de sa blessure ou qu’il avait peur d’approcher Kyungsoo, peut être même qu’il ne voulait simplement que personne n’apprenne son secret. Ce jour là fut le deuxième jour de pluie. Les gouttes d’eau n’arrêtèrent pas de tomber ne serait-ce que pour une seconde. L’air était des plus étouffant, et Kyungsoo n’avait qu’une envie, celle de sortir et de chercher le loup une fois encore, mais la météo l’en empêchait.


Le lendemain, le beau temps revint, et une chaleur humide et désagréable vint couvrir la forêt. Ne tenant pas en place, Kyungsoo se décida à sortir. À peine dehors, la chaleur fut comme un poids sur ses épaules ; sa peau, en plus de transpirer à cause des températures, était moite à cause de la forte humidité dans l’air. Il marcha jusqu’à l’hôtel à divinité. De là, il put une fois de plus retrouver aisément son chemin. Les papiers, bien que mollement mouillés sur le sol, étaient toujours bien ancrés dans la terre un peu boueuse. L’ombre de la forêt était agréable, laissant une très légère brise venir rafraîchir Kyungsoo. Il parcouru tout le chemin jusqu’au trou. Il n’y avait, comme escompté, rien au fond. Il regarda ensuite aux alentours, dans les bois silencieux, mais rien, pas un détail n’inspirait pas la normalité.


Kyungsoo aurait aimé revoir le loup, mais probablement ce dernier ne reviendrait jamais, gardant la forêt secrètement. N’ayant plus que l’envie de rentrer au frais, il fit demi tour, ramassant sur son chemin les papiers qu’il avait laissé, laissant enfin les bois aussi vierges qu’ils l’avaient été. Il rentra et son rituel ne changea pas. Il ouvrit la fenêtre le soir, et lu jusqu’à tard. Il n’arrivait pas à abandonner l’idée qu’éventuellement, le garçon loup viendrait. Kyungsoo savait qu’il devrait arrêter d’espérer, mais il n’y arrivait simplement pas.




*
*
*




Et comme ça, cinq autres jours passèrent. avec eux, la tristesse de Kyungsoo augmenta. Il commençait à vraiment perdre espoir. Mais le souvenir restait, et même si c’était difficile pour lui, il essayait d’accepter que tout cela était fini. Sa grand-mère et lui passaient de tranquilles journées, celle-ci s’absentait souvent en ville pour vendre le surplus de fruits et légumes qu’elle récoltait de son potager. Pendant ce temps là, Kyungsoo flânait dans le jardin, plus bas vers la rivière ou encore dans le champs de blés des voisins. Il décida de retourner au sommet de la montagne pour revoir les ruines du temple. Il ne faisait pas trop lourd, juste chaud, et le ciel était bien dégagé. Il laissa un mot sur la table de la cuisine et partis ensuite, empruntant le chemin qu’il connaissait si bien.


Une fois en haut, il reprit le temps d’admirer la vue qu’il aimait tant. Il laissa son esprit voguer vers le garçon-loup alors qu’il marchait entre les restes du bâtiment. Quand le soleil entama la fin de sa descente, Kyungsoo sut alors qu’il était temps de faire de même. À mesure qu’il marchait sur le sentier, une sensation étrange l’envahit. Il se sentait presque observé. Pourtant il se savait seul. Kyungsoo ralentit et marcha précautionneusement, attentif aux alentours. Il ne pouvait entendre que ses pas, seulement sa respiration et le vent dans les feuilles, mais quelque chose d’invisible autour de lui provoqua néanmoins un long frisson le long de son échine. Un craquement de branche résonna et il se retourna brusquement, tout ça pour trouver l’endroit vide. Ça y était, il devait être devenu paranoïaque. Il reprit son chemin en se maudissant lui même mais malgré son bon sens, la sensation ne disparut pas.


À plusieurs reprises, Kyungsoo sentit le besoin de se retourner pour regarder derrière lui. De plus, la lumière du jour disparaissant ne le rassurait pas du tout. Il avait hâte de pouvoir enfin sortir des bois, là où l’obscurité n’était que plus grande à cause de tous ces arbres et de leurs feuillages. Quand Kyungsoo leva la tête, il se rendit soudain compte que l’endroit qu’il trouvait habituellement paisible était désormais effrayant. Les arbres semblaient communiquer, leurs voix s’étouffant dans le vent agitant leurs feuilles, la légère humidité dans l’air avait une odeur prenante et engourdissante pour les poumons, et les ombres devenaient de plus en plus sombres. Dire qu’il fut soulagé quand il atteignit la route était un euphémisme. La sensation d’être observé disparue et un ciel dégagé était désormais au dessus de sa tête. Il rentra chez Nana sans tarder, son escapade lui laissant un vide dans la poitrine.




*
*
*




Leur soirée se passa comme toutes leurs soirées. Kyungsoo les avait toujours aimé, il n’avait jamais eu besoin de plus. Pourtant, ces derniers jours, quelque chose manquait : l’aventure. Il avait beau écrire, ré-écrire et enrichir son récit, il ne voulait pas que le lire et inventer une suite inexistante, il avait besoin de réponses concrètes pour le continuer. Dans le salon, une légère lumière éclairait la pièce, agréable pour les yeux. Kyungsoo venait de terminer un de ces romans et avait sans s’en rendre compte commencer à rêvasser. Sans même s’en apercevoir, ses yeux se fermèrent doucement et son esprit glissa lentement vers l’inconscience.


« —soo… Kyungsoo ! » appela doucement la voix de sa grand-mère.

Ce dernier se sentit secoué, arraché à son monde préféré alors que ses yeux papillonnèrent. Il avait rêvé de lui et d’un gros chien-loup à la fourrure épaisse et marron, comme du chocolat. Le loup lui courrait après et alors que l’animal l’attrapait, les deux roulaient au sol, jouant ensemble. Il remarqua le visage de Nana souriant gentiment au dessus de lui.

« Tu devrais aller te coucher, Kyungsoo. Tu t’endors… »

« Mmh… » grogna-t-il quelque peu, remettant ses idées en place. « Oui, je vais y aller, merci Nana. » Sur ce, le garçon se leva, les yeux toujours ensommeillés et la démarche raide et lourde. « Bonne nuit, à demain. »

« Fait de beaux rêves. »

« Mh’ toi aussi. »

Nana le regarda avec un petit sourire moqueur quand l’épaule de son petit fils heurta un peu l’encadrement de la porte.


Kyungsoo tituba jusqu’à sa chambre, se frottant l’épaule après la malencontreuse collision. Il n’avait ni la force de se laver le visage, ni celle de se brosser les dents et encore moins celle de se changer —étant de toute manière déjà dans une tenue confortable—. Il se laissa tomber sur son lit, le drap encore sous lui. Il resta un long moment comme cela avant qu’un détail ne vienne le déranger. Il avait l’impression de manquer d’air. Et pour cause, sa fenêtre était fermée. Alors un long débat prit place dans son esprit. Soit il restait confortablement sans bouger mais finirait par manquer d’air, soit il faisait le terrible effort de se lever pour ouvrir sa fenêtre et pourrait enfin dormir en paix. Au final, la seconde solution s’imposa quand Kyungsoo comprit qu’il ne pourrait se rendormir avec cette chaleur.


Avec un grand soupire et une démarche lourde, le plus petit fit son chemin jusqu’à la fenêtre. Cette nuit là, bien que la lune n’était pas entièrement pleine, le ciel était lumineux. Kyungsoo ouvrit grand la vitre avec des gestes mécaniques et fut accueilli par une brise légère et fraiche. Cette dernière vint le distraire et il inspira profondément, ses yeux contemplèrent le paysage nocturne une fois de plus, puis il se détourna dans le but de retourner dans un lit bien confortable. Il n’avait fait qu’un seul pas quand il s’arrêta alors brusquement. Un détail infime l’interpela pourtant. Bien qu’il n’ait regardé que rapidement, il croyait avoir vu un loup, juste à la lisière des bois, à peine assez avancé pour être dans la lumière blanche.


Réalisant enfin, il se retourna vivement et s’accrocha à l’encadrement de la porte fenêtre. Ses yeux cherchèrent, balayant une fois de plus la lisière de la forêt. Et il trouva la forme sombre, quatre pattes et deux grandes oreilles bien dressées sur le haut de sa tête. Les yeux de Kyungsoo s’agrandirent alors que le loup s’avança délicatement, apparaissant alors dans la lumière blanchâtre émanant de la lune. La fourrure apparut marron, et même s’il était trop loin pour discerner le regard de l’animal, Kyungsoo savait que c’était lui. Ce dernier sentit son coeur se mettre à battre fort dans sa poitrine alors qu’une fois de plus, l’impossible arrivait devant ces yeux.


Kyungsoo s’apprêtait à sortir quand il se rendit compte qu’il n’avait rien au pieds. Sans quitter l’animal des yeux, il prit la première paire de claquettes qu’il trouva dans sa chambre et se rua à l’extérieur, toute fatigue désormais oubliée. Le loup l’avait attendu. Kyungsoo courut et aussitôt que l’adolescent fut assez proche pour le voir distinctement et le suivre, le loup se mit en route.

« Attends ! » appela l’humain, forçant sur ses jambes pour aller plus vite.

Le loup avançait sans pour autant ralentir, trottant presque tranquillement, amenant Kyungsoo de plus en plus profondément dans la forêt. Le garçon suivit, enfin sur la trace de la réalité cachée qu’il avait entrevu.


Kyungsoo allait avoir des réponses. Il se moquait de toutes les fois où il trébucha presque, des branches qui vinrent chatouiller son visage, non, tout ce qu’il voulait était de ne pas perdre le loup de vue. Mais ce dernier s’enfonçait dans la forêt plus vite que l’humain. Ce dernier avait beau l’appeler et le plaider d’attendre, le loup n’en faisait rien. Et soudain, Kyungsoo ne put ni le voir ni l’entendre. Il s’arrêta alors, fronçant les sourcils. Autour de lui, des arbres en continue, de tous les côtés, mais plus aucun signe de l’animal au pelage doux. Il attendit alors, priant pour que le loup ne revienne. Il hésitait d’ailleurs à le rappeler, mais au lieu de ça, il resta dans cette nuit silencieuse.


Un craquement de branche derrière lui força Kyungsoo à se retourner. Le loup n’était plus animal mais humain. C’était le même garçon qu’il avait sauvé l’autre jour, les mêmes mèches foncées. Et ce regard, emprunt de douceur, d’innocence, de curiosité, mais pourtant craintif de se montrer, c’était bien lui. Le plus petit resta figé en observant le garçon-loup s’avancer timidement. L’autre portait un short de jogging un peu sale avec un teeshirt usé, parsemé de petits trous. Ses cheveux était un peu en pagaille et il ne portait pas de chaussures. Kyungsoo le fixa, réalisant doucement ce qu’il avait devant ses yeux.


Jongin avait peur de la réaction de Kyungsoo. Le prénom lui était resté dans la tête depuis que la femme l’avait crié dans les bois. Après tout l’autre ne l’avait pas rejeter la première fois, mais Jongin ne pouvait empêcher sa plus grande crainte de revenir le hanter : celle de se faire rejeter. Jamais il n’avait révélé son secret à personne mais il avait déjà vu des regards effrayés alors qu’il était dans sa forme de loup. Il espérait juste qu’il ne s’était pas trompé sur le plus petit. Il avait eu la sensation qu’il était différent, et ce dernier n’avait après tout pas fuit devant le monstre. Jongin s’avança lentement. L’autre ne bougea pas, mais ses grands yeux curieux et émerveillés étaient gentillement posés sur le garçon-loup. Il prit alors la parole :

« Merci encore…pour m’avoir sauvé. Vraiment, sans toi, il m’aurait attaquer… »

Jongin ne sut ni quoi répondre, ni quoi dire. L’autre continua.

« Je…je m’appelle Kyungsoo, Do Kyungsoo… »

Le garçon loup sortit de ses pensées, se rendant compte qu’il ne s’était pas fait rejeté. Au contraire, l’autre initiait même une conversation.

« Kim Jongin. » dit-il simplement, doucement, sa voix craquant légèrement.

Kyungsoo sourit, il s’approcha un peu plus du garçon-loup. Il avait besoin de poser ses questions, d’avoir des réponses. Il était tout excité à l’idée d’en apprendre plus sur ce monde qui lui était inconnu.

« Je peux te poser des questions ? »

Jongin ne put dire non aux yeux si brillants du plus petit. Il hocha simplement la tête. À peine cela fut-il fait que Kyungsoo commença.

« Tu es guéri ? Pourquoi le loup noir s’est désintégré ? Et depuis quand tu peux te transformer ? Comment ça marche ? Il n’y a que toi ou vous êtes une meute ? Et— …Pardon, je me laisse facilement emporter… » les joues de Kyungsoo se réchauffèrent et il dirigea ses yeux vers ses pieds.


C’est alors que Jongin souffla un très léger soupire rieur. L’autre n’était tellement pas comme il l’avait imaginé. Il était encore plus ouvert d’esprit qu’il ne l’aurait pensé. Kyungsoo releva immédiatement les yeux, prêt à s’excuser quand Jongin se mit à parler.

« Oui, entièrement guéri. Je suis comme ça depuis ma naissance. Je peux me transformer à peu prêt quand je veux. Je suis aussi bien un humain qu’un loup… Et je suis seul. »

Sa voix calme captiva Kyungsoo, presque comme si elle se fondait avec la nature. Elle était sûre, le timbre en était un peu cassé, mais la voix était aussi douce que du miel.


Puis Jongin expliqua qu’il s’était re-transformé en homme parce qu’il avait été blessé et que sa forme de loup demandait plus d’énergie, que la transformation était trop rapide pour être vue. Ça ne faisait pas mal, c’était naturel parce qu’il y était habitué depuis qu’il était enfant. Kyungsoo posait des questions, et Jongin y répondait. Ils s’étaient assis sur des rochers, assez proches pour parler, mais respectant tout de même une distance de confort et d’intimité.

« Et le loup noir ? » demanda Kyungsoo moins sûr de lui.

Jongin laissa quelques longues secondes s’écouler, cherchant ses mots avec soin pour ne pas effrayer l’autre.

« Il était comme moi, il pouvait changer de forme… Mais lui, il avait perdu son humanité et n’agissait plus que comme un animal. C’est rare… Pour être honnête c’était le premier change-peau que je rencontrais à part moi et mon père. Mais je le savais instinctivement… Et la manière dont il a disparu, c’est parce qu’il est mort dans sa forme de loup… »


Parfois, dans la suite de questions que posait Kyungsoo, Jongin n’en répondait qu’à certaine, évitant le passé et les conditions de transformation. Kyungsoo ne s’en vexa pas, après tout, il avait déjà plus que tout ce dont il avait rêvé. Il avait retrouvé le garçon-loup, et le connaissait même désormais. Il avait un an de moins, et n’allait pas l’école mais savait parfaitement lire et écrire. Il ne gagnait pas sa vie mais trouvait ses ressources dans la forêt.

« Et tu ne peux pas parler dans ta forme de loup ? Tu perds tes vêtements si tu te transforme ? »

Jongin rit, ses pommettes se rehaussant et laissant apparaitre une belle dentition carnassière. Pourtant le son qui s’échappa vint briser l’image du garçon-loup un peu sauvage, moins dangereux était impossible pensa Kyungsoo alors que lui aussi rit de sa bêtise.

« Le jour ou tu rencontre un loup qui parle…dis lui bonjour de ma part » lâcha Jongin, septique rien que d’imaginer la scène.

Les deux rirent un peu plus. Ils ne connaissaient pourtant pas, mais se sentaient étrangement confortable en la présence de l’autre.

« Quant aux vêtements, j’aimerais sincèrement que ce soit comme dans les films… Si je me transforme avec, ils restent mais c’est inconfortable, donc je les enlève avant, et je les remets après… »


Kyungsoo but chaque parole du garçon loup. Certaine des questions étaient idiotes, il le savait, mais il avait besoin de confirmer chaque infime possibilité. Jongin ne pouvait pas transformé quelqu’un d’autre. C’était un gêne qu’il tenait de son père. Il se nourrissait rarement comme un loup, parce que la nourriture humaine comparée à de la chaire à déchiqueter et à arracher, tout ça pour avoir du sang plein les babines, était bien meilleure. De la même manière, non Jongin n’attrapait pas de puces, il prenait des douches. Le sujet de la pleine lune fut aborder mais pas en détaille. Kyungsoo sentit que Jongin ne souhaitait pas en parlé, alors il n’insista pas. Cela devait faire plus d’une heure que les deux conversaient quand il y eut un silence. Kyungsoo réfléchissait à ce qu’il n’avait pas encore demandé, mais Jongin l’interrompit dans ses pensées.

« Et toi ? » demanda-t-il innocemment intéressé.


Kyungsoo sembla prit de court, fronçant les sourcils avec une mimique interrogative sur le visage. Lui ? Il n’y avait rien à dire à propos de lui. Il n’était personne et rien d’aussi intéressant que Jongin.

« Moi quoi…? »

« Dis moi qui tu es. » répondit simplement Jongin, les traits prouvant la sincérité de son envie de connaître le plus petit.

Kyungsoo soupira.

« …Personne…juste moi… »

Jongin pencha la tête sur le coté, détaillant l’humain.

« Je ne connais que ton nom… » dit presque tristement Jongin.

C’est alors que Kyungsoo réalisa que l’autre ne demandait pas la lune et les confins de sa personnalité, non, juste une basique présentation.

« Oh!…Heu… Mon nom complet est Do Kyungsoo, » commença-t-il, un sourire se peignant à nouveau sur son visage quand il vit Jongin se mettre bien en face de lui, lui accordant toute son attention. « J’ai dix-huit ans, je vis à Séoul avec mes deux parents. L’année prochaine je rentre dans ma dernière année de lycée et… » chercha-t-il profondément. « Je suis venue en vacances chez ma grand-mère pour l’été ! » s’exclama-t-il.

« Pas étonnant que je ne t’ai jamais vu avant… » dit le garçon-loup, semblant presque déçu.

Kyungsoo pensa au fait qu’il venait tous les étés depuis longtemps mais garda le silence.


L’humain commençait à vraiment fatigué. Lui et Jongin restèrent silencieux pendant un moment, admirant la nuit. Kyungsoo était désormais allongé sur le rocher.

« Jongin…? »

« Oui ? »

« …Est-ce que que tu peux te transformer ? »

Il n’entendit qu’un gloussement en retour pour toute réponse, lui faisant tourner légèrement la tête. Il surprit alors le garçon-loup en train d’enlever son teeshirt. Kyungsoo retourna vite la tête, se disant que malgré qu’il lui ait donné le surnom de « garçon-loup », le corps de ce dernier n’avait rien d’aussi enfantin. Il attendit un peu plus dans le silence, n’entendant que des vêtements être enlevés. Soudain, quelque chose d’humide et froid vint se loger dans son cou. Il sursauta et rit ensuite, voyant le museau de la bête. Kyungsoo dirigea tout de suite ses mains dans la fourrure couleur chocolat de son vis à vis, restant allongé sur le rocher. Un grand sourire en forme de coeur s’inscrit sur son visage alors que ses yeux se plissaient de bonheur. Il caressa l’animal qui se laissa faire avec plaisir.


Après que Jongin lui ait suffisamment donné son cou à gratouiller, le loup vint s’allonger derrière Kyungsoo, laissant ce dernier reposer sa tête sur son flanc. Le coussin improviser était chaud et apaisant, berçant presque Kyungsoo au sommeil alors qu’il avait entre ses doigts l’une des larges pattes de Jongin. Le pelage plus fins y était particulièrement doux. Et sans s’en rendre compte, le plus petit se laissa aller au sommeil.


Jongin attendit longtemps après que les petites mains de l’humain ne tombent avec sa patte pour pouvoir enfin bouger. Ce n’est que quand il fut absolument sûr que Kyungsoo dormait profondément qu’il se re-transforma —et se rhabilla— et prit ce dernier dans ses bras. Il voyagea au travers la forêt, arrivant à la lisière du jardin de Kyungsoo avec facilité. Il se dirigea vers la pièce qu’il savait être la chambre du garçon pour l’en avoir vu sortir et pour l’avoir observé depuis leur rencontre. Il entra sans un bruit et déposa le corps abandonné à l’inconscience sur le lit. Jongin ne put s’empêcher de le détailler une fois de plus. Ces longues barrières de cils noirs, le trait de la double paupière semblant dessiner par le plus fin des pinceau, le tout presque caché par cette longue frange de fines mèches noires. Il y avait ensuite cette ligne courbée par le nez qui descendait jusqu’à ces deux collines, ces lèvres pulpeuses et roses. Oui, l’humain était plus que captivant, mais le pire, c’était son odeur. Plus Jongin restait en sa présence, plus il se sentait comblé. Ses instincts les plus primaires lui dictaient d’en rester proche. Et il y comptait bien.



*
*
*