Chapitre 8.

par Unknown L.

Chapitre 8

Une nouvelle semaine venait de commencer, je m’étais enfin décidé à retourner en cours après la venue de Sehun. C’est clair, qu’il ne m’avait pas laissé indifférent, sa présence réveillait en moi quelque chose de doux, de chaud, d’agréable. Je ne ressentais plus ce dégoût que j’avais avant lorsque je le voyais mais plutôt, un plaisir incommensurable. Et puis, il faut dire que tout avait étrangement tourné ces temps-ci, je venais même à me poser une question : Est-ce que notre jeu était bien plus que sexuel ? Peut-être qu’il était bien plus sérieux que ce à quoi j’avais pensé depuis le début. C’est étrange, la tournure que peuvent prendre les choses parfois, en tout cas, je veux me laisser surprendre par les évènements.

Marchant d’un pas peu assuré vers l’université, je sentis le stress monter en moi. J’avais peur d’affronter mon meilleur ami, et les autres. Qu’allaient-ils penser de moi ? De mon absence injustifiée ? Je ne sais pas ce que je vais pouvoir leur dire, je n’y ai pas réfléchi. Lorsque je fus au milieu de la cours, je m’assis sur mon banc attendant d’avoir mes amis dans mon champ de vision, lorsqu’ils arriveraient. Nerveusement, ma jambe bougeait sans que je ne puisse l’arrêter, j’avais juste l’air d’un abruti là. Je me relevai, et cette fois ci, c’est ma lèvre inférieure que je mis à mordre nerveusement. C’était mes amis après tout pourquoi, je devrais avoir peur comme cela ? Ils m’aimaient non ? Après tout, pourquoi je devrais être aussi effrayé ? Soudain, quelqu’un posa sa main sur mon épaule, me faisant sursauter de peur.

Cette voix grave…Pourquoi maintenant ? Je me tournai pour lui faire face croisant son regard sans expression.

Il esquissa un petit sourire et posa sa main sur ma joue, la caressant lentement.

Pourquoi je rougissais ? Et puis pourquoi mon cœur s’emballait soudainement. Ses mots avaient changé depuis qu’il était venu chez moi. Je ne comprenais pas ces changements, mais… ils me rendaient heureux. Tout comme ses lèvres sur les miennes. C’était la première fois qu’il osait m’embrasser en public et je n’osais pas le repousser. Je répondais à son baiser, m’appliquant à lui transmettre toute cette passion en moi. Nos langues finirent pas se rencontrer doucement, alors que nos corps se rapprochaient se collant un peu plus. J’avais chaud, j’avais le cœur qui battait vite, et puis je me sentais atrocement bien. Lorsqu’il mit fin à notre baiser, nos yeux ne qui quittèrent pas, un petit sourire ornait mes lèvres, sa main dans ma chevelure exerçait une légère pression tandis que son regard à lui dévia sur quelque chose derrière moi. Il semblait désolé. Le stress monta alors en moi, j’essayai de me retourner mais il m’en empêcha en empoignant plus fortement mes cheveux.

A la suite de ma question, il retira sa main me laissant enfin découvrir ce qu’il regardait. Mon cœur faillit lâcher suite à la vision qu’on m’offrait. Mes amis…me regardaient l’air dégoûté. Surtout lui, Kyungsoo, ses yeux étaient inondés de larmes. Tous mes membres se figèrent face à cela, j’avais comme l’impression qu’on venait de m’arracher le cœur. J’aurais préféré tout lui dire, plutôt qu’il ne le découvre comme ça. Je m’en veux d’être aussi faible, d’être un lâche… Il s’approcha de moi et envoya directement sa main claquer ma joue. L’ayant amplement mérité, je ne fis rien et regardai ses yeux rougis. Les autres étaient aussi là à m’épier.

Je ne savais pas quoi dire, je ne savais même pas moi-même si je l’aimais et ce qu’il y avait entre nous.

Mes larmes roulaient sur mes joues, j’avais si mal au cœur d’être dans cette situation.

Il se retira de mon emprise et s’en alla, complètement les yeux meurtriers. Les deux autres, ne me regardèrent même pas comme si, j’étais invisible. Mes larmes n’arrêtèrent pas de couler, mon cœur brûlait sous ma poitrine. Alors c’est ça, j’allais perdre mes amis parce que je n’arrive pas à comprendre ce que je ressens pour Sehun ? Comme un faible que j’étais, je partis vers la sortie, il fallait que je me vide l’esprit que je pleure un bon coup. Mais, je fus vite arrêté par les bras de Sehun qui m’entouraient. Ce n’était pas le moment, je n’avais pas le cœur à faire, ou dire quoi que ce soit. Mes mains se mirent sur son torse pour le repousser. Cependant, il ne se dégagea pas et resserra son emprise sur moi, me faisant d’autant plus pleurer.

Mon regard entra en contact avec le siens. Pourquoi ?

Il prit mon visage entre ses mains, caressant mes joues remplient de larmes. Puis, il posa ses lèvres sur les miennes, m’embrassant tendrement. Je me laissai envahir par cette chaleur agréable, oubliant pendant quelques secondes le monde extérieur.

Il ne me laissa pas le temps de répondre et captura ma main dans la sienne, nous dirigeant vers son habitation. Je ne dis rien et me laissa trainer, sans parler, sans le regarder. Si je n’étais pas aussi mal peut-être que j’aurais rougis par cette proximité, là ça faisait très couple, main dans la main, marchant dans la rue. Lui, non plus de disait rien, il se contentait juste d’avancer sans me lâcher. Le temps passa vite jusqu’à sa maison. Une fois arrivé à destination, il se tourna vers moi, un petit sourire aux lèvres. Je ne répondis pas à son sourire toujours aussi triste. D’ailleurs pourquoi m’a-t-il emmené ici ? Qu’avait-il dans la tête ? Nous allâmes dans son salon, s’assoir sur le canapé d’angle. Apparemment, il n’y avait personne, ses parents devaient travailler.

Il me regarda droit dans les yeux pendant un cours instant. Puis, il scella nos lèvres pour un doux baiser, qu’il rompit au bout de quelques secondes. Je capturai à nouveau ses lèvres, l’embrassant avec plus de passion, quémandant par la même occasion l’accès à sa bouche. Il ne refusa pas, et enroula son muscle autour du miens, un ballet endiablé commença alors. Une chaleur enivrante remplissait mon corps, le bruit de notre échange, ses caresses dans mes cheveux, me rendaient dingue. Mes mains passèrent sous son t-shirt frôlant son épiderme brûlant et sensible. Je l’entendis gémir faiblement contre mes lèvres, et cela me fit sourire. Il mordit ma lèvre inférieure fortement, tout en relevant mon haut de vêtement. Cette violence m’avait fortement manqué. Il me le retira, embrassant doucement mon ventre en remontant avec plus de violence, mordillant mon épiderme suçant la peau fine de mon cou, pinçant mes boutons de chairs avec ses mains. Je gémissais faiblement. Pourquoi était-il si doué pour faire ces choses ? J’étais déjà, si excité. Il m’allongea sur le canapé, m’embrassant avec fougue. Nos corps se frottaient l’un à l’autre, réveillant un peu plus mon érection douloureuse. Je décidai de lui retirer son t-shirt limite en lui arrachant, tout en passant au-dessus de lui afin de caresser son torse légèrement développer et de laisser mon empreinte un peu partout dessus. Mes lèvres parsemaient chaque recoin de son épiderme doux et chaud. Ma langue pénétra gentiment son nombril mimant ce que j’allais lui infliger dans quelque minutes mais avant ça, j’allais gouter à son membre bien réveillé. Je déboutai son pantalon, lui retirant pour le laisser sur le sol. Mes lèvres s’étirèrent en un doux sourire moqueur à la vue de sa bosse bien visible et humide. L’une de mes mains s’amusa à masser doucement sa virilité encore emprisonnée. Il soupira d’aise, les yeux me suppliant d’aller plus loin. Je fis descendre son boxer lentement pour le faire patienter un tant soit peu. Une fois cela fait, je m’appliquai à la tâche, passant bien ma langue sur toute la longueur, le faisant gémir d’impatience, puis, je m’appliquai à sucer son membre le sentant gonfler entre mes lèvres. Il gémissait mon nom, sans avoir honte, des bruits plus qu’indécents qui sortaient de la barrière de ses lèvres. Il bougea son bassin au rythme de mes mouvements de succions. J’essayai de m’appliquer du mieux que je le pouvais, et cela avait l’air de bien fonctionner. Puis soudain, il me repoussa et captura mes lèvres avec fougue, me laissant à peine le temps de reprendre ma respiration.

Il retira mes derniers vêtements et prit l’une de mes mains dans la sienne pour la mettre autour de ma virilité regorgée de plaisir.

Je fus un peu perturbé sur le coup, mais m’appliquais à assouvir sa demande pendant qu’il faisait de même. La vision était belle, lui qui se touchait en me regardant droit dans les yeux, alors que nous gémissions le nom de l’un et de l’autre. Puis, vint le temps des choses sérieuses, cette fois-ci je pris le temps de bien le préparer pour ne pas lui faire mal. Je le pénétrai doucement, en embrassant ses lèvres bien gonflées, jusqu’à ne plus pouvoir. Nos gémissements envahissaient la pièce, nos corps brûlants, se frottaient l’un à l’autre, et ses ongles griffaient mon dos. Nos langues aussi ne cessaient de jouer ensemble, laissant certaines fois, la bave couler le long de nos lèvres. J’en étais sûr à présent, il y avait quelque chose entre nous, de fort. Mes bras l’entouraient alors qu’il se remettait tranquillement de son orgasme.

Il se redressa et me regarda, un peu surpris par les mots que je venais de lui sortir.

Il soupira, il avait l’air triste.

Je m’étais levé, je ne sais pas pourquoi mais j’étais énervé contre lui. Pourquoi ne voulait-il pas me dire la raison ? Que cachait-il ?

Il se leva et m’attira contre lui alors que mes larmes coulaient lentement sur mes joues.

Nos yeux se croisèrent un instant ne se quittant plus, cette chaleur envahissait encore mon corps, je l’aimais j’en étais sûr, le fossé qu’il y avait entre nous, je venais à présent de le franchir…