On ne peut prédire l'avenir

par kyusha


Épilogue 3


____________________________________________________


Résumé ( pour celles —ou ceux :/— qui ne se rappelaient plus tout à fait de l’histoire à cause de mon grand retard :o ):


Kim Jongin et Do Kyungsoo se sont connu au lycée. Kyungsoo a été la cible des coups de Jongin, alors que ce dernier l’extirpait d’une situation qui aurait pu être pire. Seulement Kyungsoo ne voit pas les choses comme ça et le déteste. Ils se retrouvent deux ans après, alors qu’ils découvrent qu’ils seront colocataires. Jongin s’est servi de ces deux années pour s’en vouloir, s’isoler et repenser à ce qu’il avait fait à Kyungsoo. Mais ce dernier le déteste. Il essaye tout pour le faire partir. Mais quand il voit que Jongin est aussi blessé que lui, il arrête, le laissant resté. Ils apprennent à se connaitre doucement., se tolérant seulement au début. Jongin fait des effort et s’excuse auprès de Kyungsoo une nouvelle fois. Et Kyungsoo le pardonne, comprenant enfin les raison de ses actes. Puis doucement ils deviennent amis. Un jour, Jongin utilise ses poings pour défendre Kyungsoo et c’est comme ça que ce dernier se rend compte que peut être il éprouve plus de l’amitié. Un soir Kyungsoo embrasse Jongin et lui demande de le ré-embrasser encore, ainsi Kyungsoo est sûr de ces sentiments. Et il réveille les même chez Jongin, transformant leur amitié en amour. Ils commencent à sortir ensemble, attendant longtemps avant leur première fois, préférant prendre leur temps.


Chanyeol se sent attirer par Baekhyun dès la première fois qu’il le voit. Ils deviennent bons amis et à une soirée, ils s’embrassent. Baekhyun veut tout oublier alors que Chanyeol, lui, n’y arrive pas, ne supportant pas que Baekhyun nie la vérité, il l’attirait aussi. Ils se fâchent. Un soir, Baekhyun va cherché Chanyeol à une fête, et cette nuit là, ils couchent ensemble. Chanyeol pensait que Baekhyun avait changé d’avis, mais pas du tout, ce dernier ne quittera pas sa copine pour Chanyeol. Chanyeol est malheureux. Baekhyun même s’il a dit ça, quitte sa copine mais a peur de s’engager avec le plus grand. Il rejette méchamment Chanyeol une fois de plus, créant un froid entre eux, mais c’est comme ça qu’il se rend compte que Chanyeol compte trop pour lui. Il va donc se rattraper et ils pourront enfin sortir ensemble.


Sehun, détenteur de l’appartement dans lequel tous sont colocataires, n’a jamais trouvé l’amour. Sa mère est anéanti par son divorce et Sehun se retrouve un peu malgré lui mêlé à tous ça. Mais c’est dans son malheur qu’il rencontre Luhan. Un garçon qui aspire à devenir trainee. Les deux tombent vite amoureux et vivent une relation presque cachée, et passionnée. Mais suite à des problèmes de santé, Luhan retourne en Chine, son pays d’origine et quitte Sehun du jour au lendemain, le laissant dévasté.


Tao, un jeune chinois ayant déménager en Corée est prit sous l’aile de Kris/YiFan un garçon plus âgé, d’origine chinoise aussi. Il se rencontre alors qu’il ne sont que des enfants. Ils grandissent ensemble et des sentiments se développe entre eux. Mais Kris est l’auteur du malheur de Kyungsoo, le principal responsable, et Tao le découvre. Kris avait fait courir la rumeur que Kyungsoo était gay et qu’il le détestait pour ça, seulement la vérité et qu’il est celui qui est gay et qu’il se déteste pour ça. Ils entretiennent une relation avec Tao, jusqu’à ce qu’ils sortes ensemble. Kris rentre dans le monde de la mode et Tao le quitte pour que ce dernier puisse partir en Chine. À la rentrée suivante, Tao entre à l’université, rejoignant Sehun, Jongin, Kyungsoo, Baekhyun et Chanyeol dans l’appartement. Il n’a qu’un an de moins qu’eux.

_____________________________________________________



Épilogue 3


On ne peut prédire l’avenir





P.d.v. Byun Baekhyun



Je voulais toujours être plus proche de Chanyeol. Et le bonheur de Kyungsoo et Jongin aurait pu me rendre malade de jalousie. Parce qu’avant même la fin du premier semestre, Chanyeol avait quitté l’université.



***



Je rentrais tard le soir, étant resté enregistré avec un ami pour un projet de classe. Sur le chemin, j’avais remarqué une chose étrange : le vide. Que ce soit dans les rues, le métro, ou dans les magasins, à cette heure, tout le monde rentrait chez lui mener sa petite vie dans son petit confort. Mais je savais qu’il y avait une différence pour moi. Car personne n’était en train de m’attendre. Mon lit serait aussi vide que la rame de métro où je m’étais trouvé plus tôt. Et le même sentiment viendrait m’envahir encore, cette amère solitude.


Je montais lentement et lourdement les escaliers de notre immeuble pour rentrer. Qu’allais-je dans tous les cas pouvoir faire un jeudi soir, tout seul ? Découragé, j’ouvris la porte. Je savais que Sehun n’était pas là, il disparaissait souvent ces temps-ci, sans que ne sachions où il allait. Même si « avec qui » serait plutôt la question à se poser. Je laissai tomber mon sac sur le sol, avançant dans l’entrée en me défaisant de toutes mes affaires. Il faisait déjà très froid alors que nous n’étions qu’en Novembre. Nous venions de finir nos partiels du premier semestre, mais Chanyeol, lui, n’était plus concerné par tout ça.


J’arrivais dans le salon, écoeuré par la vision du petit couple trop parfait qui s’offrait à moi. Kyungsoo était assis dos contre le torse de Jongin, entre ses jambes. Et les bras de ce dernier entouraient le corps du plus petit, qui avait sa tête appuyée contre le corps de son bien-aimé. À vomir. Pourquoi cela ne pouvait-il pas être Chanyeol et moi ? Et malgré cela, je ne pus m’empêcher de sourire. Ils étaient si beau à être heureux.

Salut Baek ! m’interrompit Kyungsoo.

— ‘Lut…

Je partis dans la cuisine pour me prendre quelque chose à grignoter. Et surtout pour fuir la question qui n’allait pas tarder à arriver.


Kyungsoo vint me rejoindre dans la cuisine.

Chan ne rentre pas ? Il serra occupé ce weekend aussi ?

Tous mes mouvements s’arrêtèrent à cause de la difficulté à prononcer de simples mots. Ceux qui reflétaient une vérité. Celle-la même que je voulais ignorer.

— …Je ne sais pas…

Oui, je ne savais ni quand je verrais celui que j’aimais, ni quand il rentrerait. Je ne pouvais même pas dire ce qu’il faisait ou avec qui il était. Je sentis la main de Kyungsoo passer dans mon dos et le frotter doucement.

T’inquiète, Kyungie. Ça va aller, arrivai-je à lui souffler finalement avec un sourire forcé.

Il me sourit en retour puis me laissa seul, il savait que le sujet était trop délicat pour être abordé en ce moment.


Contrairement à Kyungsoo et Jongin, Chanyeol et moi nous disputions toujours. En fait, cela faisait partis de notre quotidien —quand nous le partagions encore—. Pour tout et pour rien. Mais parfois, cela arrivait même à nous faire rire. Cela allait de la marque de nouille instantanée à choisir, en passant par le fait que je rentre un weekend sur deux chez mes parents. Mais cela pouvait nous amener au fait qu’il ait arrêter ses études pour devenir apprenti compositeur dans une Entertainment.


Je partis m’enfermer dans ma chambre. Je comptais travailler ou me détendre sur mon ordinateur mais une dépression passagère vint me priver de toute envie. Au final, je restais juste sur mon lit, étendu, l’esprit absent pour ignorer le temps qui défilait. Je ne cessais de penser à nous, à lui, remuant le moindre souvenir. Tout n’avait pas été parfait et beau dans notre histoire mais la puissance de nos sentiments ne pouvait même pas s’imaginer. Du moins c’est ce que j’aimais me dire dans ces moment de doutes. Les bruits de Kyungsoo et Jongin qui allaient se coucher me sortirent de ma torpeur. J’étais encore tout habillé sur mon lit, n’occupant que la moitié droite de ce dernier, parce que c’était ma place après tout. Chanyeol était toujours à gauche, et moi juste à sa droite, mais bien contre lui, dans ses bras. Hors cette surface qui aurait dû être confortable était vide. Les draps était encore tirés et lisses, froids, presque aussi solitaires que moi.


Je ne sais combien de temps passa encore, pendant que j’étais occupé à contempler cette place inoccupée, recroquevillé sur moi même. Les heures défilaient lentement, puis au beau milieu de la nuit, j’entendit du bruit. Le son exacte de celui que j’attendais. J’aurais pu le reconnaitre entre mille. Je reconnaissais le doux bruit de la porte qui se ferme, les chaussures retirées un peu n’importe comment et le manteau jeté sur le dossier du canapé. Les pas se rapprochaient et la poignée d’une porte grinçait pour se fermer. C’était Channie. Je fus soudain libéré de ma dépression. Je me levai pour aller le rejoindre sans bruit. Nous en avions déjà parler et nous avions convenus que nous garderions nos deux chambres. Le but était de ne pas se déranger pendant la semaine. Mais inconsciemment, j’attendais toujours de l’entendre rentrer pour pouvoir m’endormir. Et bien que nous soyons un jeudi, je n’en avais rien à faire. Je voulais le voir, j’en avais besoin. Il me manquait trop.


Je traversai le couloir et ouvris doucement la porte de sa chambre. J’entrai et la refermai derrière moi. Chanyeol se retourna vers moi alors qu’il retirait son pull dans la pénombre de la nuit.

Baek… dit-il doucement de sa voix grave et rauque en chuchotant. Tu devrais dormir… me dit-il avec un sourire fatigué et les yeux déjà à moitié fermés.

Chanyeol s’avança vers moi et vint me prendre dans ses bras en même temps que je le faisais. Il enfouit sa tête au creux de mon cou. Et mes mains retrouvèrent leurs places, dans le dos de celui que j’aimais. Je frottais lentement son dos pour le rassurer lui, aussi bien que moi. Il était là.

Je n’y arrivais pas et je t’ai entendu, murmurais-je à son oreille.

Ma voix était douce, comme endormie. Chanyeol se redressa pour voir mon visage.

Mais il est vraiment tard, Baek…

Il passa sa main dans mes cheveux en me regardant. Mais moi, je ne pouvais plus soutenir son regard. Je me savais égoïste, il était plus fatigué que moi, mais je voulais quand même resté auprès de lui. Les yeux baissé vers le sol, une petite voix sortit timidement :

Ça fait une semaine qu’on s’est pas vu, Chan. Tu me manques juste…


À mes mots, il rapprocha nos deux corps pour les collés l’un à l’autre, mais cette fois, c’est lui qui me donna une étreinte rassurante et désolée. Il appuyait ma tête contre son torse en entourant mes épaules des siennes.

Pardon… chuchota-t-il.

La chaleur de son corps contre la mienne était agréable. Le câlin dura de longs instants tout de même beaucoup trop court pour moi. Puis Chanyeol nous attira jusqu’au lit. Nous nous installâmes sur le lit, sans le défaire, dans les bras l’un de l’autre. Chanyeol était à ma gauche, et moi à sa droite, dans ses bras, et c’était parfait. Nos respirations prenaient le même rythme, nos torse se soulevaient à l’unisson. Il était tout ce dont j’avais besoin. Et je sentais le sommeil me gagner tranquillement, alors qu’il avait déjà pris Chanyeol. Mais j’étais bien. Je lui reprocherais plus tard de ne pas avoir répondu à mes messages, et comme ça, nous pourrons même nous disputer un peu… Pour se réconcilier ensuite.




********************






P.d.v. Kim Jongin




« Moi, je trouve que c’est idiot. » Me dit doucement Kyungsoo, sa voix couvrant à peine la musique ambiante.

Nous étions dans ma chambre, traînant tranquillement en ce weekend de février. Kyungsoo était allongé sur mon lit et me regardait, sa tête reposait sur son bras plié, tandis que son autre main caressait le tissu de ma couverture. Ses doigts s’entremêlaient dans la fourrure de cette dernière. Je me plaisais à regarder le mouvement qu’ils engendraient. Mais ce que j’aimais encore plus, c’était voir cet anneau autour du doigt de Kyungsoo. Puis mes yeux migrèrent doucement, remontant tout le long de son bras, de son épaule, de son cou, dont j’entrevoyait les clavicules. Et pas loin de cette parcelle de peau, mes yeux furent attirés par sa bouche. Je pouvais voir un sourire naître au coin de ses lèvres, il remontait l’une de ces joue et laissait apparaître une partie de ses dents. Il se moquait de moi, je le savais bien. Car moi aussi, je le savais. « C’était idiot ».


Cela faisait plus d’un mois que je n’avais pas dormi dans ma chambre. Nous avions juste pris l’habitude d’aller dans la sienne. Mais la seule raison pour laquelle je voulais aller dans cette pièce était le fait que le lit contienne celui que je voulais étreindre chaque soir. J’avais toujours eu cette obsession pour Kyungsoo, mais maintenant qu’il était avec moi, je ne pouvais en aucun cas me passer de lui. J’aimais sentir la chaleur qui se dégageait de son corps, l’odeur qui imprégnait les draps et l’atmosphère. Ce n’était pas seulement la sienne, c’était la nôtre, et c’est ce qui était si plaisant. Le fait de savoir que je m’étais immiscé dans son intimité au point de laisser des affaires dans sa chambre, et mon odeur dans son lit.


Et néanmoins, je conservais ma chambre. Comme une sorte de « dressing ». Enfin c’est un grand mot aux vues du peu de vêtements que je possédais. Mais je n’arrivais pas à demander à Kyungsoo de venir complètement dans sa chambre. Nous étions parfaitement à l’aise l’un avec l’autre. Peut être que le fait que nous étions amis —et ennemis— de longue date avant d’être amants et amoureux y était pour quelque chose… Toujours est-il que nous étions bien ensemble. Nous ne nous étions jamais vraiment disputé depuis le début de notre relation. Il nous arrivait d’avoir des différents, mais nous en parlions aussitôt. Je crois que notre passé commun nous avait appris à agir et à parler avant de devoir en venir à la dispute. Mais malgré tout cela, je n’arrivais pas à poser cette simple question. Si oui ou non, je pouvais aller dans la chambre de Kyungsoo définitivement.


J’était pratiquement sûr qu’il me dirait oui… Mais j’étais toujours anxieux que cela devienne si sérieux. Pourtant, la bague autour de son doigt était mon idée. Je voulais lui offrir un cadeau pour son anniversaire et j’avais trouvé cet anneau dans une vitrine. J’avais hésité à lui donné, parce que ce n’était pas une bague de fiançailles ou quoi que ce soit de ce genre, et je ne voulais pas qu’il se méprenne. Bien qu’à y penser, elle avait la même signification. Celle d’une promesse d’amour. Le fait est que j’aimais juste les mains de Kyungsoo. Elles étaient petites et sensuelles, mais possédaient des traits particulièrement viriles, les rendant sûres, fortes. Et l’idée de les embellir encore plus avec un bijoux était venue me tenter. Mais n’avoir plus qu’une chambre était un grand pas en avant. Garder les deux était rassurant, comme si nous avions le temps. Même si c’était bien inutile aux vues de l’utilisation de la mienne. Alors nous le savions tous les deux sans jamais l’avoir dit : « c’était idiot ».


« De quoi ? » dis-je à Kyungsoo, feignant l’ignorance.

Tes cinq tee-shirt qui se courent après dans cette petite armoire, alors que l’intégralité de tes affaires est dans ma chambre.

Il avait toujours ce même sourire moqueur sur son visage. Je ne pus empêcher mes fossettes de se rehausser en le voyant.

Je n’ai pas que cinq tee-shirt ! dis-je en riant doucement. Avec celui que j’ai sur moi… Bon d’accord, ça fait vraiment cinq. Mais c’est parce que j’ai plus de chemises et de pull.

Je lui arrachai un rire et il laissa sa tête tombée en avant en soufflant :

Oui oui ! Il n’empêche que pour le peu de vêtements que tu as, tu pourrais tout mettre dans ma chambre. Comme ça tout serait au même endroit…

Kyungsoo évitait mon regard. Il ne caressait plus mais triturait mon couvre lit. Alors même s’il avait voulu paraître désinvolte, je savais. J’avais deviné, parce que je ne le connaissais que trop bien. C’était sa manière d’aborder le sujet. Je m’approchai lentement de lui et m’allongeai face à lui, dans la même position. Je passai ma main sous la sienne et il commença à jouer avec mes doigts.

Mais alors cette chambre serait vraiment vide et il faudrait la rendre à Sehun… lui répondis-je doucement.

Je ne faisais que l’observer. Il releva ses grands yeux vers moi un instant, avant de se concentrer sur ma main à nouveau. 
— C’est le but, non ?

Ça le serait… Seulement si tu voulais bien de moi tout entier, et tout le temps, dans ta chambre…?

La question était difficile à poser. Et l’attente d’une réponse encore plus.


Kyungsoo sépara nos main et se redressa. Il se leva du lit sous mon oeil attentif. Je me demandais ce qu’il pouvait faire, mais le fait qu’il s’éloigne de moi eut le don de me faire douter de plus en plus. Il s’avança jusqu’à arriver devant mon armoire et en pris tous les cintres d’un seul coup. Il quitta ma chambre avec les vêtements dans ses bras et un grand sourire sur ses lèvres. Je me levai à sa suite et le rattrapai. Nous passions le couloir pour arriver à la chambre de Kyungsoo.


À peine le pas de porte fut-il passé, que je la refermai derrière nous avec un sourire. J’avais bien compris quelle était la réponse. Je collai mon torse à son dos, rapprochant nos corps pour que plus rien ne nous sépare. Mes mains attrapèrent les hanches de celui que j’aimais. Je les tenais fièrement, avec possessivité, parce que la vérité était là. Ce que j’avais entre les doigt n’était rien qu’à moi. Et à cette pensée, mon sourire devint plus sauvage. Je déposai mes lèvres tout doucement dans son cou, laissant mon souffle le caresser. Je parcourus sa peau, avançant lentement jusqu’à son oreille. J’en pris le bout juste entre mes dent pour tirer un peu. Kyungsoo tourna enfin son visage vers le mien, me permettant d’attraper ses lèvres si charnues. Je pouvais enfin unir nos bouches, comme si ces dernières s’étaient quittés il y avait bien trop longtemps. Nos yeux se fermèrent, nos respirations s’échauffèrent, et nos corps collés l’un à l’autre se réveillèrent à nouveau, près à s’aimer une nouvelle fois. Entre deux baisers, Kyungsoo souffla : « notre chambre… ».






********************





P.d.v. Oh Sehun



En un an, deux couples s’étaient formés sous mes yeux. Je les avais vu se rapprocher, commencer à s’aimer, et tomber l’un pour l’autre. J’avais moi même eu ma propre histoire, même si cela c’était arrêter beaucoup plus tôt que je ne l’imaginais. Après ma rupture, mes colocataires avaient fait attention à moi, ils m’avaient soutenu quand j’en avais eu le plus besoin. Mais il n’en restait pas moins, que j’étais la troisième roue de deux carrosses.


Un peu avant la fin de l’année, Kyungsoo et Jongin étaient venu me voir dans ma chambre, alors que je travaillais. Ils paraissaient un peu gênés au début. Ils se lançaient de petits regards en coins, suppliant l’autre de commencer. Ils se serraient même donnés des coups de coudes s’ils avaient pu. Je vis Kyungsoo faire les gros yeux à Jongin, en signe de menace silencieuse. C’était presque drôle de les voir dans cette bataille enfantine et sans bruit. Jongin s’avoua vaincu par un soupir puis il leva les yeux vers moi avec un sourire timide mais amical.

Sehunnie…. il faut que je te parle…, dit-il avec une mimique presque enfantine.

C’était toujours surprenant de voir à quel point Jongin pouvait changer. Il se montrait si masculin, protecteur et viril auprès de Kyungsoo que le voir aussi enfantin, mignon, et timide me fit sourire. Kyungsoo m’adressa un regard rassurant avant de quitter ma chambre, nous laissant seul avec Jongin.

Vas-y, crache le morceau ! T’as pas mis Kyungsoo enceinte au moins ?! blaguais-je pour détendre l’atmosphère.

Jongin sourit plus franchement et laissa s’échapper un rire discret en prenant ses aises, s’assaillant sur mon lit.

Oui, justement, je voulais que tu sois le parrain !

Il rit puis reprit : 
— T’es bête ! Non… plus sérieusement… En fait, je voulais te rendre la chambre. Je…avec Kyungsoo, on voulait s’installer dans la même.

Il me lança un regard timide, attendant ma réaction. Je pouvais voir une certaine crainte derrière ses yeux. Je souris pour le rassurer. Ce n’est pas comme si j’étais étonné, après tout ils sortaient ensemble et ça ne les changeraient pas beaucoup. Ça ne faisait qu’officialiser les choses.


Je me levai de ma chaise de bureau et vins près de Jongin. Malgré le sourire que je lui adressais, il ne semblait pas se détendre le moins du monde. Debout devant lui, je vins lui secouer les cheveux et le décoiffer —bien qu’il ne soit pas spécialement coiffé à vrai dire—.

Félicitation ! lui souris-je.

Il leva vivement la tête vers moi.

C’est d’accord ? Tu veux bien ?! s’exclama-t-il les yeux tout écarquillés d’espoir.

Je lui souris simplement et il se leva pour me faire un câlin. C’était agréable d’avoir mon ami aussi près de moi. Il me décoiffa aussi par la même occasion, passant ses doigts dans mes cheveux désormais brun. Chanyeol me manquait depuis qu’il avait commencé la composition dans une Entertainment. Il était rarement là, et quand il l’était je pouvais comprendre son envie de s’enfermer dans une bulle avec Baekhyun. Je serrais Jongin en retour. J’étais si heureux pour eux, Kyungsoo et lui était pour ainsi dire destinés l’un à l’autre. Tout comme les deux autres, même si leur relation était plus épique et aventureuse. Je frottais le dos de Jongin, le gardant contre moi en souriant :

Bien sûr que c’est d’accord ! Vous pouvez rester.


Après tout, j’avais besoin d’eux car sans mes amis, je n’avais vraiment plus personne. Je n’avais jamais cherché à joindre Luhan. Je suppose qu’au début j’étais trop blessé. Et maintenant, c’était trop tard. Quelques mois étaient passés et je voulais juste oublier toute cette histoire. J’avais eu si mal que je ne voulais plus y penser. Parce que les quelques fois où j’y avais réfléchi, j’en était venu à la même triste conclusion : plus jamais je ne me ferais avoir comme ça. J’avais tout donné à Luhan, mon coeur, mon corps, mes sentiments…tout. J’avais rêvé de trouver l’amour, mais maintenant que j’avais expérimenté à quel point ça pouvait être douloureux, je ne voulais plus jamais y re-goûter.


Je ne veux plus aimer, parce plus les sentiments sont fort, plus la blessure est profonde. Je préfère être seul que prendre le risque de souffrir. Je ne tomberais plus amoureux.



***



J’avais cependant parlé un peu vite en disant à Jongin de rester. Je n’avais pas pensé au fait qu’il faudrait ensuite retrouver quelqu’un pour louer cette chambre. Et là se posait un problème : qui ? Parce qu’avec deux couples homosexuels, dont un dans la même chambre, on ne pouvait définitivement pas prendre n’importe qui. Ça relevait de la sélection. J’avais donc précisé dans l’annonce que les filles étaient acceptées, mais je n’avais eu aucun retour de la gente. Probablement que vivre avec cinq garçons pouvait faire un peu peur. Peut être que si elles avaient su qu’elles ne risquaient rien avec nous, j’en aurais trouver une. Mais je ne pouvais le dire dans l’annonce.


J’avais rencontré un grand nombre de mecs intéressés par le prix et la proximité de l’appartement. Et quand je les rencontrais, j’essayais toujours de les cerner. Là non plus, je ne pouvais pas parler des deux couples. Jongin et Kyungsoo se moquaient de savoir si les gens étaient au courant. Ils restaient discrets et « polis » en public. Le problème se posait par rapport à Chanyeol. Son Entertainment ne voulait aucun scandale, raison pour laquelle il était si compliqué de trouver un nouveau colocataire. J’avais peut être déjà rencontré une bonne vingtaine de personnes qui ne correspondaient pas. C’en devenait même épuisant.



***



J’attendais dans un café près de l’université. Je devais rencontré quelqu’un pour l’appartement. Assis à une table plus loin, il y avait un couple. Un couple de filles. On voyait bien qu’elles étaient amoureuses, elles semblaient mignonnes et complices. Leur bonheur m’arracha même un sourire. Je pris une gorgée de ma boisson chaude en attendant. J’entendis alors une voix relativement timide appeler mon nom, peu sûre d’elle :

Excusez-moi…Oh Sehun ?

Je levais la tête en découvrant un garçon au cheveux teints en blond. Je me levai immédiatement.

Oui, c’est bien moi.

Il me sourit, ou plutôt, tout son visage me sourit, puis il se présenta : 
— Je suis Huang ZiTao. Mais tu-vous pouvez m’appeler Tao.

Tutoie moi, Tao. Nous n’avons qu’un an d’écart, le rassurais-je.


Je lui expliquais donc où était situé l’appartement. Puis je parlais de moi, des autres colocataires, nos études…et cetera. Il me parla de lui aussi, se présenta. Il semblait plutôt timide, mais j’avais le sentiment que ce n’était que parce que nous ne nous connaissions pas encore. Il venait d’avoir son diplôme de fin de lycée et allait entrer dans la section « Commerce, mode et design » de notre université. Le rendez-vous se passait plutôt bien. J’essayais tout de même de le cerner, sans succès.


Nous entendîmes soudain un vieille bonne femme râler contre le petit couple de fille assis un petit peu plus loin. La bonne femme les insulta méchamment, se montrant aigrie et renfrognée. Et quelle ne fut pas sa surprise quand une des deux filles se leva pour répliquer : « Yah la vieille ! Tu te prends pour qui ? Si t’es pas contente, tu peux partir, nous on bougera pas. » J’eus un sourire en voyant l’affrontement. Elle l’avait bien remis à sa place. Tao ne sembla pas manquer mon sourire quand il se retourna à nouveau vers moi. Je le regardai bien droit dans les yeux et je soufflai l’air nonchalant :

N’importe quoi cette vieille femme…

Il sourit en donnant un coup d’oeil dans son dos :

Hm…On devrait pouvoir aimer n’importe qui…


C’est cette phrase qui me fit choisir ce jeune homme, ZiTao. J’avais eu le sentiment qu’il ne disait pas cette phrase au hasard. Après cela, nous avions simplement continuer à discuter. Je restais « professionnel » malgré moi, car parlé dans un café, ne me rappelait pas que de bons souvenirs. Au contraire, ça ne me rappelait que Luhan…



***



Voilà comment une semaine après, nous nous retrouvions tous les six, au restaurant. Kyungsoo, Jongin, Baekhyun, Chanyeol et moi, pour que tout le monde puisse rencontrer Tao. Il fallait aussi inclure le fait que nous allions dire que Kyungsoo et Jongin étaient en couple. De la même manière que nous ne voulions pas tombé sur quelqu’un qui penserait du mal de nous, j’avais tout de même fait remarquer que le prochain colocataire avait le droit de savoir avant de s’installer à l’appartement. C’était aussi son droit de ne pas vouloir vivre avec nous.


Tao cette fois, sembla avoir un peu plus confiance en lui, je le trouvais même plutôt à l’aise. Il se présenta, et tous les autres firent de même. La soirée se déroulait sans encombre même si nous n’avions pas encore parlé du plus important. Kyungsoo s’était dévoué pour le dire. Il prit alors la parole pour décrire un peu l’appartement :

« … » Et Jongin et moi sommes dans la dernière chambre à droite. Toi, tu aurais celle d’en face.

Jongin ajouta :

J’y étais avant. Elle est plus petite que les autres mais largement suffisante pour y être à l’aise. Il y a même un grand lit…


J’observais attentivement Tao. C’est vrai que ce n’était pas parfaitement clair mais Tao ne sembla absolument pas relever, posant des questions par rapport à la cuisine ou d’autres choses. Je regardai Kyungsoo, lui faisant comprendre qu’il allait falloir être plus clair. Il comprit mais soupira un peu d’embarras :

Tao…excuse moi de t’interrompre mais en fait ce qu’on essaye de dire… c’est que… Jongin et moi…on est ensemble.

Kyungsoo avait les joues toutes rouges, et on pouvait voir qu’il était stressé. Il me sembla que Jongin avait discrètement pris la main de sont petit ami dans la sienne, le tout sous la table. Après tout, c’était la première fois qu’ils le disaient à quelqu’un de l’extérieur. Même leurs parents ne le savaient pas. Je tournai alors mes yeux vers Tao. Ses mèches blondes couvraient son front alors que je vis ses joues se relever doucement, un sourire doux sur le visage. Il souffla alors tendrement :

J’avais bien compris…

Puis il ajouta, avec plus de malice cette fois :

Promettez moi juste que vous avez changé les draps !

Tout le monde se mit à rire, en particulier Baekhyun pour se moquer de Kyungsoo, qu’il savait facilement gêné par ça. Ce dernier lui lança un regard bien noir pour le faire taire. À la place, les éclats de rire redoublèrent, même venant du brun. Je me surpris même à sourire, trouvant l’atmosphère légère même si mes pensées se tournaient vers autre chose. Vers « lui », encore. Parce que Tao me le rappelait un peu. Il était chinois, avait un petit peu le même accent, et ses cheveux étaient décolorés.


Je pense pouvoir endurer la solitude, même si elle n’est pas plaisante. Je peux le faire, parce que j’ai des amis. Et autant que je compte pour eux, ils comptent pour moi.






********************





P.d.v. Huang Zi Tao



La rentrée arriva sans que je n’ai pu voir le temps passé. Je m’étais déjà partiellement installé dans la chambre. Bien que la pièce était petite, elle était en effet très confortable. J’avais appris à connaître chacun de mes futurs colocataires. Ils était tous gentils. Baekhyun était celui dont j’étais le plus proche. Malgré le fait qu’il se moque de moi la plus part du temps, ça ne me dérangeait pas. Au contraire, je savais qu’il le faisait aux gens qu’il appréciait. Voilà pourquoi Kyungsoo et moi en prenions plein la tête. Et même après que l’on se soit vengés, nous en riions encore.


Jongin et Kyungsoo étaient vraiment beaux ensemble, on pouvait voir l’amour émaner d’eux, et dans le même temps ils faisaient preuve d’une grande pudeur pour l’exprimer. Je pouvais voir leurs regards, discrets et complices. Ils étaient vraiment touchants. Baekhyun et Chanyeol —parce que même s’ils ne l’avaient pas dit, il s’était avéré évident qu’ils formaient un couple— étaient mignons. Comme ils se voyaient peu, ils débordaient d’amour dès qu’ils se retrouvaient, et ce sans retenue. J’avais devant mes yeux deux couples bien différents mais infiniment amoureux.


Et Sehun… lui c’était différent. Je ne pouvais empêcher mes yeux de se poser sur lui. Depuis le rendez-vous au café, mon regard se retrouvait perpétuellement attiré par mon aîné. Ses cheveux bruns encadraient son visage aux traits fins. Le contour de ses lèvres semblait avoir été dessiné par un artiste, la ligne de ses yeux, peinte à l’encre de chine et sa mâchoire taillée d’après des statues de l’Antiquité. Je ne pouvais que le trouver immensément beau. C’est peut être ce qui m’avait tant intimidé à notre première rencontre.


Bien sûr, je mourrais d’envie de le connaître. Mais il paraissait à la fois si chaleureux et pourtant si inaccessible. Je le voyais souvent se perdre dans ses pensées, s’immerger dans ce qui semblait être de douloureux souvenirs. Et à mon tour, je m’égarais dans ma contemplation. Ou qu’il soit, je le détaillais, j’examinais les courbes de son corps. Sehun avait de l’allure, il était charismatique. Il se tenait bien droit, presque imposant à cause de ses larges épaules. Il était impressionnant avec son corps finement musclé —du moins du peu que j’avais pu voir—.


Et un petit jeu dangereux commença : « comment dessiner Sehun et en voir le plus possible de lui sans qu’il ne le sache ou ne me surprenne ? ». Ma passion était toujours la mode, et le seul qui me donnait de l’inspiration, ou qui me donnait envie de créer des tenues, c’était Sehun. Seulement ces vêtements cachaient toujours trop pour moi alors que je tentais pour la énième fois de le capturer chacune de ces courbes. Mais aussitôt que je le regardais, ma feuille devant moi, j’étais obligé de détourner les yeux. Parce que mon regard attirait le sien. Alors au premier signe où je le voyais détecter la présence de mes yeux sur lui, je tournais la tête. Et chaque fois c’était le même petit jeu. Quand il était assis au salon, je faisais mine de regarder le télé. Quand il cuisinait, je faisais semblant de boire un verre d’eau. Quand il était à l’université, je discutais avec quelqu’un. Quand il étudiait à la bibliothèque, je lisais un livre ou me cachais derrière des étagères. Mais mes yeux restaient irrémédiablement attirés par Sehun.


Je ne lui parlais que peu. Il me rendait trop nerveux. De cette manière, on aurait presque pu dire que je ne m’intéressais à lui que pour son physique mais la vérité est tout autre. Je dois bien l’avoué, au début c’était bien pour cette raison. Mais à force de l’observer, j’avais vu autre chose. Sehun restait toujours aussi mystérieux mais je pouvais voir quand il était sincère, je détectais la tristesse même dans ces sourires. Je voyais à quel point il cachait sa souffrance.


Un jour, Yi Fan m’appela. Et pour la première fois depuis presque un an maintenant, mon discours changea :

Oui, en fait…il y a quelqu’un que j’aime bien. C’est mon colocataire.

En réalisant cela, je ne pu que sourire. J’étais peut être enfin passé à autre chose. Et mon ami de longue date fut heureux pour moi. Il sortait toujours avec le mannequin français. Il me semblât alors que tous les deux avions enfin tourné la page.






********************





P.d.v. Oh Sehun



Depuis la rentrée, je croyais devenir paranoïaque. J’avais la constante sensation de me sentir observé. Comme les jeunes idiotes dans les films d’horreur. Néanmoins je ne croyais ni aux fantômes, ni qu’un serial killer pouvait en avoir après moi. Je tentais par tous les moyens d’effacer cette sensation, de l’ignorer. Mais même comme cela, je ne pouvais m’empêcher de me retourner pour regarder derrière mon épaule. Et après de nombreuses fois, j’en étais venu à une déduction. Chaque fois, Tao était présent dans mon champ de vision. Et il s’avéra que dès que je le regardais, il me semblait qu’il détournait les yeux, s’occupant futilement.


Tao et moi n’étions pas vraiment amis. Pas que je n’en ai pas envie mais il semblait mal à l’aise en ma présence. Il s’entendait bien avec les autres malgré la différence d’âge —qui n’était que d’un an, sauf pour Chanyeol, deux—. Mais quand j’avais essayé de lui parler, pas grand chose en était sortit. Il ne me dérangeait pas —mis à part son regard, si c’était bien lui— mais nous n’étions pas vraiment amis. En même temps, j’étais de nature plutôt calme, et encore plus depuis ma rupture avec Luhan, alors que Tao était extrêmement sociable et aimait les sorties.


Mais le fait que je me sente si observé m’amena à moi aussi regarder Tao. Il m’avait rappelé Luhan par bien des aspects mais je m’apercevais lentement qu’ils n’étaient pas du tout pareil — sauf pour le fait qu’il soit chinois et décoloré blond —. Non, Tao rayonnait de bonheur. On aurait dit que peut importe ce que la vie lui réservait, il vaincrait. Et son passé, du peu qu’il avait raconté, semblait accepté même quand il avait eu des difficultés. J’avais trouvé touchant qu’il soit arriver en Corée sans même parler la langue. Toujours est-il que dès que je le voyais dans les parages, je l’observais. Au début, je voulais juste savoir si c’était lui qui m’observait, puis il attisa juste ma curiosité.




***



Au début de l’année, j’avais accepté d’être référent d’un petit groupe de premières années. Je pensais que ça m’occuperait un peu l’esprit et surtout, ça me rapporterait des point bonus sur ma moyenne. J’avais fait visité le campus et voilà tout. Si les nouveaux venus avaient des questions, ils pouvaient me les poser. Dans ce groupe d’une quinzaine de jeune, il y avait Tao. Nous ne parlions pas plus que je ne parlais avec les autres étudiants. Toujours-est-il qu’une jeune fille très mignonne m’avait implorer de venir à sa soirée un mois après la rentrée. Elle s’était montrée si persévérante que je n’avais eu d’autres choix que d’accepter.




***



Les parents de l’étudiante étaient partis pour le weekend, laissant la maison à leur fille. Je n’aurais pas dû être surpris quand c’est Tao lui même qui m’ouvrit la porte.

Hey… Tu es venu finalement ! sourit Tao alors que je répondais d’un hochement de tête.

La soirée était déjà bien « avancée », les gobelets sortis et les bouteilles déjà à moitié vides. Je me laissai vite prendre par l’ambiance. Il n’y avait que la quinzaine d’étudiants que je connaissais et je me sentais plutôt à l’aise, même si je restais discret. Je prenais des nouvelles de leur premier mois de cours, et tous semblaient bien s’être adaptés. Ils me remercièrent de les avoir aidé, même si d’après moi, je n’avais pas fait grand chose. En fait, ça faisait du bien voir du monde.


Puis au milieu de la soirée, MinHa, l’hôte, nous réuni pour organiser un jeu. Nous étions donc tous serrés les uns aux autres autour de la table du salon, sur laquelle une bouteille vide tournait et tournait, désignant toujours de nouvelles personnes. Le jeu était plutôt enfantin, mon gage avait été d’embrasser le dos de la main d’une des filles présentes. Comme nous étions quinze, ça ne retombait pas sur moi. Mais je m’amusais à regarder tous les autres rire tant les gages semblaient idiots.

« Yah MinHa ! Donne des vrais gages !! » dit un étudiant.

D’accords, sourit-elle en coin, acceptant le défi. Alors le prochain gage est un vrai baiser. Et peu importe avec qui vous tomber !!!! rit-elle avec fierté.

L’assemblée partagea la même euphorie, le risque les excitant. Puis la jeune étudiante fit tourner la lourde bouteille en verre. L’assemblée générale se tût à mesure que le suspens grimpait. Puis le destin s’arrêta sur Tao.


Tous les autres riaient en se demandant avec il devrait le faire. J’aurais pu prier que ça aurait quand même été moi. Après tout, nous n’aurions pas eu d’histoire, autrement. Et ainsi, le goulot pointa le bout de son nez vers moi. Bien au milieu, ne laissant aucun doute aux deux filles autour de moi qui auraient voulu être choisies. Le silence se fit entendre puis des sifflements et des rires firent monter la pression. Je riais doucement aussi. Je pensais sincèrement qu’ils feraient retourner la bouteille puisque j’étais un garçon. Mais non.

« Un baiser ! Un baiser ! Un baiser ! » clamèrent les autres.

Et je vis Tao se lever. J’ouvris grand mes yeux, ne le lâchant plus, alors qu’il s’approchait lentement, à la manière d’un félin.

Tu fais quoi là…? lui demandais-je alors qu’il s’accroupissait en face de moi.

J’entendis plus de rire suite à ma question.

« C’est bon oppa ! C’est qu’un baiser ! », « Omo, ils vont s’embrasser ! », « Aller Sunbae ! ».


Tao ancra ses yeux dans les miens en plaçant une main derrière ma nuque.

C’est qu’un baiser hyung, c’est pour rire…

Je le fixais toujours, les yeux écarquillés. Je pris sur moi pour relaxer mon visage. Ce n’était « qu’un baiser » comme il le disait si bien. Et ce n’était qu’une fête étudiante. Rien de tout cela n’avait beaucoup d’importance. Alors je souris légèrement en soupirant, abandonnant l’idée de refuser. Tao imita mon sourire en coin et sa poigne dans ma nuque me tira à lui. Les souffles autour de nous se coupèrent et les voix se turent. Je sentis le souffle chaud de Tao contre le mien à mesure qu’il se rapprochait. J’entrevus ses yeux se fermer alors que je l’imitai la seconde d’après. Un frisson me parcourut tout le long de l’échine quand nos lèvres s’effleurèrent. Puis la pression se fit plus importante. Je ne répondais pas vraiment mais Tao allait doucement. C’était étrange d’embrasser à nouveau… Puis tout le monde poussa des cris d’encouragement comme si nous étions des bêtes de foires. Je sentis Tao se détacher quelque peu, puis il lécha grossièrement mes lèvres, rouvrant les yeux. Ils rompit l’étreinte définitivement en s’éloignant, riant à son tour, mais avec un air un peu gêné. Je le regardais s’éloigner, pensif. J’avais pensé qu’il irait plus loin. Il avait été si doux que je pensais qu’il continuerait. Mais étonnamment, non…


Les autres applaudirent et Tao retourna s’assoir. Je plaçai un sourire sur mon visage pour que les autres ne voient pas ça m’avait perturber. Du moins plus que je n’aurais voulu me l’avouer. Mais c’était mon premier baiser depuis Luhan. Et j’avais cru un instant que Tao était…sérieux ? Alors qu’au final, il en avait juste rit.


La bouteille ne nous désigna plus ni l’un ni l’autre. Je partis de la soirée avant Tao pour rentrer à l’appartement. Une fois la porte de ma chambre fermée, je me traitai d’idiot. Je n’aurais jamais dû accepté. Maintenant j’étais gêné. Je ne pourrais même pas regarder Tao en face. Je partis me coucher sur cette pensée. Trouvant vite le sommeil malgré mon esprit embrouillé.




***



Le lendemain, à peine fus-je sortit de ma chambre que je croisais déjà Tao. Je me raidis en le regardant passé devant moi. Il m’adressa un regard endormit alors qu’il allait à la salle de bain, pas encore réveillé.

S’lut…

Je le fixai, pétrifié à cause d’hier soir. Je ne pus même pas lui répondre. Il sembla s’interroger sur mon comportement avant de finalement entrer dans la salle de bain. Mais je crus apercevoir un faible sourire en coin sur son visage avant qu’il ne referme la porte. Une fois que je fus seul dans le couloir, la pression dans mon ventre se relâcha d’un coup dans un soupir. J’allais faire comme si de rien était. Il valait mieux oublier.


Plus tard dans la matinée de ce samedi, nous nous étions tous retrouvé dans le salon. Quand Tao arriva, je fis de mon mieux pour agir normalement. Et j’y arrivai parfaitement. Je n’ignorais pas Tao, mais j’évitais juste de lui prêter attention. Et tout se déroula parfaitement bien. Baekhyun et Chanyeol voulaient rester enfermés tous les deux toute la journée étant donné que le lendemain, le plus grand partait pour deux semaines entières en Chine. Kyungsoo allait réviser à la bibliothèque, alors Jongin me demanda pour aller s’entraîner à la danse. Tao pensait juste trainer ici.


Après que j’ai accepté et pris mes affaires dans ma chambre, Jongin me rejoignit dans l’entrée, lui aussi munit de son sac. Tao était déjà retourné dans sa chambre, et Chanyeol et Baekhyun avaient déjà fermé la porte à clé.

Attends, Sehun ! m’interpella doucement Jongin alors que nous aurions pu y aller. On pourrait demander à Tao s’il veut venir…? Il va rester tout seul ici sinon.

Je réfléchis quelques secondes.

Non. Il s’ennuierait… On y va ?

Je ne voulais pas que Tao soit là. Je me trouvais presque méchant de faire ça, mais je ne voulais pas lui faire face. Jongin me lança un regard aussi étonné qu’interrogateur mais me suivit sans dire un mot.






********************





P.d.v. Huang Zi Tao



J’avais trouvé drôle de voir Sehun tout gêné après le baiser d’hier soir. J’avais tant prier pour tomber sur lui. Après tout j’avais le béguin. Et quand la bouteille le désigna, je crus mourir de bonheur. Mais le but de tout ça étant le baiser, je ne pouvais pas encore laisser ma dernière heure arriver. J’avais vraiment cru que Sehun dirait non. J’en avais même eu peur. Mais je désirais tellement goûter à ses lèvres, que je réussis à le faire céder. Seulement, sans savoir pourquoi alors que je riais l’instant d’avant, je me surpris à vouloir faire les choses « bien ». J’avais été le plus doux possible, je ne voulais pas le forcer. Mais c’était exactement ce que je faisais. Je me vus alors obliger de séparer nos lèvres. Ce n’était pas le genre de premier baiser que j’avais voulu avoir avec Sehun. Mais forcé de cacher mes sentiments, j’avais juste tourner ça comme une blague.


J’étais presque sur un nuage. Je me disais qu’avec ça, Sehun ne pourrait plus m’ignorer. Ou du moins, il serait obliger de me considérer. Sauf que les bras m’en tombèrent quand il rejeta officiellement ma présence alors que Jongin lui demandait à ce que je vienne les voir danser. Je voulais juste prendre un paquet de chips mais à la place, j’avais surpris la conversation. Ça faisait mal de se faire ignorer comme ça. C’était même pire, il n’avait pas voulu de moi, je m’étais fait rejeter.


Pourtant ma tristesse laissa vite place à un agacement. Si c’était ce baiser qui dérangeait tant Sehun, alors j’allais lui répéter constamment, lui faire y penser, jusqu’à ce qu’il ne voit plus l’intérêt de m’éviter. Jusqu’à ce que ce stupide baiser devienne anodin. Même si je n’en avais aucune envie.





*******************





P.d.v. Oh Sehun



J’étais dans la cuisine. Je coupais des légumes pour faire une soupe de nouilles pour tout le monde. Ça faisait un moment que j’étais seul. Tous les autres étant dans leurs chambres. La danse avec Jongin m’avait épuisée. Je m’étais bien défoulé et à la fin même Jongin n’en pouvait plus, alors qu’habituellement, c’était l’inverse.


J’avais juste entendu des pas, je n’avais fait plus attention que cela, continuant de couper les aliments. Puis quelque chose vint se coller à mon dos. Une main prit le couteau que je tenais, et une autre se mit sur ma deuxième alors qu’elle tenait un légume. Je sentis un souffle contre mon cou et je pus apercevoir des cheveux blonds décolorés. Je me figeai en sachant que celui qui était collé à moi, c’était Tao.

Attention… susurra-t-il à mon oreille. Tu tiens mal le couteau, tu pourrais te couper.

Il bougea sa main sur le couteau et souffla à nouveau, laissant ses lèvres caresser la peau de mon cou alors qu’il disait :

Comme ça… tu vois ?…

Il lâcha le couteau, puis mon autre main. Il prit une lamelle de carotte et se détacha de moi. Il partit comme il était venu, sans un bruit, sans même attendre une réponse alors que mon esprit ne comprenait même pas ce qu’il venait de se passer.


Toute la semaine qui suivie fut un enfer, une torture pour mon esprit. J’étais persuader que Tao faisait tout cela exprès. Que ce soit toucher ma main quand je prenais quelque chose, me tenir les portes, être sur-protecteur en me disant de faire attention à tout bout de champ, Tao devenait beaucoup trop tactile avec moi. Ses regards, que je sentais depuis un moment, ne furent plus un mystère car ce dernier ne prenait même plus la peine de détourner les yeux, me souriant simplement en retour. Il était en train de me rendre fou, et je pensais presque constamment à lui.


Alors peut être bien que j’étais attiré par Tao. Peut être même un peu qu’une simple attirance puisque je me demandais ce que ce serait d’être avec lui. Serais-je heureux si nous sortions ensemble ? Un sourire m’échappait souvent à cette pensée. D’accord, il avait réussi à me tourner la tête, je commençais doucement à tomber pour lui. Mais à la pensée d’avoir Tao auprès de moi, s’ajoutait celle de la possibilité qu’il m’abandonne. Et je ne pourrais pas le supporter. Alors je fuirais mes sentiment s’il le fallait. Mais je resterais seul, et ainsi, je ne serais pas blessé…






********************





P.d.v. Huang Zi Tao



Malgré tout mes tentatives pour me rapprocher de Sehun, ce dernier semblait totalement passer à côté. J’en avais marre de me sentir aussi ignorer et rejeter. Voilà pourquoi je sautai sur l’occasion quand j’appris que MinHa refaisait une soirée. Une fois de plus, je lui demandai d’inviter Sehun. Elle dû insister encore plus cette fois pour réussir à le convaincre. Je la voyais revenir vers moi avec un sourire.

C’est bon, il viendra !

Merci MinHa. Tu me sauve la vie, la serrais-je dans mes bras.

Tu devrais faire attention, la dernière fois le hasard a bien fait les choses mais si on rejoue… ce n’est pas dit que tu tomberas sur lui.

Je fis une grimace.

Je sais, je sais… T’inquiète ça va bien se passer !


Mais j’étais loin de la vérité. Maintenant, Sehun m’évitait délibérément. C’était pire qu’avant, quand il faisait juste semblant de ne pas comprendre mes attentions. Non, désormais, quand il me voyait dans un couloir, il faisait carrément demi-tour. Ça n’était arrivé qu’une seule fois mais tout de même, ça faisait vraiment mal. J’avais croisé son regard, je l’avais vu soupirer, se retourner, et partir la tête basse. En plus, c’était juste avant la soirée de MinHa. Tous mes plans étaient désormais ruinés.


Ma fierté dût alors l’emporter car pendant la soirée, j’avais commencé à en vouloir à Sehun. Ou peut être était-ce à cause des quelques verres que j’avais bu. Je le voyais discuter et rire avec les autres alors qu’il m’évitait toujours autant. Le temps passa un peu et certains demandèrent à remettre ça avec le jeu de la bouteille. Le jeu passa, lentement. Ni moi ni Sehun ne fûmes désignés. Puis MinHa annonça :

Attention tout le monde ! Le vrai baiser est le prochain gage !!! rit-elle sous les acclamements de ses camarades.

La bouteille fut lancée, désignant un garçon que je ne connaissais pas —MinHa ayant invité plus de monde cette fois—. Le garçon semblait un peu timide, il mit sa main sur sa bouche.

« Je me demande sur qui je vais tomber… » dit-il, les joues rosissantes.

Et sans que je ne puisse me contrôler, les mots sortirent :

Au pire, ne te fais pas de souci. Sehun embrasse bien et en plus il oublie aussi vite ! ris-je avec d’autres.

Seulement le regard du principal concerné fut si noir que je sus aussitôt que j’étais allé trop loin. Nos yeux restèrent ancrés à ceux de l’autre pendant un instant avant que Sehun ne se détourne.


Je le vis se lever et partir, se dirigeant vers les toilettes, à l’étage de la maison. Instinctivement, je le suivis. Je montais les escaliers, la boule au ventre. Je me sentais désolé pour ce que j’avais dit et j’avais peur que Sehun ne m’en veuille vraiment. Je me perdais dans mes remords quand soudain, je fus violemment plaqué au mur, le col de mon teeshirt dans la poigne de Sehun qui avait un air mauvais sur le visage. Sa voix grave se fit discrète, basse, mais dure et froide :

Non mais c’est quoi ton problème ?!






********************





P.d.v. Oh Sehun



J’étais tellement en colère à cause du comportement de Tao. Il se permettait ce genre de remarque devant tout le monde. C’était trop. C’était blessant de savoir qu’il pensait ça de moi. Et ça me mettait tellement en colère. Je ne savais pas s’il me suivrait, mais j’espérais juste. Alors quand je vus qu’en effet, il s’était levé aussi, je jubilais, mourant d’envie d’enfin avoir une sérieuse explication avec lui. J’en avais trop marre de son comportement. C’était trop difficile de l’ignorer.


Je le tenais désormais fermement contre le mur, immobile. Je n’aurais jamais pensé que j’étais capable d’un tel acte, mais là maintenant, je bouillonnais.

« Non mais c’est quoi ton problème ?! » demandais-je, le visage crispé par la colère.

Tao me fixait et je soutenais son regard. Au bout de quelques secondes après lesquelles il ne répondit pas, je m’aperçus de la courte distance qui séparait nos deux visage. Je pouvais presque sentir son souffle au parfum alcoolisé sur ma bouche. Je le regardais toujours, bien décidé à ne pas céder.


Tao fut le premier à baisser les yeux. Mais il ne le fit que pour une fraction de seconde. Je devais rêver, mais il me semblait qu’il venait juste de regarder mes lèvres. Je haussai un sourcil, étonné, alors qu’il répétait son petit coup d’oeil. Et à force de le voir observer de moins en moins brièvement mes lèvres, j’eus l’envie se contempler les siennes aussi. Ma prise se fit plus douce sur le teeshirt de Tao. Les traits de mon visage s’adoucirent un tout petit peu à cause de l’hésitation qui me traversait. Je me sentait torturer de l’intérieur. Devais-je céder ? Je m’étais pourtant promis de ne pas regarder Tao.


Puis sans même le vouloir, mes yeux descendirent sur ces lèvres. Ces jolies courbes qui même sans sourire semblait se relever aux extrémités. Mais je ne pouvais pas, je ne voulais pas me laisser avoir par mes désirs. Mon expression se durcit à nouveau, tout comme ma poigne alors que mes yeux replongeaient dans ceux de Tao. Je ne cèderais pas. Alors pourquoi je n’arrivais pas m’éloigner ? Je devais m’écarter de Tao. Il m’empêchait de réfléchir correctement.


Je sentis alors des mains se glisser dans ma nuque, ne réalisant pas tout de suite dans quel piège je me retrouvais prit. Puis ce fut trop tard, je sentis une douce chaleur électrisante contre mes lèvres. Tao m’embrassait tout doucement, aussi chastement que la première fois. Je me sentais fondre au contact. Toute ma colère, mes peurs, mes interrogations, envolées.


Pourtant la seconde d’après, je m’écartais brutalement de lui, ou du moins j’essayais. Il me quitterait. Je serais malheureux. Et une nouvelle fois, j’aurais le coeur brisé. Déjà que je ne me remettais pas de Luhan, je ne pourrais pas endurer une nouvelle rupture. Nos lèvres furent séparées mais les mains de Tao restaient nouées autour de ma nuque. Je forçais pour qu’il me lâche le plaquant plus au mur un peu plus alors qu’il tirait pour me recoller à lui.


Tao me regardait droit dans les yeux alors que je voulais fuir, me gardant sous son emprise. Ses yeux noir brillaient dans la pénombre du couloir. Je ne saurais dire si ces derniers me ramenaient à la raison ou s’ils me la faisaient perdre, mais une fois que je me perdis dedans, je ne pensai même plus à revenir. J’abandonnai à nouveau toutes idées de me débattre, ou de combattre cette envie qui était devenu irrépressible. Peu importaient les conséquences. Je le voulais trop.


Cette fois, je fondis sur les lèvres de Tao en tirant sur son teeshirt pour le rapprocher de mon corps. Nos lèvres se rencontrèrent en une fraction de seconde, comme un choque. J’avais tant attendu, le désir d’avoir ces lèvres contre les miennes était si fort que mon baiser en était violent. Et pourtant ça ne semblait pas déranger Tao. Je le surplombais en écrasant nos lèvres, mordillant les siennes parfois. Je ne saurais même pas dire à quel moment le baiser fut approfondit. Les seuls sons que j’entendais étaient ceux de nos respirations et de nos bouches. La seule chose que je sentais, c’était le corps de Tao contre le mien. Et je me moquais du reste.


Au moment ou Tao tenta de bouger je tirai ces cheveux en arrière pour reprendre sa bouche. Je le re-plaquai au mur, toujours aussi brutalement, avec tout mon corps contre le sien. J’avais chaud, j’étais à bout de souffle, mais je pouvais sentir sous moi, que Tao ressentait là même chose. Ses mains voyageaient sur mon dos et m’attiraient à lui comme si nous étions encore trop loin.


Il m’entraîna un peu plus loin, glissant contre le mur, atteignant une porte, qu’il ouvrit et dans laquelle nous nous engouffrâmes. Il la claqua derrière nous. Je réalisais alors seulement où nous étions. Une chambre d’amis aux vues du caractère impersonnel. Je pris quelques secondes de répit, hésitant un instant à me sauver. Mais Tao plaça une main sur ma joue et reprit ainsi toutes mon attention. Il m’embrassa doucement. Mais je ne voulais pas de cette douceur. Je connaissais déjà ça. Je poussai Tao sur le lit avant de venir le surplomber, à quatre pattes au dessus de lui, reprenant le baiser avec plus de fougue encore.


Et pourtant ce combat intérieur continua. Quand Tao défit ma ceinture, je me débattis, prenant ces poignets pour les maintenir au dessus de sa tête. Mais malgré ça, quelques secondes plus tard je cédais, le laissant faire. Une fois nus, je réalisai seulement à quel point j’avais pu le désirer. Il était si beau. J’avais beau être violent, il savait comment m’adoucir. Et pourtant, il acceptait tout de moi. C’était le deuxième homme avec qui je faisais l’amour, et pourtant, ce fut le premier à qui je fis l’amour.


Je ne pouvais réprimer toute cette colère en moi, . Pendant ces dernières semaines, Tao m’avait rendu fou. Alors chaque souffle coupé, chaque gémissement de plaisir que je lui faisais pousser, me calmait. Malgré ce côté violent au début, je me radoucis lentement à mesure que nos corps apprenaient à se connaître. Tao était sur le ventre, sous le poids de mon corps. Je voyais ces mains se resserrer sur les draps, les enfermant dans sa poigne. Je vus les traits de son visage, torturés par le plaisir que j’arrivais à lui procurer. Et je le trouvai beau, magnifique même. Je vins collé mon torse nu contre la peau de son dos. Nos visages n’étaient plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Tao ouvrit un oeil en me sentant me rapprocher. Son regard sembla me supplier, alors je me permis de lui voler ce baiser. Tous mes gestes ralentir alors que je profitais des sentiments que Tao réveillait en moi. Peut être que j’aimais Tao depuis plus longtemps que je n’avais voulu le croire. En tout cas, je l’aimais, et ça, je m’en rendais bien compte.






********************






P.d.v. Huang Zi Tao



Le matin, mes yeux s’ouvrirent difficilement à cause de l’agressif rayon de soleil qui narguait mes iris encore habituées à la pénombre. Je me tournais naturellement de l’autre côté pour fuir cette lumière. Je fus alors forcé de constater que je n’étais pas tout seul dans ce lit. Sehun dormait paisiblement, tourné vers moi, le visage détendu et la respiration calme. Je prenais le temps de l’observer, savourant chaque souvenir de la soirée d’hier.

J’avais eu raison de suivre Sehun, j’avais bien fait d’insisté. Je le savais, je pouvais le sentir. Au fond de lui, je l’attirais. Je n’aurais peut être pas dû faire l’amour aussi tôt avec lui, mais ça semblait être une habitude chez moi. Je ne regrettais pas. Après tout il était encore là. Et même s’il avait été pressé et impatient au début, je ne pouvais oublié ce baiser, ces caresses, toute la douceur dont il avait fait preuve. J’avais suffisamment confiance en lui pour savoir que je ne regretterais pas.


Après de longues minutes à contempler Sehun et ces lèvres pulpeuses, je me levai doucement, récupérant mes vêtement de la vieille en essayant de ne pas faire trop de bruit, regardant souvent dans la direction du lit. C’est comme ça que je vis Sehun passer un bras sur la place où je me trouvais un peu plus tôt. Il n’était pas encore réveillé, mais en ne sentant rien d’autre que le vide, ses sourcils se froncèrent et il ouvrit difficilement les yeux sur la place vide. Il était mignon, tout décoiffé et les yeux plein de sommeil. Il se releva soudainement quand il s’aperçut que je n’étais plus là, puis me vit me rhabiller. Il détourna les yeux alors que je le regardais.


Je ne savais pas trop quoi dire, mais en voyant ses yeux fuyants, je perdis toute ma belle confiance. Ma voix sortit plus faible que je ne l’aurais voulu :

Ça pourrait être…juste une nuit comme ça… Ou bien, ça peut être plus.

Mes yeux s’ancrèrent sur Sehun. Il releva la tête vers moi l’air gêné, puis un sourire en coin naquit à la commissure de ses lèvres alors qu’il se laissait retomber dans les oreillers, me regardant toujours.

Alors… on peut essayer ? dit-il le sourire aux lèvres et la voix cassée.

J’avais eu si peur qu’il refuse que je mis quelques secondes avant de réaliser. Je lâchai mon pantalon que je m’apprêtais à remettre sans pouvoir empêcher mes joues de se relever. Je retournai dans le lit, me glissant dans la chaleur des draps.


Aucun de nous deux ne parla alors que l’on se regardait. Nos corps étaient à nouveau collés l’un à l’autre. Nos visage se faisaient face, seulement séparés par quelques centimètres. Nos yeux clignaient lentement alors que nous nous observions. Puis je vis Sehun se mordre la lèvre inférieur. Comme réponse, mes sourcils se froncèrent. Puis la voix de Sehun se fit entendre alors qu’il détourna les yeux :

Tao…Je sais que ce n’est que le début et que c’est idiot de demander ça, mais…ne me quitte pas du jour au lendemain… C’est sérieux pour moi si on est ensemble…

Il releva les yeux vers moi. Je vins placer une main sur sa joue :

Tu sais Sehun… je suis sérieux aussi. En fait…je sais pour ton ex. Baek me l’a dit quand il était bourré. Mais je ne suis pas lui. Fais moi confiance, ok ?

Sehun me regardait, les yeux écarquillés moment, puis hocha de la tête.


Nous restâmes dans le lit encore longtemps. Sehun me parla de lui, de son ancienne relation. Et je lui livrai aussi mes secrets, mon histoire. Je n’avais pas peur qu’il me juge. Alors que la matinée défilait à grande vitesse, nous avions dû quitté la chambre. En descendant, MinHa failli s’étouffer. Elle ne savait même pas que nous étions toujours là. Elle rit et poussa des gémissements d’adoration quand elle vit nos mains ensemble à Sehun et moi. Elle nous répéta cent fois que c’était « trop mignon ».



Et Sehun et moi ne pouvions que sourire. Nous étions ensemble après tout. Qui sait pour combien de temps ? Peu importe, c’est le présent qui est important. Nous ne pouvons qu’espérer le meilleur pour le futur. En attendant, je l’aimerais de tous mon coeur et je ferais de mon mieux.






********************





P.d.v. Park Chanyeol



Envoyé une démo avait été l’idée de mon ami Yixing. Nous avions souvent fait des compositions ensemble. Et il avait toujours ce rêve d’entrer dans le monde de la musique, alors que moi, je l’avais un peu abandonné. Puis un jour, je reçu un appel. Un producteur voulait nous rencontrer. Et après cela tout s’enchaîna. Les auditions, le contrat, les cours pour devenir compositeur, le planning. J’avais dû quitté l’université, cette fois mes parents m’en voulaient vraiment. Ça avait été dur pour moi, même Baekhyun ne voulait pas me soutenir au début. Mais je compris vite que c’était parce que je ne l’avais pas pris en compte. Et quand je réalisais à quel point j’allais uniquement briller par mon absence, je me sentis désolé pour lui. J’avais été injuste.


Dire qu’il me manquait serait un euphémisme. Je me sentais parfois trop mal de le voir si peu, presque en manque de cette dose de folie et d’affection. Je me sentais jaloux de savoir qu’il trainait avec d’autres gens. Je ne regrettais pas mon choix, mais c’était un mal pour un bien, et partout, il y avait des avantages comme des défauts. Mais petit à petit, nous avions pu trouver un rythme. Et désormais il me soutenait.



Notre relation à Baekhyun et moi n’a pas été simple. Malgré tout l’amour que nous éprouvions l’un pour l’autre, nous nous sommes souvent quittés. Et pourtant nous sommes toujours revenus ensemble. Avec le temps, nos familles nous avaient acceptées. Notre couple était peut être « épique », mais il était rempli d’amour. Peut être trop parfois, car l’amour à ces vices. Mais à chaque problème, nous finissions par trouvé une solution. Voilà comment était notre relation : petit à petit, pour faire toujours mieux, ensemble.






********************





P.d.v. Byun Baekhyun



Je sais que je peux être capricieux, mais je ferais des efforts. Malgré toutes les fois où nous nous sommes séparés, il y a une chose qui ne changera jamais, Chanyeol est le seul homme que j’aime. Son absence fut difficile, et elle créait des conflits, seulement parce que nous étions mieux ensemble. Les années passent lentement, et tout ce que je peux espérer, c’est que nous soyons toujours tous les deux.





********************





P.d.v. Oh Sehun



Sortir avec Tao est arrivé du jour au lendemain. Je n’avais pas prévu ça, mais il m’a guéri. J’avais eu peur de l’amour, et j’ai toujours peur que les choses finissent mal entre nous, mais je veux quand même essayer. Parce qu’il n’y a pas plus grand bonheur que l’amour. Mon passé fait parti de moi, je n’en veux plus à Luhan, je n’ai ni regrets, ni haine. J’apprends de mes erreurs, Tao et moi avançons lentement. Mais sa main prend toujours la mienne dans les moments difficiles.





********************





P.d.v. Do Kyungsoo



Étape par étape.

La première fut de le dire à nos familles, et ce fut la plus difficile. Les parents de Jongin n’étant déjà pas très proche de lui, ne montrèrent que peu leur déception. Ils ne prennent qu’une à deux fois par an de ses nouvelles, demandant des miennes aussi. Mais je sais que Jongin en souffre. Je ne peux que le réconforter.

Mes parents n’avaient pu qu’accepter. Ils avaient été heureux de voir le bonheur peint sur mon visage. Et ils me voyaient revivre. Cela changeait bien de mes années lycée. En revanche, jamais nous ne dirions qui était Jongin pour moi à cette époque là. Nous en avions convenu comme ça à ma demande.

Comme tous les couples, nous avions nos problèmes, nos travers du quotidien. Et même si parfois nous nous énervions, nous n’oublions jamais qu’au moins, nous étions ensemble. Nous imaginer sans l’autre n’étais même pas envisageable.

La seule fois où nous nous étions vraiment disputés était quand Jongin était partis en tournée avec une troupe de danseur, pendant plus de 1 mois. Mais si ça n’allait pas, c’est parce que nous n’étions pas ensemble. Et aussitôt retrouvés, que nous étions à nouveau heureux.

J’avais, j’ai et j’aurais toujours besoin de lui. Je l’aime, c’est tout.






********************





P.d.v. Kim Jongin



« Pour mon entrée à l’université, j’ai trouvé une colocation bon marché. »

Voilà comment tout a commencé… Nous avons tous vécu nos années universitaires ensemble. Nous avons eu nos lots d’amitiés, de fous rires, de larmes, de bonheurs, et de malheurs. Mais chaque fois, nous avions quelqu’un su qui compter, une personne avec qui partager.


Les années ont passées, mais ce lien invisible est resté, nous gardant unis.

Tao devint un grand créateur. Il réussit à percer dans le monde de la mode. Il fit de Kris Wu son égérie. Nous avions bien entendu reconnu ce dernier, apprenant donc qui il était pour Tao par la même occasion. Nous avions un choque mais ni Kyungsoo ni moi ne lui en voulions encore. C’était du passé. Tao et Sehun restèrent ensemble longtemps puis se séparèrent, restant de très bons amis tout de même. Tao semble être retourné avec YiFan. Après toutes ces années, ils s’étaient enfin retrouvés.

Sehun, grâce à son talent pour la chorégraphie entra dans une Entertainment et créa certaines des plus belles danses. Il s’impliqua ensuite en tant que directeur artistique, complétant ses chorégraphies avec des clip vidéos, des shows sur scènes, et cetera. Il avait le don de créer des choses visuellement et artistiquement magnifiques. C’est comme ça qu’il rencontra le producteur Kim JunMyeon, avec qui il est toujours.

Chanyeol devint un compositeur de talent, reconnu dans le domaine de la musique. À son grand bonheur, il n’était pas trop médiatisé, et ça lui permettait de vivre une vie paisible auprès de son amoureux. Malgré tous les incidents de parcours de leur couple, ils finirent par trouvé le bon équilibre.

Baekhyun devint chanteur alors qu’il n’était pas prédestiné à cela. Il ne faisait pas partis de l’industrie des idoles, il prêtait seulement sa voix pour des chanson de drama. Il était d’ailleurs souvent en collaboration avec Chanyeol. Ils gardaient leur relation secrète, mais leurs regards ne trompaient pas. Et beaucoup avaient des doutes. À la demande du plus petit, ces deux là s’étaient mariés à Las Vegas. Rien d’officiel, mais nous avions tous bien ri pendant ce voyage.

Kyungsoo, grâce à Baekhyun qui le recommanda à une agence, devint professeur de chant pour les futures idoles. Il aimait son travail, c’est ce qu’il avait toujours voulu faire. Avant ce qu'il soit recruté, il enseignait à des enfants et il continua, mais bénévolement, formant ainsi de futur chanteur qui n’avaient pas les moyens de se payer des cours dans les grandes écoles préparatoires à l’art du spectacle.

Et grâce à Kyungsoo, je devins professeur de danse dans la même section que lui. J’avais été danseur pendant de nombreuses années, trouvant enfin la stabilité avec ce travail, nous permettant à Kyungsoo et moi d’être enfin pleinement ensemble.


Les années ont passées, et nous avons tous évolués. Nous ne savons pas où tout cela nous mènera. Pourtant, nous pensons être destiné à nous aimer, alors que nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve.

Nous espérons juste être heureux…

Au fond, nous comme tout le monde n’est ce pas ?




« Dis Kyungsoo,



J’aurais dû regretter certain de mes choix. Pourtant tout ce à quoi je pense, c’est que s’il en avait été autrement, nous ne nous serions pas aimer.

C’est probablement un peu égoïste.

Pourtant, alors que je pensais que nous étions destiné à nous faire souffrir, nos sentiments ont changés, nos intentions aussi.

Les mots n’ont de force que le sens qu’on leur donne. Et malgré la petite taille de cette phrase, il n'en existe pas de meilleures.

Je t’aime. Do Kyungsoo.


Jongin. »



FIN


____________________________________________________


Voilà, cette fois c’est vraiment la fin ! C’était ma première fiction, j’ai pu parler de pleins de sujet, dont de nombreux qui me tenaient à coeur. L’histoire m’a libérée et ça a été un plaisir de l’écrire. J’ai adoré faire vivre mes personnage.


Je voulais remercier certaines personnes. Tout d’abord les personnes qui ont commentées ! Parce qu’elles m’ont beaucoup aidé. Autant dans mon écriture que dans l’avancée de l’histoire. (Je n’oublie pas les En Visite ! Mais je ne peux pas les nommer).


Floupp

EdenFly

Camxs

BlondeOnBlonde

camerlld

Cha

darknesseyes

MimiVIXX

EXOfan-FIGHTING

MAM_DO

MissLunaGood

Taehyung

Kazuato


Et une mention spéciale pour celles qui m’ont le plus suivie ! Merci ! Vos commentaires m’ont toujours fait très plaisir !

Cherry Merry

Ange.C

HELLOW/V


Ensuite il y a ma bêta Dougieday ! Sans qui l’histoire n’aurait jamais ressemblé à ça ! Elle m’a encouragée et c’est grâce à son quasi harcèlement que je vous publie enfin ce dernier chapitre.


Merci d’avoir suivi cette histoire !!!!!

(de 85,461 mots)


(=° °=)