Cycle 1 - Journal 10

par AkiKumiko

JOURNAL X

 

Un nouveau grondement fit trembler le sol. Sehun n’en tint pas compte, et continua de courir, essayant de combattre la ghoule qui le poursuivait. Mais les tunnels étaient bien trop sombres, ce qui ne faisait pas pencher les combats en sa faveur. Son adversaire réussit à le toucher, le griffant le long de son bras gauche, et il étouffa un cri de douleur. De rage et de désespoir, il envoya son épée qui alla se ficher dans la poitrine de la créature. Celle-ci s’écroula, morte sur le coup. Sehun retira la lame et la nettoya sur le cadavre, avant de reprendre sa course, ne se souciant pas de sa blessure.

Lors de sa chute, il avait eu de la chance de se rattraper in extremis à des racines, lui permettant de descendre sans se blesser, au contraire des autres soldats qui s’étaient fait ensevelir par la terre et les rochers. Même s’il se retrouvait ainsi seul, il s’estimait heureux d’être encore intact. Pourtant, les grondements qu’il entendait parfois ne le rassuraient pas, et il se hâta de chercher ses amis. Par chance, il n’avait rencontré que quelques ghoules isolées, lui permettant de sortir vainqueur de chaque confrontation ; mais plus il s’enfonçait dans les boyaux, et plus la lumière se faisait rare, et plus les combats se faisaient difficiles.

-          Faites que je ne meure pas ici…

C’était la seule pensée qui trottait dans son esprit, tandis qu’il avançait. Il ne pouvait pas réfléchir à autre chose. Un autre monstre fit son apparition alors, arrachant un soupir à Sehun, qui para alors l’attaque de son opposant, dont le corps luisait, des gouttes d’eau ruisselant le long de ses muscles contractés. Ses dents qui enserraient le métal étaient acérées, et les griffes anormalement longues. Sehun recula vivement, et préparant rapidement son arme à feu, tira, mais la ghoule était trop rapide.

-          Zut !

Il arma une deuxième fois le fusil, et cette fois-ci, toucha la ghoule à l’épaule. Celle-ci s’arrêta, observant le trou d’où coulait son sang, puis fixa Sehun d’un sourire sadique.

-          Joli. Tu sais bien combattre dis-moi.

La voix grave de la ghoule stoppa net le jeune homme, comme si des liens invisibles l’entravaient. Le regard de son adversaire, perçant et glaçant, le jugeait de la tête aux pieds. Il le savait, il avait devant lui une ghoule bien plus puissante qu’une ghoule vampire.

-          Qu’est ce que vous êtes au juste ?

-          C’est vrai que nous avons rarement le privilège d’apparaitre devant vous, pauvres humains aussi éphémères que des insectes. Les autres ghoules se débarrassent si facilement de vous.

Et sans prévenir, la créature monstrueuse bondit sur Sehun, qui n’eut le temps que de contrer l’attaque, et son épée se brisa sur le coup, le laissant désarmé. Il roula au sol, entre les jambes de son adversaire, puis tenta de tirer, mais celui-ci se retourna facilement et planta ses griffes dans l’épaule du jeune soldat, qui ne put s’empêcher de crier de douleur.

-          Ça fait mal, n’est-ce pas ?

Et la ghoule retira violemment ses longs ongles tranchants, faisant ainsi gicler le sang. La plaie était profonde, mais Sehun tenta de l’oublier, reculant et esquivant le plus rapidement possible, tandis que son opposant continuait à attaquer. Il ne vit pas alors le trou qui était sous ses pieds, et il chuta lourdement, découvrant un niveau inférieur. La ghoule sauta à son tour, un rire résonnant dans la galerie.

-          Dommage pour toi…

-          Sehun !

Le cri venait de derrière la créature, qui, surprise, vit alors une pointe aiguisée traverser son ventre. Le jeune homme se releva et vit Kris, qui courait vers eux, et tirant l’épieu enfoncé dans la chair du monstre, le jeta derrière et attrapa le bras de Sehun, l’entrainant dans sa course.

-          Il faut qu’on dégage de là, et vite !

Kris avait raison. La ghoule s’était relevée, et malgré la gravité de sa blessure, il restait très agile et rapide. Le regard noir qu’il jetait aux deux soldats ne présageait rien de bon.

-          Tu as encore ton pistolet ? demanda Sehun.

-          Tiens.

Il prit l’arme de son compagnon, et récupéra les balles qui se trouvaient dedans, pour recharger la sienne. Il ne savait pas où ils allaient, mais Kris semblait mieux que lui où se diriger, et le jeune homme se laissa guider, tout en surveillant derrière la ghoule qui commençait à trainer, le sang coulant et finissant sur le sol du tunnel sombre. Sehun pointa alors son fusil vers le monstre, et son doigt pressant la détente, il le toucha à l’épaule, car leur ennemi pouvait encore esquiver, mais plus assez rapidement. Kris posa sa main sur le canon, le baissant.

-          On risque d’attirer d’autres ghoules. Il faut qu’on remonte, et vite.

Puis continuant de courir, ils arrivèrent à l’embouchure d’une galerie, qui était en hauteur. Kris sauta, l’atteignant sans trop de problème. Il aida son benjamin à y grimper, et s’y engouffrant, ils retrouvèrent le niveau supérieur, plus clair.

-          Tu crois que la ghoule nous suit encore ?

-          Je ne sais pas. Mieux vaut continuer à le semer encore un peu.

-          Qu’est-ce que… ce genre de ghoules ? Nous n’avions jamais vu ça…

-          Je ne sais pas. Il avait la même aura que celle dans l’arène, quand Baekhyun et Suho combattaient… En tout cas, ils sont plus puissants que les ghoules vampires.

Après quelques minutes, Kris les autorisa à s’arrêter, et jeta un rapide coup d’œil à la blessure de Sehun, puis la sienne, située sur sa jambe, avant de relever la tête, alerté par un son de pas.

-          Kris ! Sehun !

-          Jinki ! Luhan !

Ce dernier courut rapidement vers les deux, rassuré de voir des visages qu’il connaissait.

-          Vous êtes blessés !

-          Ne t’inquiète pas, le rassura Sehun. Je peux encore combattre. Et Kris aussi

Ce dernier acquiesça. Luhan les regarda un peu sceptique, mais ne dit mot.

-          Il faut qu’on retrouve la surface, intervint Jinki. On ne peut pas rester ici éternellement.

-          Oh que si.

La voix qui venait de s’exprimer les fit sursauter. Sehun blêmit alors, car il reconnaissait le timbre. Il tira le bras de Luhan, qui ne comprenait pas, et se mit à courir, Kris trainant avec lui Jinki.

-          Il vous arrive quoi ? s’écria celui-ci.

-          Ce n’est pas une ghoule ordinaire qui nous poursuit, expliqua Sehun. Cette chose est plus puissante…

-          Vous ne m’échapperez pas !

Le monstre poussa alors un hurlement, qui stoppa net les quatre fuyards, tant il était puissant et leur vrillait les tympans, comme quelque chose qui venait insidieusement percer leurs oreilles pour venir détruire leur cerveau et toute conscience. Sehun se sentit sombrer dans l’inconscient, mais il fut secoué à temps par Jinki qui lui introduisait ces fameux bouchons de cire, qui atténuèrent l’attaque sonore. Se ressaisissant, il vit alors que la ghoule les avait rejoints, et d’un coup, leur adversaire donna un coup, projetant Jinki contre la paroi. Luhan se jeta sur le soldat, pour le retirer des griffes du monstre, tandis que Kris bondissait tant bien que mal derrière, l’épieu frappant le dos de leur opposant affaibli par la perte de sang. Malgré tout, il restait robuste, et attrapant le manche de la lance, la brisa et envoya au sol Kris, aggravant la blessure à la jambe qu’il avait. Sehun prit alors sa décision. Armant son fusil, il recula, tandis que la ghoule était occupée avec Luhan qui se mouvait rapidement, l’assaillant de coups d’épée. Peu lui importait la suite, il n’avait pas le droit de rater son coup. Un coup sonore résonna ensuite, et une gerbe de sang, d’os et de cervelle gicla alors, tâchant les parois irrégulières et Luhan.

Mais ce n’était pas lui qui avait touché la ghoule en pleine tête. Il en était certain. Sa balle n’avait touché que le cou. Cela aurait largement suffi à tuer leur adversaire, mais pas instantanément. Une voix familière retentit, et Sehun reconnut alors Chen.

-          Vous allez bien ?

-          Chen !

La tête de leur ami apparut alors à travers un trou, et leur lançant une liane, il les remonta à la surface, puis ils s’enlacèrent chaleureusement, rassurés et soulagés.

-          Heureusement que le cri de la ghoule m’a permis de vous localiser… Un peu trop tard malheureusement…

-          Tu es arrivé à temps et c’est le plus important, répondit doucement Luhan.

Ils étaient de retour à la surface. Mais ce qui sauta à leurs yeux était la plaine où ils étaient avant leur chute. La surface, autrefois plane, était couverte à présent de trous et de tranchées. D’autres soldats étaient là, sûrement sauvés par Chen, ou alors tombés dans des tranchées, parcourant les rebords et cherchant d’autres soldats qui auraient pu se trouver assez proches d’eux pour les remonter. Des cadavres de ghoules jonchaient la terre, témoignant de combat également ici.

-          Ces ghoules n’ont pas été trop dures à tuer, fit Chen.

-          Vous avez retrouvé les autres ?

-          Pas encore.

-          Gardons espoir, pria Luhan. Lay et Xiumin sont au camp, n’est-ce pas ?

-          Oui, acquiesça Kris.

-          Il faut qu’on les fasse venir pour s’occuper des blessés.

-          Allez-y, demanda Chen. Je reste là pour chercher les survivants. Kris, tu ne bouges pas. Ta jambe est en piteux état.

Soupirant, Kris maugréa. Sehun, Luhan et Jinki serrèrent l’épaule de Chen, et s’éloignèrent rapidement vers le campement. La douleur de la plaie de Sehun devenait de plus en plus violente, mais celui-ci serrait les dents, ne voulant pas que ses deux amis s’en aperçoivent. Il ne voulait pas les laisser seuls. Mais plus ils s’approchaient de la base, et plus il sentait son épaule s’engourdir et ses pas se ralentir. A la lisière, il s’arrêta, et épuisé, fit un geste de la tête à Luhan, qui accourut vers lui.

-          Sehun… Mon dieu…

La blessure saignait de plus en plus, vidant le jeune homme de ses forces. Il s’appuya sur son ami, qui l’assit contre un tronc, et Jinki, effaré, prit la décision de se rendre seul au camp.

-           Je vais chercher Lay et Xiumin. Luhan, reste avec Sehun !

Il courut, et Sehun ne vit qu’une silhouette s’éloigner dans une bande lumineuse. Les instants passaient, déformés par la douleur et ce ne fut que lorsqu’il sentit la fraicheur de l’eau dans sa bouche et la douceur amère d’un calmant qu’il sut que ses amis étaient arrivés.

-          Sehun, tu m’entends ?

-          Lay…

-          Ça va aller, il s’en remettra. Il a perdu pas mal de sang, mais il survivra. La plaie est profonde mais ne touche pas de point vital. Il aurait du rester avec Chen.

Le jeune homme se sentit flotter dans les airs, et comprit que quelqu’un le portait.

-          Qu’est ce qu’on fait ? On le laisse au camp ?

-          C’est vrai Lay, ce serait mieux pour lui.

-          Non… Xiumin…

Un mauvais pressentiment le troublait à présent. Il ne voulait pas quitter ses amis, et s’éloigner au plus vite du bivouac.

-          Il faut qu’on rejoigne au plus vite Chen, Kris et les autres…

-          Tu es sûr de toi ?

-          Oui.

Il se laissa glisser par terre, au grand désarroi de Xiumin qui tenta de le remettre sur son dos.

-          Je peux marcher.

-          Dans ton état ? s’exclama Luhan.

Et comme pour les contredire, il commença à clopiner, sous les regards médusés des autres, qui le rejoignirent le choc passé. Sehun ne voulait pas les inquiéter, et ne leur fit pas part de son intuition. Il sentait les yeux de Lay fixés sur lui, ainsi que ceux de Luhan, mais plus ils se rapprochaient de la plaine, plus il se sentait coupable de n’avoir rien dit. Mais comment l’annoncer ? Il préféra chasser ses pensées et se concentrer uniquement sur la marche, encore endolori et épuisé.

-          Lay ! Xiumin !

Répondant à la voix de Chen, les deux interpellés se dirigèrent vers leur ami, qui leur indiqua les blessés, assis dans une tranchée, à l’abri en cas d’attaque. Luhan, inquiet pour Sehun, l’obligea à les rejoindre.

-          Tu es trop faible pour faire quoique ce soit.

Au même instant, un soldat cria.

-          On a retrouvé le général !

Le colosse ressortait d’un trou, couvert de poussière et de sueur, mais indemne et pestant.

-          Retrouvez le plus de survivant ! Maudites soient ces ghoules !

-          Oui général !

Les recherches s’intensifièrent, tandis qu’une brume épaisse s’installait peu à peu, rendant le travail fastidieux des soldats de plus en plus difficile, en plus du froid de la nuit qui tombait. Le mal-être de Sehun ne cessait d’augmenter en même temps. N’y tenant plus, il prit Luhan à part.

-          Quelque chose cloche…

-          Quoi ?

-          Je ne sais pas… Mais j’ai comme un pressentiment… Quelque chose ne va pas du tout.

-          Il faut absolument qu’on retrouve Chanyeol, Baekhyun, D.O, Suho, Kai et Tao…

-          On ne les a toujours pas vus ?

-          Non. On a réussi à remonter une centaine de soldats, mais toujours pas de trace d’eux.

-          Il faut que je fasse quelque chose.

-          Pas dans ton état.

N’écoutant pas son ainé, le jeune homme commença à jeter des coups d’œil à travers les trous, et avançait de plus en plus loin dans la brume épaisse à présent. Des vibrations dans le sol l’interpellèrent alors, et il sentit à travers un trou un souffle glacé et humide. De l’eau. Fermant les yeux, il se concentra alors, et crut entendre des voix.

-          Quelqu’un m’entend ?

-          Hun… hun… hun…

-          Chanyeol ? Baekhyun ? Suho ? Kai ? Tao ? D.O ?

-          Sehun !

-          De l’aide ! Vite !

Les cris de Sehun attirèrent Luhan, Chen, Jinki et quelques autres soldats, qui lancèrent une corde dans le trou. Quelques minutes passèrent, puis la corde tressaillit alors. Puis un à un, les six sortirent non sans difficulté, trempés et épuisés. Puis, sans prévenir, ils tirèrent les autres, s’éloignant le plus rapidement du trou.

-          Que se passe-t-il ? s’exclama Chen.

-          Dégagez de là ! Vite !

Soudain, une masse sombre surgit à toute vitesse, et transperça Jinki, encore derrière, avant de disparaitre dans la brume, bondissant en direction de la forêt. Tandis que Chanyeol, Chen, Luhan, Tao, D.O, Kai et les soldats couraient après la ghoule, Sehun courut vers Jinki, suivi de Baekhyun et Suho. Celui-ci était encore debout, mais en se rapprochant, il vit la plaie béante ornant le ventre du jeune soldat. Son regard était déjà fuyant, un vague sourire sur ses lèvres. Il tomba à genou, Sehun le rattrapant avant qu’il ne s’écroule au sol. Son souffle était déjà court, et lorsqu’il chuchota à l’oreille du jeune homme, sa voix était rauque et faible.

-          Pardon…

-          Tais-toi…, sanglota Sehun.

-          Je… J’aurais voulu… rester… avec vous…

-          S’il te plaît…

-          Au revoir…

Ce fut la dernière chose qu’il prononça avant de fermer ses yeux pour toujours.

-          JINKI !