NOVEMBRE. -

par Seang min

INTRO.


«  Chère Baekhyun.. Je crois que je.. » Chanyeol prit le papier entre ses mains et l'écrasa dans sa poigne, le réduisant à l'état de boule froissée avant de l'envoyer dans la corbeille, avec toutes ses congénères. Il reprit ensuite son bloc sténo. « Tu ne me connais pas.. Et moi non plus à vrai dire. Mais je.. » Et le même schéma se répéta à nouveau.



NOVEMBRE.


« Gomen ne ato sukoshi. Excuse-moi après un moment. J'aurais du le faire bien avant. Anata no namae to nemurasete. Je veux m'endormir avec ton nom. Je veux me réveiller avec ton sourire, passer ma journée à m'imaginer ta voix, passer mes nuits à rêver de toi. Yori sotta sugushi hi wa . Les jours passants nous ont laissé plus proches. Plus je t'observe et plus tu me fascines. Itami wo yorokobi ai. La douleur est assortie à l'amour. Même si je ne sais pas vraiment ce que c'est, je sais que c'est ça. Qu'est-ce que ça pourrait être d'autre ? Ryoute ni utsushidasu. Les deux mains le reflètent. Tout mon corps le cri, ma peau le ressent, mes yeux le reflètent. Anata wo omoi naiteiru. Je pleure quand je pense à toi. Ça me fait mal de t'imaginer si près, et en même temps si loin, de t'observer sans jamais pouvoir t'approcher. Soko ni furu kanashimi wa. Il y a une pluie de tristesse sous mon toit. Le genre de pluie qui traverse tout. Pluie acide sans acide. Je suis trempé de tristesse. Shiranai mama de ii yo. C'est juste beau de rester inconnu. De s'imaginer l'autre tel qu'on en rêve. Lui rajouter quelques défauts pour faire plus vrai et se laisser bercer par ses illusions. Ansoku ni furue wo oboeta. Je tremble pour me reposer, je me suis rappelé de ce jour, il y a un an. Ton sourire m'avait troublé, ta voix réconfortante me hante toujours autant. Tari yume wa nani wo miru ? Que veux-tu voir dans la bande de rêve ? Les rêves ne sont la que pour nous faire vivre une deuxième fois, dans un monde qu'on souhaiterais meilleur. Mais au fond, est-ce vraiment mieux de croire que tout est possible quand presque tout ne l'est pas ? Usurenaide anata yo. Je ne veux pas que tu te fanes. Je veux te voir éclore encore et encore, voir la jolie fleure que tu es grandir et s'épanouir. Wazukana toiki wo kikasete hoshii. Je veux juste entendre un soupir, un mot sortant de tes lèvres. Peu importe lequel, je m'en contenterais. Rien qu'un souffle serait déjà magnifique. Chiisana kodou de naku. Un petit battement de cœur qui n'est pas là, le tient en l’occurrence. Ou peut-être le mien, qui sait, peut-être l'ai-je perdu il y a un an ? Anata yo koko made oide. Je veux que tu viennes ici. J'aimerais tellement que tu viennes me voir. Mais comment faire ? Tu ne me connais pas. Kawarenai yume ni tsuzuki ga aru nara. Les rêves inchangés... S'ils continuent.. Comment faire pour qu'ils deviennent réels ? Je ne demande pas grand chose, juste un sourire. Douka togirezu ni... S'il te plaît dans ton bonheur..., offre moi ton sourire. Montre le moi encore une fois. Koufuku to yobe nakute mo. Ne fais pas de pause même s'il faut crier, si dans un rêve beau, tu cris, tout s'arrêtera. Si tu fais une pause, tu perdras ton rêve. Poursuit-le. Les rêves sont faits pour être rêvés. Oborete kasanaranu hibi wo. Souviens-toi des jours étincelants, des jours d'été ou il fait bon vivre. Sukui no te sae mo aimai de. Même les mains du salut sont dans le flou. Est-ce à cause de mes larmes ? Ou de la pluie de tristesse peut-être.. Byou kizemi no mayu wa ito wo. Y aura-t-il un cocon à intervalles du second ? Y aura-t'il une chance pour que l'on se revoie ? Ne serait-ce qu'une infime. Chigirezu ni haru ni naru. Sans la ficelle du déchirement, sans avoir à ce que je sois bléssé pour que tu viennes à moi. Comme ça, uniquement dans un sourire. Kasurenu inori no todoke. D'intouchables prières me parviennent. L'écho des miennes, pour être plus précis. Comme si mon infirmité empêchait Dieu de les recevoir. Yobenu namae wo daite. Le nom qui ne peut être crié, je l'ai retenu. Ton nom que je ne peu crier, je l'ai retenu. Ton sourire qui ne peut être rétablit, je m'en suis souvenu. Yubiori kazoeru. En comptant avec mes doigts, j'ai apprit à attendre chaque secondes avant que tu ne passes devant ma fenêtre. Asu wa kienai. Je ne veux pas que demain disparaisse, ni les autres jours. Mais le pire, serait qu'hier disparaisse. Mimi wo fusagi kiiteta. Mes oreilles n'entendent pas, mes yeux ne voient pas. Seul mon cœur te ressent. Yurikago yureru oto. Le son d'un berceau bercé. Torimodosenu haru ni. Le printemps ne reviendra pas. Ce ne sera pas un printemps ordinaire, non, ce sera un printemps créer par ton charme. Guren no hana ga saku. Une fleur rouge éclot à chaque fois que tu souris. Ne l'oublie pas.


Tu dois me prendre pour un pervers, mais, n'ai pas peur. J'ai un nom, une histoire. Je suis comme tout le monde. Et j'ai ton âge, je t'assure. Dans un mois, je t'enverrais une autre lettre. J’espère juste ne pas te dégoutter. Juste ça. Penses ce que tu veux de moi, tout me va. Mais pas le dégoût. Pas toi aussi. »


Baekhyun lut cette lettre avec un pincement au cœur. Ça ressemblait étrangement à une déclaration. Mais pourquoi lui ? Qu'a-t'il bien pu faire, pour marquer autant l'esprit d'un inconnu. Seulement, il le prit pour un fou, et jeta la lettre à la poubelle, ne désirant pas s'en préoccuper d'avantage. C'était un sept novembre.