Like a star.

par Gaïa-sama

Des sirènes, des gyrophares, un Kyungsoo en pleurs et son cœur en mille morceaux, Chanyeol prend sa voiture et se dépêche de suivre l’ambulance. Il va chercher un café à Kyungsoo et essaie de le rassurer, de le calmer. Il essaie, alors qu’il n’y arrive même pas pour lui-même.

Il passe presque trois heures avant qu’un médecin vienne les voir et leur annonce l’état de Baekhyun.



« Vivant mais de nombreuses lésions. »



Vivant ? Il est bien vivant ? Chanyeol ne peut pas s’empêcher de sourire. Il a eu tellement peur, et en même temps, tellement mal… Il prend la main de Kyungsoo qui pleure toujours et se dirige vers la chambre de Baekhyun.

Il est là, allongé. Kyungsoo trouve qu’il y a bien trop de machines branchées sur lui, et Chanyeol est bien d’accord avec lui… Mais son visage, ses bras, ses jambes… Tout est tellement en mauvais état. Baekhyun a des égratignures un peu partout, des bleus au visage, des bandages sur chaque parcelle de peau et un autour de la tête…

Des petites perles salées dévalent les joues de Chanyeol, doucement. Kyungsoo s’en rend compte et serre un peu plus sa main. Ils s’assoient à côté du lit et fixent leur regard sur Baekhyun. Chanyeol soupire, Kyungsoo baisse la tête et la porte s’ouvre, laissant apparaitre un homme en blouse blanche.

Chanyeol acquiesce et suit le médecin des yeux. Il ne veut pas que Baekhyun reste ici. Le laisser dans ce genre d’ambiance ne semble pas être une bonne idée, et il veut l’emmener chez lui. Il veut pouvoir s’occuper de lui, le raisonner, le faire sourire. Juste ça.

Kyungsoo acquiesce. En réalité, ça ne va pas du tout, mais il voit très bien que Chanyeol a besoin de rester seul avec Baekhyun. Comment ça pourrait aller après avoir vu quelqu’un se défenestrer ? Alors il fait un sourire encourageant à Chanyeol et sort doucement de la chambre. Il espère que Baekhyun se réveille dans la nuit, que Chanyeol arrête de s’inquiéter… Et que lui aussi, arrête de s’inquiéter.

Chanyeol tourne en rond, il panique. Serait-ce la faute de sa chanson ? Est-ce qu’il aurait dû choisir quelque chose de plus joyeux ? Est-ce que cette chanson lui avait rappelé un mauvais souvenir ? Pourquoi… Pourquoi Baekhyun est-il dans cet état-là ? Pourquoi personne ne l’aide ? Il semble totalement seul, il parle peu… A part certaines fois où il ne s’arrête plus. Il passe ses journées à regarder le ciel, il le retrouve souvent les bras meurtris… Ca n’est pas une vie, non.

Alors Chanyeol s’assoit, fixe Baekhyun et prend une décision.



Il va le faire vivre. Il va lui redonner goût à la vie. Même si ça inclus quelques sacrifices de son côté.





Jour 15 : Pourquoi je me réveille toujours ?



« Miso… Si tu le pouvais, tu me cracherais sûrement des mots blessants. Blessants mais criants de vérité. Je me suis réveillé hier, mais j’avais trop mal aux bras pour pouvoir écrire. Chanyeol était là… Pourquoi reste-t-il encore ? Je ne comprends pas. Je ne fais que de le blesser à me jeter de sa fenêtre et à continuer de me faire du mal. Je le sais, je le vois. Ses yeux n’étaient plus aussi enjoués que la dernière fois, il avait des cernes très marqués et il semblait épuisé. Et tout ça… Tout ça, c’est ma faute.

Mais je n’ai pas l’habitude, tu sais. Pourquoi prend-il soin de moi ? Pourquoi est-ce qu’il s’inquiète ? Je n’ose pas lui demander, alors je me contente de lui faire des petits sourires pour le rassurer. Et il passe sa main doucement dans mes cheveux en soupirant.

Pendant que je t’écris, il essaie de régler la télé pour que j’aie les chaînes dans ma chambre, il me fait sourire. Je ne regarde jamais la télé, mais il a insisté pour que je l’ai. Oh, il a réussi. Il se retourne gaiement vers moi en me montrant la télé.

Il me sourit et passe encore une fois sa main dans mes cheveux. Je ne peux pas bouger, Miso. Quand je suis tombé, je me suis de nouveau fait mal à une jambe. J’ai eu deux côtes de fêlé aussi, et de nombreuses plaies. Alors je regarde de très loin la pluie frapper la vitre, et j’espère que je pourrais bientôt bouger pour pouvoir m’assoir juste devant. Heureusement, je peux encore écrire. »

Baekhyun repose son cahier et se concentre sur l’anime qui passe à la télé. Ca semble être quelque chose d’assez sanglant et bizarre, mais étrangement, son esprit s’y accroche vite. Le héros est un petit garçon, il pleure tout le temps et semble réellement faible… Toute sa force réside dans sa volonté.

Chanyeol bouge dans tous les sens sur le fauteuil, essayant de trouver une position adéquate pour dormir mais fini par abandonner en soupirant. Baekhyun s’en rend compte et sourit.

Chanyeol semble hésiter mais après un regard rassurant de Baekhyun, il se lève et s’assoit sur le rebord du lit.

Baekhyun bouge doucement sur la gauche pour laisser une place à Chanyeol qui s’assoit un peu trop brusquement.

Chanyeol prend soin de s’installer correctement, mais doucement cette fois et se reconcentre sur la télé.

« Je dois réussir à prouver mon innocence et faire en sorte que l'homme en rouge soit exécuté pour venger mes amis !
La vérité est que je n'ai pas l'intention d'y laisser ma peau...

Tout ce que je souhaite... c'est VIVRE ! »



Baekhyun se mord la lèvre. Il sent les larmes monter, doucement. Pourquoi n’était-il pas aussi déterminé que ce petit garçon à la télé ? Ce personnage faible et pleurnichard, mais ce personnage qui arrivait à tout affronter par le seul désir de vivre.

« Au final… Est-ce qu’il vaut mieux être faible et pleurnichard mais vouloir vivre, ou fort et insensible et ne pas tenir à la vie ? »

Chanyeol a la tête tourné vers Baekhyun qui retient ses larmes du mieux qu’il peut. Il fixe le plafond et respire lentement. C’est ce qu’il a toujours fait après tout.

La voix de Baekhyun se brise à la fin de sa phrase et les larmes qu’il essayait de retenir dévalent ses joues. Chanyeol continue de le regarder, sans savoir quoi faire. Il a envie de l’enlacer, fort. Très fort. Mais il ne peut pas, ça lui ferait surement mal vu son état.

Alors il lève doucement sa main et essuie les joues de Baekhyun, qui le regarde sans vraiment comprendre son geste. Et puis, Chanyeol le voit fermer les yeux, il semble essayer de reprendre le contrôle de sa respiration, mais ses larmes continuent de couler.

Chanyeol stoppe ses lentes caresses sur les joues de Baekhyun. Est-ce qu’il le dérange ? Est-ce qu’il préférerait être seul ?

Baekhyun ne semble pas énervé contre Chanyeol et il le sait. . La seule personne contre laquelle il semble énervé… C’est lui-même. Chanyeol soupire et sourit faiblement.

« Miso… Est-ce que tu crois que c’est possible ? De rencontrer quelqu’un comme ça, un beau jour, totalement par hasard. Quelqu’un qui pourra vous sauver, vous faire remonter la pente et voir le jour…

Pourquoi Chanyeol avait dit tous les mots que je voulais entendre ? Pourquoi est-ce que j’avais l’impression qu’il me comprenait mieux que moi ? Je ressens un étrange sentiment… Du soulagement, peut-être. De la peur, sûrement.

Combien de fois allais-je le blesser ? Combien de fois allait-il me retrouver dans un sale état ? J’ai envie qu’il reste, en fait, je ne sais pas si je supporterais qu’il parte… Mais d’un autre côté, j’ai tellement peur de lui faire du mal… »



« J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu me dises que je suis hors de danger, que mon état va s'améliorer.
Que tu passes ta main dans mes cheveux...
Que tu prennes ma vie pour en faire quelque chose de mieux. »





Jour 16 : Il panse mes blessures. Il panse mon cœur, mon corps…



« Chanyeol est là. Juste à côté de moi, dans mon lit. Il a les yeux fermés et sa respiration est lente et posée. Sa casquette est tombée pendant la nuit, ses cheveux sont en bataille, il ressemble à un bébé… »

Baekhyun pose son cahier, lève doucement sa main et essaie de remettre en place les cheveux de Chanyeol dans un petit sourire. Puis, il fait doucement glisser ses doigts sur ses joues, jouant avec ses cils, longeant l’arrête de son nez… Il caresse doucement ses lèvres. Son cœur se met à battre un peu plus vite… Encore une crise ?

Chanyeol sourit, renifle et se met sur le côté, face à Baekhyun qui garde son bras immobile en l’air. Sa respiration se calme de nouveau alors Baekhyun relâche doucement son bras et repose sa tête sur l’oreiller, à quelques centimètres de celle de Chanyeol.

« Je pouvais sentir sa respiration sur ma main, et je trouvais ça apaisant. Décidemment, depuis que je l’avais rencontré, il m’en avait fait découvrir, des choses apaisantes… Et puis, je l’ai regardé… Jusqu’à ce que je m’endorme à mon tour.

C’est des petits picotements qui m’ont réveillé, et quand j’avais ouvert les yeux Chanyeol était assis à côté de moi et passait doucement un coton sur les coupures de mon visage. Je le laissais faire, me contentant de grimacer un petit peu et attendais. Il me collait quelques pansements et il me fixa, fier de lui.

Toi aussi tu trouves que je suis bien plus mignon avec pansements Rilakkuma, Miso ? C’est pour les enfants… Est-ce qu’il me prend pour un enfant ? En fait, je vais te dire… Il peut me prendre pour n’importe quoi je m’en fiche… Tant qu’il reste avec moi. »

Le médecin entre dans la chambre et regarde le visage de Baekhyun avec un petit sourire avant de se poster devant le lit.

Baekhyun se redresse doucement dans son lit et fait basculer ses jambes sur la gauche. Il prend une petite inspiration et grimace. Ses côtes lui font encore un peu mal quand il respire. Chanyeol lui prend le bras pour l’aider à se mettre debout et lui fait un regard encourageant.

Après maints efforts, Baekhyun est debout, une béquille dans chaque main.

Baekhyun obéit et avance. Il grimace un peu, mais la douleur est supportable. Le médecin sourit et se retourne vers Chanyeol.

Chanyeol fait un petit signe de la main à Baekhyun et sort. Baekhyun, lui, se rapproche de la fenêtre et voit avec déception qu’il ne pleut pas.

Baekhyun ne répond pas, il se contente de fixer le ciel en soupirant.

«  Pour qui se prend-il celui-là ? Je l’ai reconnu, c’est un médecin que j’ai déjà eu avant. Pourquoi ne comprend-il pas ? Les gens et leur pitié, je n’en veux pas. Leur hypocrisie non plus, et les médecins c’est les pires. Ils prétendent vouloir aider tout le monde, déblatère des jolies paroles sans prendre en compte une seule fois le ressenti de leur patient. Tout ce qui les importe, c’est leur réputation. »

Baekhyun acquiesce doucement et le médecin abandonne. Il est conscient qu’il n’en dira pas plus… Alors il repose la feuille de soin sur le lit et fait demi-tour. Baekhyun lui, laisse tomber ses béquilles et s’accroche au rebord de la fenêtre en soupirant.

Il pose son front contre la vitre froide et ferme les yeux. De nouveau, il sent cette tristesse, ce froid qui prend possession de son corps tout entier.

Bien trop absorbé par ses pensées, il n’entend pas Chanyeol rentrer, et il ne l’entend pas non plus courir. Deux bras s’enroulent autour de lui et le tire en arrière brusquement.

«  Est-ce qu’il pensait vraiment qu’il servait à rien ? Etait-il seulement conscient du progrès que j’avais pu faire avec lui ? Avant, jamais personne n’aurai passé la porte de mon appartement, encore moins celle de ma chambre. Personne ne serait venu dans mon lit… Il était la seule personne qui me donnait ses sourires, même si je ne lui rendais pas. La seule personne qui passait ses soirées sans parler parce-que j’avais décidé de ne pas le faire, celle qui acceptait de rigoler toute seule parce-que je n’avais pas le moral à ça… Ou celle qui acceptait de me laisser parler pendant des heures, m’agiter dans tous les sens…

Je ne sais pas s’il est conscient, qu’il est cette petite flamme de vie dans mon triste enfer. 

Je ne comptais pas sauter, mais je suis resté dans ses bras, sans rien dire. Je le laissais me bercer doucement. Je n’avais même plus besoin d’attendre la pluie, son odeur, ses câlins, ses bras autour de moi, qui me serraient mais pas trop, pour ne pas que ça me fasse mal… Toutes ces choses m’avaient calmé.

Je me demande parfois si ça n’est pas… Un ange. Pourquoi m’aide-t-il ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour qu’il veuille m’aider ? Et il est si … Doux. N’importe qui aurait oublié que j’étais blessé aux côtes, et m’aurait enlacé normalement. Mais pas Chanyeol… Parce-que Chanyeol n’est pas n’importe qui. »



« On a parfois le cœur soulevé par la sauvagerie du monde. On est écœuré par la montée de nouvelles tyrannies, le raffinement des anciennes, par les mensonges, l'odeur du fumier dans les villes et l'horreur qui pèse sur tous nos lendemains. 

On s'engloutit alors dans un sombre désespoir. On a peur, on a honte et on est triste d'être humain. On réclame en pleurant une naissance nouvelle ou du moins l'admission par baptême dans une nouvelle confrérie. 

Mais on redoute de ne pouvoir obtenir ni l'une ni l'autre. Que le monde refuse de s'arrêter pour nous. Et qu'on ne peut que le quitter d'un bond, pour plonger dans une douteuse éternité. »





Jour 18 : Et ça continue…



«  Je n’ai pas écrit hier… Je vais te raconter pourquoi. Tu sais, je me demande pourquoi je fais n’importe quoi, comme ça. Je n’arrive même plus à me contrôler, est-ce que c’est normal ? Pourtant, j’avais appris à rester fort. A ne pas laisser couler mes larmes, à ne pas me laisser atteindre par la débilité et l’hypocrisie humaine… Mais depuis qu’il est là, depuis que Chanyeol est là, j’ai l’impression que toutes les barrières, que j’avais mis du temps à poser, s’écroulent.

Chanyeol a reçu un appel, alors il est sorti de la chambre. Ca semblait être important, puisque son visage souriant s’est transformé en un visage soucieux. J’attendais dans mon lit, je ne pouvais pas m’empêcher de stresser, alors je tapais doucement mon ventre et regardais tout autour de la pièce. Comme si faire ça allait faire passer le temps plus vite…

Et puis il est revenu, il a rassemblé un peu ses affaires et s’est assis au bord de mon lit. Il faisait un sourire triste et il n’arrêtait pas de soupirer, mais il n’avait toujours pas pris la parole. Moi je me contentais de le regarder, attendant qu’il se décide.

J’ouvrais grand les yeux. Au Japon ? Pourquoi est-ce qu’il devait partir au Japon maintenant ? Il ne pouvait pas rester encore un peu… Juste un petit peu, avec moi…

Il soupirait, encore une fois. En réalité, il avait vraiment l’air triste et embêté de devoir partir… Mais moi je prenais ça pour un abandon. J’avais peur, peur qu’il ne revienne pas. Qu’il fasse semblant d’avoir quelque chose à faire ailleurs pour ne pas à avoir à me dire au revoir. Alors, je me suis redressé, lentement et j’ai chuchoté :

Chanyeol semblait vraiment surpris. Il levait les sourcils et avait lâché le sac qu’il avait dans la main.

Mes larmes se sont mises à couler, comme la preuve qu’une seconde barrière venait de céder. Mais le pire, c’est que le regard de Chanyeol était triste. Comme jamais, il semblait blessé.

J’ai fait un bref « non » de la tête, et c’est là que tout a commencé.

A la tristesse dans le regard de Chanyeol, s’est ajouté de la colère, de la déception aussi. Beaucoup de déception. Et pour la première fois de ma vie, j’avais l’impression d’avoir tort. Et ça m’a rempli d’une colère atroce…

J’ai pris tout ce qui trainait sur la table de nuit, dans mon lit… Tout, n’importe quoi tant que ça pouvait se lancer… Et je les balançais sur Chanyeol en criant « Change de regard ! ». Il s’était reculé et essayait d’éviter les objets que je lançais, jusqu’à qu’une flopée d’infirmière arrive et me force à rester dans mon lit et à me calmer.

Elles m’ont injecté un truc, je ne savais pas trop ce que c’était, mais j’étais subitement fatigué. Alors, je me suis laissé retomber sur mon lit. Chanyeol s’est approché, il a essuyé mes larmes et il est parti. Pas de sourires, pas de caresses, pas d’au revoir.

Tu dois te dire que je suis bête, que ce que j’ai fait l’a seulement poussé à ne pas revenir… Et je sais, je sais que tu as raison de penser ça Miso. Parce-que c’est ce que je pense aussi. »



« … Je me suis mis à déconner complètement... 
Y a quelque chose qui a sauté là-dedans, je sais pas… 
Je pense que c'est parce qu'inconsciemment, j'ai eu l'impression de perdre le contrôle…  De perdre le contrôle sur toutes les choses dans lesquelles j'étais impliqué, sur tous les éléments de ma vie.


Ça m'a plongé dans un état de colère… absolument indescriptible. C'était… insoutenable… C'est comme être enfermé dans une boîte sans lumière, dans laquelle le temps s'arrête… C'est comme être dans les limbes en fait… 


Tu peux plus aller en avant, plus aller en arrière… Tu peux plus aller dans aucune direction, t'es complètement bloqué, à l'arrêt, en panne. T'as les pieds dans le ciment… »





Jour 21 : Do Kyungsoo



Ça fait trois jours que Chanyeol est parti. Baekhyun ne veut plus se lever, il ne veut plus faire ses tests, il ne veut plus manger et ne veut plus parler non plus. Les médecins ne peuvent plus le supporter et ont donc appelé chez Chanyeol. Kyungsoo a répondu, et c’est pour ça qu’il est devant cette porte en ce moment.

Mais il hésite. Il n’avait pas vraiment eu le temps de parler avec Baekhyun la dernière fois, et après, toutes ces choses se sont passées… Et il ne l’a plus revu depuis. Et ses peurs reprennent le dessus… Et s’il ne l’aimait pas ? S’il ne voulait pas que ce soit lui ?

Il souffle un bon coup et ouvre la porte. Chanyeol sera fier de lui, il le sait. Il parcourt la pièce de ses yeux et tombe sur un Baekhyun fatigué. Comme dans un état second, dans le lit. Il fixe la télé sans vraiment la regarder et ne tourne même pas la tête quand Kyungsoo entre.

Baekhyun détache ses yeux de la télé et les plante dans ceux de Kyungsoo, qui ne sait plus où se mettre. La tristesse qu’il y a dans son regard est tout simplement accablante.

Baekhyun fait un petit « oui » de la tête et redirige son regard sur la télé. Kyungsoo soupire et s’assoit dans le petit fauteuil à la droite du lit de Baekhyun. Il attend quelques minutes avant de parler.

Baekhyun tourne vivement la tête vers Kyungsoo, les sourcils froncés.

Kyungsoo ouvre grand les yeux. Il s’attendait à tout sauf à ça !

Baekhyun ne quitte pas Kyungsoo des yeux, s’attendant à ce qu’il se mette à rire… Il ne pouvait pas vraiment lui parler de cette manière, si ?

Kyungsoo fait un petit sourire et un clin d’œil à Baekhyun qui n’a toujours pas bougé depuis l’entrée de Kyungsoo, puis sort de la chambre. Il se plaque contre le mur et respire un peu plus profondément. Le regard que lui faisait Baekhyun était effrayant, mais il avait réussi…

Et il est sûr qu’en revenant demain, Baekhyun aura repris son traitement.

« C’est drôle en fait. Kyungsoo semblait être quelqu’un d’assez timide, étant donné la manière dont il s’est présenté à moi la dernière fois… Et il venait de dire tout ça, d’un coup. Il ne s’était pas arrêté une seule fois, il n’avait pas hésité… En fait, j’étais tellement choqué que je n’ai même pas réussi à sortir une phrase.

Parce-qu’en plus d’avoir énormément parlé, et sur un ton assez dur… Tout ce qu’il avait dit n’était que pur vérité. Chanyeol avait toujours été là, peu importe ce que je disais, ce que je faisais. Il me souriait, rigolais, me rassurait… Et le seul moment où il devait partir, pour aller voir sa famille en difficulté en plus, je lui ai dit des choses horribles et lancé des objets à la figure.

Miso… Pourquoi demande-t-il encore de mes nouvelles après ça ? Je ne comprends pas… »



Jour 22 : DO Kyungsoo… Le retour.

«  Kyungsoo est revenu aujourd’hui. Il s’est assis sur le fauteuil, comme hier, mais il était un peu plus souriant. Il n’a rien dit pendant presque vingt minutes, se contentant de regarder la télé, et puis il m’a fixé et il m’a dit :

Je l’ai encouragé à continuer du regard, mais il faisait exprès de prendre son temps ! Il se mit à rire, surement en voyant ma tête et il a fini par me l’annoncer, cette nouvelle.

Kyungsoo semblait vraiment heureux que je vienne… Est-ce qu’il m’aimait bien quand même ? Mais tu sais, Miso… Je suis tellement content. J’avais peur de rester ici, j’avais peur d’être de nouveau seul. Et là, j’allais pouvoir sortir. Grâce à Chanyeol, je n’allais pas rester ici… Je n’allais pas être seul. »



Jour 25 : DO Kyungsoo et sa phobie sociale.



Kyungsoo sursaute, n’étant pas habitué à ce que Baekhyun prenne la parole, mais il ne répond pas. Alors Baekhyun penche un peu la tête, se racle la gorge et répète :

Kyungsoo soupire, après tout, ils allaient vivre ensemble, alors il allait bien finir par s’en rendre compte.

«  J’étais vraiment étonné tu sais… Je pensais qu’il était le genre de personne à avoir plein d’amis. Son sourire ressemblait aux sourires de ceux qui réussissaient leur vie, de ceux qui avaient accomplis tout ce qu’il voulait… Mais j’avais tort. Lui aussi, il devait se sentir seul…

Mais dis, je pense que Chanyeol est vraiment quelqu’un de bien. Et je pense aussi qu’il est ce type de personne rare. Ces personnes qu’on ne rencontre quasiment jamais… Mais que, si jamais ça vous arrive, elles laisseront une empreinte indélébile dans votre cœur.

Et je pense, que jamais… Jamais je ne pourrais oublier Chanyeol, ce qu’il a fait pour moi, ce qu’il m’a dit, à quel point il m’aide… Non. Je ne l’oublierais jamais. »



La porte s’ouvre doucement et une petite tête passe dans l’embrasure de la porte, pour ensuite l’ouvrir entièrement.

Chanyeol fait un de ses sourires habituel, pose ses affaires à côté du fauteuil où Kyungsoo est assis et lui tend un petit sac.

Baekhyun, lui, n’a pas bougé depuis que Chanyeol est entré. La tête baissée, il s’amuse avec ses doigts sans oser dire un mot. Il sent son matelas s’affaisser et il trouve enfin le courage de lever les yeux.

Chanyeol le regarde et attend. Baekhyun sait ce qu’il attend, alors il respire un bon coup, et fixe ses yeux dans ceux de Chanyeol.

Le sourire de Chanyeol s’étire un peu plus, et sa main atterrie dans les cheveux de Baekhyun qu’il caresse doucement. Il sort un deuxième sac de sa poche et le tend à Baekhyun qui le prend avec un petit sourire.

«  Chanyeol m’a ramené quelque chose du Japon ! J’ai ouvert le petit sac rapidement, je voulais absolument voir ce que c’était dedans… Et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. C’était un petit porte clé, un piano blanc, brillant. Comme dans son salon. Et au bout il y avait des clés…

Alors j’ai levé la tête et j’ai demandé quelle porte elles étaient censée ouvrir. Chanyeol m’a refait un de ses sourires magnifiques et m’a dit :

J’ai baissé la tête. Je ne savais ni quoi dire, ni quoi faire. Mais mon cœur accélérait agréablement. Ce n’était pas comme quand je faisais des crises, non. C’était agréable, un étrange sentiment le faisait accélérer… Un sentiment que j’avais perdu depuis longtemps.

Et puis, on a rassemblé mes affaires ensemble. On est descendu pour que je signe ma feuille de sortie et le médecin rappeler une dernière fois à Chanyeol de ne pas me laisser seul… Et on est partis. »

Baekhyun rentre pour la seconde fois dans le grand appartement de Chanyeol. Kyungsoo prend ses affaires et le guide vers une petite porte, Chanyeol derrière. Ils se font un clin d’œil et Kyungsoo ouvre la porte.

Baekhyun ouvre la bouche, mais aucun son n’en sort. Devant lui, il a la plus jolie chambre qu’il n’a jamais vu de sa vie. Les stores sont fermés, devant chaque fenêtre, de gros télescopes sont dirigés vers le haut. Les murs sont peints en bleu nuit et de petites étoiles phosphorescentes sont collées partout sur le plafond. Un lit rond et spacieux est au milieu de la pièce, un bureau un peu plus loin, contre le mur opposé aux fenêtres. Il n’en revient pas.

Chanyeol le pousse un peu pour qu’il rentre et se dirige vers les fenêtres pour ouvrir les stores, quand Baekhyun le stoppe.

Baekhyun semble réfléchir. Puis, il se tourne vers Chanyeol, lentement.

Chanyeol sourit. Baekhyun est tellement adorable quand il est timide, personne ne pourrait lui résister ! Alors il acquiesce doucement et lui ébouriffe les cheveux en rigolant.

Il s’assoit sur le lit et regarde Baekhyun débarrasser un peu ses affaires, puis il le voit dévier vers les télescopes qu’il touche tout doucement, comme s’ils allaient se casser juste à son toucher.

«  Cette chambre m’émerveille. Je n’ai plus besoin des nuages, les fausses étoiles accrochées au plafond me fascinent. La présence de Chanyeol à mes côtés me rassure, son ton doux m’apaise.

Dis Miso… Est-ce que tu crois que je pourrais être une étoile plus tard ? Une étoile que Chanyeol aimera regarder… Une étoile qu’il aimera. »



« Jusqu'ici j'ai pas trouvé des tas de raisons d'exister.
Mais j'ai besoin de croire en quelque chose de profond, de solide.
J'ai besoin d'être porté par un espoir.

Je voudrais faire l'effort permanent et sublime…
Je voudrais être à tes côtés, simplement. 
Pour que la vie ne puisse jamais nous mettre à genoux. »