Dors encore un peu...

par latikadawson

Je pourrais regarder ton visage toute ma vie. Tes yeux clos et ta bouche entrouverte si rose, si douce, pulpeuse. Tes cheveux en bataille sur ton visage, te réveille pas mon ange, dors encore un peu. J’ai bien fait de mal tirer les stores hier soir, les rayons de lumières sur ta peau pâle te rendent encore plus beau, quasi irréel. Je plonge mon nez dans ton cou, tu sens tellement bon, j’adore le fait que tu ne portes pas de parfum. Mis à part celui de ton gel douche, de la pomme hein ? T’avais raison, encore, c’est vrai que sur toi, cette odeur est terriblement addictive. Je suis fou, complétement fou de toi Baekie… J’embrasse doucement ta peau, tu frissonne. Je ne peux m’empêcher de sourire un peu puis je souffle doucement dans le creux de ton cou et ta peau se couvre de frissons, celle de ta gorge, de tes bras peut être même celle de tes jambes. Je lâche un petit rire et me tais immédiatement, de peur de te faire ouvrir les yeux. Dors encore un peu, d’accord ? Tu m’as tellement changé, tellement… Transformé ? Comment est-ce possible que mon bonheur aujourd’hui c’est de t’avoir au creux de mes bras, d’entendre ta voix, voir ton sourire magnifique, t’entendre rire de ce rire que je chéri tant, te faire l’amour doucement, longuement, amoureusement… Comment est-ce possible que je sois capable de t’observer dormir des heures durant, pourquoi j’aime tant le grain de ta peau, ton odeur, ton regard. Moi, Park Chanyeol, moi qui étais si frivole, sans attache, incapable d’aimer plus d’un soir, je suis devenue tellement… Dingue du petit gars rieur que tu es, Byun Baekhyun. Je relève mon visage et doucement je pose mes lèvres sur ta joue, je l’effleure avant d’effleurer ta mâchoire, l’arrête de ton nez si mignon, tes paupières closes, puis je redescends et j’effleure tes lèvres, repensant à la passion avec laquelle je les ai littéralement bouffées hier soir. Je m’éloigne un peu de ton visage, te regardant de haut, te surplombant comme pour te protéger, et je porte une de mes mains à ta joue, la laissant descendre jusqu’à ton cou. Je tire doucement le col de ta chemise blanche, que tu avais remis rapidement avant de t’endormir, et je découvre les marques violacées et rougeâtres que j’ai laissé sur ta peau marmoréenne. Doucement je me remémore ma bouche contre ta peau, mes dents la mordant, tes mains sur mon corps, les miennes sur le tien… Je me remémore comment, pour la millième fois, nous avons fini par ne faire qu’un, faisant l’amour des heures durant, s’embrassant, se touchant, se griffant, je me remémore tes gémissements, ta voix chaude, tes sourires, tes baiser, la sensation de te sentir partout sur moi. Les images s’enchainent dans mon esprit et je me revois te prendre, doucement, si longuement… Je suis fier d’être l’homme dont tu cris le nom, je suis si fier d’être l’homme qui marque ta peau, celui qui te fait l’amour, celui qui a le privilège de te regarder dormir, celui que tu appelles quand tu as un problème, celui auquel tu penses lorsqu’on te pose cette question, qui est la personne que tu aimes le plus au monde ? Savoir que tes sourires me sont destinés, que tes baiser me sont réservés, que ton corps n’a connu que le mien, me donne envie de te garder jalousement pour encore cent ans. Je te veux auprès de moi chaque jours de mon existence, je veux t’aimer pour toujours et que tu m’aimes pour aussi longtemps mais surtout j’aimerais pouvoir… Te dire tout ça. J’aimerais te dire que je t’aime mais pourquoi je n’y arrive pas ? Peut-être mon amour est-il si fort que je ne trouve pas les mots… Je pourrais regarder ton visage toute ma vie. Tes yeux clos et ta bouche entrouverte si rose, si douce, pulpeuse. Tes cheveux en bataille sur ton visage, te réveille pas mon ange, dors encore un peu. Dors encore, le temps que je pense à combien je t’aime, à combien tu es beau, à combien tu m’es précieux, dors encore le temps que je t’avoue tout ça sans te le dire. Car lorsque tu te réveilleras je ne serais plus à tes côtés et je te ferais croire que je me suis levé dès que je me suis réveiller sans jamais t’avouer que secrètement j’aimerais tant que tu te réveilles au beau milieu d’un je t’aime. Alors dors encore mon amour le temps que je te le dise tout doucement, je t’aime tant Byun Baekhyun.