6

par xiuminmydarling



Ça y est, le printemps est arrivé. Il a tardé cette année et il fait encore assez froid, mais il ne neige plus. Il faudra néanmoins attendre encore un peu avant la floraison des cerisiers. Baekhyun n’a jamais trouvé cet évènement spécial, cependant c’est une toute autre histoire pour son meilleur ami. Si Jongdae n’assiste pas au moins une fois au spectacle, il passera le restant de l’année à se plaindre. C’est pour cela que Baekhyun fait toujours en sorte d’être libre aux alentours de la période de floraison, parce que oui, Jongdae refuse d’y aller si ce n’est pas Baekhyun qui l’accompagne. Allez savoir pourquoi, d’ailleurs.


Assis à une table dans un coin du campus, Baekhyun suçote le bâton de sa sucette qu’il a fini depuis maintenant cinq minutes. Il est trop flemmard pour se lever et il n’y a aucune poubelle aux alentours. Il s’ennuie. Son meilleur ami prend son temps pour venir. C’est vrai qu’il est arrivé un peu trop tôt. Ce n’est pourtant pas son genre mais il a encore une fois oublié qu’aujourd’hui, les répétitions se font le matin. Pris de panique, il s’est précipité pour rien.


Il est à peine huit heures passées alors il n’y a quasiment personne. Il aurait bien voulu aller s’acheter un café mais il a laissé son porte-monnaie chez lui et le temps que Jongdae arrive avec ses affaires, il a le temps de mourir congelé sur cette table. Baekhyun fait certes partie de ces personnes qui prennent du temps pour se préparer mais son meilleur ami est à un tout autre niveau : son apparence est sa priorité absolue. Il ne sortira jamais en public sans avoir l’air d’être sur le point de partir en soirée et ne se pointera jamais à l’université s’il ne ressemble pas à un Dieu. Baekhyun est beaucoup moins méticuleux à propos de son look mais pas au point de venir vêtu d’un jogging en cours… Comme Park Chanyeol par exemple.


Baekhyun se redresse. Il pose son menton dans sa paume et suit du regard le géant qui, au loin, marche vers le conservatoire. Il ne se rappelle pas avoir jamais vu Chanyeol porter autre chose que des pulls et des joggings. N’a-t-il donc rien d’autre dans sa garde-robe ? Avec une voiture telle que la sienne, il doit sûrement venir d’une famille modeste, Baekhyun pense. Il fronce ensuite ses sourcils. Il n’y a personne d’autre aux alentours. C’est le silence total, comme s’ils étaient seuls au monde, et pourtant Chanyeol ne l’a pas remarqué. Comment se fait-il qu’il ne le remarque jamais ? Et pourquoi Baekhyun le remarque-t-il toujours ? Il est très grand, c’est vrai, et il est très difficile de ne pas voir la seule personne qui marche à travers ce grand campus, mais l’idiot de pianiste pourrait au moins faire attention à son entourage. Il pourrait au moins daigner regarder dans sa direction.


Baekhyun se met à taper du pied. Ça y est, Chanyeol a réussi à l’irriter et il n’est même pas encore neuf heures ! Il grogne dans son souffle. Son impatience grandit au fil des secondes, ainsi envoie-t-il un message à Jongdae pour lui faire comprendre que s’il ne se dépêche pas, Baekhyun compte bien lui interdire l’accès à sa résidence. Les deux amis ne sont pas tout à fait colocataires à vrai dire. Son meilleur ami squatte son chez lui une très grande partie du temps et Baekhyun est plus que ravi de le laisser faire car ça lui fait de la compagnie, mais surtout parce qu’ils se partagent les factures. Ils sont tous les deux plein aux as mais ça ne les empêche pas de vouloir dépenser le moins que possible.


Kim Jongdae : Laisse-moi encore une vingtaine de minutes.


Cinq minutes. : Byun Baekhyun


Kim Jongdae : Hé ! Ça prend au moins quinze minutes pour venir, en plus.


En gros, je vais attendre encore une heure, c’est ça ? : Byun Baekhyun


Plus de réponse. Baekhyun soupire. Pourquoi a-t-il fallu que son meilleur ami soit obsédé par son apparence ? Ça doit bien être son plus gros défaut et si Baekhyun s’en fiche pas mal 99% du temps, aujourd’hui fait partie de ce 1% restant. Ça ne le dérange pas de rester seul, qu’il y ait du monde ou pas autour de lui, mais seulement s’il est de bonne humeur. S’il est en colère, triste, joyeux s’il a besoin de parler et d’avoir quelqu’un pour l’écouter, alors se retrouver seul au monde est un réel supplice. Le jeune homme se mordille la lèvre inférieure. Tous les mots coincés dans sa poitrine meurent envie de sortir. Il a besoin de se défouler oralement. Se parler à lui-même n’est bien sûr pas une option : il se retrouverait dans un embarras fou si on le surprenait. Déblatérer par SMS à une personne qui ne va sûrement pas prêter grande attention à ses paroles parce qu’elle est trop occupée à se choisir une tenue ne servirait à rien non plus.


Baekhyun pose son front sur la table et pousse un long soupir. Il n’a vraiment pas d’autre choix que d’attendre dans ce silence ; dans cette atmosphère trop sereine à son goût. Il ne s’est jamais retrouvé seul à l’université, ou dans un quelconque endroit public, auparavant. Il tourne la tête afin de regarder le paysage. Le vent souffle et les arbres dansent. Le soleil brille et le ciel est clair. Il n’y a aucun nuage à l’horizon. Tout cela est bien beau mais il se sent… seul.


Seul.


Seul ?


Baekhyun se redresse et son regard balaye la cour. Où est donc passé cette idiot de géant ? Il l’a vu marcher en direction du conservatoire, mais à cette heure-là, ce n’est pas encore ouvert, alors comment et a-t-il pu filer pour que Baekhyun le perde de vue ? Il plisse le front et se lève, posant ses deux mains sur la table. Il réfléchit : Park Chanyeol aurait-il pu repartir aux dortoirs en si peu de temps ? Non, c’est impossible, sinon il le verrait encore marcher au loin.


Il se rassoit puis secoue la tête. Et pourquoi est-ce que ça le perturbe autant ? La disparition soudaine de son camarade devrait le laisser de marbre. Baekhyun ne porte aucun intérêt au pianiste, après tout. Il sort donc son téléphone de sa poche et ouvre une application quelconque, histoire de faire passer le temps, mais ses yeux n’arrivent pas à rester plus d’une minute sur l’écran. Ils finissent toujours par scruter autour de lui toutes les cinq secondes. Ce n’est pas parce qu’il s’attend à ce que Chanyeol réapparaisse magiquement devant lui — bien sûr que non — c’est juste que c’est l’heure où les étudiants arrivent habituellement.


Son ouïe, plutôt bien développée, perçoit le son d’une porte qui s’ouvre. Sa tête se relève alors instinctivement. Ses lèvres s’entrouvrent quand, à sa très grande surprise, il aperçoit Park Chanyeol sortir du conservatoire avec ce qui semblerait être un portefeuille dans la main. Il marche vers lui et il le remarque enfin. Leurs regards se croisent malgré la distance qui les sépare. Baekhyun ne réagit pas mais lorsqu’il voit le plus grand détourner le regard pour qu’une seconde plus tard, ses prunelles s’ancrent à nouveau dans les siennes, un sourire apparaît sur son visage au même moment qu’une idée lui vient en tête. Il croise alors ses jambes, soutient son visage avec son poing, et attend gentiment avec un sourire aux lèvres, que son camarade soit assez proche pour l’entendre.


Baekhyun le remarque : sa façon maladroite de l’approcher comme s’il hésitait ; comme s’il n’était pas sûr de pouvoir venir le saluer. Cette timidité qui se lit dans chacun de ses gestes lui fait tellement plaisir : ça montre que Baekhyun l’intimide. C’est comme ça que ça doit être.


« Bonjour. » Dit Chanyeol d’une petite voix. Il se tient à deux mètres de la table parce qu’il ne compte pas s’y installer et parce qu’il n’est pas sûr que sa présence soit la bienvenue.


« Coucou Chanyeol, » son sourire devient si mielleux que le géant ne sait pas comment réagir. « Tu t’es levé bien tôt, aujourd’hui. C’est comme ça tous les jours ? »


« Non, c’est juste… aujourd’hui. » Chanyeol se frotte la nuque. « Et toi ? »


« Hmmm, je me suis levé trop tôt, je me sens encore très fatigué. » Il grimace en faisant la moue. « Et si tu m’achetais un café pour que je puisse me réveiller, hm ? Je pourrai être en forme durant les répétitions et ce sera grâce à toi. »


« Bien sûr. Allons-y. » Le plus grand n’a pas su dire non, et ce n’est pas surprenant vu qu’aucun homme n’a jamais été capable de lui refuser quoique ce soit. C’est un pro quand ça en vient à amadouer les gens.


« Super ! Merci. » Chanyeol déglutit. Il ne sait pas comment le plus petit s’y prend mais chaque sourire qu’il fait est encore plus resplendissant que le précédent. C’est pour cela qu’il ne sait pas comment se comporter quand il est avec Baekhyun. Un instant, ce dernier est plein d’affection pour lui ; et durant un autre, il en oublie quasiment son existence. Pourquoi agir de manière si amicale s’il ne l’aime pas ? Pourquoi ne pas continuer à l’ignorer, tout simplement ?


Le géant est comme aspiré par la réalité lorsqu’il sent une pression sur son bras. Il tourne la tête et voit une touffe de cheveux rouges sur son épaule, et un être collé à son bras. Le contact trop soudain lui fait rater un battement de coeur.


« Euh, ça va ? » Demande-t-il après avoir avalé la boule dans sa gorge. Son souffle devient saccadé plus Baekhyun resserre son étreinte.


« Oui, c’est juste que j’ai froid. Je me suis précipité pour venir alors j’ai oublié toutes mes affaires chez moi. Je n’arrive pas à m’habituer à l’emploi du temps du jeudi. »


Et qu’est-il censé répondre à cela ? Que doit-il dire dans ce genre de situation ? Chanyeol a toujours été mauvais pour savoir quoi dire à tel ou tel moment. Il marche de manière extrêmement rigide jusqu’au bistrot d’en face accompagné de son camarade qui ne le lâche pas. Même lorsqu’ils arrivent devant le comptoir, Baekhyun le tient toujours par le bras, et il n’a pas le courage de lui demander de le lâcher, et encore moins de secouer son bras pour faire comprendre qu’il aimerait que Baekhyun s’éloigne un peu. Le grand idiot a une goutte de sueur qui lui coule le long de la tempe.


« Qu’est-ce que tu voudrais commander ? » Demande-t-il en manquant de bégayer.


« Je te laisse choisir comme tu payes pour moi. » Le petit rire sot qui accompagne sa risette fait rougir Chanyeol. Mais il ne connaît pas les goûts du chanteur. Et s’il commandait la boisson qu’il aimait le moins ? Le pauvre manque de temps pour ne serait-ce qu’y penser un instant, ainsi décide-t-il de choisir ses deux cafés préférés en priant pour qu’un des deux plaise au plus petit.


« Un américano et un frappuccino à emporter, s’il vous plaît. »


La caissière prend sa commande et lui fait signe d’aller patienter à une table en attendant qu’on prépare les deux boissons. Chanyeol se retient de pousser un gros soupir d’angoisse. Il ne veut pas se retrouver à nouveau seul avec Baekhyun. Il n’arrive jamais à faire la conversation. De plus, il y a quelque chose en lui qui lui dit que Baekhyun ne l’apprécie pas autant que les apparences lui font croire.


Ils vont donc s’installer à côté du mur vitré. Le géant a à peine le temps de poser ses fesses sur le siège que son camarade se glisse à côté de lui. Chanyeol le regarde avec des yeux arrondis par la surprise.


« Ça ne te dérange pas, j’espère ? J’ai encore froid. » Baekhyun bat des cils tout en se blottissant contre le plus grand. Celui-ci pince les lèvres et secoue la tête. Les mots, Chanyeol les a perdu depuis longtemps. Il abandonne donc l’idée de communiquer. Ce n’est pas son truc ; pas avec Baekhyun, en tout cas. Il se contente d’attendre en silence, menton enfoncé dans sa paume, en regardant les gens passer devant lui à l’extérieur.


Il revient à lui-même à l’entente de son nom. Ils se lèvent tous les deux pour aller chercher leurs cafés.


« Lequel tu préfères ? » Demande-t-il par courtoisie.


Le plus petit lui prend l’américano des mains. « Celui-là. »


Ils retournent jusqu’au campus sans rien se dire. Chanyeol aurait bien voulu savourer son café mais comme il veut une excuse pour ne pas parler, sa boisson est continuellement collée à ses lèvres. Il est néanmoins soulagé de ne plus avoir le plus petit accroché à lui. Baekhyun a son café dans la main et son téléphone dans l’autre. Il agresse Jongdae à travers ses textos en envoyant de constant bouge ton cul, bouge ton cul, bouge ton cul. Il a certes trouvé quelque chose pour se divertir pendant une vingtaine de minutes mais maintenant, il en a marre ! Que Jongdae se prépare à recevoir son courroux.


Revenus au point de départ, Chanyeol racle la gorge. « Bon, moi, je retourne à l’intérieur. » Baekhyun relève la tête de son portable. « Si tu as froid, tu peux venir, aussi… Si tu veux. »


« Hein ? Mais ce n’est pas fermé normalement ? Comment ça se fait que tu as pu rentré, d’ailleurs, tout à l’heure ? »


« Non. C’était ouvert. » Le géant arrête de respirer. Il a oublié que le fait qu’on lui ait confié le double des clés du conservatoire doit rester secret. Quel idiot. Tout le monde sait qu’à cette heure, le bâtiment n’est pas ouvert. Aucun ne l’est.


Le regard de Baekhyun s’intensifie. C’est comme si ses yeux tentaient de lui arracher la vérité hors de la gorge. Le plus grand déglutit, alors. Il n’en peut plus. Il s’efforce de lui offrir un sourire avant de tourner les talons et de se hâter à l’intérieur du conservatoire — de son abri. Le plus petit le regarde partir sans rien ajouter de plus. Il retourne à sa table, s’assoit, et boit à petites gorgées son café tout en regardant son téléphone. Il préfère encore mourir d’ennui et de solitude plutôt que de se retrouver à nouveau seul avec le pianiste.





Baekhyun se cache derrière ses feuilles lorsqu’il sent qu’il va bailler. Cela fait deux heures que les répétitions ont commencé et il s’ennuie à en mourir. Il a surtout du mal à se concentrer car il a sommeil. Il n’a certainement pas assez dormi hier soir et en plus, il s’est réveillé trop tôt. Il ne souhaite qu’une chose : que les prochaines heures passent plus vite ; ou qu’un incident se produise pour pimenter l’ambiance. Le café qu’on lui a si gentiment offert ne fait déjà plus effet. Il n’en a bu que le quart puisque Jongdae s’est permis de finir tout le reste. Le monde a décidé qu’aujourd’hui était le jour où on lui taperait sur les nerfs, apparemment — ou est-ce que ce sont les jeudis qui ne l’aiment pas ? Il ne les aime pas non plus, en tout cas.


Mme. Alston a voulu se concentrer sur la partie instrumentale pour cette séance alors pourquoi diable doit-il rester ? Les musiciens n’ont pas besoin de son soutien moral, il en est sûr. De plus, une personne en moins ne va pas les empêcher de faire leur travail. Il n’est d’ailleurs certainement pas le seul à penser de cette façon : quand il regarde discrètement le visage de ses camarades, il voit bien à quel point ils en ont marre eux aussi. S’il avait su, il n’aurait pas pris la peine de sortir du lit. Il aurait rattrapé les heures de sommeil qu’il a manqué. Cette session est vraiment une perte de son précieux temps.


« Tu t’ennuies ? » Yixing vient s’asseoir à côté de lui. Baekhyun se retient de lever les yeux au ciel.


« Oh, mais non. Je profite de ce moment pour réfléchir au sens de ma vie. Mon énergie spirituelle est en mauvaise condition, ces temp-ci. » Dit-il sur un ton écœurement sarcastique. Malgré cela, le sourire de Yixing ne vacille pas. Celui-ci hoche rapidement la tête car il n’a rien à répondre.


« Comment… Comment va Jongdae ? » Demande Yixing en tentant de rester le plus nonchalant possible, mais ça ne passe pas du tout avec Baekhyun. Ce dernier se tourne vers lui avec un regard noir alors que les yeux du plus vieux n’osent pas venir à sa rencontre.


« Pourquoi est-ce que tu ne le lui demandes pas directement ? » L’exaspération s’entend si clairement dans la voix de Baekhyun. Après plusieurs secondes de silence, son voisin se tourne enfin vers lui pour lui faire face. L’amertume qui se lit dans les prunelles noires de Yixing le met mal à l’aise. Son coeur se serre.


« Tu sais pourquoi— »


« Je ne vais pas jouer les messagers pour vous deux. » Baekhyun appuie son front contre son poing. La lourdeur du sentiment qu’il ressent en cet instant lui donne la nausée. Une partie de lui veut se lever et frapper l’homme assis à côté de lui mais il sait pertinemment que si Jongdae devait être témoin de cet acte, il ne le féliciterait pas, ni ne resterait de marbre ; il ne viendrait pas non plus l’arrêter, mais il accourrait vers Yixing sans hésiter et il lui demanderait s’il va bien. C’est bien ce qui le frustre encore plus. Baekhyun pince ses lèvres.


« C’était juste une question. » Peu à peu, sa voix se fait trop petite pour se faire entendre. Une énorme boule se forme dans sa gorge et Yixing étouffe. Il avale et avale mais la sécheresse ne part pas. Il regrette ses mots. Il regrette d’avoir fait la conversation à Baekhyun. Il regrette bien de choses. Le plus vieux regarde fixement devant lui avant qu’on ne l’appelle. Il saisit cette opportunité pour s’éloigner de Baekhyun et dissipe ainsi les ténèbres qui les entouraient.


Baekhyun s’affale sur son siège. Il pose ses partitions sur son visage avant de soupirer. Il est en plein conflit avec lui-même : devrait ou ne devrait-il pas en parler à son meilleur ami ? Quelle est la meilleure décision à prendre ? Il n’est pas sûr d’avoir le droit de garder le silence ; qui est-il pour se mêler de leurs affaires, après tout ? Qui est-il pour ne pas dire à son ami ce qu’il est en droit de savoir ? Baekhyun refuse cependant de voir Jongdae souffrir davantage. Il ne veut pas rajouter de l’eau dans un verre qui déborde déjà. Quand bien même le fait de savoir que Yixing s’inquiète toujours pour lui lui apporterait une petite portion de bonheur, ça le déchirerait tout autant.


« Byun Baekhyun, on se réveille ! » La voix de Mme. Alston résonne dans toute la pièce. Il en tombe presque de sa chaise. Les feuilles posées sur son visage tombent une à une après qu’il se soit redressé brusquement. Le garçon a les yeux ronds et le coeur affolé. Tous les yeux sont rivés sur lui et c’est une des formes d’attention qu’il aime le moins. « Je ferai en sorte que tu n’aies pas le temps de t’ennuyer durant les prochaines séances. » Le regard de la dame est aussi acérée qu’une lame et chaque battement de cils fendent à travers sa conscience.


Baekhyun se retient de soupirer. Ce n’est vraiment pas ce dont il a besoin. Son sang est si bouillonnant qu’il pourrait partir étrangler Mme. Alston. C’est une envie qui lui démange les mains.


« Pardon, » est tout ce qu’il s’oblige à dire. Il serre la mâchoire puis se baisse pour ramasser ses feuilles. Baekhyun n’a pas besoin de se retourner pour savoir que Tadao a un sourire collé au visage. Les deux étudiants ne sont pas amis bien que leurs esprits tordus les ait rapprochés plus d’une fois.


Quand il se rassoit, son regard croise celui du géant. Chanyeol détourne instantanément la tête et fait mine de lire ses partitions. Baekhyun n’est pas dupe. Il sait que le pianiste les connait toutes par coeur. Gêné qu’il ait surpris son regard, le bout de ses oreilles rougissent. Le plus petit pose sa main sur sa bouche. Il se serait attiré d’autres remarques du professeur s’il n’avait pas retenu son rire. Mais comment ne pas s’esclaffer quand l’embarras se lit si facilement sur le visage de Chanyeol ? Sous sa main, un sourire se forme et passe inaperçu aux yeux de tous.





Lorsque Mme. Alston annonce enfin la fin des répétitions, Baekhyun ferme les yeux : il a l’impression d’avoir attendu ce moment toute sa vie. Il range ses affaires sans se soucier de froisser ses feuilles. Il ne prend même pas la peine de passer son sac par dessus ses épaules mais se dirige tout droit vers la sortie à la place. Son téléphone vibre alors qu’il s’apprête à partir.


Kim Jongdae : Ne m’attends pas pour manger, j’ai un truc à faire.


Je comptais rentrer de toute façon. : Byun Baekhyun


Kim Jongdae : OK.


Baekhyun marche en trainant des pieds, c’est pour cela qu’en passant la porte, il trébuche. Alors qu’il pensait sentir la froideur du sol en marbre, c’est la chaleur qui l’entoure. Son coeur bat à cent à l’heure, il s’attendait à une chute. Au lieu de cela, il est en parfaite sécurité dans les bras de l’un de ses camarades. L’esprit de Baekhyun ne prend pas longtemps pour oublier la frayeur qu’il vient tout juste de ressentir quand ses fesses se pressent contre la partie inférieure du corps de son sauveur. Malgré le tissu plutôt épais du jogging, Baekhyun distingue la largeur de la forme.


Son coeur rate un battement et le monde s’arrête autour de lui. Il lui faut un moment pour prendre conscience de ce qu’il vient de découvrir. L’El Dorado était à portée de main pendant tout ce temps et il n’en savait rien. Baekhyun se colle un peu plus au corps de son camarade. Il sent un frisson le parcourir. Byun Baekhyun a besoin de connaître l’identité de la personne à qui il a affaire.


« Ça va ? » Une voix grave résonne à son oreille. Lorsqu’il tourne légèrement la tête, un souffle chaud vient lui caresser la joue.


Baekhyun lève le regard et le visage qui apparait à quelques centimètres du sien n’est autre que celui du pianiste : Park Chanyeol. Un cri s’échappe presque de sa gorge. La stupéfaction que traduit son expression et la pâleur de son teint alertent le plus grand qui le relâche.


« Désolé, je t’ai attrapé soudainement, alors— »


Étant donné que les deux jeunes hommes bloquent le passage, Chanyeol décide de guider Baekhyun par le bras jusqu’au couloir, là où ils ne dérangent personne.


« Ça va ? » Lui demande-t-il à nouveau, inquiet de lui avoir peut-être fait mal ou de l’avoir mis mal à l’aise.


Le plus petit n’arrive pas à répondre. Les mots s’emmêlent dans sa tête. Sa bouche est entrouverte et ses yeux ronds fixent le vide. La réalité peine à le rattraper. Il n’est même plus sûr de savoir si ce qu’il a senti était une illusion ou si c’était bien réel. Quand Baekhyun relève la tête, il voit le géant debout devant lui qui le regarde avec les sourcils froncés. Il pourrait presque toucher l’inquiétude qui émane de Chanyeol tant elle est évidente.


« Quoi ? » La petite voix de Baekhyun sort. Il n’a pas du tout prêté attention aux paroles du géant.


« Ça va ? » Demande Chanyeol pour la énième fois.


Le plus petit lui répond finalement après trois secondes. C’est un simple ça va qui ne rassure pas du tout Chanyeol, même pas ne serait-ce qu’un peu. Baekhyun remarque l’hésitation dans ses gestes : Chanyeol semble vouloir insister mais se retient par peur d’être trop envahissant. Un silence maladroit finit par s’installer lorsqu’ils ne trouvent tous les deux rien à dire. Junmyeon vient briser cela. Il sort de la salle à pas de course, ce qui attire l’attention des deux garçons.


Chanyeol se retourne et voit son colocataire se faire la malle. « Hé ! Mais tu vas où comme ça ?! » S’exclame-t-il.


Son ami s’arrête net et se retourne. « Désolé mais finalement, Sonia est dispo ! On mange ensemble. » Il mord sa lèvre. Ses yeux de chiot donnent plus envie au géant de le défigurer qu’autre chose.


« OK, dégage. »


Junmyeon lui envoie un baiser de loin. « T’es le meilleur. »


Exaspéré, Chanyeol ne prend pas la peine de répondre. L’idée de devoir manger seul ne lui plait pas du tout. Il se gratte le front avec deux doigts tout en réfléchissant à quoi faire : la cafétéria n’est pas une option s’il n’est pas accompagné ; mais à quel snack aller ? Quoique, il a bien envie d’un américain aujourd’hui alors celui qui se trouve à deux rues du campus fait les meilleurs. C’est donc décidé.


Il allait se tourner vers Baekhyun pour lui dire au revoir mais remarque quelque chose. Grâce à sa taille et au fait que son camarade ait la tête baissée, il voit l’étiquette de sa chemise dépasser de derrière sa nuque.


« Ah— » Sa main effleure ses lèvres. Sa voix attire l’attention de Baekhyun. « Euh, tu as mis ta chemise à l’envers. »


« Hein ? » Baekhyun jette un regard derrière son épaule. Effectivement, il voit l’étiquette du coin de son oeil. Et dire qu’il l’avait à l’envers depuis tout ce temps ! Quel idiot ! Comment a-t-il pu ne pas remarquer ça quand il est parti de—


Le plus petit prend une longue inspiration. C’est vrai, il s’est levé subitement en se rappelant qu’aujourd’hui tombait sur un jeudi. Il ne l’avait pas prévu lorsqu’il a décidé de passer la nuit chez un de ses nombreux contacts. Sa main se pose sur son visage et il soupire. Comme c’est embarrassant pour le Byun Baekhyun de s’afficher en public mal habillé. Tout son être le démange de honte.


« Merci… de m’avoir prévenu. » Le grand dadais a été la première personne avec qui il a parlé de la journée alors comment est-ce que ça se fait qu’il ne le prévient que maintenant ? Et pourquoi lui, d’ailleurs ? Pourquoi, parmi tous les étudiants de cette fichue université, est-ce que Park Chanyeol a dû être celui qui lui fasse remarquer qu’il a mis sa chemise à l’envers ? Le plus grand panique à la vue du visage assombri de Baekhyun.


« Oh, mais, euh, pas besoin de te sentir gêné ou quoique ce soit. » La grimace du plus petit est à présent dirigée vers Chanyeol. « Ça arrive à tout le monde, ça, de temps en temps. » Chanyeol détourne le regard. Il passe une main dans ses cheveux et tente de trouver les mots. Il n’est pas sûr de savoir si ce qu’il dit est nécessaire alors il hésite. « Je trouve ce genre de petite erreur adorable, en tout cas. » Un petit sourire se forme sur ses lèvres.


Encore une fois, le regard qu’il lance à Baekhyun fige ce dernier. La profondeur de ses yeux fait l’effet d’un aimant sur Baekhyun et il se retrouve dans l’incapacité de regarder ailleurs. Byun Baekhyun n’est pas tout le monde : il n’enfile pas ses vêtements à l’envers. Ces rares fois où ça lui arrive, il s’en rend compte la seconde même où il passe la tête à travers le col. Ces mots prononcés pour dissiper son embarras ne devraient pas résonner si fort. Quand bien même il n’a pas envie de l’admettre, ils réussissent tout de même à faire chavirer son coeur, si ce n’est qu’un tantinet seulement.


Chanyeol toussote. Il ne sait pas comment prendre le silence de Baekhyun. C’est à son tour d’être gêné. « Bon alors, à demain. » C’est tout ce qu’il trouve à dire. Il veut vite s’éclipser afin de ne pas avoir à faire face aux prunelles perçantes de son camarade plus longtemps qu’il ne le faut.


Alors qu’il s’apprête à faire un pas vers la sortie, il sent une main s’agripper à l’ourlet de son pull. Il se retourne, surpris. C’est Baekhyun qui le retient. Évidemment qu’il va le retenir. Il ne va sûrement pas le laisser s’échapper après ce qu’il s’est passé. Le plus petit n’a pas oublié ce qu’il a senti contre ses fesses et c’est pour cela qu’il veut découvrir ce qu’il cache à l’intérieur de son pantalon. D’une manière ou d’une autre ! La vérité éclatera.


« Junmyeon ne mangera pas avec toi, si j’ai bien compris, alors ça te dirait de manger ensemble ? » Demande-t-il en penchant la tête sur le côté. « Je voudrais t’offrir quelque chose comme tu m’as payé un café ce matin. » Le scintillement de ses yeux empêche le géant de refuser son offre.


« D’accord… » Dit-il d’une petite voix. C’est une défaite totale.





Le géant lui a bien proposé d’y aller en voiture mais Baekhyun a refusé l’offre. D’une, parce qu’il a prévu quelque chose ; de deux, parce qu’il n’a pas du tout envie de monter dans cette horreur qu’il ose appeler voiture. Le métro fera l’affaire pour le moment. Le restaurant dans lequel il a invité Chanyeol se trouve à cinq gares, ce qui devrait lui donner assez de temps pour accomplir son plan.


Il y a beaucoup de monde mais pas au point de se bousculer à chaque petite secousse. Il y a même deux-trois sièges de libre, cependant Chanyeol n’a pas l’air de vouloir s’asseoir. Tant mieux, ça rend les choses plus faciles. Les deux étudiants restent debout devant les portes et à chaque fois qu’elles s’ouvrent, le plus petit se rapproche un peu plus de son camarade. Il essaye d’agir le plus naturellement possible pour ne pas faire fuir Chanyeol. Ce serait dommage que celui-ci s’éloigne alors qu’ils sont à quelques millimètres de se toucher.


Quand il ne lui reste plus que quelques pauvres minutes, Baekhyun décide de faire le grand pas. Il lâche la barre et se laisse tomber contre le plus grand, ce qui surprend ce dernier. Chanyeol pose une main sur son épaule.


« Si tu es fatigué, va t’asseoir. » Lui dit-il à l’oreille, mais Baekhyun secoue la tête. Le plus petit fait mine de s’étirer en se cambrant de manière très subtile. Il bombe juste son postérieur afin de l’appuyer contre l’entrejambe du pianiste.


« On est bientôt arrivés de toute façon. » Les commissures de ses lèvres tremblent. Il a du mal à retenir son sourire.


Le géant pense qu’ils sont trop proches, que le contact n’est pas nécessaire, mais ça ne le dérange pas plus que ça. Du moins, jusqu’à ce qu’il sente les fesses de son camarade se coller à lui. D’abord, il n’en pense pas grand chose : un pas en arrière et tout s’arrange. Sauf qu’il n’a nulle part où aller. Les personnes qui s’apprêtent à s’arrêter à cette gare se sont déjà levées et s’entassent déjà autour des portes.


Chanyeol inspire par la bouche. Ce n’est rien. Baekhyun ne doit sûrement pas être conscient de ce qu’il fait. Son camarade doit vouloir faire de la place pour les autres passagers et doit se sentir assez à l’aise avec lui pour ne pas se soucier du contact physique… n’est-ce pas ? Le mouvement des hanches de Baekhyun ne signifie rien, n’est-ce pas ? Et même s’il ne le fait pas exprès, Chanyeol est humain : il a sa propre limite.


Ainsi, quand les frictions sont trop difficiles à supporter, le plus grand glisse sa main jusqu’au bas du dos de Baekhyun pour mettre un peu de distance entre eux. Le chanteur pince ses lèvres. Il a envie de le taquiner encore un peu mais soit, ça suffira pour l’instant. Tout en faisant de son mieux pour ne pas se mettre à sourire comme un sadique, il se tourne pour faire face à Chanyeol. Il est plus qu’évident que les provocations de Baekhyun ne lui ont pas laissé de marbre vu à quel point il est rouge jusqu’au cou. Chanyeol n’ose pas le regarder droit dans les yeux, non plus.


Mais à présent, Baekhyun sait que le plus grand n’est pas un simple nerd dont le seul talent est la musique. Il en a d’autres — ou au moins un autre — cachés au fond de ses manches. Ou plutôt de son pantalon. Et juste parce qu’il veut jouer encore un peu avec le coeur affolé du pianiste, il se met sur la pointe des pieds, colle ses lèvres à l’oreille de Chanyeol, et murmure : « Désolé. »


Le sourire qui accompagne le ton coquin de Baekhyun a le pouvoir de figer le temps comme il peut envoyer des éclairs de froideur. La main qui attrape la sienne lorsque les portes s’ouvrent est chaleureuse, pourtant elle ne s’accroche qu’à son auriculaire. La gentillesse de son camarade est d’une sincérité trompeuse et ses excuses sonnent aussi vrai qu’un mensonge.


Baekhyun le guide jusqu’à ce restaurant où il l’a si soudainement invité mais Chanyeol n’a qu’une seule question en tête : qui est vraiment celui dont il ne voit que le dos ?


Qui est Byun Baekhyun ?