Chapitre 02

par Gaïa-sama

« Rien ne sert de courir, mon amour, tu sais.
Ils ne comprendraient pas, que nous avons trouvé à la force d’aimer,
dans nos cœur un espoir… »



En étoile sur son lit, Jun Myeon repensait à sa dernière conversation avec Lay. Il soupirait, comment pouvait-il le convaincre qu’il pouvait être assez fort pour le soutenir ? Il savait qu’il y avait plus triste que lui, sûrement plus détruit aussi. Mais entendre l’histoire de Lay l’avait retourné… Parce-que pendant un certain temps, il s’était perdu. Et cette perdition Jun Myeon la connaissait bien. Il ne savait pas comment Lay avait fait pour s’en sortir seul, si lui n’avait pas eu Jongin, il ne serait sûrement plus là maintenant.

Il se leva doucement et s’habilla rapidement avant de descendre dans la rue. Il rabattait sa capuche et se dépêchait de se diriger vers chez Jongin. Depuis que cette envie le démangeait, Jun Myeon se précipitait chez lui à chaque fois. Parce-qu’il se savait incapable de faire ça devant lui, il ne voulait pas que Jongin le voit comme ça… Et d’un côté, ça le sauvait certaines fois.

La solitude. Déclencheur de ses envies, amplificateurs de ses souffrances. Jun Myeon détestait être seul, mais personne n’était là. Jongin faisait son possible pour être là au maximum, mais le soir Jun Myeon continuait de rentrer dans un appartement triste et désespérément vide. Il faisait la cuisine pour lui, et lui seulement. Il ne pouvait rien partager, ni ce qu’il pensait d’un film, ni tout simplement rire avec quelqu’un devant une série…

Et le pire, c’est que cette foutue addiction l’empêchait d’avoir une relation vraiment sérieuse.

Jun Myeon soupira avant de rapprocher ses genoux contre lui et de ranger ses bras sous la couverture que Jongin lui avait donné. Il laissa passer un moment de flottement, les yeux fixant la télé, avant de chuchoter.

Jongin ouvrit un peu plus grand les yeux et réfléchit quelques instants avant de répondre.

Jun Myeon allait répondre, quand Jongin sembla avoir une autre idée.

Jongin fronça les sourcils.

Jun Myeon ne répondait plus, ses yeux de nouveau perdus dans le vide, il réfléchissait. Jongin était persuadé qu’il n’allait pas l’écouter. Jun Myeon était têtu et incroyablement persistant quand il voulait quelque chose. Sa seule peur était de le retrouver dans un état pire que celui dans lequel il était à ce moment.

Et Jun Myeon était bien trop fragile pour soutenir quelqu’un d’autre.



Ҩ



Assis sur le même banc qu’habituellement, Jun Myeon surveillait l’entrée du bâtiment et s’attendait à voir Lay arriver… Mais il n’arrivait pas. Il se leva doucement, pensant qu’il était peut-être déjà rentré, il poussa la porte et le cherchait du regard. Mais il n’était bel et bien pas là. Chanyeol arriva et le poussa vers les fauteuils où il prit place. Il fixa ses yeux sur le fauteuil que Lay occupait d’habitude et ne faisait même pas attention à ce qui se passait autour de lui.

Jun Myeon hocha la tête sans pour autant décrocher son regard du fauteuil vide. Chanyeol attendit un peu, voulant lui laisser le temps de parler s’il en avait l’envie, mais voyant qu’il ne parlait pas, il continua son petit tour.

Ҩ



Une semaine. Une semaine pile, sept jours, sept soirs. Lay n’était plus revenu depuis la dernière fois, et malgré que Chanyeol essaie de le rassurer, Jun Myeon ne pouvait s’empêcher de se poser des questions. Au début, il pensait qu’il lui était arrivé quelque chose… Mais après s’être refait leur dernière soirée ensemble, il était persuadé que c’était de sa faute. Il lui avait proposé de le soutenir et Lay lui avait dit non. Peut-être est-ce qu’il avait fait une bêtise ? Non, c’était sûr, il avait fait une bêtise.

Ce soir-là, il n’avait pas enlevé son écharpe, un masque lui cachait une bonne partie du visage et son corps était caché dans un pull ample à col roulé. Il fixait un point invisible, se repassant toujours les mêmes scènes, cherchant quels mots il aurait plutôt dû employer...

La fin de la réunion arriva vite. Jun Myeon attendit que tout le monde soit parti pour aller voir Chanyeol. Il s’assit en face de lui et soupira avant d’enlever son masque.

Chanyeol souriait. Il se leva en soupirant.

Jun Myeon soupira. Le laisser revenir de lui-même… Le seul problème était qu’il avait l’impression qu’il ne venait plus par sa faute. Et que pour ça, son corps commençait à lui faire bien trop mal pour que ce soit discret.



Ҩ



Jongin continuait de le fixer, allongé à ses côtés dans le lit.

Jun Myeon ne répondit pas, il se contentait de regarder la tristesse émanant des yeux de Jongin sans savoir quoi faire, ni quoi dire.

« Mais je te promets que je ferais tout pour ne plus l’être, bientôt » pensa Jun Myeon. Il soupira en fermant les yeux. Avant de faire ces efforts, avant de se surpasser pour arrêter de faire du mal à Jongin… Il fallait qu’il retrouve Lay.



Ҩ



Jun Myeon entra dans le bâtiment en soupirant, Lay n’était toujours pas là. Il allait s’asseoir dans son fauteuil habituel, quand Chanyeol le stoppa.

Jun Myeon leva la tête et vis une enveloppe. Il la prit doucement, sans comprendre.

Jun Myeon ouvrit grand les yeux avant de se dépêcher d’ouvrir la lettre. Il s’enfonça dans son fauteuil et commença à la lire lentement.

«  Coucou Jun Myeon ~

Est-ce que tu t’es inquiété pour moi ces derniers jours ? Je ne te connais pas depuis longtemps, mais je suis presque persuadé que tu boudais à chaque fois que tu voyais mon fauteuil vide. J’ai faux ? Si non, arrête de bouder et concentre toi sur ta thérapie, ok ? Tu ne viens pas tous les soirs à cet endroit pour me voir et essayer de m’aider, mais pour que TOI tu te fasses aider. Compris ?

Enfin je dis ça mais… Je t’avoue que je suis tenté d’accepter ta proposition. En ce moment c’est pas franchement la joie et je suis seul. Mes parents sont à l’étranger, je suis totalement seul dans mon appartement et j’ai fait plusieurs rechutes… Et tu sais, après un sevrage de quelques jours/semaines, la reprise est d’un niveau supérieur, le manque aussi.

Bref, j’accepte ta proposition… Mais à une seule condition. Tu n’es pas le seul à devoir m’aider, je vais aussi t’aider du mieux que je peux. Je ne peux pas te garantir de ne pas te faire de mal, je ne peux pas non plus te garantir que je vais arriver à t’aider et à me sortir de la merde dans laquelle je suis. Mais au moins, j’ai de nouveau la volonté d’essayer. Et n’oublie pas, pour que je t’aide, il va falloir que tu m’éclaire un peu sur toi… Alors, je te laisse mon adresse. Viens dès que tu te sens prêt à parler.

En espérant que pour toi, tout vas bien… Arrête de bouder. Jun Myeon le gardien !

Lay. »

En bas se trouvait une adresse qui devait être celle de Lay. Jun Myeon souriait, sans s’en rendre compte il avait rigolé et sourit au fur et à mesure de sa lecture. Et quand il releva les yeux, tout le monde le regardait en silence, y compris Chanyeol.

Et comme d’habitude, certains parlaient, d’autre non. Jun Myeon les observait silencieusement, et il se rendit compte que ceux qui parlaient était toujours les même. Tao ne s’était jamais lancé depuis le jour où il l’avait vu, il se contentait de regarder tout le monde et il chuchotait des phrases incompréhensibles de temps en temps.

Lay… Il avait envie d’aller le voir, il sentait à travers ses mots qu’il n’allait pas bien. Mais il n’était pas prêt, il ne pouvait pas parler maintenant… Il ne le voulait pas non plus. Depuis le début, il était persuadé de ne pas avoir besoin de tout ça. Ce centre tous les soirs était aussi une chose dont il ne voyait pas l’utilité. Jun Myeon n’avait jamais eu envie de parler de ce qu’il faisait, il ne voulait pas non plus arrêter. Ça lui procurait trop de soulagement, ça l’aidait à se sentir mieux… Mais il avait fallu que Jongin s’en rende compte, il avait fallu qu’il le trouve. Et depuis ce moment-là, voir la peine de Jongin était devenu insupportable. Il se sentait toujours soulagé, mais la culpabilité reprenait le dessus quand il s’observait dans un miroir…

Et puis, c’était déjà trop tard. Il ne pouvait plus s’arrêter. Comment gérer les blessures du quotidien autrement que par cette manière qui l’a toujours aidé ?



Ҩ



Jun Myeon était devant la porte d’entrée de Lay. Il n’était toujours pas prêt à parler, mais il ne pouvait pas arrêter de penser à sa solitude et à celle de Lay… Pourquoi rester seul chacun de leur côté, alors qu’ils pouvaient être ensemble ? Il essaierait juste de retarder le moment où il devra parler… Jun Myeon prit une grande inspiration avant d’appuyer sur la sonnette, et il attendit. Au début, il n’entendait aucun bruit. Il allait repartir, pensant que Lay était surement sorti, mais un bruit assez violent le retint… Et quelques minutes après, Lay ouvrait la porte… Et Jun Myeon n’en revenait pas de ce qu’il voyait.

Lay était là, dans l’embrasure de la porte, transpirant, les yeux qui pleuraient et une main sur son front. Ses yeux étaient gonflés et un bandage important faisait le tour de chacun de ses bras. Il était courbé vers l’avant et il semblait avoir sérieusement mal quelque part.

Lay ne répondit pas, se contentant de secouer la tête et de s’écarter de la porte. Jun Myeon entra doucement, regardant un peu partout autour de lui. L’appartement était petit, l’entrée débouchait sur une toute petite cuisine américaine puis une arche donnait sur une pièce qui ressemblait à une chambre. Des tonnes de post-it étaient collés au- dessus de son lit et de nombreuses photos de lui enfant s’étalaient dans l’appartement.

Lay s’était précipité sur son lit, où il s’étala bruyamment. Il tremblait et en même temps, il transpirait. Ses yeux ne s’étaient pas arrêtés de pleurer et il se tournait dans tous les sens. Jun Myeon, qui commençait à sérieusement s’inquiéter, alla dans la cuisine et prit une serviette qu’il mouilla et plaça dans le congélateur quelques minutes. En attendant, il sortait son téléphone et tapait les symptômes de Lay pour trouver quelque chose, mais il n’arrivait pas à savoir… Ça pouvait être tellement de choses.

Il entendit Lay se plaindre, il alla donc chercher la serviette humide et la posa rapidement sur le front de Lay. Il poussa la couverture au bout du lit et le maintenait sur le dos.

Jun Myeon recula, étonné par le ton sec que Lay avait employé et par sa demande. Il lâcha les épaules de Lay et ressorti son téléphone pour chercher comment apaiser un manque à l’héroïne… Mais Lay lui prit le téléphone.

Lay se rallongea sur le dos, serrant de toutes ses forces sa couverture.

Il se retourna sur le ventre, enfonçant sa tête dans l’oreiller et ramenant ses genoux vers lui.

Jun Myeon réfléchit quelques minutes avant de prendre le bras de Lay et le faire se lever. Il vacillait un peu mais il tenait debout.

Jun Myeon acquiesça et aida Lay à mettre sa veste. Il enleva son écharpe et l’enroula autour du cou de Lay avant de lui enfoncer un bonnet sur la tête. Il prit le bras de Lay qu’il passa sur ses épaules et sorti. Il faisait froid et la nuit était tombée. De gros flocons de neige tombaient silencieusement, recouvrant parfois les cils de Lay, sur lequel Jun Myeon gardait un œil. Ils arrivèrent dans la rue commerçante, un grand parc se trouvait au bout.

Jun Myeon ne disait rien, il se contentait d’avancer. Mais au lieu de continuer à marcher jusqu’au parc, il s’arrêta devant une petite épicerie.

Jun Myeon fronça les sourcils, essayant de ne pas ressentir ce que son ton lui faisait dans son cœur, et se dirigea vers le rayon du chocolat. Il renforça sa prise sur le bras de Lay et prit trois grandes plaques. Lay était étrangement tranquille, s’était-il calmé ? Une fois sorti de l’épicerie, Jun Myeon lâcha Lay et se plaça en face de lui.

Lay secoua la tête et se tourna, marchant en direction du parc. Jun Myeon le rejoignis en courant, ne comprenant pas ce changement de comportement soudain.

Lay poussa Jun Myeon qui heurta quelqu’un. Il s’excusa rapidement avant de chercher Lay des yeux, il le voyait au bord de la route, se préparant à traverser… Et le cœur de Jun Myeon accéléra, ses mains devinrent moites et il se mit à courir à toute vitesse. Il prit le bras de Lay et le tira violemment en arrière.

Lay se stoppa en voyant Jun Myeon pleurer. Il semblait ne plus arriver à respirer correctement et il se tenait la tête en chuchotant des « non ».

Lay sursauta en sentant les mains de Jun Myeon sur ses joues, leurs yeux s’étaient accrochés et ne semblaient plus vouloir se décrocher. Et Lay pouvait voir l’inquiétude grandissante, la peur, la tristesse et des tonnes d’autres sentiments se mélanger dans les yeux de Jun Myeon.

Ses mains retombèrent doucement et il attrapa le chocolat, il l’ouvrit de ses mains tremblantes et tendit une barre à Lay.

Lay était partagé entre son envie de faire disparaitre ces symptômes insupportables et l’envie de rentrer chez lui pour arrêter d’inquiéter Jun Myeon. C’était un choix qu’il n’arrivait pas à faire, il était déchiré entre ses besoins physiques et les envies qui lui venaient tout droit du cœur. Jun Myeon attrapa les pans de la veste de Lay et laissa tomber sa tête sur son torse. Lay restait sans bouger, il ne savait pas ce qu’il devait faire… Il ne savait pas et ça l’énervait, il ne voulait pas faire du mal à Jun Myeon…



Ҩ



Jun Myeon soupira et laissa tomber sa tête sur le lit. Lay semblait s’être enfin endormi, même si son sommeil n’était pas tranquille, au moins il dormait. Parce-que lui n’en pouvait plus, il avait dû le retenir de sortir toute la soirée. Le chocolat n’avait pas franchement d’effet, sûrement que ça n’était pas assez puissant pour l’état dans lequel était Lay.

Il composa le numéro du médecin de garde et attendit. Il fallait qu’il trouve une solution, Lay ne pouvait pas continuer de supporter ça.

Jun Myeon se dépêchait de chercher l’endroit où Lay rangeait ses médicaments, mais il ne trouvait rien de ce nom.

Il raccrochait et laissa tomber son bras. Les urgences ? Il ne pouvait pas, il ne pouvait plus rentrer dans un hôpital depuis cette fois. Il retournait aux côtés de Lay doucement, il espérait seulement qu’il continuerait de dormir et que son état ne s’aggrave pas.



Ҩ



Lay se réveilla doucement, papillonnant plusieurs fois des yeux. Les volets n’avaient pas été fermés, et une agréable chaleur se trouvait à sa droite. Il tourna la tête et aperçu Jun Myeon, il lui avait apparemment emprunté quelques affaires pour dormir puisqu’il portait un pull et un pantalon de jogging qui lui appartenait. Lay sourit en voyant le visage de Jun Myeon, il faisait encore plus bébé quand il dormait. Il se décala du lit et le déplaça doucement pour mieux l’installer, posant sa tête sur l’oreiller et replaçant ses bras de sorte à ce qu’ils soient sous la couverture…

Mais en prenant son bras, le visage de Jun Myeon se crispa dans une grimace de douleur. Lay fronça les sourcils, ne comprenant pas pourquoi il s’était crispé d’un coup, et il leva la manche gauche du pull que portait Jun Myeon…