Question de confiance

par Levy-chan

Je suis stressée. Je suis dans ma chambre, chez ma grand-mère et Chanyeol me regarde comme si j’étais une proie. Il sourit et ne cesse de passer sa langue sur ses lèvres. Après la petite discussion où je lui ai demandé de me dire ce que j’étais pour lui et à laquelle j’ai eu droit à un « tu es à moi, ça te va ? », il s’est sentit subitement excité. Enfin, c’est surtout qu’il n’a rien fait depuis longtemps et qu’il n’a pas pu me toucher depuis un bon moment surtout ! Je ne suis pas réellement à l’aise et pourtant ce n’est pas la première fois que l’on couche ensemble. Alors pourquoi je suis dans cet état ? J’ai envie de fuir, loin, très loin. J’en ai marre de mon état de prude. Ça me fait chier ! Je suis toujours habillée, je ne le laisse pas m’approcher et je crois que s’il me touche, je hurle. Mais ça n’a pas l’air de le déranger et il sourit encore. Je vais me faire bouffer. Il se met à genoux sur le lit puis pose ses mains et avance doucement vers moi à quatre pattes toujours avec son sourire carnassier. Je veux disparaitre ! Et évidemment, je n’ai pas le temps de soupirer qu’il tire mes chevilles et m’allonge d’un coup sec. Je grimace et il se retrouve au-dessus de moi. Il me sourit et caresse ma joue tendrement. Ça sert strictement à rien de tenter de me rassurer ! J’ai peur ! Et en moins de cinq secondes, je me retrouve à poil, littéralement à poil. Et lui aussi. Un frisson parcourt ma colonne vertébrale. Je vais mourir je crois. C’est tellement différent quand on a des sentiments, tellement stressant. Ses doigts qui glissent sur ma peau me font trembler, me font soupirer. Mes réactions lui plaisent énormément, je le vois bien. Ses lèvres effleurent ma mâchoire, son nez touche le mien. J’ai un peu trop chaud, il est bien trop près, nous sommes bien trop intimes. Ses lèvres touchent les miennes, sa langue demande l’accès pour jouer avec sa jumelle. Le baiser s’enflamme et mes joues chauffent. Je dois être rouge mais tant pis. Ses mains arrêtent leur voyage et se posent sur mes hanches. Son intimité touche ma cuisse. Je lui fais un sacré effet et j’avoue que j’en suis fière. Okay, Haneul, la ferme !


Je me retrouve sur le ventre. Ce gars me manipule comme il veut. Je suis si légère ? Ses lèvres se posent sur mon épaule et descendent jusqu’à la naissance de mes fesses. Bien trop de frissons, j’en tremble. Je me demande quand mon cœur va me lâcher. Vous ne l’entendez pas mais moi si. Et je sens bien qu’il va finir par sortir de cage thoracique pour venir s’échouer sur le sol tant il bat comme un fou. Et il loupe un battement quand Chanyeol me mord l’épaule. Je grogne. Quel enfoiré ! Je l’entends rire. Je vais le frapper ! Enfin, quand je serais en état parce que là, j’ai plus de forces. Nous n’avons rien fait qu’il m’a déjà épuisé. Il me retourne à nouveau. Son regard est noir de désir. Il va me dévorer et je vais rien comprendre. Sa respiration s’est accélérée comme la mienne d’ailleurs. J’ai presque du mal à respirer. Mes doigts passent sur ses épaules, ses omoplates, le reste de son dos autant que je le peux. Il mordille la peau de mon cou, descend sur mes clavicules. En fin de compte, je vais mourir avant qu’on ne couche ensemble. Adieu le monde ! J’aimais bien raconter ma vie et discuter avec moi-même. Chanyeol souffle sur mes yeux. Je ne me suis même pas rendu compte que je les avais fermés. Pourquoi est-ce que je stresse autant ? Mes doigts serrent depuis quelques minutes la couette. J’en ai presque mal. Et il l’a remarqué. Il me force à lâcher mon étreinte et embrasse doucement chacun de mes doigts. Je suis plus rouge que rouge et je suffoque presque. La moindre chose qu’il me fait me donne des réactions décuplées. Il laisse glisser une de ses mains sur ma cuisse qu’il relève doucement. Il caresse l’intérieur et s’approche de mon intimité. Je ne respire plus et j’attends. Ses doigts entre en contact et je sens mon estomac se tordre. C’est quoi ces sensations de malade là ? Quand il pénètre mon intimité, mon cerveau se déconnecte et m’abandonne. Je n’arrive plus à réfléchir. Je ne sais même pas pourquoi je veux réfléchir mais j’en ressens le besoin pour ne pas perdre pieds, pour ne pas me noyer dans mes sentiments trop forts.


« Haneul détends-toi »


Sa voix me parvient mais j’ai l’impression qu’elle vient de loin. Ce que je peux aimer sa voix rauque et douce à la fois. J’en suis folle. Je sens ses doigts et mon corps se tortille sous le sien. Et lorsqu’il les retire, j’en veux plus. J’ai envie de le sentir en moi, j’ai envie de ressentir ce plaisir qu’il sait me donner, que lui seul sait me transmettre. Il se positionne correctement, remonte mes cuisses et je le sens entrer doucement en moi. Je plaque une main sur ma bouche pour étouffer mes cris. Il se mord la lèvre inférieure et en un coup de rein, je le sens plonger entièrement dans mon intimité. Adieu mes sens, mon cerveau, mon cœur et mes sentiments. Tout explose en moi. Je me sens mal à cause de ce trop-plein de plaisir qu’il me procure. Ses muscles se contractent ainsi que sa mâchoire. Il tente de canaliser son envie d’aller plus vite. Il veut profiter le plus possible comme si nous le faisions pour la dernière fois. Je ne sais pas ce qu’il pense. Je n’ai jamais su lire en lui de toute façon. Je me cambre quand il commence à accélérer. Mes ongles se plantent dans sa peau. Je m’accroche à lui et en même temps je tente de ne pas crier de plaisir et c’est assez difficile. Je commence à manquer de plus en plus d’air. Je suffoque, j’ai du mal à respirer. Je ne sais pas comment faire pour contrôler ma respiration. Je tente de happer de l’air mais je n’y arrive pas. Mon corps tremble et je sens que je suis à bout. Je commence à voir trouble et je sens que je vais mal finir. Il me donne trop de plaisir, et mêler à mes sentiments, ça m’empêche encore plus de respirer. Je déteste ça. J’ai l’impression que je vais sombrer. J’ai l’impression qu’en m’accrochant à Chanyeol il peut m’aider.


« Haneul, respire »

« Je … je vais mourir »

« Respire idiote »


J’ouvre la bouche et j’arrive à happer de l’air et j’ai comme l’impression que mes poumons se gonflent d’un coup. Chanyeol accélère ses mouvements d’un coup, ne me laissant pas de répit. Son corps se contracte, le mien aussi et on atteint en même temps l’apothéose. Ma respiration est saccadée mais pour une fois je suis consciente jusqu’au bout. Je dirais que c’est un miracle. Chanyeol s’allonge à moitié sur moi et soupire en souriant. Il semble heureux. Il a les yeux fermés et ne bouge plus. Je l’observe un long moment. J’ai bien trop de sentiments pour lui, je le sais et ça me bouffe. J’ai tellement peur de le perdre, de ne jamais avoir droit de vivre une histoire avec lui. Pour le moment, il est avec moi et j’avoue que je suis un peu rassurée pour l’instant. Je l’entends soupirer et bouger. Il change de position et me colle à lui facilement. Mon cœur est plus calme et mes sentiments ne font plus de bruit. Ma conscience est sûrement en train de mourir d’amour quelque part. Je ne pense plus, je ne vois que lui pour le moment. Mes yeux se ferment peu à peu et je sombre, bercée par la respiration régulière de Chanyeol et les battements de son cœur.


C’est un bip incessant et insupportable qui me réveille en plein milieu de la nuit. Je grogne et me redresse sur mes coudes. Je ne sais pas ce qui fait ce bruit mais je vais le détruire avec un marteau. Enfin si je trouve un marteau. Je sors du lit et me rhabille. Je cherche l’objet qui agresse mes oreilles. Je le trouve très vite. Le portable de Chanyeol ne cesse de sonner, prévenant qu’il vient de recevoir un peu trop de messages. Je jette un œil à celui qui est maintenant mon petit-ami. Celui-ci ronfle paisiblement et est plongé dans un sommeil très profond. Il n’a même pas réagit quand je me suis levée alors que d’habitude il se réveille tout de suite. Je ne devrais pas faire ce que je m’apprête à faire. C’est très mal mais je suis juste curieuse. Je veux savoir qui lui envoie autant de messages en pleine nuit. La lumière de l’écran agresse mes yeux et lorsqu’ils sont habitués, je regarde directement ses messages. Tous proviennent de la même personne. GaYoon. Une dizaine depuis presque deux heures. Je survole les messages au début. Elle lui demande pourquoi il est partit subitement, qu’elle aimerait savoir où il se trouve. Puis, je pense qu’elle a deviné, elle lui demande qu’est-ce qu’il peut bien faire avec moi, que je ne suis pas celle qu’il va épouser, que jamais il ne pourra refuser le mariage arrangé. Un seul attire mon attention. Un seul vient de briser mes sentiments. J’ai l’impression que quand quelque chose se passe bien entre Chanyeol et moi, un évènement vient tout gâcher.


« Qu’est-ce que tu fais avec mon portable ? »


Sa voix me fait sursauter. Depuis quand est-il réveiller ?


« Je te vois faire depuis que tu as allumé mon portable. Maintenant, j’aimerais que tu répondes à ma question »

« GaYoon t’a envoyé des messages »

« Et tu les as lu je suppose. Et tu as vu un message où elle devait sûrement dire si je t’avais dit que j’avais couché avec elle »


Je ne comprends plus rien là. Comment est-ce qu’il sait ?


« Haneul, tu es certaine de vouloir la croire ? »

« Je … Je ne sais pas »

« Je t’ai pourtant dit que je ne l’avais jamais touché. Pourquoi tu ne me fais pas confiance ? »


Je ne sais pas quoi répondre. Je ne sais même pas quoi penser. Je lui fais confiance à force mais là, j’ai comme un doute. GaYoon aime mentir à ce que j’ai vu mais est-ce que là, elle ment réellement ?


« Si. Seulement, je te connais. Je veux seulement savoir si ce qu’elle dit est vrai. Alors ? »


Je n’ai pas de réponse de sa part. Je le savais. Je n’aurais pas dû le croire. Pourquoi ne l’aurait-il pas touchée ? Il est Park Chanyeol. Mes sentiments m’ont aveuglé. Mes sentiments vont biens mais sont très en colère. Je ne peux pas voir son expression, la pièce est trop sombre. Je m’approche de lui et ma main s’abat une fois sur sa joue. Il ne dit rien et me laisse faire. Je lâche son portable et continue de le frapper. J’en ai besoin. Vraiment. Il se joue encore de moi. Ma colère se déchaine contre lui. Il a couché avec elle et a osé me mentir en me regardant droit dans les yeux. Je suis conne. Très conne de l’avoir cru. Pourtant je le connais. Je me suis laissée emporter par mes sentiments bien trop présents. Il bute sûrement contre le lit et couine. Il faut que je sorte de cette chambre. Je me précipite dans le couloir et descends les marches jusqu’au salon. Je suis seulement énervée qu’il m’ait menti. Je ne pense pas à lui dire de m’oublier, quoi que ça peut être bien pour ma santé mentale. Je finis sur la terrasse, assise sur la balancelle. J’ai enchainé les cigarettes et je continue de marmonner des insultes envers Chanyeol. Je suis tellement énervée. Et je ne peux même pas envoyer de messages à ChaeLin ou YooRah, j’ai laissé mon téléphone dans la chambre. La porte de la terrasse s’ouvre et Chanyeol apparait. Je le fixe. J’ai envie de le tuer. Ma cigarette termine sa vie dans le cendrier et monsieur Park s’approche doucement de moi. Il reste sur ses gardes, il ne doit pas avoir envie de subir une nouvelle fois mes assauts de colère. Il ne s’assoit pas sur la balancelle et se met à genoux près de moi. Qu’est-ce qu’il cherche à faire ? Le voir dans cette position, ça me fait très bizarre.


« Je suis désolé »


Je ne sais pas quoi penser. Je reste légèrement sur le cul parce que Chanyeol s’excuse et que ce n’est pas la première fois. D’habitude, il ne s’excuse jamais de base. En plus, il est à genoux. Je ne devrais pas prendre une photo souvenir ? Et non, je ne peux pas, je n’ai pas mon portable. Tant pis. Je le vois se rapprocher et pose son front sur ma cuisse. Il m’énerve. Il tente de se faire pardonner mais je n’ai pas envie de céder aussi vite.


« Dis-moi la vérité »

« Je … »

« Chanyeol, je te jure que si tu ne dis pas la vérité, je te mets dehors maintenant »

« Okay ! Oui j’ai couché avec elle, au tout début, après l’avoir rencontré »


Enfin une once de vérité. C’est ça que je demande. C’est trop ? Il m’énerve de ne pas être honnête. Je le suis moi, tout le temps, ce qui me saoule un peu d’ailleurs. Il ne l’est pas alors je ne devrais pas l’être. Seulement, ce n’est pas dans ma nature. J’ai du mal avec les mensonges. Et de toute façon, je suis une piètre menteuse.


« Je te jure que ça ne s’est passé qu’une seule fois. Je ne sais pas pourquoi je l’ai fait. J’avais beau faire des efforts pour toi, tu ne voulais certainement plus de moi et ça m’a déprimé. J’étais comme désespéré. J’ai craqué et j’ai couché avec elle. Je voulais que tu nous vois, je voulais que tu me hurles à nouveau dessus, je voulais que tu me regardes. »

« T’es un malade »

« Je suis désolé. Je t’aime, c’est tout ce que je sais maintenant »

« Et tu penses que ça va tout excuser ? »

« Haneul, je suis désolé »


Il pousse ma jambe de temps en temps comme un gosse qui veut absolument manger un truc. Je ne sais pas vraiment comment réagir à ce qu’il vient de me dire. Il a fait ça en désespoir de cause. Mais c’est carrément con ! Je devrais le frapper, l’enterrer vivant, le torturer ! Quel idiot ! Quel enfoiré ! Il me désespère. Je me lève d’un coup et m’avance près de la rambarde. Il en bouge pas et garde la tête baissée. Je lui en veux c’est sûr mais en même temps, j’avoue qu’il me fait limite pitié là. On dirait un enfant puni. Je soupire. Je suis faible. Je n’ai pas envie de lui en vouloir pour cette erreur. Je suis peut-être trop gentille mais il l’a fait bien avant de me dire qu’il avait des sentiments pour moi. Je me suis juste sentie blessée parce qu’il ne m’avait rien dit. J’ai besoin qu’il soit honnête, il faut qu’il le comprenne. Je me retourne et m’approche de lui. Il n’a pas bougé, il a gardé sa position. Je m’assois face à lui et le regarde. Il garde la tête baissée. C’est comme s’il attendait mon accord pour qu’il la relève. C’est assez drôle comme situation. Je viens de faire plier le grand Park Chanyeol ! Ma conscience fait la fête là. Je suis assez fière de moi de le voir dans cet état. Il a peur que je décide de stopper notre nouvelle relation. Il a peur, je peux le voir. C’est bien la première fois que j’arrive à voir comment il se sent. Je le pousse doucement avec mon pied et attend une réaction de sa part. Il ne bouge pas mais relève doucement la tête. Il reste sur ses gardes. Sa joue est toute rouge, c’est assez drôle. Je m’en veux un peu mais pas trop. Je ne sais pas ce qu’il attend mais il ne bouge toujours pas, il me fixe simplement. Il arbore une expression toute mignonne. Je vais craquer je crois.


« Haneul ? »

« Quoi ? »

« Tu m’en veux encore ? »

« Tu penses qu’il suffit d’une minute pour pardonner ? »

« Tu m’en veux un peu moins alors ? »

« Yeol … »

« Je suis désolé »


Je craque. Je m’en fiche, je craque ! Il est tellement mignon là ! Comment est-ce que j’arrive à résister ? Je me redresse sur mes genoux et m’avance vers lui avant de le pousser légèrement pour lui faire un câlin. Je ne lui pardonne pas vraiment mais je ne veux pas rester fâchée. Il va rentrer à Séoul bientôt et je n’ai que très peu de temps pour profiter de lui. Alors être en colère contre lui ça ne me sert pas à grand-chose là. Je ne me sens pas franchement bien. Je me pose tellement de questions. Et très sincèrement je n’ai pas envie de rentrer à Séoul. Je n’ai pas envie de retourner dans la maison des Park. Je n’ai pas envie de revoir GaYoon s’accrocher à Chanyeol, l’embrasser et me lancer des sourires faux. Mais je n’ai pas le choix. Je dois finir cette année et ensuite je retournerais à Busan, je reprendrais ma vie en main et je me joindrais à mon père dans l’entreprise. Elle m’appartiendra bientôt alors il faut bien que j’aille me promener là-bas de temps en temps. Chanyeol semble soulagé et me serre dans ses bras. On reste un long moment sur la terrasse et quand le vent frais du milieu de la nuit nous fait trembler de froid nous décidons de rentrer et d’aller nous coucher. Je ne lui dis rien, je ne lui parle pas de mes craintes. A quoi bon ? Je n’ai pas envie de l’inquiéter et de lui faire croire que je ne veux pas de cette relation bien trop compliquée pour moi. Je vais profiter de sa présence et attendre.


« Tu vas bien ? »

« Pourquoi tu me demandes ça Yeol ? »

« Je vois bien que quelque chose ne va pas. Tu as peur ? »

« Peur de quoi ? »

« De cette relation »

« Je ne sais pas »

« Tu ne me fais pas confiance hum ? Pour le refus du mariage arrangé »


Comment est-ce qu’il fait ? J’écris pas de journal intime alors comment est-ce qu’il peut deviner comme ça mes pensées ? Il m’énerve. Ou alors il s’est posé ces questions lui aussi ?


« Je le refuserais, rassures-toi. »


Je ne réponds pas. A quoi bon ? Il a beau dire ça, ça ne me rassure en rien. Je garde cette appréhension quand même. Seulement, je vais essayer de ne pas y penser pour l’instant, je vais profiter de sa présence. Je me répète mais j’en ai besoin, j’ai l’impression de rassurer en le faisant. Personne ne peut vraiment comprendre mais tant pis. Je suis comme je suis.


« Haneul, je veux que tu ais confiance en moi »

« Je sais. J’essaie. Laisses-moi le temps »


Il me sourit et me soulève dans ses bras. Il monte les escaliers et me ramène dans la chambre. Il me jette presque sur le matelas, prétextant que je suis trop lourde. Je ris. Il se rend compte que j’ai un peu trop perdu de poids avec toutes ces conneries ?


« Oui j’ai bien vu ta perte de poids idiote »

« Je l’ai encore dit à voix haute ? »

« Encore »


Je soupire. Mauvaise habitude. Mais bon j’ai beau tenter de la contrôler, ça ne marche pas donc j’ai finalement abandonné.


« Tu restes combien de temps ici ? »

« Trois jours. On aura le temps de faire beaucoup de chose ensemble »


Trois jours. Seulement trois jours. Enfin, d’un côté c’est suffisant. Il reste tout de même le Park Chanyeol qui me tape parfois sur le système. Je souris et m’allonge. Trois jours pour profiter de sa présence. Trois jours pour voir où cette relation peut nous mener. J’ai plus qu’à prier pour que mes parents ne se présentent pas chez ma grand-mère pendant ces trois jours.