Besoin d'une preuve

par Levy-chan

Deux jours que je suis chez mes parents et c’est aujourd’hui que je rencontre le rendez-vous arrangé. Je ne sais même pas comment il s’appelle du coup son nom sera rendez-vous arrangé qui m’arrange pas. Je n’ai pas reparlé à Chanyeol depuis la fameuse photo et son message vocal. Je ne l’ai pas rappelé ni rien. Même si je le crois, je ne sais pas, j’ai encore des doutes. Il a beau dire qu’il va s’opposer à son père pour ce mariage, j’ai dû mal à y croire pour ce point. Il va finir par l’épouser, j’en suis sûre. Ma mère me pose souvent des questions depuis que mon père a vendu la mèche. Elle me demande si je suis sincèrement amoureuse de Chanyeol, si lui m’aime en retour. Je comprends qu’elle s’inquiète mais je n’ai pas envie de lui dire quoi que ce soit pour l’instant. Je ne sais même pas ce que je veux en fin de compte. Je suis chiante n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que j’y peux ? J’arrête pas de douter de tout maintenant. Je deviens un peu trop jalouse, j’ai envie de pleurer à chaque fois que je pense au fait que Chanyeol finira par épouser GaYoon. Sérieusement, personne ne veut m’assommer ? J’en ai plus que marre de ma vie là ! Ma mère passe une nouvelle fois près de moi et ajuste ma robe pour la énième fois. Je soupire et lève les yeux au ciel. Je vais crier. Mon père est stressé. Il ne veut pas que je rencontre ce type, il l’a bien fait comprendre à ma mère et elle l’a plutôt bien pris au final. Mais ça, c’est seulement parce qu’au final elle s’est rendue compte qu’elle ne voulait pas non plus. Ma grand-mère est étalée sur le sofa. Elle se fiche pas mal de recevoir cette famille avec leur fils. J’ai un peu peur qu’elle décide de dire ce qu’elle pense et qu’elle crée des problèmes. Nous n’avons rien contre cette famille et ce sont des amis de mon père. On va éviter de les vexer en les renvoyant à peine passé le pas de la porte.


« Ils sont là » me prévient ma mère en se postant à mes côtés. « Maman, lève-toi ! »


Ma grand-mère râle et obéit. Elle se poste à mes côtés aussi et scrute le hall d’entrée. Un homme et une femme apparaissent suivit par un jeune homme qui arbore un sourire arrogant. J’ai l’impression de voir Chanyeol limite. Je soupire. Encore un enfoiré ? J’ai assez donné avec Chanyeol merci. Ils me saluent et lui me fixe et me détaille. Je suis trop mal à l’aise et je dois apprendre à le connaitre. Ma mère nous expédie rapidement les présentations et je me retrouve dehors avec monsieur arrogant. Rendez-vous arrangé dans le jardin de ma grand-mère. Super ! Je m’assois sur la première chaise que j’aperçois et il s’installe en face de moi. Il ne parle pas, je ne pense pas l’intéresser du tout. Il s’allume une cigarette et enfin son regard se porte sur moi. Il me sourit mais ne parle toujours pas. Je déteste ce genre d’ambiance. Je devrais peut-être lancer la conversation mais je n’en ai pas envie. Seulement ma mère nous observe sans discrétion. Je soupire. Okay, je vais la lancer cette discussion. Elle me fout la pression et en plus son regard est ultra flippant. Je me retourne vers le type arrogant au sourire d’enfoiré et soupire encore une fois pour attirer son attention. Mais vraiment, je ne l’intéresse pas.


« T’as pas l’air très heureux d’être là au final »

« Pas du tout. Je suis déjà fiancé mais mes parents n’acceptent pas vraiment »

« Super. Au moins on est deux à pas vouloir de ça »

« Exactement »

« Je dirais à mes parents que nous ne sommes pas compatibles »


Au moins pas de complications ni rien. C’est clair, net et précis, on n’a pas envie de se connaitre et encore moins de se marier. C’est vite expédié ! Je me lève et l’abandonne sur la terrasse. Je suis légèrement furieuse. Pas contre mes parents mais les siens. Comment osent-ils l’obliger à accepter ce rendez-vous arrangé alors qu’il est fiancé ? J’entre dans le salon et cinq paires d’yeux se tournent vers moi. Ma mère remarque assez vite que ça n’a pas marché et elle semble soulagée. Mon père aussi. Il se lève et m’attrape par les épaules. Il va jouer le jeu jusqu’au bout quand même.


« Alors ? »

« Alors quoi ? Il est fiancé ! »


Je fais semblant de m’énerver et regarde méchamment les parents de rendez-vous arrangé qui m’arrange pas. Ce nom est vraiment trop long ! J’aurais dû lui demander son prénom au moins. De toute façon, je ne le reverrais pas de sitôt, sauf si nos parents respectifs se font un repas. La mère de l’inconnu se lève d’un coup. Elle semble très en colère contre son fils et s’excuse longuement avant d’aller le chercher pour le ramener à la maison. Le père s’excuse auprès de ma mère puis de mon père, qu’il espère que cette fâcheuse mésaventure n’interfèrera en rien dans leurs affaires. Mon père le rassure et les raccompagne jusqu’à la porte d’entrée. Je souffle de soulagement. Je suis une piètre actrice d’habitude mais je pense que là je ne m’en suis pas trop mal sortit. Je m’affale sur le sofa auprès de ma grand-mère qui semble très heureuse de ce fiasco. Ma mère s’assoit sur le fauteuil non loin et clame haut et fort que plus jamais elle ne m’obligera à accepter un rendez-vous arrangé, que je vais devoir me débrouiller pour trouver un mari. Je la remercie silencieusement. Mon père nous rejoint. Nous restons un long moment dans le salon tous les quatre à fixer la télé, à discuter de tout et de rien. Ma grand-mère tente de relancer le sujet Chanyeol mais je l’évite très facilement. Je n’ai pas envie d’en parler. Je me lève et décide de partir me promener dans le centre-ville. Je ne viens pas ici tous les weekends puis ça ne me fera pas de mal de sortir un peu. J’abandonne ma famille dans le salon et sors. Le chauffeur est déjà là. Il lit dans mes pensées ? Je monte et me laisse conduire jusqu’au centre-ville. Il me lâche là et me donne un horaire pour le retour que je n’écoute même pas.


J’aime ma ville natale. Je ne sais pas pourquoi mais je l’aime. J’adore me perdre dans les ruelles et découvrir des petits magasins qui passent inaperçus. Je flâne un long moment sans avoir de but précis, pourquoi en avoir un de toute façon ? Je m’achète quelques petits souvenirs. Un porte-monnaie tout mignon, un chat porte bonheur. J’en ai pleins de ces conneries mais j’adore. Ne me jugez pas ! Je continue ma promenade. Je redécouvre ma ville limite. Je m’achète une crêpe au sucre et continue mon chemin. J’achète un pull léger pour le printemps dans les tons rosés. Je dépense compulsivement en fait. Je pense à mon histoire qui ne se déroule pas comme je le désire du coup je dépense mon argent. Je peux bien me le permettre vu tout ce que j’ai réussis à mettre de côté grâce à mon travail chez les Park. Je continue mes achats compulsifs. J’achète deux pulls. Un pour moi et un pour Chanyeol. Ce sont les mêmes. Apparemment c’est la mode à Séoul de porter le même vêtement pour un couple. Je ne sais pas pourquoi mais cette mode me plait assez. J’ai pris les deux pulls sur un ton bordeaux avec des écritures dessus. Je trouve ça plutôt joli. Je me suis achetée une paire de basket mais ne connaissant pas la pointure de Chanyeol, je n’ai pas pu lui prendre les mêmes. Bordel ! Mais frappez-moi ! Je deviens folle, c’est triste. Et le pire c’est que je continue d’acheter. Et de manger aussi. J’ai trouvé un stand de takoyaki ! Joie, bonheur ! J’en ai pris six et je me gave sur un banc. C’est tellement bon. J’aimerais tellement aller au Japon ! Pour leur nourriture !


« Tu pourrais m’en laisser »


Je connais cette voix. Je me retourne d’un coup et tombe nez à nez avec Chanyeol. Je ferme les yeux et les ouvre mais il est toujours là. Qu’est-ce qu’il fout là ? Je me relève d’un coup et le fixe. Il rit et s’assoit, croisant ses longues jambes. C’est pas humain d’avoir des jambes aussi longues ! Je reste debout. Je ne sais pas s’il est réel ou si c’est mon imagination qui me joue des tours. Pourquoi est-ce qu’il serait là cet idiot ? Je suis sûre que mon imagination me joue des tours. Il me manque tellement que je le vois apparaitre. Ça devient grave, je vais finir en hôpital psychiatrique.


« Haneul, je suis bien réel, alors cesse ton monologue et viens t’assoir »


Sa voix m’envoie des frissons tout le long de ma colonne vertébrale. Pourquoi est-ce qu’il est là ? Pourquoi quand j’ai envie de le voir, il se pointe ? Je n’ose même pas m’assoir. J’ai envie de le voir mais la photo me revient en mémoire, le message vocal où il me dit ces choses toutes mignonnes que je n’ai pas l’habitude d’entendre. Je fais demi-tour et commence à me barrer.


« Non, non, non tu restes là. Arrête de fuir à chaque fois que ça devient compliqué ici »

Il tapote avec son doigt sur mon front. C’est vrai que c’est devenu compliqué dans ma tête. Cette histoire me bouffe plus que je le pensais. Je veux lui faire confiance mais en même temps, GaYoon a pu utiliser son portable pour m’envoyer une photo. J’ai tellement peur de ne jamais atteindre mon but de vivre quelque chose avec lui. Je sais qu’il a les mêmes sentiments que moi. Mais les miens sont carrément plus importants, je ne sais pas s’il s’en rend compte. Je me laisse guider et me retrouve les fesses sur le banc. Je ne le regarde pas. Je sais que si je croise son regard, je vais me jeter sur lui. Quoi que non, avant je vais finir ces takoyaki.


« Tu as fini de te parler à toi-même ? Et laisse-moi des takoyaki ! »

« Non, tu touches pas »

« Oh ! »

« Quoi ? »

« Mais tu parles ! Je pensais que tu étais devenue muette depuis mon arrivée »

« C’est faux »

« C’était plutôt drôle de te voir paniquer »

« Pourquoi tu es là ? »

« Ne sois pas si froide »


Il fait la moue. Depuis quand ce type sait faire la moue ? On dirait un gosse qui veut un bonbon.


« Je suis là parce que je voulais te voir. C’est dur à comprendre ? »

« Non »

« Bien, maintenant donne-moi des takoyaki, j’ai faim »

« Non »

« Pourquoi ? »

« Parce qu’ils sont à moi. Va t’en acheter si tu en veux »

« Dis-moi, tu m’aimes moins que ces takoyaki ? »

« Exactement »


Il fait semblant d’être choqué et finit par me piquer la barquette. Il engloutit mon saint-graal avec fierté. Je le déteste. La nourriture c’est sacrée pour moi merde ! Il se marre tout seul en voyant ma tête et me rapproche de lui. Il embrasse ma tempe et pose son front contre ma tête. Pourquoi il est aussi grand ? Il soupire et me serre un peu plus fort. Mon cœur s’emballe et mes sentiments ressurgissent comme des fous. Je me sens bien là, j’ai l’impression que plus rien ne peut m’atteindre. Seulement, je viens de réaliser quelque chose là. Il est à Busan mais il dort où ?


« Je dors chez toi bien sûr »

« Que ? »

« Tu viens de te poser la question à voix haute »


Je rougis. Il faudrait qu’un jour je tente de perdre cette habitude étrange. Mais ça ne semble pas l’embêter, je suppose que lorsqu’on est amoureux on accepte tout de l’autre. Attendez ! Il a bien dit chez moi ? Non ça c’est totalement impossible ! S’il passe le pas de la porte ce sera déjà un miracle ! IL croit qu’il peut venir à Busan et dormir tranquillement chez ma grand-mère ? Mon père est de retour, il a beau savoir que je suis amoureuse, je reste sa fille chérie, donc Chanyeol dormira très certainement dehors.


« Quoi ? »

« Tu crois vraiment que tu peux te pointer comme une fleur ici et penser dormir chez moi tranquillement ? »

« Ouais »

« Tu rêves. Tu as oublié que mon père est de retour et que jamais tu ne pourras dormir chez ma grand-mère »

« Je l’ai déjà prévenu »

« Pardon ? »

« J’ai pris mes précautions avant »


Il sourit, fier de lui. Je le hais. Je vais devoir donc dormir avec lui ? Je l’ai déjà fait mais c’était dans d’autres circonstances. J’ai un peu peur là parce que c’est complètement différent. Tout est différent d’avant. M’imaginer dormir avec fait partir mon imagination très loin et je sens que je rougis.


« Perverse, à quoi tu penses ? »

« A rien »


Je lui tourne le dos et touche mes joues. Elles sont brûlantes, j’ai honte. Je me transforme en guimauve, héroïne de drama niais. Tuez-moi ! J’ai des réactions de gamine effarouchée. Cette situation ne m’enchante pas vraiment. Puis comment mon père a-t-il bien pu accepter ? Lui qui clame haut et fort que je suis sa fille chérie et qu’aucun jeune homme ne m’approchera. Je désespère là. Ça me stresse. Je me tourne vers Chanyeol et le vois fouiller dans mes achats. Il a la tête plongée dans un des sacs et sourit comme un con. C’est le sac avec les pulls pour couple ! Oh bordel, la honte ! Je tente de lui arracher des mains mais il est plus rapide.


« Tu as acheté les mêmes pulls ? »

« Rend-moi ça Yeol ! »

« Non »

« Comment ça non ? »

« Tu en as acheté un pour moi ? »

« Non ! C’est pour mon rendez-vous arrangé ! »

« Quelle menteuse ! Je sais que ça c’est mal passé, j’ai demandé à ton père, et il ne sait pas tenir sa langue »

« Je vais te tuer ! Tu m’espionnes enfoiré ! »

« Je fais ce que je veux, je suis Park Chanyeol »

« Yeol, donne-moi ce sac ! »


Il me tire la langue et sort le pull que j’ai pris pour lui. Il me rend ensuite mon sac et observe le vêtement. Il sourit, il a l’air très heureux à ce moment. Je le trouve tellement bon quand il sourit comme ça. On se calme Haneul ! Chanyeol quitte son manteau et sa veste afin d’enfiler le pull par-dessus sa chemise. Il se tourne vers moi et me regarde. Il attend mon avis. Je le regarde et lui souris. Ça lui va bien, la couleur aussi. Il est beau. Et mon cœur meurt en ce moment. Être amoureuse c’est fatiguant en fin de compte. Il s’approche de moi et m’embrasse rapidement pour me remercier. Et finalement, nous décidons de rentrer chez ma grand-mère. Je suis assez gênée de le ramener là-bas. Ma mère et ma grand-mère le connaissent mais pas mon père. Il ne porte pas sa famille dans son cœur alors j’ai un peu peur tout de même. J’appelle le chauffeur de ma grand-mère et celui-ci arrive rapidement. Il devait tourner dans le centre-ville en attendant que j’appelle. Nous montons et le trajet me semble bien trop court. Je stresse de le présenter alors que nous ne savons même pas si nous sortons ensemble ou non. Il ne m’a rien affirmé alors je ne sais pas. J’ai l’impression d’être plus la maitresse que sa petite-amie. Puis j’ai ce foutu mauvais pressentiment qui ne me quitte pas depuis des jours. La voiture se stoppe devant l’entrée de la maison. Je vais mourir de stress. Il sort le premier et m’aide à descendre. Je tremble presque. Ma grand-mère est sur le perron et nous attend. Elle semble très heureuse de revoir Chanyeol, ce qui me rassure. Je sais qu’elle me soutiendra dans cette histoire.


« Tes parents ne sont pas là »

Je ne vous raconte pas à quel point je suis détendue là ! Parce que sincèrement ça m’arrange qu’ils ne soient pas là ! Je n’aurais pas besoin de parler, d’expliquer ou quoi que ce soit d’autres. Ma mère a le don pour poser les mauvaises questions, donc bon je suis très contente qu’ils ne soient pas là. Ma grand-mère a préparé comme à son habitude un festin et nous restons presque deux heures à table avec elle. Chanyeol et elle s’entendent très bien et discutent longuement de choses qui ne m’intéressent pas vraiment. Il parle de sa famille, de sa richesse, de l’entreprise, du mariage arrangé qu’il va refuser. Et toutes mes angoisses ont refait surface lorsqu’il a abordé le sujet. Mon mauvais pressentiment aussi d’ailleurs. Pourquoi est-ce que j’ai l’impression que je vais me faire avoir dans l’histoire ? Pourquoi est-ce que je suis certaine qu’il va l’épouser et que je vais à nouveau être malheureuse ? J’essaie tant bien que mal d’oublier mes angoisses et finit dans ma chambre. Chanyeol est dans le salon, il discute encore avec ma grand-mère. Je les laisse tranquille. J’ai envie d’être un peu seule, j’ai besoin de réfléchir. Il va falloir que je trouve le courage de demander à Chanyeol qu’est-ce que je suis pour lui. Je vais aller prendre une douche, ça me fera un peu oublier.


Et même la douche ne fait rien ! J’y suis restée presqu’une heure et non, je n’ai pas cessé de réfléchir à tout ça. Pourquoi est-ce que je me pourris toute seule la soirée alors que Chanyeol est là ? Il est venu me voir moi et non, je continue de douter. Je suis bien trop méfiante. Mais j’ai de quoi. Je suis amoureuse d’un enfoiré, faut pas non plus que je l’oublie ce détail. Je retourne dans ma chambre et trouve Chanyeol étalé sur mon lit. Il a déjà pris ses aises et ne semble pas gêné d’être un boxer à la vue du monde. Pourquoi est-ce que je rougis alors que ce n’est pas la première fois que je le vois dans cette tenue ? Je suis vraiment une idiote d’avoir ce genre de réaction. Je m’approche du lit et grimpe dessus. Je m’allonge sur le dos de Chanyeol et cache mon visage. Sa peau est froide mais je m’en fiche. J’inspire l’odeur de sa peau. Je suis bien là. Il ne bouge pas. Je relève les yeux et cet enfoiré est en train de regarder mon portable. C’est la fête ! Je le lui arrache des mains et le pose sur la table de nuit. Il est fou. Je l’entends grogner et sans prévenir, il se retourne, me basculant sur le dos. Il se retrouve très vite au-dessus de moi. Et je rougis encore ! Mais c’est pas possible d’avoir ce genre de réaction là ! Il tient fermement mes poignets au-dessus de ma tête et m’observe. Il arbore ce regard noir qu’il avait souvent quand il m’appelait pour me sauter. Il sourit.


« Tu m’as manqué »

« Yeol, je ne suis partit que trois jours »

« C’est bien trop pour moi »

« C’est ridicule »

« Avoue que je t’ai manqué »

« Faux »

« Pourquoi tu mens Haneul ? »

« Je ne mens pas »

« T’es chiante tu le sais ? » 

« Oui »


Il rit sincèrement et se couche littéralement sur moi. Je vais mourir étouffer mais bon c’est une mort sympathique quand même. Je m’égare.


« Pourquoi tu ne m’as pas répondu ? »

« De quoi tu parles ? »

« De mon message vocal »

« Ah ça … » 

« Oui ça. Pourquoi n’ai-je pas eu droit à une réponse ? »

« Je ne sais pas »

« Tu penses encore que c’est vrai, que cette photo est réelle, que j’ai touché GaYoon. Pourquoi est-ce que tu doutes comme ça ? »

« C’est un peu normal non ? Je te connais Chanyeol. J’ai appris à te connaitre. »

« On ne va pas se disputer »

« Tu as commencé alors assume enfoiré ! »

« Baisse d’un ton »

« Je t’emmerde Yeol, mais d’une force ! Bien sûr que je doute. Je ne sais pas si tu es sincère, je ne sais pas ce que nous sommes l’un pour l’autre ! »

« Tu le sais très bien ! »

« Non je ne sais pas Yeol. Tu m’as juste dit que tu avais des sentiments pour moi, voilà. Mais qu’est-ce que nous sommes l’un pour l’autre maintenant ? J’ai juste l’impression d’être ta maitresse là ! »


Je le pousse et me relève. J’ai besoin de fumer pour me détendre. J’ai besoin d’un verre voire plus pour oublier un peu. Je suis totalement perdue mais il s’en balance j’ai l’impression. J’aimerais qu’il me rassure, j’en ai besoin. Borde ! Je ne me reconnais pas, mais alors pas du tout. Je ne suis plus moi, j’ai changé complètement. A cause de lui, à cause de mes sentiments. Je n’en peux plus. Je suis fatiguée. Il ne peut pas juste me dire ce que je suis pour lui ? C’est si dur que ça ? Pourquoi mes sentiments sont forts à ce point ? Je n’en ai tellement pas l’habitude. C’est si dur que ça d’être amoureuse ? C’est se poser des questions chaque seconde ? Pourquoi est-ce que je suis allée me compliquer la vie ? Je descends les escaliers à toute vitesse et me rue sur la terrasse. Je suis fatiguée de tout ça. Je me pourris moi-même cette soirée. J’allume rapidement une cigarette et m’assois sur la balancelle. Ça m’épuise de me disputer avec lui. La porte coulisse et Chanyeol apparait. Il ne va pas me lâcher. Il s’assoit à mes côtés et allume lui aussi une cigarette. Ça lui donne un style plutôt sexy. Oh Haneul la ferme ! Arrête de fantasmer ou tu n’arriveras pas à gueuler. Il me regarde. Parle ! Mais parle bordel !


« Tu ne me fais réellement pas confiance ? »

« Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que je représente pour toi, alors j’ai du mal à te faire totalement confiance »

« Tu le sais Haneul. »

« Mais je te dis que non ! Tu comprends pas que j’ai besoin de l’entendre ? »


Il soupire. Je l’agace ? Tant mieux. Il me saoule lui aussi à rien me dire, à faire comme bon lui semble. J’ai juste l’impression qu’il joue avec mes sentiments.


« Tu es à moi, ça te va comme réponse ? »

« Je … Okay ça me va »


Je ne vais pas en demander trop, c’est déjà pas mal qu’il me dise ça.


« Je t’aime Haneul. Alors s’il te plait accepte-moi comme je suis. Je sais que j’ai beaucoup de défauts, je sais que tu me connais très bien, je sais que c’est dur de me faire confiance, mais s’il te plait crois en moi. Tu es la seule que je veux, la seule avec qui je veux être. »


Il éteint sa cigarette et se rapproche de moi. Mon cœur bat la chamade, je vais mourir d’amour alors ? Ses lèvres se posent doucement sur les miennes et le baiser s’enflamme. J’en lâche ma propre cigarette et passe mes mains sur sa nuque pour le rapprocher un peu plus. Il sourit et continue de m’embrasser sans relâche. Quand enfin il me lâche, je tente de reprendre ma respiration. Ça recommence.


« Et si on allait dans ta chambre ? Parce que tu sais, ça fait longtemps que je n’ai pas dormir avec toi … »


Je ris. Je sais très bien où il veut en venir. Je hoche la tête de haut en bas et il sourit avant de m’attraper et de me tirer à l’intérieur. Je vais peut-être mourir cette nuit alors.