Vacances de Noël - Fin Part 1

par Levy-chan

Il ne cesse de me regarder et me toucher. Il aime me faire languir, me faire souffrir de plaisir ce gros con. Il passe ses mains sur ma peau, enfin il l’effleure seulement. Il va me rendre dingue. Mon mal de tête s’est intensifié entre temps. J’ai du mal à me concentrer. Je sais que cette nuit va m’épuiser totalement. Et la soirée de la vieille m’avait déjà bien tuée. Je me cambre, je frissonne. Je serre les draps entre mes doigts et tente de patienter. Il enlève rapidement mes vêtements et change soudain de comportement. La colère l’emporte et il me pénètre sans préparation. Je serre les dents et tente de m’habituer. Il n’est plus le Chanyeol plutôt sympa comme pendant cette journée. Non il n’est plus le même. Il est devenu le Chanyeol impatient, violent, insatisfait que je connais mieux. Il empoigne mes hanches et me relève sans ménagement. Il ne m’embrasse pas. De toute façon, on ne s’est jamais embrassé. On en fait que coucher ensemble. C’est tout. Je m’agrippe à ses épaules, plantant mes ongles dans sa peau. Il grimace et mord mon cou pour se venger. Il me prend violemment mais mon corps s’est tellement habitué à cette façon de faire qu’il réagit très vite. Des gémissements passent mes lèvres et je crie à n’en plus pouvoir. J’espère que sa mère et sa sœur ne vont pas rentrer de la nuit cette fois. Enfin, d’un côté, elles ont l’habitude car Chanyeol ramène souvent ses conquêtes ici et il n’a que faire de ce que pense le reste de sa famille.


Il me malmène encore. Je le sens en moi grossir encore d’excitation. Ce type se complet dans la violence. Il aime ça clairement. Et moi, je me suis habituée tout simplement. Je ressemble à une masochiste sérieusement. J’ai envie de me baffer. Mais pour avoir un plan cul régulier, je suis prête à beaucoup de concessions apparemment. Je me baffe intérieurement. Je suis folle de faire ça mais bordel ce que c’est bon ! Je ne gémis plus, je commence à crier. Ses dents malmènent mes tétons durcit par l’excitation. Je vais mourir de plaisir. Vraiment. Nos corps transpirent. Mes cris remplissent la pièce. Il ne me ménage pas et donne des coups de reins de plus en plus violents. Je lui mords l’épaule jusqu’au sang pour tenter de me calmer mais mon orgasme prend le dessus et je hurle carrément de plaisir en lui griffant le dos sur toute la longueur. Il en tarde pas à me rejoindre. Il s’effondre sur moi et nous renverse sur le lit. Je suis épuisée et essoufflée. Je ne devrais pas aimer ça ! Oh non, je ne devrais pas mais bordel j’adore ! Il se retire et sort du lit pour aller se rafraichir sûrement. J’en profite pour choper un mouchoir et tout nettoyer avant de me rouler dans les couvertures. Je suppose qu’il va mieux maintenant donc pourquoi attendre qu’il revienne.


« Qu’est-ce que tu fais ? »


Sa voix résonne dans la chambre et dans mon crâne. Je me retourne et lui lance un regard d’incompréhension.


« Je dors. On a fini »

« Je ne t’ai pas dit que je n’allais pas me retenir ce soir ? »

« Si »


Il revient sur le lit et tire d’un coup sec les couvertures. Okay, je ne comprends pas trop là. Il veut qu’on le refasse ? Mais c’est physiquement impossible pour moi, il le sait ou il s’en fout ? Ouais, bon, il s’en fout. Il me rapproche de lui en me tirant par les hanches. A la différence de tous mes plans cul, Chanyeol ne me laisse pas lui faire plaisir. Je ne lui ai donc jamais fait de fellation. Bref, je vais pas vous faire un dessin. Il ne se satisfait qu’en me sautant. Au moins, j’ai pas besoin de faire d’efforts. Je le laisse faire et voilà. Il se positionne au-dessus de moi et laisse ses lèvres redécouvrir mon cou, mes oreilles, mes clavicules, ma poitrine, mon ventre. Je frissonne. Il est plus doux que tout à l’heure et je trouve ça tellement bizarre. Je ne suis pas habituée. Il recommence comme avant le début des vacances de Noël. Mais j’ai bien compris que mon corps ne voulait que lui en ce moment. Alors pourquoi refaire la même. Je ne veux pas m’habituer à cette façon de faire, je risquerais de ne vraiment plus pouvoir m’en passer. Ou alors c’est ce qu’il veut. Que je ne puisse plus me passer de lui et que nous restions comme ça toute notre vie. Okay, je me perds là. Je pars un peu trop loin. Je ne suis pas dans sa tête et je ne veux pas y être d’ailleurs. C’est bien trop le bordel dans sa tête j’en suis sûre. Il continue d’être doux. Ses mains caressent lentement ma peau et ses lèvres laissent un sillon de salive et de suçon sur mon corps. Je me cambre, je me tortille. Bien trop de sensations. J’aime un peu trop ça. Je gémis de plus en plus et bascule ma tête en arrière en cambrant mon corps. Park Chanyeol qu’est-ce que tu me fais ? Je ne contrôle pas mon corps et ça m’embête là. Sa bouche se stoppe un instant sur mon nombril avant de dévier sur ma hanche gauche. Ses paumes caressent mes cuisses, mes tibias et terminent sur mes pieds. Puis elles remontent tout aussi lentement. Je vais pas survivre à ça moi. Je sens ma tête tourner et je tente de respirer.


« Respire Haneul ou tu vas mourir »

« Ta … Ta gueule »


Il rit et continue son chemin jusqu’à mon intimité. Je frissonne d’appréhension. Ses lèvres m’embrassent bien trop tendrement. Je suis totalement gênée qu’il le fasse ainsi. Sa langue vient s’amuser à son tour et c’est ma fin. Je gémis comme pas permis et me tortille. Mes mains empoignent ses cheveux et je tente de le repousser. Je ne me reconnais pas mais sa façon de faire va me rendre folle. Il soupire et continue. Je n’ai pas de force. Je n’arrive pas à l’arrêter. Park Chanyeol si tu ne t’arrêtes pas, je te frappe ! Enfin, en ai-je seulement la force ? Je tremble sous ses assauts. Je sens mes joues chauffer et je manque d’air. Je ne sais pas comment respirer convenablement à ce moment. Vraiment. Je n’ai pas d’air, je tente d’en happer mais c’est peine perdue. Je suffoque un peu. Si bien que je le sens remonter vers moi. Ses mains se posent sur mes joues.


« Respire idiote ! »

« Va … Va te faire … » haletais-je.

« Respire ou tu vas finir par tomber dans les vapes »


Je finis par l’écouter et tente de reprendre une respiration normale. Une fois que j’arrive à respirer, il reprend ses activités. Je vais mourir de plaisir mais plus vite que pour toutes les fois où nous avons couché ensemble. Je sens un doigt puis deux s’immiscer en moi et je me cambre encore. Il les fait bouger tout doucement. Il cherche à me pousser à bout ? Il veut que je crève de plaisir ? Il cherche quoi au juste ? Il retire ses doigts et je sens comme un vide. Yah ! Mais pourquoi il me fait cet effet ? Putain, Haneul ressaisis toi ou ça va mal aller ! Il se place au-dessus de moi et positionne son anatomie devant mon entrée. Il pénètre avec une extrême lenteur et je sens que je deviens folle. Le plaisir m’envahit d’un coup. Peut-être trop vite. Je gémis longuement et quand enfin il est en moi, je me dis qu’il va accélérer. Mais ? Mais qu’est-ce qu’il fait ? Cet enfoiré continue ses mouvements lents. Mon corps est pris de tremblement et je me cambre. Il colle son front au mien et continue ses mouvements bien trop lents qui me rendent dingue. Je tremble de plus en plus. Et je n’arrive pas à respirer. Je tente de happer un peu d’air mais je n’y arrive pas. Je suis mal. Je n’ai jamais ressenti de telles sensations et on dirait que ça l’amuse de me faire ressentir ça. Je suis mal. Très mal.


« Idiote ! Respire ! »


Je l’entends parler mais je ne comprends pas. J’ai des vertiges et je sombre rapidement dans le noir complet. Sa voix n’est plus qu’un écho et je finis par perdre connaissance. C’est de ta faute Chanyeol. Cette façon de faire, je n’y suis pas habituée et je n’aime pas ça. Pourquoi ne fais-tu pas comme d’habitude. Tu me perturbes avec cette façon de faire. Et je déteste quand on perturbe des habitudes.


Lorsque j’ouvre les yeux, je croise le regard inquiet de Chanyeol. Lui inquiet c’est possible ? Je me relève mais ses mains se posent fermement sur mes épaules et il me recouche de force. Je lui lance un regard mauvais mais le sien est bien plus effrayant en fin de compte. J’obéis et me replace correctement. Il ne cesse de me fixer et soudain il explose de rire. Je ne comprends pas tout mais il va finir par m’expliquer je pense. Ou pas. Enfin je verrais bien. Je le frappe. Il se fout de ma gueule, je ne vais pas me laisser faire.


« Tu t’es évanouie de plaisir. J’arrive pas à croire que je te fasse autant d’effets. Quoique non, ça ne m’étonne pas en fait, je suis très doué c’est pour ça »

« La ferme Chanyeol. C’est de ta faute si je me suis évanouie »

« Je sais. Tu n’es tellement pas habituée à ce que je sois ainsi »

« Exact. Maintenant explique-moi avant que je mette un terme à notre accord de merde »

« Tu ne seras pas capable d’y mettre fin. Le seul qui aura le dernier mot c’est moi »


Son ton est mauvais. Il me saoule.


« Tu m’expliques ? »

« Je marque seulement ton corps. Je l’habitue à moi pour qu’il ne demande réellement que moi. La dernière fois ça n’a pas tellement marché vu que tu t’es laissée aller dans les bras de ce mec »

« Chanyeol, tu ne régis pas ma vie. »

« Le jour où tu as accepté de devenir celle qui calme mes sautes d’humeur, tu as accepté d’être seulement à moi et personne d’autre. »

« On n’est pas ensemble sale con »

« Et alors, je fais ce que je veux »

« Putain de gamin ! »


Je me relève d’un coup, manquant de lui exploser la mâchoire. Mais impossible de sortir du lit qu’il m’y recouche. Je vais le frapper sévère là. Je déteste être aussi faible putain ! Il me fixe et se mord la lèvre. Qu’est-ce qu’il a en tête encore ?


« Tu es à moi Kang Haneul, que tu le veuilles ou non. Maintenant, tu peux draguer qui tu veux mais sache qu’en plus de te violenter toi, je me vengerais sur ces mecs aussi. Le type d’hier, à cette heure il est encore à l’hôpital. Je me suis défoulé d’abord sur lui avant de me défouler sur toi sinon tu serais certainement couverte de bleus maintenant » me crache-t-il.


Je reste interdite un long moment. Il ne peut pas être sérieux, si ? Il a pas frappé ce pauvre type, si ? Mon dieu, mais dans quoi suis-je tomber ? Busan, je veux revenir ! Je sens que je vais faire ça. Partir c’est bien. Je sais que fuir c’est quelque chose de lâche mais je pense qu’en ce moment c’est la meilleure chose à faire pour moi, pour ma survie. Il semble attendre une réponse mais je n’ai rien à répondre là. Il m’a cloué le bec comme on dit. Je ne pensais pas qu’accepter sa proposition si indécente m’amènerait jusqu’à ça. Pourquoi agit-il comme si nous étions en couple ? Enfin du moins on dirait. Je ne sais plus quoi penser de lui là. Il est vraiment étrange. Dans quoi me suis-je embarquée ?


« Cesse de te parler et parle-moi ! » s’impatiente l’autre con.

« Qu’est-ce que tu veux que je dise à ça ? Je ne vois pas pourquoi je t’appartiendrais. C’est cool on couche ensemble mais c’est tout. J’ai encore le droit d’aller voir ailleurs ! »


Ses yeux sont noirs. J’ai peur là. Il s’assoit sur le lit et se met à ricaner. Ce mec est pas net. Mais pas du tout. Il me fait flipper grave là ! Que quelqu’un vienne m’aider ! En plus je suis à poil et je ne sais pas où sont mes fringues. Ma situation est bien trop dangereuse là ! Il ne parle pas et ricane toujours. Il m’énerve maintenant.


« Tu ne comprends pas quand je dis que tu m’appartiens n’est-ce pas ? »

« Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi je devrais t’appartenir »

« Ce n’est pourtant pas compliqué idiote »

« Oh ta gueule. N’essaies pas de me régir »

« Je le ferais que tu le veuilles ou non. Je n’aime pas qu’on touche à ce qui m’appartient. »

« Choisis quelqu’un d’autre alors »

« Non »

« Et pourquoi donc ? »

« Je te veux toi c’est tout. Les autres ne me calment pas assez. Toi oui. Tu m’apaises »


J’ai envie de rire là.


« Tu es à moi Haneul, c’est comme ça »


Il se rapproche de moi et je recule. C’est toujours pareil. Je termine la tête contre les oreillers et lui au-dessus de moi. Il touche encore ma peau sensible et me fait rapidement gémir. Il sourit, pleinement satisfait. Mon corps est bien trop réceptif à son toucher. Je n’aime pas ça bordel. Pourquoi ? Pourquoi je me mets soudain à réagir comme ça ? Je ne suis pas normale. Vraiment pas. J’en ai marre, j’ai vraiment envie de me barrer dans ma chambre et de dormir jusqu’au lendemain. Je ne sais pas quelle heure il est mais il me semble que le soir ne fait que commencer. J’ai perdu le fil moi. Quelle heure est-il ? Madame et JiYi sont-elles rentrées ou pas ? Va-t-il un jour me lâcher ou dois-je lui mettre un coup de tête ? J’opte pour la deuxième option, j’ai besoin de me défouler.


« Tu te parles encore à toi-même »

« Je te merde ! »

« Je sais, je sais »

« Lâche-moi maintenant et laisse-moi retourner dans ma chambre. J’ai besoin de dormir. »

« Reste dormir cette nuit »

« Pourquoi ça ? » 

« Parce que je suis énervé et que demain matin je risque de vouloir me défouler »

« Super. J’ai pas envie de subir tes attaques dès le matin en ce moment alors va te faire foutre et rend moi mes fringues. »

« Non »

« Comment ça non ? »

« Tu m’as bien compris. Tu restes dormir cette nuit »

« Je ne veux pas ! »


Ma voix est partit dans les aigus. C’était dégueulasse. Mais il me saoule. Je ne veux pas rester ici. Je ne veux pas dormir avec lui. Je ne veux rien faire. Je veux juste retrouver mon lit et mes couvertures et dormir bien tranquillement. Même si je le soupçonne de dormir presque toutes les nuits dans mon lit en ce moment. Je me réveille très souvent avec lui dans mon lit depuis quelques semaines. Mais bref ! J’ai pas envie de dormir avec ce taré. Pas ce soir du moins. Mais qu’est-ce que je raconte ? Je ne veux jamais dormir avec lui !


« Tu n’es pas en position de décider de toute façon »


Ça je l’avais bien compris. Je capitule tant pis. Je sais que je vais le regretter. Mais bon, je ne peux rien décider apparemment. J’en ai marre de lui. Vraiment. Je m’allonge loin de lui et remonte les couvertures bien hautes jusque sur mon nez et ferme les yeux. Je l’entends soupirer et ricaner avant de sentir la couette se soulever et le matelas s’affaisser un peu. Il s’est allongé. Je me pose encore pleins de questions. Je n’aime pas sa façon de faire. Il veut me rendre accro et je ne suis pas d’accord. Je ne veux pas que mon corps ne réclame que le sien. Je ne veux pas être dépendante de lui. Pourquoi j’ai accepté ? Pourquoi je me suis dit que ça pourrait être bien de coucher avec lui régulièrement ? Pourquoi suis-je venue étudier à Séoul ? J’aurais dû demander à ma mère de me trouver un appartement. Je serais certainement tranquille à l’heure qu’il est. Si je reste dans cette situation, je vais finir par amèrement le regretter j’en suis sûre. Je me sens tirer et coller à lui. Sa peau est brûlante et ça me fait du bien. Mais qu’est-ce que je raconte !? Bordel, Haneul calme-toi ! Je me fige complètement et ça ne semble pas lui plaire que je sois aussi tendue. Je n’y peux rien ! J’arrive pas à être détendue à ses côtés tout de suite.


« Tu ne veux pas me lâcher ? » demandais-je.

« La ferme Haneul »

« Chanyeol, lâche-moi »

« On va pas se disputer une nouvelle fois »

« On ne se dispute pas ! »

« Si, on dirait un vrai couple »


Comment me refroidir d’un coup. Je me relève et le fixe méchamment. Enfin, du moins, j’essaie. Et ça le fait marrer complètement. Il se prend carrément un fou rire. Et il ne se calme pas cet enfoiré. Je lui frappe l’épaule et me remets à ma place loin de lui. Il m’énerve.


« Tu veux pas rejoindre tes amis ? »

« Pourquoi donc ? »

« J’en ai marre de voir ta sale tronche, et j’étais bien sans toi » soupirais-je.

« Je te manquais avoue »


Je manque de m’étouffer. Il y a cru. Il ne m’a pas manqué une seule minute oui ! Je fulmine de mon côté. Je n’ai pas envie de répondre. Mais si je ne réponds pas, il va penser qu’il me manquait.


« Avoue Haneul » susurre-t-il en se collant à moi.

« Avouer quoi ? Tu ne me manquais pas. Au contraire, sans toi, j’étais très bien et au calme »

« J’ai du mal à te croire. Vu ta réaction pendant qu’on baisait, je t’ai manqué »

« Si tu parles sexe, on peut dire que je m’ennuyais un peu. Mais seulement un peu »


Il rit encore. Je vais finir par lui faire passer l’envie de rire moi ! Je me retourne d’un coup dans l’espoir de le frapper mais il me devance. Et ce qu’il fait me laisse vraiment très conne. Ses lèvres se sont posées sur les miennes et se meuvent contre celles-ci. Je ne rêve pas, il est en train de m’embrasser ! Il ne m’a jamais embrassé ce con ! Et je ne veux pas moi ! Seulement, son baiser me rend carrément faible là. Il est tellement passionnel. J’ai déjà embrassé mais pas comme ça, pas avec cette envie qu’il a de moi. Comment un type peut autant me désirer ? Je réponds inconsciemment à son baiser. Enfin, inconsciemment. Non je réponds parce que j’en ai envie. Le baiser s’enflamme et sa langue demande accès pour rejoindre sa jumelle. Je faiblis complètement et le laisse faire. Il découvre cet endroit encore inconnu et joue avec ma langue. Ce baiser me file des vertiges. Je suis mal, très mal. Et le pire dans tout ça, c’est que j’apprécie indéniablement ce baiser. Lorsqu’il met fin à tout ça, je le regarde discrètement. Mes joues sont en feu, c’est horrible. Ses yeux brûlent de désir. Je suis foutue.


« Ne laisse plus personne t’embrasser » chuchote-t-il en fondant sur mes clavicules.

« Je … »

« La ferme, acquiesce simplement »


J’obéis et hoche la tête positivement. Mais je sais que je ne tiendrais pas forcément parole. Je déteste ça. Il pose doucement ses lèvres sur mon cou. S’il recommence à être doux et tout le bazar, je l’envoie chier. J’ai pas envie de reperdre connaissance à cause d’un trop plein de plaisir.


« Dors maintenant Haneul »


Je le regarde, un peu perdue puis le remercie mentalement de me laisser tranquille. Je me remets sous les couettes tranquillement et lui tourne le dos. Il se colle à moi mais je n’ai plus de force. Ce baiser m’a pris toute ma force physique j’ai l’impression. Je soupire d’agacement et ferme les yeux. Je n’ai plus envie de me battre contre lui pour aujourd’hui.