CHapitre N°15

par KimMinHye



Point de vue de WonYi :



 Génial ! Et maintenant je fais quoi ?  Je suis perdue, et tout ça à cause de Mr MinHyuk qui a décidé de jouer au plus malin. Aller m’excuser ? Non mais tu n’es pas bien là-haut ! Oh Mufasa à force d’être dans les nuages tu perds la raison ! Bon sérieusement, après juste avoir demandé des explications il faudrait que je m’excuse auprès de JiHye pour que tout redevienne normal…



«  Bon WonYi c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? me demanda EunKwang qui était derrière moi.

- Quoi ?

- Comment ça quoi ? Tu l’ouvres cette putain de porte qu’on aille faire nos excuses qu’on soit tranquille après et qu’on retourne à la fête ! Grogna-t-il encore un coup »



Je posai ma main sur la poignée et l’activai la main tremblant légèrement. La pièce était quasiment dans le noir, seulement éclairée par la lumière de chevet de JiHye, celle-ci grogna et sans lever les yeux du livre qu’elle lisait, oui ça y arrive à elle aussi de se cultiver, elle nous demanda plutôt froidement et autoritairement.



« Sortez, avant que je m’énerve et que je dise des choses que je pense pas. 

- Mais JiHye…

- C’est quoi que tu ne comprends pas dans le verbe sortir ? Tu veux que je te montre comment on fait peut-être ! ? dit-elle en commençant à se redresser.

- « Euh… j’ai beaucoup entendu parler de toi Shin JiHye, tu as volé l’armure de ton père, tu t’es enfui de chez toi, pris l’apparence d’un soldat, abusée ton officier commandant, détruit mon palais ! Et… tu nous as tous sauvés. »



Gros blanc, mais vraiment gros blanc jusqu’à ce que MinJi se mette à rire dans sa barbe, à bah enfin un peu de soutient ! JiHye se leva mais je savais pas si elle avait trouvé ça drôle ou pas, pourvu que ça marche, je réfléchis depuis tout à l’heure à comment lui faire comprendre que je suis désolée sans avoir à le dire, ah bah oui c’est ce que j’ai de la suite dans les idées, vous croyez quoi, moi, m’excusez ? JAMAIS ! Plutôt vendre ma x-box… non j’ai rien dit, JiHye je suis désolée ! Elle s’approcha de nous et après avoir levé au ciel et soufflé, elle déclara.



« Et c’est à ce moment que comme l’empereur de Chine tu t’inclines devant moi.

- Hein ? À non mais… tu es sûr qu’il fait ça dans le film ?

- Oui, oui, dit-elle avec un sourire qui en disait long sur ses attentions.

- Ah… mais… on n’a pas dû voir le même alors car… »



Je sentis alors que quelqu’un était en train de m’incliner la tête vers le sol.



« Eh MinHyuk qu’est-ce que tu fais ?

- Tais-toi et fais ce qu’elle dit, si ça peut lui faire plaisir et éviter qu’elle continue à faire la gueule. »



Je maugréai des paroles meurtrières envers mon meilleur ami alors que je détournai la tête vers les trois autres pour voir que MinJi avait chopé la tête d’EunKwang et DaNa pour les obligés se baisser eux aussi. Et bah voilà, en plus ses traitres si ça marche ils ne vont même pas avoir à s’excusez EUX !



«  Ouais bon relevez-vous, ça ne m’amuse plus, bon j’accepte vos « excuses » mais juste parce que imaginer WonYi en empereur de Chine avec le crane d’œuf et la longue barbe blanche c’est à mourir de rire.

- Mais pourquoi c’est toujours moi ? ! M’offusquais-je.

- Parce que tu es la plus faible ! déclara MinJi en me tapant dans le dos avant de rejoindre JiHye qui partait à nouveau en direction de la fête »



C’est faux ! Je ne suis pas faible ! Je vous explose tous à la X-Box, et oui je suis désolée c’est un critère de la plus haute importance… dans mon esprit. Je sentis une ombre derrière moi et une main se poser sur le haut de ma tête.



«  Mon gentil bébé à tellement grandi… qu’il a sauvé la Chine ! Déclara MinHyuk en prenant le même ton de voix qui déraille que Mushu dans Mulan.

- Et on ne t’a jamais dit de garder ta langue derrière tes dents si c’est pour dire n’importe quoi.

- C’est celle qui… bon peu importe, on y va ?

- Je te suis »



Je pris donc avec MinHyuk la direction de la fête, mais celui-ci marchant plus vite que moi se retrouva bien vite loin devant moi. Enfin j’arrivai à destination quelques minutes après le reste du groupe. Je jetai un rapide coup d’œil sur l’ensemble de la fête, c’est dans ces moment-là que je me sens seule. MinJi et Peniel ? Je me vois mal aller les embêter. JiHye et MiRan ? Je vais attendre que le soufflet dégonfle comme on dit. HyunSik et ChangSeob ? Mon état mental est assez détérioré comme ça. DaNa ? Elle danse … et moi non. EunKwang et MinHyuk ? Au vu de leurs sourires de pervers, je ne préfère pas savoir de quoi il parle, et puis… MinHyuk a bien le droit à sa vie privée, comme moi j’ai la mienne.



Il ne restait plus qu’IlHoon et SungJae qui étaient tranquillement assis à discuter. Je décidai donc d’aller les rejoindre. Je les saluai brièvement et m’installai à côté de SungJae qui depuis que j’étais arrivée semblait bien plus intéressé par ce que MiRan et JiHye faisait que par sa conversation avec IlHoon. J’étais donc seule avec IlHoon, je sentis alors mes joues qui commençait à me picoter, ya andouille ! Ce n’est pas la première fois que tu te retrouves toute seule avec lui !





« Et donc je te disais que… SungJae ? Et oh ? SungJae tu m’écoutes ? lui demanda-t-il en passant sa main devant ces yeux, aish ! Il ne m’écoute pas. »





Je pouffai un peu de rire devant son expression… trop mignonne, tout le monde sait pourtant que SungJae il craque, et pas qu’un peu sur MiRan, faudrait être aveugle pour pas le voir, même moi je l’ai vu, et dieu sait que ces choses-là je ne les repère pas facilement, mais IlHoon il continue à essayer de montrer à SungJae qu’il est là, sa tête lorsqu’il réfléchit est vraiment… bref je n’aime pas ce mot alors je ne le dirai pas mais je n’en pense pas moins, oh ça non !



Non mais sérieusement je ne comprends pas le délire de certaines filles au lycée de l’imaginer comme un deuxième EunKwang, en mode bad boy, ça ne ferait pas du tout crédible, non mais rien que de l’imaginer, je ne sais pas en cuir et tout ça, ça serait pas crédible… non pas du tout… aish saleté d’images, allez-vous sortir de ma tête oui !



«  Qu’est-ce qu’il y a ? me demanda-t-il amusé

- Hein ? Demandais-je perdu

- Bah, je ne sais pas, tu tires une tête à mourir de rire, alors je me demande bien ce qu’il peut te tracasser autant.

- Oh rien de bien important…

- Très bien, si tu le dis, n’empêche que… dit-il en se levant, la fête devient plus calme…

- C’est surement parce que la plupart sont déjà couchés, l’alcool ne doit pas être l’amie de la plupart des personnes ici. 

- Je crois bien que tu as raison, et à vrai dire, je n’ai pas vraiment envie de voir les autres effets qu’elle peut avoir sur les autres, ça te dit… je ne sais pas… d’aller te promener un peu ? 

- Dans… dans la foret ?

- Bah oui, si tu veux bien.

- … très bien. »



On quitta donc les lieux, on prévint bien sur SungJae qui nous lança une petite pique que je ne compris pas vraiment. Et IlHoon et moi on est juste ami ! Ça aurait été MinJi et Peniel qui serait allez dans le bois la ok, mais pas nous ! Enfin Bref, nous étions arrivés à la lisière de la forêt, on suivit un petit sentier et assez vite on ne vit plus les lumières de la fête, ni le bruit qui l’accompagnait, seul le bruit des feuilles secouées par le vent et la lumière de la lune nous éclairait. Silence brisé par IlHoon au bout de quelques minutes pour me demander la direction.



«  Droite ou gauche ?

- Je ne sais pas, comme tu veux.

- Si je te demande, c’est bien parce que je ne sais pas.

- Euh… bah gauche.

- Dommage, j’aurais préféré à droite.

- Ah bon ! Et bah on va à droite ! Dis-je en changeant de direction.

- Je disais ça pour rire, me dit-il en me rattrapant le bras, si tu as envie d’aller à gauche, on va à gauche, assume tes envies !

- Euh..oui..je »



Je n’arrivai plus répondre, non pas parce que il m’avait gêné en me disant ça, non, depuis qu’il m’avait pris la main, mon corps s’était mis en position « stop. » Il du malgré tout s’en apercevoir puisque il me lâcha bien vite et partit devant, j’aurais juré le voir rougir si la lumière aurait été plus intense, je courrai derrière lui pour le rattraper mais comme une andouille je me pris le pied dans la première racine venue et m’étalai en plein sur… pourquoi c’est dur et chaud.



« MinJi a raison en fait, tu tombes vraiment n’importe où !

- IlHoon, qu’est-ce que tu fais par terre ?

- A ton avis ! C’est la chute qui t’a ralenti les neurones ou quoi ? me demanda-t-il en rigolant, tu m’es tombé dessus !

- HEIN ! Oh pardon ! Désolée vraiment ! M’écriais-je en me redressant droit comme un I, je suis vraiment désolée.

- Ce n’est rien, dit-il en s’essuyant le pantalon.

- Oui enfin quand me…

- C’est bon WonYi j’ai dit, c’est rien, y’a pas mort d’homme.

- Oui enfin tu as horreur des « skinship » et moi je m’étale en plein sur toi, alors désolé. »



Je rêve… ou il est encore en train de rougir… non c’est mon imagination…



«  Oui… mais… bon… là c’est toi donc... ça gènes pas… enfin… laisse tomber ! Conclut-il en se retournant et en continuant sa route »



Cette fois-ci je le rattrapai, faisant bien attention à où je mettais les pieds, je restais cependant un peu derrière lui. Le silence de tout à l’heure était revenu, mais bizarrement, il ne me gênait pas, je trouvais ce silence si reposant… ce bruit de… vagues se fracassant contre un rocher ?



«  Tu as entendu ? me demanda IlHoon en s’arrêtant »



J’acquiesçai d’un signe de la tête alors que lui me faisait aussi signe, signe de le suivre, j’avançai donc prudemment, IlHoon étant juste devant moi, le bruit se faisait de plus en plus fort, ce qui était curieux c’est qu’il y avait un rythme dans ce fracas, un bruit assourdissant , puis le silence et à nouveau ce bruit assourdissant. Ayant IlHoon devant moi je ne voyais rien, mais je devinais sans peine en voyant la tronche des arbres qu’on arrivait à un bout de la forêt. Il se stoppa net et je faillis encore une fois de plus, lui rentrai dedans.



« IlHoon ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

- C’est… magnifique. »



Il se décala et alors je pu enfin voir de quoi il parler. Il s’agissait en fait d’une énorme falaise, nous nous étions au premier étage si je puis dire et elle continuait de monter. J’étais en admiration devant ce gros cailloux lorsque le bruit assourdissant se fit entendre, la terre trembla quelque peu sous nos pieds et je reçu quelques goutte d’eau. Il pleut ? Je mis ma main devant moi comme pour vérifier, c’était bien de l’eau, mais cela ne prévenait pas du ciel.



« Il ne pleut pas WonYi, c’est une digue naturel ! Me dit-il en se mettant à mon niveau ayant toujours le même émerveillement dans les yeux »



Ah bah génial ! Voilà que je suis coincée avec un gars qu’il s’extasie devant une chose que j’ai horreur. Je n’aime pas l’eau, j’ai … peur de l’eau… et ne me demandez pas comment je fais pour boire ! Je n’ai pas peur de l’eau qu’on boit, j’ai peur des grandes étendues d’eau, je ne sais pas nager… et lui il trouve ça magnifique ! Enfin bref, hors de question que je lui montre que j’ai peur…



«  Et toi, tu trouves ça comment ? me dit-il en se retournant vers moi »



J’allais lui répondre une phrase tout fait du genre : «  oui tu as raison, c’est vraiment magnifique ! » lorsque une vague, plus grosse que la précédente vint s’éclater contre le bas de la digue, je vis alors le bout de la vague devant mes yeux, et là ma peur revint bien vite au galop et j’agrippai la première chose qui me venait sous la main : celle d’IlHoon.



«  Qu’est-ce qu’il y’a ? me demanda-t-il étonné, avant de tirer une tête qui m’annonça qu’il avait compris. Alors, tu trouves ça effrayant ? On peut rentrer si tu veux ?

- Non, non, on reste, tu as l’air de beaucoup aimer ça.

- Très bien, dit-il en serrant encore plus fort ma main, mais… reste avec moi, si ça peut te rassurer. »



Je le remerciai d’un rapide signe de la tête alors qu’il nous faisait nous rapprocher du bord, on s’agenouilla alors au bord de la falaise, il me tenait toujours et veillait à ce qu’il y est un écart assez grand, on ne risquait pas de tomber, pourtant la voix d’IlHoon me paraissait bien loin alors que j’étais en train de plonger dans un souvenir.





Flash-Back



Je me retrouvai dans un endroit que je connaissais bien, j’avais juste perdu dix ans, j’étais dans mon corps lorsque j’avais huit ans, et j’étais à la plage, la plage où l’on va tout le temps en vacances, la plage de ma maison de vacance si je puis dire ainsi. Je jouais tranquillement avec ma petite sœur sur le bord de la plage.

Mes frères étaient en train de se faire engueuler par mon père, car il jouait au près des rochers et l’un des étaient tombés, ils étaient donc consignés de baignade pendant trente minutes. Je ramenai ma petite sœur à ma mère pour qu’elle goute, moi j’avais décidé d’aller faire trempette.

Je mettais enfoncé dans l’eau, jusqu’au niveau des hanches, seul mes jambes trempaient dans l’eau, je savais que je n’avais pas le droit d’aller plus loin. Je restai donc quelques minutes dans l’eau qui commençait à s’agiter, j’avais donc décidée de me rapprocher un peu du bord mais alors que j’essayais, la mer continuait de m’éloigner.

Je tournai la tête pour voir qu’une vingtaine de personnes était comme moi, mais c’était tous des adultes, certains arboraient un énorme sourire alors que je sentis une ombre me cacher du soleil.

Je compris alors et me retournais pour m’assurer de ce que je pensais. Il était là, un énorme rouleau qu’il allait s’écraser sur ma tête, je me souviens que mon père avait couru pour venir me chercher et qu’il criait mon prénom.



«  WonYi fait attention ! »



Fin du Flash-Back





«  WonYi fait attention ! »



Je retrouvai enfin mes esprits et m’aperçut qu’une vague arrivait sur nous et que j’avais toujours la tête dans le vide. Ayant trop peur pour réagir, IlHoon me tira du mieux qu’il put et s’accrocha à un rocher sur la falaise alors que le reste de la vague nous tombait dessus, nous trempant littéralement. Je restai accroché à IlHoon, la peur étant encore en moi, alors que celui-ci me secouer dans tous les sens, lui ayant lâché le rocher, je repris mes esprits et m’aperçut enfin qu’il était rouge … de colère ?

« Non mais ça va pas la tête ! Tu es malade ! Tu m’expliques pourquoi tu ne t’es pas repliée quand je te l’ai dit !

- Mais… je…

- Tais-toi, t’imagines pas comment j’ai eu peur pour toi là !

- Hein ? »



Et alors que j’allai lui demander la véritable signification de sa phrase je le senti m’attraper violemment par l’arrière de mon cou et il déposa férocement ses lèvres sur les miennes. Je rougissais à vue d’œil et avais les yeux grand ouverts. Mais que fait-il bon sang ! Ça ne dura pas plus de trois secondes, et il se retira aussi vite qu’il était venu. Je le regardais, stupéfaite, cherchant une réponse à son geste en me touchant les lèvres alors que celui-ci enfin revenu à la réalité me regarda lui aussi stupéfait par son propre geste. Puis ce que j’avais vu comme étant de la panique le gagna et il partit presque en courant.





«  IlHoon, attends-moi ! Je…. Je ne sais pas comment rentrer ! »





Mais il était trop tard, je m’avançais donc dans la forêt en essayant de me souvenir du chemin, ma foi après trois ou quatre demi-tours, je réussis enfin à retrouver le chemin de la fête qui… semblait toucher à sa fin. Je cherchai alors IlHoon dans le peu de gens qui restait mais ne le trouvait pas, j’allais pour m’avancer un peu plus dans le «  cœur » de la fête lorsque ChangSeob me tomba dessus.



«  Oh tu as vu HyunSikkkk-ki ! Elle est mouillée, comme mon IlHooninou !

- Euh… ChangSeob, tu es sûr que ça va ?

- Oui, dit, WonYi, tu veux bien me faire un enfant ? ! S’il te plaîîîît !

- Hein ! ? Mais demande ça à MinJi, pas à moi !

- Il lui a déjà demandé, me dit une voix que je reconnue comme celle de HyunSik alors qui m’aidait à asseoir ChangSeob sur une chaise, et Peniel lui a demandé s’il n’était pas maso, car il n’avait qu’une seule envie : lui mettre son poing dans la figure.

- Ah, en effet, c’est bête, dis-je en rigolant, mais… ou sont les autres ?

- Euh MinJi et Peniel sont plus loin et se font une petite balade en amoureux, MinHyuk, DaNa, JiHye et SungJae sont couchés, quant à IlHoon je ne sais pas où il est.

- Et …

- Ah oui EunKwang est parti aider MiRan à se coucher, elle a un peu… bu.

- Tu n’es pas sérieux ?

- Je vais aller demander à MiRan alors…

- Si,si, et EunKwang aussi mais dans le coup ça l’a rendu gentil, on ne va pas se plaindre, dit-il en rigolant, par contre si tu pouvais aller coucher ChangSeob avant qu’il ne réveille MiRan, je dois aider à ranger »



J’acquiesçai de la tête et parti en courant derrière ChangSeob qui courait lui aussi, purée mais c’est que même bourré il court plus vite que moi. Je le rattrapai alors qu’il ouvrit la porte du bungalow de MiRan, il alluma la lumière et là on put y voir une scène pour le moins… surprenante. EunKwang était en dessous de MiRan. J’aurai sans doute ri de cette position si EunKwang n’était pas un coureur de jupon. Ne me dites pas que…



« WonYi ! ChangSeob ! Dieu merci vous êtes là ! Vous allez pouvoir m’aider !

- Rassure-moi, ce n’est pas ce qu’on croit…

- Ah non je l’ai juste aidé à se coucher et elle m’est tomber dessus, et tu sais comment c’est après quelqu’un de saoul.

- Oui, lourd, c’est pire qu’un sac de viande.

- Alors s’il vous plait aidez-moi ! dit-il en nous tendant ses bras.

- Oh bah MiRan est déjà occupé, je vais aller voir JiHye alors et lui faire un enfant. 

- Pardon ? S’offusqua EunKwang à présent bien debout »



Je lui expliquai en détail la chose et le délire de ChangSeob sur le fait de vouloir faire des enfants à tout le monde.



«  Ah bah pour une fois, j’aurais été d’accord avec Peniel, je l’aurais même aidé à mettre son poing dans…

- EunKwang !

- Ok, j’agis un peu impulsivement, mais j’y peux rien, j’ai toujours du mal avec le fait que ma sœur soit avec quelqu’un

- ….

- Bon allez, je ferais mieux de m’occuper ChangSeob, je pense que j’arriverai certainement à mieux le calmer que toi. Remets juste les couvertures sur MiRan et va te coucher ! Bonne nuit !

- Bonne nuit à toi EunKwang. »



Il me salua et quitta le chalet, s’élançant derrière ChangSeob. Je fis alors comme il m’a dit et replaçai les couvertures sur MiRan qui dormait à poing fermée, j’éteignis la lumière et fermait la porte du chalet me retrouvant dehors dans la nuit noire. Je descendis les petits escaliers qui était sur le côté et fit un pas en avant pour aller vers le mien avant d’être ramenée brusquement par l’arrière, j’ouvris la bouche mais aucun son n’en sortis. Une main puissante m’empêchai de parler, j’allais pour donner des coups de pied et tout le reste lorsque je senti une vif douleur sur le côté ainsi qu’un liquide qui en coulait, je tombais par terre, cherchant ma respiration alors que je commençai tout juste à comprendre ce qui se passait : on m’avait poignardée. Je sombrais dans le noir alors qu’un rire, surement masculin, fut l’une des dernières choses que je pus entendre.



« Je te dirai bien fait de beau rêve, me dit la voix, mais hélas il n’y en a plus. »







Point de vue de MinJi :





J’étais encore avec Peniel, nous étions parti de la fête peu avant qu’elle se termine. On avait décidé de se promener un peu, bien que mon frère ne semblait pas trop pour, bah oui faut le comprendre, laisser partir sa sœur en plein milieu de la nuit avec son copain. C’est un peu louche ! Enfin… de toute façon… tout est louche pour lui !

Nous nous étions arrêtés sur un banc près du lac. J’avais posé ma tête sur son épaule, étant fatiguée, je commençais même à m’endormir sur son épaule. Oui bon c’est vrai que d’un point de vue extérieur cette scène doit faire plus que guimauve… mais bon…. Ce n’est pas si grave si ? !

Oh et pi merde je fais ce que je veux avec mon copain ! Si j’ai envie d’être guimauve, je suis guimauve, et si j’ai envie de baiser avec lui toute la nuit et bah… oulah je commence vraiment à être fatiguée.



« Tu veux rentrer ?

- Hein ? Dis-je en me relevant, le regardant dans les yeux

- Je ne sais pas, depuis toute à l’heure tu marmonnes plein de trucs.

- Qu-qu-oi ? Tu veux dire que… que… j’ai pensée à voix haute ? !

- Euh… surement, je ne sais pas, e nj’ai pas tout compris, le coréen marmonné n’est pas encore ma tasse de thé, j’ai juste compris que tu étais fatiguée, et que tu as parlé de guimauve, tu as faim ?

- Ah, non, non, je n’ai pas faim ! Soufflais-je, étant rassurée.

- Tu es malade ? ! me demanda-t-il pour se moquer

- Yah ! Alors toi ! Dis-je en le frappant, tu es pire que moi !

- C’est ça ! dit-il en se levant, viens, on y va ! »



Il termina de se lever et m’attrapa par le bras pour ensuite nous diriger vers nos bungalows. Je suis contente d’être là quand même, je suis presque H24 avec mes amies les plus proches, mon meilleur ami, mon copain et mon frère. Elle n’est pas belle la vie ? Peniel insista pour me ramener d’abord au mien, par raison de sécurité avait-il dit, tu parles ce n’est pas comme s’il y avait un risque.



« Qu’est-ce qu’il y’ a ? Lui demandais-je en m’apercevant qu’il s’était arrêté

- Je ne suis pas sûr mais… on dirait qu’il y a… un corps allongé juste à l’entrée de ton cabanon.

- Quoi ? Mais arrêtes de raconter n’importe quoi, dis-je en me retournant, tu vas finir par me faire pe… oh merde tu as raison ! »



Bien que j’aie… la frousse faut le dire, lorsque Peniel m’avait demandé de le suivre je l’avais suivi sans poser de question.



« Oh merde on dirait…

- WONYI ! Criais-je en ne faisant plus attention à ce qu’il disait me précipitant vers mon amie.







Je me jetai à genoux près du corps de mon amie. Mais bon dieu, qu’est ce qui s’est passé ici ? Avait-elle fait un malaise ? Mais pourquoi ne me répondait-elle pas ? Aish ! Mais merde ! Je ne me sens pas bien du tout là ! WonYi réveilles-toi ! C’est plus drôle là ! Ça ne l’a jamais été d’ailleurs !

Je la secouai légèrement, puis fortement, et je finis par lui crier dessus avant de me rendre compte que mes mains étaient tachées de sang avant de voir dans l’obscurité de la nuit, la blessure de WonYi à l’abdomen.



« Oh putain, oh putain ! Dis-je en regardant mes mains en tremblant.

- MinJi ! me demanda Peniel en s’asseyant de l’autre côté du corps, ça ne sert à rien de faire ça, calmes-toi je t’en supplie !

- Mais…je…je … dis-je en ayant la voix déformer par des sanglots qui commençaient à apparaitre.

- Chut ! Ne dis rien ! Je sais que tu es capable de le faire ! Il faut que …

- Je sais, dis-je en me calmant d’un coup me disant que la vie de WonYi était en jeu, toi, vas chercher les autres et va avertir quelqu’un du centre, je m’occupe d’appeler des pompiers, vous me rejoindrai à l’hôpital avec le mini-bus, quoi ? Pourquoi tu me regardes comme ça ?

- C’est l’une des première fois que tu m’écoutes ! dit-il en s’approchant de moi, je t’aime ! »



Il déposa un baiser sur ma joue alors que je virai au cramoisi.



« Yah ! Dis-je en le poussant, file ! »



Il me sourit, amusé par ma réaction puis partit sans se retourner. Aish c’est gênant ! Bon revenons à nos moutons. Je retirai ma veste et en sortit mon téléphone. Je composai le numéro des pompiers alors que je me servis de ma veste pour presser la blessure de WonYi, essayant tant bien que mal que le sang s’écoule le moins possible de cette fichue plaie.

Le téléphone toujours maintenu avec mon épaule sur mon oreille, je n’attendis qu’une intonation avant d’entendre la voix de la femme m’indiquant que j’étais en ligne avec le service d’urgence. Tien bon WonYi ! Je t’en supplie !





*



* *





Cela faisait même pas cinq minutes que j’avais raccroché avec la femme des urgences qui m’avait posé tout un cas de question sur WonYi, son âge, son poids, sa date de naissance, le lieu où nous étions, la blessure saignait-elle beaucoup, est-ce que je voyais la taille de la blessure… pire qu’un interrogatoire au FBI !



J’entendis enfin l’avertisseur sonore des pompiers qui du réveiller la moitié du camp. Certains commençaient à se lever et sortir sur le pas de leur pavillon avec leurs pyjamas, si j’avais eu l’humeur joueuse j’aurais pris des photos car il y a vraiment du dossier là. Il l’avait enfin placé sur la civière et ramenée dans le camion, j’allais pour m’installer dans le camion quand l’un des pompiers me demanda ce que j’étais en train de faire.



Je ne sais pas si ce fut le regard tueur que je lui lançais ou l’aura noire qui émanait autour de moi qui le fit changer d’avis mais il m’autorisa à monter dans le camion. J’entendis alors la voix d’un des moniteurs ainsi que celle de mes amies demandant à quel hôpital elle allait être transférée, le pompier lui répondit puis le camion démarra en trombe. N’étant pas habituée à ce genre de transport, je fus projeté la gueule la première dans les portes ce qui fit rire le médecin qui tenait un pochon de sang. Ce n’est pas drôle… en plus ça fait mal !



En moins temps qu’il en faut pour dire ouf on arriva à l’hôpital. Pourtant j’avais eu l’impression que le trajet avait duré des heures. J’avais à présent pu voir grâce aux lumières du camion le corps inerte de WonYi continuant de perdre un peu de sang, et ce n’est pas quelque chose que je souhaite revoir, plus jamais.



Il la conduire directement en soin intensif pour l’opérer alors qu’une femme en blouse blanche me demanda de la suivre. Elle m’accompagna alors jusqu’à l’accueil des urgences ou elle me demanda de patienter quelques instants avant de partir puis de revenir avec de quoi me nettoyer. Je me rendis compte alors de mon état. Mon maquillage avait coulé, je ressemblais plus à un panda qu’à un humain. Mes cheveux décoiffés, était trempés et ébouriffés, je pouvais apercevoir quelques traces de sang séchés dans certaines de mes mèches.

Le pire étant mon tee-shirt, immaculé d’une énorme tache de sang séché qui virait au rose dégueulasse, mes mains étaient dans un état… pitoyable. Un mélange de sang, d’herbe et de terre mouillée, mon visage en étant lui aussi partiellement recouvert.



Je pourrai postuler pour un rôle dans un film d’épouvante, j’aurais le premier rôle, j’en suis sûre ! Je m’affairai d’abord à me nettoyer les mains, puis le visage, passant un bon moment à essayer d’enlever tout le noir qui avait coulé. Pour mes cheveux je me servis de la bouteille d’eau que l’urgentiste m’avait donnée avant de repartir vers son poste de travail. Je me mouillai entièrement les cheveux avant de les essorer comme je pus avec mes mains puis du papier essuie-tout qu’il y avait à disposition, je finis par me les attacher, trempé pour trempé de toute façon.



Je sortis enfin du local, qui n’était que des toilettes ou la fille m’avait emmenée. Je m’installai sur un de ces sièges métalliques que l’on trouve dans les hôpitaux, ou dans les gares. Je jetai un rapide coup d’œil sur la pièce, il n’y avait pas grand monde, en même temps en pleine nuit… quoi que… ça dépend. Une femme attendait avec son mari qui semblait souffrir d’un… problème à l’œil au vue de son œil droit rempli de sang. Une vieille qui ne comprenait rien et faisait les cents pas en criant dans son téléphone. Je croyais que le service de psychiatrie était à l’autre étage ? Il faut croire que non, il y a vraiment des fous partout.



En parlant de folie, qui a bien pu… être assez… je ne trouve même pas de mot… fou… débile, inconscient pour s’en prendre à WonYi ? Il y a forcément une explication logique, je ne peux pas croire qu’elle n’est tellement pas de chance qu’elle s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment… non, ça n’a pas de sens ! Je soupirai, non franchement non, j’ai beau remuer le problème dans tous les sens, me torturer le cerveau, cette histoire n’a aucun sens, et je n’arrive pas à croire à la fatalité, quelque chose me gêne, mais je ne sais pas quoi. C’est quelque chose que je sens, et je n’arrive pas à expliquer pourquoi.



Je me levai et fouillai dans mes poches, j’entendis alors le chant de quelques pièces s’entrechoquant dans ma poche. Génial, j’avais quelques pièces, j’avais surement assez pour me prendre un chocolat ou quelque chose comme ça, on se les caille ici ! Je m’approchai de la machine à café. Je sortis mes pièces et les mit dans la machine ce qui fit un bruit insupportable de vieille machine rouillée. J’appuyai sur le bouton « Chocolat et lait » et mit la dose de sucre à son maximum.



La machine commença alors son travail, réveillant surement la moitié de l’hôpital à cause du bouquant qu’elle faisait en mélangeant seulement ceux qui devait être mon chocolat, en gros de l’eau, du lait et du chocolat en poudre et du sucre. Puis après ça, elle bipa en émettant un son très aigu en une seule fois, son qui était censé me faire comprendre qu’il était près.

Je retirai le gobelet de son socle et remerciai la machine de manière ironique ce qui me valut de me faire dévisager de la tête au pied de la part de la vieille folle. Génial maintenant la folle me prend pour une folle, mais où va le monde !



Je me rassis à ma place d’origine sur le siège métallique qui me glaça le dos. Je portai ma boisson à ma bouche et en bus une gorgée. Je commençai à m’inquiéter. Mais que peuvent bien faire les autres ? D’accord le camion de pompier à rouler super vite et on a certainement dû les perdre à un moment mais quand même, il devrait être arrivés. Et si ils avaient eux aussi eu un accident ? ! Non MinJi, tu dois penser à des choses positives.



Oui c’est ça positivé, ils vont arriver et WonYi va s’en sortir. Oui bien sûr, comme à chaque fois, avec tout ce qu’elle s’est fait, ce n’est pas un couteau qui va lui faire peur n’est-ce pas ? Après tout il y a bien eu le cure-dent dans l’œil, la brulure à la main à cause de la tasse en métal mis dans le frigo, les jenesaiscombien chutes dans les escaliers, tout aussi nombreux… et voilà. Non elle va s’en sortir.



« MINJI ! cria DaNa en m’attrapant par les épaules, comment elle va ? dit-elle en me secouant les épaules.

- Et DaNa la secoues pas comme ça ! Gronda EunKwang.

- Oh c’est bon ! Ce n’est pas elle qui est en train de se faire charcuter non plus, elle va bien !

- Non en effet, mais c’est moi qui ait vue mon amie perdre la moitié de son sang sans pouvoir rien faire, mais merci de t’inquiéter de mon état.

- … je…

- Je me suis servie dans tes affaires pour te prendre un nouveau tee-shirt, la coupa MiRan sentant bien que ce n’était pas le moment pour DaNa de s’excuser, Peniel m’a demandé de t’en prendre hein, je comprends maintenant pourquoi tu ne peux pas rester comme ça.

- Merci, dis-je en relevant la tête vers le groupe, je vois bien sur vos têtes que vous vous inquiétez, je suis pareille, ils l’ont pris tout de suite dès qu’on est arrivé, maintenant on n’a plus qu’à faire preuve de patience. Mais… où est IlHoon ? Demandais-je en m’apercevant que c’était le seul manquant.

- On l’a cherché partout mais il est introuvable ! Me répondit JiHye avec un ton qui me fit comprendre qu’elle était frustrée qu’il ne soit pas là »



Je pris le tee-shirt que MiRan me tendit et partit me changer des toilettes. Mais où peut bien être IlHoon ? J’avoue que c’est frustrant. Il n’était donc pas dans son bungalow, et il n’y avait plus personne à la fête. J’espère que… non, enlèves toi ces images de la tête, IlHoon va bien ! Si ça se trouve il dort tranquillement dans le bungalow d’une autre fille, c’est WonYi qui va être triste… enfin j’en sais rien, à vrai dire je n’ai jamais vraiment parler sentiments avec elle, mais les regards qu’ils échangent avec IlHoon ne peuvent tromper personne.

Aish, pourquoi tout est tout le temps aussi compliqué ! ? Sérieusement, il ne manquerait qu’une de mes amies craque pour mon frère et là ça sera la cerise sur le gâteau. Enfin ça, ça ne risques pas d’arriver ! Leurs caractères sont trop... incompatibles … et puis je le saurais si c’était le cas, je serais même la première au courant ! Ah franchement des fois j’ai de ces idées, la fatigue surement !

Je sortis des toilettes après avoir mettre changé et retrouvai les autres qui s’était tous installer sur les chaises métalliques à l’accueil. DaNa me regarda d’un air de dire : je suis désolée. Hum, on en parlera plus tard, bah besoin de remuer le couteau dans la plaie. Je m’installai à côté de Peniel et posai ma tête sur son épaule alors qui me prit la main dans la sienne.



« Ça va ? Tu as l’air…extenuée ?

- Oui, oui ne t’en fais pas.

- Essaye de te reposer un petit peu si tu peux. »





Je ne pus pas répondre, mais je n’arrivai pas à trouver le sommeil. Je fermai tout de même les yeux, la lumière synthétique des néons me piquant les yeux. Je les ré-ouvris au moment où je sentis Peniel bouger, surement pour se lever. Je réagis au quart de tour lorsque je reconnu la silhouette du médecin. Je me redressai comme un I et me jetai presque dessus, comme la plupart de mes amies.



« Alors ? Alors ?!

- Calmez-vous, s’il vous plait.

- On est très calme, on aimerait juste savoir comment va notre amie ? S’énerva quelques peu HyunSik »



A ce moment-là, le médecin baissa les yeux vers son bloc-notes et la releva aussitôt.



« Je suis désolé. »



Je tombai à genoux sous le choc, non ce n’est pas possible, je dois rêver. Non, non ,non, non !



« Votre amie n’a pas survécu, elle est morte pendant l’opération. »



Je frappai le sol aussi fort que je pus alors que mon corps était secoué par des tremblements tous aussi fort les uns que les autres, je ne pouvais pas y croire. Non ce n’est pas possible, je dois rêver, ou plutôt cauchemarder. Je n’arrive plus à respirer, mes pleures sont trop intense, non, non, non, non…





« NON ! Criais-je en me redressant alors que j’étais… encore couchée sur l’épaule de Peniel ?

- MinJi… ça va ?

- Oui… je crois que j’ai fait… un cauchemar »



Il me sourit puis m’embrassa le front avant que … les mauvaises nouvelles arrivent. En effet le médecin arriva ce qui en soit n’était pas une mauvaise nouvelle mais les parents de WonYi ainsi que son petit frère débarquèrent, ainsi que … la police ? A mon plus grand étonnement, son père n’eut même pas un regard méchant envers nous, moi qui pensait qu’il allait vouloir nous tuer. Le médecin prononça alors le nom complet de WonYi ce qui nous fit tous aller vers lui.



« Lee WonYi ? »



Nous acquiesçâmes tous la tête, le stress torturant mon pauvre petit cœur qui n’allait pas tenir très longtemps à ce rythme-là.



« Tout s’est bien passé, nous dit-il avec un énorme sourire, l’opération s’est bien passé et elle réagit bien au traitement pour la douleur, vous pouvez aller la voir tous ensemble mais pas plus de cinq minutes, après elle devra se reposer, elle sortira surement en fin de semaine »



On remercia bien vite le docteur avant de se diriger, en courant vers sa chambre. Je me jetai sur la chaise à côté de son lit et lui pris la tête entre les mains.



« Oh putain ! Toi ! Si jamais tu sors de cet hôpital je te tue !

- Ah… dit-elle faiblement, merci, je vais prendre ça comme une marque d’affection.

- Tu m’as fait tellement peur, WonYi plus jamais, plus jamais tu me fais ça, tu nous a fait ça.

- Désolé, dit-elle en nous regardant tour à tour avant de s’arrêter les yeux dans le vide, mais… ou est IlHoon…

- On ne sait pas.

- Oh je vois… »



Un silence s’installa à ce moment alors que la famille de WonYi rentra à son tour dans la chambre, accompagné par… un policier.



« Les jeunes, déclara-t-il d’une voix suave, j’ai besoin de parler à votre amie, laissez-nous seul ! »



En moins de temps qu’il faut pour en dire, d’autres flics nous poussèrent gentiment en dehors de la chambre avant de la fermer à clé. Je portais mon oreille à la porte pour essayer d’entendre quelque chose mais rien. Aish, mais qu’est-ce qu’il se passe là-dedans ?





*



* *





Cela faisait maintenant cinq jours que WonYi avait été opérée, et elle devait sortir aujourd’hui. Exceptionnellement nous avions eu l’autorisation de ne pas aller en cours ce matin car elle devait arriver à dix heures et nous voulions être là pour l’accueillir. Nous avions enfin retrouvé le fou qui avait fait ça, en fait le problème venait de son frère si je puis dire, cette andouille n’a rien trouvé de mieux que de s’en prendre à l’école au petit frère d’un chef de gang en lui cassant le nez, plusieurs fois, sauf que celui-ci s’est plaint à son grand frère qui n’a pas eu peur de passer à l’action, étant donné que plusieurs membres de son gang font partis du lycée et que certains participent au camp. Comme quoi, les ennuis arrivent vite !

On a aussi enfin retrouvé IlHoon, enfin retrouvé c’est vite dit. Il était là physiquement, mais mentalement c’est autre chose. Depuis qu’on lui a annoncé pour WonYi, il ne parle presque plus, mange le strict minimum. Je ne pensais que cela aller le toucher autant…. Mouais…. Moi je dis qu’il y a plus que ça parce que bon on a beau lui dire qu’elle va bien, lui ne va pas mieux, comme si… il se sentait coupable ? Un bruit de moteur coupé me coupa dans ma réflexion. WonYi !

En effet, c’était bien WonYi, elle descendit de la voiture, elle semblait juste avoir un peu de mal à marcher mais sinon ça aller, son père descend aussi, puis lui chuchota quelque chose à l’oreille, elle acquiesça… tristement ? Puis se dirigea vers nous.



« Alors alors ? lui demanda ChangSeob avec un sourire jusqu’aux oreilles, heureuse d’être rentrée.

- Hum, marmonna-t-elle.

- WonYi, qu’est ce qui ce passe ?

- Je… rentre à la maison avec mes parents, mon père ne veut pas que je reste là »



IlHoon qui était resté jusqu’ici très en retrait eu comme un électrochoc et se dirigea d’un pas ferme vers le père de WonYi. JiHye l’appela plusieurs fois, ainsi que EunKwang mais il ne répondit à aucun des deux, et on se dirigea donc là-bas.



« Excusez-moi, je suis Jung IlHoon messieurs, et avec tout le respect que je vous dois, WonYi ne peut pas partir.

- Et pourquoi ça ?

- Parce que…. C’est de ma faute monsieur. J’étais avec WonYi juste avant que l’accident se produise, mais je… je suis parti… et WonYi en a fait les frais, mais je vous en supplie ne la faites pas partir... laissez-moi juste une chance de me racheter auprès d’elle »



Alors là, je suis sous le choc… mais qu’est que WonYi faisait avec IlHoon ce soir-là, et seule en plus ?



« Oh putain IlHoon ! »



Gueula EunKwang en l’aidant à se relever, celui-ci se tenait la mâchoire, surement car… le père de WonYi venait de lui mettre un sacré coup de poing dans la gueule, il l’attrapa par le col du tee-shirt et le souleva d’une main, il s’apprêtait à recommencer. Je regardai autour de moi. Mais que quelqu’un l’arrête putain !