Au fil du cauchemard

par eucma

 

Chapitre II : Au fil du cauchemar. (20 Novembre 2011)

 

 

Les préparatifs des festivités battaient à leur plein dans les rues de la capitale. On organisait le premier anniversaire du Partie. Tout devait être parfait. Car, pour l’occasion, le Père Dirigeant assisterait à la fête. Tout devait être parfait. Cette phrase semblait résonnée comme un psaume.

Tout devait être parfait.

Pour d’autres, elle se répétait comme un chant de guerre, un chant de vengeance. Assis dans un grand fauteuil, un homme observait ses propres préparatifs par la fenêtre. Il murmurait tout bas cette promesse avec un sourire froid. Puis il poussa un soupir et s’installa contre le dossier de son trône de cuir. La pièce était plongée dans la pénombre, éclairée par la seule fenêtre dégagée de ses planches de bois. Il s’adressa alors à quelque chose :

« Ça fait un an qu’on attendait ça… un an de recherches, de fuites, un an terré dans l’ombre. Toutes nos stratégies ne peuvent échouer  non ? Elles ont été pensées pour contrer n’importe qu’elles éventualités… n’importent laquelle… 

- douterais-tu de toi, G-Dragon ? » Répondit une voix posée, de l’autre côté de la pièce. Des ténèbres on pouvait  distinguer une silhouette masculine. Il était assis en tailleur à même le sol, ses deux mains formants un cercle devant son ventre – une de ses positions de méditation préférée.  La lumière laissait entrevoir quelques parties des tatouages qui recouvraient son corps. L’autre se tourna vers lui, le visage dans l’ombre, en ricanant :

« Non, j’ai trop longtemps attendu ce moment pour rebrousser chemin maintenant. Ils vont payer, et ce, dès aujourd’hui. Après tout cela fait un an qu’Ils nous ont déclaré la guerre, il est temps pour nous de répondre à tous les coups que nous avons encaissé en silence. » Il retourna à la contemplation de la rue ; on réinstallait les tribunes au même endroit que la dernière fois… Comme la dernière fois Ils étaleront leur force avec un grand défilé militaire. Comme la dernière fois… il reprit :

« Tae Yang ? 

- Oui ?

- Quelle heure est-il ?

- 7h32. Plus que trois heures et demie avant le début de la cérémonie. » 

Des pas rapides se rapprochèrent- les deux hommes tendirent l’oreille – puis des coups frappèrent à la porte.

« Entrez. »

Le battant s’ouvrit sur un homme. La totalité de son visage était recouvert d’un masque blanc – semblable à un masque à gaz – et les ouvertures pour ses yeux étaient recouvertes d’un film noir opaque.

« Commandants, on vient de me signaler que tout était prêt. »

G-Dragon sourit :

« Bien. Que le spectacle commence. »