Chapitre 1

par Sujulove

UNKNOW


La journée se termine sans encombre, Jimin me dit à demain et je fais de même avec un grand sourire aux lèvres. Hypocrite. Je me presse pas pour rentrer, et je dois bien être le seul de tout le lycée. J'attends sagement mon frangin, c'est lui qui me ramène avec la voiture. Je n'ai pas l'âge pour conduire, et je ne pourrais jamais le faire de toute façon. Je m'assois sur le banc en face du bâtiment, de l'autre côté de la route. Je sors mon livre, je sais qu'il arrivera en retard, alors autant patienter en lisant un peu. Aujourd'hui c'est « Art » de Yasmina Reza, un dramaturge français. C'est facile à lire, agréable, drôle et totalement moderne. C'est une pièce de théâtre ou trois amis Serge, Marc et Yvan qui on un problème avec l'art contemporain. Serge achète un tableau blanc, Marc l'aime pas, et Yvan reste pacifiste. C'est sûrement la seule pièce de théâtre ou les mots d'une vulgarité, minime, apparaît comme si de rien n'était. Je l'ai commencé ce matin dans le bus, j'en suis à la page 44, j'ai lu la moitié à peu près. Jimin me manque, il aurait quand même pu attendre mon frère avec moi. Peut-être qu'il en a marre de me supporter sans connaître la vérité depuis plus de 11 ans. Finalement je range mon livre, j'ai pas envie de lire. Logique. A la place, c'est mes écouteurs que je sors. Je le branche à mon téléphone, et enfonce les embouts dans mes oreilles. Je lance une quelconque playlist et regarde l'heure : 17h06. Encore en retard. Je lui ai pourtant déjà dis que je pouvais rentrer avec le bus, mais j'ai toujours le droit au même speech que d'habitude « arrête, tu sais aussi bien que moi, que la marche te fatigue. » Merci Hyung, merci. Comme si je le savais pas déjà. Je soupire fermant les yeux. Arabella des Arctic Monkeys me berce, peut-être que je suis parti pour une petite sieste. Je m'adosse contre le dossier du banc, et me laisse aller dans les limbes.


KIM TAEHYUNG


« Ne t'inquiète pas mon chéri, on va y arriver rapidement !

-Je m'inquiète pas, papa, je sais que Seokjin nous attends »


Une forte pluie s’abat sur le pare-brise du monospace. Les essuie-glaces font leur travail avec brio, et ne gêne pas la conduite de papa. Hm, c'est papa qui conduit. Je suis assis à l'arrière, derrière papa, je regarde par la vitre, le ciel s'est assombri, noir et gris, des couleurs tristes, signe de mauvais présage. Le bruit d'un klaxon m'interpelle. Klaxon fort et violent, sûrement celui d'un camion. Je ne comprends pas pourquoi, ni ce qui se passe. On s'arrête brutalement, quelque chose à percuter la voiture. Ma tête tape violemment contre le siège de mon père. Je perds connaissance. Je me sens bouger dans tous les sens, le bruit des sirènes, le pim-pon des pompiers s'amuse avec mes tympans. Pourquoi sont-ils là ? Je veux mes parents, et mon grand frère ! Je veux ouvrir les yeux, et regarder ce qu'il se passe, mais rien. Vide.


NOW


Le klaxon me fait sursauté, la voiture de mon frère. Je monte à l'arrière, incapable de me mettre devant. Voir un camion nous faucher la voiture. Je peux pas le voir, déjà l'imaginer.


« T'as journée s'est bien passé ?

-Très bien, Hyung. »


Je suis obligé de lui mentir, la vérité est pourtant toute autre. Châtier dans les couloirs, en classe, à la cantine. Les insultes sont toujours les mêmes « Sale handicapé ». Toujours la même chose, « Attrape-moi si tu peux, gros naze ! ». Jimin me protège, et moi je pleure d'être aussi faible. Hyung ne doit pas le savoir !


« Tu veux faire quoi en rentrant, Tae' ?

-Dormir... »


Je l'entends soupirer, mais depuis le temps il le sait que l'école me fatigue physiquement. Je monte les étages à pieds parce que je supporte pas de prendre l'ascenseur, j'arrive toujours en retard, les profs ne m'acceptent pas sans billet de retard, alors je redescends pour tout remonter, et si je ne suis pas assez rapide, je suis encore une fois obligé de tout redescendre pour finir en étude avec les élèves collés.


« D'accord ! »


Je ne dis rien de plus, il le sait d'ailleurs, et il ne cherche jamais à approfondir pour converser avec moi. J'appuie ma tête contre la vitre et regarde le paysage défiler sous mes yeux. La musique change, c'est la cinquante-sixième de ma playlist, je les connais par cœur, à force ça rentre tout seul. SeokJin conduit prudemment, comme d'habitude, il ne veut pas risquer un second accident. Je ne vois pas le temps passer, et on arrive déjà au manoir familiale. Nous sortons de la voiture, il emboîte le pas le premier, je le suis inconsciemment. Je passe la porte et la ferme derrière moi. Vide et silencieux. Sa pue la mort. Tout les gosses crieraient « Coucou maman ! Coucou papa ! Je suis rentré ! », tous, sauf moi. C'est dur de le dire sans avoir de maman et de papa. Je me sens seul. Je balance mon sac dans l'entrée, Jin ronchonne, il aime pas quand je fais ça. Je ne prends pas de goûter, ça non plus il aime pas, et monte les escaliers d'une lenteur extrême pour ne pas me fatiguer inutilement. Je soupire arrivant enfin jusqu'en haut. Je passe ma porte, la laisse ouverte, et m'affale dans mon lit comme le phoque de la pub de Cuir Center. Je ne regarde pas souvent la télévision, et c'est publicité n'est pas tellement récente, mais elle m'a marqué, et depuis j'ai du mal à m'en défaire. Mon frangin me rejoins, un saladier remplis de fruits dans les mains. Il le pose sur ma table de chevet un sourire attendrissant sur les lèvres, et vient se coucher avec moi, à mes côtés.


« Hyung, raconte-moi encore une fois ce qu'il c'est passé après !

-Hm, si tu y tiens..

-J'y tiens, s'il te plais Hyung..

-Bon d'accord ! »


Je passe sous la couette, me blottis contre lui, pose mon visage contre son épaule, place une main sur son ventre, et entremêle mes jambes avec les siennes. Mon frère est un protecteur, cette position ne le gêne pas. Il est mon papa, ma maman, mon frère, mon confident. Même si Jimin compte beaucoup pour moi. Jin c'est juste le mec le plus formidable de la planète. Mon cerveau n'a pas encore assimilé ses dires, peut être que c'est trop brusque pour lui, quoi que l'accident est bien assez trash comme ça.


KIM SEOKJIN


La pluie était forte, je m'en souviens comme si c'était hier. J'attendais patiemment mes parents, les visites étaient autorisées ce soir, et c'est pas souvent le cas en ce moment, enfin pour moi. Le temps est de plus en plus long et j'ai du mal à tenir en place. J'ai même le temps de m'endormir plusieurs fois et de me réveiller pour voir s'ils étaient là. Toujours rien, je m'inquiète un peu, mais je me dis que vu le temps de dehors, papa conduit prudemment. Je referme les yeux retournant dans le monde des rêves. De l'agitation ? Ça bouge dans tous les sens. En temps normal on m'aurait dit de ne pas bouger de mon lit, mais étant seul je fais ce que je veux. Mettez vous ça dans la tête, vous les adultes, les adolescents sont des emmerdeurs de premières, et justement je n'échappe pas à la règle. Je me lève sortant de ma chambre, ma perf' et son chariot me suivant de près à la force de mes bras. Je m'empresse de savoir d'où ça vient, je ne devrait pas, mais je veux savoir. Je suis le son. J'entends des « Jeune enfant de six ans à peu près », « accident de voiture », « les parents sont mort... »... Pauvre garçon. J'espère que mon frère va bien et que papa et maman vont bientôt arrivés. J'apprends que le jeune garçon part aux soins intensifs et qu'il en a bien besoin vu son état. J'aimerai pas voir, j'aurais sûrement peur.


« Kim SeokJin ? »


Je me retourne un peu méfiant, je suis sûr d'avoir fait une bêtise, où à moins que papa et maman soit enfin arrivés.


« Je suis vraiment désolé, je vais rejoindre ma chambre de suite, mes parents sont-ils arrivés ? »


Elle me regarde genre très bizarrement. Ais-je fais quelque chose de mal ? Je comprends pas. Mes parents ne sont-ils pas arrivés ? Elle secoue la tête négativement, je soupire. C'est quoi le problème alors ?


« Votre frère est bien Kim TaeHyung ?

-Hm, oui, pourquoi ?

-Veuillez me suivre. »


Je ne comprends toujours pas pourquoi. J'attrape ma perf' et suis le médecin. Je vais me faire gronder, je le sens bien. Je l'accompagne, elle prend le chemin des soins intensifs. Pourquoi ? Qu'est-ce que mon frère à avoir avec cette histoire ? A moins que..... Non c'est juste impossible, ça peut pas être lui, maman et papa le prennent jamais avec eux. Ils trouvent l'odeur de l'hôpital trop spécial pour lui faire vivre ça. Elle me demande de m'arrêter, je le fais sans réfléchir.


« Regardez par la vitre, s'il vous plaît »


Je me retourne vers la vitre en baissant la tête. Je souffle un grand coup, et relève la tête, les larmes coulant d'elles mêmes. Yaah ! Kim TaeHyung ! Qu'est-ce que tu fais là ?... « Jeune enfant de six ans », « accident de voiture », « les parents sont mort sur le coup », « son frère est hospitalisé ici. ». Tout correspond, c'est de Tae' qu'ils parlent depuis tout à l'heure.


« C'est bien votre frère ?

-Oui, c'est... Mais mes parents ?

-Je suis désolée.. »


Moi aussi, je suis désolé. J'ai pas pu leur dire au revoir. C'est insensé de penser que mes propres parents s'en aillent avant moi. J'aurais du partir le premier, ils avaient encore tellement de choses à voir et faire. Après c'est dur pour moi, mais perdre son enfant malade, c'est sûrement bien plus horrible. La mort nous attrape quand elle veut, sans se soucier de ce qu'on veut réellement.


« Quand il sera sorti des soins intensifs, je vous le transfert dans votre chambre ?

-Oui, s'il vous plaît. »


Il en est sorti cinq jours plus tard. Le deuxième lit, est occupé par mon frère cadet. Il est revenu en fauteuil roulant, ne pouvant à peine marcher. La douleur se faisant trop grande, le coma artificiel est ce qu'il y avait de mieux à faire, alors ils l'ont fait. Ils m'ont privé de mon frère pendant une semaine. Je dormais dans son lit tous les soirs et au petit matin, je retournais dans le mien, froid, pour éveiller aucun soupçons. Les tubes par milliers dans son corps, me donnent envie de vomir. Le voir manger, sans qu'il puisse bouger juste un doigt, ni même ses lèvres, me donne la nausée. Les infirmières me tiennent compagnie, me parlant du temps de dehors, me disant que je devrais moi aussi, prendre l'air. Pas envie. Foutez-moi la paix, et rendez-moi mon frère !


NOW


« Je t'en ai trop dis, TaeHyung.. ! »


Je ne réponds pas, à chaque fois qu'il me raconte une histoire quand on est tout les deux, ma respiration se clame sur les battements faible de son cœur. Mes yeux se ferment tout seul, je me suis simplement endormie. C'est le week-end, essaye un peu de me comprendre Hyung. Je suis fatigué du lycée. Mentalement, physiquement. Alors laisse-moi mourir et tuer le temps pendant quelques heures. Mes rêves aujourd'hui n'apparaissent pas, au même titre que mes cauchemars. Je dors juste tellement bien avec mon frère. Et je me demande comment je ferais, s'il se trouvait quelqu'un, et moi aussi. Enfin avant que j'arrive à le dire à Jimin, il a limite le temps de crever plusieurs fois. Je suis persuadé de ne pas avoir le courage qu'il faut pour lui dire ce que j'ai sur le cœur.