The cat with velvet paws

par Mecanic heart



The cat with velvet paws






La douleur, la souffrance, cela n'aurait aucun sens à priori.
Mais les préjugés sont bien l'une choses que l'on aime à briser.


Lorsque Taehyung passa les portes sombres du Silvercat, l'intérieur de la boite de nuit était déjà plongé dans une obscurité confortable, percée des lumières éparses des projecteurs rouges. Il confia son manteau au réceptionniste dont le masque de velours annonçait la couleur de ce club décrié par la presse à scandale. Habitué des lieux, le jeune homme demanda à ce qu'on lui remette les accessoires qu'il laissait à la consigne en semaine. Il enroula le collier de cuir et la laisse à sa ceinture, et fit jouer les menottes argentées sur le bout de ses doigts, sifflotant gaiement tandis qu'il descendait dans la fosse aux créatures dansant dans les ombres.
Le spectacle réjouissant lui tira un sourire malsain, perverti depuis bien trop longtemps. Sur les murs de béton noirs, semblables aux parois d'une caverne aux trésors, de magnifiques spécimens étaient retenus par des liens solides. À moitié nus, les cheveux en batailles, ils appelaient d'une voix grave à ce qu'on viennent les chercher. Taehyung crut entendre son nom à plusieurs reprises, mais il secoua la tête et poursuivit sa route au milieu des danseurs qui s'enlaçaient sans gêne sur la piste.
Il prit place au bar et commanda un whisky à la robe pareille au sang. Il attrapa un glaçon en bouche et joua avec sa langue, le retournant, le croquant, le malmenant jusqu'à ce que le froid engourdisse ses lèvres et ne fonde dans un éclat alcoolisé délicieux. Taehyung laissa ses yeux partir à la dérive, scrutant les beaux garçons qui pourraient lui servir de proie. Il s'attarda sur YoonGi qui se trémoussait dans une combinaison de cuir, enserrant la barre de pôle comme si sa vie en dépendait. Son corps se mouvait avec tant de grâce et de sensualité qu'il s'en serait volontiers emparé si le jeune homme n'avait pas cédé aussi facilement à ses dernières demandes. Or, Taehyung abhorrait qu'on se livre à lui sans résistance. Il n'y avait alors plus de jeu, plus de chasse, plus de délicates excitations à regarder lentement se briser un être si innocent.


Jungkook se trouvait suspendu à un mètre cinquante du sol. En caleçon. Totalement ligoté par diverses attaches qui lui rendaient tout mouvement impossible. Et il se demandait sincèrement comment il avait fait pour se retrouver de la sorte.
Pour la soirée, il planifiait de se rendre à un récital de piano où il pensait rester sans voix. Seulement, un temps orageux avait anéanti les espoirs d'un concert en plein air et le garçon s'était réfugié dans le premier endroit venu, aussi sinistre lui avait paru la pancarte du félin au sourire improbable.
La pesante atmosphère, étouffée de velours aux allures d'un boudoir défraichi, s'était saisie de lui et ses pas maudits de curiosité l'avaient conduit plus profond dans les ténèbres, plus loin dans la dépravation qu'il s'imaginait au bout du chemin. Un ruban de satin carmin l'avait étranglé de caresses et il s'était laissé amener sur l'une des estrades de démonstration qui surplombaient la piste aux corps brûlant d'un désir attisé par ce garçon adorablement attaché.
Un sifflement vint percuter sa conscience et le joli garçon en question redressa péniblement la nuque pour défier le regard magnétique d'un inconnu qui le saluait en souriant. Un frisson électrique lui fit courber l'échine et il crut un moment qu'il puisse provenir d'un des câbles qui le maintenaient. Mais la douleur enivrée de plaisir qui fleurit en son cœur balaya ses pensées quand l'autre se leva pour venir vers lui.


Taehyung avançait avec l'assurance d'un lion. Fauve sur son territoire, araignée contemplant son repas prisonnier des fils invisibles du destin. Il grimpa sur la petite estrade aux planches peintes de goudron et s'affaira à détacher le jeune homme qui focalisait toute son attention. Si innocent, tellement inconscient de lui-même, d'une pureté inégalable qu'il prendrait un plaisir dégoutant à le faire sombrer dans les abysses de la déchéance.
Plus petit que lui, l'autre n'eut pas le temps de remercier son sauveur que le collier de chien vint se refermer sur son cou, relié à la laisse dont la traction se faisait déjà sentir. Taehyung lui lécha l'oreille et lui plaqua sur la bouche un bâillon qu'il avait ramassé, lui permettant de respirer suffisamment peu pour qu'un souffle erratique vienne s'emparer du jeune homme rougissant. Taehyung le menotta et lui assena durement son premier ordre tandis qu'il redescendait pour s'aventurer dans les méandres du club nocturne.
-Je me fous de ton nom. Je me fous que tu sois d'accord ou non. T'as échoué ici, tu es à moi désormais.
Et il fut prit d'un fou rire incontrôlable, tirant à sa suite son nouvel animal de compagnie, encore sauvage et effronté à en juger par son regard de braise et son acharnement pour se libérer. Il allait l'éduquer. Le dompter. Le briser. Puis l'abandonner sans pitié, se souciant guère du devenir de ceux qu'il aimait à rendre addicts à ses rudes étreintes.


Taehyung s'installa dans un des boxs libres, isolé du reste du monde, et libéra sa conquête de ses menottes une demie-seconde le temps qu'il les passent dans l'anneau mural qui permettait de fixer des cordes, des chaînes et tout autre instrument de bondage. L'autre gémit sous la pression imposée à ses poignets et se tendit quand son tortionnaire déboutonna lentement sa chemise, prenant son pied à voir l'autre attendre dans l'incertitude.
Taehyung saisit sa proie par les cheveux et lui mordit la gorge, imposant à la peau pâle l'auréole rougie de son appartenance.
-J'aimerais bien te demander de m'appeler Maître, mais il me semble que tu es dans l'incapacité de le faire. Cet affront mérite une sanction exemplaire.
Et il le gifla sans préavis. La laisse était toujours tendue, aussi le cou du Jungkook heurta le collier et quelques larmes vinrent à couler sur les joues pourpres du garçon. Taehyung les ramassa avec délice, parcourant le corps tremblant, aventurant ses mains sur les cuisses qu'il écartait imperceptiblement. Tellement fragile. Trop tentant. Il céda et lui détacha son bâillon.
-Dis, Maître.
-...Oppa..
Jungkook tremblait, sidéré que les mots aient franchi ses lèvres traitresses.
-C'est un bon début.
Le dominant s'empara avec force de la bouche du jeune homme et enfonça ses dents dans la chair jusqu'à ce qu'un filet de sang ruisselle dans sa gorge et que les couinements de l'autre se fassent trop doux et insupportables pour ses tympans délicats. Il l'étrangla d'une main puissante pour le faire taire tandis que la seconde remontait lentement vers le caleçon tendu. Lentement, lentement, dangereusement.
-Je vais te détruire. Chuchota-t-il dans un souffle tiède à celui qui désormais était sien.
Je vais nous détruire.