Dodo chez le cachet d'aspirine

par LofyKpop

- Donc tu vas me dire que vous êtes retournez dans la cantine sans rien faire pour vous soulager ?

Mutsumi soupira tout en continuant de fixer le poster des B.A.P dans ses mains.

- Sans commentaire là. Bon sang JungKook, ce n'est pas comme ça que je t'ai élevé ! Tu me fais de la peine, là.
- Je te rapelle que t'es ma soeur et non ma mère.
- M'en fiche, ce n'est pas Maman qui t'apprend les bases de la vie sexuelle, c'est moi.
- Je n'ai pas besoin de tes conseils, tu sais. Pis comme si t'y connaissait quelque chose au sexe, toi.

Je lui donne une petite claque derrière le crâne en voyant qu'elle ne m'écoutait déjà plus. Je suis son frère, elle pourait au moins me daigner de l'importance quoi ! Elle ne réagit toujours pas, trop occupé à mater son YoungJae version papier.

- Yah, écoutes moi Mutsumi !
- Rah YoungJae... Épouses-moi, tu veux ? s'exclama-t-elle en m’ignorant complètement, avant de battre des paupières face à son poster.

Ma sœur me fait pitié. Vraiment.

- Je te ferais des enfants et je te préparais des bon petits plats. Puis je te ferais l'amour tous les soirs, si t'insiste vraiment...

Quand je dis vraiment, c'est vraiment !

- Tu comptes séduire qui là ? Un bout de papier ?

Elle me lança un regard de tueuse avant de caresser du bout des doigts les lèvres de YoungJae. Pas le vrai, hein, le poster. Mais elle fait ça comme si c'était le vrai. C'est juste trop flippant.

- Ce n'est pas un simple bout de papier, JungKook. C'est JaeJae.
- Si tu le dis..

J'allais me lever pour partir loin de cette folle -qui ne m'écoute même pas- quand soudain, elle m'arrêta :

- Minute, papillon.

Je me retournai au ralenti avec une tête mi-désespérée, mi-ennuyée.

- Quoi ? demandais-je.
- YoungJae sera mon mari un jour. Donc j'espère que tu l'accepteras au sein de notre famille.

Elle est sérieuse ? Dites-moi qu'elle n'est pas sérieuse ? À voir sa tronche, oui, elle est sérieuse. Bon sang mais c'est possible d'être conne à ce point ? Si ?

-...Ne perds pas espoir, Fighting ! lui dis-je ironiquement en faisant un V avec ma main.

Autant la laisser seule dans son délire.

- Au fait ! me retient-elle une fois de plus alors que j'étais dans le couloir.

Je lui fis face pour la deuxième fois de la journée.

- Ton Suga, plaque le contre un mur et fait lui sauvagement l'amour. J'ai déjà testé et franchement, ça vaut le coup ! dit-elle avant de me claquer la porte au nez et de la fermer clé.
- Que...

J'espère avoir mal entendu. Parce que sinon, je vais la tuer, elle. Et je vais surtout tué le gars qui a osé toucher ma petite sœur chérie. Quoi ? Oui, elle est plus grande que moi d'un an mais là, on s'en fout. Ma sœur n'a jamais fait des trucs cochons, impossible. Mutsumi n'a jamais fait ça contre un mur, on est d'accord. Elle est encore pure et innocente. Pure et innocente. Pure et-

- ATTENDS T'A FAIT QUOI ? hurlais-je en frappant la porte comme un fou.
- Désolé de vous décevoir, toi et ton fantasme de frère parfait, mais t'a manqué à ta mission. Je suis plus vierge si tu n'as pas encore compris. Désolé frérot.
- QUOI ? MAIS C'EST QUI LE FILS DE PUTE QUI T'A DÉPUCELÉ ? J'VAIS LUI CREVER LES YEUX A CE TE-

La musique "To You" des Teen Top retentit à travers la porte de sa chambre, couvrant tout mes cris. Ok, j'ai compris le message. Elle m'aurait dit de fermer ma gueule, ça aurait été la même chose. Ma sœur est une saloperie avec moi. Arg, j'ai envie de me jeter sous un pont. Ma petite sœur, ma petite Mutsumi...Qui a déjà offert sa virginité ?

Putain, je savais qu'elle avait déjà lu énormément de fictions avec du lemon dedans mais savoir qu'elle ai fait ça en vrai.. Et moi qui pensais que tous les conseils qu'elle me donnait, elle les avait trouvés sur ses sites pour meufs.

No comment.

Oui, ma sœur me donne des conseils pour faire monter au septième ciel mon partenaire mais c'est elle qui insiste, je vous assure. Sinon ces conseils, je les prendrais pas moi !

Fin, ça dépend. Y'en a qui sont bien..

- JUNGKOOK ? hurla ma mère, un étage plus bas.
- Pas la peine de hurler, Maman, je t'entends ! râlais-je.
- Descends tout de suite.
- Qu'est-ce que j'ai fais encore ? murmurais-je pour moi-même en obéissant.

En bas des escaliers se trouvait ma mère, l'air furieuse. J'ai rien fait de mal, pourtant.. Enfin je crois..

- Ton professeur Wu Yi Fan est dans le salon et pas pour la meilleures des raisons malheureusement. Je peux savoir ce qui se passe dans ta tête mon pauvre garçon ? s'exclama-t-elle, les poings serrés.

Wu Yi Fan.. Mon prof d'histoire ? Dans le salon ? Mon salon ?! Genre il est dans ma maison ? Gné ?

- Quoi ?! Kris est ici ?
- C'est Monsieur Wu, pas Kris ! me reprit ma mère. Et oui, Kris est chez nous. JungKook, t'es vraiment irresp-
- Pourquoi tu l'appelles Kris alors que moi j'ai pas le droit ?
- Ne m'interromps pas quand je te parle, s'emporta ma mère. Surtout que Kris vient de m'annoncer que tu avais été exclu de cours !

L'exclusion... Shit, j'avais complètement zappé. Je fis un sourire gêné, histoire de paraître désolé.

- Oh merde, Maman excuses-moi, j'ai complètement oublié.
- JungKook, ton langage ! me reprit ma mère, une fois de plus. N'oublies pas que ton professeur nous entend, je ne veux pas qu'il ait une mauvaise idée de mon fils. Même si c'est plutôt mal parti..
- Mais où est-ce qu'il est, bordel ?!
- Je suis là.

Et voilà que le grand, le magnifique, le super connard de Wu Yi Fan apparaît derrière ma mère à la manière de Dracula. Je vous ai déjà dit que j'aimais pas ce prof ?

- Qu'est-ce que vous faites chez moi, vous ?!
- JungKook, ce n'est pas une manière de parler à ton professeur !
- Mais Maman, tu te rends pas compte ! Mon prof d'histoire ! Chez moi ! C'est juste... horrible. Tu veux ma mort ?
- Peut-être que quatres heures de colle pour insolence serait pas mal non plus ? proposa mon professeur en me regardant de haut.
- Maman dit quelque chose ! Il n'a pas le droit de me coller en dehors du lycée, c'est interdit !
- Que tu soit dans ou en dehors du lycée, tu dois quand même être respectueux.

Merci du soutien, Maman, fallait surtout pas te gêner pour moi, hein. Mon professeur d'histoire que je déteste est chez moi mais sinon non, tout va bien.

- WOW WOW ! s'opposa Mutsumi en descendant les escaliers à grande vitesse, créant un bruit digne d'un orage. Deux secondes, les gens.

Yah, Mutsumi est adorable ! Je savais que je pouvais compter sur ma sœur. Elle est adorable au fond, je le savais. Protéger son frère en cas de meurtre.. Trop mignonne, cette gosse. Elle va faire ses yeux de biche à Maman et je vais pouvoir échapper à la sanction. Du moins, j'espère.

- JungKook se fait défoncer par Maman ? questionna ma sœur contre toute attente. Vous attendez deux minutes avant de vous disputer, je ramène le popcorn !

Ma frangine s'élança dans la cuisine sous les yeux stupéfaits de mon professeur et des miens tout en criant des "VOUS M'ATTENDEZ HEIN !".

Putain, c'est une garce, même pas elle me protège, moi son petit frère !

Elle revient deux secondes plus tard, du popcorn entre les mains et s'assit sur les marches des escaliers.

- C'est bon, vous pouvez commencer ! s'écria-t-elle en tapant dans ses mains comme une gamine surexcitée.
- Espèce de traître, soufflais-je entre mes dents en m'approchant d'elle.
- JungKook, reviens ici. Ne te sert pas de ta sœur comme prétexte pour m'échapper.

Ne jamais sous-estimer ma mère, elle me connaît trop bien. Je repris ma place tout en baissant la tête. Elle me sourit sadiquement et je déglutis.

- Ce soir.. Tu sais ce qui t'attend ? dit-elle sournoisement.

Je me mis à genoux devant elle tout en la suppliant.

- Non s'il te plaît, Maman pas la baignoire ! Je ferais tout ce que tu veux mais pas la baignoire !

Mutsumi pouffe de rire derrière moi. C'est sur, quand on n'est pas à ma place, on doit trouver ça drôle. Mais est-ce que votre mère vous a déjà fait dormir dans une baignoire vous ? Avec juste un sac de couchage et les chiottes à côté ? Même pas un oreiller ! C'est juste horrible et désagréable. Surtout quand le lendemain matin, un liquide incolore vous réveille. De l'eau froide. Activé par votre petite sœur préférée.

Et tout ça, juste parce que j'ai eu une heure de colle en seconde ma mère m'a fait dormir dans la salle de bain. Même pas par terre, mais carrément dans le bain. Je ne sais pas lequel est le pire de toute façon.. Le bain ou le sol ?

- Tout ce que je veux, pas vrai ? répéta ma mère.

Je regrette déjà mes paroles.

-----

Ma mère ne m'a pas forcé à dormir dans la salle de bain. Et pourtant, qu'est-ce que j'aurais aimé dormir dans cette baignoire maintenant ! La baignoire, c'est rien comparé à dormir dehors. Ma mère, aidée de Kris qui se révèle être un de ses amis d'enfance, m'a monté une tente dans le jardin.

Vous vous rappelez ? Je suis claustrophobe. Et ma mère le sait. Et pourtant, elle me fait dormir dans une tente. Déjà que le placard à balais, c'est limite alors imaginez une tente. Je ne peux même pas tenir debout dedans !

J'arrête pas de chialer comme une merde depuis tout à l'heure. J'ai peur, j'ai froid et j'ai l'impression de plus respirer. Mais qu'est-ce que j'ai fais pour mériter ça ?

- Maman, sanglotais-je, t'est un monstre. Faire ça à ton propre fils..

Soudain, j'entends un bruit en dehors de la tente. Des pas qui se rapprochent de plus en plus de moi. Mon sang se glace dans mes veines et je pousse un hurlement terrifié. Un rire léger remplaça les froissements dans l'herbe.

- JungKook ?

Un bruit de fermeture éclair qu'on ouvre et voilà la tête de Mutsumi qui passe la tête à travers l'ouverture de la tente. Elle me sourit gentiment, pose un grand sac sur ma couverture, s'assit à côté de moi et me prit dans ses bras.

- Bah dit donc, JungKook, tu as aussi peur que ça ?

Je ne réponds pas et je mets ma tête dans son cou, essayant de me concentrer pour ne ressentir que les bras de ma soeur autour de moi. Je respire à fond son odeur de fraise, me canalisant sur elle. Sa main caresse mes cheveux tendrement et je me colle à elle. Ma sœur a beau être conne, elle est toujours là pour moi. Bon, y a des moments comme tout à l'heure ou elle me laisse dans la merde mais si elle voit que ça devient trop sérieux, elle prend tout de suite ma défense. Et c'est pour ça que je l'aime.

J'ai l'air niais à dire ça..

- Je dois te laisser, Kookie, murmura ma sœur en cessant tout mouvement dans mes cheveux. Maman a dit que je devais juste te donner le sac et que je devais partir direct.
- Je n'ai pas envie que tu partes.
- Je suis obligé Kookie..
- Mais j'ai peur..
- Il va rien t'arriver, mon Kookie, dit-elle en souriant. C'est juste mental, essaye de ne pas y penser.
- Mais si je meurs étouffé-

Son téléphone sonne, me coupant dans mon début de phrase.

- C'est Maman, faut que je lise.

Elle me fit un sourire contrit et lit ensuite son message pour relever la tête tout en faisant une moue déçue.

- Je suis désolé JungKook, Maman veut que je monte. On se voit demain, je t'aime.

Elle m'embrasse sur la joue, me fit un dernier câlin et part directement sans attendre.

Je m'allonge dans mon sac de couchage, mes larmes reprenant lentement leurs chemins. J'angoisse, je respire difficilement, j'ai l'impression qu'un étau se ressert sur moi de plus en plus, que je manque d'air. Bien entendu, ce n'est qu'une impression, tout ça c'est mental, c'est dans ma tête. Mais à force de le penser, je commence à suffoquer. Faut que je sorte de là, tout de suite.

Je commence à me battre avec la fermeture éclair de la tente sauf que mes mains tremblent de trop et mes gestes sont trop maladroits sous la peur. Quand soudain, la fermeture à glissière glissa de ma main toute seule sous mes yeux. Grand ouvert, d'ailleurs, à cause de l'étonnement et de la peur. Et c'est ainsi que Min Yoon Gi me trouva en larmes pour la deuxième fois de la journée.

- Ça commence à devenir une habitude, murmura-t-il.

Il m'attrapa par les épaules et me fit basculer hors de la tente. L'air frais me fit frissonner et je respirais à grande goulée. Suga se mit face à moi, se tenant droit comme un pic, ses mains s'agrippèrent à mes épaules.

- Heu... JungKook, inspire, expire, inspire, m'ordonna-t-il en ne sachant pas trop quoi faire.

Il scruta mon visage et se met à caresser ma joue lentement comme s'il cherchait à me réconforter. Je frissonne à cause du geste tendre. Je suivis son conseil et quelques minutes plus tard, j'étais plus ou moins calmé. Mes sanglots s'étaient arrêtés progressivement au fur et à mesure de ses caresses. Il se releva et me tendit sa main que je pris sans objecter. Trop d'émotions en une journée.

- Allez viens, je vais te conduire chez moi.
- Mon sac...Il est à l'intérieur, murmurais-je.

Il hocha la tête, lâcha ma main et rentra dans la tente avant d'en sortir, mon sac dans les mains.

- Je suis là maintenant, t'a rien à craindre va ! me dit-il comme s'il s'adressait à un enfant. Fais-moi confiance.

Il mit mon sac sur son dos, reprends ma main dans la sienne et la pressa doucement. Je rougis. Je n'ai pas l'habitude d'être aussi câlin avec les personnes.. À part ma sœur, personne ne me touche aussi.. tendrement ? Ouais, tendrement, c'est le mot. Même lors de mes parties de jambes en l'air, je fais pas dans le câlin. J'ai toujours été un peu sauvage sur les bords.. Min Yoon Gi est surement l'une des seules personnes à m'avoir vu aussi faible, mis à part ma sœur et mes meilleurs amis, Suho, MyungSoo et Sehun. Je ne sais même pas pourquoi je ne me rebelle pas..

Il me fait rentrer dans sa chambre. C'est beau et spacieux. Je n'ai pas vraiment gaffe aux autres pièces, trop perturbé par le fait que je sois aussi proche de Yoon Gi sans pourtant l'avoir provoqué.

Alors qu'il allait détacher sa main de la mienne, je la retiens. Il marque un temps d'arrêt et se retourne, les yeux interrogateurs. Et avant même qu'il ne puisse me sortir une réplique sanglante, je le pris dans mes bras. Sans vraiment savoir pourquoi, juste une pulsion comme ça.

J'imagine que d'avoir dû subir ma plus grande peur me rend émotif.

Contrairement à ce qui s'est passé dans le couloir du lycée, il ne me rejette pas. Au contraire, il entoure ma taille de ses bras, pose ses mains dans mon dos et niche sa tête dans mon cou tout en soupirant :

- T'est vraiment qu'un bouffon.

Je souris doucement, oubliant ma peur des endroits trop petits et mes crises d'angoisse. C'est con mais rien que de voir sa gueule et d'entendre sa voix me dire des conneries, je me sens mieux.

- Comment ça se fait que tu m'es vu dans la tente ? bredouillais-je.

Oui, c'est que maintenant que je me pose la question...

- J'étais en train de fermer les volets de ma chambre quand j'ai vu une tente dans ton jardin. Je me suis demandé pourquoi, toi qui es claustrophobe, dormait dans une tente et...
- Tu savais qu'on était voisins déjà avant ?! le coupais-je.
- Ouais, je vois ta chambre de ma fenêtre.

Que.. Hein ? Je reculais immédiatement de lui et me précipitai à la fenêtre. Et effectivement, je pouvais voir ma chambre de là où j'étais. Il me fit un petit sourire énigmatique.

- Et désolé de te le dire mec, mais je t'ai maté pendant que tu te déshabillais tout à l'heure.
- Tu m'as maté ? m'indignais-je. Et comme un gros porc en plus ?!

Il haussa les épaules.

- T'aurait fait pareil, mec.

J'ouvre la bouche pour finalement la refermer. Il a raison.

- Qu'est-ce que je te disais ! insista-t-il.
- Ouais mais...remue pas le couteau dans la plaie s'il te plaît.
- Je peux remuer autre chose si tu veux, insinua-t-il en souriant perversement.
- Tu veux faire le zizicoptère ? demandais-je en arquant un sourcil.

Ses yeux s'écarquillent et j'explose de rire devant son air perdu. Bah quoi ? Il me dit qu'il veut remuer quelque chose dans le vide...

- Arrête mec, c'est sérieux là ! s'indigna-t-il. C'est une maladie, ça !
- T'es sérieux ? demandais-je en rigolant encore plus.

Son visage tourne à l'écrevisse. Il se déchaussa et s'installa sur son lit. Je fis de même.

- Je sais pas... Je crois..
- Genre le gars, ça bouge tout le temps dans le caleçon ? déduis-je en me moquant. Imagine-toi la scène, putain.
- C'est pas drôle, arrête !
- Non mais sérieux, Suga, fais ce que je te dis ! Tu ferme les yeux et t'imagine un gars qui est en train de draguer une nana. Pis d'un coup, quelque chose s'active dans son pantalon. La meuf croit qu'il bande et lui fout une baffe. Surtout que ça bouge dans tous les sens ! Et au final, son caleçon n'existe plus ni son slim parce que..

Deux secondes de réflexion...

- Ho merde, j'viens d'imaginer J-Hope et Tae Hyung !

...et le voilà mort de rire avec moi.

Ce n'est finalement qu'au bout d'un quart d'heure qu'on se calma. Vous pouvez le dire, y'a du niveau.

- Mais au final, ça existe ou pas la maladie du zizicoptère ? demandais-je sérieusement.

Il réfléchit.

- Attends, je vais prendre mon ordi.

Une fois ceci fait, il tapa son mot de passe -que j'ai retenu !- et sur internet, il tapa dans la barre de recherche "Zizicoptère maladie".

- Mec, t'as aucune maladie qui s'appelle "Zizicoptère" ! déclarais-je après avoir visité différents sites internet.

Il fronce les sourcils.

- Mais JiMin m'a dit que ça existait..
- Tu t'es fait avoir alors ! Parce que y'a vraiment rien.

Yoon Gi repoussa l'ordinateur en soupirant.

- Qu'est-ce que tu fais ? lui demandais-je en le voyant sortir son téléphone.
- J'appelle JiMin alors ferme ta gueule, il ne sait pas que tu es là.

Pour une fois, je ne dis rien, me contentant d’obéir à Yoon Gi. Un "bip" retentit et Suga mit son téléphone sur haut-parleur.

- C'est qui ? Suga ? murmura la voix de Ji Min à travers l'Iphone.
- À ton avis.

Ji Min explosa de rire.

- PUTAIN MEC T'EST VRAIMENT UN FAIBLE. Même pas capable de contredire le Kris ! Kris quoi ! Encore DongHae, je comprends, il fait peur. Mais Kris ! Il ne ferait pas de mal à une mouche, ce mec.
- Mais..

Ji Min ne lui laissa même pas le temps de se justifier.

- Tu sais très bien que c'est juste un genre qu'il veut se donner en plus. Tu lui aurais parlé, il aurait fermé sa gueule. Bon JungKook, c'est une autre histoire mais..

Il se tut comme s'il se rendait compte de quelque chose.

- À moins que... À moins que t'est fait exprès de ne pas protester pour rester avec JungKook ? insinua son meilleur ami.

Yoon Gi me lança un regard noir tandis que je pouffais de rire le plus silencieusement possible. Je suis du même avis que Ji Min, il peut pas se passer de moi.

- Ouais, répondit Suga. Je devais régler deux, trois petits trucs avec lui...
- De quel genre ? demanda le noireau. Du genre "J'ai envie de toi, on peut coucher ensemble ? Oui ? T'es d'accord ? Alors let's gooo !" ?

Les lèvres de Suga s'étirèrent en un sourire sadique et je compris qu'il allait faire une saloperie quand il glissa un regard taquin vers moi. Je mimai un "Si tu dis une connerie, je te crève les yeux" sur mes lèvres auquel il me répondit par un regard qui en disait long sur ses intentions.

Autrement dit "Va te faire foutre, je t'écoute pas".

- Jeon JungKook... commença Suga en me défiant du regard, m'a avoué être complexé et je me devais de l'aider.
- Comment ça ? Complexé par quoi ?
- C'est assez personnel en fait, déclara Suga en se retenant pour ne pas exploser de rire. Mais à toi, je veux bien le dire, dit-il sur le ton de la confidence.

Je le sens mal. Vraiment mal.

- En fait, JungKook m'a raconté que la dernière fois qu'il a couché avec une fille, il n'a pas réussi à trouver le trou.. Depuis il est traumatisé.

Il n'a pas osé ? Ce connard n'a quand même pas osé dire à JiMin que je ne sais même pas trouver un trou ?

- Outch le pauvre ! s'exclama Ji Min. Mais comment ça se fait qu'il n'est pas trouvé le trou ? Parce que quand même... Faut du niveau, quoi.

Putain, Jimin ne va quand même pas croire ce con ? Mon visage se décompose. Apparemment oui, il le croit.

- Il doit être maudit, je crois ! Parce que pour sa première fois, il a même pas fait jouir sa copine, insista Suga, mort de rire.
- Violent... Il a dû se sentir trop mal ! compatissa JiMin.
- À mort ! Surtout que les autres fois d'après, il a encore galéré. Et là, ça recommence. Il trouve plus le trou..
- Et tu peux m'expliquer en quoi consiste ton aide ? demanda JiMin après quelques secondes de silence.
- Il voulait que je lui donne des conseils et que je lui fasse un dessin.
- Un dessin ? répéta Ji Min lentement.
- Heu oui ! Un dessin !

Un dessin pour trouver un trou ? Arg mais comme si j'avais besoin de ça pour trouver !

- Chelou. Bref, pourquoi tu m'as appelé à la base ?
- Ehem... Je sais plus.
- Donc je peux raccrocher ?
- Hum.

Suga se reprit à la dernière minute, se rendant compte que s'il ne continuait pas sa conversation avec Ji Min, il devrait faire face à moi et à ma vengeance.

- Ji Min, attends ! s'écria-t-il.
- Désolé vieux, mais j'ai dansé comme un malade et je transpire à mort. Donc là j'ai qu'une envie, c'est de prendre ma douche. De toute façon, je viens chez toi demain. Allez, tchu.

Et Ji Min raccrocha.

Un grand sourire se dessina sur mon visage. Suga déglutit difficilement. Je lui fais peur ? Tant mieux !

- Mec, tu vas souffrir.

Je me mis au-dessus de lui et commençai à le chatouiller. Sauf que contrairement à ce que je pensais, il ne se tortille pas dans tous les sens comme le font les amoureux dans les dramas. Bah nan, lui il me regarde avec un grand sourire, fier de lui et s'exclame :

- Je ne suis pas chatouilleux, espèce de con. Pis t'a vraiment cru que tu me faisais peur, l'hamster ?

Il inversa les positions et je me retrouvai en dessous de lui, en position de faiblesse. Et merde.

- Bon, t'es fixé maintenant, déclara-t-il.

De quoi il me parle ?

- C'est moi qui domine ! s'exclama-t-il avec un sourire en coin. Toi t'es nul, t'arrive pas à remplir les trous.
- Yah ! T'es dégueulasse d'avoir menti ! À cause de toi je me tape la honte.
- Tu n'as pas besoin de moi pour te taper l'affiche.

J'essayais de prendre le dessus sur lui mais il emprisonna mes poignets dans ses mains. Il a beau être plus petit que moi, il est plus fort que moi.

- En plus c'est faux, je ne me trompe jamais. Je parie que la mienne est plus grande que la tienne, chuchotais-je en me mordant la lèvre.
- Ha ouais ? Combien ? s'esclaffa Suga.
- Dix-huit centimètres ! dis-je fièrement.

Il me fait un sourire de vainqueur.

- Dix-neuf, je t'ai battu !
- Oui mais je l'ai pas mesuré depuis deux ans, elle a surement grandi entre-temps...tentais-je de me justifier.

Il s'étala de tout son long sur moi, ignorant ma réponse.

- Qu'est-ce que tu fous, le cachet d'aspirine ?
- Je pionce, ta gueule.
- Et tu comptes dormir sur moi ? râlais-je.

Évidemment, le sentir sur moi ne me dérange absolument pas, c'est pour la forme. Il fit semblant de ronfler et je soupirais tout en riant légèrement. Il entoura ma taille de ses petits bras et son souffle chaud se répandit dans mon cou, m'arrachant un frisson.

- On est bien là, pas vrai ? murmurais-je en glissant ma main dans ses cheveux noirs.
- Je dors, j'ai dis alors tais-toi, répliqua Suga avant de déposer un baiser dans mon cou.

Je souris.

Ouais, on est bien là.