FIN Partie 1/2

par Melten


FIN partie 1/2




Je tourne la tête au tour de moi pour chercher une quelconque aide, des voitures de police étaient déjà arrivé ainsi qu’une ambulance. Je vis Baekhyun se faire embarquer par des agents, il ne voulait pas se débattre, il avait déjà accepté de se faire arrêter et d’en subir les conséquences, mais en voyant l’état de son frère, il ne voulait plus, il avait perdu tout son calme, il se débattait le plus possible les larmes aux yeux, car oui lui aussi voyait les âmes, lui aussi avait vu l’âme de son frère et lui aussi avait compris ce que ça voulait dire…


Des ambulanciers arrivèrent, posant le corps de Tae sur un brancard et le font rentrer dans une des ambulances, je suis assis à côté de lui, lui tenant la main.

Je ne pouvais plus supporter ce que je voyais, ce que faisaient les ambulanciers ne changeaient rien, je voyais toujours l’âme de Tae, il me regardait avec un air de tristesse.


Le fait de l’entendre me parler me fit réagir, je ne veux pas que ça se termine comme ça, je ne veux pas qu’il parte et je ferais tout pour que ça s’arrange. Je le coupe dans ses paroles, les seuls mots que je veux entendre de lui proviendrons de sa vraie bouche.


Il est en train de mourir, son âme n’est plus dans son corps, je vous en prie faite quelque chose, mes mains tremblent, je pleure tellement que je vois floue à cause des larmes.

Un des ambulanciers déchire son t-shirt et y pose un défibrillateur tandis qu’un notre me tenait éloigné me forçant à lâcher sa main.


Je le regarde, il avait un masque à oxygène, et une machine à côté de lui pour détecter son rythme cardiaque. L’ambulancier donna un premier coup de défibrillateur, l’âme est toujours là, le rythme cardiaque n’est pas repéré par la machine. Une deuxième décharge lui est mis, l’âme disparaît mais réapparaît, comme les bips de la machine qui avait détecté une faible présence de vie.

Un troisième et dernier coup de défibrillateur, l’âme a totalement disparu, et la machine émet maintenant des bips réguliers. Ils ont réussi à le réanimer. Je soupir de soulagement, mais mon corps ne veut toujours pas s’arrêter de trembler. Même s’il est inconscient, je ne vois plus son âme et c’est ce qui me rassure le plus.


* * *


La première fois qu’on s’est vue c’était dans cet hôpital, j’étais une âme entre la vie et la mort, tu étais là pour m’aider, et aujourd’hui les rôles son inversé.

Je suis à côté de lui, il a été placé dans une chambre, il est encore inconscient, mais le fait de savoir qu’il est encore envie me soulage profondément.


Il est bientôt minuit passé, il n’y a presque aucun bruit dans l’hôpital, on n’entend plus que les grésillements des néons des couloirs, ça me rappelle lorsque j’étais hospitalisé ici. Mes yeux commencent à se fermer tout seul, je lutte contre la fatigue, je ne veux pas partir et le laisser seul, je veux être là quand il se réveillera. Les médecins mon donné l’autorisation de rester avec lui cette nuit, surement pour le surveiller.


Je lève la couverture et me fais une petite place à ses côtés, je le regarde dormir, il a l’air apaisé, il n’a pas l’air de souffrir. Je remets ses mèches de cheveux correctement qui tombaient sur ses yeux, puis laisse glisser ma main sur sa joue.

Je me dis qu’il est endormi et qu’il n’en sera rien. Je me rapproche un peu plus de lui et passe ma main sous son t-shirt, je le vois froncer légèrement les sourcils dans son sommeil, est-ce qu’il a mal ?



Je me rends compte de ce que j’étais en train de faire, je retire instantanément ma main, mais je ne peux enlever mon regard de lui.


Je baisse finalement la tête, mais je sens un bras me prendre par la taille, je lève les yeux pour le regarder et vois qu’il s’agit bien de la main de Tae que je sens dans mon dos.



Il avait les yeux mis clos et parlait d’une voix endormie, mais affichait tout de même un léger sourire. Alors comme ça il ne dormait pas ? Ou c’est moi qui l’ai réveillé ? La honte ! il va me prendre pour quoi ? Je me sens rougir comme pas possible. Je pose mes mains sur mon visage comme pour me cacher. J’espère que demain matin il pensera que ce n’était qu’un rêve.



Aish voilà que je bégaie, j’en ai marre de moi, mais je suis super content qu’il se soit réveillé, mais maintenant rendors toi s’il te plaît, je suis déjà bien assez mal à l’aise.



De quoi ? comment ça « dommage » ? je l’entends légèrement soupirer et me pousser davantage vers lui grâce à sa main qui était encore placée dans mon dos. Nos deux visages sont extrêmement proches, je pourrais presque sentir sa respiration. Il est en train de rêver c’est ça ? Il ne doit pas se rendre compte de ce qu’il est en train de faire.


Sa main qui était dans mon dos se faufile à l’intérieur de mon sweat, ses mains étaient fraiches mais agréables.


Il place sa tête dans mon coup et y laisse échapper un petit baiser. Je me tends, oui il doit surement rêver, ou alors c’est moi qui rêve ? Non non c’est bien réel. Qu’est-ce qu’il se passe, j’ai tellement chaud et toutes mes pensées s’emmêlent dans ma tête que je pourrais m’évanouir la maintenant.

Il relève sa tête pour que ses lèvres soient proches de mon oreille avant de dire quelque chose avec un léger ricanement



Je lui donne une pichenette sur le front. C’est l’accident qui lui fait dire des bêtises comme ça ou quoi ?



Je me recule légèrement de lui et lève un peu la tête pour admirer son visage à moitié endormi.



Mince c’est moi qui ai dit ça ? J’ai encore pensé à voix haute ? Ah mais pourquoi je fais ça j’en ai marre.

Je le vois ouvrir complètement les yeux, merde il ne dormait pas du tout en fait, je pensais qu’il somnolait au moins un peux et qu’il ne ferait pas attention à mes paroles.



Je glisse ma main le long de son bras pour venir attraper sa main. Oui même réveillé il l’est, mais il peut toujours courir pour que je lui dise. Il cligne plusieurs fois des yeux, étonné, avant de répondre à la pression de ma main.


Je le regarde dans les yeux, mais ceux-ci, sont vite attirés par ses lèvres, ça m’énerve, je voudrais réellement l’embrasser, je ne sais pas pourquoi. Je soupire et niche ma tête dans sa nuque en grimaçant, m’obligeant à penser à autre chose. J'inhalai son parfum naturel ce qui me déstabilisait encore plus.

Il enlève sa main de mon dos pour la déposer sur ma joue et m’obliger à relever la tête vers lui. Il scrute mon visage, je me sens rougir comme pas possible, heureusement qu’il n’y a pas vraiment d’éclairage pour qu’il remarque.

Je le vois rapprocher lentement son visage du mien, je ne bouge plus, je ne peux pas bouger, je suis trop hypnotisée par son regard. C’est sans dire un mot que nos lèvres finirent par se toucher.


Quelques instants après, je me détache de lui en baissant légèrement les yeux et la tête, gênée, je me mordille les lèvres, puis en passe délicatement ma langue dessus, sans vraiment m’en rendre compte.

Yah mais ce n’est pas possible ! Je fais la moue et croise les bras contre mon torse.



Il baille et serre mes hanches entre ses doigts. Je laisse ma tête contre la sienne.

Ses derniers mots étaient prononcés tellement bas que j’ai eu du mal à les entendre. On s’endormit quelques minutes après, emporté par la fatigue de la journée.