Chapitre 4

par nana22

Chapitre 4



Je sens une présence près de moi, une chaleur agréable m’entoure et une voix douce brise le silence qui me fait face.

J’ouvre difficilement les yeux, ils me piquent un peu. J’aperçois légèrement mon meilleur ami au-dessus de moi avec un regard inquiet. J’essaie de le rassurer tant bien que mal avec un petit sourire. Mais je vois bien que sa empire son inquiétude. Tellement que je le vois ce jeter sur moi et me serrer dans ses bras.

Il me sert encore dans ses bras pendant bien une vingtaine de minutes, jusqu’à ce qu’il ce recul pour me déposer un petit bisou sur le front. Une habitude qu’il a pris quand je n’allais pas bien et me rassurer. Ce qui a toujours fonctionné. A ce souvenir je me surprends à lui sourire tendrement et de murmurer son prénom.

J’hésite un peu à reparler de ce qu’il c’est passer tout à l’heure mais devant le visage déterminer de mon ami je ne peux surement pas faire autrement. Surtout qu’il s’est déplacé pour moi.

Il ne me dit rien, se contentant juste de me serrer plus fort dans ses bras. Sa présence me rassure, elle me fait du bien. Il m’a tellement manqué pendant ses trois dernières semaines.

Je le vois hésité quelques instants, et ses yeux s’ancre dans les miens, je peux y déceler un peu d’inquiétude mais n’arrive pas à déchiffré ce qu’il y a d’autre.

Il me sourit alors doucement avant de reprendre.

Sourire qui me réchauffe automatiquement le cœur, et c’est avec douceur que je lui rends. Il m’aide ensuite à me relever et puis tout en souriant, on se met en marche pour rentrer chez moi. Durant le chemin je lui raconte ce qu’il s’est passé un peu plus tôt dans la soirée. Il me réconforte encore un peu, et nous arrivons enfin devant chez moi. On se regarde fixement pendant quelque minutes, puis dans un excès de courage, je m’avance dans la cours et ouvre la porte d’entrée avant d’y pénétré, Dae à ma suite. Dans le salon, ce trouve ma mère, mais mon corps ce tend lorsque j’aperçois la taille fine d’Himchan. Daehyun a dû le remarquer car sa main frôle la mienne dans un geste qui se veut rassurant. Je vois ma mère ce redressé d’un seul bond en entendant la porte d’entrée ce refermer derrière Dae. Elle se stop quelques secondes, sûrement surprise de voir mon meilleur ami derrière moi. Elle reporte alors son attention sur moi et se jette dans mes bras.

Je ne lui réponds rien et me force à ne pas répondre à son étreinte. Elle ce recul doucement et me regarde d’un air peiné. Ça me fait mal au cœur de la voir avec une tel expression, mais je suis bien trop choqué et perdu pour la rassurer. Elle regarde alors mon meilleur ami et lui offre un doux sourire.

Elle ne lui répond rien d’autre ce doutant alors de sa venue, et un peu plus gêner, elle reporte une nouvelle fois son attention sur lui.

Je regarde doucement mon meilleur ami pour voir si comme d’habitude il est affamé, et en voyant sa gêne je devine que oui, je soupire alors un peu pour moi-même et répond donc à l’affirmative à ma mère. Dae me lance un petit sourire désolé et j’essaie de lui rendre un sourire qui se veut rassurant, même si je sais très bien que ça ne marche pas avec lui. On la suit donc en silence jusqu’à la cuisine et on s’installe côte à côte ne voulant surtout pas m’éloigné de lui. Je vois alors mon « frère » entré dans la pièce et tout mon corps ce tend. Je sens la main de Dae, s’appuyer sur ma cuisse, je tourne alors mon visage vers le sien et y voit un sourire rassurant. Pris d’un besoin de réconfort je pose délicatement ma tête sur l’épaule de ce dernier et y lâche un soupir de bien-être. Je l’entends glousser un peu et comprend qu’il se paie ma tête. Je lui pince donc légèrement la cuisse et l’entend râler un peu, ce qui me fait légèrement rire à mon tour. Je pose malgré moi ma tête un peu plus loin dans son coup et je sens ses bras fin se refermer sur mon corps. Tous ces petits gestes m’avait manqué, et rien que de pensé que dans quelques jours il repartira à Séoul me donne envie de pleuré. Il a dû comprendre mes pensées car je sens ses bras se refermé plus fort contre moi. Je ne sais même plus combien de temps nous sommes restés dans cette position, assez longtemps je pense, car ma mère nous sort de notre bulle en nous déposant deux assiette sous nos yeux.

Je me sépare alors à contre cœur de mon meilleur ami, et me replace correctement sur ma chaise. Je mange rapidement ce que ma mère nous à préparer et je remarque du coin de l’œil qu’Himchan me regarde. Je tourne alors doucement mes yeux sur son visage et le fixe. Il me sourit et je le vois faire un geste, comme si il allait s’approcher. A cette vue, mon corps ce tend comme jamais. Et mon cœur ratte un battement avant de repartir de plus belle. Je n’ai à peine eu le temps de cligné des yeux, qu’il est déjà en face de moi, à quelques centimètres. Je ne bouge plus, je me demande même si je respire encore. Je réussi néanmoins à plonger mon regard dans le sien. Et sans comprendre pourquoi je m’y perds doucement. Comme plongé dans un autre monde. Son visage à l’air tellement doux, son regarde posé sur moi ce veut rassurant et tout aussi doux que son visage. Un sourire discret fait place sur son visage et je vois sa main s’avancer vers moi. Je ne bouge toujours pas, incapable d’esquisser le moindre geste. Sa main ce pose alors doucement sur le haut de mon crâne et me caresse légèrement les cheveux. Sa main redescend doucement sur ma joue et alors qu’il s’apprêter à me dire quelque chose la voix de ma mère résonne dans la cuisine, me sortant de mes pensées et faisant ce reculer Himchan.

Je regarde rapidement mon ami, et y voit alors un énorme sourire. Je regarde ma mère avant de lui répondre.

S’attendant sûrement à cette réponse, elle ressort de la pièce en souriant. Je me tourne alors vers mon ami et lui sourit doucement, me doutant qu’il ne me laissera pas dormir ce soir.

A cette vue, je rigole en lui secouant la tête. C’est fou comme d’une minute à l’autre les rôles peuvent échanger. Mon regard dévie malgré moi sur Himchan, et je devine qu’un petit air déçut ce dessine sur son visage. Je soupir doucement afin que personne ne l’entende et traîne Dae après moi jusqu’à ma chambre. Une fois dans celle-ci je m’écroule de tout mon long sur mon lit soupirant fortement dans mon oreiller.

Je rigole en voyant la tête de bébé qu’il me fait, et lui fais signe de venir s’assoir à côté moi. Il s’assoit alors en tailleur sur mon lit et attrape un oreiller pour le serrer contre lui.

Je ne réponds rien, je le regarde juste. Je m’attendais à ce qu’il me parle de lui, mais pas aussi rapidement. Oui il a l’air gentil, mais l’est-il vraiment ? Après tout je ne sais rien de lui, à part le fait qu’on est la même mère. Je baisse les yeux et fixe mes mains qui se sont posé mollement sur mes jambes croisées. J’essaie d’encaisser la nouvelle, mais je n’y arrive pas, en fait je n’arrive pas encore à m’en rendre vraiment compte. J’attrape le deuxième coussin qui se trouve sur mon lit et le colle contre mon torse comme l’a fait Daehyun quelques minutes plus tôt.

Il ne me répond pas tout de suite, cherchant surement comment me répondre. Il a toujours fais attention à bien choisir ses mots avant de parler, même avec moi.

Je ne réponds rien, sachant pertinemment qu’il n’a pas fini de parler. Et je sais aussi qu’il n’aura peut-être pas tort. Mais d’un côté j’appréhende un peu ce qu’il va me dire.

Je relève soudainement mon visage vers le sien, et mon cœur se sert. Une expression douloureuse est peinte sur son visage. La distance que mon déménagement à provoquer me fait mal, ne plus pouvoir le voir tous les jours m’est insupportable. Des larmes me montent rapidement aux yeux et j’attends. J’attends qu’il finisse de parler.

Je le fixe toujours incapable de répondre quoi que ce soit. Moi aussi j’ai peur de le perdre, affreusement peur. Il est la seule personne en qui j’ai entièrement confiance, la seule personne avec qui je suis moi-même. Alors le perdre ? Non je ne veux même pas pensée à cela !

Il me fixe à son tour, mais ne répond rien, les larmes aux yeux, il essaie tant bien que mal de ce contenir.

Une larme roule sur ma joue, je ne l’essuie pas, préférant regarder mon ami dans les yeux et lui faire comprendre que je ne laisserais jamais personne le remplacé. Il se penche vers moi et me sert dans ses bras et me chuchote qu’il ne me laisserait jamais, que je suis bien trop important à ses yeux. Je ferme doucement les yeux, me rassurant alors petit à petit avec la présence de mon meilleur ami.