Pirat 5

par Elsaoki

~Chapitre cinq~





Tu es la lune qui éclaire mon océan, l’étoile qui guide ma route. Tu es le


Cornouiller au printemps, et le vent qui souffle la nuit. Tu es la luciole en été et


La fleur qui s’épanouit au cœur de l’hiver.




Annie Garrett



***


-Je suis désolé. Je n’étais pas attentif. J’aurais dû être plus concentré. Révéla JongUp, la tête baissée, la voix glaciale, légèrement tremblante.


-Oui, tu aurais dû ! Mais tu ne l’as pas fait ! Je n’accepte aucune erreur de la part de mes hommes ! Et tu n’es pas une exception. S’écria d’une voix puissante, sans pour autant crier, le capitaine Bang. Imagine, tu aurais été blessé ou pire : tué ! Comment aurais-je pu continuer à diriger ce rafiot sans ton aide ? Hein ?! Es-tu inconscient ?! C’est le Royal Pirat Boat, bordel !! …aish ... Maintenant, sors d’ici. Il faut que je me calme. Finit l’homme tournant le dos à son interlocuteur.


Tremblotant, le maître d’armes sortit de la cabine de son meilleur ami, décontenancé. Ce n’était pas souvent qu’il se faisait remonter les bretelles comme ça…Que dis-je ? C’était absolument rarissime !

JongUp, de nature sensible ne supportait se faire réprimander par quelqu’un comme YongGuk…Son meilleur ami !! Mais aussi son supérieur, il ne fallait pas l’oublier.

Quelqu’un de l’équipage avait révélé au capitaine avoir vu le maître d’armes se faire dominer et presque assaillir par l’ennemi à un court moment de la bataille de la veille. Ce qui semblait être inacceptable pour la réputation du Royal Pirat Boat et pour l’avenir du navire.

Le jeune homme ne voulait même pas savoir qui l’avait dénoncé. Il était trop épuisé pour ça. Il n’avait pas bien dormit la courte nuit dernière et n’avait pas encore eu l’occasion de se reposer, ayant été appelé par son ami le matin même.


JongUp s’avançait, sans grande conviction, dans le navire qui commençait à se réveiller petit à petit. Il sentit alors une main se poser délicatement sur son épaule. Il se retourna et vit…


-Himchan ? S’étonna-t-il


-Hey ! Uppie, comment vas-tu ? Tu t’es remis de la bataille de hier ? s’écria le cuisinier, enjoué.


-Hum… Si on veut… répondit dans un souffle le maître d’armes.


-Dis-moi, mon cher petit Uppie. Tu ne saurais pas…par hasard… où se trouve la cabine du jeune matelot nommé… Baco…. Hum… Baekho ! Je le cherche !


-Ha, si. Sa chambre se trouve au début du dernier couloir. Je crois que c’est la quatorze… ou la douze... J’sais plus… rétorqua le jeune garçon d’un air las.


D’un air sûr de lui, HimChan se dirigea vers le lieu qu’il recherchait, laissant en plan son ami. Il essaya la numérotée douze et il se trouve que ce fut la bonne. Une fois arrivé à bon port (si j’ose dire), le cuisinier entra sans frapper et referma la porte derrière lui sans faire de bruit.

A son plus grand soulagement, personne n’y était. Mais il entendit du bruit venant de la petite pièce voisine.

HimChan, ne voulant pas être repéré, chercha un endroit où se loger en vitesse. Il balaya la pièce du regard et trouva l’endroit idéal : il se cacha alors dans le placard où il réussit à se loger sans trop s’étouffer avec les vêtements.


Il avait élaboré un plan pour que Baekho devienne un fou de gastronomie (comme lui). Il n’acceptait pas que quelqu’un soit aussi ignorant a propos de la cuisine que ce cher matelot. Mais il ne savait pas trop comment faire. Alors il s’était dit que la meilleure solution était d’aller fouiller dans ses affaires personnelles et d’essayer de trouver quelque chose qui aurait pu lui venir en aide. (On est d’accord, c’est une idée complètement débile).


Tandis qu’il tentait de survivre sous les pantalons en toile et les chemises bouffonnes, HimChan aperçut la personne qu’il cherchait depuis la veille. Le jeune matelot sortait apparemment de la douche puisqu’il n’était vêtu que d’un léger bas de toile et le haut de son corps était dénudé et encore humide. Seule une serviette siégeait négligemment sur les épaules de Baekho.

Son torse semblait respirer la bonne santé grâce à ses fins muscles et ses magnifiques pectoraux, les plus masculins qui soit. De fabuleux abdominaux parfaitement entretenus donnait un air si viril au jeune homme qu’HimChan en retint son souffle.

Le cuisinier surprit sa salive couler devant sa contemplation. Il se reprit vite. Mais il était à présent prit au piège et ne savait pas comment il allait faire pour que Baekho sorte de la chambre ou s’absente un moment pour laisser le temps au plus âgé de sortir de cette pagaille.


Mais le fantaisiste n’eut pas le temps d’y réfléchir plus que son cadet s’avançait lentement vers le placard tout en s’essuyant les cheveux.

HimChan se mit à paniquer et essaya de bouger mais sans succès. Ses pieds étaient bloqués par de stupides vêtements mal rangés. Il tint la porte tant bien que mal pour faire croire au jeune homme que le meuble s’était cassé, et donc, impossible à ouvrir.

Malheureusement, Baekho s’essaya une fois doucement et fut surpris de voir la difficulté pour tirer le pan du placard. Il réessayait alors une fois, en y mettant plus de force (et dieu sait qu’il en a) ce qui l’ouvrit en grand, faisant tomber en avant notre cher cuisinier. Celui-ci poussa un cri dont il avait le secret en se prenant les pieds dans tous vêtements.



Ils tombèrent tous les deux en compagnie de toute la pile d’habits qui amortit leur chute.


Quelques secondes plus tard, à terre, les deux hommes reprirent peu à peu leur esprit.


Baekho sentit un corps contre le sien. De doux cheveux lui chatouillaient le cou tandis que le jeune homme commençait à comprendre que quelqu’un s’était introduit dans sa chambre et qu’il s’était caché dans le placard.

Mais…Bizarrement, ce corps finement musclé était si agréable, pressé contre le sien… Il aurait bien aimé le rapprocher encore plus de lui.

HimChan, de son côté se reprenait peu à peu et se rendit compte de la situation. Mais au lieu d’être gêné, à son tour, il trouvait cette position plutôt confortable et n’osa pas bouger, de peur de briser ce moment doux, tendre…


Quelqu’un entra alors à ce moment-là…



***

Zelo s’était endormit sur le pont et quand il s’était réveillé, il s’était rendu compte qu’il avait attrapé un coup de soleil sur ses épaules dénudées qui étaient restées sans protection. Il s’était alors dépêché de rentrer à l’intérieur pour voir de plus près ses rougeurs. Il ouvrit la porte de sa cabine sans frapper et se stoppa à l’entrée. Il écarquilla les yeux. Baekho ? Et… HimChan ?


C’est quoi ce délire ? pensa le jeune homme.


Que Baekho et Himhan soient ensemble dans une seule et même pièce, il n’y a rien d’inquiétant. Que Baekho soit à moitié dénudé, ce n’est pas si dérangeant s’il n’y a pas de femmes. Mais que HimChan soit à moitié allongé sur un Baekho à moitié dénudé, là, c’est…surprenant.


Tandis que Zelo reprenait ses esprits, il s’excusa timidement et referma la porte aussitôt. Il se retourna et ne fit pas un pas qu’il se cogna contre le torse de…



-Hola, doucement petit !

Le matelot écarquilla les yeux…



Lui…



***


HimChan est sur moi…HimChan est sur moi…Zelo nous a vu, Zelo nous a vu !! Qu’est-ce que je fais ? aish… Qu’est-ce que je fais ?



Je suis sur Baekho…Je suis sur Baekho… Son ami nous a vu ! Son ami nous a vu !! Qu’est-ce que je fais ? Je me relève ? Je m’enfuis ? Non !! Je peux pas, bon sang !! haaa……


Les deux jeunes hommes relevèrent les yeux vers leur interlocuteur au même moment et furent captivés par la profondeur du regard de chacun.

Finalement, Baekho rompit l’échange silencieux et poussa le cuisinier sur le côté, et se releva. Durant un long moment, les deux matelots ne dirent mot. HimChan se leva alors, prétextant le déjeuner à préparer. Baekho n’eut même pas le temps de le retenir. Mais, ce n’était pas l’envie qui lui en prenait…


***


JongUp était allé jeter un coup d’œil aux cuisines pour voir si HimChan était revenu mais aucune trace de son ami. Il avait pourtant besoin de quelqu’un pour parler… Il se sentait si fatigué…si seul…si vieux… attendez… vieux ??? Non, non, pas JongUp !! Il devait se ressaisir !!

Il se dirigea d’un pas décidé vers l’habituel pont et prit un sabre au passage. Il commença à donner des coups dans le vide pour renforcer sa puissance de frappe et pour se faire suer comme il avait l’habitude de faire pour que son corps soit si bien taillé.

Après une bonne demi-heure à frapper avec conviction, le jeune homme s’arrêtait quelques secondes pour reprendre son souffle et se reconcentrer.

Tandis qu’il s’apprêtait à relever les bras en l’air, il sentit quelqu’un se coller à son dos et poser ses mains sur sa taille. Il sursauta doucement et voulu se retourner mais une voix le précéda.

-Tu ne devrais pas te tenir comme ça. Ça te fatigue plus vite alors que si tu te mets de profil tu as une force de frappe dix fois plus puissante.

-…HyunJoong ? murmura JongUp, décontenancé de la proximité et du geste plus qu’étrange du jeune homme.


Le naufragé plaça l’une de ses mains sur le bras de son camarade et lui fit faire de grands gestes, pour développer son agilité. Ce manège dura quelques minutes jusqu’à ce que HyunJoong s’écarte de son camarade de chambre pour se placer face à lui.

JongUp le regarda sans hésiter dans les yeux, essayant de déceler le moindre indice sur son comportement.

-Qu’est-ce que tu as à me regarder comme ça ? demanda le naufragé, d’un air blasé.

-…Pfff, laisse tomber. Lâcha le maître d’armes en se retournant.


Agacé, HyunJonng retint JongUp par le bras et le força à se retourner. Ils se retrouvèrent à quelques centimètres l’un de l’autre. Ils se regardèrent longtemps, se défiant mutuellement. Une étrange rivalité était née malgré eux entre les deux hommes. Alors pourquoi ressentaient-ils de l’amertume après chaque parole négative destinée à l’autre ?

JongUp se recula et reprit son sérieux. D’une allure froide, il fit signe à son camarade de cabine de reprendre ses activités. Il repartit en direction de sa chambre.

Arrivé à celle-ci, il se laissa tomber contre la porte et porta sa main à son cœur.


Pourquoi j’ai si mal ?


***


-Atchoum !!!


-Jae’ ? Tu as attrapé un rhume ? demanda Daehyun, d’un air inquiet.


-Mhh… Ce n’est rien… répliqua son amant en rangeant ses livres de médecine.


Le sous-capitaine le regarda, de plus en plus inquiet. Pourquoi son amour, son tout, sa vie, son Youngjae, qui est de plus son amant ne voulait-il pas prendre plus soin de lui ? Il pensait toujours à la santé de l’équipage mais jamais à la sienne.

Daehyun se leva de son fauteuil et s’approcha du médecin. Il encercla le torse de l’amour de sa vie et le serra très fort, comme pour le réchauffer.


-Youngjae, mon amour… Tu dois penser à toi, aussi ? D’accord ? Je ne supporterais pas de ne pas te voir au meilleur de ta forme… Je t’en supplie, fais-le pour moi.


Surpris par ces paroles, le plus jeune releva la tête et regarda avec des yeux mouillés son amant. Il venait de faire preuve d’une grande sincérité et ça le touchait beaucoup. Il prit le visage du sous-capitaine entre ses mains et doucement, il s’approcha de ses lèvres. Il les effleura d’abord puis accentua le baiser amoureusement. Daehyun répondit à cette action sans attendre.

Ils se séparèrent et se regardèrent passionnément. Oui, ils s’aimaient…


***

-Comment vous appelez-vous ? avait-il dit


-Tu le sauras tôt ou tard… avait-il répondu



Zelo n’avait pas vu son frère depuis un petit bout de temps et il avait très envie de lui parler, là, maintenant. L’histoire de l’homme à la voix grave le tourmentait tellement, qu’il fallait vraiment qu’il se change les idées !!

Il se dirigea vers la chambre de son aîné tout en chantonnant son air préféré.

Une fois arrivé, il frappa doucement et, n’ayant aucune réponse, il entra. Il entrouvrit la porte et découvrit son frère allongé sur le sol, endormit. Il se précipita sur lui, pensant qu’il lui était arrivé quelque chose. Il essaya de le réveiller.


JongUp ouvrit les yeux doucement et découvrit son jeune frère au dessus de lui, avec son air inquiet qui le faisait craquer. Il se redressa avec difficulté.

-Qu’est-ce qu’il se passe, mon petit Junnie ? demanda le plus âgé.

-C’est à moi de te poser cette question ! s’exclama JunHong, énervé. Je t’ai trouvé inconscient par terre, dans ta chambre et je me suis inquiété !! Et en fait, tu dormais ! pff.. Je vais faire une crise cardiaque un jour, moi ! continua le plus jeune en gonflant ses joues.


Amusé par le comportement de son frère, le maître d’armes caressa doucement les cheveux de Zelo en souriant. Il n’avait plus l’habitude que quelqu’un s’inquiète pour lui, à vrai dire… Finalement, heureusement que son cadet était venu…

JongUp ramena alors son frère dans ses bras et le serra très fort. Il ne voulait plus être seul…


-Hyung ? demanda le jeune garçon, surpris par ce geste affectif.


-Chut… murmura le maître d’armes.




Derrière la porte entrouverte, un homme à l’allure énervé se retira après avoir vu cette scène…



HyunJoong…