Newt et l'ordre (Partie 1)

par Katsu

Newton, ou plutôt Newt, n’était pas un enfant comme les autres. Contrairement à beaucoup d’autres, il était plutôt de nature calme et posée. S’il aimait bien rire et s’amuser comme tout le monde, il était souvent très sérieux. Il n’était pas d’ordinaire très sportif, mais il ne refusait jamais d’aller s’amuser à courir avec le chien du voisin. Ce qu’il préférait faire, c’était écouter la douce voix de sa mère lui raconter des histoires en attendant qu’il puisse lui-même dévorer les livres de sa bibliothèque.


Mais surtout, Newt aimait l’ordre.


On pouvait le constater à l’allure de sa chambre. À l’intérieur, chaque chose y avait sa place. Tous ses jouets étaient bien rangés dans des compartiments que, à la demande de Newt, le père de ce dernier avait installés dans le coffre à jouets qui trônait devant le lit. Ses nombreux modèles réduits étaient tous parfaitement alignés sur l’étagère que son père avait accepté de lui poser lorsque la surface de son bureau s’était avérée trop petite. Son entière collection de livre était parfaitement classé en ordre de genre et ensuite alphabétique. Newt avait même prit la peine de disposer ses vêtements de sa garde-robe d’abord selon la saison à laquelle ils correspondaient et ensuite regroupés selon leur couleur.


Aussi, même si on y entrait à l’improviste, jamais on ne pouvait voir quoique ce soit traîner sur le sol, sur son lit ou même sur son bureau. Si Newt sortait un jeu, un livre ou encore du papier et des crayons pour dessiner, il les remettait à leur place au moment même où il en avait fini. Ses parents n’avaient donc jamais eu à lui dire d’aller ranger sa chambre puisque celle-ci était toujours des plus impeccables. C’en était d’ailleurs parfois à se demander si c’était réellement un enfant qui y vivait. Les nombreux dessins d’enfants placardés au-dessus du lit et les sachets de bonbons cachés dans une boite sous le lit venaient cependant bien vite démentir cette supposition.


N’ayant ni frère, ni sœur et n’ayant pas eu beaucoup de contacts avec d’autres enfants de son âge, Newt ne s’était cependant jamais vraiment rendu compte de sa différence et de son semblant d’obsession pour l’ordre. Il n’avait jamais vraiment eu conscience du fait qu’il avait l’air d’être comme un adulte miniature.


« Newt! Dépêches-toi! On va être en retard pour ta première journée si on ne part pas dans cinq minutes! » annonça la voix du père de Newt à l’autre bout de la maison.


« Oui! » répondit l’interpellé avec sa petite voix fluette d’enfant.


Il accéléra aussitôt le rythme. Après avoir lacé ses souliers, il rangea rapidement mais avec soin le reste de ses effets scolaires dans son sac à dos rouge flambant neuf. Une fois prêt, il enfila son sac sur son dos et s’élança dans le couloir pour aller rejoindre son père qui l’attendait avec un sourire attendris à côté de la porte d’entrée.


Aujourd’hui, tout allait changer. La vision que Newt avait de lui-même et de l’ordre qu’il affectionnait tant allait se trouver modifié en tous points, parce qu’aujourd’hui, Newt entrait à la maternelle. C’est aujourd’hui qu’il allait se rendre compte que l’ordre était une chose bien difficile à préserver. Surtout lorsqu’on avait dans sa classe un enfant turbulent du nom de Minho.