chapitre 15 : libre

par Nobody

Chapitre 15 : libre

 

 

« Lâche ta baguette, où je tue Granger, je n’hésiterai pas ! » menaça Pansy.

 

Hermione écarquilla les yeux quand elle vit se dégager de Ron, une magnifique aura orange. Pansy la vit aussi et relâcha son attention, et son bras par la même occasion.

 

« Mais qu’est ce que… » commença t’elle.

 

Ron profita de son moment d’inattention pour attaquer la jeune fille.

 

« Stupéfix » hurla t’il.

 

Il était si près de Pansy, qu’elle s’écroula au sol sous l’impact, lâchant Hermione. Ron se précipita aussitôt vers elle.

 

« Ca va ? Tu n’as rien ? » demanda t’il avec anxiété.

 

« Je vais bien, le rassura t’elle, emmenons là, et allons prévenir McGonagall. »

 

« Que s’est-il passé ? J’ai profité du fait qu’elle relâche sa vigilance, qu’est ce qu’elle a vu ? »

 

« Je t’expliquerai plus tard » répondit-elle.

 

Hermione eut un petit sourire. Elle lui expliquerai un jour peut être, les auras et les âmes sœurs. Son cœur débordait de joie, Ron l’aimait plus que tout au monde, elle venait d’en avoir la preuve, rien ne pouvait lui faire plus plaisir.

 

 

Les deux hommes se regardaient en chiens de faïence. La tension était palpable. Harry s’était précipité aux cotés de Drago qui se remettait difficilement de la torture infligée par son père.

Lucius et Sévérus ne se lâchaient pas du regard. Aucune émotion ne se lisait sur leurs visages, aucun bruit ne se faisait entendre autour d’eux. Le temps semblait avoir suspendu son vol. Ils étaient dans une bulle, que rien hormis la mort, ne pouvait briser.

Soudainement, les deux hommes levèrent leurs baguettes en même temps. Et dans un seul souffle ils prononcèrent le sortilège impardonnable.

 

« Avada Kedavra ! »

 

Le rayon vert qui jaillit de leurs baguettes, les percuta dans un même ensemble, parfaitement synchronisé. Ils s‘effondrèrent sur le sol. Drago se jeta aux cotés de son parrain, espérant encore que celui-ci allait survivre. Mais l’obscurité voilait déjà le  regard de Sévérus, le professeur de potion s’éteignait doucement. Son filleul lui prit la main.

 

« S’il te plait, ne meurt pas. Ne me laisse pas seul » l’implora t’il.

 

« Dra… Drago, tu n’es pas seul, les auras… » murmura Sévérus.

 

Harry mit un genou à terre, et étendit sa jambe plâtrée devant lui. D’un geste tendre, il mit sa main sur l’épaule de Drago, lui apportant un maigre réconfort. Sévérus regardait à présent les étoiles, sa respiration se faisait plus lentement.

 

« J’espère que… »

 

Mais, il ne put finir la fin de sa phrase, son regard resta fixé sur les étoiles. Il venait de mourir.

Des larmes jaillirent des yeux de Drago, un hurlement silencieux montait le long de sa gorge, une grimace de douleur tordait sa bouche. Harry le prit dans ses bras, et Drago s’accrocha à lui, comme un marin à sa bouée de sauvetage.

Il ne parvenait pas à y croire. Ce n’était pas possible, puis il regarda une dernière fois son parrain, et l’horreur de la situation lui sauta au visage. Il comprit enfin que plus jamais Sévérus ne lui parlerait, plus jamais il ne le prendrait dans ses bras. Alors il hurla dans la nuit. Il hurla son désespoir aux étoiles, il hurla tel un loup blessé. Puis il secoua Harry.

 

« Dis-moi que ce n’est pas arrivé ! S’il te plait, dis-moi que tout ceci n’est pas réel ! Je t’en prie… »

 

Sa vois se brisa sur se dernier mot.

 

« Je suis désolé, mon amour, je suis tellement désolé » murmura Harry.

 

Drago pleurait à s’en fendre le cœur. En l’espace de peu de temps, il venait de perdre les deux personnes qui comptaient le plus à ses yeux : sa mère et son parrain. Harry lui caressait tendrement les cheveux, lui murmurant des paroles réconfortantes. Le brun savait que le deuil serait difficile pour Drago, comme ça avait été difficile pour lui, à la mort de Sirius. Mais le Serpentard ne serait pas seul, Harry l’épaulerait, il l’aiderait à surmonter son chagrin.

 

McGonagall arriva, talonnée par Ron et Hermione. Ils avaient laissé Pansy au château sous la garde de Tonks.

 

« Par merlin, que s’est-il passé ? » demanda-t-elle, une main posée devant sa bouche.

 

Harry s’était relevé, tenant Drago dans ses bras, le blond se laissait faire, il ne cessait de pleurer, sous le regard empli de peine des Gryffondors. Harry fit un bref résumé de la situation, expliquant la présence de Lucius, et l’acte courageux de Sévérus.

McGonagall se pencha sur M. Malefoy avec une grimace de dégout profond, et elle constata son décès. Puis elle s’approcha de Rogue, elle lui ferma délicatement les yeux, et quelques larmes s’échappèrent des siens.

Grace à l’aide de Ron et d’Hermione, elle ramena les deux corps au château, puis elle envoya un hibou au ministère, afin que des aurors viennent récupérer la dépouille de Lucius.

 

Pas une seule fois Drago n’eut un regard pour son père.

 

Les mois passèrent, le printemps puis l’été succédèrent à l’hiver. Le corps de Rogue, à la demande de McGonagall, reposait à présent aux cotés de Dumbledore.

Les examens des ASPICS s’étaient déroulés à Poudlard amenant leurs lots de crises de nerfs, et de révisions de dernières minutes.

 

Au Terrier, Hermione faisait les cent pas dans le jardin des Weasley, en se rongeant les ongles, et en marmonnant dans sa barbe des mots sans suite. Ils attendaient tous fébrilement leurs résultats à leurs examens.

 

« Arrête Hermione, tu me donnes le tournis ! » s’exclama Blaise.

 

« Excuse moi, mais je suis nerveuse, je suis sûr de m’être trompée sur ma dissertation en histoire de la magie »

 

Ron se leva et passa un bras autour de ses épaules, stoppant ainsi les allers-retours de son amour.

 

« Et moi je suis sûr que tu auras la meilleure note dans toutes les matières. » la rassura t’il.

 

Elle leva la tête vers lui, et il déposa un léger baiser sur ses lèvres.

 

Harry sortit de la maison, suivi de Ginny qui apportait des boissons pour tout le monde.

 

« Où est Drago ? » demanda Harry à Blaise.

 

Celui-ci lui montra la colline qui surplombait la maison des Weasley. De loin, on distinguait vaguement la silhouette du jeune homme.

 

« Il est là bas »

 

Harry entreprit de gravir la butte pour rejoindre celui qu’il aimait.

 

« Quelque chose te tracasse ? »

 

Drago leva les yeux vers lui, ils étaient encore humides. Harry s’assit alors à coté de lui, passant son bras autour de sa taille.

 

« C’est mon parrain, il me manque. Le plus souvent, ça va bien, mais des fois, c’est plus fort que moi, je ne fais que penser à lui. » murmura t’il.

 

« Je sais ce que tu veux dire » lâcha Harry.

 

« Tu te souviens, dans la cabane, la dernière fois qu’on est venu ici » continua t’il.

 

Drago le regarda, ne voyant pas où le brun voulait en venir. Bien sûr qu’il se souvenait de la cabane, c’était la première qu’ils avaient fait l’amour, comment oublier ?!

Il encouragea Harry à poursuivre.

 

« Tu m’as demandé ce qu’il restait de nous, à l’époque je ne savais pas quoi te répondre. Maintenant je vais te le dire : il nous reste deux choses. L’amour et l’avenir. » déclara t’il.

 

« Je t’aime Drago, veux tu d’un avenir avec moi ? » demanda t’il.

 

Pour toute réponse, Drago se pencha sur lui, et captura ses lèvres dans un baiser. Lorsqu’ils se séparèrent, on pouvait voir briller dans leurs yeux une flamme violette, promesse d’un amour éternel.

 

                                                                                                          FIN.

 

 

NDA : Voilà c’est la fin, merci d’avoir partager ce moment avec moi. J’espère que cela vous a plu. Biz. A plus pour de nouvelles aventures.