encore plus de questions

par lelaï

Après quelques minutes supplémentaires, Drago avait fini par se lever et était parti sans prononcer un mot. Je me levai moi-même peu après pour aller me coucher. Dans le couloir, Mardor et Ore qui semblaient paniqués, écarquillèrent les yeux à ma vue.

-Où est Drago ?

-Pourquoi t'es toujours là où tu ne devrais pas être ? Vis ta vie et arrête de fourrer ton sale bec dans les affaires des autres !

-Drago est parti y'a cinq minutes.

-Il allait bien ? Là c'était un serpentard que je n'avais encore jamais vu avec eux qui venait de parler. Grand, fin, des cheveux long et attachés en queue de cheval, il semblait infiniment plus humain que les deux idiots .

-Bah, à la base nan pas trop mais en partant il allait suffisament bien pour marcher droit je crois.

-C'est maudit Potter ?!

-De quoi il se mêle ce gosse..!

-Il fait partis de ma maison et il agit pour ce qu'il pense être le bien commun alors faites un minimum attention avec vos mots espèces de monstres!

Je me tournai vers le troisième type qui me sondait en fronçant les sourcils. Il m'attrapa subitement la main et m'entaîna derrière lui.

-Suis-moi, faut qu'on parle.

-ahhhh ...

Dites-donc il a de la poigne lui…

Il nous amena quelques couloirs plus loin puis me força à m'assoir face à lui à même le sol.

-.. Que veux-tu de Malefoy ?

-…Attend, quoi ? Comment ça qu'est-ce que je veux de lui ?

-T'es une griffondor et soudainement, t'es tout le temps fourrée dans les pattes de mon pote. On sait très bien tous les deux ce que tout le monde pense de lui, et surtout vous. Alors t'as intérêt à avoir une explication. Et une bonne.

Intriguée, j'observai ce qui semblait être le seul être vivant de cette planète qui affirmait être "pote" avec Malefoy. Ces yeux étaient remplis d'inquiétudes et des cernes - certe moins profondes que celles de Drago - les entouraient, prouvant de longues nuits d'insomnies. Décidant que ce garçon n'était pas mauvais, comme si elle le sentai au fond d'elle-même, elle décida de lui parler honnêtement.

-Je m'appelle Amy. Je ne sais pas trop quoi te dire en fait. Malefoy...il m'a toujours détesté je crois..

-Oui je sais qui tu es, ma maison t'a toujours cherché des noises et tu me faisais déjà pitié en première année.

-ah... le truc c'est que... il y a quelques semaines, il m'a filé un coup de main et…

-ah l'histoire d'Ore et Mardor ? J'étais là quand il a pété un câble, c'est là que j'ai commencé à me poser des questions.

-quand il a pété un câble? répétai-je, surprise.

-ouai, un soir je l'ai croisé dans un couloir, il semblait comme fou à tel point que j'ai eu peur et je l'ai suivi. Il a soudainement vu Ore et il s'est approché de lui en lui demandant s’il s'était passé quelque chose avec toi. Ore c'est marré et c'est mis à parler de tes sous-vêtements ou un truc comme ça j'ai pas bien pigé, mais Drago l'a envoyé valser contre un mur et il l'a menacé de le faire souffrir comme jamais s'il te rapprochait encore. Et il lui a jeté un sort qui créait une tâche verte sur son visage si jamais il te touchait.

Ah.Ça répond à plusieurs de mes questions. Ça devait s'être passé juste après que je l'ai menacé avec ma baguette. Mais pourquoi m'aider ?

-Amy, je connais Drago depuis qu'on a six ans. On a pour ainsi dire grandi ensemble. Et je peux te dire que sa vie c'est pas la joie. Son père est tout le temps sur son dos, il est sans arrêt écartelé entre sa mère trop aimante et son père. Mais il n'a pas un mauvais fond. Du coup je tiens à savoir, t'es qui exactement ? Car là, il subit une énorme pression, que tu ne peux même pas imaginer. Je veux savoir ce qui le rapproche de toi, je ne comprends pas.

-…hum, je ne suis pas grand-chose en fait. C'est juste que...cette année, j'ai tellement cette impression de souffrance quand je le regarde. Je n'arrive pas à l'ignorer et pourtant je l'ai haït tu ne peux même pas savoir à que point.

Très étonnée, je n'arrivai pas à traduire ce que je ressentais. Mon cœur battait si fort. Merde. Il fait chaud.

Le type se mis soudain à me sourire.

-Aller respire c'est bon. Y'a pas d'lézard. On est du même bord.

-...C'est quoi cette...pression qu'il subit ?

-Désolé vaut mieux que tu saches pas. Tout ce que je peux te dire, c'est que je suis contre et que je sais que derrière ses idées brumeuses de respect des ordres et surtout de respect envers son père, Drago est contre aussi. Aller à plus chérie ! conclu-t-il avec un clin d'œil.

Je ne comprends plus rien, chantonnai-je intérieurement en allant me coucher.

-AAaahh... !!!!!! hurlais-je en tournant dans le couloir de mon dortoir. Monsieur ...?

Dumbledore se trouvait face à moi. Je suis si fatiguée…

-Je vous prie de m'excuser mademoiselle Martin, mais je pensai que nous pourrions parler un peu tous les deux.

-Pas de problème monsieur le directeur…

-Marchons un peu. Alors, avez-vous pensé à notre dernière conversation ?

Je soupirai.

-Par rapport à Drago? Honnêtement je suis un peu perdue. J'ai rencontré un ami à lui. Je ne savais pas que Malefoy avait un ami aussi proche.

-Vous parlez surement de monsieur Jeil. Ils sont en effet très proche. Surement le seul ami sur qui il pourrait se reposer s'il le voulait.

-J'en ai eu l'impression. Mais alors, le Drago explosif qui se bat avec Potter, qui attaque tout le monde, et nous méprise, ce n'est qu'une image ?

-Pas complètement, je dirai même que lorsqu'il explose, il est vraiment lui-même. Au contraire, c'est quand il agit sans poser de question qu'il faut se méfier et faudrait creuser plus profond. Je pense qu'Harry le force à sortir de ses gonds en lui montrant certaines vérités qu'il voudrait oublier.

-Ah, monsieur, je voulais vous demander, hum depuis quelque temps, j'ai des sortes d'absences. Ca commence à m’inquiéter et je ne pense pas que ce soit d’ordre médical. C’est très étrange… Un peu comme si certaines choses me paraissait terriblement …familière ? Je ne saurais mettre de mots sur tout cela…

-Ne vous inquiétez pas de cela, je vous expliquerai en temps voulu.

-ah...Et vous, vous connaissez cette fameuse pression dont Jeil refuse de me parler? Parce que je suppose que vous savez tout des conversations de qui-que-ce soit dans cette école…

Je le vis sourire mystérieusement sans répondre.

-OK, vous savez. De toute façon, je ne vois pas pourquoi je m'implique autant dans ses problèmes, ça ne me regarde pas. Bonne nuit professeur.

Je m'éloignais et au moment où j'allais dire le mot de passe pour entrer dans mon dortoir, le directeur me héla :

- Melle Martin ! Je suis content, vous avancez.

Et il disparut. Cette année se transforme petit à petit en puzzle. Et je suis dans le flou total.