Chapitre 17: Épilogue

par Ansha

Chapitre 17: Epilogue

L'appréhension se lisait dans les yeux d'Harry. Assis en tailleur sur son lit, il observait le coussin posé devant lui comme s'il était une sorte de créature étrange indomptable. Hermione s'était installée dans un fauteuil un peu en retrait et attendait que son ami trouve le courage pour lancer un sortilège. Elle lui avait conseillé de commencer doucement et ils s'étaient mis d'accord sur le sortilège de lévitation.

- Et si cela ne fonctionne pas ?

- Tu ré-essaieras jusqu'à ce que tu y arrives, soupira Hermione. Concentre-toi, simplement.

Il reporta son attention sur le coussin et leva sa baguette.

- Wingardium Leviosa, prononça-t-il clairement en exécutant un geste parfait du poignet.

Le coussin s'éleva au-dessus du couvre-lit au grand soulagement des deux Gryffondor.

- Bien. Essaie d'autres sortilèges basiques.

Avec un sourire, il utilisa le sortilège de répulsion pour envoyer le coussin à la figure d'Hermione. Elle amorça un geste pour le récupérer et lui renvoyer, mais il la devança d'un accio. Ils continuèrent à se chamailler en riant, soudainement libérés d'un poids pesant.

- Stop, capitula Hermione. Il est clair que tu n'as aucun mal à effectuer ce genre de sortilèges alors... Passons au stade supérieur.

Elle lui adressa un sourire de défi en jouant avec sa propre baguette. Son ami ne se laissa pas démonter.

- Je marche. Le jardin ?

Hermione acquiesça et tous deux dévalèrent les escaliers pour sortir de la maison. Ils savaient que le jardin était, comme la maison, protégé magiquement par des enchantements. Ils pouvaient donc effectuer toutes sortes de sortilèges sans que quelqu'un ne détecte la magie employée en ces lieux.

- Vas-y, lance moi un sortilège de désarmement.

Elle croisa mentalement les doigts pour qu'Harry n'ai pas déployé de blocage sur les sortilèges de combat. Dans tous les cas, il semblait très motivé pour réussir.

- Expelliarmus !

Hermione eut juste le temps d'ériger un bouclier pour absorber le sortilège, mais elle recula d'un pas sous l'impact. Son ami affichait un sourire satisfait qui la aussitôt répliquer :

- Stupéfix !

Le sortilège se désintégra au contact du bouclier d'Harry qui l'attaqua aussitôt avec un maléfice du Bloque-Jambes. Ils continuèrent à se battre amicalement pendant une bonne partie de l'après-midi, et Hermione en profita pour lui apprendre les quelques sortilèges intéressants qu'elle-même avait appris au centre d'entraînement de la Résistance.

- C'est efficace, en tout cas, commenta Harry.

- Encore heureux. Je n'ai jamais passé un été aussi éprouvant. Même si cela valait le coup, je peux te dire que l'on a sué sang et eau. Mais on a bien rigolé quand même, dit-elle avec un sourire nostalgique.

- Il te manque, hein ?

La jeune fille n'eut pas besoin de le questionner pour savoir de qui il voulait parler. Elle hocha simplement la tête, la gorge trop nouée pour parler. Pendant ces derniers mois, elle avait soigneusement évité de penser à Ron et à ses sentiments envers le jeune homme. C'était bien trop dur de le savoir loin d'elle, probablement en danger, alors que leur relation venait à peine de décoller.

- Moi aussi, avoua-t-il. J'ai hâte de revoir les autres.

- Tu te sens prêt ?

Il haussa simplement les épaules.

- Je ne sais pas... D'un côté, je me bien mieux qu'avant. Physiquement, à part quelques kilos en moins, je n'ai plus de séquelles. J'arrive à penser à ma captivité sans m'effondrer...

- Mais ? L'encouragea Hermione.

- Mais je suis effrayé, dit-il en shootant dans un caillou. J'ai peur de faire une rechute, de perdre le contrôle sur mes sentiments et de revivre ces crises...

- Pourquoi ? Cela fait plusieurs semaines que tu n'en as pas eu.

- Ici, c'est facile. La vie est tranquille. Mais lorsque l'on retournera en Angleterre, qui te dit que lorsque je croiserais un Mangemort ou Lui, je ne referais pas de crise ?

- Je ne peux pas te promettre que rien ne se passera. Je n'en sais rien. Mais c'est normal que tu doutes, Harry. Un tel traumatisme ne s'efface pas en quelques mois. Ta captivé aura probablement un impact sur ta vie pendant longtemps... Mais tu es assez fort pour surmonter ces épreuves, j'en suis persuadée. Ne laisse pas tes doutes te freiner, Harry.

Elle pouvait lire sur le visage de son ami la bataille que se livrait son esprit, tiraillé entre ses craintes et ses paroles rassurantes.

- Ne t'inquiète pas pour cela, maintenant. On n'est pas encore en Angleterre. Mais si tu veux, avant de contacter Kingsley, on fera un test. Je pense que la destruction du Médaillon de Serpentard peut en constituer un bon.

- Tu as raison. Si je peux affronter un morceau de l'âme de Tu-Sais-Qui et le détruire sans réaction étrange, je peux rejoindre la guerre. Sinon...

- Je serais présente pour nous débarrasser de l'Horcruxe et on prolongera ton séjour ici, compléta-t-elle. Cependant, je doute qu'on en arrive là.

- Tu y crois vraiment ? Demanda-t-il d'une voix timide.

- Je crois en toi, Harry, dit-elle fermement. Sinon, je ne serais pas ici. Et par ici, je ne parle pas de cette maison, mais de cette guerre.

- Je me demande bien pourquoi... Marmonna-t-il en partant vers la maison.

- Justement, répondit-elle en partant dans son sillage. La voilà, la raison.

- Tu es certain de vouloir le faire ?

- Plus que certain. Cela ne sert à rien de reculer éternellement.

Les deux Gryffondor avaient pris possession du grenier de la maison en vue de détruire le Médaillon de Serpentard. Les Tonks, sous les conseils d'Hermione, étaient sortis pour la matinée. L'Horcruxe avait été posé sur le plancher, au milieu de la pièce, juste devant Harry qui tenait dans sa main l'Epée de Gryffondor.

- Tu sais ce qu'il va se passer en l'ouvrant ?

Hermione secoua la tête de gauche à droite. Harry prit une grande inspiration.

- Ouvre-toi, siffla-t-il au médaillon en Fourchelangue.

Les volets du médaillon s'ouvrirent à l'ordre d'Harry avec un léger clic alors qu'Hermione se tenait prête à intervenir. De là où elle était, elle pouvait distinguer un œil sombre qui cligna brusquement, la faisant sursauter. Harry fixait l'intérieur du médaillon, incertain.

- Frappe, Harry, l'encouragea nerveusement la jeune fille.

Harry leva l'épée au-dessus de sa tête, une goutte de sueur perlant sur son front, mais il semblait incapable de faire un geste de plus.

- Harry ? Transperce-le, vite !

Une voix sifflante s'éleva de l'Horcruxe :

- Harry Potter... Nous nous retrouvons encore...

- Harry !

- Je lis dans ton cœur et dans ton esprit. Oh, quelle douce victoire de te voir ainsi.

- Harry. Ne l'écoute pas. Il veut te déstabiliser, le supplia Hermione.

L'Épée tremblait entre les mains du jeune Gryffondor, mais il ne fit pas mine de la baisser.

- Je sens tes doutes... Tu penses être faible... Et tu as parfaitement raison. Peu importe ce que peuvent te dire les autres... Tu es devenu inutile pour tes amis et ceux qui croient en toi

Les yeux verts plongés dans le regard sombre de son ennemi se voilèrent quelques secondes.

- Je t'en prie, Harry, ne l'écoutes pas !

- Et pourquoi te battrais-tu pour eux ? Tu n'es qu'une arme, tu n'as toujours été qu'une arme. Une arme brisée qu'ils s'évertuent à remettre sur ses pieds pour l'envoyer en première ligne. Pourquoi risques-tu ta vie pour ces gens ? Tu ne leur dois rien !

Harry sembla reprendre conscience car il raffermit sa poigne sur la garde de l'épée et l'abattit de toutes ses forces sur le médaillon. Un fort bruit mécanique se répercuta comme un écho dans la pièce alors qu'un long hurlement sortait de l'Horcruxe. Puis, soudainement, la voix se tut et le silence reprit ses droits.

Hermione jeta un regard incertain à son ami qui fixait toujours le médaillon, la respiration saccadée.

- Ça va ?

- Je crois, murmura-t-il.

- L'Horcruxe... Ce qu'il a dit...

- Je sais Hermione, la rassura-t-il avec un sourire un peu tremblant mais sincère. Il voulait me blesser, rien de plus. Je commence à connaître sa façon de faire.

Hermione posa les yeux sur l'Horcruxe détruit à leurs pieds. Les deux ovales de verre avaient été fracassés par la lame et les yeux de Tom Jedusor avaient totalement disparu. Le médaillon laissait échapper un mince filet de fumée

- Plus qu'un... Lâcha Hermione avec un soupir.

Harry se tourna vers la jeune femme.

- Je ne te l'ai jamais dit, mais merci.

Hermione fronça les sourcils.

- D'avoir continué la chasse aux Horcruxes et de l'avoir mené à bien, précisa-t-il.

- Je n'étais pas seule...

- Je le sais. Mais sans toi, nous n'en serions pas là. A deux doigts de pouvoir le vaincre.

L'étincelle de détermination était revenue dans le regard émeraude d'Harry, cette étincelle qu'elle n'avait pas revu depuis Grimmauld Place. Elle ne savait pas si cela l'effrayait ou la remplissait d'espoir, mais son ami semblait de nouveau prêt à surmonter les nouveaux obstacles que le destin ne se gênerait pas à mettre sur son chemin.

- Contacte Kingsley. Je dois lui parler, annonça-t-il.