Le cauchemar commence...

par soundgirl

Chapitre 2


Désolée pour le temps que j'ai mis à taper ce chapitre!j'était un peu surmenée ces temps-çi! ^^'





Albus ouvrit un oeuil, puis deux.La lumière du soleil matinal éclairait doucement le dortoir des Griffondors. On pouvait apercevoir le lac par la fenêtre et les montagnes vertes. L'air était frait au dehors car une fine pellicule de buée s'était déposée sur les carreaux. Albus regarda autour de lui. Les élèves dormaient paisiblement et le seul bruit perceptible était le ronronnement du poele au centre de la pièce et celui du siamoi de Scorpius qui dormait près de son maître. Albus jeta un regard au garçon. Il dormait profondément et seules quelques mêches blondes dépassaient de la couverture. Soudain, un cliquetis discret retentit sur la table de chevet d'Albus et une voix masculine et autoritaire s'éleva.

- Engagé Albus Potter! il est temps de vous lever!

Des grognements éxcedés s'élevèrent du dortoir.

Albus se tourna vers la cause de ce raffut, qui n'était autre que son réveil ensorcelé. Posé sur la petite table de bois, le réveil se dressait fièrement et une fente qui lui servait de bouche s'ouvrait au milieu du cadran.

-Merci...dit Albus d'un ton ensommeillé, je vais me lever.

-J'éspère bien!!!!!

-Non....grommela un élève, faîtes le taire...

-On veut dormir!

Mauvaise réponse. Le réveil avait un sacré fichu caractère, et Albus se boucha les oreilles en prévision de ce qui allait suivre.

-HORS DE QUESTION!!!!!! LEVEZ VOUS BANDE DE FENEANTS!!! VAIS VOUS APPRENDRE, MOI!!!! VOUS N'ETES PLUS CHEZ MEME!!! ALORS LA RIGOLADE C'EST TERMINE!!!! BANDE DE PETITS DELIQUANTS JUVENILES MULTI-RECIDIVISTES!!! TETES DE SNARGALOUFS!!!!!

Albus se leva d'un bond et baillona tant bien que mal le réveil-matin qui continuait de déverser sa bile et son venin sur les autres occupants du dortoir. Il l'attrappa et lui siffla "la ferme" avant de l'enfermer dans son sac et d'y jeter un assurdiato.

Les élèves étaient parfaitement réveillés à présents et Albus vit des regards réprobateurs. "Ca commence bien..." pensa le jeune garçon en s'habillant.

-Salut! lui dit Scorpius qui attachait ses cheveux.

-Salut.

-Sympa ton réveil. dit l'enfant avec un sourire amical.

-Tu trouves aussi? il est caractériel mais on finit par s'y attacher.

Les deux garçon rirent ensemble.

Une fois descenduts dans la salle communne, ils virent Rose qui discutait avec une jeune indienne aux yeux d'un bleu étonnant. La jeune fille leur sourit et salua son amie avant de les rejoindre.

-Bonjour! vous avez mis vos uniformes correctement? c'est bien! on va manger, il ne faut pas être en retard au premier cours de l'année!

-Oui, maman. lâcha Albus en souriant d'un air éspiègle.

Rose lui jeta un regard menaçant.

-Pardon?

-Heu...non rien! dit précipitamment Albus qui redoutait par dessus tout les colères de sa cousine.

Rose faisait partie de ces filles au caractère bien trempé qui n'admettent pas la contradiction. Même James avait tendance à filer doux devant elle. Scorpius les regarda successivement et lorsque Rose tourna les talons, Albus lui murmura:

-Mieux vaut te prévenir tout de suite. Avec Rose, il y a une seule et unique règle d'or: ne la met pas en colère.

-Je m'en souviendrai.

Il descendirent dans la salle communne et rejoignirent la table des Griffondors. James et ses amis étaient déjà là et parlaient à voix basse. Le jeune garçon salua Rose qui s'assit en face de lui et fit un signe de tête à Albus et Scorpius.

-Je t'assures! ça va être dément! dit James, c'est l'idée de l'année!

-Mouais. dit Peter, t'es sur d'être capable de jeter les sorts nécéssaires?

-Mais oui! le plus gros du travail sera de faire le repérage! de tout explorer et de tout noter! pour les sorts, même Holloway en serait capable!

-Holloway? t'y vas fort James!

-Bon ok,tout le monde sauf Holloway en serait capable!

Malian eut un sourire charmant qui découvrit sa dentition parfaite et hocha la tête en chassant les mêches dorées qui lui tombaient devant les yeux.

-Je te suis James! dit-il, comme toujours!

-Moi aussi! dit Jesse, il faudrait être fou à lier pour refuser un projet pareil quand on sait comment faire!

-Qu'est ce que vous complotez? demanda Albus d'un air soupçonneux.

-Malian veut épouser Graup et on prépare la liste de mariage! répliqua James, agacé.

-Maman ne veut plus que tu fasses de bêtises! quand elle avait reçu la lettre de Mc Gonagall l'année dernière, elle était furieuse!

-Ce n'étaient que de tout petits strangulots. ricana Peter.

-Petits mais agressifs! rappella Jesse, j'avais eu un mal fou à les faire rentrer dans le chaudron du prof!

Albus se détourna de la conversation avec un sifflement irrité. Les frères étaient des plaies. Et James plus que tous les autres. Pourquoi? qu'avait-il fait pour mériter ça? Il fut tiré de ses pensées par un bruit d'ailes venant du plafond.

-Ah, les hiboux!

Une multitudes d'oiseaux de toutes taille et de toutes couleurs venaient de pénetrer dans la grande salle à grand renfort de hululements. Un vieux hibou au plumage de travers se détacha du lot et s'approcha de Rose.

-Voilà Hérol!

Le volatile amorça sa descente mais celle-çi se transforma vite en chute libre. Rose blêmit et bafouilla:

-Hérol! Hérol! stop!!

Le hibou tomba comme une pierre et s'écrasa dans le plat de porridge, en projetant son contenu un peu partout. Des élèves éclatère de rire, d'autres se contentèrent de pouffer en silence. Rose jeta un regard désespéré au vieil oiseau qui poussa un hululement affectueux quand elle lui prit la lettre du bec.

-C'est une lettre de maman! dit-elle joyeusement.

Albus sourit et attrapa son hiboux roux qui lui pinça légerement le doigt. Il ouvrit l'enveloppe et prit la lettre. Elle sentait les fleurs, comme sa mère. L'écriture était fine et un peu penchée.


Albus chéri,

Félicitation pour ton entrée à Griffondor!

Nous sommes tellement fiers de toi! ton père était aux anges quand nous avons reçus ta lettre hier soir!

J'éspère que ta première rentrée s'est bien passée!

Nous t'aimons fort, mon amour!

Maman.

PS: ne t'approches pas de Peeves, reste loin de la forêt interdite et écoute bien en cours!


Albus relut la lettre une deuxième fois et la montra à Rose. Elle aussi avait reçu une lettre du même type. Scorpius les écouta sans rien dire et pensa avec amertume, qu'il pleuvrait des bombabouses le jour où il recevrait une lettre comme celle-çi. Soudain, un grand duc sombre piqua vers l'enfant et se posa avec majesté sur la table.Il posa une enveloppe verte pâle sur la table et décolla immédiatement. Scorpius la prit d'une main tremblante. Elle portait le sceau des Malefoy. Aussitôt qu'elle sentit le contact de sa main, la lettre se mit à trembler.

-Oh, non...gémit Scorpius, pas ça....

-C'est une beuglante! dit James.

-Il paraît que plus tu attends, plus le niveau sonore monte! dit Peter, ouvre la vite!

Scorpius déglutit et défit le cachet.

Aussitôt la lettre se dressa dans les airs et frémit comme un ténor qui prends une inspiration.

-SCORPIUS!!!

Le garçon frémit quand il entendit la voix magiquement amplifiée de son père. Albus lui posa la main sur l'épaule.

- JE SUIS INDIGNE!!! GRIFFONDOR!! QUELLE...HONTE!! JAMAIS VU CA!!! TU DESHONORE LA FAMILLE!! TA MERE EST EFFONDREE!!! QUANT A MOI JE N'AI JAMAIS ETE AUSSI DECU!! TU ME DESOLE SCORPIUS!!! ET JE T'INTERDIS D'ADRESSER DE NOUVEAU LA PAROLE AU FILS POTTER!!! TU M'AS BIEN COMPRIS?!!! NOUS PARLERONS DE TOUT CELA QUAND TU RENTRERAS AU MANOIR!!

La lettre trembla puis s'éffritta avant de tomber en confettis sur le sol de la grande salle, silencieuse. Tous les regards étaient tournés vers Scorpius. Celui-çi était blême regardait le sol. Il tremblait.

Rose lui demanda d'une voix inquiète et compatissante:

-Scorpius? est-ce que ça va?

Le garçon hocha la tête raidement.

-Pas...vraiment...

Des rires s'élevèrent de la table des serpentards. James jeta un léger regard entendu à Malian et ils sortirent discrètement leurs baguettes. Une ou deux incantations plus tard, et les serpentard s'enfuyaient de la table après que les soupières leur aient sauté dessus avec sauvagerie.

Rose s'adressa à Scorpius.

-Je suis désolée...je...

Scorpius l'interrompit de la main et se força à sourire.

-Ne t'inquiètes pas. Entre nous, mon père et ses crises de nerfs, je commence à m'y habituer!

-Ca veut dire que tu ne vas pas nous renier? demanda Albus avec humour.

-Si tu dis encore ce genre de bêtises, peut-être bien que si...

Albus retint un rire et les enfants se levèrent. Le première cours de la matinée était le cours de métamorphose. Quand ils pénetrèrent dans la classe, ils constatèrent qu'ils étaient seuls à l'exception d'un chat tigré au regard perçant. Ils s'assirent côte à côte et attendirent.

-Le prof est absent? finit par demander Albus au bout de dix minutes alors que les autres élèves s'étaient installés.

-Panne de réveil? hasarda Rose.

-On lui fait peur peut-être...

A ces mots, le chat tourna la tête et bondit du bureau d'un geste souple. Ses contours se transformèrent et le professeur Mc Gonagall s'arrêta devant Albus.

-Croyez bien que je n'ai pas peur monsieur Potter, j'ai déjà eu des générations d'élèves dont certains étaient bien plus terribles que vous...

Albus rougit de honte mais le professeur sourit avant de retourner à son bureau. Le cours du jour consistait à transformer une noix en scarabée. Tâche ardue pour de jeunes sorciers tels que Rose ou Albus. Le garçon agita sa baguette et la noix bondit sur place. Albus se pencha et constata avec horreur qu'elle avait désormais des antennes. Rose avait eu à peu près le même résultat.

-La barbe...souffla Albus, une noix à antennes, t'as déjà vu plus pitoyable?

Rose hocha la tête, l'air grave. Scorpius n'avait pas encore éssayé et se contentait de regarder ses amis. Puis il prit délicatement sa baguette et sembla hésiter.

-Vas-y! dit Rose.

-Allez! j'éspère que ce sera mieux réussi que nous!

Scorpius fit une élégante courbe avec sa baguette et soudain avec une étincelle violette, la noix se transforma en un magnifique scarabée aux couleurs chatoyantes. Il ouvrit ses élitres brillantes et décolla en faisant le tour de la classe. Mc Gonagall se tourna vers Scorpius et hocha la tête d'un air satisfait en disant;

-Parfait monsieur Malfoy! ce sera 10 points pour Griffondor!

Albus lui tappa dans le dos et Rose sourit. Dix points dès le premier cours!

L'heure se finit joyeusement et les enfants sortirent en parlant. Scorpius avait réussis à transformer une pierre en colibris et Mc Gonagall avait été très enthousiasmée par ses performances. Brillant. Il était tout simplement brillant.

Ils grimpèrent au deuxième étage, dans la salle de la "célèbre" Luna Lovegood. Professeur connu par tous les élèves de l'école comme la plus dérangée depuis des générations. Même Sibylle Trelawney était loin derrière. Une fois, elle avait fait exploser sa classe en ramenant de chez elle une corne d'éruptif tout en prétendant qu'elle appartenait à un Ronflak cornu albinos. Personne n'avait été blessé, fort heureusement, mais la réputation de Luna avait fait le tour de Poudlard...

Quand ils pénetrèrent dans la salle de classe les enfants restèrent immobiles, la bouche entrouverte. La pièce était située en haut d'une tour, et donc percée de multiples fenêtres. Le désordre ambiant était impressionant et Albus siffla quand il remarqua tout les objets qui trainaient partout. Des perles, du tissu, des dessins d'animaux inconnus, une griffe de...enfin,une griffe, et des livres,des papiers, des parchemins, des flacons, des plumes,des encriers, des choses non-identifiées,un scrutoscope, un miroir craquelé, des tasses à thé, un bol ébréché...faire la liste complète aurait été trop long. Et derrière les montagnes vertigineuses de manuscrits, se trouvait le professeur Lovegood. C'était une grande femme mince, assez belle. Ses yeux bleu clairs étaient rêveurs et ses long cheveux blonds tombait dans son dos en une longue tresse ornée de rubans bleu.Elle portait une robe assez...originale, où cliquetaient des dizaines de grigris tous plus étranges les uns que les autres et elle portait des radis en guise de boucles d'oreilles. Albus se demanda s'il étaient bien tombés et observa les mur couverts de traces noirâtres qui évoquaient irrésistiblement de marques d'explosion. Luna les accueillit par un drôle de sourire et les envoya à leur place. Mais soudain, elle se planta devant Albus et Rose.

-Tiens......tu doit être le fils de Harry? tu lui ressemble...

Albus fut surpris par le tutoiement et le ton de Luna,mais il répondit.

-Heu...oui, c'est moi...

-Je le savais...et tu tu es la fille d'Hermione...je le voix aux yeux...mais pour la forme de visage, c'est ton père tout craché...

Rose jeta un regard en coin à Scorpius et celui-çi eut un petit sourire. Luna se tourna vers lui.

-Scorpius, c'est ça? tu es vraiment un clone de ton père....c'est surement à cause des mirmoudous...

Les enfants faillirent demander ce qu'étaient des mirmoudous, mais Albus les arrêtas. Sa tante Hermione l'avait prévenu de ne jamais contredire ou remettre en cause les croyances étranges de Luna. Il approuva donc d'un air professionel et pouffa avec les autres tandis que Luna retournait à son bureau en chantant. Le cours se passa très bien. Le premier sort qu'ils apprirent fut celui de la lévitation. Des coussins et des plumes avaient été mis à leur disposition et plusieurs explosèrent en l'air sous l'influence d'un sortilège mal éxécuté. Quand ils sortirent, tous les élèves étaient hilares. Luna s'était lancé dans un grand discours sur les influences des Cocamalawi sur le caractère des gens et personne n'avait pu se retenir. La journée passa à une vitesse affolante. Le cours d'histoire avec le professeur Binns fut la seule exception, et Albus piqua du nez. Le cours de soins aux créatures magiques fut un bonheur et Hagrid les acceuillit à bras ouverts, quant au cours de potions, il fut assez divertissant. Le professeur, Merlin Casthell, était un peu...enfin....allumé.C'était un beau jeune homme mince au visage androgyne. Ces yeux étaient bleu-gris et ses cheveux noirs et lisses tombaient dans son dos à part quelques mêches qui rebiquaient sur ses épaules. Il avait l'air éspiègle et innocent et se déplaçait avec rapidité et légereté, tout en parlant à ses élèves d'une voix claire et envoutante.Il avait aussi la fâcheuse manie de mélanger les ingrédients au hasard, riant à l'idée qu'il puisse se passer quelque chose d'inhabituel. Tous les élèves s'étaient placés le plus loin possible de son bureau. Plusieurs filles de la classe l'avaient dailleurs déjà catalogué "prof-le-plus-sexy-et-le-plus-bizarre-de-l'année" et Rose les avait regardé comme on observe un tas de bombabouses. Cette première journée à Poudlard aurait pu se terminer idylliquement,si un accident n'étit pas parvenu en fin de journée. Les trois enfants passaient dans le couloir qui menait à la grande salle quand ils remarquèrent un attroupement vers le gand escalier de marbre. Une jeune pouffsoufle blonde pleurait en ramassant ses affaires tandis qu'un petit groupe de serpentards de première année se tordaient de rire. La petite fille tenta de ramasser un joli miroir ouvragé qui était tombé, mais un serpentard l'écrasa sous son pied.

-Oups! dit-il d'un ton mauvais, pardon, encore une fois je suis désolé! tu devais y tenir!

L'enfant éclata en sanglots en tentant de ramasser les morceaux.

-C'était...un...un... souvenir...de ma m..mère...

-Ho, tu m'en vois navré! dit le serpentard avec un sourire en coin, ta mère est morte, c'est ça?

La petite fille sanglota et des larmes coulèrent le long de ses joues pour aller s'écraser sur le sol.

Albus vit rouge. Comment osait-il. Il s'avança et lança:

-Eh toi! fiches lui la paix! pour qui tu te prends?!

Les serpentards tournèrent la tête vers Albus. Celui qui avait écrasé le miroir et qui semblait être le leader haussa un sourcil. Il était brun aux cheveux bouclés et ses yeux noirs brillaient d'une lueur méchante. Son visage se fendit d'un sourire.

-T'as un problème?

-Je crois, oui.

Les deux élèves se fixèrent comme deux loups, Rose et Scorpius derrière Albus, prêts à sortir leurs baguettes au moindre geste de travers, les serpentards derrière leur chef.

-Ah, ouais? et tu es qui pour me donner des ordres?

-Albus Potter.

-Pff...le fils Potter...fallait s'en douter...

Le serpentard jeta un regard méprisant à Rose et s'attarda sur Scorpius. Pendant un instant, le regard noir croisa les yeux gris métalliques et le serpentard détourna le regard pour revenir sur Albus.

-Et eux, ce sont tes laquais Potter? une descendante de sang-de-bourbe et un traître à son sang! c'est hilarant.

Comme s'il avait donné un ordre, toute la bande éclata de rire. Rose fronça les sourcils, ce qui était toujours chez elle un signe énonciateur de catastrophe, et Scorpius n'affichait absolument aucune expression. C'était peut-être cela qui le rendait si menaçant à cet instant.

-Je pense que les laquais dans l'histoire, ce sont ceux qui te suivent comme des caniches!répliqua Albus.

Le serpentard eut un rictus et fit un geste vers sa poche, quand une voix retentit dans le couloir.

-Y'a du grabuge?

James venait d'arriver, Malian et les autres à côté de lui. Son regard passa successivement de son frère au serpentard et du serpentard à son frère.

-Un problème Albus?

-Non. dit l'enfant sans quitter son ennemi des yeux, il n'y en a aucun.

Le serpentard lui jeta un regard venimeux et tourna les talons avant de quitter le couloir. Et voila. Premier jour, premier ennemi. Albus soupra et se tourna vers James.

-Melchior Josh...une vraie saleté! commenta Jesse en regardant le garçon s'éloigner.

-Tiens toi loin de lui, dit James.

-Pas de problème.

Rose était penchée vers la petite pouffsoufle et lui tapotait le dos. Scorpius sortit sa baguette et la pointa sur le miroir.

-Reparo!

Les morceaux s'envolèrent avant de se reconstituer. La petite eut un hoquet de surprise et attrappa le miroir.

-Merci! dit elle, merci beaucoup!!!

Elle sourit et rangea ses affaires avant de courir vers la grande salle.

Le reste de la soirée fut sans incident et Albus se dit que malgré tout, Poudlard était quand même un lieu merveilleux.


Deux semaines plus tard.


Albus se laissa tomber sur son lit. Ereintante. C'était le seul mot pour définir la journée qu'il venait de passer. Hagrid leur avait demandé de s'occuper d'animaux complètement barrés, qui crachaient du feu par la queue. Des scroutts. Des scroutts à pétard. Ou plutôt des tueurs à petard,car ils avaient tenté de griller rose deux fois. La jeune fille s'était énervée et en avait transformé un en tas de gelée, au grand désesespoir de Hagrid. Ensuite, il y avait eu de l'astronomie, de la gémologie, des sortilèges et des potions.

lbus n'en pouvait plus. En plus à l'heure du dinner, Josh n'avait rien trouvé de mieux que de lui chercher des poux dans la tête. Les deux garçons étaient devenus ennemis en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et les accrochages étaient fréquents. Enfin, bref. Albus se mit au lit et regarda Scorpius jouer avec son siamoi, baptisé Bastet. Albus sourit et s'endormit aussitôt.


Albus dormait depuis longtemps quand il sentit une main le secouer.

-Mmmh....

-Albus...chuchota Scorpius, Albus...

-Mmm,quoi?

-Il faut que tu m'aides!

Albus se redressa dans son lit. Scorpius se tenait près de lui.

-Qu'est ce qui se passe?

-C'est Peeves!

-Quoi, Peeves?

-J'étais dans la salle commune il y a dix minutes! j'étais en train d'écire mon devoir pour demain et il me l'a prit!

-Peeves t'as pris ton devoir? demanda Albus d'une voix pâteuse.

-Pas seulement, il m'a aussi prit ma bague des Malfoy! je l'avais sortie de mon sac, et...

-N'en dis pas plus. dit Albus, comment ton père va-t-il réagir s'il apprends qu'on t'a volé cette bague?

Scorpius ne dit rien mais son silence était éloquent.

-Ok! dit Albus d'un ton décidé, on va retrouver Peeves et s'il ne te rend pas ta bague, on appelle le baron sanglant...

Les deux garçons s'habillèrent sortirent du dortoir en silence et descendirentdans la salle commune. Tout était silencieux et les braises rougoyante du feu brulaient encore dans la cheminée. Il s'apprètaient à ouvrirent le tableau de la grosse dame quand une voix autoritaire les cloua sur place.

-Puis-je savoir où vous allez?

Albus fit la grimace et se retrouva nez-à-nez avec Rose. Cette dernière regardait les garçons avec un air sévère très intimidant.

-On va...retrouver la bague des Malfoys, Peeves l'a volée et si Scorpius ne la récupère pas, il va se faire massacrer par son père!

-Vous pourriez faire ça demain!

-Non. Impossible. Tu sais pertinement que Peeves se débarasse très vite de tout ce qu'il subtilise. Si on ne le chope pas maintenant on peut dire adieu à la bague!

Rose resta un instant muette, comme si elle pesait le pour et le contre et passa devant ses amis avant de franchir le tableau.

-Bon, on y va alors!

Les enfants s'engagèrent dans les couloirs. Poudlard était sombre et le crissement des armures et du parquet sous leurs pas donnaient une ambiance angoissante aux lieux.

La seule lumière provenait de la lune derrière les fenêtre et de la baguette de Rose qu'elle tenait brandie en avant à la manière d'une torche.

Ils arrivaient dans le grand hall quand un caquètement retentit dans les cachots.

-Il est là...murmura Albus, allons-y vite!

Les trois enfants coururent dans les cachots, se dirigeant au bruit de la chanson que Peeves chantait.


J'ai volé la bague des malfoys

Ah! quand le baron saura ça!

J'suis le plus malin des esprits

Intelligence, rusé, ch'uis verni!

Le gamin va se faire tuer

Et moi j'vais bien rigoler!


Albus aperçut enfin l'esprit frappeur au détour d'un couloir. Il se dandinait dans les airs et lançant la bague et en la rattrappant. Il aperçut Albus et émit un pet avant de s'enfuir.

-Reviens!! s'écria Albus, reviens, tête de scroutt!!!!!!

-Silence! dit Rose, tu veux nous faire repérer?

Les enfants s'élançèrent à la poursuite de l'esprit, mais au moment où ils croyaient le rattrapper, Peeves éclata de rire et enclencha une herse qui tomba en travers du chemin,barrant le passage aux enfants. Albus jura, Rose cria un insulte à Peeves et Scorpius se tapa la tête contre le mur.

Ils restèrent ainsi durant quelques minutes. C'était fichu pour la bague. Peeves était loin maintenant et il n'y avait pas grand espoir.

Ils allaient repartir quand Rose s'immobilisa près d'un mur.

-Eh! regardez ça!

Les deux garçons s'approchèrent. Dans le mur, était percé un trou, suffisament large pour laisser passer une baguette.

-Eh bien quoi? demanda Albus, ce n'est pas incroyable.

-Non. l'interrompit Scorpius, regarde ça.

Il lui montra un signe sous le trou, gravé dans la pierre et à moitié éffacé. Il représentait un cercle avec une clé noire et autour, une flamme,une goutte d'eau, un nuage et une feuille. Etrange, il n'avaient jamais entendu parler d'un tel symbole. Rose sortir sa baguette.

-Eh attends! qu'est ce que tu fais? demanda Albus en attrappant le bras de sa cousine.

-Le trou à l'air d'être fait pourqu'on y mette une baguette!

-Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. dit Scorpius d'un ton grave.

-Ca peut être dangereux! renchérit Albus.

-On jette juste un coup d'oeuil et on part! insista Rose.

Les garçons se concèrtèrent du regard. Ils mouraient tous les deux d'envie de savoir ce qui se passerait s'ils enclenchaient une sorte de passage secret. Ils hochèrent la tête et Rose glissa sa baguette dans le trou. A cet instant, le mur ondula, et fondit pour réveler un passage descendant encore plus profond dans le sol. Un escalier recouvert de moisissure les attendait.

Scorpius déglutit et Aalbus lança:

-Heu...les femmes d'abord!

Rose le fusilla du regard et descendit en se tenant au mur, suivie de près par Scorpius et Albus. Ils descendirent ainsi durant une dizaine de minutes et enfin débouchèrent dans une salle.

-Est ce que vous voyez ce que je vois? demanda Albus.

-Ce serait dur de passer à côté...répondit Scorpius.

La pièce était immense et décorée de flambeaux qui brûlaient de flammes vertes émeraudes. Elle était dépouillée de mobilier à part une chose,et c'était cela qui captait l'entière attention des enfants. Au centre de la salle se dressait une statue noire, menançante.Il émanait d'elle une aura glacée et terrifiante. Elle représentait quelque chose ou quelqu'un, enveloppé dans une cape sombre, dont on ne voyait pas le visage. A ses pieds, se tordaient des corps tourmentés, leurs visages de pierres figés dans une agonie atroce. La silouhette était sombre, menaçante et n'avait rien d'humain.

Devant la statue, dans un globe de verre, une clé noire tournait en lévitation. Albus s'approcha mais ne toucha pas la clé. Il faisait trop froid autour de la cloche de verre. Il se contenta de la regarder. On aurait dit que l'objet l'appellait, le sommant de le sortir de sa prison.

-Je savait que je finirais par vous coincer!!! s'exclama une voix triomphante derrière les griffondors.

Ils se retournèrent d'un bloc. Josh se tenait, rayonnant, sur la première marche de l'escalier.

-Je le savais!! j'avais entendu des bruits et qu'est ce que je trouve?le fils Potter et ses laquais en train de fouiner dans le château. Cette fois-çi, votre compte est bon!

Il éclata de rire, mais s'interrompit quand il remarqua la salle à laquelle il n'avait jusqu'ici, pas preté la moindre attention. Le garçon descendit et se mit à scruter chaque recoin.

-Mais...on est où ici? demanda-t-il.

-J'en sais rien. répliqua Albus, mais ne touche à rien.

-C'est grandiose...

-Tu m'as entendu?

Josh ne tourna même pas la tête et s'approcha de la statue dont Albus s'était écarté quelques instants auparavant. Son regard cupide se porta sur la clé.

-Quel bel objet...murmura-t-il, comme s'il était en transe.

-N'y touches pas !! s'écria Albus.

Josh tendi la main.

-Ce serait stuide...de le laisser là...

-Arrêtes!! NE TOUCHES A RIEN!!!

Albus et Scorpius s'élançèrent en avant.

Trop tard.

La main de Josh traversa la cloche comme si elle eut été faite d'eau et attrappa la clé. Il la sortit de la bulle.Aussitôt, il poussa un hurlement et lâcha l'objet. Sa main portait à présent une horrible race de brûlure. Une brûlure glacée. La clé s'éleva dans les airs et s'approcha lentement de la statue. Albus voulut réagir, mais c'était trop tard. Une serrure apparut et la clé s'y glissa avec un bruit métallique, lourd, et effrayant, comme si une chose terrible allait se produire, comme si on ouvrait le passage au pire des cauchemars.

D'un seul coup, les flambeaux s'éteignirent. Plus aucune lumière. Plus un son,plus rien. Albus vit alors quatre jets de lumière fuser de là où se tenait auparavant la statue noire et filer vers la sortie. Puis, il y eu de nouveau un silence. Et doucement, un bruit s'éleva dans le noir. Comme un souffle de mort, froid, monstrueux qui arrivait. Albus sentit l'air se déplacer et soudain, le froid. Un froid mordant, blessant, vous ôtant tout espoir, toute joie. Le froid mortel emplit toute la pièce et soudain, s'échappa vers la sortie. Albus ne sentit rien d'autre qu'un désespoir semblable à un gouffre sans fond, puis il s'évanouit....

La dernière chose qu'il se demanda, ce fut celle-ci:



Qu'avaient-ils libéré?








Voila,chapitre 2 un peu long à arriver, excusez moi....^^'

Si vous voulez que je continue, laissez moi des com's!!! (le chantage y'a que ça qui marche ^^)