Chapitre 1

par percymalfoyriddle

Retour dans le passé



En ce 31 Juillet 1991, alors que minuit venait de sonner, un jeune garçon âgé de onze ans était réveillé, n'arrivant guère à trouver le sommeil dans ce sombre et poussiéreux placard, qui lui servait de chambre.



L'une des raisons qui expliquait son incapacité à dormir était que c'était son anniversaire, et même s'ils étaient toujours sans intérêt et catastrophique, il en était excité, comme chaque année. La deuxième raison était qu'il avait mal absolument partout, son oncle le battant le battant souvent, pour ne pas dire quotidiennement. Enfin, la troisième et dernière raison était qu'il n'avait pas mangé depuis le début de la journée et qu'il commençait réellement à avoir très faim et que le manque de boisson le déshydratait vraiment.



Les heures passèrent, avec une lenteur assommante, et son ennuie ne l'avait toujours pas quitté, elle avait même amplifié. Perdu, depuis un certain temps, dans ses pensées, il sursauta assez violemment lorsque des coups secs et fort furent frapper à la porte, le sortant instantanément de ses songes.



- Garçon ! Vas préparer le petit déjeuner, ensuite tu attaqueras avec le ménage dans toute la maison. Dît une voix de femme d'un ton véritablement désagréable. Pour finir, cette après-midi tu tondras la pelouse et tu arroseras les plantes. Continua-t-elle à aboyer.



- Bien tante Pétunia. Répondît le petit brun aux yeux d'émeraude, derrière la porte, d'une voix résignée et se retenant de soupirer.



Il en avait toujours été ainsi, on le réveillait, il recevait les ordres, il devait faire des tâches plus éreintantes les unes que les autres, recevant en récompense une tranche de pain et un verre d'eau, si tout était fait selon leur désir, bien sûr.



Le garçon de onze ans sortît alors de son placard, simplement habillé d'un T-shirt beaucoup trop grand pour lui et un pantalon avec un certain nombre de trous. En plus de sa tenue miteuse, il avait de grosses cernes et les yeux rouges, dus à sa fatigue routinière et à sa nuit blanche.



Ce qu'il n'avait pas remarqué, trop occupé à ne pas aller trop lentement, en sortant de son placard c'était deux lettres en parchemin, posées sur son matelas de fortune.



Ce petit garçon se nommait Harry Potter et il vivait, depuis une dizaine d'année, chez son oncle et sa tante, avec leur cachalot de fils, qui lui servait de cousin, puisque ses parents étaient décédés et que c'était sa seule famille vivante qui lui restait.



Enfin, c'était ce qu'il croyait.



Pendant ce temps dans un château situé quelque part en Écosse.



L'ensemble de l'équipe éducative de Poudlard était rassemblé, en cette douce matinée, pour commencer à préparer cette rentrée particulière, puisque le survivant, futur sauveur du monde sorcier, faisait son entrée dans ce prestigieux établissement.



Un homme avec une longue barbe et des longs cheveux blancs, ainsi des lunettes en forme de demi-lune, qui cachait à peine deux yeux bleus intenses, se dirigeait justement vers le lieu du rendez-vous. Sur son chemin, alors qu'il ne faisait aucun effort pour se dépêcher, il rencontra Severus Rogue, son professeur de Potion.



- Tiens, tiens, mon ami, ça tombe bien que je tombe sur vous, j'aurais un service à vous demander. Si cela ne vous dérange pas, bien sûr, j'aimerais fortement que vous alliez chercher le jeune Harry Potter chez sa famille et en même temps ce qu'il y a dans le coffre 713. Cela m'aiderait beaucoup.



- Bien sûr que non Albus. *Comme ça je pourrais rencontrer mon fils et lui dire la vérité avant que tu ne le corrompes. * Evita-t-il d'ajouter.



- Génial. J'étais persuadé que vous alliez refusé ma demande Severus. En me disant qu'il est le fils de James, votre pire ennemi, non et connaissant vos antécédents, je n'en été pas sûr que vous acceptiez ?



- C'est peut-être le fils de James mais c'est aussi celui de Lily et rien que pour cela je vais faire l'effort de le considérer comme un élève normal et, à ce que je sache, il n'a pas grandi avec eux et donc je pense que son comportement ne sera pas forcément le même que celui de Potter.



- Très bien. *Voilà ce qui complique les choses s'il le considère comme un garçon normal, je ne pourrai pas le mettre sous ma coupe. *



Ce fût de cette manière, assez Serpentard, ce qu'il était donc cela ne comptait pas, que Severus participa à la réunion, des plus ennuyante, avant d'aller à l'endroit où habitait son précieux fils, guider par les instructions du directeur.