Chapitre vingt-cinq

par Maggie31

Chapitre 25



La douleur lui coupait le souffle. A moins qu’il ne s’agissait de l’hémorragie … Sa main accrocha celle de son cousin qu’elle serra très fort. Pendant ce temps, elle essayait de suivre ce qu’il se passait autour d’elle. Nathanaël avait pris un bout de tissu pour le mettre autour de la lame du couteau pour comprimer la plaie et essayait de ne pas montrer que la panique le gagnait. Un peu plus loin devant elle, Richard et Andreï puisque c’était son vrai prénom, faisaient face à Tom Jedusor et à ses deux fidèles partisans, se désintéressant complètement d’eux. La conversation était animée, semblait-il. Elle entendait des brides sans parvenir à comprendre les phrases entières.

-      « Léna » L’appela à nouveau son cousin dont le sang-froid commençait à lui manquer.

Celle-ci tourna légèrement la tête vers lui.

-      « Tu as quelque chose pour … ».

Sa pomme d’Adam remonta le long de sa gorge à mesure que son inquiétude s’emparait de lui et le paralysait.

-      « As-tu une potion ou n’importe quoi qui pourrait stopper l’hémorragie ? » Réussit-il à dire.

Le cerveau de la jeune femme tournait au ralentit. Il lui fallut plusieurs secondes avant de pouvoir lui répondre.

-      « Je n’ai rien d’assez efficace … Cela ne permettrait pas de refermer la plaie.

-      Oui, mais tu m’as dit un jour que tu as une potion dans ta robe qui arrête une hémorragie, insista Nathanaël.

-      Oui mais pas une hémorragie aussi importante » Réussit à dire Léna à bout de souffle.

Les lèvres du jeune homme ne formèrent plus qu’une ligne. Sa peau blanchie davantage alors que ses yeux s’embuèrent.

-      « Je tente quand même ».

Elle sentit qu’il pointait sa baguette vers la poche de sa robe de sorcière. Sans hésiter, Nathanaël attrapa la fiole au vol et força Léna à se redresser légèrement pour lui faire boire la potion. La jeune femme n’eut pas la force de résister et de lui faire comprendre qu’elle n’aurait pas l’effet qu’il souhaitait. Les efforts désespérés de son cousin lui pinça le cœur. Cela lui donna un peu d’énergie ce qui lui permit d’attraper sa propre baguette et de jeter un sort sur la plaie qu’elle avait appris durant ses études de médicomage. Elle savait qu’il ne faisait qu’accélérer la cicatrisation et non refermer complètement la plaie mais, dans ce cas précis, les berges de la peau se rapprochèrent de la lame du poignard afin de réduire la taille de la blessure ce qui calma le saignement. Le visage de son cousin au-dessus d’elle se décrispa légèrement mais il tenait encore fermement la main de Léna.

Tout à coup, ses yeux fixèrent un point en face de lui qu’elle ne put voir à ce moment-là et s’écarquillèrent. La jeune femme se força à se tourner dans la même direction pour voir qu’un combat entre son oncle et Tom Jedusor avait débuté. Cependant, ce n’était visiblement pas cela qui avait attiré l’attention de son cousin. Phil se tenait le flan et semblait mal en point devant Andreï qui lui tournait le dos. Alors que ce dernier jetait un sort à son ennemi, Léna aperçut Carla s’interposer entre eux. Son sang se glaça lorsqu’elle vit son corps retomber lourdement sur le sol. Le cri de son mari et le sien retentirent dans la forêt. Cela attira l’attention de Richard qui se tourna vers ses neveux tout en continuant son combat avec Tom Jedusor qui semblait contrarié qu’il le sous-estime à ce point. Richard fixa en silence Nathanaël tout en continuant à jeter des sorts contre son adversaire.

-      « Dis donc, Nathanaël, es-tu un homme ou une fillette ? Arrêtes de chialer et viens te joindre au Seigneur machin chouette, lui au moins, il ne se cache pas ! ».

Le rire gras de l’homme retentit dans les bois. Nathanaël observa quelques instants son oncle puis il jeta un coup d’œil à Léna.

-      « Ne fais pas ça, fit cette dernière. Il n’attend que cela pour te tuer ».

Richard rit à nouveau.

-      « Ne l’écoute pas. Elle n’en a fait qu’à sa tête et fonce tête baissée dans le piège que je lui tends alors que tu l’avais prévenue. Crois-moi, elle n’a aucune crédibilité. De toute façon, elle va mourir ».

La gorge de Léna se serra. Elle sentit la main de son cousin lâcher la sienne alors qu’il la déposait sur le sol. La panique s’empara d’elle.

-      « Non ! Nath ! Ne fais pas ça, s’il te plaît !! ».

Il caressa ses cheveux et lui sourit tristement avant de s’éloigner et de se poster aux côtés de Tom Jedusor. La mine contrariée de celui-ci lui indiqua qu’il n’appréciait pas du tout la tournure des évènements alors que celle de son oncle était semblable à celle d’un fou. Un coup d’œil vers sa droite lui apprit que le combat avait repris du côté de Phil et Andreï. Impuissante, elle assista au deux combats magiques. Plusieurs minutes passèrent et l’évolution ne lui plaisait guère. Au fur et à mesure, Richard et Andreï prenaient le dessus. Phil était affaibli et ne put qu’encaisser le sort de son adversaire qui le mit à terre sans qu’il puisse se relever. Quant à Tom Jedusor et Nathanaël, les deux jeunes hommes étaient acculés et ne parvenaient pas à percer la ligne de défense de Richard. Plus ce dernier gagnait du terrain, plus ils en perdaient et reculaient contre les arbres derrière eux.

Soudain, dans un accès de colère ou de folie, l’homme lança un sortilège qui les propulsèrent contre les troncs d’arbres. Si le choc fut violent et les assommèrent quelques secondes, Nathanaël se remit debout à une vitesse fulgurante alors que Tom Jedusor cherchait le collier qu’il avait perdu lors de sa chute. Néanmoins, Richard parvint à entraver les mouvements de son neveu avec le même sort qu’avait utilisé Léna la veille ce qui lui permit d’accéder jusqu’au Lord toujours au sol. Celui-ci eut tout juste le temps de l’apercevoir avant le coup de pied qu’il reçut en pleine figure. L’homme se pencha en avant et tendit sa main vers quelque chose qui brillait dans l’herbe. Instinctivement, Léna pointa sa baguette devant elle.

-      « Accio ».

A son plus grand étonnement et soulagement, le bijou vola dans sa direction. Elle exécuta un mouvement vers sa gauche avec sa baguette magique puis le collier tomba dans l’eau. Le grognement de rage que son oncle émit à ce moment-là n’augurait rien de bon.

-      « Tu vas mourir ! »

Ses pas cognèrent contre le sol comme un animal qui s’apprêtait à foncer vers sa proie. Il l’attrapa par le colleret et la souleva de terre. Les yeux de Richard étaient rouges et lui lançaient des éclairs tel un fou furieux. Fort heureusement, la ressemblance qu’elle lui avait trouvé avec son père biologique avait complètement disparut.

Il la secoua de plus en plus fort. Léna se cramponna aux bras de son oncle comme elle put. Elle sentait sa plaie se rouvrir à mesure des mouvements que faisait son corps. Le col de sa robe lui enserrait le cou et l’étranglait. Elle suffoquait. Puis, soudain, Richard la lâcha. Il se tenait maintenant la joue où s’était écrasé le poing de Tom Jedusor. Léna retomba lourdement sur son flanc. Son épaule gauche cogna le sol dur tandis qu’une douleur s’ajoutait à celle qu’elle ressentait déjà au niveau de son abdomen. Elle jeta un œil vers la plaie et s’aperçut que le saignement avait repris. Pendant ce temps, Tom Jedusor se battait à mains nues avec Richard. Les coups pleuvaient alors qu’ils délaissaient leur baguette magique. Cela ne dura pas longtemps puisqu’ils en revinrent aux méthodes des sorciers après deux trois minutes. Les sorts pleuvaient pendant que Léna essayait de se remettre de sa chute. Le Lord s’était posté devant elle et tenait éloigné l’homme. Celui-ci s’acharnait contre le plus jeune qui était animé d’une énergie nouvelle. Il encaissa plusieurs sorts puis il riposta et fit plier l’oncle de la jeune femme. Au bout d’un moment, Tom Jedusor trouva une parade. Le sortilège ricocha contre un arbre et Richard le reçut de plein fouet puis tomba par terre, inconscient.

Tom Jedusor en profita pour se tourner vers Léna. Il passa un bras sous ses épaules et la remit sur ses pieds. Tout en maintenant le tissu autour du couteau, Léna marcha laborieusement. Cependant, en voyant qu’ils progressaient trop lentement, elle s’arrêta.

-      « Laisse-moi et vas-t-en. De toute façon, tu as ce que tu voulais ».

Le regard qu’il lui lança à ce moment-là la surpris énormément. Tous ses arguments s’évanouirent en même temps que les doutes qu’elle avait lui concernant. Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais elle fut interrompu par le grognement de Richard qui se réveillait. Le jeune homme la souleva de terre comme il put et la posa près d’un arbre, à l’abri d’éventuels sorts perdus puis il se dirigea vers Richard qui se relevait, baguette magique en main. Le combat reprit de plus belle. Et, Nathanaël revint se battre après s’être libéré des racines.

Léna se força à rester concentrer pour ne pas sombrer dans l’inconscience. Soudain, son attention fut attirée par un détail. Depuis un moment, elle n’entendait plus les bruits de lutte du côté de Phil et Andreï. La jeune femme tourna la tête et aperçut Phil penché au-dessus de Carla qui tentait de la réveiller désespérément. Il n’y avait aucune trace du traitre. Ses yeux le cherchèrent un moment mais elle dut se rendre à l’évidence qu’il avait disparu. Toutefois, la réponse à sa question arriva quelques secondes plus tard. Tout son corps se raidit lorsque Léna entendit sa voix près de son oreille.

-      « C’est moi que tu cherches ? »

Son cœur se mit à battre la chamade tandis qu’elle avalait difficilement sa salive. Le jeune homme rit doucement.

-      « Qu’est-ce qu’il y a, Léna ? Tu as peur de moi maintenant ? Avoue que tu ne t’attendais pas à ça. Comment accuser le gentil et timide petit Andrew ? ».

Son rire se fit plus fou. Elle sursauta lorsqu’elle sentit le poignard bouger tandis que Andreï l’empoignait.

-      « Ne t’inquiètes pas. Je ne vais pas te tuer. Ton oncle veut te faire souffrir avant de t’achever. C’est ce qu’il avait prévu de faire lorsque tu es née, reprit-il. Profites du spectacle et regarde les mourir les uns après les autres. Ce sera bientôt ton tour ».

Il tritura un moment le poignard afin de la faire souffrir mais comme la jeune femme faisait tout pour masquer sa douleur, il arrêta. Puis, Léna sentit la main d’Andreï aller jusqu’à sa gorge. Il la força à se laisser aller contre lui pour mettre leur visage à la même hauteur. Un sourire apparut sur ses lèvres.

-      « Je ne sais pas ce que Tom te trouves, commença-t-il. Tu n’es pas plus intelligente que la moyenne et ton visage est banal ».

Léna ne répondit pas mais elle gardait le contact visuel, espérant lui transmettre toute son animosité.

-      « Mais amusons-nous un peu ».

Il se pencha vers elle et l’embrassa. Ses forces l’abandonnaient ce qui l’empêcha de le repousser. La seule chose qu’elle put faire fut de lui mordre la lèvre. Andreï se recula légèrement et rit en lui lançant un regard appréciateur.

-      « Je comprends mieux maintenant ».

Les yeux de Léna lançaient des éclairs sous ses sourcils froncés. Le sourire du jeune homme s’agrandit. Son attitude avait des similitudes avec celle de Tom Jedusor lorsqu’ils étaient à Poudlard. Andreï se pencha à nouveau vers elle.

-      « Laisse-la tranquille ! » Hurla Nathanaël, ce qui l’interrompit dans son élan.

Tom Jedusor regardait aussi dans sa direction. Cependant, Richard profita de l’inattention de son cousin et ce dernier s’effondra après s’être pris de plein fouet un jet de lumière coloré. Pour Léna, le temps s’arrêta à ce moment-là. La colère, la haine, le dégoût d’elle-même qu’elle ressentait il y a quelques minutes n’étaient plus. Elle ne ressentait plus rien. Plus rien n’avait de sens. Elle entendit à peine le rire cruellement moqueur d’Andreï.

-      « C’est cette expression sur ton visage que je voulais voir. Décidément, tu es encore plus amusante que je le pensais ».

Il hurlait de rire. Néanmoins, Léna n’y faisait plus attention. Elle esquissa un geste pour se lever mais ses jambes refusèrent d’obtempérer.

-      « Qu’est-ce que tu comptes faire ? » Demanda Andreï.

La jeune femme ne répondit pas. Elle se laissa tomber en avant et sans toucher le poignard toujours en travers de son abdomen elle se mit à avancer en traînant son corps vers son cousin. Il lui fallut bien dix minutes pour le rejoindre. Immédiatement, elle vérifia ses signes vitaux. Il respirait encore à son plus grand soulagement.

-      « Éloignes toi ! » Lui ordonna Tom Jedusor.

Léna lui jeta un coup d’œil. Cependant, elle avait utilisé ses dernières forces, ainsi, elle se laissa tomber à côté de Nathanaël.

-      « Ne résiste pas. Je te l’ai déjà dit ! Aucun de vous n’êtes de taille contre moi » Dit Richard en faisant reculer son adversaire.

Léna sentait qu’elle sombrait peu à peu. Elle chercha la main de son cousin qu’elle serra aussi fort qu’elle put comme si cela allait le réveiller. Des pas se firent entendre à sa droite et elle vit le visage d’Andreï apparaître au-dessus d’elle. Toutefois, il n’eut pas le temps de dire quoique ce soit. Les sirènes venaient de l’attaquer.

-      « Vous en avez mis du temps ! »

Il se leva et se posta face au lac les dominant de toute sa hauteur. Le cri des êtres de l’eau lui répondirent. Léna tourna la tête vers eux pour observer le combat qui venait de s’engager. Andreï lançait une rafale de sortilèges en enchaînant rapidement sans laisser le temps à ses adversaires de riposter si bien qu’il tua deux sirènes à l’aide d’un seul sort. A cet instant, son rire de dément se répercuta jusqu’à la cime des arbres. Le chef cria et les autres se regroupèrent autour d’elle pour lancer leur arme conjointement pour atteindre leur cible qui attrapa leur liane.

-      « Vous croyez vraiment m’avoir avec ça ? »

Il tira dessus mais les sirènes se débattirent. Il en profita pour leur lancer deux sortilèges mortels bien placés qui touchèrent les deux sirènes restantes autour de la chef.

-      « Il ne reste plus que toi ! » Rit Andreï.

Cependant, l’ultime survivante n’avait pas dit son dernier mot. Elle se libéra et lança à nouveau sa liane en hurlant à pleins poumons. Son arme étincela. En touchant son ennemi, la créature réussit à le faire reculer. Il se tenait l’épaule. Léna ne voyait pas son visage mais pouvait deviner qu’elle lui avait fait mal. Elle réitéra la même technique et le toucha à l’abdomen cette fois. Plié en deux, le jeune homme vociférait des insultes.

-      « Ne penses surtout pas que tu vas gagner !! »

Sa main se crispa sur sa baguette magique. Alors que la chef s’apprêtait à utiliser une nouvelle fois sa liane étincelante, le jeune homme la prit par surprise en lui jetant un sortilège qui la manqua de peu. Fort heureusement, elle plongea à temps.

Quelques secondes passèrent pendant lesquelles Andreï fixait le lac en attendant qu’elle daigne remonter à la surface. Elle choisit le bon moment pour réapparaître. Un trident pointé droit devant elle, la créature de l’eau parvint à atteindre son adversaire qui se renversa sur le côté pour éviter le coup. Cependant, l’arme l’atteignit et le fit hurler de douleur. Il asséna plusieurs coups de poings à la sirène tout près de lui, ce qui lui fit lâcher le trident. Andreï retira l’arme de ses côtes en gémissant et la pointa vers la chef qui n’eut pas le temps de l’éviter elle aussi. Léna vit clairement le sang s’échapper de la blessure tandis que l’être de l’eau hurlait de douleur et s’évanouissait dans l’eau. Son adversaire lâcha le trident en la regardant sombrer pendant qu’il tombait à genou. Sa propre blessure avait raison de lui. Il s’effondra sur le sol.

Alors cela allait finir comme cela ? Tout le monde allait mourir et seul Richard allait survivre et avoir la potion d’invincibilité ? Léna se maudit de ne pouvoir rien y faire. D’autant plus que c’était de sa faute … La culpabilité la rongea tandis que son sang continuait de s’échapper de sa blessure. Le fait d’être allongée sur le dos appuyait sur le poignard. Les bras en croix, elle attendait que son heure arrive en regardant le ciel pleurer. Les gouttes de pluie continuaient à tomber et à rendre la scène encore plus lamentable et morbide.

Tout à coup, Léna sentit quelque chose qui lui touchait la main. Elle tourna la tête vers le lac. La sirène restante était remonté à la surface et avait rampé jusqu’à elle malgré sa blessure d’où le trident avait été retiré. La voir aussi mal en point lui serra le cœur. Pourquoi faisait-elle autant d’effort pour la rejoindre ? La réponse lui vint lorsqu’elle lui mit quelque chose dans la main. Léna regarda plus attentivement l’objet et s’aperçut qu’il s’agissait du collier. Elle ouvrit la bouche pour la questionner mais les yeux vitreux de l’être de l’eau lui fit comprendre qu’elle venait de rendre son dernier soupir.