Faire face

par brynamon

 

Chapitre 6 : Faire face

 

Le lendemain matin Blaise se réveilla tôt. Il avait toujours eu une bonne intuition, et celle-ci lui disait qu’il devait sortir de sa salle commune plutôt qu’il l’avait prévu au départ. A 7h15 il était prêt, et il passa le tableau de la Grosse Dame en se jetant un puissant sort de désillusion. Le professeur Flitwick l’avait félicité, car son sortilège était si puissant qu’il pouvait se rendre totalement invisible. Bien lui en pris car, peut de temps après, il croisa Harry Potter, Ron Weasley, Neville Londubat et Drago Malefoy. Et ils se dirigeaient clairement vers sa salle commune, la mine revêche, surement pour le menacer. Il rit intérieurement et se rendit rapidement devant la salle commune des Serdaigles. Il y trouva Ginny qui l’attendait déjà. Elle semblait tendue. Il se rendit visible.

-Tu m’attendais ? Demanda-t-il en souriant.

-Oui, répondit-elle visiblement soulagée. J’avais peur que mon frère et ses amis t’intercepte avant que tu ne viennes ici pour faire leur cirque habituel.

-C’est pas passé loin, dit Blaise en riant. Je les ais croisés en venant. Heureusement que  je suis doué en Sortilège ! Ils ne m’ont pas vu.

Ginny secoua la tête en riant aussi. Décidément Blaise était plein de ressources.

-J’ai bien fait de te prendre comme partenaire, lui dit-elle en faisant un sourire malicieux.

-N’est-ce pas ? Répondit-il en lui faisant un clin d’œil. On y va ? Continua-t-il en lui tendant le bras.

-Ok, répondit Ginny en prenant le bras tendu.

Ils se rendirent dans la Grande Salle pour prendre leur petit déjeuner tout en parlant et en plaisantant. Ginny s’installa avec Blaise à la table des Gryffondors, et ils tournèrent délibérément le dos à la table des Serpentards. Ils déjeunaient tranquillement quand un doux frisson parcouru Ginny. Elle n’eut pas besoin de se retourner pour savoir qu’Harry était entrain de la regarder. Elle ne put s’empêcher de sourire et Blaise souriait également.

-Ils sont là, dit-il.

-Je sais, répondit-elle doucement.

-Ils doivent être enragés, dit Blaise en ricanant.

Ginny éclata de rire et lui dit en posant sa main sur son bras :

-Alors faisons les enrager encore plus.

Blaise rigola et lui posa un léger baiser sur les lèvres. Ils échangèrent un sourire complice, quand une main se posa sur l’épaule de Ginny. Elle se retourna et vit Astoria et Luna auprès d’elle.

-Bonjour les filles, leur dit-elle avec un grand sourire.

-Bonjour Ginny, répondirent-elle en lui rendant son sourire.

-Vous déjeunez avec Blaise et moi ?

-D’accord, répondit Astoria.

Luna les fixa tour à tour de son regard un peu rêveur, puis eu un grand sourire malicieux. Elle fit un clin d’œil à Ginny, se tourna un moment vers la table des Serpentards pour faire un signe à Neville, et s’installa à côté d’elle.

-Au fait, tu ne déjeunes pas avec Neville ?

-Il peut attendre, répondit-elle son sourire toujours en place. J’attends de voir ce que vont faire les Surgrivons. Ce sont des petits lutins qui aiment jouer des tours aux amoureux.

Et tandis que Blaise regardait Luna d’un air interloqué, Ginny secoua la tête en riant. « Sacré Luna, elle a déjà comprit » pensa-t-elle. Elle savait depuis longtemps que derrière les propos parfois farfelus de son amie se cachait souvent des vérités. Il suffisait de savoir les déchiffrer. Astoria s’installa de l’autre côté de Blaise.

-Trois charmantes jeunes filles pour moi tout seul, quelle chance ! S’exclama Blaise en bombant le torse.

Ce qui fit rire Astoria, Luna et Ginny. Evidement, cela déplut fortement à certains Serpentard.

 

Harry et ses meilleurs amis s’étaient levés tôt ce matin, déterminés à mettre la main sur Zabini. Ils avaient rejoint Drago à mi-chemin, puis ils s’étaient postés devant la salle commune des Gryffondors. Au bout d’un moment Thomas passa devant eux et il leur dit, avec un sourire amer, que Zabini était déjà parti prendre son déjeuner. Furieux de l’avoir manqué, ils se dirigèrent vers la grande salle, et y trouvèrent effectivement Zabini assit à la table des Gryffondors avec Ginny. Harry avait envie de se diriger vers eux, mais Drago le retint.

-Ce n’est pas une bonne idée, dit-il.

Harry hocha la tête, reconnaissant le bon sens de son ami, et ils allèrent tous s’installer à la table des Serpentards. Cette fois Harry s’installa face à la table des Gryffondors. Tracey les rejoignit peu de temps après, la mine déconfite. Quand elle vit Blaise et Ginny ensemble, son cœur se serra et elle s’assit lentement auprès d’Harry les yeux fixé sur eux. Son cœur se serra encore plus quand elle les vit rire ensemble, Ginny posant sa main sur l’avant bras de Blaise. Harry s’étouffa de rage quand il vit Blaise poser un baiser sur les lèvres de sa Ginny. Puis Harry et Tracey virent que Ginny et Blaise furent rejoints par Luna et Astoria.

-Hum, Luna va en savoir plus, dit Neville en souriant.

Quand ils virent les trois filles rirent à une remarque de Zabini, Drago et Harry grognèrent.

-Qu’est-ce qu’il fait celui-là ! S’exclama Drago.

-Jaloux Malefoy ? Demanda Neville en riant.

-Peut-être, répondit-il bon joueur.

-Allons, tu n’as rien à craindre, dit Neville.

-C’est ce que je me disais aussi, répondit Harry amer.

-Ginny n’est pas une Weasley pour rien, je te l’avais dit ! Dit Ron. On ait du genre rancunier.

-C’est le moins qu’on puisse dire, hein Ron ? S’exclama Drago en lui faisant un clin d’œil.

Tous le monde ricana un peu, tandis que Ron faisait mine d’être vexé.

 

A la table des Gryffondor les filles et Blaise passaient un bon moment, malgré que le fait que Blaise se faisait régulièrement fusiller des yeux par Dean Thomas. Mais Blaise se contenta d’en rire.

-Qu’est-ce qu’il se passe avec Dean ? Demanda Ginny.

-Oh c’est évident, dit Luna avant que Blaise puisse ouvrir la bouche. Il est jaloux de Blaise.

-Oh, répondit Ginny.

-Oui, continua Blaise en ricanant. Tu aurais dus voir le cirque qu’il m’a fait hier soir, comme quoi je suis un traitre qui lui a volé sa petite amie.

-QUOI ?!? S’exclama Ginny furieuse. Je crois que je vais aller dire deux mots à monsieur Thomas !

Elle se leva et se dirigea vers Dean avant que ses amis aient pu la retenir. Elle s’arrêta devant lui et lui dit :

-C’est quoi ton problème Dean ? Depuis quand je suis ta petite amie ?

-Mais…, commença-t-il.

-Comment ose tu te permettre de faire des commentaires à Blaise, alors que quand mon frère et ses amis sont venu te parler, tu t’es enfuit comme un chiot apeuré, la queue entre les jambes ?! Le coupa-t-elle.

Les élèves dans la grande salle qui l’entendirent se mirent à rigoler, Ron et ses amis Serpentard les premiers.

-Dois-je te rappeler que c’est toi qui as rompu avec moi, précisément pour cette raison ? Continua-t-elle. Parce que tu étais trop lâche pour leur faire face ?!

-Mais enfin, qui pourrait affronter tous tes frères ? Tu en demandes trop, répondit Dean amer.

-J’ai beau les trouver horripilant, et j’ai beau les menacer quand ils font ça, je sais que mes frères ne veulent que mon bien, répondit-elle.

En disant cela elle se tourna vers la table des Serpentards, et fit un demi-sourire à son frère Ron, qui le lui rendit et qui la regarda avec une fierté évidente. Puis elle se retourna sur Dean et conclu :

-Un mec qui n’est pas capable de se battre pour moi, et qui à peur de mes frères n’est pas digne de mon intérêt ! Alors fiche nous la paix !

Elle retourna à sa place, puis ajouta :

-Ah et au fait, Chiroptera !

Elle avait jeté le maléfice Chauve-Furie à Dean. Les élèves de la Grande Salle rirent encore plus quand ils le virent courir hors de celle-ci en criant, poursuivi par des chauves-souris géantes.

-Miss Weasley ! S’exclama le professeur Flitwick. 20 points en moins pour Serdaigle pour avoir attaqué un autre élève !

Ginny hocha la tête en acceptation de la punition.

-Cela étant dit, ajouta-il, 30 points pour Serdaigle pour ce merveilleux sortilège Chauve-Furie.

Ginny le regarda avec des grands yeux, surprise. Et elle n’était pas la seule. Le professeur se mit à rire.

-Je n’en avais pas vu d’aussi beau depuis bien longtemps. C’est un sortilège très complexe. Félicitation !

Et il s’en alla, en riant.

-Bien joué petite sœur ! S’exclama Ron depuis sa table.

Ginny lui fit un clin d’œil en souriant. Ce faisant, elle croisa aussi le regard d’Harry fixé sur elle. Il était très intense et il fit battre son cœur plus vite. Elle se détourna rapidement puis se tourna vers ses amis. Ceux-ci l’applaudirent.

-Joliment réglé, dit Blaise en souriant.

-Merci ! Dit Ginny tout sourire. Ca va être ton tour Blaise.

-Oh je sais. Ils vont me tomber dessus dans la journée, je n’y couperai pas. Ca risque d’être amusant, répondit Blaise avec un sourire diabolique.

-Qu’est- ce que tu as derrière la tête Blaise ? Demanda Ginny intrigué.

-Tu verras !

Ginny n’insista pas et ils finirent tranquillement leur petit déjeuner en discutant.

-Bon j’y vais, j’ai Potion, dit Blaise.

-Où la ! Ca ce n’est pas bon Blaise ! Dit Ginny en grimaçant. Tu es avec les Serpentards n’est-ce pas ?

-Oui, je sais dit-il. Mais je ne compte pas me laissé faire ne t’inquiète pas !

Et il se leva et lui embrassa le front.

-A tout à l’heure ma furie, dit-il avec tendresse.

Et il partit rejoindre en riant son cours avec les autres Gryffondors de 7ème année qui avait Potion, avant qu’elle ne puisse le frapper pour avoir osé l’appeler comme ca.

-Il est très gentil, dit Luna. Mais parfois je me dis qu’il aurait du être à Serpentard.

-C’est vrai convint Ginny.

En se levant pour aller à son prochain cours, elle croisa de nouveau le regard d’Harry. Celui-ci lui disait clairement qu’ils allaient se voir seul à seul rapidement. Elle frissonna délicieusement par anticipation.

 

A midi, Ginny retrouva un Blaise hilare à la table des Serdaigle. Comme prévue son frère et ses amis avaient tentés d’intimider Blaise et cela c’était solder par un échec de leur part. Pire, Blaise leur avait joué un tour au cours de Potion. Il avait trafiqué la potion de Ron et celle-ci avait explosé au visage de Rogue, qui n’avait guère apprécié vu que la potion l’avait transformé en femme et qu’il n’avait pas d’antidote sous la main. Imaginant la scène Ginny fut prise d’un grand fou rire. Bien évidement, Rogue n’était pas présent au déjeuner, ce qui était bien dommage !

Ensuite Blaise lui dit qu’il avait eu une conversation intéressante avec Harry.

-Ah oui ? Demanda Ginny intéressée.

-Oui. Dis moi Ginny, commença-t-il la mine sérieuse, comment tu te serais senti si Malefoy ,par exemple, t’avais monté tout un plan pour te draguer, alors que tu lui avait fait clairement comprendre que tu n’étais pas intéressée, et qu’ensuite il ait tout fait pour vous séparer Harry et toi, alors qu’Harry est son meilleur ami, et qu’au final tu ais su qu’il avait mentit depuis le début ?

-J’aurai été en colère, répondit doucement Ginny.

-D’accord. Et ensuite, si tu avais réussi à le confondre et qu’Harry et toi ayez enfin la chance d’être ensemble et qu’il te dise non car il veut ménager les soi-disant sentiments de Drago, qui lui aurait mentit sans vergogne, au dépend des tiens ?

-Je lui en aurai voulu à mort et j’aurai été blessé par sa réaction, continua Ginny qui comprenait enfin la situation dans son ensemble.

-Exactement, dit Blaise satisfait.

-Oui je vois où tu veux en venir Blaise. Pas la peine d’en dire plus, murmura Ginny. J’ai été stupide n’est-ce pas ?

-Hum, je ne vais pas te juger, je ne m’en sort pas très bien non plus avec Tracey.

Ginny rit de leur bêtise et Blaise la suivit rapidement. Elle leva les yeux vers la table des Serpentards mais Harry n’était pas là. Elle décida de rattraper ses erreurs, mais pas avant que lui rattrape la sienne. Il suffisait qu’elle lui fasse comprendre clairement ce qu’elle voulait. Elle n’était pas vraiment inquiète.

 

Harry était très songeur depuis sa conversation avec Zabini. En faite, le garçon était plutôt sympa et il lui avait fait comprendre qu’il n’avait rien à craindre de lui. Harry s’était sentit soulagé et il n’avait pas pu s’empêcher de se justifier devant lui. Zabini avait été très compréhensif en fin de compte, et il lui avait dit qu’il parlerait avec Ginny.

Harry n’avait pas osé allez déjeuner dans la Grande Salle, de peur de voir la réaction de Ginny, (Qui a dit que les Serpentards étaient courageux ?) et il avait mangé dans la cuisine avec son ami Dobby, l’Elf qu’il avait libéré quand il était en deuxième année. Mais maintenant le soir approchait et il se dit qu’il était temps qu’il parle avec Ginny. Alors il alla la retrouver.

 

Après son  dernier cours, Ginny se sentit tirée par le bras dans une classe vide alors qu’elle se rendait dans son dortoir pour déposer son sac avant d’allez diner. Elle sut sans l’ombre d’un doute que c’était Harry. A peine la porte fut elle fermée qu’elle se sentit plaquer contre celle-ci et emprisonnée entre des bras puissants. Elle ne dit rien et se contenta de le regarder dans les yeux. Ceux-ci brulaient d’angoisse et d’envie. Il posa soudainement ses lèvres contre les siennes et elle n’opposa aucune résistance. Au contraire, elle répondit avec fougue à son baiser passionné. Il devint rapidement très profond, et son corps fut parcouru de frissons quand elle sentit sa langue jouer sensuellement avec la sienne. Elle sentit son corps être pressé fermement contre le sien et elle sentit sa virilité se dresser contre son ventre, signe de son désir naissant pour elle. Quand elle sentit le même désir poindre au creux de ses reins, elle le repoussa doucement.

-Zabini, hein ? Demanda-t-il essoufflé le regard toujours aussi intense.

-Tu vas au bal avec Tracey Davis ? Réplica-t-elle le souffle haletant.

-Oui, dit-il d’un ton neutre.

-Alors oui, Zabini, répondit-elle en lui caressant doucement la joue.

Elle l’embrassa rapidement sur les lèvres, puis elle sortit de la pièce sans lui laisser le temps de répliquer. Elle espérait qu’il avait compris.

Harry ne la suivit pas. Le message était clair : S’il allait au bal avec Tracey, elle resterait avec Zabini. Alors il sourit. Il était temps qu’il arrête d’agir comme un idiot et qu’il parte réellement à la conquête de sa belle et intrépide Ginny. Et pour commencer, il allait l’inviter à ce bal. Mais d’abord, il devait parler à Tracey.