IX. Altercations

par Olympie

Chapitre 9

 

LE PREMIER MANGEMORT SORT D’AZKABAN AUJOURD’HUI

Lucius Malefoy, mangemort de la première heure, voit sa condamnation toucher à sa fin aujourd’hui. Il est le premier mangemort à sortir d’Azkaban. En effet, grâce à l’aide que sa famille a porté à Harry Potter, l’Elu, pendant la bataille de Poudlard, il avait échappé à Azkaban à vie, contrairement à la plupart des Mangemorts. Il sera menait ce soir, par des Aurors, dans la demeure de son fils, Drago Malefoy, qui habite avec sa femme et sa mère.

Le Ministère appelle à la tolérance envers la famille Malefoy, et demande de les laisser vivre leurs retrouvailles, qui est déjà entaché par un nouveau scandale que nous vous révélons aujourd’hui. En effet, Scorpius Malefoy, le fils de Drago Malefoy, est accusé d’avoir fait usage de la magie noir dans l’enceinte de Poudlard (voir p.6 pour en savoir plus).

                                                                                    

Rose n’en lu pas plus et referma La Gazette. Elle se doutait que bientôt, le journal dévoilerait le scandale, mais depuis deux semaines, aucun article n’en avait fait mention. Le Ministère avait dû donner le feu vert à La Gazette pour tout dévoilait, même si bien sûr la plupart des gens étaient déjà au courant, puisque leurs enfant leur avait fait savoir le tout par courrier.

- Tu as vu Rose, le grand-père de Scorpius sort d’Azkaban aujourd’hui, déclara Blaise d’un air sombre en s’asseyant à côté d’elle.

- Oui, répondit-elle simplement.

Blaise se servit un verre de jus d’orange et but avec un air sombre.

- Tu as lu l’article sur Scorpius ? Demanda-t-il enfin.

- Non.                                                                        

- Il est horrible, ils décrivent comme un garçon instable, et peu sûr, ayant dupé ses professeurs sur sa véritable nature pendant sept ans, raconta-t-il. Tu as raison de ne pas le lire, il m’a donné envie de vomir.

Albus s’assit en face de Rose, et haussa un sourcil en voyant Blaise. Depuis que Scorpius était parti, il n’avait pas mangé avec eux au petit déjeuner, mais il ne fit aucun commentaire. Il attrapa le journal qu’il rejeta comme s’il l’avait brûlé en ayant juste lu le titre.

- Il parle de Scorpius n’est-ce pas ? Questionna-t-il.

Rose hocha la tête. Tara et Matthew s’asseyaient à leur tour en leur jetant un regard intrigué.

- Vous en faites des têtes, quelqu’un est mort ? Intervint Tara.

- Il parle de Scorpius dans La Gazette, le scandale est dévoilé, expliqua Rose.

- Et alors, on savait que ça allait finir par arriver, et puis tout le monde était déjà au courant, puisque tous les élèves d’ici sont au courant, répliqua Matthew en haussant les épaules. Et puis, de toute façon, nous ne sommes pas vraiment concernés. S’il n’a rien fait, il s’en sortira.

Blaise le foudroya du regard et se leva. Albus essaya de le faire revenir en l’appelant. Tara s’énerva contre Matthew. Rose cacha sa tête entre ses mains. Les dernières semaines, depuis l’incendie, ne s’étaient pas vraiment bien passées. Matthew pensait que si Scorpius était vraiment innocent, il serait déjà revenu, et il le faisait savoir. L’ambiance était tendue dans le groupe. Rose se leva.

- Je vais faire un tour, on se voit en cours, annonça-t-elle.

Elle avait trouvé refuge dans la bibliothèque, elle avait trouvé une toute petite table près de la porte de la réserve, que peu d’étudiants utilisaient car elle était vraiment petite, et isolait. Rose se laissa tombait sur la chaise après avoir attrapé un livre qu’elle avait commencé la veille. Elle avait commencé par lire tous ce qui lui tomber sous la main, puis petit à petit, elle s’était concentrée sur les livres parlant des Animagus. La déclaration de Scorpius l’avait vraiment intéressé et elle avait voulu en savoir plus sur le sujet. Elle avait alors commencé à dévorer tous les livres traitant des animagus qu’elle avait trouvés dans la bibliothèque, mais elle commençait à manquer de lecture.

- Bonjour Miss Weasley, dit une voix dans son dos.

Rose sursauta et se retourna. Elle découvrit le professeur Jameson qui lui fit un grand sourire. 

- Bonjour Professeur, je peux vous aider ? Demanda-t-elle.

- Il semblerait que ce soit moi, qui puisse vous aidez. Apparemment vous harcèlerez notre pauvre bibliothécaire au sujet des Animagus.

Rose eut un semblant de sourire. Elle avait en effet obligé la pauvre bibliothécaire allé chercher pour elle des livres dans la réserve une bonne dizaine de fois rien que cette semaine.

- C’est vrai monsieur, finit-elle par déclarait avec une petite grimace qui arracha un sourire au jeune professeur.

Il tira une chaise d’une table voisine et s’assit en face de Rose.

- Alors, dites-moi tout, dit-il simplement.

- Tout quoi professeur ?

- Tout ce que vous savez déjà, ça m’évitera de vous dire ce que vous savez déjà.

- Eh bien, un animagus est une personne pouvant se transformer à volonté en un animal. L’apprentissage est difficile est assez long si on l’entreprend seul, mais si on est guidé par une personne elle-même animagus, c’est un peu plus simple parce que l’on sait où l’on va.

- Merci, Miss Weasley, je vois que vous écoutiez mes cours l’an dernier quand nous avons abordé les animagus, déclara le professeur quand Rose le regarda après avoir fini. Mais vous n’avez rien appris plus dans les livres ?

- Il y a peu de choses professeur. Beaucoup de livre parle des animagus d’un point de vue extérieur, puisque très peu d’animagus ont bien voulu parler de leur expérience personnel. Leur ressentit.

Le professeur Jameson fronça les sourcils et observa Rose.

- Pourquoi faites-vous toutes ces recherches Rose ? Demanda-t-il finalement.

Rose réfléchit un instant. Elle ne savait pas vraiment. Elle avait d’abord voulu lire pour se changer les idées. Puis ses lectures c’était tout naturellement orienté vers les animagus, ce qui, ne lui avait pas vraiment changé les idées puisqu’elle avait juste essayé de trouver un moyen de savoir en quoi se transformer un animagus, et forcement elle avait pensé à Scorpius. Et puis petit à petit, elle avait juste continué à lire ces livres parce qu’elle avait été extrêmement intéressé par le sujet. 

- J’ai juste besoin de me changer les idées professeur. Les cours sont difficiles cette année, e j’ai plus de responsabilité qu’avant, et c’est un sujet qui m’intéresse.

Le professeur eut un nouveau froncement de sourcil.

- Miss Weasley, si vous avez pour projet de devenir une animagus, vous devriez me le dire.

Rose se retenu juste à temps de ne pas rigoler.  Elle n’avait jamais songé à devenir une animagus. Mais maintenant qu’elle y pensait l’idée n’était pas si inintéressante, cela lui changerait les idées.

- Vous pensez que j’ai le potentiel professeur ? Dit-elle finalement.

- Evidemment Miss Weasley, puisque je vais vous aider. Il est de notoriété public que je suis un excellent professeur, répliqua Jameson avec un grand sourire.

Rose sourit. Elle appréciait ce professeur qui avait pris son poste l’an dernier. Il était en dernière année quand elle était rentrée en première année. C’était un bon professeur, s’occupant de ce qui arrivait à ses élèves même en dehors de ses cours, et qui avait su s’attirer la sympathie de beaucoup d’entre eux. Il faisait preuve d’humour pendant ses cours, même si c’était souvent au dépend de ses élèves qui le prenez avec bonne humeur la plupart du temps. Il avait aussi pour habitude de vanté ses propres mérites avec un grand sourire. Mais ce n’était pas un professeur avare de compliment, ni d’encouragement. Quand un élève arrivait à quelques choses de bien dans ses cours, il le complimenter avec chaleur, et quand un élève n’arrivait pas à faire quelques choses, il l’encourageait à s’entrainer, et si jamais, à venir le voir pour qu’il puisse l’aider. Bref, c’était un excellent professeur qui ne comptait ni ses heures, ni ses louanges quand il s’agissait de ses élèves, qui étaient selon ses propres dire « les meilleurs élèves au monde ». Jameson se leva et adressa un sourire rayonnant à Rose.

- Demain soir, vingt heures dans ma salle de classe Miss Weasley. Ne soyez pas en retard, ajouta-t-il avec un regard accusateur.

 

****

***

 

- Lâche-moi Sendeth !

Sally StPeter rigolait pendant que Mark Sendeth tenait une jeune fille par les cheveux. Rose arriva en même temps que Clark Devis son homologue.

- Sendeth, s’écria Rose. Lâche là tout de suite !

Sally avait arrêté de rigolait. Sendeth lui arborait un sourire encore plus grand.

- Qu’as-tu dis Weasley ? Ah oui, tu m’as donné un ordre.

Plusieurs personnes dans le couloir rigolèrent. Rose remarqua qu’elle connaissait la plupart. Des sixièmes années, ou des septièmes. Sally StPeter bien sûr, mais aussi deux garçons inséparables de sixième année, Greg Stanley et Paul Direen, une fille de quatrième année avait rigolé aussi, une certain Anna Léonn, et Darren Olson, le garçon qui partageait le dortoir avec Albus. Deux autres filles avaient aussi rigolé, deux cinquième année.

- Qu’est-ce qu’elle t’a fait ? Demanda Rose.

Sendeth poussa un soupir affreusement théâtral.

- Vois-tu Weasley, elle est un peu comme toi. Les gens comme vous me tapent sur le système.

- Les gens comme qui ? Demanda Clark entre ses dents visiblement en train de s’énerver.

- Toi, je te permets même pas de m’adressait la parole, siffla Sendeth entre ses dents à Clark. Levicorpus !

La jeune fille qu’il tenait pas les cheveux s’éleva dans les airs comme suspendu par la cheville, sa robe tomba et révéla qu’elle portait sous sa robe de sorcière un jean et un tee-shirt moldu. Rose reconnu alors les cheveux roux flamboyant caractéristique de sa famille.

- Lily !

- Ah, elle porte des vêtements moldus notre chère petite Potter, déclara Sendeth avec dégout.

Dire qu’à ce moment-là, Rose était en colère aurait été un euphémisme. Elle était hors d’elle, elle avait envie de tuer Sendeth sur le coup. Elle pointa Lily de sa baguette.

- Liberacorpus !

Lily retomba par terre sous le rire de Sendeth et de ses amis. Elle se releva et alla se placer près de Rose.

- Tu vas me le payer Sendeth.

Lily cracha en direction du garçon. Le cracha lui retomba sur les pieds.

- Comment oses-tu espèce de petite garce ?

Sendeth s’avança vers Lily mais Clark se mit entre eux.

- Ca suffit maintenant Sendeth, dégagez maintenant.

Sendeth lui rit au visage avant de se calmer et de lui jeter un regard plein de dégout.

- Si tu penses que tu peux me donner des ordres, sale Sang-de-Bourbe.

Le temps sembla s’arrêtait à ce moment-là. Clark ouvrit les yeux grands sous l’insulte. Rose était stupéfaite que quelqu’un utilise encore cette insulte, puisque encore aujourd’hui, elle était apparentée au mangemort. Même les acolytes de Sendeth semblaient sous le choc. Ce fut Anna Léonn qui réagit la première.

- Là, je ne te suis plus Jack. Je… C’est bien trop grave, déclara la jeune fille.

Elle esquissa un pas, mais fut arrêté par une voix autoritaire.

- Tu ne bouges pas Anna, c’est moi qui règle ça.

Rose leva les yeux et vit Jason Nott qui avançait vers eux.

 

****

***

 

- Petrificus Totalus, lança Jason Nott sans même un regard pour Sendeth. Espèce d’idiot va.

Il s’arrêta devant Sally.

- Sally, ma belle, raconte-moi ce qu’il s’est passé, demanda-t-il d’un ton mielleux.

Rose se retint de vomir devant le ton qu’il avait utilisé. Jason Nott avait toujours était prompt à donner des ordres à ses « amis ». Avait-il seulement des amis ?

- Nous sommes tombée sur la petit Potter commença Sally, et Jack a eu envie de s’amuser un peu, alors il l’a plaqué contre le mur et lui a posé des questions sur sa relation avec Dragonneau. Il a laissé sous-entendre qu’elle serait bien mieux avec lui, et elle la jetait. Alors il s’est énervé.

Nott se tourna vers les autres pour obtenir des hochements de têtes vigoureux. Cette fois s’en était trop, Rose allait vraiment vomir. Ils étaient tous sous ses ordres.

- Ensuite ? Demanda-t-il.

- Il l’a attrapé par les cheveux, c’est là, qu’ils – elle désigna les deux préfets-en-chef- sont arrivés. Weasley lui a demandé de la lâché, et tu le connais, il ne supporte pas qu’on lui donne des ordres. Puis, il a accroché la petite Potter dans les airs par la cheville, et Weasley la relâché. Alors la petite Potter lui a craché dessus, et quand il a voulu lui donner une correction, Devis s’est interposé. Et…

Nott la coupa d’un geste de la main.

- J’ai vu ce qu’il s’est passé ensuite.

Il poussa un soupir en s’avançant vers Sendeth. Il lui donna un violent coup de pied dans les côtes.

- Espèce d’idiot. Je ne veux plus rien à voir à faire avec toi. Tu ne t’approches plus de moi, tu ne me parles plus. Rien. Et tu es viré de l’équipe de Quidditch. StPeter, Stanley, Direen, Léonn, Olson, McLaggen, Leyann, on y va. Weasley, Devis, Potter, je suis désolée. Vous n’avez cas, le… Livrer à un professeur.

Sur ce, il fit demi-tour suivit de ses « amis ».

- Ouaaaaaaah, lâcha Lily. Ça c’est du commandement dites-moi.

Rose pouffa, mais son regard se reporta sur Clark qui n’avait pas du tout l’air de rigolé.

- Clark, ne t’inquiète pas, cet idiot ne savez pas ce qu’il disait.

- Oh, si, il le savait Rose. C’est ça le problème. La guerre s’éloigne, et cette insulte revient dans le domaine courant.

- Oh non, c’est encore très grave tu sais, intervint Lily. Tu as bien vu comment on réagit ses amis.

Clark eu un rire sans joie.

- Parce que ce ne sont pas vraiment ses amis. Et puis, vous n’avez pas remarqué ? Du groupe, la seule qui n’est aucun lien avec les mangemorts c’est Léonn.

Il s’éloigna sans rien ajouter, laissant Rose et Lily stupéfaite.

 

****

***

 

Albus s’étouffa avec son jus de citrouille, Matthew ouvrit des yeux immenses, Tara jura en français –elle avait appris ça pendant ses vacances-, Blaise lui resta impassible.

- Il l’a traité de quoi ? Redemanda Albus.

- De sang-de-bourbe, déclara sombrement Lily.

- Putain*, répéta sombrement Tara.

- Ca a dû lui faire un sacrée choc, dit tranquillement Blaise.

- Assez oui, acquiesça Rose. Il a affirmait que l’insulte revenait dans le langage courant.

- C’est normal, maintenant on libère les mangemort, alors forcément, ils se sentent de nouveau puissant ces espèce de petits cons au sang-pur. 

Cette fois Blaise s’étrangla avec son gratin.

- Pardon ? Demanda-t-il. Si tu pouvais éviter de nous mettre tous dans le même panier s’il te plait, ça pourrait être pas mal.

Matthew se leva avec rage et sortit de la pièce. Rose se leva et lui courut après. Elle lui attrapa le bras dans le couloir menant à la salle commune des Poufsouffles.

- Matt, qu’est-ce qu’il te prend ? Blaise n’a rien fait !

Matthew donna un coup de poing dans un mur avec un craquement sinistre venant de sa main.

- Mais merde, Rose ! Arrête ! Vous défendez tous Malefoy, mais pourquoi ?

- Parce qu’il est innocent Matthew, déclara Rose en faisant un pas en arrière et en serrant sa baguette dans sa main.

- Non, il ne l’est pas Rose ! Tout nous prouve le contraire, mais vous, vous vivez dans un monde magnifique, où tous vos amis sont parfaits ! Mais nous, on est dans la vraie vie. Ou Scorpius Malefoy pratique la magie noir ! Ou des petits cons insultent nos amis parce qu’ils ont des parents moldus ! Ou le mangemort qui a tué votre grand-père et votre tante sort de prison.

Des larmes avaient commencé à couler sur les joues de Matthew qui tomba à terre et tenant sa main blessé. Rose s’assit à côté de lui en lui soignant la main.

- De quoi tu parles  Matthew ?

- Mon grand-père refusait de rejoindre les mangemorts pendant la première guerre alors ils l’ont tué. Enfin Lucius Malefoy l’a tué. Il a aussi torturé ma tante avant la bataille de Poudlard. Elle ne s’en est jamais remise. Et aujourd’hui il est sorti de prison. Ma tante savait qu’il allait sortir. Alors elle a préféré mettre fin à ses jours plutôt que d’attendre de savoir si elle allait un jour revoir l’homme qui hantait ses cauchemars. La semaine dernière.

Rose ne dit rien. Elle attendit que Matthew reprenne.

- Je pense vraiment que Scorpius est comme son grand-père. Je pense vraiment qu’il pratiquait la magie noire dans sa chambre. Ce gars est louche Rose, et je ne sais pas vraiment comment il a fait pour venir trainer avec nous.

Il se leva sans rien ajouter. Rose se leva quelques minutes plus tard et fit demi-tour. Elle ne retourna pas dans la Grande Salle mais dans sa chambre.