Chapitre 12

par aqualyne

Enfant des fées


Chapitre 12


Tris jeta un regard curieux à Percy lorsqu' il arriva en retard au dîner avec ni plus ni moins qu' Harry Potter. Son ami lui fit un sourire en s' asseyant à côté de lui.


-Qu' est-ce que tu faisais avec Harry Potter ?


Percy le regarda en clignant des yeux un instant avant de répondre.


-Retrouvailles.


-Tu connais Harry Potter et tu ne me l' as jamais dis ?


Tris ne pouvait pas s' empêcher d' être blessé. Il n' avait jamais rien caché à son ami mais il semblerait que ça ne soit pas réciproque. Il vit Percy soupirer avant de se mettre à parler avec un regard un peu vague.


-Je ne l' ai rencontré qu' une seule fois. C' était quelques semaines avant ma première année à Poudlard. Je m' étais perdu dans la forêt et je suis tombé sur lui.


Percy fit un petit reniflement avant de continuer.


-Il ne m' a jamais dis qu' il s' appelait Harry Potter. Je l' ai découvert cette année.


Tris grimaça.


-Aïe. Et vous venez d' avoir une petite discussion à ce sujet c' est ça ?


-C' était ce que je voulais.


-Mais pas ce que tu as eu ?


-Je m' en suis rapidement rendu compte. Je ne peux pas lui en vouloir.


-Pardon ?


-Je suis trop content de le revoir pour être en colère contre lui. Il m' a manqué Tris. Plus que mon propre frère.


Tris se retrouva bouche bée devant l' aveu de Percy. Il savait que son ami avait des problèmes avec sa famille mais il devait avouer que c' était plus grave qu' il ne l' avait cru au premier abord. Un différent familial qui dégénérait en une colère sourdre chez à peu près tous les membres concernés ça passait mais que ce différent fasse que son ami était plus content de revoir un enfant qu' il n' avait rencontré qu' une seule fois dans sa vie plutôt que son propre frère c' était… Il ne savait même pas comment le formuler.

Distraitement il jeta un regard à l' enfant en question. Harry Potter. Il en avait entendu parler lorsqu' il était arrivé dans le monde sorcier. L' enfant qui à l' âge d' un an détruisit le plus terrible mage noir des cinq derniers siècles avant de disparaître dans la nature. Les rumeurs les plus folles ont couru sur ses tuteurs mais au final personne n' était sûr de rien. Au fond Tris se fichait pas mal de la célébrité de ce garçon. Là où tout le monde voyait une véritable icône sorcière lui ne voyait qu' un orphelin. Comme lui. Sauf que lui avait un frère. Il n' était pas seul. Harry Potter n' avait personne de son sang d' après les rumeurs. Au fil des années il s' était rendu compte qu' il ressentait beaucoup de pitié pour ce pauvre garçon. Puis il l' avait vu.

Un enfant ressemblant plus à une fille qu' à un garçon qui jetait des regards surpris à tout ce qui l' entourait et qui semblait un peu perdu dans les relations humaines d' après Pénélope. Un enfant qui avait été réparti à Poufsouffle contre tous les pronostiques. Un enfant qui ne semblait pas avoir conscience de sa célébrité. Un enfant. Juste un enfant comme tous les autres.

Tris se mordit un ongle en souriant. Harry Potter était quelqu' un d' intéressant.



Daphné jeta un regard à Yphgrid. Son ami avait l' air plutôt à l' aise à la table des poufsouffles et elle en était soulagée. Même si elle le connaissait depuis peu elle s' était rendue compte qu' Yphgrid vivait dans son propre monde et avait du mal à comprendre les autres. Heureusement les autres élèves de Poufsouffle ne semblaient pas avoir de problème avec ça.


-Daphné ?


La blonde se retourna surprise pour faire face à Lisa qui la dévisageait.


-Oui ?


-Pourquoi est-ce que tu regardes les poufsouffles ?


-Mon ami y est.


-Et alors ?


-Je voulais voir si il était bien intégré.


-Je vois.


-Tu sais tu ne le verras plus beaucoup.


Daphné se tourna vers la voix qui était intervenue dans sa conversation avec Lisa. Il s' agissait de Roger Malone. Un garçon de sa classe avec de courts et lisses cheveux de couleur auburn et des yeux bruns.


-Pourquoi dis-tu ça Roger ?


-Parce qu' il est dans une autre maison.


-Et en quoi ça empêche Daphné d' être ami avec lui ? Intervint Lisa.


-C' est simple. Les maisons ne s' aiment pas entre elles.


-Qu' est-ce que tu en sais ? Renifla Lisa.


-Moi aussi je me suis fait un ami dans le train. C' est Stephen Cornfoot. Un blond qui a été réparti à Gryffondor. J' ai été le voir tout à l' heure pour échanger nos emplois du temps et qu' on puisse se parler de temps en temps entre les cours. Tu sais ce qu' il m' a dit ?


-Quoi donc ? Demanda Daphné avec une certaine appréhension.


-Il m' a dit qu' il ne voulait rien avoir à faire avec l' un des stupides lèche-bottes de Serdaigle. Il a prit la copie de mon emploi du temps que je lui avait donné et il l' a déchiré avant de me la jeter au visage. Ensuite il est parti en ricanant et en disant que j étais un imbécile de vouloir être ami avec lui. Après tout on a jamais vu un serdaigle courageux pas vrai ?


Sa dernière phrase était dite avec tellement de venin que Daphné sentit son cœur se serrer mais elle se sentit également obligée de défendre son ami.


-Yph… Harry n' est pas comme ça.


-Qu' est-ce que tu en sais ?! Éclata Roger faisant se reculer Daphné de surprise. Tu la rencontré dans le train et vous avez parlé pendant quelques heures et vous êtes les meilleurs amis du monde c' est ça ? Tu penses que vous allez passer les sept prochaines années sur un petit nuage d' amitié et de joie ? Tu veux la vérité Greengrass ? Vous avez cessé d' être amis à l' instant où vous avez été répartis dans deux maisons différentes.


Et Roger retourna à son assiette laissant Daphné et Lisa muettes de stupeur devant l' explosion du garçon.


-C' est faux. Yphgrid n' est pas comme ça. Il ne m' abandonnera pas pour une histoire de maisons.


Ces pensées rassurèrent Daphné. C' était vrai. Yphgrid était son ami et rien ne changera jamais ça. Pourtant, au plus profond de son esprit elle n' arrivait pas à faire taire la pernicieuse voix qui ne cessait de murmurer : Et si ?




Hermione faisait de son mieux pour ignorer les singeries de Ronald Weasley mais c' était difficile. Depuis maintenant deux heures il n' arrêtait pas de raconter comment LE Harry Potter était venu lui demander timidement et tremblant de tous ses membres si ils pouvaient être amis et comment, dans sa grande bonté, il avait rassuré le Sauveur du monde sorcier en lui donnant son amitié et en lui donnant des conseils sur la meilleure manière de tenir sa baguette.


-Je suis comme un grand frère pour lui vous savez ? Se vanta le roux.


C' était franchement agaçant. Mais ce n' était pas pire que la manière dont le regardaient les autres élèves de Gryffondor. Ils buvaient toutes ses paroles comme si elles étaient sacrées et disaient amen à tout ce que racontait l' autre idiot.

Bon. Si elle devait être honnête il y avait deux élèves plus intelligents que les autres qui arrivaient à passer au travers de l' énorme tissus de mensonges évidents raconté par le rouquin. Il s' agissait de d' Oliver Rivers un blond aux cheveux bouclés et aux yeux verts et de Sophie Roper une fille avec de longs et lisses cheveux couleur corbeau et des yeux bruns. En fait ils regardaient Ronald et sa coure avec autant sinon plus d' agacement qu' elle. Au fond d' elle cela la rassurait. Lorsqu' elle s' était rendue compte des abrutis qui allaient partager ses sept prochaines années elle s' était sentie très seule mais peut être qu' elle pourrait devenir amie avec Oliver et Sophie. Si ils arrivaient à supporter son inconditionnel besoin de tout savoir.



-Harry ? Tu peux me passer la tarte aux pommes s' il te plaît ?


En souriant le brun attrapa le plat qui contenait encore trois ou quatre parts de tarte et le passa à Neville qui en prit une part.


-Merci.


-Je t' en pris.


Alors qu' il mangeait sa part de tarte Neville releva les yeux pour regarder Harry. Il n' en revenait toujours pas. Il était dans la même maison que lui ! Il n' avait jamais osé ne serait-ce que rêver de cela et pourtant ce fol espoir d' enfance était devenu une réalité. Lorsqu' il avait appris l' existence du filleul de ses parents il avait immédiatement voulu le rencontrer. Seulement pour apprendre qu' il s' agissait de l' un des plus grands mystères de la communauté magique de Grande-Bretagne : Harry Potter. Cette information lui avait brisé le cœur. Bien sûr il s' en était remis depuis. Il est difficile de prendre conscience du vide qu' à laissé dans sa vie une personne que l' on a croisé que deux fois et seulement avant son deuxième anniversaire. Pourtant chaque année il était allé déposer des fleurs sur la tombe de son parrain et de sa marraine et avait fait brûler une bougie pour la sécurité de la personne qui aurait dû être élevée avec lui.

Et aujourd'hui cette personne était devant lui. En chair et en os. Avec un magnifique sourire et un regard rempli d' innocence. Il devait lui parler de leur lien. Lui expliquer qui leurs parents étaient les uns pour les autres. C' était vital. Et pourtant. Pourtant il n' y arrivait pas. Il avait passé sa journée à essayer de l' aborder mais rien à faire. Ses mots se bloquaient dans sa gorge, ses pieds refusaient d' avancer ou Harry était avec Morag. Au final la journée était écoulée et Neville n' était pas plus avancé sur ce terrain qu' au moment où le soleil s' était levé sur le château.

Retenant un soupir Neville termina sa part de tarte. Demain il parlera à Harry. Peut importe ce qui arrivera il lui expliquera tout.




Yphgrid sortit de table avec un sourire rêveur. Cette école était un lieu plutôt agréable. Les cours étaient étranges mais le lieu était reposant. Presque aussi agréable que la forêt où il avait grandi. Alors qu' il se dirigeais vers les dortoirs il ressentit l' apaisante pulsation de la magie féerique. Maintenant que cette maudite malédiction avait disparu la magie féerique n' avait cessé de gagner en puissance et c' était agréable. Il pouvait voir que les couleurs des tableaux étaient devenues plus vives, que les vitraux du château étaient plus chatoyants et que les plantes du parc semblaient plus vives qu' avant. Il s' agissait de petites différences quasiment invisibles à l' œil nu mais aux yeux d' Yphgrid elles changeaient tout. Et rien que pour cela il n' avait qu' une hâte : que tout le monde dorme pour qu' il puisse retourner voir Magia et lui poser des questions sur le château.

Tout à sa rêverie il cogna accidentellement une fille brune.


-Je suis désolé.


La fille se contenta de lui lancer un regard noir avant de continuer son chemin. Ce n' est qu' au moment où elle lui tourna le dos qu' Yphgrid la ressentie. La pure énergie qui pulsait autour d' elle. D' abord surprit il ferma rapidement les yeux pour modifier sa vision. Lorsqu' il rouvrit les yeux ils étaient devenus dorés. Il les posa rapidement sur la fille et s' étrangla de surprise. Autour d' elle une intense aura du plus pur des blancs pulsait avec force et intensité. Elle était si puissante et si pure qu' Yphgrid fut rapidement obligé de désactiver sa vision pour éviter de devenir aveugle. Il regarda ensuite la fille avec fascination. Sa magie était aussi pure qu' une licorne. C' était la première fois qu' il voyait une chose pareille.

Il devait vraiment parler avec Magia. Elle avait dis qu' elle savait tout sur le château alors elle devait aussi savoir qui était cette fille.