Faille

par Captain Antheus

Depuis l’altercation entre Augustine et Lysandre, cela a brisé quelque chose dans leur amitié. De plus, l’absence d’Eerider leur pèse lourdement sur les épaules. Si Lysandre s’est fait une raison, ce n’est pas le cas de son camarade. Il s’est décidé qu’après ses études ici, il ira s’entraîner à la Tour Maîtrise.


De son côté, Eerider passe ses journées à vivre sous la surveillance de Beladonis. Ses affaires sont rangées, et elle se demande chaque jour si ce sera son dernier à Kalos.

Ennuyée par cette nouvelle condition, elle profite d’une nuit où toute la maisonnée dort pour s’enfuir et prendre le train pour Illumis. Elle veut revoir ses amis, au moins ce soir. Elle a bien conscience des risques, mais elle n’arrive pas à résister à cette envie d’escapade. Elle enfile des vêtements, ses bottes et prend de l’équipement ainsi que ses Pokémons. Puis, elle vérifie alentours et s’échappe par la fenêtre. La jeune fille retombe agilement sur le rebord de fenêtre du salon puis saute encore pour se réceptionner silencieusement sur le sol.


Dans le train, Eerider est tout de même nerveuse. Lorsque le contrôleur vient lui demander son billet, elle en sursaute de surprise. Le contrôleur vérifie le billet puis la salue avant de repartir continuer son travail. De retour dans la cabine du chauffeur, il prend son téléphone et passe un appel. « M’sieur Beladonis ? La petite Eerider est ici… Oui… Non, elle ne se doute de rien… Très bien, je garde un œil sur elle. Vous avez des hommes à Illumis ? …Entendu. Dites, m’sieur, on devrait trouver un nom à cette opération ! »

Beladonis a raccroché sans prendre la peine de répondre.


Dans la gare d’Illumis, Eerider regarde tout autour d’elle. Certes, elle n’est pas rassurée, mais elle tâche de ne pas gâcher son plaisir par sa peur. Tu es une véritable aventurière cette fois ! se rassure-t-elle intérieurement.

À une heure avancée de la nuit, Augustine et Lysandre dorment. Elle va donc à l’hôtel le plus proche et réserve une chambre pour la nuit. La jeune fille donne un pourboire à l’hôtesse d’accueil en plus et monte dans la chambre qu’on lui a allouée. L’hôtesse adresse un hochement de tête au contrôleur de train qui monte à son tour, habillé en randonneur. Dans son sac à dos, pas d’équipement pour crapahuter, mais plutôt du matériel de surveillance et quelques Pokémons. Il sort un Ponchien, son fidèle compagnon. « Notre bon vieux Beladonis avait vu juste. Nous allons devoir mener à bien notre mission, partenaire ! » souffle-t-il à l’attention de son Pokémon. Ce dernier se met immédiatement au travail.


Eerider regarde le plafond, allongée sur son lit, Marisson et Abo à ses côtés. Elle caresse l’un et l’autre doucement tout en restant plongée dans ses réflexions. Elle secoue la tête et se relève. « C’est mon père après tout. Un sale type qui nous a fait du mal, mais mon père quand même. Il ne peut pas me traiter comme une ennemie ! Vous savez quoi ? Demain je vais aller le chercher et lui dire ses quatre vérités en face ! » s’exclame Eerider en serrant les poings.

Cette annonce ne rassure ni Abo ni Marisson, mais pire encore, elle alerte son garde du corps dans la chambre d’à côté. Même Ponchien sort les crocs. « Heureusement que j’ai nos faux uniformes de la Team Galaxy. Tu te sens prêt pour une attaque surprise, partenaire ? » Le Ponchien fait signifier qu’il est prêt et se laisse faire quand son dresseur l’habille. « Bien, je vais avoir besoin de toi Magirêve », dit le dresseur en sortant le Pokémon. Tous les trois sortent de la chambre et frappent à la porte de celle d’Eerider.


La jeune fille sursaute encore une fois. Elle s’immobilise et couvre sa bouche et son nez avec ses mains. Les yeux grands ouverts, elle attend, non sans trembler, totalement tétanisée. L’individu frappe encore une fois à la porte. Puis une voix lui parvient : « Excusez-moi, room service ! Je viens vous apporter de quoi manger ! »

Eerider ne donne aucune réponse. Elle entend plusieurs bruits. Puis, le silence. La jeune fille n’ose pas ouvrir la porte, pourtant c’est là sa seule échappatoire. Quoiqu’il reste la fenêtre, se dit-elle. Cependant, ce serait très dangereux du fait qu’elle se trouve au premier étage.


Un bruit de clef fait manquer un battement au cœur d’Eerider qui commence à sérieusement paniquer. Lorsque la porte est déverrouillée, elle glisse rapidement sous le lit, suivie de ses Pokémons. À travers le drap, elle voit un individu, suivi de près par un Ponchien qui commence à sentir une piste. La voix de l’homme s’adresse à quelqu’un qu’elle ne voit pas. « Tu crois qu’elle s’est enfuie ?


Eerider n’a plus aucune issue. À moins de sprinter pour sortir de l’hôtel et regagner la gare, en espérant avoir un train dans la seconde, elle est totalement coincée. Le Ponchien gratte le sol et aboie lorsqu’il remarque la présence de la jeune fille. Eerider ferme les yeux. C’est fini ! L’homme soulève le drap et simule une certaine satisfaction, il récite alors un dialogue répété par cœur. « Te voilà, jeune fille ! Papa te cherche depuis un long moment, tu sais ? Tu ne veux pas le revoir ? Je suis sûr qu’il te manque ! Allez viens ! »


Au moment où l’homme attrape Eerider par le poignet, il se fait attaquer par surprise par Abo, qui s’enroule autour de lui et menace de le mordre de ses crochets dégoulinants de venin. La distraction donne le temps à la jeune fille de se libérer. Cependant, elle ne peut pas sortir, un autre sbire de la Team Galaxy bloque la porte. Sa seule issue est la fenêtre. Résignée, elle s’apprête à l’ouvrir. Soudain, une chose inattendue se produit. L’environnement se distord et tout semble se figer sur place. Des cubes microscopiques apparaissent progressivement. Ils atteignent la main tendue d’Eerider et remontent le long de son bras, son cou et son visage. Ceci lui fait l’effet d’un fourmillement désagréable. Contrairement aux deux autres et aux Pokémons, elle n’est pas figée. Tout du moins c’est ce qu’elle découvre en se retournant. Par la même occasion elle remarque un spectre d’elle-même laissé derrière chacun de ses mouvements et disparaissant progressivement. Là où son double fantomatique reste, après avoir disparu, il laisse une altération plus ou moins importante. Comme des trous donnant sur un lieu caché en dessous. « Qu’est-ce que… » commence Eerider. Sa voix lui parvient étrangement, comme si elle parlait devant un ventilateur, dans un endroit très haut de plafond. Est-ce l’œuvre d’un Pokémon ?

Plutôt que d’essayer de comprendre, elle en profite pour s’enfuir, attrapant Abo et Marisson au vol. La jeune fille se met à courir et de l’hôtel elle passe à un autre endroit. La gare d’Illumis. Précipitamment elle laisse un mot caché derrière l’un des panneaux d’horaires, pour faire savoir qu’elle a besoin d’aide. Encore une fois, elle se téléporte littéralement dans un autre endroit. Cette fois elle est de retour à Mozheim, sur le quai de la gare. Cependant, quelque chose cloche ; la gare n’est plus pareille. Plus bizarre encore, elle remarque Augustine assis sur le banc, en face du quai. En revanche, ce n’est pas le jeune homme encore en étude qu’elle connaît, ses vêtements portent à croire qu’il travaille dans un laboratoire. Avant qu’elle n’ait le temps de faire quoique ce soit, son environnement s’altère encore une fois, détruisant ce qu’il reste de la gare de Mozheim. Tout du moins, c’est ce qu’elle a comme impression avant de vaciller et s’effondrer.