La leçon du Professeur Sorbier

par Captain Antheus

Ce jour-là, Eerider, Lysandre et Augustine sont en avance. En effet, pour rien au monde, ils ne manqueraient l’arrivée du professeur Sorbier. Sur le chemin, ils se font arrêter net par une jeune femme en rollers qui leur passe sous le nez et s’immobilise devant eux. « Je vous ai vus hier, et je me suis dit que j’allais être généreuse et vous donner une paire de rollers. En revanche, j’aimerais un combat Pokémon pour savoir si vous en valez la peine ! » s’exclame la dresseuse sur roulettes.

Les trois compères ont la même réaction et la bousculent en prétextant qu’ils n’ont pas le temps, puis s’empressent de rentrer dans l’école. La jeune femme hausse les épaules et souffle : « Ils reviendront quand ils seront prêts. Ou quand ils auront besoin d’une paire de rollers pour aller encore plus vite. »


Pour une fois, tous les élèves se tiennent tranquilles, même Brasénie et Ancolie qui discutent avec Xanthin. Eerider adresse un regard amusé à Augustine discrètement.

Lorsque le professeur Sorbier entre dans l’école, tous les regards se tournent vers lui. Cet homme a la carrure imposante autant physiquement que moralement, aux cheveux et à la moustache grisonnants, trahissant son âge avancé, se dirige calmement à côté du professeur de l’école de Neuvartault. Il pose sa mallette et brise le silence cérémonial qui règne dans la classe en se présentant. Il présente trois Pokémons de la région de Sinnoh : Tortipouss, Ouisticram et Tiplouf. Puis, il fait de même avec ses propres Pokémons : Etourmi et Etouraptor.

Il introduit grâce à eux le principe de l’évolution et explique les différents moyens d’évolution connus jusqu’à présent. Augustine attire son attention et, lorsqu’il a l’autorisation de parler, il fait remarquer : « Je pense que l’amour que peut éprouver un dresseur envers son ou ses partenaires permet d’accomplir certaines évolutions. J’ai lu qu’il pouvait y avoir une évolution si le bonheur du Pokémon était suffisant, par exemple, mais qui sait s’il n’y a pas davantage de potentiel ?

Le professeur Sorbier regarde tour à tour son Etourmi et son Etouraptor et échangent comme un commun accord. Il regarde droit dans les yeux Augustine et lui dit :


Le garçon se lève, il s’assure d’avoir son carnet et sert la Pokéball de Grenousse contre son torse avant de le faire sortir. Le Pokémon se retourne et son dresseur lui adresse un sourire confiant, il lui fait comprendre d’un hochement de tête qu’ils réussiront. Même s’il a l’intention de montrer son expérience plutôt que de chercher simplement la victoire.

Ils vont dans la cour et le professeur de l’école arbitre le combat.

Grenousse trouve un avantage dans la vitesse et les sauts pour compenser son niveau face à Etourmi, alors que l’oiseau fait une cabriole aérienne pour esquiver une attaque Vibraqua, du brouillard l’entoure brusquement. Une Vive-Attaque le frappe, puis une seconde. Le professeur Sorbier lui fait utiliser Tranch’Air pour se libérer du brouillard et le fait voler plus haut. Le Pokémon fond sur Grenousse qui se fait toucher de plein fouet, manquant de peu son esquive. Il tente cependant de se relever mais Augustine lui fait comprendre qu’il en a assez fait. Cependant, Grenousse exprime de sa voix son refus, alors son dresseur lui donne une baie qui lui redonne des forces, enchaîne aussitôt avec Vive-Attaque et réussit à toucher l’Etourmi avec Ecras’Face. L’adversaire réplique d’une attaque qui le surprend et finalement Grenousse est mit K.O.

Chacun fait revenir ses Pokémons pour les laisser se reposer et le professeur Sorbier donne à Augustine de quoi soigner Grenousse. « Tu ne sembles pas très confiant. Et ton Pokémon essaye de te le faire comprendre, à en croire sa réaction.

Lysandre et Eerider leur adressent un sourire qu’il leur rend.


L’après-midi, le professeur Sorbier présente dans les grandes lignes la région de Sinnoh et parle un minimum d’une organisation mauvaise aux ambitions démesurées et conclut par des conseils pour que les jeunes dresseurs restent sur le droit chemin.

Les élèves quittent la classe, le professeur Sorbier s’approche d’Augustine. « Je reste encore un peu ici pour mes recherches, il n’est pas impossible que je vienne te rendre visite. Tu vas peut-être m’aider dans mes recherches. J’aimerais voir tes fameuses lectures », lui dit-il.


Brasénie remarque la conversation entre Augustine et le professeur Sorbier, elle reste un instant avant de quitter la classe. Les jours à venir sont prometteurs, se dit-elle en rejoignant ses amis.


Le soir venu, Augustine mange un sandwiche en toute hâte et s’assoit sur son lit, quatre livres à côté de lui. Il fait sortir Grenousse et l’invite à s’allonger sur ses genoux. « La nuit va être longue, partenaire », murmure-t-il en lui adressant un sourire.

C’est sans compter sur Eerider qui vient lui rendre visite. Il lève le nez de ses livres et ouvre à la jeune fille. Il regarde sa camarade avec de grands yeux avant de l’inviter à entrer, il referme la porte et s’empresse aussitôt de lui servir une tisane. Après quoi ils font affronter leur Pokémon dans un combat amical. Eerider finit par tomber de sommeil, la tisane faisant son effet plus facilement sur elle. Elle se laisse glisser sur les genoux d’Augustine qui prend soin de lui glisser un coussin sous la tête et l’enrouler dans la couverture, avant de se saisir du troisième livre de la pile.