The church

par iria_hime

Joshua m’a pris la main. Je suis assez surprise par son geste et ne sais pas trop comment l’interpréter. Immédiatement, je me demande si Joshua est attiré par moi. Néanmoins, je ne vois rien dans son regard ou sur les traits de son visage qui laisse penser qu’il souhaite aller plus loin.

A ce moment-là, Aaron et Daryl reviennent à la cabane. On se lâche la main, mais je vois que ça n’a pas échappé à Daryl. Il s’arrête brusquement et nous regarde avec incompréhension. Je vois la colère monter en lui tandis qu’il foudroie Joshua du regard. Celui-ci préfère éviter l’altercation et se dirige vers la cabane, mais Daryl se précipite sur lui et le pousse violemment à terre.
“Qu’est-ce que tu fous avec Beth, toi ?! Hein ?!” Lui hurle-t-il.
“Y’a rien ! Il s’est rien passé !” Rétorque Joshua en se protégeant le visage.
“Daryl, stop ! On va en parler.” Tente Aaron en me faisant signe de ne pas m’interposer.

Daryl est fou furieux. Il attrape Joshua par le col de son t-shirt et le relève sans ménagement pour le plaquer contre la paroi de la cabane. Le vacarme fait sortir Nathanaël qui se précipite pour protéger son frère.
“Tu m’expliques maintenant c’que t’essayes de faire avec Beth ou j’te jure que j’t’éclate ta gueule de p’tit con !”
“Daryl, arrête ! Il n’a rien essayé de faire. C’était purement amical, alors lâche-le !” Il est trop aveuglé par sa rage pour m’écouter.
“Lâche mon frère, putain !” Nat tire de toutes ses forces Daryl en arrière.

La scène se fige pendant de longues minutes où nous essayons de raisonner Daryl qui reste accroché à Joshua, sans plus faire de mouvement. Sa mâchoire est crispée et tout son visage exprime la haine. Joshua n’essaye plus de se justifier, peut-être voit-il que ça ne servirait à rien. Il serre simplement les poignets de Daryl pour tenter de le repousser.

La situation est trop tendue et je décide d’intervenir d’une manière différente. Je fais signe à tous de me laisser faire, pendant que je me place à côté de Daryl et pose doucement ma main sur son bras.
“Daryl, laisse-le, maintenant. On va discuter tous les deux.”
Ma voix est douce, calme et apaisante, mais il ne réagit pas. Ses yeux fixent Joshua tel un chien enragé. De mon autre main, j’essaye délicatement de lui faire tourner la tête vers moi. Il résiste.
“Daryl, regarde-moi. S’il te plaît… aie confiance en moi.”
Il tourne légèrement la tête et ses traits s’apaisent quelque peu lorsque ses yeux se posent sur mon visage. Lentement, je réussis à le faire lâcher Joshua. Aaron s’empresse de le conduire, ainsi que son frère, à l’intérieur.

“Putain de merde, Beth, c’est quoi ce bordel ?” Même s’il est plus calme, il reste à fleur de peau.
“Je te l’ai dit, c’était juste une marque d’amitié. C’est rien du tout Daryl…”
“Me dis pas que c’est rien. Déjà, tout à l’heure tu lui fous une droite et j’t’ai rien demandé. Oui, j’ai vu la trace sur son visage, difficile de la manquer. Et là vous vous tenez la main, putain de bordel de merde ?!”
“Je t’aurai tout raconté évidemment, mais on n’a eu aucun moment seul tous les deux. Maintenant, je vais tout te dire. Tu veux qu’on s’assoie tranquillement ?”
Il fait ‘non’ de la tête. Je prends sa main, mais il ne serre pas la mienne en retour. Au moins, il ne m’a pas carrément rejetée, me dis-je.

“Déjà, parlons de tout à l’heure. J’avais été le voir pour crever l’abcès, suite à l’épisode où il avait tiré sur les rôdeurs. Tu me l’avais demandé. Sauf qu’à un moment il m’a sorti que j’étais qu’une gamine qui n’avait aucun droit de lui donner des ordres. Ça m’a blessée, j’étais humiliée et… mon poing est parti tout seul. Finalement, il a retiré ce qu’il avait dit et m’a proposé de faire la paix.”
“Alors maintenant, tu cognes dès qu’on te sort un truc qui t’plaît pas ?”
J’ai l’impression de me faire réprimander par mon père et ça ne me plaît pas du tout. Néanmoins, je préfère ne pas envenimer la situation et passe sur la leçon de moral.
“Bref, à l’instant, on discutait de la mort d’Isabelle. Il se trouve que Joshua… en fait, il réagit exactement comme je l’ai fait quand Zach est mort. Il ne s’attache à personne pour ne pas souffrir. Donc je lui ai raconté que j’avais connu la même chose, mais que j’en étais revenu. Je lui ai conseillé d’être un peu plus lui-même et de s’ouvrir aux autres. Que même si ça fait mal quand on les perd, c’est ça qui fait de nous des humains.”

Les yeux de Daryl se perdent un instant dans le vague. Se rappelle-t-il nos discussions à ce sujet ? C’est moi qui m’en étais ouverte à lui, car il ne voulait pas laisser ses sentiments pour moi s’éveiller.
“Et, c’est là qu’il a pris ma main. Je crois que c’était sa façon de me remercier, je ne sais pas.”
“Sérieusement Beth, qu’est-ce que tu croyais ?” Je le regarde avec incompréhension. “C’est un mec. Il a interprété ça comme une invitation à…”
“A quoi ?”
“Mais putain, c’est comme si tu lui demandais de t’embrasser là !”
“Ça va pas, non ? C’était pas du tout ça.”
“Mais c’est un mec ! Une douce et jolie jeune fille lui dit de s’ouvrir aux autres, c’est un putain de signal pour lui !”
“Tu débloques complètement, là. En plus, il sait très bien qu’on est ensemble. Il n’aurait pas fait ça”
“Il pouvait supposer qu’on est ensemble, mais pas en être sûr.”
“Ah oui... je ne t’ai pas raconté ça, c’est vrai.”
“Quoi ?”
“Sur la route, Nat m’a dit qu’ils… nous ont entendu… la nuit dernière.”
Il met quelques secondes à comprendre de quoi je veux parler. Pendant ce temps, je me souviens que Nat m’a aussi dit que ça les avait plutôt fait rire, sauf Joshua. Se pourrait-il que ce soit parce qu’il aurait voulu prendre cette place avec moi ? Je vois ça sous un jour nouveau maintenant, mais je préfère garder ça pour moi.
“Oh… Oui, donc il le savait.”
“Et sachant ça, ce serait stupide de sa part d’essayer de me… draguer ou autre. On est quand même en train d’essayer de survivre là. J’crois pas qu’il ait envie de perdre du temps à des enfantillages pareil.”
“Ouais…”

Il semble un peu perdu, les yeux hagards. Je le sens toujours sur la défensive. D’un coup, je réalise qu’il a été tout simplement jaloux de Joshua. Je ne peux m’empêcher de sourire. J’attire Daryl contre moi et l’enlace amoureusement. Mes yeux plongent tout au fond des siens. C’est bon d’être seule avec lui. Mon tendre protecteur, celui qui fait battre mon cœur, ne saura-t-il jamais à quel point je l’aime ? Il faut que j’arrive à le rassurer.
“Personne ne m’éloignera jamais de toi, Daryl Dixon.” Je caresse tendrement son visage et ses longs cheveux bruns. “Tu es tout pour moi, Daryl. Tu le sais, n’est-ce pas ?”
Il détourne le regard un instant. Quelque chose le contrarie encore. Ouvre-toi à moi, Daryl.
“J’sais pas. Les choses ont changé. On est à nouveau sur la route et on n’est plus seul. C’est plus juste nous deux.”
“Et c’est censé changer ce que je ressens pour toi ?”
“P’t-être bien.”

Son scepticisme commence à m’inquiéter. A-t-il si peu confiance en lui, le grand Daryl Dixon ? Je croyais justement avoir réussi à l’aider sur ce plan-là. Je croyais qu’il savait ce qu’il représentait pour moi. Mais c’est vrai qu’on était juste tous les deux. Je crois que ça l’aidait à être à l’aise et à se laisser aller.

Je passe mes mains sous son t-shirt au niveau de son dos musclé. Mes doigts effleurent ses cicatrices et en tracent leur contour. Je veux qu’il se souvienne du moment où il m’en a parlé. Je veux qu’il se souvienne de ce moment précis. A ce contact, il me regarde intensément. Je le sens à nouveau réceptif, c’est ce que je voulais.
“Je te connais, Daryl. Je te connais bien.” Mes lèvres glissent lentement vers les siennes, mais je m’arrête un centimètre avant de les toucher, peut-être moins. Son souffle chaud caresse ma peau. “Tu es un homme exceptionnel. Tu es bon, attentionné et protecteur. Tu es celui que mon cœur a choisi et rien ne pourra changer ça. Jamais. Tu m’entends, Daryl ? Ja-mais.”
Ses bras s’emparent de ma taille comme un étau. Nos bouches se pressent l’une contre l’autre avec passion. Mon bas-ventre bouillonne de désir. Plus rien ne compte pour moi que lui.

Des grognements se font entendre près de nous. On stoppe net notre étreinte à l’approche des rôdeurs.
“Putain, avec tout le boucan qu’on a fait tout à l’heure, ils ont choisi ce moment précis pour se pointer. Fais chier !” Bougonne Daryl.
J’esquisse un sourire en me saisissant de mon arbalète. On part d’un même mouvement en direction des rôdeurs et bientôt se fait entendre le sifflement de nos armes dans l’air suffoquant de Géorgie.

Nous avons passé la nuit dans cette cabane. L’ambiance était plutôt glaciale entre la mort d’Isabelle et l’altercation de Daryl et Joshua. Mauvais départ pour souder notre groupe, mais on n’y peut rien pour le moment.
Au réveil, Daryl conduit à nouveau notre petit groupe en suivant les traces qui partent de la cabane. Moi, je tâche de ne pas rester trop près de Joshua, qui a l’air de m’éviter également.
Les traces nous mènent à nouveau en forêt où on croise la route de quelques rôdeurs éparses dont on se débarrasse facilement. On croise également des rôdeurs morts et en état de décomposition avancée, agglutinés près d’un gros rocher.

“Si on doutait qu’un groupe de survivants soit passé par là, voilà qui nous rassure.” Déclare Aaron.
Moi je me demande surtout qui on est en train de pister. Je n’ose pas croire que ce soit Maggie et les autres. J’ai peur d’espérer pour rien.

On déambule un certain temps en forêt, guidé par Daryl, jusqu’à déboucher sur une petite église. Les portes sont grandes ouvertes et des espèces de pics en métal ont été disposés autour de l’entrée. Sur certains se trouvent des rôdeurs empalés qui ont été tués par la suite. Il est évident que le groupe de survivants qu’on suit s’est arrêté là un moment.

On rentre prudemment à l’intérieur de l’église et refermons les grandes portes derrière nous. La lumière filtrée par les vitraux nous révèle des traces de sang et de lutte peu partout. Je me demande bien ce qu’il s’est passé ici. On se répartit dans l’église et commençons à fouiller les différentes pièces.
Je rentre dans ce qui ressemble à un bureau. Pas de rôdeur. Dans la pièce se trouve une armoire, un bureau et un canapé avec des tâches de sang dessus. Plus bizarre encore, plusieurs lattes du parquet ont été retirées. Prudemment, je regarde dans le trou. Il mène juste en dessous de la maison, ce qui créé une deuxième issue à l’église. J’imagine que le groupe s’est fait envahir et qu’ils ont du s’échapper de l’église par là. Par mesure de précaution, je bloque le trou avec une planche qui servait d’étagère dans l’armoire.

“Putain de merde ! Beth ! Viens voir ça !” Crie Daryl.
Je sors précipitamment du bureau et fonce vers lui. Sans rien dire, il me tend une carte routière avec l’inscription suivante :
“Désolé d’avoir été un connard. Viens à Washington. Le nouveau monde aura besoin de Rick Grimes.”
Rick ! Rick était bien ici ! Daryl paraît bouleversé lui aussi. On a réussi à les retrouver ! On a suivi la bonne piste. Je me mets à rire nerveusement, les larmes aux yeux.

Joshua vient nous voir et regarde le message sur la carte.
“Il faisait partie de votre groupe ce Rick ?”
“Oh que oui ! C’était notre leader depuis le début. Et s’il a survécu… alors d’autres ont survécu aussi.”
“Surtout qu’il n’était probablement pas avec Maggie, Sasha et Bob, sinon il aurait aussi signé leur message.”
“Oui, c’est vrai ! Tu as raison. Bon récapitulons. Au moins trois groupes se sont échappés de la prison. Nous, Maggie, Sasha et Bob de leur côté et enfin Rick. Il a dû partir avec Carl au moins. Il ne l’aurait jamais laissé. Et Judith !”
“Beth…” Commence Daryl en me regardant, une ombre de tristesse dans ses yeux. “Judith est un bébé… Il y a peu de chance qu’elle soit encore vivante après… tout ça.”
Mon visage s’assombrit aussitôt. J’étais tellement euphorique que tout me paraissait possible, mais je dois revenir sur Terre. Il est presque impossible que Judith s’en soit sortie.

“Oui…” Je continue. “Ensuite les deux groupes ont tous les deux pris la direction de Terminus. Je ne sais pas s’ils ont été là-bas et ont vécu la chute de Terminus ou bien s’ils l’ont découvert en ruine. Quoiqu’il en soit, ils sont ensuite passés par la cabane et arrivés jusqu’ici. Et de là… ils ont dû partir pour Washington, si on fait confiance à ce message.”
“J’sais pas qui l’a écrit, mais ça suppose qu’ils ont dû se séparer. Rick est resté plus longtemps par ici, mais ça semble désert depuis un moment maintenant.”
“Washington, c’est notre seule piste.”
“Faut pas se précipiter. Continuons le tour de l’église, regardons les traces et puis, on aura besoin d’une voiture pour Washington.”
“Et nous ?” Demande Joshua en plantant ses yeux sur moi. “Vous nous avez demandé ce qu’on en pensait ?”

Pour Daryl et moi, retrouver notre groupe est une priorité. Ils sont notre famille, il n’est pas envisageable de les laisser, surtout qu’on a maintenant la certitude que certains sont vivants et une indication de là où ils pourraient être. Néanmoins, on a un autre groupe maintenant et on a manqué de tact avec eux. J’me sens mal de les avoir négligé comme ça. Daryl semble avoir beaucoup moins de scrupules, mais moi, j’ai fait une promesse à Isabelle.

“Tu as raison, Joshua, excuse-nous. Aaron ? Nat ? Vous pouvez venir voir, s’il vous plaît ?” J’attends qu’ils nous rejoignent avant de poursuivre. “Nous venons de découvrir cette carte avec une route tracée vers Washington. Nous connaissons bien le Rick Grimes qui est mentionné. C’était un membre très important de notre groupe. De ce fait…”
“On doit aller à Washington.” Me coupe Daryl. Son manque de subtilité me fait intérieurement lever les yeux au ciel, mais j’essaye de me retenir de le montrer.
“C’est à dire que… c’est une longue route jusque là-bas.” Intervient gentiment Aaron. “On va croiser pas mal de dangers et sans certitude qu’ils y soient bien allés.”
“C’est vrai Aaron, j’te l’accorde. Mais… on n’a pas le choix, Daryl et moi.”
“Vous allez nous laisser tomber ?” Jette Nathanaël visiblement sous le choc.
“Non, Nat, on ne va pas vous laisser tomber. On voudrait que vous veniez avec nous.”
“Et crever sur la route.” Ajoute Joshua.

Je vois qu’il est en colère, même si son visage est calme. Je commence à décrypter son regard et le ton de sa voix.
“Tu crois que t’es plus en sécurité ici ?” Balance Daryl en montrant l’église dévastée de ses bras.
“On est venu ici parce que tu nous y a conduit.”
Ils se fusillent mutuellement du regard et j’ai peur qu’une nouvelle bagarre commence.

“Stop !” Je leur ordonne avant de me tourner vers Joshua. “Il a toujours été clair qu’on voulait retrouver notre groupe. Il y a ma sœur avec eux. Tu peux comprendre ça, j’en suis sûre.” Il reporte son regard sur moi. Ses grands yeux noirs se font plus tendre. “C’est notre seule piste pour la retrouver.” Puis je les regarde intensément tous les trois. “S’il vous plaît...”
“Moi, j’veux suivre Beth et Daryl.” Clame Nathanaël. Je lui souris chaleureusement en retour.
“Bon et bien… c’est un objectif !” Continue Aaron.
Je me tourne alors vers Joshua qui ne m’a pas quittée des yeux. Il ne répond rien mais hoche la tête.
“Merci à vous. Je ne peux pas vous promettre que ce sera une partie de plaisir, mais si on les retrouve, on sera plus nombreux et donc plus fort.”

On continue nos recherches d’indices dans et autour de l’église. Très vite, Joshua vient me voir avec un air étrange, comme s’il était mal à l’aise.
“Beth ? J’ai trouvé…”
“Quoi ?”
“Eh bien, dehors, il y a une tombe qui semble avoir été creusée plutôt récemment.”
Je blêmis. Qui est dedans ?
“Est-ce qu’il y a un nom dessus ?”
“Non, désolé.”
Daryl nous a entendu. On se regarde avec angoisse et nous précipitons dehors. En effet, sur le côté de l’église, on voit un tas de terre remué avec deux bâtons assemblés en croix dessus.
“Qui ça peut être, Daryl ?”
“J’sais pas.”
“On devrait peut-être… Il faut qu’on…” Je n’arrive pas à le dire. Daryl soupire.
“J’vais chercher une pelle.”
“Vous allez exhumer cette tombe ?” S’indigne Joshua.
Je le regarde avec tristesse.
“Crois-moi, l’idée ne nous plaît pas du tout. Mais on doit savoir qui est là-dessous.”

Déterrer ce cadavre m’horrifie au plus haut point. J’ai été éduquée dans les principes du christianisme et c’est vraiment choquant pour moi de sortir de terre une personne décédée. Daryl revient avec une pelle et commence à creuser la terre. Je peux vraiment compter sur lui pour m’épauler et je suis émue de voir jusqu’où il est prêt à aller. Mais lui aussi a besoin de savoir. Et si c’était Rick ?
Les bruits de pelle raclant la terre me sont difficilement supportables. J’ai l’impression que ça dure des heures, quand tout à coup, le son change. Daryl me regarde et je comprends qu’il a atteint le corps. Il continue de retirer la terre à main nue. Je crois que je n’aurais pas eu le courage de le faire moi-même.
Il découvre un buste et s’applique à retirer la terre agglutinée plus haut pour atteindre le visage de cette personne. J’aperçois la peau du cou en décomposition et des vers nécrophages qui se chargent d’en grignoter la moindre parcelle. Je me retourne immédiatement, le coeur au bord des lèvres. Après plusieurs minutes interminables, il s’écrie :
“C’est Bob.”

Le soulagement et le choc s’emparent de moi. J’ai honte, mais je suis surtout soulagée que ce ne soit pas Maggie ou Rick ou un autre ami proche. Mais voilà la confirmation qu’on a encore perdu l’un des nôtres. Des larmes s’échappent discrètement de mes yeux. Je les essuie sans attendre.
Daryl tente de voir si un autre corps accompagne celui de Bob, mais il n’y en a pas. Il replace la terre, s’essuie les mains comme il peut et vient me rejoindre. Je me jette dans ses bras et le serre aussi fort que je le peux.
“Merci Daryl. Je suis désolée que tu aies dû… Je suis vraiment désolée.”
“C’est rien, Beth. Moi aussi je devais savoir.”

Peu après, Daryl et Aaron décident de partir à la recherche d’un véhicule pour nous amener jusqu’à Washington. Je reste avec Joshua et Nat dans l’église.
“Il est comment ce Rick ?” Me questionne Nat après un long silence.
“C’est un mec génial. C’est lui notre leader. Il a beaucoup apporté à notre communauté, quand on était à la prison.”
“La prison ?”
“Eh oui ! On avait nettoyé une prison et c’était devenu notre foyer. Les grillages nous protégeaient bien des rôdeurs. Mon père et Rick se sont occupés de faire un potager et on a même réussi à y élever des cochons !”
“Wouahhh ! Pourquoi vous êtes partis ?”
Mon sourire s’efface.
“Imbécile !” Balance Joshua à son frère. “On ne quitte pas un endroit comme ça de son propre gré, voyons !”
“Oh, pardon.” Souffle Nathanaël en guise d’excuses.
“On s’est fait envahir. Ils ont assassiné mon père sous mes yeux, défoncé nos protections. En un rien de temps, les rôdeurs ont envahi l’enceinte de la prison et ça tirait dans tous les sens. Quand on a compris qu’on ne pouvait plus rien faire pour sauver la prison et qu’on ne voyait plus nos amis, on a fui avec Daryl.”
“Je suis désolé pour ton père.”
“Merci Joshua.”

“Ça fait longtemps que vous êtes ensemble, Daryl et toi ?” Demande Nathanaël, un brin de curiosité dans le regard.
Je pique un far.
“C’est indiscret, Nat.” Réplique Joshua.
“Tu ne veux pas en parler ? C’est parce que Josh est là ?”
Ce gamin n’a pas sa langue dans sa poche. Je suis assez mal à l’aise, mais on est un groupe maintenant et je comprends qu’il ait envie d’en savoir plus sur nous.
“C’est arrivé… après la prison.” Nathanaël est pendu à mes lèvres. “On a appris à mieux se connaître, on a vécu des moments forts. De fil en aiguille on s’est fortement rapproché et… et voilà, quoi !”
Je sens que je suis toute rouge. Les yeux malicieux de Nathanaël pétillent de curiosité.
“Et ça te gêne pas qu’il soit si…”

VLAM ! Dans un grand vacarme, les portes de l’église s’ouvrent et claquent contre le mur. On reste pétrifié devant une bande d’hommes qui nous menace de leurs armes. Joshua a été assez rapide pour se saisir de son pistolet qu’il pointe sur eux, mais il est trop tard pour Nathanaël et moi.
“J’te conseille pas d’faire le malin, petit.” Dit l’un des hommes aux cheveux gris en s’avançant lentement dans l’allée principale, son fusil à la main. “On est plus nombreux et mieux armés, alors lâche ton flingue, sinon le gosse et la fille trinqueront.”
Joshua serre les dents et les fixe un par un pendant un long moment. Ils sont six hommes en tout et investissent l’église en se répartissant l’espace. L’homme aux cheveux gris, qui a l’air d’être leur chef, fait signe à deux des siens d’aller fouiller les pièces attenantes. Ils reviennent en faisant signe qu’il n’y a personne. Il s’approche encore de Joshua et pointe son fusil droit sur lui.
“Allez petit, fais pas l’con et baisse ton arme, maintenant.”
Le regard noir, Joshua obtempère et jette son arme à terre. Il n’a pas le choix et il le sait. L’homme récupère le pistolet, fouille Joshua et lui prend également ses couteaux de chasse.

“Preum’s sur la fille !” Clame un type aux cheveux bruns avec une barbe en avançant vers moi.
La peur s’empare de moi. Je me souviens des trois hommes qu’on a affrontés à l’armurerie, Daryl et moi. Je serre les poings et me prépare à me battre. Je remarque que son arme est un arc. C’est la première fois que je croise un archer hormis Daryl.
Il pointe sa flèche sur moi et me dit :
“Pas de bêtises blondinette, j’aurais aucun scrupule à te blesser. Ça ne m’empêchera pas de m’amuser avec toi.”
J’essaye de ne pas montrer que j’ai peur et prends un air mauvais. Il ne m’aura pas si facilement.
“T’as du caractère blondinette. J’adore ça. En attendant, lève les mains en l’air pour que j’te fouille.” Dit-il avec un sourire pervers.

Avec un profond dégoût, j’obéis en détournant la tête. Il pose son arc et s’approche de moi. Ses sales pattes me dépouillent de mon pistolet et mes couteaux. Il aperçoit mon arbalète à mes pieds et se penche pour la ramasser.
“Bah ça alors… tu vois qu’on était fait pour s’entendre, ma chérie !” Il rit grassement en passant mon arbalète à son bras.
Puis, en se relevant, il fait lentement courir ses mains le long de mes jambes et remonte jusqu’à mes fesses. N’en pouvant plus, je lui balance mon genou en pleine tronche. Le bruit de l’arrête de son nez qui craque me ravit au plus haut point. En réponse, un autre des hommes m’attrape violemment au bras et me balance une gifle qui m’envoie valdinguer contre un des bancs avant de m’écrouler par terre. Ma lèvre s’est fendue et une douleur fulgurante se propage.

“Laissez-la sales fils de pute !!” Hurle Joshua en sautant cou de celui qui m’a frappée. Il se prend un coup de crosse à la tête et s’écroule à son tour.
“Joshua !” Crie Nathanaël. Il se débat comme un forcené, mais ses bras sont maintenus dans son dos par l’un des hommes.
Du sang commence à s’écouler en abondance du crâne de Joshua. Il me fixe intensément, le visage déformé par la colère et la frustration. Il faut rapidement le soigner, mais si ça se trouve, ils le tueront d’ici peu.

“Oh oh ! Le joli petit couple que voilà !” Raille l’homme aux cheveux gris. “C’est vraiment dommage pour vous, mais la romance s’achève ici.” Il s’accroupit pour se mettre au niveau de nos visages et nous regarde en alternance. “Voyez-vous, nous avons une règle. On dit “preum’s” quand on veut quelque chose et on le prend. Donc, la blondinette est à Len maintenant.”
Je lui crache du sang au visage. Il me regarde à moitié amusé et s’essuie avec sa manche en se relevant.

“Parlons plus sérieusement. Vous êtes que tous les trois ? Ou bien y’a d’autres personnes avec vous ?”
On garde le silence.
“Trois gosses comme vous ne peuvent pas survivre seuls dans ce monde. Alors dites-nous combien de personnes sont avec vous.” Pas de réponse de notre part. “Ok les mômes. A vous de voir comment on joue ça. Soit vous êtes gentils et on vous laisse en vie après récupéré tout ce qui est intéressant, soit… on peut être plus méchant que ça.” Il fait une pause en nous regardant tous les trois alternativement. Aucun de nous n’ouvre la bouche. “Très bien. C’est vous qui avez choisi ! Len, tu peux aller t’occuper de blondie dans le bureau. Peut-être que ses cris feront parler les autres.”
“Nan !!! J’vais t’buter si tu la touches ! J’te jure que… vous allez tous le regretter !” Crie Joshua, le visage et le cou couvert de sang.

Le nommé Len me relève sans ménagement et me pousse vers le bureau, mon flingue pointé sur moi. Je serre les dents et les poings aussi fort que je le peux. Je ne me laisserai pas faire, je vais me battre, mais je ne crierai pas. Hors de question de leur faire ce plaisir.
Avant d’entrer dans le bureau, je jette un dernier regard vers Nathanaël et Joshua. Je lis la peur, la colère et la souffrance dans leurs yeux. Que lisent-ils dans les miens ?

Je pénètre dans la pièce et j’entends la porte qui se referme. Je me retourne, prête à lui sauter à la gorge, mais je m’arrête brutalement en voyant Daryl planter un couteau dans le crâne de Len. Je ne comprends pas ce qu’il fait ici, mais j’ai les larmes aux yeux.
Les yeux de Len se révulsent avant de perdre leur lumière. Daryl le transporte jusqu’au canapé et l’y pose sans bruit. Puis, il me regarde d’un air interrogateur en touchant ma lèvre et je lui fais signe que je vais bien. Je vois Aaron sortir de derrière l’armoire
Je suis tellement soulagée de les voir que j’ai envie de pleurer et de les prendre dans mes bras. Mais on n’a pas le temps, on doit se débarrasser des autres pour sauver Joshua et Nathanaël. Je récupère mon flingue et un couteau sur Len. Je laisse mon arbalète car pas assez rapide pour ce qu’on a à faire.

A travers la porte j’entends le chef crier.
“Bah alors Len, t’y arrives ou bien ? Ou peut-être qu’elle aime ça finalement...” Un bruit que je n’identifie pas se fait entendre. “Doucement gamin, t’as qu’à me dire ce que je veux savoir et ta copine ne morflera plus.”
J’ai envie de sortir en trombe et lui éclater la cervelle.
“Combien ?” Me chuchote Daryl.
“Cinq.”
“Ok, Beth et moi on va passer par l’entrée. Aaron, dès que tu nous entends tu sors et tu les canardes.”

Daryl soulève la planche de bois posée sur le trou du parquet et je descends sous l’église. Il me suit et j’entends Aaron reposer la planche derrière nous. Daryl me fait signe d’aller d’un côté de l’entrée, tandis qu’il se dirige de l’autre côté de celle-ci. On grimpe sans bruit à la balustrade. J’entends toujours le chef tenter de convaincre Joshua de parler. Il le torture psychologiquement. Néanmoins le fait de ne rien entendre dans le bureau commence à l’intriguer et il demande à l’un de ses comparses d’aller “prêter main forte” à Len. Daryl me regarde et je comprends que c’est le moment idéal pour entrer.

On s’élance tous les deux, pistolets à la main. Je vise le chef en premier et le transperce dans le torse. Daryl s’est occupé de celui qui est le plus près de l’entrée, puis on canarde ensemble un autre mec. Dès les premiers coups de feu, Aaron est sorti et a éliminé l’homme qui devait rentrer dans le bureau. Au même moment, Joshua récupère une arme et se dirige sur celui qui tient Nathanaël. Le type se cache derrière son otage et le menace de son arme sur la tempe.

Je fonce sur le chef que j’ai blessé. Il lève les mains en l’air, il ne peut plus bouger. Je me mets bien au-dessus de lui et vise sa tête de mon arme. Je me délecte de son air penaud et j’attends.
“Tu lâches le gamin sinon je butte ton chef !” Je crie à l’attention du type qui détient toujours Nathanaël. Joshua, Aaron et Daryl le menacent de leurs armes.
“Tu vas pas faire ça, fillette ?”
“Tu veux parier ?” Mais je ne tire pas encore.

“J’veux… J’veux que vous me laissiez partir, c’est tout.” Quémande l’homme.
“Ok.” Dis Daryl. “Tu dégages maintenant en laissant le môme.”
Il se dirige à reculons vers l’entrée de l’église. Nathanaël a l’air effrayé, mais il sait qu’on ne le laissera pas l’emmener. L’homme paraît tout tremblotant, il n’est pas serein.
“Tu feras juste attention au rôdeur derrière toi.” Lui dit Daryl.
Il se retourne précipitamment et Joshua lui tire une balle en pleine tête. Un instant, je suis choquée. Je ne sais pas si Daryl l’a fait exprès pour permettre à Joshua de le tuer ou si c’est une coïncidence.

Je reçois un coup à la mâchoire. Le chef a profité de mon inattention pour me prendre mon arme et il me braque à son tour à la tempe, l’autre bras me ceinturant.
“Alors blondinette, tu t’attendais pas à ça, hein ?” Chuchote-t-il à mon oreille.
“Lâche-là !” Lui crie Daryl en pointant son arme sur lui. Joshua a aussi reporté son attention sur lui, maintenant que son frère est libre.

“Tu rigoles ? Vous allez me buter de toute façon. Mais j’emporterai votre précieux trésor avec moi !”
Il va me tuer ! Cette pensée surgit impitoyablement dans ma tête. Il va me tuer dans une seconde. J’ai l’impression que tout tourne au ralenti ou bien que mes pensées fusent à la vitesse de la lumière.
Je regarde Daryl et voit qu’il a compris la même chose. Il est pétrifié à l’idée de me perdre. Voir cette expression sur son visage me redonne de la force. Je ne peux pas laisser faire ça. Je vais mourir si je ne fais rien. Il va me tirer une balle dans la tête. Je refuse de mourir.

Je sais que si je laisse le champ libre à Daryl, il le tuera. Le tout pour le tout, j’éloigne ma tête au maximum du canon de l’arme en écartant le bras qui m’enserre.
Plusieurs détonations me vrillent les oreilles. Je sens une brûlure sur mon crâne. Je vais donc mourir comme ça ? Non, c’est pas possible.
Je crois entendre mon nom, mais un puissant larsen m’empêche d’entendre correctement. J’ai mal. J’ai terriblement mal à la tête et aux oreilles. Est-ce que tout est fini pour moi ? Daryl me prend dans ses bras et je le serre fort en retour. Si je dois mourir, je veux que ce soit dans ses bras. Il m’embrasse avec ardeur.
“Tout va bien Beth. C’est fini.” J’arrive à distinguer ces quelques mots.
Je sens qu’on me plaque quelque chose sur la tête. Ça me fait encore plus mal.
“Ça va aller, Beth. C’est pas grave.”
“C’est vrai ? C’est pas grave ? Je ne vais pas mourir ?”
“Bien sûr que non, Beth. C’est qu’une égratignure. Ne t’inquiète pas.”
Soulagement. Je retrouve peu à peu mes esprits et mon audition. Joshua est aussi à côté de moi, tandis qu’Aaron lui compresse également le crâne d’un linge. Son visage est toujours maculé de sang, mais il me sourit avec douceur.

Je retire la compresse de ma tête, il n’y a presque pas de sang. En effet, je n’ai pas grand-chose finalement, même si mon visage et ma tête me font atrocement souffrir. Alors je me défais des bras de Daryl et fonce vers mon sac chercher du matériel de secours pour Joshua. Je me souviens que sa blessure est importante. Il faut du désinfectant et de quoi lui faire des points de suture. Je trouve tout le nécessaire dans mes affaires et le rejoins.

Sa plaie ne saigne plus beaucoup, mais il a déjà perdu énormément de sang.
“Il lui faut de l’eau et préparer lui de quoi manger, mais un truc facile à mâcher.”
J’imbibe un chiffon propre de désinfectant et dis à Joshua de serrer les dents. Il pousse tout de même un cri quand j’applique le chiffon humide sur sa plaie. Il m’attrape le poignet et serre aussi fort qu’il le peut. J’ai mal mais ne dis rien. J’imagine à quel point ça doit le faire souffrir. Au bout d’un moment, je sens que la pression de ses doigts se relâche.
“Bois un peu d’eau maintenant, Joshua. Ensuite, tu vas t’allonger et je vais te recoudre. Ça va être douloureux, je suis désolée.”
“Je sais.” Me répond-il en buvant.

Il s’allonge et Nathanaël se positionne de l’autre côté de son frère, en lui prenant la main. Je prépare du fil et une aiguille sous les yeux de Joshua. Avant de le piquer, je le regarde une dernière fois avec compassion. Il hoche la tête pour m’encourager à poursuivre.
Il serre les dents et la main de son frère. Son souffle est profond et difficile. Il est courageux. Moi, j’essaye de me dépêcher et de ne pas le faire trop souffrir.
Une fois fini, il semble épuisé. On le fait boire beaucoup d’eau et il mange une espèce de bouillie ou de gruau préparé par Aaron.

Pendant ce temps, Daryl s’est occupé de fouiller les corps, récupérer ce qu’il y a d’intéressant et les mettre dehors. Je prends une deuxième pelle et l’aide ensuite à les enterrer.
“J’ai cru qu’il allait te tuer.” Son visage est sombre et fermé. Sa souffrance intérieure est palpable.
“J’ai aussi cru mourir. C’est pour ça que j’ai tenté de m’écarter. Pour te laisser une fenêtre de tir.”
Daryl s’assoit et s’allume une cigarette. Il a dû trouver un paquet sur l’un des hommes. Sa main tremble légèrement. Je m’assoie à côté de lui et pose ma tête sur son épaule.
“Un instant, j’ai vu… ma vie sans toi. C’était horrible. J’peux pas me dire que chui pas capable de t’protéger.”
“Tu ne le pourras peut-être pas, mais ce ne sera pas de ta faute pour autant. On a déjà eu cette conversation Daryl.”
“Je sais.” Il tire consciencieusement sur sa cigarette. “J’ai peur. J’ai trop peur de t’perdre, Beth.”
Mon cœur se déchire en l’entendant dire ça. Il ne m’a jamais paru aussi fragile que maintenant. Je le serre aussi fort que je le peux dans mes bras.
“Tu m’as sauvée encore cette fois !”
Je l’embrasse profondément en caressant son visage. Il me regarde alors de ses doux yeux bleus emplis de tristesse. Il est à fleur de peau. J’aimerais tellement pouvoir lui promettre qu’il ne me perdra jamais.
“Je ne suis pas morte, Daryl. Tu as réussi à me sauver ! C’est tout ce qui compte.”
“Mais…”
“Pas de “mais” Daryl. Il faut faire avec le monde pourri qui nous entoure. On fait le maximum pour survivre, on n’a rien à regretter. Et si je meurs quand même… Et bien tu auras mal, mais tu iras de l’avant. Parce que sinon, je serai morte pour rien. Et ça, j’te le pardonnerai pas. Tu seras le dernier homme sur terre et j’en serai fière.”

Maintenant, la seule chose qui me vienne à l’esprit, la seule chose que j’ai vraiment envie de lui dire c’est :
“Je t’aime Daryl Dixon.”
“Moi aussi, mon ange.” Me répond-il avant de me serrer fort contre lui.


On reste silencieux un moment. Puis, la curiosité me pique à nouveau.
“Comment ça se fait que vous soyez revenu si vite ?”
“En fait, on a trouvé une voiture vraiment pas loin, dans le garage d’une maison. Il y a de l’essence et elle a l’air en parfait été de fonctionner, mais je crois que la batterie est naze. Tout à l’heure, en fouillant l’église, chui tombé sur une batterie du même type. Donc, on est revenu la prendre, pour voir si elle était bien compatible. On a vu les portes de l’église ouvertes et on a entendu des voix menaçantes. On est passé sous l’église, on a soulevé la planche de bois, j’ai mis ma veste dessous pour la faire glisser sur le côté sans bruit. On a tout bien remis en place et on a écouté à la porte. Quand on a compris qu’un d’eux t’emmenait dans le bureau pour… J’ai fait signe à Aaron de se cacher et j’ai sorti mon couteau.”
“Tu es mon ange gardien.” Il pouffe de rire. “Non, je ne rigole pas. Sans toi, je serai déjà morte. C’est une certitude. Alors, t’as rien à te reprocher.”

Il prend mon visage entre ses mains et me regarde longuement. Ses yeux sont plus tendres et son visage est redevenu doux. Il regarde attentivement toutes les parties de mon visage et caresse mes lèvres de son pouce. Son amour pour moi irradie et me coupe le souffle. Doucement, ses lèvres embrassent mon front, mes paupières, mes joues, mon menton et remontent lentement vers mes lèvres. Je m’enivre de son souffle chaud. Il est tout pour moi et je suis tout pour lui. A jamais.

Plus tard, nous sommes partis récupérer cette voiture avec la batterie trouvée dans l’église, ainsi qu’une boîte à outil. Daryl ne veut plus qu’on se sépare à présent. Ça ne me déplaît pas. Quand on est parti, Joshua dormait profondément, son frère et Aaron à son chevet.
La batterie n’a malheureusement pas permis de faire démarrer la voiture. On a récupéré son essence avant de reprendre nos recherches. On a dû pousser plus loin et regarder une dizaine de voitures avant d’en trouver une qui nous convenait.

A l’église, on a retrouvé les trois autres comme on les avait laissé. Nathanaël a peur que son frère ne se réveille pas et c’est vrai que c’est inquiétant.
Le reste de la journée passe tranquillement, on mange un maigre repas et on se couche après avoir bien sécurisé l’église.

Il fait nuit quand j’ai entendu du bruit. Je me suis levée d’un bond. C’est Joshua qui s’est réveillé. Sans faire de bruit, je suis allée le voir. Il n’a pas bonne mine, même dans la pénombre. Je l’aide à boire et manger un morceau, puis je vérifie son bandage. Fort heureusement, il est propre. Il va vite se remettre.
Sans dire un mot, il effleure ma brûlure au niveau de ma tempe et ma lèvre fendue.
“C’est rien, Josh. Ne t’en fais pas.”
Il me regarde un long moment sans rien dire, puis se lève.
“Hé ! Tu vas où comme ça ?”
“Prendre l’air.”
“Tu peux pas y aller seul. Tu tiens à peine debout. Laisse-moi t’aider.”
“Non, ça va.”
“Je vais l’accompagner.”
Je sursaute en entendant Daryl. Je croyais qu’il dormait. Joshua hoche la tête et Daryl le soutient jusqu’à l’extérieur de l’église. Tout ça m’intrigue énormément. Sans attendre, je fonce vers le bureau, déplace la planche de bois et me dirige discrètement jusque sous l’escalier. Ils sont juste assis sur la première marche. J’entends le bruit d’un briquet et aperçois le rougeoiement d’une cigarette dans la nuit.

“Tu l’aimes aussi, hein gamin ?”
Je rougis en comprenant qu’il parle de moi. Joshua ne répond rien.
“En tout cas, elle compte pour toi. J’avais un putain de doute hier soir, mais aujourd’hui, en t’entendant essayer de la défendre, j’ai compris.”
Toujours aucune réponse.
“Est-ce qu’on va avoir un problème ?”
“Je sais qu’elle t’aime. Je l’ai vu dans ses yeux. Tu crois que j’ai envie de venir jouer les amants ? Déjà que ça me dégoûtait avant ce monde, alors maintenant... “
“Alors, tu ne tenteras pas de te mettre entre-nous ?”
“J’te dis que non. Mais… si un jour elle me regarde comme elle te regarde... j’te promets juste que je jouerais carte sur table avec toi.”
“Ça me semble honnête. T’es un mec bien. C’est pourquoi je vais avoir besoin de toi.”
“Pour quoi ?”
“La protéger. Si elle est importante pour toi, j’veux pouvoir compter sur toi pour la protéger.”
“Après ce qu’il s’est passé tout à l’heure, tu doutes que je veuille tout faire pour elle ?”
“Nan. Mais j’ai besoin de te l’entendre dire.”
“Je ferai tout ce que je peux pour la protéger. Je te le promets”
“Merci mec.”

Je me sauve vite pour remonter dans l’église avant qu’ils ne rentrent. Leur conversation m’a complètement chamboulée. Jamais je n’aurais imaginé Daryl faire une espèce de pacte avec un autre homme pour moi. Et Joshua… il est vrai que j’avais un doute sur ses sentiments pour moi, mais là, j’me sens égoïste. Lui, va tout faire pour me garder en vie et moi… je ne lui donnerai rien en retour. C’est une torture d’aimer sans rien avoir en retour. Comment je peux lui faire ça ? Je l’apprécie vraiment, mais c’est Daryl qui est dans mon cœur.
Je les entends qui rentrent dans l’église. Daryl aide Joshua à se rallonger et il revient se coucher près de moi. Je m’endors difficilement, la tête envahie d’un millier de pensées.

Le lendemain, j’évite de regarder Joshua. Je m’occupe tout de même de son bandage. Rien ne semble différent dans son comportement. Je décide d’oublier la conversation que j’ai surprise.
On fait une nouvelle fois nos affaires et on embarque dans la voiture, direction Washington.
J’échange un regard complice avec Daryl, un sourire malicieux au coin des lèvres. On part pour rejoindre Rick, Maggie, Sasha et sûrement d’autres. Notre voyage est rempli d’espoir et je me sens capable de tout affronter avec Daryl à mes côtés.

Ce n’est plus juste nous deux contre le monde, mais on est ensemble, jusqu’à ce que la mort nous sépare.